Le Psautier latin au Moyen-Âge

Comment se repérer dans un psautier manuscrit ?

Comment savoir s’il s’agit d’un livre destiné à des moines ou à des clercs ?

A quelle partie de la liturgie correspond chaque Psaume ? En consultant le tableau ci-joint (cliquer sur ce lien : Psautier liturgique latin).

Dans les psautiers et bréviaires manuscrits, on distingue deux organisations du textes des Psaumes destinés à la récitation de la liturgie des heures (plus connue sous le nom de ‘bréviaire’, à ne pas confondre avec les « livres d’heures » qui ne contiennent qu’une sélection de textes empruntés au bréviaire) :

Le Psautier férial selon l’ordre biblique (psalterium feriale iuxta ordinem bibliae)

Jusqu’au 15e siècle, dans les psautiers manuscrits, les Psaumes se suivent selon l’ordre numérique du canon biblique, que le livre soit destiné à l’usage individuel ou à l’usage choral, qu’il s’agisse de psautiers indépendants, de bibles, de psautiers-hymnaires ou de psautiers associés au bréviaire de l’office. Des initiales-repères signalent le premier psaume récité aux matines de chaque jour de la semaine dans l’office romain (Ps 1, 26, 38, 52, 68, 80, 97) et le premier psaume des vêpres du dimanche qui marque le début du psautier diurnal (Ps. 109). Parfois d’autres initiales signale le premier psaume de chaque cinquantaine, pour ceux qui répartissent la récitation quotidienne surérogatoire des Psaumes en trois groupes de cinquante psaumes (Ps. 1, 51, 101).

Psautier férial selon l’ordre de l’office (psalterium feriatum iuxta ordinem liturgicum)

A partir du 15e siècle, dans certains psautiers, les psaumes se suivent selon l’ordre de leur exécution dans la liturgie des heures. Le schéma suivant peut faire l’objet de variations qui devraient  être relevées dans les catalogues :

  1. psaumes récités le dimanche aux offices de matines, laudes, prime, tierce, sexte, none, complies ;
  2. psaumes récités chaque jour du lundi au samedi  aux offices de matines et laudes ;
  3. psaumes récités  à l’office de vêpres du dimanche au samedi

A matines on chante en principe deux psaumes sous une antienne.

Pour le texte des Psaumes en usage au Moyen-Âge et ses variations, se reporter à notre édition : http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php

Un psautier intégral compte 2607 versets (division liturgique médiévale, sans tenir compte des titres bibliques).

Les psaumes du nocturnal comptent 1971 verset, ceux du diurnal 636 versets (24 %).

Le cursus romain et le cursus monastique adoptent chacun une façon différente d’en répartir la récitation sur les sept jours de  la semaine.

Les clercs séculiers, les chanoines et les ordres mendiants chantent, en principe, 4362 versets par semaine, soit 1,65 fois le nombre total de versets du Psautier biblique, dont 1860 versets le jour et 2502 versets la nuit, répartis sur la semaine ; ce nombre élevé est dû au fait qu’ils répètent plusieurs fois certains psaumes dans la semaine, notamment le Ps. 118 qui est récité intégralement tous les jours.

Les moines ne chantent que  3329 versets par semaine, soit 1,25 fois le nombre total de versets du Psautier, dont 2277 versets la nuit et 1052 le jour. Outre la répétition quotidienne de certains Psaumes (répétition que le cursus bénédictin s’est efforcé d’éviter), les moines n’ont que deux nocturnes en semaine et remplacent, lors des dimanches et fêtes,les psaumes du 3e nocturne par des cantiques bibliques courts qui ne représentent qu’une moyenne de 20 à 25 versets par nocturne dominical ou festif.

Vous trouverez dans le tableau joint   (cliquer sur ce lien : Psautier liturgique latin) :

  1. La structure du Psautier férial avec, pour chaque psaume, le jour et l’office correspondant au cours desquels il est chanté, dans l’office romain et dans l’office monastique
  2. La liste de cantiques fériaux, communs à l’office romain et monastique
  3. La liste des principaux cantiques du 3e nocturne de matines de l’office monastique

Une couleur propre est attribuée à chaque jour de la semaine. Le gris signale les psaumes répétés ou communs aux deux cursus.

Citer ce billet : Martin Morard, "Le Psautier latin au Moyen-Âge", dans Sacra Pagina, 15/03/2018, https://big.hypotheses.org/1031, consulté le 16/10/2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.