Relations génétiques des livres de la prière vocale au psautier

Le Psautier est l’archétype de toute prière vocale « au long cours » (destinée à sanctifier tout le cours du temps) dans l’Occident latin, de la fin de l’Antiquité à la fin de la période moderne.

La pastorale missionnaire romaine, à partir du 6e siècle, propose aux clercs et aux laïcs des modèles de prière continue sur le modèle du Psautier pour répondre à la double injonction de Paul  : « Priez sans cesse » (1Th 5, 17) et « Dites entre vous des psaumes, des hymnes et de libres louanges, chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre coeur. A tout moment et pour toutes choses, rendez grâce à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ » (Eph. 5, 19-20)

C’est en référence au modèle archétypique de la psalmodie continue des 150 psaumes, reprise chaque jour,  que la liturgie des heures hebdomadaire a été élaborée. C’est en référence au Psautier que se sont développés les livres de la prière vocale, liturgique ou individuelle, depuis les libelli precum carolingiens jusqu’au rosaire de la devotio moderna en passant par les livres d’heures et bien sûr les bréviaires.

La fonction et la morphologie de tout livre de prière vocale continue doivent toujours être étudiées en commençant  par établir leur relation au Psautier. Les relations génétiques des livres de la prière médiévale peuvent donc être schématisées en lien avec le Psautier ; le tableau ci-joint n’épuise pas le sujet mais permet de situer les principaux axes de développement génétique des livres de la liturgie des heures et de la prière vocale dans le domaine latin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *