Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin

On trouvera ici quelques indications très sommaires sur les principales versions latines du Psautier en usage au Moyen-Âge.

A. Psautier hébreu
1. Texte pré-massorétique : Qumran
2. Texte massorétique : (1er s. av. J.-C.)
• Edition : Kittel, Stuttgart, 1937.
B. Psautier grec
1. LXX
• Edition A. Rahlfs, Stuttgart.
2. traductions postérieures : Tétraples, Hexaples et Octaples origéniens ou dérivés
a- Théodotion
b – Quinta
c – Aquila
d- Symmaque
3. psautier syro-hexaplaire

Très abondante littérature.
Cf. Masséo Caloz, Etude sur la LXX Origénienne du Psautier : les relations entre les leçons des Psaumes du Ms. Coislin 44, les Fragments des Hexaples et le texte du Psautier Gallican, Fribourg-CH, 1978 (Orbis biblicus et orientalis, 19)
Cf. P. Nautin, Origène, sa vie et son oeuvre, Paris, 1977, p. 453-454.

D. Psautiers latins
0.1 Psautier Romain pré-hiéronimien (perdu)
0.2 Psautier Africain (saint Augustin)

Histoire: CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
Editions :
• BLANCHINUS (I.), Vindiciae Canonicarum Scripturarum, Rome, 1740, p. 1-278 [Vetus latina 300]
• CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
• DOLD (A.), ALLLGEIER (A.), Der Palimpsestpalter im Codex Sangallensis 912 (TAB, I, 22-24), Beuron, 1933 [Vetus latina 304]
• Sinaï, Ste-Catherine, slavon n° 5 (VIIe s. ?)
ALTBAUER (Moshé), Psalterium latinum Hierosolymitanum : Eine frühmittelalterliche lateinische Handschrift (Sin. Ms. n°5), , Wien-Köln-Graz, 1978. [fac. sim., Vetus latina 39]
Le Psautier latin du Sinaï, intr. R. Gryson, éd. André THIBAUT, Freiburg (D), 2010 (Aus der Geschichte der lateinischen Bibel, Vetus latina, 39) [Vetus latina #460).

1. Psautiers hiéronimiens

1.1 traductions faites sur le grec

[1.1.1 Psautier Romain hiéronimien] :

révision du psautier romain en usage à Rome au IVe s. par Jérôme sur le grec de la LXX =>

• Edition : voir 1.1.2 et 2.1.d-
Jérôme était lui-même insatisfait de ce travail qu’il mentionne dans sa préface du Psautier iuxta LXX, et le qualifie de rapide. Rien ne permet d’avoir l’assurance qu’il a effectivement servi à corriger le psautier en usage à Rome connu sous le nom de Psautier Romain. Le texte original en est pour le moins perdu. Plus exactement, il n’a survécu qu’au travers de la seconde révision effectuée par Jérôme, savante et munie de signes critiques, connue sous le nom de Psautier iuxta Septuaginta.

1.1.2. Psalterium iuxta Septuaginta / d’après le grec des Hexaples / dit Psautier gallican (entre 389-392) :

version définitive de la révision du Psautier Romain sur la LXX

• Editio maior: Liber Psalmorum ex recensione sancti Hieronymi cum præfationibus et epistula ad Sunniam et Fretelam, in Biblia sacra iuxta latinam vulgatam… cura monachorum abbatiae Sancti Hieronymi in Urbe, t. 10, Romæ, Typis Polyglottis Vaticanis, 1953. [attention : le texte édité n’est pas le reflet de la réception majoritaire du texte hiéronymien, mais une reconstitution de l’archétype supposé de celui-ci. Toujours se reporter au détail des leçons indiquées en apparat]
• Editio minor: Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem, Robert WEBER, Roger GRYSON ed. cum B. FISCHER; H.I. FREDE, Iohanne GRIBOMONT, H. F. D. SPARKS, W. THIELKE, Deutsche Bibelgesellschaft, 4e éd., Stuttgart, 1969-1994, p. 767-955.
Cf. FISCHER (B.), dans : Der Stuttgarter Bilderpsalter Bibl. Fol. 23Würtembergische Landesbibliothek Stuttgart. II. Untersuchungen, Stuttgart, 1968, p. 223-288 [Vetus latina 422]

1.2 Psalterium iuxta hebreos (391-392)

Cette version savante n’a jamais été utilisée pour le culte public ou la récitation privée.
• Edition : HIERONYMI (Sancti), Psalterium iuxta hebræos, Dom HENRI DE STE-MARIE ed., Rome, Abbaye de St-Jérôme – Città del Vaticano, 1954 (CBL 11).

2. Psautiers « Vieux latins »

On qualifie par principe de ‘vieilles latines’ les versions de la Bible latine antérieure aux traductions de saint Jérôme. Elles correspondent pour la plupart, en ce qui concerne le Psautier, aux versions liturgiques établies dans les principaux centres chrétiens de l’Empire (évêchés) au moment où les communautés locales ont adopté le latin (langue véhiculaire) à la place du grec pour la célébration du culte public.

2.1. Psautiers Italiens / Vetus italica / Itala

a- Psautier de Vérone (VIe- VIIe s.) = Psautier duplex (PsLXX-latin) : Verona, Capitolo, cod. 1)

b- Psautier de Saint-Germain (VIe s.) : Psautier simplex, Paris, BnF lat. 11947 (Sabatier, Vetus latina italica, t. 2)

c- Psautier Milanais ou Ambrosien (~ 10 mss.)
• Breviarium Ambrosianum, Milan, 1857, 4 vol.
• Magistretti (M.), Manuale Ambrosianum ex codice saec. XI. Pars prima. Psalterium et Kalendarium, Milan, 1905 [Vetus latina 400-402]

d- Psautier Romain post hiéronimien
Version dont l’usage s’est prolongé à Rome jusqu’au 20e siècle, dans les îles britanniques jusqu’au 12e siècle, en Italie parfois jusqu’au concile de Trente (cartographie chronologique plus précise en préparation. Plusieurs versions peuvent être en usage simultanément dans la même région (ainsi à Rome le Psautier gallican est utilisé à la Curie, alors que les basiliques romains célèbrent la liturgie des Heures avec le Psautier romain)

• Edition a, b, c, d, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).

f- Psautier de Rufin d’Aquilée (345-411, reconstitution)
Edition : MERLO (Francisca) GRIBOMONT (J.), Il Salterio di Rufino, Rome, 1972 (CBL, 14)
g- Psautiers erudits
• 1. Edition : Liber Psalmorum iuxta antiquissimam latinam versionem nunc primum ex Casinensi cod. 557, D. Ambrosio AMELLI ed., Romæ-Ratisbonæ-Neo-Eboraci, 1912 (CBL 1) [Vetus latina 136].
• 2-3 Cf. versions hiéronimiennes

2.2 Psautiers Germano-Francs
a- Psautier lyonnais (V-VIe s.) : Hybride Ps-R/Ps-G
b- Psautier de Corbie (VIIIe s.) : Psautier triplex (Ps-H, Ps-G) : St-Petersbourg, F. v. I. n. 5
• Edition a, b, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
2.3 Psautier Mozarabe ou Vetus Hispana ou wisigothiques…
• Editions : – Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
témoin principal : Bible de la Cava :
– [forme A Vetus latina 189, 2e colonne] [Vetus latina Hispana, t. 5, 1-3.]
Origen, dependencia, derivaciones, valor e influjo universal, reconstruccion, sistematizacio, analisis de sus diversos elementos, coordinacion yedicion critica de su texto. Estudio comparativo con los demas elementos de la ‘Vetus latina’, los padres y escritores eclesiasticos, los textos griegos y la vulgata, t. 5, 1 à 3 : El Salterio, Teofilo AYUSO MARAZUELA, éd., Madrid, 1962.
– [forme B Vetus latina 189]
• Teofilo AYUSO Marazuela, Psalterium visigothicum-mozarabicum (Biblia Polyglotta Matritensia, VII. Vetus latina, 21), Madrid, 1957.
Cf. Brou (Louis), «Le Psautier liturgique wisigothique et les éditions critiques des psautiers latins», Hispania Sacra 8 (1955), p. 337-360.

2.4 Psautiers celtiques

Voir les travaux de Martin Mc-Namara

2.5 Psautiers anglo-normands
a- PSAUTIER DIT ‘D’AUGUSTIN DE CANTERBURY’ (+ 604) : ms. daté entre 720 et 740
• Editions. : WRIGHT (D. H.), CAMPELL (A.), The Vespasian Psalter, British Museum Cotton Vespasian A.I., Copenhagen, 1967.

3. Psautiers duplex, triplex, quadruplex et polyglottes:
a- Salomon III de St-Gall (909)

4. Correctoires des Psaumes
Longue tradition de notes critiques relatives à la correction du texte du Psautier latin dérivée de la lettre de Jérôme à Sunnia et Fretela
a – Jérôme, Lettre à Sunnia et Fretela (Editio maior, t. 10)
b – Florus et le Psautier :

la lettre à Eldrade de Novalèse (voir P.-M. Bogaert, Revue bénédictine, et note de lecture sur Sacra Pagina ; voir aussi les travaux en cours de Pierre Chambert Protat)
c –Sedulius Scot
Epistula de psalterio in linguam latinam transferendo, MGH Epp., 6 (E. Dümmler, 1925), p. 202-205 (travaux en cours de Marie-Noëlle Diverchy)

d – Nicolas Maniacoria
c- correctoires des 12e et 13e siècles (travaux en cours de Martin Morard)

5. Psautier médio-latin
• Edition en cours de publication sur le site Gloss-e.irht.cnrs.fr
L’édition critique de la Vulgate procure une reconstitution du texte hiéronymien assez éloignée des versions en usage entre le 9e siècle et le concile de Trente. De nombreuses leçons retenues, pour de bonnes raisons critiques, ne sont attestées par un ou deux témoins alors que les plus fréquemment reçues sont rejetées en apparat. Le texte biblique qui accompagne l’édition électronique de la Glose ordinaire restitue les leçons majoritaires en circulation et indique en apparat les leçons issues de collations de psautiers latin de référence (psautiers « prototype » des liturgies cisterciennes et dominicaines, témoins du texte de la bible parisienne, etc., leçons des correctoires bibliques parisiens du 13e siècle, etc. )

Citer ce billet : Martin Morard, "Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin", dans Sacra Pagina, 09/06/2018, https://big.hypotheses.org/1231, consulté le 16/08/2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.