Esdras et la Bible parisienne

Résumé

Le corpus des livres d’Esdras a évolué par étapes entre la fin du 12e et la fin du 16e siècle. Au 13e siècle, la bible parisienne est très différente à cet égard de la Vulgate Sixto-Clémentine. Elle est surtout beaucoup moins homogène qu’ont a pu le croire à la lecture des meilleurs spécialistes. Après avoir souvent été considérés comme formant un seul livre, 1Esr et 2Esr. , sans être encore dissociés, ont été progressivement distingués par le jeu des initiales ornées et des titres courants. Le statut de 2Esr. a, de ce fait, évolué au cours du 13e siècle, d’abord sans capitulation et sans titre propre – le nom de Néémie n’étant indiqué qu’en titre courant -, puis avec une capitulation distincte, parfois sous le titre de « Secundus liber Esdre ». La présence d’une rubrique ou d’un titre distinctif demeure exceptionnelle en tête de 2Esr.

Conjointement, 3Esr. fut placé à la suite de 1-2Esr. sous le titre de « Secundus Esdre ». La séparation des deux livres est consacrée différemment par les correctoires et Nicolas de Lyre. Les correctoires qualifient 2Esr. de « Secundus Esdre » mais ignorent 3Esr. Il en va de même pour Nicolas de Lyre.

Enfin, 4Esr. n’a été  adjoint régulièrement au groupe 1-3Esr.  que très tard, et hors du cadre parisien typique de la Bible du 13e siècle, à l’occasion des premières éditions imprimées de la Bible dans la seconde moitié du 15e siècle (Gutenberg 1455, Pfister 1460 etc.). Il ne semble pas avoir été régulièrement intégré aux éditions des postilles bibliques de Nicolas de Lyre à la fin du 15e siècle[1].

Nous n’avons esquissé ici qu’une tendance générale qui s’est imposée par une sorte de consensus tacite, peu à peu et  non sans repentirs. A toutes les étapes du processus, des manuscrits plus ou moins isolés attestent chacun des cas de figure évoqués plus-haut. Malgré la diffusion du groupe 1-4Esr. à la fin du Moyen-Age, le Concile de Trente adopta la position des partisants du corpus réduit en ne reconnaissant l’authenticité que des deux premiers livres d’Esdras, « le premier et le second qui s’appelle Néémie ». Ce choix précisait le canon hiéronymien ; ce n’en était que l’une des interprétations possibles, sans doute la plus vraisemblable. Mais elle se heurtait au fait de  la tradition cumulative héritée de la dynamique parisienne. Une demi siècle plus tard, admettant implicitement l’incertitude induite par l’imprécision du canon hiéronymien, les éditeurs de la Clémentine réintégrèrent quand même  3Esr. et 4Esr., mais en appendice. Trente a donc lu Jérôme à travers le prisme du corpus d’Esdras  dans son état de la fin du Moyen Âge. On ne saurait dire qu’il ait adopté le corpus d’Esdras sous la forme qui aurait été la sienne au 13e siècle dans « la » Bible parisienne.

[1] En attendant une étude plus poussée, notons que certains manuscrits de la postille littérale de Nicolas de Lyre de la fin du 15e siècle distinguent pourtant « Primus Esdras » (1-2Esr.) et « Secundus Esdre » (3Esr.) et attribuent au maître franciscain un commentaire de 3Esr. : cf. Barcelone, Univ. 741-3/2, f. 247ra-252b : « Liber Esdre incipit. Et fecit losias. Liber iste qui dicitur Esdre secundus, videtur … Expl.: deputatus ad divinas laudes et obsequia. Cuí eest honor et gloria in secula seculorum Amen. Postilla venerabilis fratris Nicolai de Lyra, super secundum librum Esdre, fínit ».  Ce texte semble absent des manuscrits français de la postille cf.  Paris, BnF, lat. 351 et 359, etc.

Pour en savoir plus :

Pierre-Maurice Bogaert a publié , en 2000, une étude qui éclaire magistralement les péripéties tardo-antiques  de l’organisation des livres d’Esdras en corpus. L’intégration dans les bibles latines manuscrites, entre le 12e et le 15e siècle, des quatre livres d’Esdras, ‘canonisés’ par l’édition de la Vulgate Sixto-Clémentine promulguée à la fin du 16e siècle, est le résultat d’une évolution qui s’avère cependant moins simple qu’il ne le laisse entendre[1].

Un malentendu concernant la présence d’Esdras dans les bibles dites ‘parisiennes’ ou universitaires doit notamment être dissipé. En effet, l’affirmation selon laquelle « les Biblia parisiensia, abondamment diffusées par l’Université et la libraire parisiennes à partir du 13e siècle, comportent normalement quatre livres d’Esdras » (Bogaert, Revue bénédictine,  2000, p. 5, 7, 11) est inexacte.

Ce que Pierre-Maurice Bogaert appelle « Biblia parisiense » correspond non à l’état des bibles manuscrites du 13e siècle mais à celui des éditions imprimées à partir de Gutenberg (1455). On ne peut donc pas affirmer  que « le système parisien du 13e siècle [est] devenu général chez les Latins du fait de son emploi dans les bibles imprimées ». En réalité, le schéma de la Sixto-Clémentine, que P.-M. Bogaert assimile à celui des « Biblia parisiensia du 13e siècle », est loin d’être conforme aux manuscrits des bibles du 13e siècle, ne serait-ce que parce que 4Esr. en est presque toujours absent. L’édition Sixto Clémentine de 1592 (1593 et 1598) n’est pas le témoin des bibles manuscrites parisiennes mais plutôt leur ultime et lointaine évolution, dépendant de l’édition humaniste de la Bible de Gutenberg d’une part,  d’autre part aussi du rejet implicite  de 3-4Esr. par les correctoires bibliques de la fin du 13e siècle et l’absence de ces livres  dans les Postilles de Nicolas de Lyre.

La Bible parisienne (du moins une partie des bibles produites à Paris au 13e siècle) a fini par proposer trois livres d’Esdras (1Esr., 2Esr., 3Esr.) mais a longtemps hésité sur la façon de les distinguer, de les dénombrer et de les nommer. Tout au long du 13e siècle, les manuscrits de la Bible, glosée ou non, attestent une hésitation constante concernant plusieurs aspects de ces textes : 1° la distinction entre 1Esr. et 2Esr. ; 2° le titre donné à 2Esr. ; 3° l’intégration de 3Esr., et à fortiori de 4Esr. dans le canon biblique ; 4° la place des groupes 1-2Esr. et 3-4Esr. dans le canon ; 5° la version du texte des livres d’Esdras adoptée.

Rappels

Sur les quatre livres en circulation au Moyen-Âge sous le nom d’Esdras, seuls deux sont considérés comme canoniques par l’Eglise catholique à partir du concile de Trente. Il a fallu attendre la publication de l’édition Sixto-Clémentine en 1592 pour voir explicitement affirmé qu’il s’agissait du premier livre d’Esdras et du livre de Néémie (1-2Esr.), tandis que 3-4 Esr. étaient renvoyés en annexe de la Sixto-Clémentine avec une note rappelant leur valeur traditionnelle[2].

Rappelons que toutes les listes anciennes du canon biblique attestent deux livres d’Esdras, mais les traditions ont placé sous chacun de ceux-ci des textes différents, découpés différemment. Saint Jérôme ne s’est pas étendu sur les raisons de ses choix concernant les livres d’Esdras. Sans  décrire davantage les textes auxquels il faisait allusion, il s’est contenté d’affirmer que seuls deux livres sont authentiques et que les deux autres sont apocryphes, ouvrant la porte à nombre d’interprétations et à l’instabilité de la réception de 1-4Esr. dans les bibles latines entre le 12e et la fin du 16e siècledont il va être ici question.

La tradition ancienne a attribué des titres et des numéros d’ordre différents aux mêmes livres d’Esdras, pour la plus grande confusion des catalogueurs. « La bible latine connaît plusieurs livres d’Esdras, mais divers systèmes ont eu cours, et il conviendra d’être très circonspect dans l’emploi des numéros d’ordre »[3] . On ne saurait faire griefs aux catalogueurs de manuscrits de ne pas toujours en avoir tenu compte, tant les situations sont diverses selon les époques, les systèmes linguistiques (hébreu, grec et latin, syriaque, éthiopien), et les évolutions du canon biblique à l’intérieur même du christianisme latin.

Les livres transmis sous le nom d’Esdras dans la Vulgate sont en partie  des répétitions de textes préexistants. La quasi totalité du texte latin de 3Esr., traduction de la version A’ d’Esdras grec, est une recomposition de passages empruntés à 2Par. et à 1-2Esr. Ceci expliquerait leur rejet par une partie de la tradition[4]. De nombreux autres passages de l’Ancien Testament, répétés ou repris, n’ont pas empêché leur réception. Qu’on pense au Ps. 13 et à certains parallèles des livres des Chroniques.

3Esr. lieux parallèles
3Esr. 1  // 2Par. 35:1-36:21
3Esr. 2:1-15 1Esr. 1 //
3Esr. 2:16-31 1Esr.  4:7-24 //
3Esr. 3:1-5:6 (Récit des pages original) om.
3Esr. 5 :7-46 1Esr. 2 :1-70
3Esr. 5 :47-65 1Esr. 3 :1-13
3Esr. 5 : 66-73 1Esr. 4 :1-5
3Esr. 6 :1-22 1Esr. 5 :1-17
3Esr. 6 :23-34 1Esr. 6 :1-12
3Esr. 7 :1-15 1Esr. 6 :13-22
3Esr. 8 :1-30 1Esr. 7 :1-28
3Esr. 8 :1-2 4Esr. 1 :1-3
3Esr. 8 :31-68 1Esr. 8 :1-36
3Esr. 8 :69-91 1Esr. 9 : 1-15
3Esr. 8 : 92-9 :36 1Esr. 10 :1-44
3Esr. 9 : 37-56 2Esr. 7 :73-8 :12
3Esr. 1  // 2Par. 35:1-36:21
3Esr. 2:1-15 1Esr. 1 //
3Esr. 2:16-31 1Esr.  4:7-24 //

Les bibles latines médiévale

La Vulgate médiévale plonge ses racines dans le texte de la Bible glosée du 12e siècle. Elle se distingue par la forme et le texte de la Vulgate hiéronymienne éditée critiquement au 20e siècle[5]. Elle a subi des influences et des évolutions qui n’ont rien de spécifiquement parisien. La Bible Parisienne ou universitaire  est un être de raison dont il est plus facile de  reconstituer les  caractéristiques extérieures que le contenu. Plus on entre dans le détail chronologique et philologique, plus il semble s’évaporer. Les généralisations faites à partir de l’examen de quelques manuscrits conduisent à bien des malentendus. Les correctoires bibliques du 13e siècle attestent explicitement l’existence d’une « Correctio parisiensis » de la Bible qu’ils distinguent d’une « Correctio Senonensis » et de plusieurs autres états du texte biblique en circulation. Il y a loin de l’existence de telles listes différentielles de leçons à  un modèle textuel unique qui se serait imposé d’un coup à tous, et ce malgré l’existence de standards extérieurs (codicologiques) beaucoup plus faciles à saisir pour l’historien que les évolutions du texte même. Le contenu même des bibles latines diffusées en grand nombre au 13e siècle est loin d’être aussi facile à cerner qu’on ne l’a dit. La Bible parisienne est une ligne d’horizon à la fois insaisissable et réelle vers laquelle ont tendu tous les efforts des clercs médiévaux et que ne s’est cristallisée et matérialisée qu’avec l’imprimerie, l’autorité des décrets de Trente et le travail des éditeurs de la Sixto-Clémentine[6]. En d’autres termes, la Bible parisienne – homogène, uniforme, standardisée, harmonisée, telle que l’on rêvée les historiens modernes déformés par les controverses deux Réformes  et la révolution technologique de l’imprimerie – a disparu au moment même où elle aurait pu devenir réalité. Elle n’a survécu à elle-même que par ce qu’en ont gardé les éditeurs humanistes de la Sixto-Clémentine.

La  quête de l’authentique « second livre d’Esdras »

Les bibles et gloses bibliques du 13e siècle proposent de multiples solutions à une question unique : quel est le « second livre d’Esdras » authentique ? Néémie (« Verba Neemie ») a longtemps été considéré comme une partie essentielle de 1Esr., introduit par une initiale de même niveau que l’incipit de 1Esr., qualifié parfois en titre courant de « Liber Neemie », sans être pour autant compté comme « deuxième livre d’Esdras », le titre de « Esdras secundus » étant réservé à 3Esr. de manière à préserver le principe hiéronymien selon lequel il n’y aurait que deux livres canoniques d’Esdras. A la fin du 13e siècle on assiste même à  un recul et au rejet de 3Esr. par les correctoires parisiens dits de Sorbonne ainsi que par Nicolas de Lyre (postilles morales) qui ne retiennent de 1-2Esr. Il faudra attendre que Gutenberg, suivi par Pfister et Fust et Scheffer, réunisse les 4 livres d’Esdras dans la première édition imprimée de la Bible pour que l’on abandonne le principe canonique d’une division d’Esdras en 2 livres seulement et que « Neemias » soit compté comme « second livre d’Esdras » : « liber Neemiae qui est Esdre secundus » (Fust & Scheffer, f. 55ra). Les exemples ci-dessous, montrent qu’on ne peut se contenter d’affirmer que la division d’Esdras-Néhemie en deux livres d’Esdras « deviendra l’usage habituel des Biblia parisiensia (du) 13e siècle » :

Hors de France

– 1-2Esr. forment un seul livre, intitulé « (Primus) Esdras », mais avec deux captulations successives malgré l’absence de toute solution de continuité entre les deux textes. 1-2Esr. est suivi de 4Esr. et 3Esr. (avec d’importantes lacunes) dans un (des)ordre qui exceptionnel. 4Esr. est intitulé « Esdras secundus » (ΩM).

– 1-2Esr. forment deux livres distincts mais 2Esr. est lui-même divisé en Neemias primus (=2Esr. 1, 1 – 7, 69) et Neemias secundus (=2Esr. 7, 70 – 13, 31) ; la capitulation de 2Esr. continue cependant celle de 1Esr. : Neustift/Novacella, Augustiner-Chorherrenstift, Cod. 20, f. 119va-129rb, Autriche, 13e4/4

En France

– 1-2Esr. forment un seul livre, intitulé « Primus Esdras », en deux parties. 2Esr. n’a pas de titre ou n’est appelé Neemias qu’en titre courant. La numérotation des chapitres est unique ou recommence au début de 2Esr. 3Esr. est présent ou non.

– 2Esr. ne se distingue de 1Esr.(intitulé « Esdras ») que par la rubrique « Verba Neemiae », mise en évidence par une initiale ornée (Do17/4 ; ΩL). Il est parfois appelé « Neemias ». Dans un premier temps, la capitulation de 2Esr. continue celle de 1Esr. (2Esr. 1 = 1Esr. 8) : Do22/4 f. 185r. 3-4Esr. sont omis dans les ensembles bibliques glosés Do17 (France du Nord, second quart du 13e siècle), Do22 (France du Nord, 13e s. 1/3).

– Néémie (2Esr.) est suivi de 3Esr. (version vulgate) intitulé « Esdras secundus », ou « Liber secundus Esdrae » (ΩX f. 194va) : ainsi les bibles dominicaines ΩJ ΩL (f. 198va) et P59, l’exemplar biblique du stationnaire parisien « de Sens » (ΩX : Paris, Maz. 37, f. 191ra sqq.), la bible de Clément VII (Paris, BnF, lat. 18, f. 146va-158vb). Tous ces exemplaires omettent encore 4Esr. Il me semble qu’il s’agit du schéma parsien majoritaire dans le  troisième quart du 13e siècle.

– 1Esr. et 2Esr. sont autonomes. Cet usage est attesté dans certains manuscrits, de la Glose notamment, au tout début du 13e siècle (Paris, BnF, lat. 17204, f. 116r-126), par les correctoires.

Il semble que deux schémas sont en usages à Paris ou sous son influence, chacun pouvant être décliné avec de nombreuses variations (capitulations, titres courants etc.)

  1. A) 1-3Esr. « Esdras primus » = 1Esr., + « Neemias » = 2Esr., + « Esdras secundus » = 3Esr. (4Esr. omis). C’est le schéma majoritaire attesté par des manuscrits représentatifs des usages du clergé moyen, comme ΩX (exemplar du stationnaire de Sens), la postille dominicaine (Hugues Postille minores) et certains témoins de la postilles de Nicolas de Lyre.
  2. B) 1-2Esr. « Esdras » = 1Esr., « Neemias » ou « Secundus Esdras » = 2Esr. (3-4Esr. omis). Ce schéma, plus traditionnel, attesté par la bible glosée est confirmé par les correctoires.

Il faut leur ajouter des manuscrits qui adoptent des solutions indépendantes : présence de 4 Esr. (exceptionnelle), autres découpages des textes, autres versions du texte latin, autre façon de numéroter les livres.

On observe très souvent des corrections et des repentirs dans la façon de numéroter 2Esr. et 3Esr., même dans l’exemplar de Sens. Les éditeurs médiévaux ont eu de la peine à se faire une religion au sujet de ce livre. Tout le monde était au courant des données du problème, mais nul n’a été en mesure d’imposer un schéma, hormis peut-être les ordres mendiants.

Il semble que l’autonomisation de 2Esr. par rapport à 1Esr. se fasse indépendamment de la présence ou non de 3Esr.

3Esr. circule à Paris dans la version vulgate qui a été préférée à la version vieille latine (VL) encore très accessible et diffusée.

La chronologie est difficile à préciser. La seule certitude est la rareté – en fait l’absence –  de 4Esr. au 13e siècle en France et un probable recul de 3Esr. à la fin du siècle.

3-4 Esdras : rejet et intérêt

Les postilles longues d’Hugues de St-Cher (version imprimée) ne commentent pas 3Esr. dont le texte est présent dans les postilles mineures manuscrites d’Hugues (ou postilles dominicaines) mais n’est pas commenté. Les deux correctoires légués par Richard de Fournival à la Sorbonne (CorS1 CorS2 f. 188r), datables du dernier quart du 13e siècle, ne mentionnent que « Esdras primus » et « secundus » mis pour Néhemie. On n’y fait pas mention de 3-4Esr. Il en va de même au premier quart du 14e siècle chez Nicolas de Lyre  [Postilles morales (Paris, BnF, lat. 351) et Postilles littérales (Paris, BnF, lat. 359, f. 296v-310)]. Ces absences sont peut-être le signe d’une réaction critique par rapport aux tendances de la standardisation parisienne. Au 15e siècle, Gutenberg, Pfister, Fust et Schaeffer réintègrent 3Esr. L’introduction de 4Esr. est donc tardive. Je ne le rencontre au 13e siècle que dans ΩM qui est en fait une bible anglaise daté de Canterbury en 1231.

L’intérêt de 3Esr. et 4Esr. ne se limite pas cependant à leur canonicité telle que la comprennent les exégètes catholiques contemporains issus de la modernité critique ou l’exégèse confessante issue de la Réforme protestante.  Les auteurs du Nouveau Testament, la liturgie antique, la théologie de la prière pour les défunts ont puisé dans 3-4Esr. de nombreuses références qui justifient l’intérêt des éditeurs anciens de la Bible et de l’Eglise catholique pour ces témoins de sa tradition. La prière d’Esdras (4Esr. 8, 20-36) a été insérée dans des psautiers dévotionnels enrichis (Paris, BnF, lat. 134, f. 96v et apparat de l’édition Weber) ; elle appartient de ce fait au patrimoine eucologique de la tradition occidentale.Les auteurs ecclésiastiques des premiers siècles  citent peu Esdras (voir Bogaert2000). La piété médiévale y a puisé:

1° Les auteurs du Nouveau Testament reprennent des expressions de 3-4Esr. ; leur langue et leur vocabulaires, leurs images présentent nombre de parallèles parfois étonnant (4Esr. 5 :18 / Io. 10, 12 etc.) ; on peut considérer que l’Apocalypse de Jean reprend des expressions de 4Esr.

2° la théologie chrétienne  a trouvé des lieux théologiques « cruciaux » dans le débat de la fin du Moyen-Âge et des Réformes religieuses du 16e s. : 4Esr. 8, 33 cf. 1Cor. 3, 8 : « ex propriis operibus recipient mercedem ». Il suffit de se reporter pour s’en convaincre aux lieux parallèles néo-testamentaire de l’édition Weber. 4Esr. apporte un soutien évident à la théologie de la rétribution des actes dans l’au-delà.

3° l’Eglise, dès la période carolingienne, y a puisé les expressions de sa prière. Le Moyen-Âge central a lu attentivement 3 et 4 Esdr. alors même que 3Esr. est un recueil de remplois ; c’est la liturgie post-tridentine, alors même que le Concile de Trente ne compte pas 3-4Esr. dans le canon et que la Sixto-Clémentine les édite en appendice, qui impose avec la liturgie romaine l’introït « Requiem eternam »[7] dans la liturgie des défunts alors que les rites locaux (rites parisiens, cartusiens, etc.) ont plusieurs autres introïts différents pour les messes des défunts.[8]

Position d’Esdras dans les bibles

1-2Esr. sont généralement insérés à la suite de 1-2Par., mais on le(s) trouve aussi à la suite de Sir.[9] Les bibles glosées forment un cas à part car la présence de la Glose conduit à des regroupements de livres en fonction de critères matériels et pratiques (taille des volumes à relier), d’associations thématiques ou théologiques comme la dominante ecclésiologique de l’interprétation de certains livres (Apc. – Ct.), ou de regroupements des livres historiques en fonction de la chronologie. Ainsi l’ensemble glosé SetDo18/1 (France : Nord ou Paris, 12e 2/4) place 1-2Esr. après l’Octateuque (Gn.-Ruth.) et avant Tob. Idt. Est., alors que l’ensemble glosé SetDo17 place 1-2Esr. dans l’ordre habituel. Dans l’ensemble SetDo22/4 (France : Nord ou Paris, 12e 1/4), c’est le livre des Maccabées (1-2Mcc.) qui est placé avant Tobie, tandis que 1-2Esr. suivent Esther.

Bibliographie

Bogaert2000 : P.-M. Bogaert, « Les livres d’Esdras et leur numérotation dans l’histoire du canon de la Bible latine », Revue bénédictine, 110 (2000), p. 5-26 et la bibliographie citée dans cette étude. Voir aussi :

Sixdenier1969 : Sixdenier (Guy-Dominique), « Le IIIe livre d’Esdras et la Vulgate de Stuttgart », Revue des études anciennes, 71 (1969), p. 390-401 [mention de quelques manuscrits supplémentaires].

[1] Par commodité, nous utiliserons ici la division d’Esdras en 4 livres (siglés 1-4Esr.), vulgarisée par la Sixto-Clémentine et l’Editio minor de la Vulgate. Il s’agit de 1Esr. (B’ grec) ; 2Esr. (B’grec, Nehemie latin) ; 3Esr. (A’ grec) ; 4Esr.

[2] Clementina, Appendix, p. 1: « Oratio Manassae necnon libri duo qui sub libri Tertii et Quarti Esdrae nomine circumferuntur, hic in loco, extra seriem Canonicorum Librorum quos sancta Tridentina synodus suscepit et pro canonicis suscipiendos decrevit, sepositi sunt ne prorsus interirent, quippe qui a nonnullis sanctis patribus interdum citantur, et in aliquibus bibliis latinis tam manuscriptis quam impressis reperiuntur ».

[3] Bogaert 2000, p. 5-26, ici p. 8

[4] Il en va de même pour l’épître apocryphe de Paul aux Laodicéens (Laod.) (Biblia vulgata, ed. Weber-Gryson, Stuttgart, 1994, p. 1976 ; cf. p. XLI).

[5] Voir la bibliographie sur les pages du carnet hypoteses.org : Sacra pagina

[6] L’édition électronique de la Glose ordinaire et l’établissement du texte biblique concomitant nous a permis d’acquérir cette conviction grâce à l’exercice de la collation systématique de quelques textes bibliques à partir de manuscrits d’époques et d’origines diverses, mais bien échelonnés dans le temps. Nous reviendrons dans d’autres publications sur cette progressivité de l’amélioration du texte latin de la Vulgate qui s’observe entre la fin du 12e et la fin du 16e siècle.

[7] Cf. 4Esr. 2, 34-35 : « Ideoque vobis dico, gentes que auditis et intelligitis : expectate pastorem vestrum, requiem eternitatis dabit vobis, quoniam in proximo est ille qui in finem seculi adveniet. 35 :Parati estote ad premia regni quia lux perpetua lucebit vobis per eternitatem temporis ». Introït : « Requiem eternam donna eis domine et lux perpetua luceat eis ».

[8] Cf. Missa in obsequiis defunctorum, versus ad introitum Requiem eternam, Ps. 64, 2-3 : “Te decet hymnus Deus in Sion…” (om. HESBERT, Antiphonale missarum sextuplex).

[9] Neustift/Novacella, Augustiner-Chorherrenstift, Cod. 20, f. 119va-129rb, Autriche, 13e4/4 (?)

Citer ce billet : Martin Morard, "Esdras et la Bible parisienne", dans Sacra Pagina, 13/09/2018, https://big.hypotheses.org/1287, consulté le 13/12/2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.