Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge

L’édition électronique de la Glose ordinaire de la Bible est adossée à un répertoire des témoins manuscrits de chaque livre de la Bible glosée.

Ce répertoire, en cours de constitution, prend actuellement la forme d’un tableau  de  plus de 4000 entrées qui correspondent à  environ 3000 cotes différentes;  accéder  ici =>.

Contrairement à une idée reçue, il est inexact de dire qu’il n’a pas existé d’ensembles complets de livres glosés couvrant la totalité du canon biblique, issus d’un même  projet éditorial ou – pour caricaturer – d’un même atelier. Il est vrai en revanche qu’il en subsiste peu, que leur homogénéité paléographique et même iconographique est relative, et que souvent les bibliothécaires modernes ont recomposé des ensembles artificiels à partir de manuscrits d’origines diverses. Notre « répertoire » voudrait permettre, à terme, de réunir les manuscrits de même origine ayant appartenu au même ensemble, même s’ils sont conservés dans des fonds différents et, de ce fait, dissociés dans les listes alphabétiques de cotes. Dans l’état actuel de nos travaux (encore peu développés sur ce point), chacun des ensembles identifiés est repérable dans la colonne « sigle » par le préfixe « set » suivi d’un identifiant unique et du sigle du manuscrit correspondant. Par exemple set20Som21, set20Som33, set20P445 désignent le même ensemble (set20) dont les différents volumes correspondent actuellement aux manuscrits siglés Som21, Som33, P445.

  • Les manuscrits sont classés selon l’ordre de la Vulgate ; la même cote peut donc être répétée plusieurs fois.
  • Quand c’est possible, des liens renvoient aux catalogues et aux images numérisées des documents.
  • La mise en page de chaque manuscrit est précisée. Pour en savoir plus sur les mises en pages glosées de la Bible =>
  • Les datations sont indicatives. Pour en savoir plus sur les datations indiquées =>
  • Nous cherchons à inventorier les manuscrits de toutes les versions de la Glose. Pour en savoir plus sur les oeuvres inventoriées =>
  • Catalogues et répertoires déjà dépouillés =>

Mises à pages manuscrites de la Bible glosée (cliquer)

Oeuvres exégétiques répertoriées

Plusieurs commentaires différents ont été associés au texte de la Bible sous forme de gloses dès le 6e siècle. Plusieurs livres de la Bible avaient déjà été partiellement glosés avant Anselme de Laon (fl. fin du 11e siècle), principalement le Psautier, le Cantique des cantiques, l’Apocalypse etc.

Ont été retenus en  priorité les manuscrits de la Glose ordinaire dans ses différentes versions, soit

  • Glossa ordinaria : Glose de Laon complétée et standardisée dans le contexte des écoles à la fin du 12e siècle
  • Parva Glossatura : Glose d’Anselme de Laon ou de son Ecole pour Ps. et Paul.; sigle A
  • Media Glossatura : Glose de Gilbert de la Porrée (Ps. et Paul.); sigle G
  • Magna Glossatura : Glose de Pierre Lombard sur Ps. ou Paul; sigle L

Sans prétention d’exhaustivité, les manuscrits d’autres oeuvres ont été retenus lorsqu’ils ont été associés au texte biblique sous forme de gloses.

  • Glossae priscae : Gloses antérieures à la Glose de Laon
  • Thomas d’Aquin, Catena aurea in Evangelia : voir ici
  • Florus de Lyon, In Paul : repérage aléatoire
  • Nicolas de Gorran : version complémentaire à Hugues de Saint-Cher. Nous n’en signalons ici que quelques manuscrits.
  • Odo de Morimundo / Eudes de Morimond (pseudo) : repérage aléatoire
  • Gilbertus Universalis, par référence au commentaire de Gilbert l’Universel sur les Lamentations qui a servi à la composition de la Glose ordinaire sur les Lamentations ; le rapport semble inversé pour d’autres livres bibliques : leur commentaire par Gilbert l’Universel semble emprunter à la Glose et ne suffit pas à en expliquer tout le contenu.

Livres glosés indépendants ou versions atypiques ; sigle X

Nous n’avons pas retenu les oeuvres que les catalogueurs anciens ou modernes qualifient de « gloses » ou de « livre glosé » (« psalterium glossatum ») lorsque le texte biblique complet en est absent. Les termes « glossa » ou « glossatus/glossatum » désignent souvent des commentaires lemmatiques sans mise en page glosée, au sens technique que nous donnons aujourd’hui à ce terme. A l’inverse, la présence de la glose n’est pas toujours signalée dans les listes anciennes de livres (catalogues) qui se contentent parfois de nommer des livres de la Bible sans préciser qu’ils sont aussi glosés. Par exemple, dans la liste suivante, conservée dans les gardes d’un exemplaire de la Glose ordinaire de la Genèse (Arras, BM, 1004, garde sup., d’après CGM) l’expression « Item Genesis quam pre manibus habemus » désigne selon toute vraisemblance le ms. 1004 qui contient à la fois le livre de la Genèse glosé et la liste qui l’évoque: « Isti sunt libri domini H. presbiteri. Duo paria Decretorum quorum precium vii marcas. Sermones magistri Petri Manducatoris. Tres Euvangeliste. Quartum Euvangelium, scilicet Marcum, habet Walterus de Novo loco. Item xii Prophete in uno volumine. Quatuor magni Prophete in alio volumine cum trenis Jeremie et v libris Salomonis. Item Genesis quam pre manibus habemus. Item Exodus in alio volumine. Item Decretalia Alexandri, scilicet Juste judicate. Item alia Decretalia Devotioni. Item Epistole Pauli de magna glossa. Item liber sermonum qui vocatur Gieu. Item duo volumina Haimonis. Item Historia magistri P. Comestoris ». La liste, sans le manuscrit conservé, ne permet pas de se rendre compte que le simple terme « Genesis » désigne un livre glosé. L’examen des manuscrits conservés est donc le seul moyen d’avoir une juste compréhension de la terminologie des listes anciennes, souvent trompeuses en matière de diffusion des différentes formes du texte biblique.

  1. L’école de Laon n’est pas à l’origine de tous les livres de la Bible glosée. Certains ont été glosés au cours du 12e siècle dans le but de compléter le corpus initié à Laon. Ainsi la Glose sur les Lamentations semble avoir été fabriquée à partir du commentaire de Gilbert l’Universel. La chronologie est difficile à établir car l’absence de tel livre glosé dans une liste datée à peu près complète ne signifie pas que ce livre n’avait pas encore été glosé. Toutes les bibliothèques n’acquerraient pas systématiquement des collections complètes de la Bible glosée.
  2. La Glose « laonnoise » sur le Psautier et les épîtres de Paul est à lire en parallèle avec celle de Gilbert de Poitiers sur les mêmes livres dont les plus anciens manuscrits identifiés sont pour ainsi dire contemporains, datés par les historiens de l’art des mêmes années 1140-1150. Ces deux versions ont été complétées et supplantées, à partir de 1160, par la Magna Glossatura de Pierre Lombard sur Ps. et Paul. (plus de 800 manuscrits dont au moins 400 pour les Psaumes).
  3. L’expression « glose ordinaire » est un titre générique qui désigne aujourd’hui les livres glosés de la Bible issus de la version laonnoise originale ou enrichie (à l’exclusion d’autres versions comme celles de Gilbert de Poitiers, Pierre Lombard, des gloses antérieures à Laon etc.) Ainsi la Glose ordinaire sur les Lamentations est qualifiée comme telle en raison de sa mise en page, bien qu’elle ait été extraite du commentaire de Gilbert l’Universel. Au Moyen-Âge , Glose ordinaire désigne l’état standardisé de celle-ci en usage à partir de l’adoption dans les écoles à la fin des années 1180, de la Magna Glossatura sur les Psaumes et le corpus Paulinien en remplacement de la Glose de Laon, qualifiée désormais de Parva Glossatura. Le développement des écoles, leur adoption de la Glose de Laon, complétée par la Magna Glossatura de Pierre Lombard, l’explosion de la démographie cléricale expliquent la multiplication des exemplaire de la Glose ordinaire à partir de cette période. Les copies postérieures à la fin du 13e siècle se font beaucoup plus rares, bien que la Glose ordinaire n’ait été que partiellement remplacée par de les Postilles d’Hugues de St-Cher, de Nicolas de Gorran puis de Nicolas de Lyre. Ces dernières n’ont d’ailleurs été qu’exceptionnellement diffusées sous forme glosée. L’absence de texte biblique intégral ne leur permettait donc pas de rendre les même services que la Glose ordinaire. )
  4. La version du texte de la Bible reproduit dans les manuscrits glosés en usage dans les écoles des XIIe et XIIIe siècles n’est pas homogène; elle dépend de bibles dont l’origine géographique et chronologique est multiple. L’origine du texte de la Bible dite parisienne ou universitaire remonte en partie à la version du texte biblique diffusé avec la Glose à Paris au début du 13e siècle, laquelle a appellé révisions et corrections (voir Gloss-e, collations en cours).

Datations

  1. Le classement chronologique et géographique des manuscrits de notre liste repose principalement sur des critères externes et des regroupements stylistiques à partir des manuscrits ornés. Les principaux centres français de diffusion de la Glose de Laon et de ses versions complémentaires seraient, selon P. Stirnemann, Laon, Chartres, Sens, Paris. Il faut écarter St-Victor de Paris comme lieu de production initiale de la Glose ordinaire en raison de l’absence des mains des copistes actifs à l’abbaye dans les seuls 5 manuscrits de livres glosés illustrés qui proviennent de St-Victor et datent entre 1140-1150. Ces livres ont été acquis par l’abbaye ou illustrés par des ornemanistes extérieurs embauchés pour l’occasion.
  2. En l’absence de plus de précisions, nous reproduisons les datations des catalogues utilisés. Lorsque que nous avons pu examiner des images des manuscrits, nous proposons une estimation personnelle (signalée par les initiales MM+année), évidemment relative et sujette à discussion. Lorsque des datations argumentées sont disponibles, les principaux lieux de production des manuscrits de la Glose ordinaire identifiés par Patricia Stirnemann sont indiqués (bibliographie ci-dessous et codes couleurs). Concernant la diffusion de la Glose en Angleterre, en Allemagne, en Italie, dans la péninsule ibérique, il reste encore énormément à découvrir.

Sigles et conventions graphiques

Les sigles attribués aux manuscrits (en principe, un sigle par cote de conservation actuelle) sont repris dans les apparats de l’édition électronique de la Glose ordinaire, fondée sur l’édition princeps d’Adolf Rusch (Strasbourg, 1480/1481). Ils permettront à terme de sélectionner les gloses en fonction des provenances, des lieux de production et/ou des dates des manuscrits collationnés.

en vert  : manuscrits d’origine chartraine (Stirnemann 1994).

en jaune :  manuscrits d’origine laonnoise certaine antérieurs à 1150 (Stirnemann 1994)

en rouge  : manuscrits d’origine parisienne (Stirnemann 1994).

en bleu : manuscrits produits à Sens (Stirnemann 2007)

Catalogues, répertoires et études dépouillés

Bases de données ouvertes ::

Calames Bibliothèques de l’enseignement supérieurCALAMES (03.2017), avec ajouts et corrections.: bibliothèques traitées par Annalisa Chiodetti en mars 2018 (expressions recherchées Biblia, Bible, Glossa, Glossae, Bible glosée): Aix en Provence, Aix Marseille, Amiens, Angers, Athenes, Besançon, Beziers, Bordeaux, Brest, Caen, Chaalis, Chantilly, Chatenay-Malabry, Clermont-Ferrand BCC , Clermont-Ferrand Université, Dijon, Evreux, Grenoble, Le Mans, Lille, Lyon Bibliothèque Diderot, Lyon Biu-Lsh, Lyon Université catholique, Maison-Alfort, Metz, Montpellier Universités, Nancy, Nanterre, Nice, Palaiseau, Perpignan, Poitiers, Rennes 1 et 2, St-Denis, Strasbourg, Toulouse, Tours, Valenciennes. Paris – 1sdc, Gaston Baty, 7 Université, 8, 9 Académie de Médecine, Academie Française, Jacques Doucet, Mazarine, Sainte-Geneviève, Thiers, Biu Cujas, Biu Medicine, Biu Farmacie, BULAC, CNAM, Ecole des mines, ecole française d’Extreme-Orient, ecole militaire, ecole pratique des hautes études, ENS-Ulm, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art, Institut Catholique, Institut de France, Marie Curie, Musée Jacquemart-André, Muséum d’histoire naturelle, Science Po, Société historique protestantisme français, Sorbonne Université, Sorbonne-BIU centrale, Paris/Meudon Observatoire.

Digital-scriptorium [état du 1.6.2018]

FAMA (état du 22.12.2017), avec ajouts et corrections :Glossa ordinaria, Magna et Media Glossatura, Gilbert l’universel

https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suche_sim&bandnummer=bsb00034155&pimage=00001&einzelsegmentsuche=1&einzelsegment=&l=de

https://www.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suchen&l=de&kl=&projekt=&vtr=121&btr=160&mtr=40&trs=40&ab=Glossa&ordnung=&projekt=&suche_autor=&suche_titel=&suche_ort=&suche_signatur=&suche_sprache=&suche_jahr=&suche_label

Morard (Martin), Psalmica.repertoire des psautiers et commentaires des psaumes manuscrits, base accès personnelle (15.8.2018) : tous les Psautiers glosés, Parva, Media et Magna Glossatura.

recherche p         ar Annalisa Chiodetti (Univerità di Torino – IRHT) des manuscrits numérisés déjà présents dans la présente liste à la date du 6.3.2018

Catalogues ::

Allemagne :

  1. Fulda ;
  2. Codices Electronici Ecclesiae Coloniensis (http://www.ceec.uni-koeln.de/) [3.2.2018]
  3. Bergisch-Gladbach, Paffrath, Kath. Pfarrei St. Clemens (1 Hs.)
  4. Düsseldorf, St. Lambertus (14 Hss.)
  5. Düsseldorf, Gerresheim, Kath. Pfarrei St. Margareta (1 Hs.)
  6. Euskirchen, Kath. Pfarrei St. Martin (7 Hss.)
  7. Hamburg : Universitätsbibliothek
  8. Kerpen, Kath. Pfarrei St. Martinus (2 Hss.)
  9. Kerpen, Sindorf, Kath. Pfarrei St. Maria Königin (2 Hss.)
  10. Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek (392 Hss.)
  11. Köln, Kath. Pfarrei St. Kunibert (4 Hss.)
  12. Königswinter, Kath. Pfarrei St. Remigius (1 Hs.)

Espagne :

  1. Vich : Gudiol i Cunill, Catàleg dels Llibres manuscrits anteriors al segle XVIII del Museu Episcopal de Vich (Extr. Butlleti de la Biblioteca de Catalunya, 6 (1920-22), 50-97; 7 (1923-27), 59-154; 8 (1928-32), 42-120 = Barcelona: Casa de Caritat, 1934.
  2. Tolède: Catalogo de la Librería del Cabildo Toledano, 1903: bibliothèque du chapitre cathédral de Tolède, aucun manuscrit glosé sur plus de 400 manuscrits latin.

Suisse

  1. Mohlberg (Leo Cunibert), Katalog der  Handschriften der  Zentralbibliothek    Zürich. 1.  Mittelalterliche Handschriften, Zürich, 1952.

Italie

  1. Assisi : Sacro Convento (catalogue informatisé des manuscrits)
  2. Cava de’ Tirreni, Biblioteca statale del Monumento nazionale della Abbazia Benedettina della Ss. Trinità, Codices Cavenses,
  3. Kristeller, Iter italicum, t. 2
  4. Monza: Catalogue Bonelli (traité par Annalisa Chiodetti & MM, avril 2018)
  5. Venezia : R. Quinto, Manoscritti medievali nella biblioteca dei Redentoristi di Venezia, Padova, 2006 [RAS].
  6. Cataloghi e Collezioni digitali delle Biblioteche italiane [11.5.2018]

France : CGM::

  1. Abbeville ;
  2. Agen CCFR ;
  3. Aires-sur la-Lys ;
  4. Aix-en-Othe;
  5. Aix-en-Provence ;
  6. Aix-les-bains : rien
  7. Ajaccio ; ;
  8. Albi (CGM in 4°)
  9. Alençon
  10. Alès ;
  11. Amberieu en Bugey ;
  12. Amiens ;
  13. Angers;
  14. Angoulême : rien
  15. Annecy : rien
  16. Annonay : rien
  17. Antibes : rien
  18. Arbois: rien
  19. Arcis-le-Ponsart
  20. Argentan
  21. Arles
  22. Armentières
  23. Arras
  24. Aubenas
  25. Aubière
  26. Auch
  27. Aurillac
  28. Auxonne
  29. Avallon
  30. Avesnes-sur-Helpe
  31. Avignon
  32. Avranches
  33. Bagnères-de-Bigorre:rien
  34. Bagnols sur Cèze
  35. Bar-le-Duc
  36. Bastia
  37. Baume-les-Dames
  38. Bayeux
  39. Bayonne
  40. Beaune
  41. Beauvais
  42. Belfort
  43. Bellac
  44. Bergerac
  45. Bergues
  46. Bernay
  47. Besançon
  48. Béthune
  49. Béziers
  50. Bischwiller
  51. Blois
  52. Bordeaux CGM CCFR
  53. Bormes-les-Mimosas
  54. Bougival
  55. Boulogne-Billancourt
  56. Boulogne-sur-Mer
  57. Bourbonne-les-Bains
  58. Bourbourg
  59. Bourg-en-Bresse
  60. Bourg-en-Bresse
  61. Bourges
  62. Bourmont
  63. Bouxwiller
  64. Brest
  65. Briançon
  66. Briey
  67. Brioude
  68. Brive-la-Gaillarde
  69. Cachan
  70. Caen
  71. Cahors
  72. Calais
  73. Cambo-les-Bains
  74. Cambrai
  75. Cannes
  76. Capoulet et Junac
  77. Carcassonne
  78. Castelnaudary
  79. Castres
  80. Cavaillon
  81. Cergy-Pontoise
  82. Cérilly
  83. CGM : Bibliothèques de la Marine
  84. CGM, tome 2, 9, Paris, BnF, latin 1 à 385
  85. Chalezeule
  86. Châlon sur Saône
  87. Châlons en Champagne
  88. Chamarande
  89. Chamarandes Choignes
  90. Chambéry
  91. Champagney
  92. Chantilly
  93. Charleville-Mézières
  94. Charmont-sous-Barbuise
  95. Charolles
  96. Chartres
  97. Château Gontier
  98. Château-Arnoux
  99. Châteaudun
  100. Chateaulin
  101. Châteauroux
  102. Château-Thierry]
  103. Châtellerault
  104. Châtenay Malabry
  105. Chatillon-sur-Seine
  106. Chaumont
  107. Cherbourg-en-Cotentin
  108. Cherbourg-Octeville
  109. Clamecy
  110. Clermont-de-l’Oise
  111. Clermont-Ferrand
  112. Clermont-Ferrand Université,
  113. Cognac
  114. Colmar
  115. Compiègne
  116. Conches-en-Ouches
  117. Condé-sur-Noireau
  118. Condom
  119. Confolens
  120. Corbeil Essonnes
  121. Coulommiers
  122. Coutances
  123. Crépy en Valois
  124. Crest
  125. Créteil
  126. Dainville
  127. Dax
  128. Dieppe
  129. Digne-les-Bains
  130. Dijon
  131. Dinan
  132. Dinard
  133. Dôle
  134. Domfront
  135. Douai
  136. Draguignan
  137. Dreux
  138. Dunquerke
  139. Durenque
  140. Eaubonne
  141. Echirolle
  142. Elbeuf
  143. Epernay
  144. Epinal
  145. Etampes
  146. Evreux
  147. Fabrezan
  148. Falaize
  149. Faverges
  150. Fécamp
  151. Figeac
  152. Flers
  153. Foix
  154. Fontaine de Vaucluse
  155. Fontainebleau
  156. Fontaine-Chaalis: rien
  157. Forbach
  158. Forcalquier
  159. Fort de France
  160. Fouras
  161. Fréjus
  162. Gaillac
  163. Gap
  164. Gaston Baty,
  165. Gien
  166. Gif-sur-Yvette
  167. Gisors
  168. Gournay-en-Bray
  169. Grasse
  170. Gray
  171. Grenoble
  172. Grignan
  173. Groix
  174. Guer
  175. Guéret
  176. Guingamp
  177. Hasparren
  178. Hesdin
  179. Honfleur
  180. Hyere
  181. Illiers-Combray
  182. Issoudun
  183. Joigny
  184. Lyon Université catholique
  185. Mâcon
  186. Magny les Hameaux
  187. Maison Alfort
  188. Mamers
  189. Manosque
  190. Mantes la Jolie
  191. Montpellier Universités,
  192. Neufchâteau
  193. Nouméa
  194. Orange
  195. Paris – 1sdc,
  196. Paris 7 Université, Paris 8,
  197. Paris 9
  198. Paris Académie de Médecine,
  199. Paris Academie Française, *Paris Jacques Doucet,
  200. Paris Biu Cujas,
  201. Paris Biu Medecine,
  202. Paris Biu Pharmacie,
  203. Paris BULAC,
  204. Paris Calames : Paris – 1sdc,
  205. Paris CNAM,
  206. Paris Ecole des mines, Paris ecole française d’Extreme-Orient,
  207. Paris ecole militaire, Paris ecole pratique des hautes études,
  208. Paris ENS-Ulm, Paris Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art,
  209. Paris Institut Catholique,
  210. Paris Jacquemart-André, Paris Muséum d’histoire naturelle,
  211. Paris Mazarine
  212. Paris Sainte-Geneviève,
  213. Paris Science Po,
  214. Paris Société historique protestantisme français,
  215. Paris Thiers,
  216. Paris Université,
  217. Paris, BnF, lat. 8823-8921
  218. Paris, BnF, lat. 9364 (documents Baluze sur l’origine des mss. de la bibliothèque de Colbert)
  219. Reims CGM CCFR
  220. Romorantin Lanthenay
  221. Roubaix
  222. Sedan
  223. Soissons;
  224. Sorbonne-BIU centrale, Paris Meudon Observatoire.
  225. Strasbourg
  226. Tarascon
  227. Tarbes
  228. Tonnerre ;
  229. Toul
  230. Trévoux
  231. Tulle
  232. Valognes
  233. Vannes
  234. Vanves
  235. Vemars
  236. Vendôme
  237. Verdun
  238. Verneuil-sur-Avre
  239. Verrières le Buisson
  240. Versailles
  241. Vervins
  242. Vesoul
  243. Vichy
  244. Vienne
  245. Villefranche de Rouergue,
  246. Villefranche sur Saône
  247. Villeneuve d’Asc,
  248. Villeneuve sur Lot,
  249. Villeneuve-sur-Yonne,
  250. Vincenne
  251. Vire,
  252. Vitré,
  253. Vitry sur Seine,
  254. Vitry-le-François,
  255. Vogue,
  256. Wisques,
  257. Yerres,
  258. Yzeure : rien

Etudes ::

Dolbeau (François), « Trois catalogues de bibliothèques médiévales restitués à des abbayes cisterciennes (Cheminon , Haute-Fontaine, Mortemer) ». In: Revue d’histoire des textes, bulletin n°18 (1988), 1989. pp. 81-108.

Mielle de Becdelièvre (Dominique) , Prêcher en silence: enquête codicologique sur les manuscrits du xiie siècle provenant de la Grande Chartreuse, St-Étienne, 2004.

Omont (H.), Inventaire des manuscrits grecs et latins donnés à Saint Marc par le cardinal Bessarion, «Revue des Bibliothèques», IV, 1894, pp. 129-187.

Destrez (Jean),  Chenu (Marie-Dominique), «Une collection manuscrite des œuvres complètes de St. Thomas d’Aquin par le Roi Aragonais de Naples 1480-1493» in Archivum fratrum praedicatorum, vol. XXIII (1953), pp. 309-326.

Laffitte (Marie-Pierre), « Inventaires de bibliothèques normandes: l’intérêt des listes tardives », Tabularia [En ligne], Les bibliothèques médiévales de Normandie et des mondes normands: échanges et circulation, mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 11 mai 2018. (intégré les manuscrits subsistants identifiés § 8)

Stirnemann (Patricia), « Où ont été fabriqués les livres de la glose ordinaire dans la première moitié du xiie siècle? », dans Le xiie siècle: mutations et renouveau en France dans la première moitié du xiie siècle, Fr. Gasparri dir., Paris, 1994 (Cahiers du Léopard d’Or 3), p. 257-301.

Stirnemann (Patricia),  « Gilbert de la Porrée et les livres glosés à Laon, à Chartres et à Paris », dans Monde médiéval et société chartraine. Actes du colloque international organisé par la Ville et le Diocèse de Chartres, 8-10 septembre 1994, éd. J.-R. Armogathe, Paris, 1997, p. 83-96.

Stirnemann (Patricia), « En quête de Sens », dans Quand a peinture était dans les livre. Mélanges en l’honneur de François Avril, dir. Mara Hofmann et Caroline Zöhl, Paris, Turnhout, 2007, p. 303-311. Ces trois études  ne tiennent pas compte des manuscrits non ornés.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge", dans Sacra Pagina, 14/08/2018, https://big.hypotheses.org/1362, consulté le 16/10/2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.