Roscelin de Compiègne commentateur des Psaumes

Martin Morard, « Catalogue des commentaires des Psaumes au Moyen Âge », dans La harpe des clercs. Réceptions du Psautier latin au Moyen Âge entre usages populaires et commentaires scolaires, Paris, Sorbonne, 2008, p. 1771-1775.

lire le pdf original : Roscelin de Compiègne_In Ps

D – Roscelinus de Compendio (1050 c. – 1120/1125) – sec.

Incip. prol.: Primum considera

Prol. longDare… Istud etiam videndum est: quo genere revelationis hec prophetia… Liber psalmorum dici consuevit. Si vero queratur cur prophetia ista… -… Sed iam ad huius prophetie textum proprius accedamus. 

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$Paris, BnF, lat. 0436, f. 1r-2v: anon., 1150 c., Nord de la France ou plus probablement St-Germain-des-Prés.

$Paris, BnF, lat. 00547: anon., xiie s. 2/4 ), f. 1r-3r.

®Troyes, BM 1507, f. 24r-25v: «In nomine Domini incipiunt stille verborum magistri Brunonis super Psalterium» [pr. m.]: France. xiie s. ¼ , après 1105 (date déduite d’une allusion à Jarenton abbé de Ste-Bénigne de Dijon, mort en 1105, évoqué comme vivant, dans la seconde pièce du ms. (f. #): lettre d’Arduin de Chartres, moine de Dijon, à Gau. natione Baiocens, nunc vero cohabitatione Remensi). – Prov.: Bouhier E.49 (anno 1721). Stille pourrait faire allusion au Sintillarius d’Alcuin, recueil d’étincelle ; cf. Bandini, Catalogus… Mediceae Laurentianae, t. 4 (Santa Croce), Plut.35 sin cod. 5. – Suivi de et.

Édition (prologue): Corpus prol.

  • Prol. abrégé

Incip. prol. (commence au n° 5 de notre édition): «Istud etiam videndum est: quo genere revelationis hec prophetia… Liber psalmorum dici consuevit. Intitulatur autem secundum quosdam Liber soliloquiorum quod ideo videtur fieri quia illud quod aliquis secum rimatur et a nullo et a nullo (!) addisc<it> nisi a veritate sibi interius presidente soliloquium dicitur. Verbi gratia quemadmodum beatus Augustinus investigat secum de natura anime et de essentia, de eodem modo potest prophetia dici investigasse secum de incarnatione Filii Dei et de reparatione humani generis. Si vero queratur quare prophetia ista… -… Sed iam ad huius prophetie textum proprius accedamus.»

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$Arsenal 0083 (1180-1200c., attribué à Roscelin de première main), f. 1r-2r.

Édition (prologue): Corpus prol.

Prol.:cf. ‎Clavis 214

Inc.: Beatus vir. Propheta, spiritali oculo, considerans humanum genus per delicta…-… Hic quoque versus secundum similitudinem superiorum ad intentionem applicari valet.

Ps. 26 (f. 121r):Psalmus David priusquam liniretur. Titulus iste mittit nos ad historiam illam que circa David regem gesta est, qui primum in domo patris a Samuele propheta iniunctus est… Titulus iste mittit nos ad historiam illam que circa David regem gesta est, qui primum in domo patris a Samuele propheta iniunctus est…

Ps 38: Presens tractatus qui pro digniori parte canticum est appellandus eoque (?) de iocunditate superne patrie agat, partim narrando de ea, partim exhortando ad ipsam. Est attribuendus David… Dixi: O vos minus perfecti qui adhuc detinemini mundanis illecebris transilite eas meo exemplo…

Ps 50 (Tr1507, f. 184r):In finem psalmus David cum venit ad eum Nathan propheta quando intravit ad Bersabee uxorem Urie. Hic mittit nos ad historiam illam quomodo David videns Bersabee de solio suo de lavacro ascendente concupivit eam habut<ere> sed cum eam propter infamiam retinere non posset, dolo fecit interfici Uriam… Miserere mei Deus ac si diceret quicumque incideret in criminali vel multa criminalia non desperent set fiducialiter orent exemplo mei ; qui ita oro: O Deus qui misericorditer me creasti et frustra creasti si modo perire permiseris, miserere mei idest ex misericordia tua restitue me in pristinum statum…

Expl. Ps 150, 4:…Laudent etiam eum in organo… concordia et caritas… [coins inférieurs du f. mutilés] quod maior non in Iudeorum (?) maiori nec maior contempnet»

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

®Troyes, BM 1507, f. 25v-372v: pas d’attribution à Roscelin, cf. ‎Clavis 214 ; pas de solution de continuité paléographique ou codicologique entre Ps. 25 et 26). Dans les marges des ajouts sont copiés de première main avec renvois à l’intérieur du commentaire. Ces ajouts ne sont pas du commentaire de maître Bruno (de Reims). – Ecriture très proche de celle du manuscrit G de Maître Bruno ; même style. Comparer les T U de G, f. 285v et Tr1507, f. 125r356 ; le A de G f. 55v et celui de Tr1507 f. 127r (2e après le pied-de-mouche). Ps. 266 (f. 124r), 27 (f. 127r).

  • B – version révisée et incomplète: In Ps 1-50 ; 80,3-83,6

Prol.:cf. ‎Clavis 214

Ps 1-25: cf. ‎Clavis 219avec variantes.

Ps 26-50: «Dominus illuminatio mea. Materia est fidelis qui ostendit semper duas unctiones et per opera duabus unctionibus idonea certum et securum, de tertia unctione finis ut alii fideles…-… Ergo vos quilibet et penitendo de venia confidite [desin. Ps 50] » ;

Ps 80, 3-83,12: [l’ordre du texte impose de restituer celui des f. ainsi: Ps 80,3… (f. 155rv) ; Ps 80,7… Divertit ab oneribus…:Quasi Deus cur iudicium idest sicut diximus discretionem humilitatis precipiendo exultate et buccinate et cetera vel cui est iudicium scilicet potestas iudicandi vivos et mortuos… (f. 149r) ; Ps 80,14-81,1 (f. 150) ; Ps 81,2… (f. 151r) ; Ps 82,2… (f. 152r) ; Ps 82,12… (f. 153r) ; Ps 83,1… (f. 154) ; Ps 83, 6-12:…quia misericordiam et veritatem diligit Deus quasi ecce orantem me dixit ut eterna beatitudo et hic custodia michi daretur…et ideo dabit gratiam idest Spiritum Sanctum purgatorem.» (148rv).

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$ Paris, BnF, lat. 436 (anon. 1150 c.), f. 2r-87v: In 1-25 ; f. 87v-147v: In Ps 26-50, et non 51 comme affirmé par Mews à la suite de RB, cf. note mss. du xve s. au f. 147v: «Hec postilla incipit ab inicio psalterii usque ad psalmum Quid gloriaris [51, non compris] ; Codex autem qui sequitur saltum facit ad psalmum Exultate Deo et in eo sunt folia transposita») ; f. 148r-155v: Ps 80,3-83,12.

Note:

Réécriture complète, probablement faite à Paris (peut-être St-Germain-des-Prés), intègre Clavis 219 avec des variantes importantes et l’ajout d’accessus. À partir du Ps. 26, le texte de base semble rejoindre celui de Clavis 216.

  • C -: In Ps 1-69,3

Prol.: cf. ‎Clavis 214

Inc. Ps: «Beatus vir. Propheta, spiritali oculo, considerans humanum genus per delicta… –… Dominum in consideratone omnium fidelium aliorum ut exemplo meo provocati dominici benedicant et laudent verbo et opere. –

Ps. 26: Psalmus David priusquam liniretur. Dominus illuminatio mea. Mittit nos ad historiam de David qui psalmum istum priusquam rex esset institutus composuit referens illa beneficia…

Ps 38:In hoc psalmo continetur canticum et delectatio David, cuiuslibet fidelis qui tantum de appetitu terrenorum subtraxit se quod iam hic requiescit positus in appetitu celestium…

Ps 50 [f. 127vb]:Facta bona confortatio attribuitur David prophetae (sic) dirigenti alios in finem desperationis quia idem propheta loquitur hic de eo quod fuit factum quando Nathan qui dans vel dedit interpretatur…

Ps 51:David saturatus venit in templum et accepit gladium Golie quem ablatum dedicaverat illo templo et gladio munitus abiit…. Intellectus in hoc Psalmo his vocibus designatus est David prophete respicientis in finem mundi…

Ps 52:Titulus iste mittit nos ad historiam de Amalechitis qui hostili manu Sicelec civitatem David invadentibus ceperunt eam et captivos multos uxores scilicet David et filios eius et concives secum victores…

Ps 68 [f. 155ra]:  Salmus iste est agens pro utilitate eorum qui commutabuntur de vetustate in novitatem, de tenebris in lucem, quoniam sicut in Adam omnes moriuntur ita et in Christo omnes v<ivificabuntur>…

Explicit (Ps 69,3): Confundantur et revereantur qui querunt animam meam. Et ita oro evidentibus signis resurrectio mea manifestetur ut illi qui dederunt me in mortem qui laboraverunt animam meam auferre et nomen meum dedere confundantur erubescentes se fecisse et revereantur.».

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$Paris, BnF, lat. 547, f. 3r-83va: anon. 1125-1150 ; in Ps 1-69,3 (incompl. de la fin).  ; omis par RB#

Inc.: Beatus vir. Propheta, spiritali oculo, considerans humanum genus per delicta…-… Hic quoque versus secundum similitudinem superiorum ad intentionem applicari valet.

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$Paris, Arsenal 0083: 1180-1200c. Seul cas d’attribution de cette oeuvre à Roscelin par une main médiévale, postérieure la copie de quelques décennies au plus (cf. aussi essais de plume, f. 79v): In Ps 1-25 [l’ordre des feuillets doit être restitué comme suit: f. 1-48 (Ps 1-10,1) ; 65-72 (Ps 18,3-13) ; 57-64 (Ps 18,14-20,1) ; 49-56 (Ps 21,1-21) ; 73-79 (Ps 24,19-25,12)] ; il manque donc le commentaire des Ps 10,2 à 18,2 ; Ps 20 ; 21,22-24,18. Les f. 49-56 constituant un cahier signé «XVIII», il manque donc 72 f. ou 9 cahiers au manuscrit actuel. Un livre de 152 f. est au Moyen Âge un ouvrage de taille normale.

Extrait :

In Ps 18, 10 (Ar83, f. 71v) «Quamvis vetus novum et novum vetus testamentum inpugnare et falsare a quibusdam videatur tamen sunt euntia in semetipsa idest valentia ad hoc ut alterum per alterum confirmatur, licet discordare videantur. Et notandum est quia ipsa significativum est met (!) discretivum quasi diceret quamvis se falsificare et ab invicem dissentire videantur tamen ipsa a se invicem corroborantur et a semet non alia ab aliis quia veteri testamento nulla confirmatio magis neccessaria quam novi, nec novo aliqua auctoritas magis adminiculatur quam veteris, verbi gratia ut Psalterium per Epistulas et Epistule per Psalterium in exponendo confirmantur.»

  • In Ps 1-15 (version à préciser)

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

London, Lambeth Palace 176: xiie s. ; In Ps 1-15, f. 174-196

London, Lambeth Palace 360, f. 51-73: xiie s.? ; In Ps 1-14 (copié sur le précédent, selon Mews ; tous deux proviennent du prieuré augustin de Lanthony près de Gloucester)

Bibliographie:

C. Mews, «Bruno of Rheims and Roscelin of Compiègne on the Psalms», 2002, p. 129-152.

M. Morard, «Le Commentaire des Psaumes et les écrits attribués à saint Bruno le Chartreux», n. 54 .

G. Dahan, «L’exégèse chrétienne de la Bible», École pratique des Hautes Etudes. Section des sciences religieuses. Annuaire 104 (1995-1996), p. 405 (pour mémoire, sans apport décisif) ;

Id.,L’exégèse chrétienne, p. 100

[identification de P547]

, etc. ;

Id., «En marge du Proslogion», AHDLMA 57 (1990) 11-29.

F. Châtillon¸ «Recherches critiques….», 1953, p. 153.

CGMBPF, 4°: Troyes), p. 631-632.

Hist. litt. de la France,t. 7, p. 132, 275 (rien sur les Psaumes)

Notes sur le contenu:

L’auteur fait preuve d’une véritable hantise de l’hérésie et du schisme dont il parle souvent et tient à se démarquer: In Ps 25, 4 (Non sedi in consilio vanitatis)(Ars83, f. 76v):

«Non sedi cum malignantibus […] ut ab eis recederem […] quia cum impiis idest cum hereticis pietate fidei et dilectionis D<e>i carentibus conversans in eodem consilio, nec sedi nec sedebo non ad quiescam nec deiciar rationibus vel disputationibus illorum a statu pietatis mee».

Il distingue soigneusement la sagesse de la science, mais il fait de la science une connaissance de ce qui est accessible à la raison:

In Ps 7 (Ars83 f. 25): «Est autem intentio perfecti catholici in conflictu contra hereticos constituti in presenti negotio (=Ps) invitare minus perfectos…» Au f. 25v ce sont «heretici infestantes me suis male suadis verbis ut Arriani, Manichei et cetere secte».

Le travail de l’exégèse consiste à tendre son arc (Ps 7, 13) pour choisir à partir de l’AT le bon sens (Ars83 f. 29r):

«Tetendit arcum suum idest Vetus Testamentum quod aptum ad venanda vitia, quemadmodum arcus ad feras, superposito Novo Testamento, quod est fortius, quasi corda alic.tia, carnalis intellectus ad spiritualem intelligentiam contraxit quia cum plurima in eo carnaliter intelligerentur, tamen ut rufa vitula et cauda et sissa ungula per novum Testamentum hoc effecit ut ea carnaliter minime intelligi liceat et non tantum tetendit sed etiam paravit idest publicavit et explanavit illum tensum partim per se et per apostolos, omnino autem per sequaces eorum ut per Iheronimus et Augustinum et ceteros doctores et quandoque Deus est et iustus iudex et fortis et paciens eosque ut que hic puniat nec in futuro vibret gladium si conversi fuerint et tam benevolus qui arcum tetendit et paravit. Sperandum est in eo. Ipsa etiam revelatio, qua refert sic egisse se contra inimicos ut conterentur, satis valet at persuasionem spei, cum illius persuasio accipienda fit# qui a Deo perfectus est ut de salute inimicorum tantopere sollicitetur et in eo et a et in eo secundum cordam et lignum paravit vasa mortis, idest iusto iudicio suo, quamvis occulto, sic adaptavit quasdam literaturas in utroquo testamento ut possent propinare mortem idest ut heretici propter mala merita sua precedentia possint per eas perverse expositas pravum intellectum suum heresi sue concipere et in ipsa eadem vasa, idest litteraturas que perversis mortem propinant.»

In Ps. 4 (Tr1506, f. 37r): rappel ferme et sans équivoque de la doctrine du purgatoire, avec ajout marginam dénonçant ceux qui contestent cette doctrine.

In Ps 18, 3 (Nox nocti indicat scientiam) (Ars83, f. 65r): «Nox inquam idest ipsi apostoli dicerendi nox ad collationem illius status in quo dicuntur dies videlicet eximius fulgorem sapientie sue aliis elucidantes demonstant s<c>ientiam idest exteriora et humana facta Domini Ihesu de quibus scientia habetur. Sicut enim sapientia est de divinis que intellectu tantum sine confirmatione humanarum rationum conprehenduntur, ita scientia de mundanis que presentibus rationibus confirmari possunt habenda est, scilicet indicant nativitatem, passionem, resurrectionem et miraculorum operationem Domini Ihesu. Nocti idest illi qui sapientie et scientie luce carentes, solam fidem habent per quam obscure Deum cognoscunt vel possunt cum istis etiam illi accipi qui et scientia et ipsa fide carent. Quod est dicere sapientibus uti sapientibus, insipientibus vero ut insipientibus locuntur, ut Apostolus ad Corinthios minus capaces: ‘’ Non iudicam me aliquid scire inter vos nisi Christum et hunc crucifixum.’’ [I Cor. 2,2]» ; cf. aussi Ar83, f. 16v: «heretici et falsi christiani» (in Ps 5)

In Ps 21 (Tr1507 f. 106v-108r): longue profession de foi eucharistique avec une théologie assez détaillée. Le clima est celui d’une vive réaction anti-bérengarienne, beaucoup plus vive que dans le commentaire de Maître Bruno. «Sacramentem autem aliud est quod aliud aliquid quod cum videatur significat. Aliud est mysterium idest nullius alius rei signum.» (f. 106v). «Est ergo ut diximus sacramentum corporis et sanguinis res idest veritas quod verum corpus de Virgine natum et in cruce suspensum sed inmortale et inpassibile, et verus sanguis /f. 107r/ de eodem corpore effusus per officium catholici sacerdotis et sollempnia verba absque omni rationabili calumnia efficitur. […] Est et signum secundum utramque materium panis videlicet et vini que in corpus et sanguinem Christi transferuntur.» (même verbe chez Maître Bruno).

In Ps 21 (f. 108v): distingue «simplices clerici» et «laici».

Classement des Manuscrit(s):

A l’examen, le commentaire éclate en presque autant de versions qu’il y a de manuscrits. Le Prologue est identique dans tous les manuscrits, à l’exception de Ars83 où il revêt une forme abrégée et légèrement modifiée.

Paléographiquement et iconographiquement les mss. sont à classer dans l’ordre suivant: 1° Tr1507, P547 P436 Ars83. Le nombre des Psaumes commentés varie comme suit:

L360                      ___________________14

L176                      _____________________15

Ars83                     ______________________________25

P547                      _______________________________| _ _ _ _ _ _ _ _ 69

P436                                     _______________________________|_____|50                                80___83

Tr1507  _______________________________|__________________________________________150

S’apppuyant sur l’explicit de Ars83, Mews pense que ce manuscrit représente la version primitive, que les éditeurs des témoins plus prolixes n’auraient fait que développer. Je soutiens la thèse contraire. Les manuscrits tardifs ont raccourci le commentaire, tandis que les plus anciens sont plus complets.

La coïncidence exacte de l’explicit d’Ars83 avec la fin d’une division fériale est d’autant plus suspecte que les plus anciens témoins de l’œuvre (P547, P436 et Tr1507) ne portent aucune trace de cette mise en texte dont le succès correspond à la diffusion de la Glosa media et surtout de la Magna Glosa. Ars83 serait donc le fruit d’une édition abrégée destinée à procurer une mise en texte conforme aux pratiques des contemporains de la copie (dernier quart du xiie siècle). Par ailleurs, la collation de la fin commentaire du Ps 25 indique qu’en amont de la division fériale, l’unité de la tradition manuscrite est loin d’être évidente (voir Corpus prol. Roscelin , In Ps 25-26).

Seul P547 s’écarte du reste de la tradition à partir du Ps. 26. P436, Tr1507 et Ars83 dépendent d’une même origine. Dans l’état actuel de mes recherches, il semble que seul un tronc commun constitué par l’exposition des huits premiers psaumes se retrouve à l’identique dans tous les témoins. Pour les Ps 1 à 25, un tronc commun élargi réunit A83 Tr1507. P436 ajoute à partir du Ps 8 un bref accessus sur la matière du Psaume et la désignation de la personne (vox) au nom de laquelle il doit être récité, mais reste proche de Tr1507. L176 et 360 n’ont pas été examinés. L’hypothèse de Mews semble devoir être abandonnée.

L’omission par tous les témoins, sauf Tr1507, de l’incise de la fin du § 5* du prologue (Corpus prol., § 5, note#), dont la cohérence avec le texte primitif est soulignée par le «eidem Moysi» de la phrase suivante, désigne Tr1507 comme témoin privilégié du texte primitif. La collation des témoins du prologue révèle 46 accords de Tr1507 avec P547 contre P436 et autant d’accords de Tr1507 avec P436 contre P547. Bien qu’une antériorité critique de Tr1507 par rapport aux autres témoins doive être envisagée, il serait présomptueux de conclure e ; philogiquement, la collation du prologue conduit à associer A83 et P436n l’absence d’une collation complète.

Attribution d’un commentaire des Psaumes à Roscelin:

L’attribution actuellement reçue dépend de la suscription de la fin du xiie siècle placée en tête du manuscrit Ars83, copié vers 1180 et provenant du couvent des Carmes de Paris (f. 1r). Nous avions suggéré que les rapprochements faits avec le peu de ce que l’on sait de la pensée de Roscelin ne constituaient pas un argument suffisant et décisif en faveur de l’attribution du commentaire ; sans connaître notre étude («Les écrits attribués à saint Bruno…»), C. Mews s’est appliqué à montrer que cette attribution était plausible du point de vu de la critique interne et que le commentaire de Roscelin pouvait appartenir à la mouvance de celui de Maître Bruno. L’attribution de première main de Tr1506, à un certain «maître Bruno» est à mon avis une objection solide à l’attribution à Roscelin. Il s’agit de la plus ancienne attestation connue d’un commentaire des Psaumes à «Bruno» . Il est fort probable qu’il s’agisse du véritable commentaire de Maître Bruno.

On notera encore à ce sujet que ce commentaire se montre avare de références patristiques et hagiographiques. Il en est une cependant (in Ps. 3#) quifait une allusion à la légende de saint Benoît: «Per memoriam quippe preteritae rei peccatum nobis suggeritur, ut beato Benedicto[écrit «Benedictus» avec le début du mot en petites capitales dans P436] in heremo cum cuiusdam pulcre mulieris in civitate vise recordaretur…» (P547,f. 3r ; Ars83, f. 3v ; P436, f. 2r omet «in civitate vise» ; mais je ne l’ai pas retrouvée dans Tr1507…). Ailleurs, il est fait allusion à l’âme «a claustro cordis egressa» (Ar83,f. 3r in Ps 1).

La lettre copiée en tête de Tr1507 indique non seulement une provenance bénédictine: elle désigne encore Reims comme lieu de composition, ou au moins d’assemblage du manuscrit.

Il est évident par ailleurs que les idées les plus subversives de Roscelin sur la Trinité ne se retrouvent pas dans les versions du commentaire du lui est attribuée (cf. Morard). Mais avant de rejeter l’attribution à Roscelin, il convient de suggérer par ’hypothèse que l’opprobre et l’anathème jetés sur Roscelin ont pu conduire à couvrir son commentaire de l’autorité de Bruno pour le protéger ; le cas s’est produit pour d’autres commentaires (voir Clavis Michel de Césène#). Dans ce cas, l’expression «stille verborum» pourrait ne pas être une attribution mais une simple référence protectrice à un maître dont Roscelin aurait été l’élève. Mais il faut s’arrêter là ; l’existence même d’un commentaire des Psaumes attribué à Roscelin ou à Bruno de Reims étant impossible à démontrer autrement qu’en acceptant des  suppositions tardives aux sources médiévales indigentes. L’expression «stille verborum» se trouve en tête d’autres commentaires exégétiques contemporains liés à l’école de Laon (ms. Verdun BM 63: «Stille verborum magistri Menegaudi in Apocalypsim» ; Châtillon (p. 167) interprête la formule comme suit: «Terme comparable à celui de glosulae, clausulae,fréquemment employé lorsqu’il s’agit […] d’une exposition continue (cf. d’ailleurs les termes en lesquels l’Anonyme de Melk parle des travaux exégétiques de Manegold: paginalibus clausulis distinxit, glossas continuas scribit [PL 213, 981D] »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.