Catalogue des sources identifiées de la Catena Aurea. Notes d’orientation provisoires

Martin Morard, dernière mise à jour 22 janvier 2021

Avertissement1

1.Auteur – Titre de l’œuvre (date de rédaction)3

2.*Ambrosius Mediolanensis – Epistulae extra collectionem traditae (date de rédaction)4

3.Chrysostomus latinus4

4.Chrysostomus – [commentaires de l’évangile de Matthieu] (Constantinople – 4e s.)5

5.Chrysostomus – Homiliae in Matthaeum (Constantinople – 4e s.)7

6.Chrysostomus (pseudo) – Opus imperfectum in Matthaeum (Italie, 5e-7e s.)10

7.*Chrysostomus – De Baptismo Christi (Constantinople – 4e s.)16

8.Glossa ordinaria (11e-13e s. )17

9.Gregorius Magnus – Moralia in Iob17

10.*Gregorius Nazianzenus (c. 345 – 410)18

11.*Gregorius Nazianzenus – Carmina19

12.*Gregorius Nazianzenus – Epistulae20

13.*Gregorius Nazianzenus – Orationes21

14.*Iulius Africanus – Epistula ad Aristidem23

15.Origenes – Homeliae ex variis locis23

16.Origenes – Homeliae in Ioannem23

17.Origenes – Commentarii in Mattheum. [notice en cours de construction]24

18.Origenes – Homeliae in Lucam [notice en cours de construction]25

19.Origenes – Scholia in Lucam [notice en cours de construction]25

20.*Paschasius Radbertus – De assumptione sanctae Mariae uirginis (790-865)26

21.*Petrus Alphonsi – Dialogus contra Iudeos (1100-1140#)27

22.Rabanus Maurus – In Mt. (780 – 856; 821-822 )[notice en cours de construction]28

23.Theophylactus – Enarratio in Evangelium Marci (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]29

24.Theophylactus – Enarratio in Evangelium Lucae (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]30

25.Theophylactus – Enarratio in Evangelium Ioannis (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]31

26.Thomas de Aquino – [Loci paralleli] (1250-1274)[notice en cours de construction]32

27.Thomas de Aquino – [Glossator : sentences personnelles dans la Catena] (1261-1272)[notice en cours de construction]32

Avertissement

  1. Je publie ici peu à peu les notes de travail accumulées au cours du travail d’édition concernant les sources de la Catena aurea.
  2. Ces notes n’ont aucune prétention encyclopédique. Elles informent le lecteur de l’état concret de nos connaissances d’éditeur, forcément limitées, partielles et évolutives.
  3. Nous n’indiquons que la bibliographie effectivement utilisée. Sur les auteurs eux-mêmes, il a paru inutile de répéter des informations bio-bibliographiques auxquelles tout le monde a désormais accès sur la toile. Nous ne citons que ce qui a effectivement été utilisé. Révélant par le fait même nos ignorances et nos lacunes, nous voudrions faciliter la tâche de ceux qui auront à prendre le relai.
  4. Concernant les sources de la Catena, notre méthode d’analyse et de présentation des sources, le point de vue historique général, la révision du texte, les instruments de fouilles de données numériques ainsi que la nécessité de recourir souvent aux manuscrits, même dans le cas de sources éditées, ont obligé à reprendre ab ovo le dossier de chaque source. Les moyens modernes dont nous disposons permettent d’identifier directement les textes de manière plus rapide, plus cohérente et plus homogène qu’en recourrant à une documentation secondaire difficile d’accès, dispersée, souvent sybilline et finalement incomplète. Il a donc paru inutile d’alourdir la présente édition par l’accumulation de références à des identifications opérées de ci de là, partielles, inexactes ou incomplètes. La vérification et la citation de ces références s’avère être un fardeau plutôt qu’une aide pour l’histoire critique du texte et l’avancée de l’édition. Font exception cependant l’identification précise faite par G. C. Conticello des sentences attribuées à Théophylacte dans l’édition Marietti, ainsi que le travail pionnier de Jean Nicolaï (Ed1657). Dans ces deux cas, qu’il a cependant fallu vérifier, corriger et compléter ponctuellement, les indications fournies ont permi utilement à l’édition de progresser.
  5. Le présent catalogue donne accès – à la manière d’un index des sources, progressivement alimenté et souvent corrigé – aux informations et observations réunies de première main au fil du travail d’édition de la Catena concernant :

1°les textes cités par Thomas, identifiés dans l’apparat des sources de la Catena aurea electronica ;

2° la façon dont la Catena cite et exploite ses sources

  1. Les sources de la Catena doivent être étudiés sous deux angles complémentaires .
  2. Le premier est celui des autorités déclarées auxquelles Thomas associe explicitement chacune des 12834 sentences de la Catena aurea par le moyens de rubriques, appelées « lemmes attributifs » par les spécialistes des gloses et chaînes.
  3. Le second angle d’approche est celui des auteurs identifiés par la critique historique (les références bibliographiques aux sources identifiées dans l’apparat des sources) à l’arrière plan des sentences de la Catena.
  4. Autorités déclarées et auteurs identifiés ne concordent que partiellement. Alors que les secondes sont le reflet de la culture de l’éditeur, les premières permettent d’évaluer la culture acquise du Glossateur. Plus précisément, elles ont valeur de jugement final d’attribution et sont, en tant que telles, les conclusions du travail théologico-critique effectué par Thomas et ses collaborateurs pour attribuer les textes cités. Ce travail diffère de celui de l’éditeur moderne. Il ne s’agit pas en effet, chez Thomas Glossateur, de la mise en œuvre d’un jugement historico-critique effectué dans le cadre d’une démarche positiviste. Il s’agit plutôt d’associer à des « autorités certifiées » les expressions langagières forgées pour expliciter le Texte scripturairedans une démarche théologique qui s’appuye sur une enquête bibliographique et bibliothéconomique : les sentences. Les individus auxquels renvoient les lemmes attributifs ne sont pas les rédacteurs purs et simples de ces sentences. Celles-ci qui sont la dernier état, reconstruit, d’un héritage reçu. Dans le système théologique de la Sacra Pagina, le retour aux originalia n’est pas incompatible avec l’intégration de l’apport de la tradition indirecte et du travail rédactionnel du glossateur. Autrement dit, le Glossateur qualifie, certifie et valide les sentences en les associant aux hypostases-repères de l’héritage chrétien, constitutifs de la Sacra Pagina. On ne saurait même pas dire que ces autorités coïncident avec la notion de « Pères de l’Église » forgée par l’usage moderne dans le contexte des controverses de la fin du Moyen Âge et de la Réforme. C’est la réception par le théologien glossateur qui fait l’autorité du texte dans la mesure où il prend la responsabilité de déclarer ce texte conforme au consensus fidei; les auteurs des lemmes attributifs ne sont pas qualifiés de « pères » parce qu’ils ne sont pas tous évêques ou pasteurs, ayant exercé par fonction pastorale le rôle spécifique de la Paternité dans l’Église : l’engendrement spirituel au salut par l’action pastorale et sacramentelle.
  5. Un même « auteur identifié » par la critique moderne des textes peut avoir été associé intentionnellement par Thomas à plusieurs lemmes attributifs non seulement parce que Thomas en a eu connaissance à partir de documents différents, mais aussi parce qu’il juge devoir attribuer à telle sentence une validation qualitativement différente. Une grande part de ces attributions aberrantes sont dues à des accidents de fabrication de la Catena, des Gloses et chaînes en général, mais d’autres sont aussi l’indice d’une intention. Cette remarque concernent en priorité les sentences qualifiées de « gloses » puisque Thomas leur attribue explicitement un moindre degré de certitude. Dans le cas des sources greques citées à partir des chaînes – soit la totalité des sentences traduites du grec dans la CMC et la CLC – Thomas ignorait souvent qui il citait réellement. L’édition critique fait surtout ressortir à la lumière des réemplois de textes dont Thomas n’avait pas conscience, ‘blanchis’ ou détournés – selon les cas – pour être attribués à des autorités différentes sous le couvert desquelles elles ont diffusé.

Structure d’une notice type :

*  source traitée intégralement dans la CAE

# : information à vérifier ou compléter

 

 

2.       *Ambrosius Mediolanensis – Epistulae extra collectionem traditae (date de rédaction)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires : CPL 0143

langue source : latin

éditions

Ambrosius, Epistulae extra collectionem traditae, CSEL 82/3

B. La Catena

lemme attributif : Ambrosius. In epistolis.

nombre de nombre de sentences attribuées : [1]

status quaestionis

Cette unique sentence a été ajoutée par les éditeurs de la Piana (Ed1570), sans attestation dans la tradition manuscrite authentique de la Catena.

sentences identifiées

Ambrosius, Epistulae extra collectionem traditae, ep. 14, § 109-111, CSEL 82/3, p. 293.1122-294.1156 = CIO19d8.1bis

 

3.       Chrysostomus latinus

A. L’œuvre et sa transmission

langue source : latin traduit du grec et latin

note d’orientation

Les lemmes attributifs de la Catena renvoient à un corpus textuel latin composite, placé sous l’autorité de Chrysostome par Thomas d’Aquin mais inégalement attesté en grec et plus inégalement encore fondé sur des sources chrysostomiennes authentiques. On distinguera :

a. Chrysostome latin traduit à partir des œuvres authentiques de Chrysostome

Les homélies authentiques sur Matthieu traduites en latin par Burgundio de Pise (+1094) et Anianus (4e s.) et les homélies surJean traduites par Burgundio. Ces traductions ont été ponctuellement corrigées et retraduites dans la Catena par Thomas, puis retravaillées par ses éditeurs modernes. Pour cette raison, l’hypothèse du recours à Anianus avancée par G. Mercati doit être réexaminée : les interpolations par la traduction d’Anianus semblent être le fait des éditeurs et non de Thomas. La compréhension du travail effectué par Thomas passe par la restauration du texte médiéval de la Catena.

Voir ici Chrysostomus – Homeliae in Matthaeum ; Chrysostomus – Homeliae in Ioannem.

b. Chrysostome latin partiellement traduit à partir d’œuvres authentiques

  1. Plusieurs collections ‚mixtes‘ associent des homélies authentiques traduites avec des homélies sans texte grec connu. Thomas dépend indirectement d’une des plus diffusées de ces collections, la collection dite des 38 homélies (alias collection Wilmart) dont il cite l’homélie 10 à partir d’un homéliaire de la famille de celui d‘Agimond“ ou d‘Alain de Farfa.
  2. Voir ici Chrysostomus – De proditione Iudae

c. L’Opus imperfectum in Matthaeum

  1. L’attribution de ce texte d’origine arienne à Chrysostome, sans doute pour le préserver de la censure, a conduit le Moyen Âge à le recevoir comme une œuvre authentique. Voir ici Chrysostomus (pseudo) – Opus imperfectum

d. Chrysostome latin traduit pour la Catena à partir des chaînes grecques

  1. Thomas déclare, dans le prologue commun à la CMC, CLC et CIO, avoir fait traduire certains commentaires grecs à l’intention de ce travail. Les œuvres ainsi désignées sont deux chaînes grecques majeures, jamais traduites auparavant et quelques autres textes dont nous reparlerons en leur lieu. Les sentences de la CMC et de la CLC attribuées à Chrysostome sont la traduction de scholia extraits de ces deux chaînes.
  2. Dans la CMC, toutes les nombre de sentences attribuées à Chrysostome sont des traductions d’extraits de la première recension de la chaîne grecque dite de Victor d’Antioche sur Marc [CPG C125.1] dont nous avons établi le texte à partir du ms. Vat. grec. 756, témoin du 12e copié en Sicile. Nous avons indiqué les principales variantes de ce manuscrit par rapport au texte de l’édition Matthei, établie à partir de manuscrits conservés à Moscou (C. F. Matthaei, Βίκτωρος πρεσϐυτέρου Ἀντιοχείας καὶ ἄλλων πατέρων ἐξήγησις εἰς τὸ κατὰ Μάρκον ἅγιον εὐαγγέλιον, Moscou, 2 vol., 1775, p. 2-122). La comparaison avec la seconde recension de la même chaîne éditée par Cramer [CPG C125.2] met en évidence l’usage par Thomas de la première recension.
  3. L’attribution à Chrysostome des sentences extraites de cette chaîne n’a pas de fondement dans les manuscrits grecs de la chaîne dont aucun n’est attribué à Chrysostome ; la plupart sont anonymes ; leurs scholia sont également anonymes (absence de lemmes attributifs). Le lien avec Chrysostome est donc imputable à l’esprit critique de Thomas qui a repéré des passages des homélies de Chrysostome sur Matthieu réemployés pour commenter Marc. Cependant, non seulement Chrysostome n’est pas le rédacteur du texte de cette chaîne ; non seulement la chaîne n’est pas faite uniquement de citations de Chrysostome ; non seulement une grande partie de la chaîne n’a pas de source connue, mais nombre de passages retenus par Thomas sont en fait des citations d’autres auteurs patristiques utilisés par le caténiste que Thomas et ses collaborateurs n’ont pas pu identifier. Il en résulte que maintes sentences ou expressions que la CMC a transmis sous le nom de Chrysostome ne sont pas de lui.

Voir ici Victor Antiochenus ( ?) – Catena graecorum patrum in Marcum.

  1. Toutes les sentences chrysostomiennes de la CLC sont traduites à partir des scholia grecs de la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur Luc. Quelques accidents de lemmes attributifs dus soit aux copistes de la chaîne de Nicétas, soit à ceux de la Catena ont entraîné çà et là l’attribution erronée de scholia d’autres pères à Chrysostome. Mais dans l’ensemble, les sentences de la CLC attribuées à Chrysostome sont extraites de textes du corpus chrysostomien authentique, plus ou moins retravaillés par Nicétas.

Voir ici Nicetas Heracleensis – Catena graecorum patrum in Lucam.

e. Spuria : les faux chrysostomiens.

  1. Hormis certaines homélies de la collection Wilmart et l’Opus imperfectum, Thomas ne cite pour ainsi dire aucun texte pseudo-chrysostomiens. Les éditions imprimées sourcées de la CMC (Ed1611 Ed1657) renvoient parfois à « Chrysostomus In Marcum hom. 10 » (CMC9d1.2). Cette homélie est en fait un sermon latin pseudo chrysostomien attribué par Dom Morin à Jérôme (CPL 594) : Iohannis Chrysostomi, In evangelium secundum Marcum et Lucam, ad Benedictum Prevotium, Parisiis, 1557, f. 15-18. Elle n’est la source d’aucune sentence de la Catena, pas plus que CPG 4646 (PG 61, 721). De nombreuses homélies attribuées à Chrysostome demeurent inédites (CPG 4898, CPG4900, CPG 5009, CPG5017, CPG5175.20 et passim), mais à ce jour, les sources de toutes les sentences chrysostomiennes de la Catena ont pu être repérées dans le corpus des œuvres reconnues.

éditions

  1. Se reporter aux notices de chaque œuvre.
  2. Accès à quelques éditions en ligne : https://www.digitale-sammlungen.de/index.html?c=autoren_werke&ab=Johannes%20[Chrysostomus]&l=en.

bibliographie

  • Wenk 1988 : Wolfgang Wenk, Zur Sammlung der 38 Homilien des Chrysostomus Latinus mit der Edition der Nr 6, 8, 27, 32 und 33, Wien, 1988 (Wiener Studien, 10)
  • Bouhot 1989: Jean-Paul Bouhot, « Les traductions latines de Jean Chrysostome du ve au xvie siècle », in Contamine Geneviève (éd.), Traduction et traducteurs au Moyen Âge. Actes du colloque international du CNRS organisé à Paris, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, les 26-28 mai 1986, Paris, 1989, p. 31-39.

 

  1. La Catena

lemmes attributifs : Chrysostomus / Chrysostomus in homeliario / Chrysostomus super Mattheum

La Catena désigne les sentences extraites de l’Opus imperfectum par le lemme « Chrysostomus super Mattheum ». Certaines sentences sont attribuées à « Chrysostomus » sans titre par les manuscrits de la Catena. Les éditeurs ont effacé cette particularité en complétant cette attribution par l’ajout – parfois erroné – de l’un des deux titres suffixes évoqués par le prologue de la CMT. En principe, dans la Catena, selon les indications données par Thomas, un lemme nominatif seul désigne le commentaire courant de l’auteur sur l’évangile commenté.

De fait, dans la CMT, Chrysostomus seul correspond presque toujours à des sentences extraites de l’Opus imperfectum et quelques fois seulement aux homélies authentiques de Chrysostome.

Dans la CMC, Chrysostome désigne la chaîne grecque de Victor d’Antioche, anoyme, que Thomas attribue globalement à Chrysostome qui en est effectivement la source intellectuelle principale.

Dans la CLC Chrysostome renvoie aux lemmes de la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur Luc.

 

4.       Chrysostomus – [commentaires de l’évangile de Matthieu] (Constantinople – 4e s.)

Répertoires

CPG 4424 ; CALMA, 2, p. 525, § 24.

note d’orientation

  1. Au moment où Thomas entreprend la Catena, le corpus des commentaires sur l’évangile de Mt. attribués à Chrysostome en Occident recouvre six ensembles documentaires :
  2. Les homélies sur Matthieu (Chrysostomus in homeliario / homeliis) sous trois formes distinctes :
  3. – 1.1 le texte grec des 90 homélies sur Mt. ;
  4. – 1.2 la traduction d’Anianus des 25 premières homélies (l’existence de la traduction du reste est supposée, mais n’a jamais été démontrée) ;
  5. – 1.3.la traduction des 90 homélies par Burgundio de Pise exclatée dans des manuscrits incomplets
  6. – 2. les homélies attribuées à Chrysostome dans les homéliaires latins
  7. – 3.1 les scholia grecs extraits des homélies et d’autres œuvresn diffusés dans les chaînes grecques sur Matthieu et d’autres livres bibliques – en commençant par les évangiles synoptiques – tantôt attribués à Chrysostome, tantôt non attribués ;
  8. – 3.2 s’y ajoutent, suite à la Catena, la traduction latine d’un partie des scholia mentionnés effectuées par les collaborateurs de Thomas et disséminés avec la Catena.
  9. Le commentaire sur Matthieu (Chrysostomus super Mattheum), appelé depuis l’époque moderne Opus imperfectum in Matthaeum ; il est considéré au Moyen Âge comme un commentaire continu de l’évangile de Matthieu, découpé en chapitre, distinct par sa fonction et sa structure des homélies découpées par péricopes.
  10. voir ici Chrysostome (pseudo) – Opus imperfectum in Matthaeum
  11. On sait par Vincent de Beauvais que la dispersion codicologique des homélies de Burgundio, l’incomplétude de la collection d’Anianus réduite aux 25 premières homélies, et la dispersion de la collection de l’Opus imperfectum, sans parler dees doutes sur son authenticité, créaient au sujet du corpus chrysostomien sur Matthieu un état de perplexité globale.
  • Vincentius Beluacensis, Speculum maius: Speculum historiale, 18, 42, ed. Douais, 1624: « De scriptis huius Iohannis, hoc tantum repperi […] Super Matheum in modum commentariorum libros duos [= Opus imperfectum, 2e groupe]. De hiis tamen dubito an sint Iohannis illius Crisostomi, licet ei ascribantur, an forte alterius Iohannis, nescio cuius, nam et inveniuntur alias omelie Iohannis Crisostomi super Matheum 90 que tamen raro inveniuntur omnes simul sed tantum 25 que et apud nos sunt. Item super *Iohannem omelie LXXXVIII ».
  1. Ces rappels éclairent la fameuse anecdote de l’hagiographie thomasienne concernant la préoccupation de Thomas au sujet de « Chrysostome sur Matthieu » : en déplacement aux abords de Paris avec des confrères qui se demandaient ce qu’ils en fairaient s’ils possédaient la ville toute entière, Thomas assura qu’il lui préférerait « Chrysostome sur Matthieu ».
  2. Les trois documents qui relatent les faits sont tous des témoignages indirects ; ils ne concordent pas et mêlent inextricablement au souvenir de Thomas la culture chrysostomienne et les problématiques du début du 14e siècle. Les témoignages les plus anciens et les plus sûrs – il s’agit de dépositions sous serments – ont été apportés au procès de canonisation de 1319 ; ils relatent les propos de Nicolas de Marsiliac, témoin oculaire de faits précis observés lors du premier enseignement parisien de Thomas, avant la rédaction de la Catena, mais aussi, au titre de son séjour au couvent de Nicosie, tête de pont de l’Occident en Orient et point de contact avec le monde byzantin. La déposition d’Antoine de Brixia est confirmée dans un second temps par celle de Barthélemy de Capoue. Sorte de ‘voiture balais’ de l’enquête préliminaire menée auprès des témoins mêmes qu’il a faits convoquer par les inquisiteurs mandatés pour instruire le procès, elle confirme au mot près les propos d’Antoine de Brixia sur Chrysostome :
  3. Antoine de Brixia, témoin auriculaire de Nicolas de Marsiliaco : « Potius habere vellem Chrysostomum super Matheum » (procès de Naples, 66 );
  4. Barthélemy de Capoue : « Plus vellem Crisostomum super Matheum » (procès de Naples, § 78).
  5. Guillaume de Tocco : « Libentius vellem habere omelias Crisostomi super evangelium beati Mathei » (Tocco 1996, c. 42, p. 172.22-23).
  6. Nicolas de Marsiliac (peut-être un frère de la province de Toulouse si le toponyme désigné est Marcilhac sur le Celé, arr. Figeac, Lot) est un témoin qui doit être privilégié. Il a été suffisemment proche de Thomas à Paris pour évoquer ses méthodes de travail[1]. C’est par lui qu’on sait que Thomas faisait usage de cedule minute au moment de la préparation du Contra Gentiles[2]). Thomas ne cite pas l’Opus imperfectum dans le Contra Gentiles. On peut donc supposer qu’il commençait à en rassembler les sentences à Paris où il disposait encore que de versions partielles qu’il a complété par la suite comme en témoigne la Catena.
  7. Les témoignages ne concordent pas : alors qu’au procès on parle de « Chrysostome sur Matthieu », Tocco fait porter l’accent sur « les homélies sur Matthieu ». Les deux expressions sont techniques. La CMTprol.7 distingue les « homélies sur Matthieu » du « Super Mattheum », c’est-à-dire de l’Opus imperfectum que Thomas croit être le commentaire continu de Chrysostome sur Matthieu. Nous avons vu que la distinction est également attestée par Vincent de Beauvais. Elle fait partie du vocabulaire commun de la terminologie médiévale des bibliothèques.
  8. Il est trop facile de penser que Guillaume de Tocco est moins crédible dans la mesure où la Vita joue dans les procès de canonisation un rôle analogue à celui du plaidoyer des procédures ordinaires. La précision des termes et l’exactitude historique des faits y sont moins importants que la physionomie de sainteté que l’hagiographe a mission d’esquisser. On peut donc supposer que les doutes sur l’authenticité de l’Opus imperfectum et l’orthodoxie de son auteur ont incité Tocco à remplacer l’Opus imperfectum par les homélies sur Matthieu pour éviter à Thomas, promu au rang de type de sainteté de l’intelligence – « tot fecit miraculos quot fecit articulos » (Jean XXII) – des ennuis peu compatibles avec son rang.
  9. A bien regarder les difficultés rencontrées et le labeur suscité par toutes les nombre de sentences attribuées à Chrysostome dans la Catena, j’ai acquis la conviction que l’anecdote parisienne ne vise aucun commentaire particulier. Revenant de Saint-Denis où il n’a pas manqué de s’enquirir du contenu de la bibliothèque, perché sur les hauteurs de Montmartre, c’est tout le puzzle dispersé du corpus chrysotomien sur Matthieu que notre famosus Glossator désespérait de reconstituer. Embrassant du regard Saint-Victor, Sainte-Geneviève avec Saint-Jacques et la rue du Foin, Notre-Dame et Saint-Germain-des-Prés, il faisait le même constat que Vincent de Beauvais. Les bibliothèques que signalaient ces clochers vénérables n’abritaient pas ce qu’il cherchait. Que lui aurait servi de posséder Paris ? Les fleurs dispersées des postilles d’Hugues de Saint-Cher attestent de la disponibilité à Paris de larges pans du dossier, mais elles sont coupées et sentent la naphtaline. L’esprit rationel de Thomas avait besoin de comprendre où était le vrai Chrysostome. Entre la traduction tronquée d’Anianus, trop limpide pour être pure, et la transposition de Burgundio, inintelligible à force de vouloir être exact, la divine logorrhée du saint à Bouche d’Or ne parvenait pas à son intelligence. Paris lui permettrait de picorer mais non pas construire. « Surgite eamus hinc ». La vérité est ailleurs. Il fallait suivre l’étoile qui le ramènerait en Orient : en tirant de 15 degrés vers l’Est et en marchant mille cinq cents kilomètres plus au sud, jusqu’au Mont-Cassin et aux monastères grecs de son pays natal. La Catena a germé parmi les vignes de Montmartre ; elle ne pouvait y fleurir. Déjà en gestation, elle le guidait vers d’autres horizons.
  10. Le soupir poussé à Montmartre dépasse les enjeux du seul Opus imperfectum. Thomas a peu profité des opportunités de la suite de sa carrière pour compléter les parties manquantes du corpus par les homélies dites du 3e groupe de l’Opus imperfectum. Une dizaine d’année plus tard, quand il déposera entre les mains des stationnaires de la Montagne Sainte-Geniève le vin de la Catena mûrie en Italie, seules les homélies 27, 30, 49 complèteront la collection du 2e groupe intensément exploitée par ailleurs à partir de témoins de la famille française du 2e Le problème que lui posait Chrysostome était global. L’incomplétude de l’Opus imperfectum ne doit pas faire oublier l’inintelligibilité de la traduction des homélies par Burgundio et l’exploitation des scholia trouvés dans les chaînes qui ont sans doute répondu au « plus vellem » de la promenade parisienne.

 

5.       Chrysostomus – Homiliae in Matthaeum (Constantinople – 4e s.)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

CPG 4424 ; CALMA, 2, p. 525, § 24.

statut linguistique

  • reprise d’une traduction latine du grec + nouvelle traduction du grec + traductions panachées

histoire et structure de la collection

  1. – Vincent de Beauvais a noté la difficulté à trouver en France des manuscrits complets des homélies sur Matthieu : Vincentius Beluacensis, Speculum maius: Speculum historiale, 18, 42, ed. Douais, 1624: « … omelie Iohannis Crisostomi super Matheum 90 que tamen raro inveniuntur omnes simul… ».

a. Texte grec

éditions

Cambridge 1839 : Field (Frederick) , ed., Sancti patris nostri Joannis Chrysostomi,… Homiliae in Matthaeum. Textum ad fidem codicum mss. et versionum emendavit, praecipuam lectionis varietatem adscripsit, adnotationibus ubi opus erat et novis indicibus instruxit Fridericus Field AA. M. Collegii SS. Trinitatis a Rege Hen. VIII fundati unus e sodalitio, Cantabrigiae : in Officina Academica, 1839. — 8° 3 vol., 599 (hom. 1-44) et 555 (hom. 45-90) et 270 pp. https://catalog.hathitrust.org/Record/001932983 [édition critique que nous privilégions en cas d’écart entre Burgundio et l’édition de Montfaucon infra laud.]

PG 57-58 : ed. Montfaucon

b. Translatio Aniani

  1. Seules les hom. 1 à 25 auraient été conservées.

Hom. 1 à 8 : PG 58, 975-1058

Hom. 1-25 : Ed1503 ; Ed1536 etc.

manuscrits

  1. Paris , BnF, lat. 1780 (15e) : (PG 58, 975-1057, n° I à VIII incompl.)
  2. Paris, BnF, lat. 1776, saec. 12 2/2 (deux derniers feuillets (hom. 25) réécrits au 15e siècle.
  3. Tr38 :Troyes, BM, ms. 38, 12e, Clairvaux. f. 1-115v : Hom. 1-25 (transl. Aniani) ; suivi de l’Opus imperfectum 1er groupe (voir ici Opus imperfectum);

éditions

Skalitzky (Sister M. Gertrude Ann), A Critical Edition of Annianus’ Latin Version of John Chrysostom’s Homilies (15-18) on Matthew V, Fordham University dissertation, Ann Arbor Microfilms, Michigan 1968 ;

Skalitzky (Rachel), « Annanius of Celeda : His Text of Chrysostom’s Homilies on Matthew », Aevum 45, 1971, p. 208-233

c. Translatio Burgundionis

  1. Il semblerait d’après nos sondages (v. g. CMT3d4.16.3), que la traduction de Burgundio suive un texte légèrement différent de celui qu’a édité Monfaucon, repris par Migne dans la PL 57, plus proche de celui des manuscrits du 11e siècle pris en compte par Field dans les apparats de l’édition d’Oxford, notamment Oxford, Bodleian, Barroc. 233 (sigle E) et London, BL, Arundel, 543 (sigle F) que Field date du 11e siècle. ; cf. Field, p. XIX-XX.

manuscrits

  1. Bruxelles, 1200 15e s. : pas de mf.
  2. Cassino, 201 avec l’opus imperfectum serait du 14e s.
  3. Firenze, Laurenziana, Plut. 14.dext.4, saec. 13e s. (en ligne, 13e siècle)
  4. Oxford, Merton College, ms 30 = IRHT mf 65534 (bon ms. de la première moitié du 13e s., avec numérotation des colonnes et numérotation incrémentées des lignes par multiple de 5).
  5. Paris, BnF, lat. 1778, f. 1-74ra, 14e s. = IRHT mf 20746 [ne semble pas être le texte intégral, malgré la présence de la préface de Burgundio (préciser la version) ; manuscrit à écarter pour Matthieu)
  6. Paris, BnF, lat 1781 (n’est pas sur Gallica 17 mai 2015) daté de 1386
  7. Vat lat 383 (12e s.) ; utilisé par la Léonine t. 41A p. 100 etc.
  8. Vat lat 384 ; utiilisé par Mercati ; cf. Mercati 1901, 140-144.

edition

pas d’édition imprimée complète ;

bibliographie

Mercati 1901 : G. Mercati, « Appunti su Niceto ed Aniano traduttore di S. Giovanni Crisostomo », Note di letteratura biblica e cristiana antica, Città del Vaticano, 1901,(Studi e testi 5), p.141-142.

Classen, Peter (1924-1980), Burgundio von Pisa, Sitzungsberichte der Heidelberger Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse, 4 (1974) 63, 81-82, 84-104.

Conticello 1990, p. 33.

Flecchia : M. Flecchia, « La traduzione di Burgundio Pisano delle Omelie di S. Giovanni Crisostomo sopra Matteo, Aevum, 26 (1952), p. 113-130.

B. La Catena

status quaestionis

lemmes attributifs

CMT :

  1. In homeliario / homeliis : Conformément aux explications du prologue, Thomas entend réserver le lemme « In homeliario » aux homélies authentiques de Chrysostome sur Matthieu (= Collection des 90 homélies).

CMC :

  1. Chrysostomus: le lemme renvoie à la chaîne de Victor d’Antioche qui puise une grande partie de son matériau dans les homélies sur Matthieu

CLC :

  1. Super Mattheum: Dans trois sentences, la Catena traduit littéralement le lemme attributif de la chaîne de Nicétas. Elle déroge de ce fait au principe du prologue de la CMT selon lequel le lemme attributif « Super Mattheum » est réservé au commentaire de Chrysostome sur Matthieu – c’est-à-dire à l’Opus imperfectum – distingué des homélies sur Matthieu.
  2. Chrysostomus: Dans les autres cas, on s’est contenté de l’autorité nominale, même lorsque la chaîne grecque donnait plus de précisions.

CIO :

  1. aucun lemme ne renvoie aux homélies sur Matthieu.

nombre de sentences attribuées : plus de 500 (provisoire)

traduction de la tradition directe

  1. Dans la CMT, en principe Thomas n’utilise pas Anianus, mais on constate souvent la correction de Burgundio par des expressions qui figurent chez Anianus.
  2. En outre, la Piana (Ed1570) a remplacé certaines phrases des traductions de Burgundio par d’autres traductions. Il faut donc vérifier en conséquence l’exactitude de la thèse de Mercati 1901 selon laquelle les sentences concernant les 25 premières homélies de Chrysostomes sur Matthieu auraient été rédigées avec l’aide de la traduction d’Anianus.

cité à partir de :

  1. Burgundionis da Pisa translatio, très retravaillée, soit à partir de la traduction d’Anianus ou d’homéliaires liturgiques, soit à partir du grec ou, tout au moins, en conformité avec le grec. Voir pour chaque cas les notes critiques de l’édition.

traduction de la tradition indirecte

  1. Dans la CMC et la CLC, les homélies sur Mt. sont citées à partir de la tradition indirecte des chaînes.

sentences

  1. 8
  2. 6
  3. 16

identifiées

 

6.       Chrysostomus (pseudo) – Opus imperfectum in Matthaeum (Italie, 5e-7e s.)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires : CPL707 ; CPG4569 ; RB 4350

langue : latin

  1. Le court fragment grec retrouvé en 1950 (PG 56, 928-929 ; Coleman-Norton 1950) n’est pas un fragment de la version originale perdue, mais une traduction du latin en grec dans le contexte d’une forgerie tardive (Studer 1973). A cela il faut ajouter que, à notre connaissance, aucun scholion de chaîne grecque sur les évangiles ne renvoie à ce commentaire ou ne semble l’avoir utilisé. Cependant Girod 1975, p. 129 que l’original est grec. Aujourd’hui (Van Banning), l’origine latine semble être admise.

généralités

  1. L’Opus imperfectum est le plus important commentaire sur Matthieu de l’Antiquité tardive.
  2. Tel qu’il est connu aujourd’hui, l’Opus ne porte que sur une partie de l’évangile de Matthieu.
  3. Quoiqu’il en soit de l’état original de l’œuvre, l’Opus imperfectum, doit être considéré comme une collection augmentée et complétée par couches successives, avec de nombreuses interpollations et croisements de familles dans les témoins tardifs. Nous renvoyons à la division en familles de Van Banning qui concerne les manuscrits de la Collection.
  4. La collection a été composée à partir d’homéliaires eux-mêmes composés à partir de manuscrits pré-carolingiens. L’analyse philologique des nombre de sentences attribuées à Chrysostome « super Mattheum » ne doit pas se faire seulement à partir des manuscrits de la collection composée, mais aussi des témoins de la collection dispersée dont Banning ne tient pratiquement pas compte. Il a en tout cas omis de signaler la tradition manuscrite des homélies éparses dans les homéliaires.

auteur et authenticité

  1. L’auteur est inconnu malgré des essais d’attribution discutés et des rapprochements, plus convaincants, avec d’autres traductions latines de commentaires patristiques, principalement la traduction vetus des homélies sur Mt. d’Origène, également utilisée par la Catena.
  2. La transmission du commentaire a été partiellement préservée et stimulée grâce à son attribution à Jean Chrysostome à partir du 8e (RB).
  3. Le commentaire a retenu l’attention par la présence de passages explicitement ariens. Au 12e siècle, ces passages sont signalés comme tels par deux manuscrits, porteurs d’un monitum indiquant que les erreurs arriennes du commentaire sont signalées dans les marges par un Θ grec (Saint-Omer, ms. 90, 2e groupe, f. 2v, 16rb, 31rv [édité dans l’apparat de CMT3d7.12], 83r, 95rb, 101va, 123va, 127rb). Même note dans Bruges, ms. 29, f. 3v. Plusieurs autres manuscrits (P14469) et les éditions (PG) ont expurgés ces passages. Mt189 (fam. 3) a « érasé » les passages ariens (CCSL87B, p. CXXXI) Cet artifice aurait permis de dédouanner Chrysostome en considérant les passages ariens comme des additions du traducteur latin (CCSL87B, p. LV)
  4. Au 13e siècle, Vincent de Beauvais, contemporain de la Catena et témoin de l’encyclopédisme mis en œuvre dans la province dominicaine de France entre 1246 et 1259, décrit l’Opus imperfectum « en 2 livres », ce qui correspond à la physionomie de la collection du 2e La description qu’il fait de l’ensemble de la documentation chrysostomienne révèle un doute sur l’authenticité de l’Opus imperfectum dont Thomas ne fait pas état bien qu’il ne puisse l’ignorer
  • Vincentius Beluacensis, Speculum maius: Speculum historiale, 18, 42, ed. Douais, 1624: « De scriptis huius Iohannis, hoc tantum repperi […] Super Matheum in modum commentariorum libros duos. De hiis tamen dubito an sint Iohannis illius Crisostomi, licet ei ascribantur, an forte alterius Iohannis, nescio cuius, nam et inveniuntur alias omelie Iohannis Crisostomi super Matheum 90 que tamen raro inveniuntur omnes simul sed tantum 25 que et apud nos sunt. Item super *Iohannem omelie LXXXVIII ».
  • Vincentius Beluacensis, Speculum maius: Speculum doctrinale, § 17, 50, ed. Douais, 1624, col. 1582.64-68: « Ioannes Chrysostomus Constantinopolitanus episcopus fuit […] Scripsit autem […] libri 2 super Matheum in modum commentariorum, libri duo super Matheum per homelias 90 [ 20 Ed1624], super Ioannem hom. 88., super epistolam Pauli ad Hebreos hom. 34., de laudibus Pauli hom. 7. Sermones diversos 30 ».
  1. (Sur l’état de perplexité globale suscité par le corpus chrysostomien sur Mt., voir ici Chrysostomus latinus; Chrysostomus – [Commentaires de l’évangile de Matthieu] ; Chrysostomus – Homeliae super Matthaeum).

divisions du texte

  1. Le texte était initialement divisé en chapitres dont le nombre varie selon les époques et les manuscrits.
  2. La division en homélies est plus tardive, varie d’un manuscrit à l’autre, a parfois été reportée de seconde main sur des manuscrits plus anciens (St-Omer 90). Ces divisions et leurs variations répondaient aux besoins des communautés monastiques ou canoniales qui lisaient tout ou partie de l’Opus imperfectum au réfectoire ou à la collation du soir dans le cloître.
  3. La division en 54 homélies est due à Erasme.
  4. Le texte rassemblé par les premières éditions imprimées s’inscrit donc dans la continuité de l’évolution médiévale de la collection. Il s’agit encore d’un assemblage artificiel de plusieurs groupes textuels, reconnus au fil du temps par la critique comme provenant de l’œuvre originale et ajoutés à la collection. Il y a une cinquantaine d’année, Raymond Étaix a complété le texte de l’édition vulgate de Migne par la découverte de plusieurs fragments inédits et complémentaires repérés dans des homéliaires.
  5. Les fragments publiés par Étaix indiquent que le commentaire a été continu au moins jusqu’à la fin de Mt. 25. Mais rien ne prouve encore que l’auteur ait achevé le commentaire (Mt. 26 à 28).

histoire de la collection (classification Bouhot)

  1. Le texte latin a circulé en plusieurs collections partielles et en homélies dispersées dans des homéliaires. Il s’agit probablement d’une traduction amplifiée et interpolée par des influences hiéronymiennes.
  2. La constitution de la collection s’est faite par aggrégation progressive de textes complémentaires à un noyau plus ancien appelé « 1er groupe ».
  3. Les manuscrits se répartissent en 4 groupes ou familles.
  Bouhot Banning parties  
9e s. 1er groupe 1re famille       D ne contient que les hom. 32-46
12e s. 2e groupe 2e famille A     C livre 1 = hom. 1-22 + livre 2 = hom. 32-46
  Homéliaires     divers homéliaires italiens et autrichiens principalement.

14 homéliaires du Mont-Cassin contiennent des homélies de l’Opus dont Bouhot reconstitue la liste [cod. 12, 100, 102, 105, 107, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 117, 305, 310] en concluant qu’ils descendent tous d’un exemplaire du second groupe accessible au Cassin ou dans la région au 10e siècle (Bouhot, p. 205-206). D’autres homéliaires contiennent des homélies dispersées.

13e-15e s. 3e groupe 3e famille   B C D comme dans le 2e groupe (hom. 32-46), avec à la suite hom. 24-31+47-54 + addition à l’hom. 38, hom. 23 est en principe absente.

Banning distingue la 3e famille de la 4e par le fait que ses manuscrits n’ont pas les homélies de la partie A

14e-15e s. 4e famille A B C D comme dans le 2e groupe (hom. 1-22 + 32-46), avec à la suite hom. 24-31+47-54 + addition à l’hom. 38, hom. 23 est en principe absente.

cas particuliers

  1. 23: il s’agit en réalité du commentaire de Chromace d’Aquilée (Bouhot, p. 202 ; Étaix, Les homéliaires, p. 112 : « L’homélie Navigante Domino … (Ms. 32, n° 9, f. 27-29) est publiée comme 23° homélie de l’Opus imperfectum in Matthaeum mais cette pièce ne se trouve pas dans les manuscrits de l’Opus imperfectum. Il s’agit en fait d’un nouvel extrait des Tractatus in Matheum de Chromace d’ Aquilée ». Même avis dans Bouhot 201.
  2. 38: dans les mss. du 3e groupe, à la suite des hom. 1-22+32-46 sont ajoutés les homélies complémentaires plus une interpolation de l’homélie 38 : Bouhot, p. 201, n. 12 : PG56, 841.40 à 842.37 = centon composé d’une amplification de J6rome, Comment. in Mt. III, 21 ; PL 26, 151 A lig. 14-152 A lig. 5, et d’extraits pris aux §§ 2-4 du sermon 43 de saint Leon, P.L. 54, 283-285, comme l’avait remarqué P. Wastell, o.c., Tom. 1, p. 256, et a sa suite Fr. Combefis, Bibliotheca patrum concionatoria (Parisiis 1662) Tom. II, p. 254. Ce centon, avec quelques lignes d’introduction, a 6t6 publi6 par A. Caillau, Sancti Augustini … opera omnia, Tom. 24 (Paris 1842), Serm. 2, App. 3, p. 322-325 d’apres deux manuscrits florentins; il s’agit en fait d’une composition d’6poque carolingienne qui provient de l’hom61iaire d’origine bavaroise décrit par H. Barré, Les homeliaires carolingiens de l’dcole d’Auxerre, Studi e testi 225 (Citta del Vaticano 1962) p. 26-27, cf. p. 263.
  3. hom. 46: attention aux particularités finales signalées par Bouhot, p. 201 ; cf. infra V6254
  4. Les homélies et fragments considérés aujourd’hui comme faisant partie de l’œuvre originale et de sa réception médiévale, se répartissent comme suit :
    Banning Bouhot-Etaix44  
    parties familles classification  
Mt. 1, 1 à 8, 10 hom. 1-22 A   2A 2B   4 2e +3e groupes PG
Mt. 8, 23-27 hom. 23 B       3 4 aucun ms. de l’OI = Chromace d’Aquilée PG 754-756
Mt. 9, 1 à 10, 15 non retrouvé         3 4 non retrouvé non retrouvé
Mt. 10, 16-22 hom. 24 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 10, 23-25 après hom 24 B       3 4 homéliaires Étaix 1
Mt. 10, 26 à 10, 42 hom. 25-26 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 11, 1 après hom. 26 B       3 4 homéliaires Étaix 2
Mt. 11, 2-11 hom. 27 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 11, 12-24 après hom. 27 B       3 4 homéliaires Étaix 3
Mt. 11, 25-30 hom. 28 B       3 4 3e groupe PG
Mt 12, 1-21 après hom. 28 B       3 4 homéliaires Étaix 4
Mt. 12, 22-30 hom. 29 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 12, 31-37 après hom. 29 B       3 4 homéliaires Étaix 5
Mt. 12, 38-50 hom. 30 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 13, 1-2 après hom. 30 B       3 4 homéliaires Étaix 6
Mt. 13, 3-13 hom. 31 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 13, 14 à 18, 35 non retrouvés             non retrouvé non retrouvé
Mt. 19, 1 à 23,39 hom. 32-46 , 470+471-fin C 1 2A 2B 3 4 1er + 2e + 3e groupe PG inauthentique : hom. 42a, PG 868.4-32 hom. 1b : 634.60-635.14
Mt. 24,1-25,46 hom. 47-54 D       3 4 3e groupe PG
*Mt. 26 à 28 non retrouvé             non retrouvé non retrouvé
  1. La critique moderne attribue les pertes à l’expurgation des passages pro-ariens de l’œuvre originale par la censure doctrinale. Cette explication ne convaint pas totalement car plusieurs passages favorables aux thèses ariennes ont subsisté dans les manuscrits conservés. Une autre hypothèse voudrait que le commentaire dans son état actuel soit le résultat d’un assemblage artificiel de textes hétérogènes partiellement reconstitués tardivement ad mentem auctoris dans le contexte de la fabrique des homéliaires médiévaux. Les homélies interstitielles du 3e groupe ont pu être soit récupérées à partir de l’œuvre originale, soit forgées par les rédacteurs d’homéliaires plus tardifs.
  2. Il serait naïf de penser qu’il manque simplement à la collection actuelle le commentaire des versets non couverts par la liste ci-dessus. Une partie de la collection est faite d’additions tardives dont l’homogénéité avec le texte des manuscrits les plus anciens est parfois difficile à démontrer, surtout en ce qui concerne les manuscrits du «3e groupe » qui ont pu collecter des versions du texte retravaillées.

éditions

  • PG : ed. PG 56, 611-946; 57, 846 => (interrogeable à partir de la LLT). Migne donne à lire un texte composite, assemblage hétéroclite de plusieurs groupes d’homélies circulant indépendamment au Moyen-Âge. Il reproduit l’édition de Dom B. de Montfaucon, dans les Opera omnia de Jean Chrysostome, Tom. 6, Paris 1724 établi à partir de plusieurs manuscrits du 3e groupe (Bouhot, p. 202) N. B. Maur Inguanez, Codicum casinensium manuscriptorum catalogus, t. 2, Monte Cassino, 1928, p. 2, a remarqué que le manuscrit 201 du Mont-Cassin contenait les variantes relevées par Montfaucon dans le manuscrit du Val-Dieu [et éditées dans la PG] [Bouhot 200].
  • Ed1724 = B. de Montfaucon : PG 56, 611-946 semble plus proche du texte de Thomas que l’édition d’Erasme 1539 [sondages 2.2017].
  • Ed1539 = Erasmus, Opera Ioannis Chrysostomi, t. 3, Basileae, 1539, p. 474-756 !
  • Edi1530 = Erasmus, Opera Ioannis Chrysostomi, t. 2, Basileae, 1530, p. 474-752.

manuscrits

 

  1. 196 mss. d’après Banning. Aucun ne contient la collection complète. Pour un inventaire et une analyse intégrale de la tradition, se reporter à Van Banning, CCSL 87A. Les notes ci-dessous réunissent quelques informations partielles pour l’utilité des collaborateurs et des lecteurs de la Catena aurea electronica.
  • 1er groupe
  1. Tr38:Troyes, BM, ms. 38, 12e, Clairvaux. f. 1-115v : Hom. 1-25 (transl. Aniani) ; f. 116-165 : hom. 32-46 (1er groupe) (famille cistercienne francaise selon Banning) ;
  2. Nota : Manuscrit sondé dans les apparats de la Catena aurea electronica. Présente des variantes caractéristiques proches du texte de la Catena. Ce manuscrit donne un texte plus compatible avec celui de la Catena que les autres manuscrits examinés du 2e groupe, notamment St-Omer.
  • 3e groupe
  1. Mt189 : Mantova, Bibl. Com., 189 (B.2.12), 1075-1199 s., hom. 32 à 45 ! ; cf. Étaix, p. 274 ; en réalité malgré le fait que le ms. n’aie que les hom. de la partie C, il s’agit d’un témoin de la fam. 3 ; (CCSL87B, p. CXXXI)
  • 4e groupe
  1. Madrid, BN, ms. 527; fin 13e : plus ancien des manuscrits du 4e groupe. Le texte des trois sentences de la Catena extraites d’une homélie absente de la 2e famille y est attesté de manière plus précise que par l’édition de la PG.
  • 2e groupe
  1. V386: BAV, Vat. lat. 386, 14e
  2. V6254: BAV, Vat. lat. 6254, 13e (A+C) : matériau extrait d’homéliaires ou influencés par eux. Pas d’influence répérée d’une famille particulière selon Banning52 ; comporte une finale, dans laquelle se laisse reconnaitre, d’après les quelques lignes publiées par Kauffmann, o.c., p. 10-11, et reprises par M. Meslin, o.c., p. 182, une amplification de la derniere partie de l’homélie 46, PG 56, 897.47-898.60. Banning p. 52 : matériel
  3. Nota : Manuscrit sondé dans les apparats de la Catena aurea electronica.Thomas ne semble pas avoir eu recours à ce ms. ; trop de leçons divergentes avec la Catena.
  4. Monte Cassino 201, 14e(sous-groupe 3 famille cistercienne française selon Banning) ; voir P14469
  5. Paris, BnF, lat. 1777, 12e:2e groupe ; homil. I-XLVI incompl. (PG, 56, 611-897)..
  6. Paris, BnF, lat. 15642, 13e, prov. Sorbonne, f. 84-187v. Date et contenu à préciser.
  7. Som90: St-Omer, BM, 90 : avec liste de 24 chapitres et monitum indiquant que les erreurs arriennes du commentaire sont signalées par un théta grec dans les marges (f. 2v, 16rb, 31rv [édité dans l’apparat de CMT3d7.12], 83r, 95rb, 101va, 123va, 127rb). Manuscrit sondé dans les apparats de la Catena aurea electronica.
  8. Nota : même remarque que pour P14469.
  9. Cluj : fragment, hom. 34, PG 56, 817-818
  10. Orléans, BM 152, 12e (famille cistercienne francaise selon Banning)
  11. Roma, Valliceliana, cod. C9, 12e, prov. Monte Cassino
  • Contenu à préciser :
  • Paris, Sorbonne (Univ.) 170, 13e plutôt 14e, Saint-Victor (ajout RB 4350) ; ne semble pas avoir pu être utilisé directement par Thomas.

manuscrits exclus en raison de manques incompatibles avec le contenu de la Catena

  1. Firenze, BML, Plut.17.40 = 3e groupe : manque notamment l’homélie 44.
  2. P14469: Paris, BnF, lat. 14469, 13e s. ½, prov. Paris, St-Victor (= famille cistercienne francaise selon Banning) : ms. expurgé des passages ariens
  3. Nota : Manuscrit sondé dans les apparats de la Catena aurea electronica (CMT1d1.13). Bien que la CA soit plus proche de son texte que de celui de la PG par plusieurs menus détails, une omission importante par saut du même dans la source de CMT20d1.2 (hom. 34) donne l’assurance que, si Thomas a pu consulter ce manuscrit, il ne l’a en aucun cas utilisé comme source principale de son excerption de l’Opus imperfectum.

bibliographie

– Banning 1982 : Van Banning (J.), « Saint Thomas et l’Opus imperfectum in Matthaeum », in : San Tommaso nella storia dell pensiero, Atti dell’VIII Congresso Tomistico Internazionale, Studi Tomistici 17 (1982), p. 73-85.
[plusieurs affirmations de cet article concernant notamment la « littéralité » des sentences extraites de l’Opus imperfectum sont infirmées par le travail d’analyse critique des sources. Voir apparat de la CAE et notre note sur l’Opus imperfectum (Morard2020) ; sur les p. 74-76 voir les réserves de A. A. Robiglio, La sopravvivenza e la gloria. Appunti sulla formazione della prima scuola tomista (sec. XIV), Bologna, 2008 (Sacra Doctrina. Bibliotheca 53), p. 80-82].

– Banning1988 : Van Banning, Opus imperfectum in Mattheum, ed., CCSL 87B, 1988, [sur la tradition manuscrite ; 196 manuscrits répartis en 4 classes avec des différences par rapport aux classements antérieurs pour la 3e et la 4e classe ; sur l’O.I. chez Thomas d’Aquin : p. CLXXVIII-CLXXX, CXCVI-CCVII, catena : CCIV-CCVII.

  1. Nota: Toutes les affirmations de cette étude reposent sur des présupposés chronologiques partiellement remis en question par l’édition critique de la CA et les datations de Torrell. Il considère que la CMT a été écrite à Orvieto et Rome entre 1262-1263 sans envisager une préparation parisienne préalable. Il travaille à partir de l’édition Marietti de la Catena mais utilisé 3 ms. anglais Ox19147, ; ses observations sur les lemmes attributifs – normalisés par Ed1953 – doivent donc être comparée à notre édition qui a vérifié tous les lemmes de la Catena sur mss. Il ignore Vincent de Beauvais qui nuance certaines de ses affirmations, en précise et en confirme d’autres, notamment – à en croire Vincent – on ne peut pas envisager la présence de manuscrits des 3e et 4e groupe à Paris avant 1259 au plus tôt.
  2. Conclusions de Banning:
  3. Tous les auteurs scolastiques (Hugues, Hales, Bonaventure utiliseraient des manuscrits de la 4e famille [curieux que Thomas, dans le même temps utilise des mss. du 2e groupe
  4. Les citations de l’OI dans le commentaire des sentences sont extraites de mss. de type B
  5. La Reportatio in Mt. n’utilise qu’un ms. du 2e groupe disponible à Paris entre 1256 et 1259 [mais on sait aujourd’hui que le commentaire serait de 1269-1270 (Torrell)

 

-Bouhot1979 : J.-P. Bouhot, « Remarques sur l’histoire du texte de l’Opus imperfectum in Mattaeum », Vigiliae Christianae, 24, 1979, p. 197-209 évoque un projet d’édition critique en cours.

– Bouvy 1903 : E. Bouvy, « Le pseudo-Chrysostome sur saint Matthieu », Revue Augustinienne, 3 (1903), p. 299-313. n.v.

– Coleman-Norton 1950 : P. R. Coleman-Norton, « An Amusing Agraphon », The Catholic Biblical Quaterly, 12 (1950), 439-449

-Etaix1972 : R. Étaix, « Fragments inédits de l’Opus imperfectum in Matthaeum », RevBén. 1972, p. 271-300 publie 6 passages inédits. à partir d’homéliaires manuscrits italiens.

– Kauffmann : Fr. Kauffmann, Zur Textgeschichte des Opus imperfectum in Matthaeum, Kiel, 1909. n. v.

– Kannengiesser 2004 : Ch. Kannengiesser, Handbook of Patristic Exegesis, Brill, 2004, p. 685-686, 1258-1259.
[pour la bibliographie]

– Morin 1925 : Morin (Germain), « Quelques aperçus nouveaux sur l’Opus imperfectum in Matthaeum », Revue Bénédictine, 37, 1925, p. 239-262 [démontre l’identité entre l’auteur de l’Opus imperfectum et le traducteur latin du commentaire d’Origène sur Mt.]

– Nautin 1972 : Nautin (Paul), « L’Opus imperfectum in Matthaeum et les Ariens de Constantinople », Revue d’Histoire ecclésiastique de Louvain, 68 (1972), n° 3, p. 381-408 et n° 4, p. 745-766.

– Simonetti (Manlio), « Note sull’Opus Imperfectum in Matthaeum ». Studi Medievali, 3a ser., X, Spoleto, Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo.1969, pp. 1-84.

– Simonetti (Manlio), « Per una retta valutazione dell’«Opus imperfectum in Matthaeum», Vetera Christianorum, 8 (1971) 87.

Suitber 1973 : A. Suitber, « Ein griechischer Textzeuge für das Opus imperfectum in Matthaeum », Vigiliae Christianae 27 (1973), p. 146-147.

B. La Catena

lemme attributif :

  1. Super Matthaeum ; Chrysostomus ; Glossa.

nombre de sentences attribuées : 416 (provisoire)

cité à partir de :

tradition directe

status quaestionis

  1. En l’absence de texte critique de l’OI, nous avons commencé par établir le texte des sources de la Catena à partir de l’édition PG.
  2. Dans un second temps, à partir de la remarquable analyse de la tradition manuscrite publiée par Van Banning (mais en conservant la numérotation des homélies de la PG), nous avons cherché à identifier plus précisément l’origine du texte des sentences de la Catena en rectifiant ce qui doit l’être des analyse de Van Banning qui reposent parfois sur des prémisses erronées ou insuffisantes, notamment en ce qui concerne Thomas et les scolastiques, la chronologie de ses œuvres, etc. .
  3. Les remarques ci-dessous résultent de sondages commencés le 15.2.17, portant à la date de cette note sur 80 sentences réparties sur toute l’étendue de la Catena après restauration de l’état médiéval des lemmes attributif et examen des passages problématiques.
  4. Thomas ne considère pas l’Opus comme un commentaire homilétique. Il n’y associe jamais le mot « homélie » ; il le considère comme un commentaire « Super Mattheum » distingué de Chrysostome « in homeliario », comme il s’en explique dans le prologue de la CMT.
  5. La Catena ne cite l’Opus imperfectum que dans la CMT à propos des passages suivants :
  6. Mt 1 à 8 = prol. + hom. 1-22 = livre 1 de la version du 2e groupe
  7. 11 = hom. 27 (inc. « Ioannes specie homo gratia angelus ») = homélie des 3e et 4e groupes. Circule peu indépendamment ; l’incipitaire In principio n’en signale qu’une seule attestation :
  8. Firenze, BML, Plut. 17.38, f. 45, n° 8 : homelia ex tratactu Ioannis Osaurei (homéliaire du 13e, pars hiemalis, 2e semaine de l’Avent). Le ms. provient d’un monastère dont le nom a été gratté sur le f. 1 : « sum monasterii… » ; l’origine monastique est confirmée par la division des textes en 12 leçons (non signalé par Bandini)
  9. 19 à 23 = hom. 32 à 46= livre 2 de la version du 2e groupe
  10. Les homélies citées par la Catena se répartissent comme suit :
  • homélies transmises par le 1er groupe : 35, 36, 38, 42, 43, 44, 46
  • homélies transmises par le 2e groupe : , hom. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 13, 14, 15, 17, 18, 21, 22, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46
  • homélies transmises par le 4e groupe : , hom. 1, 2, 4, 5, 6, 7, 9, 13, 14, 15, 17, 18, 21, 22, 27, 35, 36, 38, 42, 43, 44, 46 (non exhaustif)
  • homélies transmises par le 4e groupe seul : 27
  1. Certaines des sentences de la CMT attribuées à Chrysostome sans titre posent des problèmes d’identification. Nicolaï s’est souvent contenté de reproduire l’identification de l’édition d’Antoine de Sienne (Ed1571… Ed1637) qui lui sert de texte de base. Mais ce dernier s’est parfois contenté d’approximations en forçant les rapprochement avec l’Opus imperfectum en se contentant de la simple présence du même lemme biblique.
  2. La Catena attribue plus de 2800 sentences à Chrysostome, à propos des 4 évangiles. Les homélies de Chrysostome sur Matthieu servent de vivier pour le commentaire des passages synoptiques de Mc. et Lc. Le même passage sert parfois à la rédaction du commentaire de plusieurs passages synoptiques.
  3. La Catena ne cite pas l’addition à l’hom. 38 qui se trouve dans certains manuscrits du 3e groupe.
  4. La Catena ne cite pas les fragments de l’Opus imperfectum édités par Etaix1972 à partir d’homéliaires et de manuscrits conservés à Mantoue, Florence (Vallombreuse), Bologne (14e s. dominicains) et Turin, ce qui permet de réduire le champ géographique des investigations thomasiennes.
  5. Fragment 1, sur Mt 10, 23-25 (entre les Hom. 24 et 25) :
  6. Fragment 2, sur Mt 11, 1 (entre les Hom. 26 et 27).
  7. Fragment 3, sur Mt 11, 12-24 (entre les Hom. 27 et 28).
  8. Reste à examiner
  9. Fragment 4, sur Mt 12, 1-21 (entre les Hom. 28 et 29).
  10. Fragment 5, sur Mt 12, 31-37 (entre les Hom. 29 et 30).
  11. Fragment 6, sur Mt 13, 1-2 (entre les Hom. 30 et 31).
  12. Cet usage correspond au contenu des manuscrits du 2e groupe à partir desquels Thomas semble avoir travaillé prioritairement.
  13. Thomas a cherché à compléter les passages manquant dans les manuscrits du 2e groupe ; quelques sentences proviennent des homélies 27, 30 et 49 transmises par les manuscrits du 3e groupe mais peut-être aussi glanées dans des homéliaires qu’il faudra identifier.
  14. Contrairement à ce qui est affirmé par Banning1988, p. CCIV-CCVII suivi par Torrell (Initiation), la Catena ne cite pas l’Opus imperfectum à la lettre : « All the quotations are litteral quotations … he does not alter the words » (p. CCVII). La littéralité des citations est un concept relatif et inadapté à la situation éditoriale de l’Opus imperfectum. L’affirmation de Van Banning ne résiste pas à l’examen des textes comme on peut le constater en examinant les apparats de la CAE.
  15. La Catena suit d’assez près le texte de la version du second groupe pour Mt. 1 à 8 tel qu’il a été édité par Erasme – Montfaucon (PG). [par ex. CMT11d4.4 = hom. 27 (Mt. 11, 11), PG 56, 62 omis par Som90 ]
  16. Pour Mt 19-24, les sentences semblent moins proches du texte de la PG.
  17. La méthode de la Catena apprend que lorsque la source proposée par l’éditeur ne permet qu’un rapprochement ad sensum, sans pouvoir établir des parallèles rédactionnels avec la majorité du texte de la sentence, c’est que l’éditeur n’a pas réussi à identifier la source réelle de la sentence. La recherche doit être poursuivie, le résultat atteint doit être considéré comme provisoire. Thomas a utilisé pour cette partie du commentaire, que l’on sait ajouté au 12e siècle, une version différente de celle qui a servi à établir le texte de la PG, peut-être la version ancienne des manuscrits du 1er groupe.
  18. Thomas ne semble pas avoir eu connaissance des passages ariens.
  19. La consultation des 14 homéliaires du Mont-Cassin qui contiennent des homélies de l’Opus imperfectum apportera un éclairage déterminant.

sentences

* pas de variantes par rapport à l’édition PG

  1. , PG 56, 15-26 = CMTprol.40
  2. 1 (Mt. 1), PG 56, 612 = CMT1d1.3
  3. 1 (Mt. 1), PG 56, 612.41-613.14 = CMT1d1.13[2]
  4. 1 (Mt. 1), PG 56, 613.24-25 = CMT1d1.16
  5. 1 (Mt. 1), PG 56, 614.64 -615.1 = CMT1d3.7
  6. 1a = 18 sentences
  7. 1b = 12 sentences
  8. 2a =
  9. 2b =
  10. 3 =
  11. 4 =
  12. 5 =
  13. 6 =
  14. 7 =
  15. 8 =
  16. 9 =
  17. 10 =
  18. 11 =
  19. 12 =
  20. 13 (Mt. 5, 6), PG 56, 710.27-45 = CMT6d1.15[2]
  21. 14 =
  22. 15a =
  23. 15b =
  24. 16 =
  25. 17a =
  26. 17b =
  27. 18a =
  28. 18b =
  29. 19 =
  30. 20 =
  31. 21 =
  32. 22 =
  33. 27 (Mt. 11, 11), PG 56, 775.62 = CMT11d4.4
  34. 27 (Mt. 11, 7), PG 56, 773.40-44 = CMT11d3.4 (Glossa)
  35. 27 (Mt. 11, 10), PG 56, PG 56, 775.8-9 = CMT11d3.19[1] (Glossa)
  36. 27 (Mt. 11, 11), PG 56, 775.62-67 = CMT11d4.4
  37. *hom. 32 (Mt. 19, 2), PG 56, 20-21 =CMT19d1.3
  38. 33a =
  39. 33b =
  40. 34 =
  41. 35a =
  42. 35b =
  43. 36 =
  44. 37 =
  45. 38=
  46. 39a =
  47. 39b =
  48. 40a =
  49. 40b =
  50. 41 =
  51. 42a =
  52. 42b =
  53. 43 =
  54. 44 =
  55. 45 =
  56. 46 =

identifiées par

MM2019-MM2021

 

7.       *Chrysostomus – De Baptismo Christi (Constantinople – 4e s.)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires : CPG 4335

texte : grec

traductions

Pas de traduction latine connue avant la Catena.

éditions

  1. Chrysostomus, De Baptismo Christi, PG 49, 363-372.

B. La Catena

lemme attributif :

nombre de sentences attribuées : 1

Cité à partir de :

tradition indirecte : [Victor d’Antioche], Catena graecorum patrum [CPG C125.1]

sentences

1.Chrysostomus, De baptismo Christi, 3, PG 49, 367.53-57 >> Catena Graecorum Patrum in Mc.1, 8) = CMC1d4.2[2]

  1. Chrysostomus, De baptismo Christi, 3, PG 49, 368.57-59 >> Catena Graecorum Patrum in Mc. 1, 8 = CMC1d4.2[3]
  2. Chrysostomus, De baptismo Christi, 3-4, PG 49, 369.2-15 >> Catena Graecorum Patrum in Mc. 1, 8 = CMC1d4.2[4]

identifiées par

 

8.       Glossa ordinaria (11e-13e s. )

Répertoires

RB

statut linguistique : latin /reprise de traductions latines du grec (Lv. etc.)

histoire et structure de la collection

traductions

cas particuliers

éditions

Gloss-e

manuscrits

bibliographie

La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Glossa.

Rabanus.

Beda. [In Io.]

Ieronymus.

Augustinus.

nombre de sentences attribuées :  (provisoire)

Cité à partir de :

  1. tradition directe

status quaestionis

  1. Les nombre de sentences attribuées à Glossa recouvrent des textes de plusieurs auteurs que le prologue de la CMT qualifie de « moins certains », soit :
    1. des sentences personnelles de Thomas d’Aquin
  2. voir ici Thomas de Aquino – Glossator
    1. d’Anselme de Laon / Geoffroy Babbion : commentaire sur Mt.
  3. voir ici Anselmus Laonensis – In Mt.
    1. de Pierre Lombard etc.
  4. Une partie seulement des sentences affectées par le lemme attributif « Glossa » provient de la Glose ordinaire.
  5. La Glose ordinaire est citée dans la Catena sous l’autorité d’Augustin, Bède, Jérôme, Raban etc. soit littéralement, soit sous forme de sentences panachées réunissant des expressions de la tradition directe et indirecte de l’auteur cité.
  6. Le citations de la Glose ordinaire concernent majoritairement la CMT puis vont decrescendo dans les trois autres chaînes (CMT CMC CLC CIO).
  7. Thomas cite la Glose ordinaire dans la version universitaire du 13e siècle. Lorsqu’une leçon de la Catena s’écarte du texte de l’édition princeps, nous avons généralement pu l’identifier dans les manuscrits témoins cités. Nous utilisons de préférence Monte Cassino, cod. 574 (Paris, 13 ¾, tétraévangile glosé), manuscrit contemporain de la Catena qui présente les même caractéristiques que le texte de la Glose cité par la Catena. Toutefois les accords trouvés ne sont pas propres à ce manuscrit ; ils se répètent dans d’autres témoins de la même version de la Glose.

sentences

identifiées

 

9.       Gregorius Magnus – Moralia in Iob

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPL 1708

statut linguistique : latin /reprise d’une traduction latine du grec / nouvelle traduction du grec / traduction panachée

histoire et structure de la collection

traductions

cas particuliers

éditions

Gregorius Magnus, Moralia in Iob, CCSL 143, 143A, 143B

manuscrits

bibliographie

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : (nombre provisoire ou définitif)

lemmes attributifs dans la Catena

cité à partir de :

[tradition directe/indirecte/mixte]

status quaestionis

Thomas ne semble pas avoir eu recours à la chaîne grégorienne de Paterius (Semur en Auxois, BM, ms. 26-27) qui ne suffit à expliquer ni le découpage, ni le contenu, ni les leçons de la Catena.

sentences

identifiées par

MM2019 MM2020

 

10.   *Gregorius Nazianzenus (c. 345 – 410)

status quaestionis

Grégoire de Nazianze est cité explicitement dans 23 sentences de la CLC.

Celles-ci sont extraites de 19 des 129 scholies (15,5 %) que la chaîne de Nicétas attribue à « Grégoire le Théologien ».

Un autre scholion, anonyme dans les manuscrits de Nicétas consultés, est pourtant explicitement attribuée à Grégoire de Nazianze par Thomas (CLC5d4.23), peut-être en raison de l’usage d’un manuscrit de la chaîne non repéré, ou à la suite d’une identification opérée par comparaison avec la traduction que Rufin (CSEL 46).

Les œuvres concernées sont, par ordre d’importance : les Orationes, les Carmina dogmatica 18 (3 x) et les lettres 42 et 101.

Les traductions de la Catena semblent originales ; elles ne permettent pas de rapprochement avec celles de Rufin (je n’ai cependant pas examiné les traductions inédites qui existent pour certains traités de Grégoire (Firenze, Laur., San Marco 584).

Les sentences sont homogènes, à l’exception d’une seule dont le premier segment est extrait d’un scholion distinct de Cyrille d’Alexandrie (CLC2d14.14).

CPG 3032 (2 sentences)

CPG 1693

CPG 3034 (2 sentences)

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

autres auteurs cités sous le même lemme attributif

Cyrillus Alexandrinus

Iulianus Africanus

 

11.   *Gregorius Nazianzenus – Carmina

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 3034 ; CPG 3036.12

statut linguistique : grec / nouvelle traduction du grec

traductions

Pas de traduction latine connue avant la Catena

éditions

PG 37

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : 3

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

cité à partir de :

tradition indirecte : Nicétas d’Héraclée

sentences

Krikones § 218 << Carmina dogmatica, 18: De Christi genealogia, PG 37, 481A.4-5  = CLC3d8.23

Krikones § 218 << Carmina dogmatica, 18: De Christi genealogia, PG 37, 483.A10-485= CLC1d12.2

Krikones § 1584 << Carmina de se ipso, 12 : de seipso et de episcopis, PG 37, 1180A15-1181A2= CLC10d2.13

identifiées par

ADL2020 MM2020

 

12.   *Gregorius Nazianzenus – Epistulae

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 3032

statut linguistique : grec / nouvelle traduction du grec

traductions

Pas de traduction latine connue avant la Catena

éditions

GCS 53

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : 1

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

cité à partir de :

tradition indirecte : Nicétas d’Héraclée

sentences

Krikones § 1870  << Epistulae , ep. 41 (al. 22) Ad Caesarienses, § 4-5, GCS 53, p. 36.12-16 (PG 37, 84C)= CLC11d10.10

Voir aussi :

Krikones § 530 << Epistulae, ep. 101.24, SChr. 208, p. 46 (PG 37, 181A1-3)  = CLC2d14.14[2]

identifiées par

ADL2020 MM2020

 

13.   *Gregorius Nazianzenus – Orationes

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 3010.2, 6, 14, 19, 22, 26, 37 (3 sentences), 38, 39 (3 sentences), 40 BHG 1947 (2 sentences), 43, 45 (2 sentences)

statut linguistique : grec / nouvelle traduction du grec

traductions

  1. Gregorii Nazianzeni orationes IX secundum translationem quam fecit Rufinus, CSEL, 46 (A. Engelbrecht, 1910) = CPL 0198 G (A) : Traduction des discours suivants :

1 Apologeticus (= CPG 3010.2),

2 De epiphaniis (= CPG 3010.38),

3 De luminibus (= CPG 3010.39),

4 De pentecoste et de spiritu sancto (= CPG 3010.41),

5 In semet ipsum de agro regressum (= CPG 3010.26),

6 Ad ciues Nazianzenos graui timore perculsos (= CPG 3010.17),

7 De reconciliatione et unitate monachorum (= CPG 3010.6),

8 De grandinis uastatione (= CPG 3010.16),

9 De Arrianis (= CPG 3010, 27).

  1. Thomas de Aquino, Catena aurea, excerpta des Discours 2, 6, 12, 14, 19, 22, 26, 37, 38, 39, 40, 43, 45.

éditions

Schr 247

Schr 284

PG 35

PG 36

bibliographie

Pour mémoire : cF. Reinoud Weijenborg, « Les cinq discours théologiques, attribués à Grégoire de Nazianze, en partie oeuvre de Maxime Héron le Cynique, alias Evagre le Pontique d’Antioche », Antonianum, 48 (1973), p. 476-507 : « En appliquant aux 45 discours généralement attribués à Grégoire de Nazianze comme critère d’authenticité le respect de la majesté divine, tel qu’il l’exprime d’une manière impressionnante dans ses discours 27 et 28, nous nous sommes convaincu de l’authenticité grégorienne de 13 de ces 45 discours, à savoir de celle des Discours 1, 6, 7, 10, 13, 18, 20, 22, 26, 27, 28, 36 et 42, tandis que nous croyons avoir trouvé des arguments suffisants pour nier l’authenticité de chacun des 32 autres discours » (p. 507).

B. La Catena

status quaestionis

  1. Thomas cite les Orationes 2, 6, 12, 14, 19, 22, 26, 37 (3 x), 38, 39(3 x), 40 (3 x), 43, 45 (2 x).
  2. Les sentences sont traduites à nouveaux frais à partir de la version des scholia de Nicétas.
  3. Thomas connaît probablement la traduction de Rufin ; on suppose qu’elle lui a permis par comparaison d’attribuer à Grégoire un scholion anonyme de la chaîne de Nicétas extrait du Discours 26 (CLC5d4.23).
  4. Thomas ne fait pas usage de la traduction faite par Rufin vers 399/400 qui ne couvre qu’une partie des discours cités par Thomas (cf. discours 2, 6, 26, 38, 39 )

nombre de sentences attribuées : 19

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

cité à partir de :

tradition indirecte : Nicétas d’Héraclée

sentences

  1. Krikones § 1578 << Oratio 2, De fuga apologetica, § 69, SChr. 247, p. 182.7-11 (PG 35, 477C) = CLC10d2.9
  2. Krikones § 293 << Oratio 6, De pace 1, PG 35, 729B3-6 = CLC1d25.6
  3. Krikones § 2028 << Oratio 14, De pauperum amore, § 39, PG 35, 909B = CLC12d9.7
  4. Krikones § 616 << Oratio 19, Ad Iulianum exaequatorem, § 11, PG 35, 1056A = CLC3d4.14
  5. Krikones § 3269 << Oratio 22, In Pace secunda, § 1, SChr 270, p. 218.1-12 (PG 35, 1132A) = CLC24d4.9[a]
  6. Krikones § 3269 << Oratio 22, In Pace secunda, § 5.23-26 , SChr 270, p. 228 (PG 35, 1136C) = CLC24d4.9[b]
  7. Krikones § 3269 << Oratio 22, In Pace secunda, § 14.19-27 , SChr 270, p. 252 (PG 35, 1148B-C) = CLC24d4.9[c]
  8. Krikones § 3269 << Oratio 22, In Pace secunda, § 16.1-2, SChr 270, p. 256 (PG 35, 1149B6) = CLC24d4.9[d]
  9. Krikones § 910 << Oratio 26, Adversus Maximum , § 7, SChr. 284, p. 242.9-242.16 (PG 35, 1237.7-15) = CLC5d4.23
  10. Krikones § 863 << Oratio 37, In Mt. 19, 1-12 (al. De repudio), § 1, PG 36, 284B2-5 = CLC5d1.8
  11. Krikones § 1266 << Oratio 37, In Mt. 19, 1-12 (al. De repudio), § 2, SChr. 318, p. 272.8-12 (PG 36, 284C) = CLC8d1.2
  12. Krikones § 1284 << Oratio 37, In Mt. 19, 1-12 (al. De repudio), § 13.1-13, SChr. 318, p. 296-298 (PG 36, 297B) = CLC8d2.23
  13. Krikones § 2349 << Oratio 38, In theophania, § 14.16-18, SChr. 358, p. 136 (PG 36, 328B2-5) = CLC15d2.5
  14. Krikones § 658 << Oratio 39, In sancta lumina, § 14.15-37, SChr. 358, p. 180-182 (PG 36, 351D-352B) = CLC3d8.2
  15. Krikones § 558 << Oratio 39, In sancta lumina § 15.1-3, SChr. 358, p. 182 (PG 36, 352B) = CLC3d7.2
  16. Krikones § 552 << Oratio 39, In sancta lumina, § 17.3-18, SChr. 358, p. 182 (PG 36, 353C-356A) = CLC3d2.7
  17. Krikones § 552 << Oratio 40, In sanctum baptisma, § 28-31.##, SChr. 358, p. 264-268 (PG 36, 400C-sqq) = CLC3d8.6
  18. Krikones § 758 << Oratio 40, In sanctum baptisma, § 30, SChr. 358, p. 266.9-12 (PG 36, 401B) = CLC4d1.13
  19. Krikones § 2128 << Oratio 40, In sanctum baptisma, § 9.7-32, SChr. 358, p. 215-216 (PG 36, 369A-D) = CLC13d2.12
  20. Krikones § 528 << Oratio 43, Funebris oratio… Basilii Magni, § 38, SChr. 384, p. 210.19-22 (PG 36, 547B-C) = CLC2d14.14[2]
  21. Krikones § 1409 << Oratio 45, In sanctum Pascha 2, § 19, PG 36, 649B = CLC9d1.5
  22. Krikones § 1912 << Oratio 45, In sanctum Pascha 2, § 15, PG 36, 644C35-36: = CLC12d1.3

identifiées par

ADL2020 MM2020

 

14.   *Iulius Africanus – Epistula ad Aristidem

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 1693

statut linguistique : grec / nouvelle traduction du grec

traductions

Pas de traduction latine connue avant la Catena

éditions

  1. C. Guignard, La lettre de Julius Africanus à Aristide sur la généalogie du Christ. Analyse de la tradition textuelle, édition, traduction et étude critique, Berlin – Boston, 2011 (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur, 167).

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : (1)

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

cité à partir de :

tradition indirecte : Nicétas d’Héraclée

sentences

Krikones § 713 << <Revera> Epistula ad Aristidem, § 26-27, ed. C. Guignard, 2011, p.  302.24-304.7= CLC3d8.9

identifiées par

ADL2020 MM2020

 

15.   Origenes – Homeliae ex variis locis

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

statut linguistique : latin /reprise d’une traduction latine du grec / nouvelle traduction du grec / traduction panachée

histoire et structure de la collection

groupe de 9 homélies latines éditées par Josse Bade dans son édition latine des oeuvres d’Origène

traductions

cas particuliers

éditions

homeliae inter collectas ex variis locis, in : Origenis opera, t. 3, Paris, 1522, p. cxv v°-cxxxi v [].

manuscrits

bibliographie

-Morin 1942 : G. Morin, « Les homélies latines sur saint Matthieu attribuées à Origène », Rev. Bén. 1942, p. 3-11.

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : (nombre provisoire ou définitif)

lemmes attributifs dans la Catena

cité à partir de :

status quaestionis

Antoine de Sienne (Ed1611) suivi par Nicolai (Ed1657 etc.) identifie plusieurs sentences dans les « homeliae inter collectas ex variis locis » expression qui désigne un groupe de 9 homélies latines éditées par Josse Bade dans son édition latine des oeuvres d’Origène (Origenis opera, t. 3, Paris, 1522, p. cxv v°-cxxxi v°)sentences

[index des sources = identifiant des sentences correspondantes]

sentences

hom. 1 = CMT1d10.9

hom. 5 = CMT8d1 ; CMT8d1 (5 x)#; CMT8d2 ; CMT8d3.2 CMT8d3.8 CMT8d3.14

hom. 6 = CMT8d7.3 CMT8d7.5 CMT8d7.7 CMT8d7.14 CMT8d7

hom. 7 : CMT15d5

identifiées par

MM2020

 

16.   Origenes – Homeliae in Ioannem

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

statut linguistique : grec

histoire et structure de la collection

Le commentaire d’Origène conservé concerne Io. 1, 2, 4, 8, 11 et 13 soit les tomes 1 (chap.1), 2 (chap. 2), 4 (chap. 4), 18 (chap. 8), 28 (chap. 11), 32 (chap. 13) auxquels s’ajoute quelque 140 scholia collectadeGCS 10 dont l’identification et l’authenticité sont discutés à cause des problèmes posés par l’identification des lemmes attributis des chaînes grecques.

traductions

Aucune traduction latine des commentaires d’Origène sur Jean n’est disponible au 13e siècle.

éditions

Origenes, Commentaria in Iohannem, GCS 10, Origenes Werke 4.

manuscrits

– Nicetas, Catena in Io. : manuscrit privilégié : Vat. gr. 1996 (commence à Io. 6, 20).

– Münich, BSB, Cod.graec. 437

  1. B. : les manques en Io. 7, 43 et Io. 11,33-40 n’affectent pas la CA qui ne cite pas Origène à ces endroits.

bibliographie

B. La Catena

nombre de sentences attribuées :

166 sentences dont 157 en primo traductions latines.

lemmes attributifs dans la Catena

cité à partir de :

[tradition directe/indirecte/mixte]

status quaestionis

  1. La CIO offre le seul recueil de traductions latines du commentaire d’Origène sur Jean au 13e siècle. Ce matériau a été complété par l’exploitation de traductions latines déjà existantes concernant des lieux synoptiques : un emprunt aux commentaires sur Matthieu (CIO21) et une homélie latine de Jean Scott Erigène, attribuée au Moyen Âge à Origène, dont sont extraites 8 sentences (CIO1) ; voir infra.
  2. La CIO est plus riche en citations origéniennes que la plupart des chaînes grecques. Elle contient plus de sentences origéniennes qu’il n’existe de scholia origéniens sur Jean édités à ce jour.
  3. Thomas ne semble pas avoir eu recours à une chaîne grecque pour Origène dans la CIO.

3.1 La chaîne de Nicétas sur Jean est très pauvre en citations d’Origène (6 sentences attribuées) et ne peut suffire à expliquer les sources grecques de la CIO (Preuschen, GCS 10, p. LXXXII).

3.2 Le recours à la chaîne de Cordier a été soutenu par Conticello à partir de l’étude du chapitre 1 et de la concordance – partielle – des citations de Basile qui y sont faites. A l’examen, l’hypothèse doit être écartée, au moins pour les autres chapitres dont la documentation grecque ne se retrouve pas dans la chaîne éditée de Cordier.

3.3. Il faut écarter aussi la chaînes de Cramer dont les citations origéniennes ne concordent pas avec celle de la CIO.

3.4 La recherche doit être poursuivie, car les chaînes sur Jean sont plus nombreuses que pour l’évangile de Marc. Mais la pauvreté des sources grecques de la CIO en comparaison de celles de la CMC et de la CLC indique que Thomas n’a pas disposé pour la CIO de la même base documentaire.

identifiées par

MM2020

 

17.   Origenes – Commentarii in Mattheum. [notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

numéros des répertoires concernés : CPL CPG RB

statut linguistique : grec traduit en latin

histoire et structure de la collection

Du texte grec original, 8 tomes sont conservés sur les 25 que comportait l’ouvrage, composé à la fin de la vie d’Origène.

La versio latina antiqua couvre les tomes 12 (c. 9) à 25 (fin)

2 tomes seulement en grec + 8tomes ¾ grec et latin + 8 tomes seulement en latin.

traductions

L’auteur de la traduction ancienne serait identique à celui de l’Opus imperfectum. On peut le situer vers le milieu du 5e s.

La traduction est plus une adaptation libre qu’une réelle traduction.

Les usages érudits distinguent :

  1. Vetus interpretatio = versio latina pour laquelle on conserve le texte grec.
  2. Series veteris interpretationis commentariorum Origenis in Mattheum = versio latina sans texte grec = Mt. 22, 34-27, 66 : .

Nota : la séparation entre les deux parties est postérieure à l’imprimerie ; totalement artificielle, elle est sans rapport avec l’identité et l’origine du traducteur (Girod 1975)

éditions

  1. Origenes, Commentariorum series 145 (translatio latina), in : E. Benz, E. Klostermann, ed., Origenes Matthäuserklärung 1 (Origenes Werke 11, GCS 38), Leipzig, 1933.
  2. Series veteris interpretationis commentariorum Origenis in Mattheum, series 63, PG 13 [pour mémoire ; reproduit la traduction de Huet que Girod 1975 dit très fidèle]

manuscrits

liste non exhaustive, reprise du conspectus siglorum de GCS 38

Versio latina antiqua:

  1. R =Reims [détruit dans l’incendie de 1774], 9e (8e ?)
  2. G = Rouen, BM 423, prov. Jumièges, 10e s.
  3. B = Brugge, Bürgerbibl. 58 (31), 12e s.

Versio latina recentior:

  1. L = London, BL, Add. 26761, 12e s. etc.

bibliographie

  • Altaner, Patrologia, Casale Monferrato, 19837, 2004;
  • Crouzel, Origène, Paris, 1985, 69-70;
  • Benz, E. Klostermann, Origenes Werke 11: Origenes Matthäuserklärung I (GCS 38), Leipzig 1933, VII-X;
  • Benz, E. Klostermann, Origenes Werke 10: Origenes Matthäuserklärung I (GCS 40), Leipzig 1935, XII-XIII;
  • Früchtel, «Zur altlateinischen Übersetzung von Origenes’ Matthäus-Kommentar», dans E. Klostermann, L. Früchtel, Origenes Werke 12.2: Matthänserklärung 3.2. Fragmente und Indices (GCS 41.2), Leipzig 1955, 23-52;
  • Girod 1975: R. Girod, «La traduction latine anonyme du Commentaire sur Matthieu», dans Origeniana (Quaderni di Vetera Christianorum 12), Bari 1975, 125-138; [CGC2017] [MM2019] [MM2021].
  • Morin 1925 : Morin (Germain), « Quelques aperçus nouveaux sur l’Opus imperfectum in Matthaeum », Revue Bénédictine, 37, 1925, p. 239-262 [démontre l’identité entre l’auteur de l’Opus imperfectum et le traducteur latin du commentaire d’Origène sur Mt.]
  • Nautin, Origène. Sa vie et son œuvre, Paris, 1977, p. 242;
  • Quasten, Patrologia, Casale Monferrato 1983, 325.

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : (nombre provisoire ou définitif)

lemmes attributifs dans la Catena

Origenes.

Origenes. Super Mattheum.

cité à partir de :

tradition directe (traduite), indirecte (homéliaires), mixte

status quaestionis

CMT :

La Catena tantôt concorde, tantôt s’écarte des témoins de l’édition critique de la Versio latina. Tout rapprochement entre le texte de la Catena et un manuscrit particulier collationné dans les éditions critiques est impossible. Il est même difficile d’identifier la traduction latine utilisée, car Thomas retient des passages communs à la version antique et à la version recentior du 12e siècle (voir GCS 38).

CMT25d1.10 s’écarte du manuscrit de Reims contre l’accord G B L.

CMC :

Dans la CMC, les sentences attribuées à Origène proviennent soit de l’un des rares témoins de la tradition directe des anciennes versions latines du commentaire d’Origène sur Matthieu, œuvre de deux traducteurs anonymes de la fin du 4e siècle et du 5e siècle, soit des emprunts que leur ont fait les divers homéliaires de l’office. Il existe plusieurs recensions de cette traduction latine, mais les passages cités dans la CMC ne permettent pas de dire avec certitude quelle version Thomas a utilisée, hormis quelques leçons peu significatives propres aux témoins de la versio antiqua. Thomas cite également – mais sans en avoir conscience – sous le nom de Chrysostome des fragments d’Origène cités sans déclaration d’autorité par la chaîne de Victor d’Antioche.

sentences

[index des sources = identifiant des sentences correspondantes]

identifiées par

collaborateurs du travail d’identification

 

18.   Origenes – Homeliae in Lucam [notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 1453

statut linguistique : grec / latin

histoire et structure de la collection

Texte grec lacunaire. Doit être complété, pour les passages sans texte grec original conservé, par les scholia des chaînes dont l’authenticité est souvent problématique, et par la traduction de Jérôme

traductions

  1. Origenes, Homiliae in (Hieronimi translatio), GCS 35, Origenes Werke 9, 1930.
  2. Catena aurea : sentences extraites de la chaîne de Nicétas

éditions

  1. Origenes, Homiliae in , GCS 35, Origenes Werke 9, 1930.
  2. voir ici Origenes – Scholia in Lucam

manuscrits

bibliographie

B. La Catena

nombre de sentences attribuées :

lemmes attributifs dans la Catena

Origenes.

cité à partir de :

tradition directe, indirecte.

status quaestionis

  1. Les sentences de la CLC attribuées à Origènes sont extraites de deux sources complémentaires, parfois combinées au sein de la même sentence :
  2. la chaîne de Nicetas sur Luc : Origène est peu cité par la chaîne de Nicétas dont les scholie sont parfois éloignées du texte original d’Origène, lui-même très lacunaire.
  3. Jérôme, traduction latine des homélies d’Origène sur Luc : cette traduction est plutôt un paraphrase ; par endroits, elle est parfois le seul témoin conservé du commentaire d’Origène dont le texte grec conservé est lacunaire. perdu conservé, ell s’éloigne fortement du texte grec conservé, quoiqu’en ait dit H. Crouzel (SChr 85, p. 85-87). Il suffit de comparer les deux versions pour s’en convaincre. Nous n’avons reproduit le texte grec que lorsqu’il y a un doute possible sur l’origine de la version de Thomas.
  4. Dans la CMC, sous l’autorité de Chrysotome, l’influence des homélies d’Origène sur Luc ainsi que de certains fragments grecs de celles-ci a également pénétré jusqu’à Thomas par l’intermédiaire de la chaîne de Victor d’Antioche sur Marc.

sentences

identifiées par

MM2019 MM2020

 

19.   Origenes – Scholia in Lucam [notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 1452

statut linguistique : grec

histoire et structure de la collection

Texte grec lacunaire. Doit être complété, pour les passages sans texte grec original conservé, par les scholia des chaînes dont l’authenticité est souvent problématique, et par la traduction de Jérôme

traductions

  1. Catena aure : sentences extraites de la chaîne de Nicétas

éditions

  1. Origenes, Commentarii in Lucam (fragmenta), GCS 49, Origenes Werke 9, p. 227-336

manuscrits

bibliographie

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Origenes.

cité à partir de :

Nicetas, Catena in Lucam

status quaestionis

Voir ici Origenes – Homeliae in Lucam.

sentences

identifiées par

MM2019 MM2020

 

20.   *Paschasius Radbertus – De assumptione sanctae Mariae uirginis (790-865)

Répertoires

CPL 0633

A. L’œuvre et sa transmission

Cette lettre attribuée à Jérôme par Paschase Radbert et la théologie médiévale ne fait pas partie du fond primitif de l’homéliaire de Paul Diacre mais elle a été intégrée assez systématiquement par parties dans les homéliaires monastiques du 12° siècle; cf. R. Étaix, Homéliaires patristiques latins. Recueils d’études de manuscrits médiévaux, Paris, 1994, p. 243 et passim. Les dominicains y ont puisé certaines leçons de leur office de l’Assomption (A.-E. Urfels-Capot, Le sanctoral du lectionnaire de l’Office dominicain, Paris, 2007, § 99-101).

éditions

Paschasius Radbertus, De assumptione sanctae Mariae uirginis, CCCM 56C, p. 109-162.

Hieronymus (pseudo), Epistola 9 ad Paulam et Eustochium de assumptione beatae Mariae Virginis (inc. Cogitis me…), PL 30, 122C-142D.

Paulus Diaconus Warnefridus, Homiliarius, hom. 46 de sanctis (de assumptione Virginis), PL 95, 1498A-1505A.

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Hieronymus. In sermone assumptionis

Hieronymus.

nombre de sentences attribuées : 2

Cité à partir de :

tradition indirecte : Paul Diacre, Homéliaire.

status quaestionis

Les phrases retenues par la Catena diffèrent des leçons du sanctoral dominicain extraites de cette même homélie attribuée à Jérôme ; on les trouve en revanche à l’identique, sous la même attribution, dans le Bréviaire cistercien à l’exception du passage cité en CLC1d9.3[b]; cf. Breviarium Cisterciense primitivum, sanctorale, in assumptione s. Mariae (15 augusti) , in secundo nocturno, lec. 6 , 7, 8 et 11, ed. Ch. Waddell, Fribourg-CH, 2007, § 1793-1795 et 1799, p. 531-532.

sentences identifiées

1.Paschasius Radbertus, De assumptione sanctae Mariae uirginis, § 27, CCCM 56C, lin. 220 sqq. >> Paulus Diaconus Warnefridus, Homiliarius, hom. 46 de sanctis (de assumptione Virginis), PL 95, 1498B = CLC1d8.7

2.Paschasius Radbertus, De assumptione sanctae Mariae uirginis, § 28-29, CCCM 56C, lin. 227-250 sqq. >> Paulus Diaconus Warnefridus, Homiliarius, hom. 46 de sanctis (de assumptione Virginis), PL 95, 1498D-1499A = CLC1d9.3

 

21.   *Petrus Alphonsi – Dialogus contra Iudeos (1100-1140#)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

statut linguistique : latin

titre :

  • Dialogus Petri Cognomento Alfunsi ex Iudeo Christiani et Moysi Iudei

éditions

  • Petri Alfonsi Dialogus. Kritische Edition mit deutscher Übersetzung. Carmen Cardelle de Hartmann, Darko Senekovic, Thomas Ziegler (édition), Peter Stotz (traduction), Firenze, SISMEL – Edizioni del Galluzzo, 2018. (ISBN 978-88-8450-861-4) n. v.
  • PL 157

manuscrits

Voir ici : éditions.

bibliographie

Voir ici : éditions.

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Petrus Alphonsus

nombre de sentences attribuées : 1

Cité à partir de :

  • tradition directe

status quaestionis

Mort en 1140, Pierre Alfonse est l’auteur le plus récent nommément cité dans la Catena. Thomas le cite à partir de l’œuvre originale. Il n’est pas étonnant de trouver dans la partie de la Catena préparée à Paris une citation de cet auteur. Il était connu dans les milieux intellectuels de la province dominicaine de France : Vincent de Beauvais cite Pierre Alfonse dans le Speculum maius achevé en 1259 au moment du départ de Thomas pour l’Italie.

 

sentences

Petrus Alfonsi, Dialogus, tit. 7, PL 157, 613D-614D (cf. ed. Firenze 2018, p. 244-258 sqq.) = CMT1d13.15

identifiées par

MM2013

 

22.   Rabanus Maurus – In Mt. (780 – 856; 821-822 )[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

RB

L’œuvre et sa transmission

statut linguistique : latin

éditions

Rabanus Maurus, Expositio in Matthaeum, CCCM 174, CCCM 174A, ed. B. Löfstedt, 2000

PL 107, 727-1156. Prol. ed. E. Dümmler, MGH, Epistolae V (1898) 388-390

manuscrits

bibliographie

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Rabanus.

Glossa.

nombre de sentences attribuées : 314 (provisoire)

Cité à partir de :

  1. tradition directe et indirecte (Glossa ordinaria)
  2. voir ici Glossa ordinaria

status quaestionis

  1. Les nombre de sentences attribuées à Raban concernent uniquement la CMT.
  2. Les nombre de sentences attribuées à Raban sont souvent composites, alternant des expressions de la Glose ordinaire et du commentaire original.

sentences

CMT12d2.17

et passim

identifiées par

FG2013, MM2017, MM2020, MM2021

 

23.   Theophylactus – Enarratio in Evangelium Marci (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

statut linguistique : latin /reprise d’une traduction latine du grec / nouvelle traduction du grec / traduction panachée

histoire et structure de la collection

traductions

latine partielle : Catena aurea

éditions

Theophylacti Archiepiscopi Bulgariae, In quatuor Evangelia enarrationes / Ioanne Oecolampadio interprete, Basel, 1524 = Paris, 1539 = Basel, 1541 ; Paris, 1542 etc.

Theophylactus, Enarratio in Evangelium Lucae, PG 123

bibliographie

Conticello 1990

voir ici Theophylactus – Enarratio in Evangelium Ioannis

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Theophylactus

formes rejetées

Theophylus

attributions erronées à :

Cyrillus. Theodoretus. etc.

nombre de sentences attribuées : 365 (provisoire)

Cité à partir de :

  1. tradition directe

status quaestionis

plusieurs sentences non repérées jusqu’ici en raison d’accident de copie des lemmes attributifs ou d’insertion à l’intérieur de nombre de sentences attribuées à d’autres autorités. .

sentences

identifiées par :

CGC2014-2017 ; MM2020 ; ADL 2020

 

24.   Theophylactus – Enarratio in Evangelium Lucae (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

statut linguistique : nouvelle traduction du grec

histoire et structure de la collection

traductions

latine partielle : Catena aurea

éditions

Theophylacti Archiepiscopi Bulgariae, In quatuor Evangelia enarrationes / Ioanne Oecolampadio interprete, Basel, 1524 = Paris, 1539 = Basel, 1541

Theophylactus, Enarratio in Evangelium Lucae, PG 123, 683-1125

bibliographie :

Conticello 1990

voir ici Theophylactus – Enarratio in Evangelium Ioannis

La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Theophylactus

formes rejetées

Theophylus

attributions erronées à :

Cyrillus. Theodoretus. etc.

nombre de sentences attribuées : 462 (provisoire)

Cité à partir de :

  1. tradition directe

status quaestionis

plusieurs sentences non repérées jusqu’ici en raison d’accident de copie des lemmes attributifs ou d’insertion à l’intérieur de nombre de sentences attribuées à d’autres autorités. .

sentences identifiées par :

CGC2015 ; MM2020 ; ADL 2020

sentences

identifiées

CGC2014-2017 ; MM2020 ; ADL 2020

 

25.   Theophylactus – Enarratio in Evangelium Ioannis (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

statut linguistique : grec

traductions

latine partielle : Catena aurea

éditions

Theophylacti Archiepiscopi Bulgariae, In quatuor Evangelia enarrationes / Ioanne Oecolampadio interprete, Basel, 1524 = Paris, 1539 = Basel, 1541 ; Paris, 1542 etc.

Theophylactus, Enarratio in Evangelium Joannis, PG 123, 1126 ; PG 124, 9-318.

bibliographie

Conticello 1990

Conticello 2004 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Théophylacte de Bulgarie, source de Thomas d’Aquin (Catena aurea in Ioannem) », in : Philomathestatos : Studies in Greek and Byzantine Texts Presented to Jacques Noret for his Sixty-Fifth Birthday, éd. B. Janssens, B. Roosen, P. van Deun, Leuven-Paris-Dudley, MA, Uitgeverij Peeters en Departement Oosterse Studies, 2004, p. 63-75.

Obolensky 1988 ; Dimitri Obolensky, Six Byzantine Portraits, Oxford, Clarendon Press, 1988, p. 34-82.

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Theophylactus

formes rejetées

Theophylus

attributions erronées à :

Cyrillus. Theodoretus. etc.

nombre de sentences attribuées : 247 (provisoire)

Cité à partir de :

tradition directe

status quaestionis

plusieurs sentences non repérées jusqu’ici en raison d’accident de copie des lemmes attributifs ou d’insertion à l’intérieur de nombre de sentences attribuées à d’autres autorités. .

sentences identifiées par :

CGC2016 ; MM2020 ; ADL 2020

sentences

identifiées

CGC2014-2017 ; MM2020

 

26.   Thomas de Aquino – [Loci paralleli] (1250-1274)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

Opera omnia, in : Index Thomisticus / Corpus thomisticum

éditions

Edition leonina

Corpus thomisticum

bibliographie

Bataillon 1993 : Bataillon (L.-J.), « Saint Thomas et les Pères: de la Catena à la tertia pars », dans C.-J. Pinto de Oliveira ed., Ordo sapientiae et amoris : image et message de Saint Thomas d’Aquin à travers les récentes études historiques, herméneutiques et doctrinales : hommage au Professeur Jean-Pierre Torell OP à l’occasion de son 65e anniversaire, Fribourg, 1993, p. 15-36.

Borgo 2015 : Borgo (Marta), « I sermoni di Tommaso d’Aquino e la Catena aurea : uno status quaestionis alla luce dell’edizione Bataillon », Memorie Domenicane, 46 (2015), p. 553-579.

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

passim

status quaestionis

De nombreuses sentences de la CA ont des parallèles dans l’ensemble des autres œuvres de Thomas. Ces parallèles s’avèrent être soit des témoins de la documentation thomasienne disponible avant la mise en chantier de la Catena (Scriptum super Sententiis) ou au cours de celle-ci (Reportatio in Ioannem), soit des témoins de l’utilisation de la Catena ou des dossiers préparatoires à celle-ci par Thomas. Il s’agit principalement de la Somme de théologie, des commentaires bibliques (Reportatio in Ioannem, Reportatio in Matthaeum), certains opuscules comme le De perfectione, et de quelques Quodlibets.

sentences identifiées

Voir CAE : apparats : <Loci paral.>

[liste des références aux œuvres de Thomas avec lesquels des parallèles ont été établis avec la Catena]

sentences identifiées par

[MM2015-2021]

 

27.   Thomas de Aquino – [Glossator : sentences personnelles dans la Catena] (1261-1272)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

éditions

Catena aurea electronica et editiones

manuscrits

Mss. de la Catena aurea

bibliographie

  1. Morard, Famosus Glossator. Thomas d’Aquin auteur de la Catena aurea in evangelia (en préparation)

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Glossa [développé dans la Catena aurea electronica en « Glossa<tor> » pour en faciliter le repérage électronique et les différentier des sentences extraites d’autres sources].

nombre de sentences attribuées : 100 (provisoire)

Cité à partir de :

Rédaction personnelle par Thomas d’Aquin

status quaestionis

Thomas assigne parfois le lemme attributif « Glossa » à des sentences qu’il a lui-même rédigées, s’inspirant ponctuellement de sources identifiables reformulées, dont ses propres œuvres ou, tout au moins, des passages, des expressions et du vocabulaire caractéristiques de son œuvre .

sentences

à préciser

identifiées par

[MM2015-2021]

[1] Rien ne permet d’affirmer qu’il fut « secrétaire » de Thomas . Dondaine, Secrétaires, p. 303 l’affirme sans autre raison que le fait qu’un témoignage du procès de canonisation le mentionne à propos de détails des méthodes de travail de Thomas. R. Wiellockx a récemment montré – en se gardant de toute identification nominale – combien la thèse des secrétaires alternatifs devait être nuancée ; cf. Robert Wielockx, « A Scribe of Four Scholars », Bulletin de philosophie médiévale, 58 (2016), 89-99, ici p. 98-99.

[2] Dondaine, Secrétaires, p. 133 croit devoir infirmer ce témoignage sous prétexte que l’autographe du Contra Gentiles est écrit sur des feuillets entiers ; c’est oublier qu’un autographe n’est jamais que la mise au propre par un auteur de notes préparatoires perdues.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.