Ratio brevis editionis Catenae aureae electronicae

Ratio brevis editionis

Martin Morard

(version du 1.2.2021)

 

Nous résumons ici les principes généraux de l’édition qui sont justifiés en détail dans notre Introduction générale (à paraître)

Pour citer notre édition :

Thomas de Aquino, Catena aurea, ed. Morard et coll., CNRS, 2021, CMT2d1.4 (Chrysostomus) [https://gloss-e.irht.cnrs.fr, version du 5.1.2021]

Pour citer une note de notre édition :

Fabio Gibiino, « Note sur CMT2d1.4 » in : Catena aurea, ed. Morard et coll., CNRS, 2021.

Chaque note d’apparat est signée par les initiales datées des collaborateurs qui ont participé à sa rédaction

ADL = Adele Di Lorenzo

ACB = Anne-Catherine Baudoin

CGC = Carmelo Giuseppe Conticello

FG                    = Fabio Gibiino

MM = Martin Morard

MOB                = Marie-Odile Boulnois

VS                     =Véronique Somers

Une astérisque après la signature – [FG2013]* – indique que le travail a été validé au moins par un autre membre de l’équipe

Etablissement du texte de la Catena

  • La Catena aurea electronica est une édition scientifique qui a l’ambition de restaurer le texte médiéval de la Catena aurea diffusé par exemplar et pecia dans le but de donner à lire le texte reçu par le plus grand nombre.
  • Le texte de base de la Catena est celui de l’édition Marietti (Angelico Guarienti, Turin 1953, sigle Ed1953), copié à partir du Corpus thomisticum (version 2012) révisé sur la version papier, à l’exception de la ponctuation, des majuscules et des graphies.
  • Ce texte de base est progressivement collationné avec les manuscrits Li446-449.
  • En l’absence de déclaration de témoin, le texte procuré à titre indicatif est le texte de base (Marietti).
  • Pour chaque sentence éditée, la rubrique « Codd. » introduit l’énumération des témoins collationnés.
  • La signification des sigles des manuscrits est donnée dans  l’inventaire sommaire des manuscrits de la Bible avec commentaire (site Gloss-e, page Instrumenta).
  • Les éditions sont désignées par leur date de publication précédée du signe Ed (Ed1470 = edition princeps, Rome, 1470). Pour plus de détail, voir l’inventaire des éditions de la Catena.
  • En cas de divergence, l’accord de la source et de Linz entraîne la correction de la leçon Marietti.
  • Lorsque Linz diffère à la fois de la source et du texte de base, le texte est collationné sur autant de manuscrits que nécessaire pour obtenir un accord majoritaire qui justifie la correction critique du texte de base.
  • Le texte des éditions est collationné ponctuellement dans le but de comprendre à quel moment et dans quel contexte la Catena s’est écartée de sa version médiévale.
  • l’apparat positif, à gauche du crochet fermant, mentionne le lemme retenu. Nous n’énumérons les sigles des témoins qui attestent le texte retenu qu’en cas de collation ponctuelle d’un témoin ou lorsque la clarté de l’apparat l’exige. (Exemple : magister Li446 Ed1498] didascalus Ed1953)
  • l’apparat négatif, à droite du crochet fermant, indique les leçons variantes rejettées et les sigles des témoins qui les attestent. (Exemple : magister Li446] didascalus Ed1953)

Présentation du texte

  • Chaque unité textuelle est composée de l’énoncé du lemme commenté (complet ou partiel, suivi ou non de « etc. ») précédé d’une clausule de transition (Sequitur, Unde sequitur, ), suivi de la déclaration de l’autorité source composée d’un nom d’auteur et parfois du titre de l’oeuvre) ; vient enfin la sentence proprement dite.
  • Chaque sentence est munie d’un identifiant unique dont l’attribution est fondée sur  la collation de l’incipit, explicit et du lemme attributif de chaque sentence de l’édition Marietti avec les manuscrits Linz 446, 447, 448, 449. En cas de divergence, le texte  a été établi après confrontation avec les autres témoins manuscrits de la tradition médiévale du texte (texte ‘universitaire’) et les éditions imprimées (voir apparats).

exemple : CMT1d1.1, CMC2d2.2, CLC3d3d3, CIO4d4.4

  • Le découpage en « distinctions », est, sauf avis contraire, celui de l’édition Marietti. Il correspond – non sans exceptions – au découpage du lemme biblique reproduit en gros modules dans la plupart des manuscrits de la Catena qui ont adopté une mise en page glosée (texte biblique en gros module formant « îlot » sur un côté de chaque colonne). Les manuscrits ne numérotent jamais ces divisions, ni ne leur donnent de nom. Nous les qualifions de « distinctions » selon l’usage médiéval attesté dans les manuscrits de la Grande Glose de Pierre Lombard qui adoptent le modèle d’Herbert de Bosham. Ces divisions, constantes dans l’immense majorité des témoins, sont dues à Thomas lui-même qui dégage la structure du texte évangélique. Le plus souvent ‘muettes’, c’est-à-dire non explicitées, elles sont exceptionnellement introduites par des gloses de transition, d’origine thomasienne ou patristique, qui rendent raison des évolutions de la structure du texte évangélique, mais elles ne sont pas comparables avec la divisio textus des postilles scolaires. Elles ne correspondent pas aux péricopes liturgiques de la liturgie dominicaine d’Humbert de Romans, ni à celles des chaînes grecques utilisées.

Nota : Le terme de  « leçons » est absent de toutes les éditions de la Catena. Il est à bannir, notamment à cause de sa connotation liturgique et scolaire, totalement étrangère au contexte de la Catena.

  • guillemets « … » : réservés aux citations littérales identifiées à l’intérieur d’une sentence.
  • astérique à la suite d’un appel de note = corrections apportées au texte de base.
  • astérique à la suite d’un sigle = leçon de première main corrigée ; par ex. Li446* (cancel.)
  • ² après un sigle (Li447²) = leçon de seconde main
  • astérique après un appel de note indique les principaux cas où le texte de l’édition Guarienti (Marietti Ed1953) a été corrigé.
  • petites capitales: lemme biblique commenté
  • [1] [2]: numérotation des éléments d’une sentence composite.
  • [a] [b] [c] [d] [e] => sentence => [b] [a] [e] [c] [d] Quand l’ordre du texte de la sentence diffère de celui de la source, chaque section déplacée de la source est numérotée par une lettre de l’alphabet entre crochets reportée dans le texte de la sentence. L’ordre alphabétique correspond à l’ordre des éléments de la source. L’ordre du texte originel est signalé par des lettres entre crochets carrés insérées dans le texte de la source en apparat 
  • Pour les références bibliographiques complètes, se reporter au tableau général des sources (Gloss-e.irht.cnrs.fr : Instrumenta / Auctores in apparatibus fontium allegati)
  • <Fons>  : introduit l’analyse des sources latines
  • <FonsG>  : introduit l’analyse des sources traduites du grec pour la Catena
  • <Nota> = commentaire sur la source
  • <Non hab.> : Non inveni(tur) ab editore in operibus laudatis
  • <Loci paral.>: lieux parallèles dans les autres œuvres de Thomas d’Aquin.
  • <potius quam> : source alternative proposée, bien que moins pertinente.

Mise en forme du texte des sources

Litteris italicis exaratis: voces expositionis in fontibus non repertae

Litteris semi capitalibus exaratis : voces vel lemma expositionis e Textu biblico litteraliter reassumptae

Litteris spissis exaratis: voces fontis litteraliter in expositione assumptae

Litteris sublineatis exaratis: voces fontis in expositione mutatae

Litteris rubris spissis exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptaec et in expositione assumptae

Litteris sublineatis exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptae, sed in expositione mutatae

Litteris rubris exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptae, sed in expositione ommissae

  • italiques(texte édité): lexèmes propres au texte édité, non attestés par le texte des sources.
  • gras(sources) : mots identiques dans le texte de la source et dans le texte édité
  • souligné (sources) : mots légérement différents dans la source et dans le texte édité (modifications morphologico-syntaxiques  
  • quand la sentence puise sa source dans la tradition directe de l’autorité désignée
  • quand la sentence vient de la tradition indirecte de l’autorité désignée par le lemme attributif (chaînes, gloses, recueils de sentences, commentaires, etc.)  :
  • noir simple : toute expression propre au caténiste ou glossateur, omise par le texte édité
  • noir gras : = toute expression propre au caténiste ou glossateur, reprise dans le texte édité
  • grenat gras: lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), expression commune au texte édité, à sa source directe (tradition indirecte de l’autorité déclarée) et à sa source indirecte (tradition directe de l’autorité déclarée)
  • grenat maigre souligné: lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), toute expression commune à la tradition directe et indirecte de l’autorité source, mais modifiée dans le texte édité
  • grenat maigre : lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), toute expression commune à la tradition directe et indirecte de l’autorité source, omise par le commentaire édité
  • Les identifications de sources qui figurent entre accolades {…} – par exemple : In Matheum. {tract. 34} –  sont des données provisoires, non vérifiées, empruntées à des éditions anciennes de la Catena : incomplètes, parfois erronées et souvent obsolètes, elles sont appelées à disparaître.

Les sources grecques

Le texte des sources grecques identifiées est reporté en apparat selon les même principes que les sources latines.

Lorsqu’une source a fait l’objet d’une édition imprimée ou numérisée, nous le reprenons à l’identique.

Lorsque la source est inédite (chaînes grecques, écrits inédits), nous éditons le fragment qui permet de rendre compte de la traduction et de l’excerption de la Catena.

Le texte est établi et normalisé selon les principes suivants :

– notre premier objectif est de donner à lire des textes complets et référencés. A l’échelle de la Catena le travail est considérable et implique de nombreux ajustements successifs en raison de la multiplicité des sources et des intervenants. L’homogénéité et l’uniformité sont des objectifs lointains.  

– graphies : Δαυῒδ et non Δαβῒδ

– majuscules : aucunes majuscules, sauf après les ponctuations fortes : points bas, points haut, points points d’interrogations, noms propres de lieux et de personnes. (révision en cours)

– ponctuation : pas de virgule avant les conjonctions de coordination et les prépositions, sauf pour détacher une proposition

– accents : accent aïgu sur la dernière voyelle accentuée des oxytons suivis d’une ponctuation, même virgule.

Graphies latines et développement des abréviations

  • La ponctuation de tous les textes transcrits par nos soins est de notre fait.
  • Les textes grecs ont été normalisés selon les usages contemporains de l’édition scientifique des sources byzantines du 11e et 12e siècle. Ne sont donc pas signalés les iottacismes et iota ascrits des chaînes grecques.
  • Les graphies latines modernes de Ed1953 (Marietti) ont été partiellement conservées ou sont en cours de normalisation selon les principes exposés dans le site Gloss-e (voir Index graphiarum) afin de faciliter le repérage à partir des moteurs de recherche électroniques du site gloss-e.irht.cnrs.fr.
  • La consonne v est distinguée de la voyelle u ;
  • j est toujours transcrit i ;
  • les diphtongues ae, oe ont été transcrites e (Mattheus), sauf en cas de risque de confusion : aeris,

Sauf exceptions signalées en notes :

  • « in homel’ » (lemme attributif) est développé par «  in homeliario » conformément à ce qu’écrivent en toutes lettres les manuscrits du prologue (CMTprol.7)  (As115 Li446 Li447 Li448 Li449) ; Ed1470 écrit tantôt « homelia », tantôt « homeliario
  • « sig.at » a été presque toujours développée par « significat » par les éditeurs anciens de Thomas et par ceux de ses sources. Pourtant il faut souvent restituer « signat ». Nos interventions en ce sens sont signalées en apparat.
  • « q. d. » est développé par « quasi dicat » en l’absence de contreindication.
  • Nous écrivons de façon normalisée rons notamment: Bethleem, Chrysostomus, Ephrata, Haymo, Hierosolyma, Ioannes, diabolus, Glossa, Hieronymus, Iesus, Isaias, Marcus, Sion, temptatio, mihi, nihil, etc.  
  • Quelques graphies observées dans les témoins manuscrits :

Ed1937 écrit : Esayas, Sion, etc.

Na écrit : Alchuinus, locutus, LuchasMattheus, Ystoria, Ysaias, haut, Iohannes, Ieronymus,

La88 écrit :  Archa, Alchuinus, inicium, loqutus ;

Li446-449 : arcana, nephas, Aymo, calciamenta , Crisostomus, Bethleem , calciamenta dyabol-, Iohann, Syon, nephas,  temptatio-, nichil, etc.

Li446 écrit :, Bethleem, , dyabolus, Esichius, Glosa, Helyas, Ierosolyma, Ieronimus,  implere, ymago, Ysaias, ystoria, ydoneus, Ydumea, Ihesus, Mattheus, Marchus, misterium, cotidie, etc.

Li447 écrit : Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), , implere, ymag-, Ysaias, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, cotidie, Symon, , etc.

Li448 écrit : arcana, calciamenta, Crisostom-, dyabol-, Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), Iohann-, implere, ymag-, Ysaias, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, nichil, cotidie, Symon, Tytus, etc.

Li449 écrit : catechuminus , Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), implere, ymag-, Ysaias, Ysayas, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, cotidie, Symon

Le rubricateur écrit :

« Grig’ » pour Gregorius ; v. g. f. 95ra etc.

« Theophylacius » parfois pour Theophylactus ; v. g. f. 117rb

« Grisous » ou « Crisous » pour Chrysostomus ; v.g. Li446, f. 12rb

Arag2 écrit : glosa, Ieronimus, Chrysostomus, Matheus, solicitudo, etc.

Texte biblique

  • On distingue dans le texte et les manuscrits de la Catena trois types de lemme évangélique. Le même passage des évangiles peut y être répété trois fois :
  1. lemma adiunctum ou lemme ajouté : texte biblique principal reproduit en gros module formant îlots sur le côté gauche de la colonne (mise en page glosée parisienne) ou, exceptionnellement sur le côté droit de la colonne (mise en page italienne). Le début de ces sections correspond à celui des sections de la Catena (« divisions » ou « distinctions »), appelées aussi improprement lectiones[1]. Leur étendue ne correspond pas à celle des péricopes évangéliques de la liturgie dominicaine d’Humbert de Romans. Les leçons d’un manuscrit provenant de ces unités textuelles spécifiques sont désignées par le sigle du manuscrit suivi d’un arobase @ (=ad<junctum>)
  2. lemma coniunctum ou lemme conjonctif : texte biblique principal intercalé in entre les sentences de la Catena, parfois souligné, parfois dans un module différent. L’apparat du texte les désigne par le même sigle que le texte propre de la Catena.
  3. lemma repetitum: mots du texte biblique commenté, répétés à l’intérieur des sentences ou à la fin de certaines. Ces lemmes de rappel peuvent avoir trois origines :
  4. le texte patristique cité : il s’agit alors (dans le cas des sources latines) de versions anciennes de la Bible ;
  5. la version de la Bible utilisée par Thomas d’Aquin, qu’il cite parfois de mémoire ;
  6. un rappel du lemme biblique principal (lemma coniunctum).
  • Le texte de la Catena préparé par Thomas ne se présentait probablement pas, à l’origine, sous la forme de livre glosé par lemme disjoint, mais plutôt par lemme conjoint, intercalé[2]. J’en veux notamment pour indice le fait que les marques de pièce de Li449 sont espacées en moyenne de 5 feuillets. Une pièce est ordinairement composée de 2 bifeuillets ou 4 feuillets. On peut donc supposer que le texte des pièces de la Catena soit était plus serré que celui des manuscrits de Linz, soit ne comportait pas de texte biblique et que l’ajout de celui-ci explique en partie le fait que l’écart entre deux marques de pièces s’explique non pas des cahiers de 5 feuillets, mais par des pièces composées du texte de deux bifeuillets augmenté par l’ajout des îlots bibliques.
  • Le texte des évangiles commenté par l’auteur de la Catena est donc celui qui est intercalé dans le texte même de la Catena, introduit par des formules comme Unde sequitur… Unde dixit… . Ce lemme fait partie intégrante de l’antigraphe de la Catena, mais il a été ajouté en deuxième intention et partiellement glissé soit entre les sentences, soit à l’intérieur de celle-ci, comme l’indiquent certaines répétitions qui font doublet. Ce texte est parfois lacunaire ; Thomas l’utilise comme tissu conjonctif pour associer les sentences dans le continuum qui justifie sont titre de « chaîne ». A la différence des postilles bibliques où le lemme conjoint est drastiquement abrégé (catchwords) et ne permet pas une véritable reconstitution du texte biblique commenté directement par l’auteur, le lemme conjoint de la Catena permet une reconstitution d’environ 75 à 80 % du texte utilisé par Thomas. C’est probablement au moment de la diffusion parisienne de l’œuvre, par exemplar et pecia, que le texte biblique en gros modules (lemme adjoint) formant « îlots » sur la page, a été ajouté au texte de la Catena, par groupes de versets formant péricopes, selon le modèle des mises en pages des livres bibliques glosés du 12e siècle, dans l’intention de substituer la Catena à la Glose ordinaire des évangiles et pour faciliter le repérage des passages. L’introduction de la disposition glosée en îlots impliquait un redoublement du lemme conjoint. Le texte biblique se trouve donc avoir été copié une première fois dans le texte même de la Catena sous la responsabilité éditoriale directe de Thomas, et une seconde fois dans les îlots, pour faciliter le repérage, à l’initiative des éditeurs-copistes. Ce redoublement a incité les copistes à abréger souvent par suspension ou par « etc. » le lemme conjoint intrinsèquement lié à la version initiale de la Catena. On constate ainsi dans As115 (CMT), contemporain de Li446-449 et parisien comme lui, mais copié sans lemme disjoint, que le lemme biblique principal, intercalé, est moins abrégé que dans Li446 (CMT) où le lemme principal est doublé par les îlots.
  • Le texte biblique ajouté dans les manuscrits de la Catena n’a pas été reproduit dans notre édition au début de chaque leçon. La collation intégrale du lemme ajouté aux quatres manuscrits de l’ensemble de Linz (Li446 à Li449) a été effectuée sous notre direction en 2017 par Fabio Gibiino. Nous la révisons et complétons au fur et à mesure de la collation de nouveaux manuscrits. On se référera pour en avoir connaissance à notre édition de la littera communis de la Vulgate médiévale publiée avec la Glossa ordinaria des évangiles. Nous éditons y procurons avec la Glose une version proche de la version universitaire parisienne, établie à partir de l’édition de la Glose ordinaire (Rusch Strasbourg, 1481), collationné sur l’édition manuelle de la Vulgate (Weber), elle-même dépendante de la seule édition critique existante du Nouveau Testament latin (Oxford, Wordsworth). Les manuscrits Ω de l’Edmaior  de la Vulgate n’ont pas été pris en compte par l’édition d’Oxford, a fortiori ceux des bibles avec commentaires non plus. Leur collation, en particulier celle de la Bible de Saint-Jacques de Paris (ΩJ) et de celle de la Sorbonne (ΩS), auxquelles nous ajoutons ponctuellement la Bible ‘Porta’ de Lausanne (ΩL), est en cours. Les quelques sondages effectués, en particulier pour l’évangile de Marc[3] ne révèlent aucun lien nécessaire entre le lemme conjonctif et le texte d’ΩJ, datable du 3e quart du 13e siècle, probablement de la décennie 1255-1265[4]. L’équipe de Thomas n’a sans doute pas eu recours à une telle bible monumentale, pratiquement sans équivalent. Toutefois le texte biblique inséré dans celui de la Catena dans l’exemplaire de Linz447 (lemme disjoint) présente une parenté incontestable avec le groupe ΩJ Rusch Weber, alors que ΩS ΩL font bande à part. Est-ce à dire que Thomas disposait déjà d’un texte ΩJ en Italie ? L’avenir de la recherche le précisera. En revanche les leçons d’ΩS, témoin assez révélateur du texte commun en usage à cette époque,  semblent se retrouver plus souvent dans le lemme conjonctif de la Catena. Nous pensons plutôt que c’est lors de la confection de l’exemplar parisien, entre 1268 et 1272, que le lemme disjoint associé à la Catena a été établi sur un modèle de type ΩJ. Il semblerait donc que pour les évangiles, le modèle parisien ‘Sorbonne’ (type ΩS) ait évolué, peut-être sous l’influence de la diffusion de la Catena, vers un modèle parisien ‘Jacobin’ dont le succès est attesté par le fait que nombre de  ses leçons ont été conservées jusque dans le texte imprimé de la Bible à 42 ligne (Mayence Ed1455) et l’édition de la Bible glosée de Strasbourg (Rusch, 1480), proches mais non directement dépendants. Quant à la qualité critique de ce texte elle se déduit ictu oculi à chaque fois qu’il coïncide avec l’édition critique de Wordswoth-Weber. Il est possible qu’il en aille différemment pour la Catena sur Jean.

[1] Les manuscrits et Ed1470 ne leur donnent pas d’autre signe distinctif qu’un pied de mouche. A partir de la Piana – Ed1570 –  les éditions les distinguent par un numéro d’ordre alphabétique ou numérique.

[2] Voir par exemple. Assise, Sacro Convento, cod. 115 [sigle As115], que nous datons codicologiquement avec Patricia Stirnemann des années 1260-1275 (sic). La datation du 14e siècle proposée par C. Cenci dans le  catalogue des manuscrits d’Assise est beaucoup trop approximative; cf. C. Cenci, Bibliotheca, I, p. 140, nr. 121.

[3] Mc. 10 collationné sur ΩL ΩS ΩJ Li447 (texte biblique) Rusch Weber.

[4] C’est par pétition de principe que cette bible est parfois datée d’avant 1256 (Chapitre général dominicain interdisant l’usage du correctoire dit « de Sens »).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.