Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente.", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2690, version du 20/01/2022.

2e édition corrigée

Dans une communication à un colloque tenu à Rome en 2017, C. G. Conticello notait à propos des sources grecques de la Catena aurea de Thomas d’Aquin sur l’évangile de Marc, dont nous préparons l’édition, que le travail reste à faire  : «Uno studio approfondito di questa catena[1], trasmessa da una sessantina di mss [en réalité plus du double], in duplice recensione, rimane da fare»[2].

Ce status quaestionis des connaissances scientifiques publiées jusqu’en 2017,  propose une précieuse synthèse bibliographique dont on regrettera cependant qu’elle ne fasse que peu état du contenu profond des travaux cités et présente la primeure de recherches en cours effectuées par d’autres sans l’autorisation de leur auteur.

Dans un  « post-scriptum » ajouté à la fin de la même communication dans la version publiée parue en 2020, le même auteur annonce en effet que  «dans le cadre du projet [Catena aurea electronica] (nell’ambito del progetto) – a été identifiée la première recension de la Chaîne de Victor d’Antioche représentée par le ms. Vatican grec 756 […] Une étude approfondie est en cours”(p. 243).

Cette phrase, ambigüe et imprécise,  ne veut rien dire sinon que l’auteur s’approprie le résultat – mal compris – de recherches auxquelles il n’a participé en aucune manière. Elle est ambigüe parce qu’il se présente  (p. 228) comme co-directeur du projet Catena aurea  electronica avec le signataire de ces lignes [3] alors qu’il n’y a exercé qu’une responsabilité nominale à laquelle il a été mis fin à la fin de l’automne 2018, soit deux ans avant la publication de la communication ici recensée, munie pourtant du post-scriptum mentionné[4].

Concernant la Catena aurea sur Marc l’auteur n’hésite pas, en particulier, à déflorer et détourner certaines des données nouvelles, acquises par le travail de collaborateurs identifiés du projet Catena aurea  electronica à la production desquelles il n’a pas pris part active. Le post-scriptum ne rend pas compte de la via inventionis de la conclusion annoncée. La question des sources grecques de la Catena sur Marc (désormais CMC) ne se réduit d’ailleurs pas à la seule question de la chaîne dite de Victor d’Antioche. Ce dossier n’a été ouvert qu’après que C.G.C. ait été déchargé de la responsabilité des sources grecques de la Catena aurea, faute de disponibilité suffisante, alors que les sources latines affichaient déjà plusieurs milliers de sentences traitées, six ans après le lancement des opérations. Nous avions présenté publiquement et en sa présence la substance de l’avancement de l’édition et particulièrement les découvertes concernant la CMC, à l’occasion du colloque international de Torun (4-6 avril 2019)[5].  Les délais et les limites de taille imparties à la publication des actes du colloque de Toruñ ne nous ont  pas permis, à regret, de les publier dans ce contexte. Elles seront présentées dans le cadre de la monographie que nous consacrons à la Catena et d’une publication plus spécifique en préparation. Nous renvoyons surtout aux données vérifiées de l’apparat des sources de l’édition critique de la CMC dont nous attendons la mise en ligne, à la suite d’une refonte complète du site de publication https://gloss-e.irht.cnrs.fr (printemps 2022).

En attendant, une mise au point s’impose, même si, me dit-on, « personne n’est dupe ».

La participation de C.G.C. au projet a consisté à nous autoriser à réutiliser les identifications des citations de Théophylacte qu’il avait publiées méritoirement en 2004. Nous avons été heureux de pouvoir en faire profiter la Catena aurea  electronica. Les initiales millésimées qui indiquent le nom des collaborateurs scientifiques qui ont contribué au traitement de chaque sentence (texte et source) font foi. Une astérisque signifie que l’information a été validée par un autre collaborateur du projet. En cas de modification substantielle, les initiales de chaque nouvel intervenant sont indiquées ainsi que l’année de l’intervention.

Dans l’étude ici relatée, C.G.C. omet notamment de mentionner :

1° la responsabilité scientifique de Martin Morard qui orienté la recherche vers les manuscrits italotes anonymes de la première recension de la chaîne, repéré un groupe de témoins concordants – et non pas un seul témoin – parmi un corpus de quelques 122 manuscrits de la chaîne de Victor d’Antioche sur Marc[6], puis collationné les textes établis avec l’édition Matthaei (2 volumes, Moscou, 1775[7]) pour 1° faire ressortir la spécificité du groupe italote par rapport au sous-groupe moscovite et à d’autres versions de la “première recension” de la chaîne grecque (CPG C125.1 qui est en réalité une version abrégée de CPG C125.2) ;  2° montrer que la traduction latine de la Catena se justifie par le recours à un texte appartenant à cette version ;

2° la collaboration d’Adele Di Lorenzo, salariée du projet de 2018 à 2019, qui a contribué, sous le direction et en binôme avec Martin Morard, au repérage dans les manuscrits des passages des chaînes traduits pour la Catena, et effectué la première transcription des textes identifiés;

3° la publication en pré-print sur le site Gloss-e[8], de l’édition intégrale de la Catena sur Marc. Cette version provisoire, mise en ligne dès mars 2019 en prévision du colloque de Torun susmentionné, comprend l’identification critique intégrale des sources de la Catena sur Marc, précise ou remet en cause plusieurs des certitudes acquises. Sont à noter en particulier :

  • restauration du texte médiéval (appelé aussi parfois “texte universitaire” en raison de sa diffusion par le système de la pecia parisienne) par collation du texte de l’édition Marietti avec celui du ms. de Linz, Oberösterreichische ‎Landesbibliothek, 447 et d’autres manuscrits témoins, les uns sans indications de pièces, les autres munis d’indications ponctuelles[9].
  • attribution à chaque sentence d’un identifiant unique stabilisé, permettant le référencement scientifique,
  • identification des sources,
  • édition du texte grec des sources et, en cas de recours à la tradition indirecte (chaînes), identification des sources de la chaîne, etc.
  • Théophylacte fait provisoirement exception. C.G.C., en charge de cet auteur, n’a procuré que la référence au texte de la Patrologie grecque ; le travail complémentaire de saisie du texte grec et d’analyse des traductions est en cours et a d’ores et déjà permis quelques découvertes savoureuses[10].

4° la communication de Martin Morard au colloque de Torun, citée plus haut, dans laquelle ont été présentés devant C.G.C. les résultats des recherches concernant la Catena sur Marc accessible grâce au préprint mentionné.

On savait, depuis 1657, grâce à une mauvaise traduction latine de la fin du 16e siècle[11] que Thomas avait utilisé la chaîne de Victor d’Antioche. C’est principalement à partir de cette traduction,  et ponctuellement à partir de parallèles trouvés dans la chaîne de Cordier sur Luc et les chapitres 1 à 12 de la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur  Luc (CPG C135), que le dominicain Jean Nicolaï a identifié comme venant de « Victor d’Antioche » une partie des sources grecques de la Catena aurea  sur Marc qu’il a éditée en 1657.

En 1775, Friedrich Matthaei publiait pour la première fois le texte grec d’une version de la chaîne éditée à partir de quatre manuscrits du Saint-Synode du Patriarchat de Moscou.

En 1842, John Henry Newman (Oxford, 1842, p. 166) avait noté une certaine proximité avec une autre recension éditée par Cramer (Oxford 1840) mais de nombreux passages discordant ont fait écrire à Louis-Jacques Bataillon, l’un des plus fins connaisseurs de la tradition manuscrite de Thomas d’Aquin à la fin du 20e siècle, , que « la catena greca utilizzata per Marco [i.e. pour la Catena aurea  sur Marc] pone molti problemi »[12].

L’existence de deux recensions de la chaîne de Victor d’Antioche est connue au moins depuis les recherches de Joseph Reuss, relayée, avec des recherches plus récentes, par l’excellente réédition augmentée et mise à jour de la Clavis patrum graecorum de l’excellent Jacques Noret[13].

L’originalité scientifique de la Catena aurea electronica, première édition à proposer une identification intégrale des sources de la CMC, consiste dans la démonstration – par rétroconversion du latin au grec  – que Thomas a fait traduire pour la première fois le texte grec de la première recension de la chaîne dite de Victor d’Antioche sur Marc [CPG C125.1] à partir d’une sous-version attestée par un groupe de manuscrits copiés en Italie du Sud, sélectionnés parmi 122 manuscrits,  dont le ms. BAV, Vat. gr. 756 a servi de témoin privilégié[14]. Vg756  ne saurait en aucun cas être considéré comme le manuscrit directement utilisé par Thomas. L’enjeu de l’édition de la Catena n’est pas de retrouver des reliques mais d’identifier ce que Thomas doit à ses sources, comment il les travaille, et l’exacte portée de ses interventions. Le risque est grand, en effet, pour le lecteur pressé, d’attribuer aux sources ce qui revient au Glossateur que d’attribuer au Glossateur ce qui appartient à des états méconnus des sources, que celles-ci soient éditées ou non.

Les passages de la chaîne  retenus par Thomas  ont deux caractéristiques :

  • Dans à peu près 75 % des cas, les passages retenus par Thomas sont identiques dans les deux recensions de la chaîne de Victor[15]. Il est douteux que Thomas ait pu confronter deux versions de la chaîne ; il est peu vraisemblable qu’il ait eu une conscience nette de l’existence de deux versions différentes. Mais son instinct, à la recherche du consensus patrum, lui a plus d’une fois fait retenir les passages les plus à même de servir ce dessein, passages qui s’avèrent être communs aux deux versions de la chaîne. On ne peut exclure cependant que les collaborateurs-traducteurs qui ont travaillé avec lui ou pour lui, face à des passages d’interprétation difficile, aient de temps en temps comparé plusieurs manuscrits de la chaîne contenant, de fait des passages variants. Certains manuscrits contiennent des versions intermédiaires où la frontière entre les deux recensions n’est pas évidente au premier coup d’oeil. Les lois de la rédaction des sentences et de l’abréviation des textes conduisent parfois les caténistes à faire des choix identiques sans dépendre forcément d’un texte particulier : omissions des répétitions, de citations adventices ou de digressions s’imposent souvent d’elles-mêmes.
  • A peu près 32 % des passages retenus sont extraits ou adaptés de textes chrysostomiens, ce qui justifie la décision de Thomas d’attribuer ces sentences à Chrysostome alors qu’aucun manuscrit de la chaîne et aucun des extraits retenus ne lui sont attribuées explicitement par les sources grecques. Sans doute les collaborateurs de Thomas ont‎–‎ils été aidés par leur connaissance des homélies de Chrysostome sur Matthieu. En raison de la rareté des commentaires de l’évangile de Marc, les caténistes et exégètes puisaient naturellement dans le matériel exégétique des évangiles synoptiques. Les canons d’Eusèbe, accessibles et connus de tous, leur permettait aisément de repérer les passages pertinents.[16] Les passages chrysostomiens de la chaîne grecque repris par Thomas sont cependant loin de provenir tous des homélies sur Matthieu. Lorsque les traducteurs se sont rendus compte que la chaîne grecque reprenait des passages des homélies de Chrysostome sur Matthieu, ils ont utilisé librement la traduction de Burgundio de Pise et son vocabulaire, déjà abondamment exploités dans la CMT. On constate surtout qu’ils ont, le plus souvent, retraduit complètement les passages, de sorte qu’en plusieurs endroits les lieux parallèles de la CA proposent jusqu’à trois traductions différentes d’un même fragment grec cité à partir de sa tradition directe et réemployé par les chaînes utilisées. La méthode qui consiste à traduire certains scholia par des emprunts ponctuels et libres aux traductions existantes a été appliquée dans les trois Catena sur Marc, Luc et Jean. La CA sur Matthieu – en particulier les sentences extraites de la traduction par Burgundio des homélies de Chrysostome sur Matthieu – a fait ponctuellement l’objet de corrections lexicales, sans doute après la fin de sa composition et au fil de la préparation du commentaire des trois évangiles suivants. Mais on n’observe pas que l’ensemble des textes repris de traductions antérieures ait fait l’objet d’une révision systématique sur le grec.

En plus des quelque 200 sentences chrysostomiennes issues de la chaîne de Victor, la CMC ne compte que 6 autres sentences attribuées à des Pères grecs et effectivement traduites du grec, sentences absentes des versions examinées de la chaîne. Il s’agit a priori de six emprunts à la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur Luc (CPG C135) :

CMC2d1.8 : Cyrille

CMC5d1.6 : Grégoire de Nysse

CMC5d1.7 : Cyrille

CMC5d1.9 : Cyrille

CMC5d1.12 : Cyrille

CMC5d1.22 : Titus

Les passages concernés sont regroupés autour de l’exégèse de Mc. 2, 6‎–‎7 (le blasphème) et Mc. 5, 5‎–‎15 (l’expulsion des démons dans le troupeau de porcs).

On ne peut exclure a priori que ces ajouts soient la traduction de scholia marginaux trouvés par le traducteur dans le ou les manuscrits de la chaîne de Victor utilisés. Les vérifications effectuées de visu sur une trentaine de témoins de C125.1 et l’édition De Matthaei  n’ont pas permis à ce jour de vérifier cette hypothèse. Seule une collation intégrale des textes – et donc une édition critique de la chaîne de Victor – permettrait d’écarter complètement cette hypothèse. Si des scholia marginaux avaient été intégrés à l’intérieur du texte de la chaîne, ils ne seraient pas, de ce fait, détectable par un simple feuilletage des manuscrits.

Pour alléger la présente note je renvoie le lecteur à l’édition en ligne et aux versions successives dont elle fera l’objet jusqu’à son achèvement. Il trouvera dans ses apparats textes, références et même liens hypertexte vers les feuillets des manuscrits cités. Les recherches qui restent à faire sur les sources grecques de la CMC doivent donc se concentrer dans trois directions :

  • par sondage, recherche de manuscrits qui offrent un texte grec encore plus proche de la Catena que les ms. traités au cours de cette première campagne éditoriale. (Je n’ai encore examiné qu’une trentaine de manuscrits sur au moins 86 recensés pour l’occasion).
  • recherche d’éventuels scholia correspondant aux 6 ajouts susmentionnés. L’examen des marges des manuscrits accessibles est en cours et relativement facile. Seule une édition critique de la chaîne grecque permettra d’identifier la présence de scholia adventices intégrés par les copistes dans l’espace de réglure.
  • examen des lieux parallèles de la chaîne de Nicétas sur Luc. Comme je l’ai indiqué plus-haut, il arrive à plusieurs reprises que la Catena traduise différemment dans la Catena sur Marc et sur Luc des scholia dont le texte grec est quasi identique soit parce que Nicétas intègre des passages de la chaîne de Victor qui est une de ses sources, soit parce que les deux chaînes dépendent – dans certains lieux synoptiques – de sources communes. La logique même du phénomène synoptique, relevée par Joseph Verheyden à juste titre à propos des sources non identifiées de la chaîne de Victor – oblige à examiner ces pistes sans empêcher pour autant la publication d’un premier état des connaissances. Il importe donc de s’assurer que l’exploitation de la chaîne de Victor est aussi réelle qu’il y paraît et que les sentences de la Catena sur Marc ne reposent pas sur des emprunts plus fréquents à la chaîne grecque de Nicetas sur Luc qu’on ne l’a remarqué jusqu’ici, voir à d’autres chaînes sur les évangiles synoptiques non encore identifiées. La question semble un scrupule d’éditeur un peu théorique à ce stade, mais elle ne peut être écartée en rigeur de méthode. Le réemploi de certains extraits patristiques, sous des formes similaires, par plusieurs chaînes est un fait indéniable et bien attesté.
  • La CMC atteste de manière indéniable par le nombre, la compacité[17] et la précision d’une excerption systématique de la première recension de la chaîne C125 qui explique jusqu’aux détails la traduction latine des sentences forgées par Thomas.

Il faut mettre à part de la question propre à la Catena Aurea l’identification des sources de la chaîne de Victor d’Antioche proprement dite qui n’est pas notre objectif premier. Dans un premier temps nous avons intégré les identifications des sources de la chaîne de Victor d’Antioche identifiées par Smith[18] et, plus récemment, Lamb[19]. Pour les passages non identifiés et dont l’attribution au caténiste ou à un commentaire primaire (cosi detto Victor d’Antioche) est supposée sans qu’il soit possible de distinguer l’un de l’autre en l’état de la recherche, nous avons repris la recherche des expressions typiques en particulier dans le TLG[20] et la Catholic Library édité par Seth Cherney[21] dont la base documentaire est la plus vaste qui soit actuellement à disposition de la recherche en libre accès pour les textes latins et grecs de la tradition chrétienne. Ces recherches ont permis de compléter et corriger ponctuellement les identifications existantes. Elles sont insuffisantes et provisoires en l’état des éditions des chaînes, rarement éditées en ligne. Elles montrent le plus souvent que les passages non identifiés de la chaîne de Victor sont composés d’expressions très répandues et attestées par les auteurs de la tradition patristique et byzantine.

On ne saurait en rester là. Dans la Catena aurea comme dans la chaîne C125, toutes deux  chaînes de chaînes parmis d’autres chaînes, les Pères avancent masqués. Si l’accès aux corpus textuels informatisés facilite aujourd’hui le travail, on aurait tort de considérer la fouille de ces données comme autre chose qu’une prospection de surface. Preuve en est que l’identification des sources chrysostomiennes de la CMC n’a pu se faire sans le recours aux éditions non numérisées et surtout aux manuscrits.

Certes, notre objectif n’est pas d’éditer les chaînes grecques mais le texte de Thomas. La compréhension de celui-ci invite pourtant à signaler précisément non seulement ce que Thomas doit à ses sources directes, mais aussi ce qu’il doit, sans le savoir, aux auteurs dont les chaînes utilisées sont les vecteurs silencieux afin que rien ne reste caché du cheminement des influences qui sous-tendent notre compréhension de la tradition chrétienne postérieure.

Ainsi, il n’est pas sans intérêt de noter que telle sentence attribuée par Thomas à Chrysostome est le texte d’une chaîne grecque qui cite en réalité, mais implicitement, Origène ou Théodore de Mopsueste. Cependant ce travail, sans être infini, devra souvent être complété et mis à jour par les acquis de la recherche et l’évolution des éditions critiques[22].

La Catena ne pouvait rester plus longtemps à l’état du texte brut dans lequel l’avait laissé l’édition Marietti, numérisée par IBM à l’occasion de la préparation de l’Index thomisticus au cours des années 1970-1980. Je garde encore l’exemplaire de l’édition Marietti de mes jeunes années. J’y avais souligné les lemmes attributifs à la pointe bic rouge afin de me retrouver dans la préparation de mon premier travail de séminaire. Jean-Pierre Torrell m’avait chargé de présenter l’épisode de la tentation du Christ dans l’évangile de Matthieu d’après la Catena.

Mais la Catena est une oeuvre dont l’édition scientifique fait exploser les limites que la page papier impose, même au grand et beau format de l’édition léonine. Il fallait donc inventer quelque chose qui réponde aux attentes du public, aux besoins en particuliers de ce que d’aucuns voudraient nommer le « thomisme biblique ». L’expression est un pléonasme eu égard à la nature intrinsèque de la démarche thomasienne, fondamentalement théologique et de ce fait essentiellement biblique. Mais ce pléonasme  est amplement justifié par les dérives d’un certain thomisme, excessivement spéculatif, au point d’inverser les polarités de la démarche théologique dont l’Ecriture est, avec sa tradition herméneutique, le socle et le guide.

Comme l’avait justement relevé Richard Simon, « … Quelque soin qu’on ait eu de rendre exacte l’édition de cet ouvrage, elle ne peut être parfaite, parce que l’original est plein d’imperfections»[23]. Il fallait donc inventer une formule éditoriale évolutive et amendable, susceptible d’être tenue à jour, de s’ajuster aux données de la recherche sans être aussitôt obsolète, d’être applicable à cette oeuvre aux proportions imposantes et aux ramifications tentaculaires.

C’est la raison pour laquelle, le programme Catena aurea  electronica, programme pluriannuel du Laboratoire d’excellence HASTEC (histoireet anthropologie des sciences croyances et savoir), labellisé “investissement d’avenir” par l’agence nationale de la recherche et soutenu par les partenaires institutionnels et les institutions du CNRS,  propose une édition numérique en ligne amendable afin de pouvoir mettre à jour régulièrement les textes édités. Si simple qu’en paraisse le concept, à une époque où l’homme est capable d’analyser jusqu’aux poussières d’étoiles perdues dans « le silence éternel des espaces infinis », sa réalisation est encore laborieuse.

La Catena aurea  sur Marc paraîtra dans une version électronique à l’automne sur le site Gloss-e.irht.cnrs.fr. dès que sera achevée la révision en cours du texte des apparats. Elle jouira désormais du statut de publication périodique et de « ressource continue augmentée et modifiée par des mises à jour intégrées », munie d’un numéro ISSN (ISSN 2802-4001)

La Catena aurea  electronica n’a d’autre ambition de fournir un instrument susceptible d’accompagner et rendre accessibles les évolutions de la recherche sur des terrains en constante évolution. Plus le support est maléable plus le contenu est susceptible d’intégrer les données nouvelles sans être totalement à refaire. Les éditions critiques sur papier ont donné longtemps l’illusion de procurer des textes gravés dans le marbre alors que rien ni personne n’échappe à l’usure du temps qui passe. Il en va de même, pensons-nous, pour la publication prématurée de résultats en cours de consolidation, surtout quand elle est faite sans l’accord des auteurs, en méconnaissance du travail effectué.

Quicquid latet apparebit… tantus labor non sit cassus !

Martin Morard

6 octobre 2021 – révision du 3.1.2022.

Responsable scientifique du projet Catena aurea  electronica et directeur du projet Gloss-e (Gloses et commentaires de la Bible latine glosée) https://gloss-e.irht.cnrs.fr/

[1] C’est-à-dire, dans le contexte : Catena graecorum Patrum dite de ‘Victor d’Antioche’ (CPG C125)

[2] Carmelo Giuseppe Conticello, « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission te oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249, ici p. 231.

[3] Art. cit. supra, p. 228, n. 61.

[4] Cf. Martin Morard, « Pour une lecture panoramique de la Bible latine glosée. Le programme Glossae Sacrae Scripturae electronicae », Revue Mabillon, n. s., t. 30 (= t. 91), 2019, p. 209-225.https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02428072, ici p. 231 : « Étendu dès 2009 à la problématique des bibles avec commentaires, le programme a intégré l’édition de la Catena aurea, commencée avec Giuseppe Conticello et Fabio Gibiino (2013-2018), et que nous poursuivons désormais avec Adele Di Lorenzo ».

[5] M. Morard, « Catena catenarum.  Status quaestionis sur l’édition critique en cours de la Catena aurea », Colloque international Thomas Aquinas and Church Fathers (Faculty of Theology, Nicolaus Copernicus University in Torun, Poland), 4-6 avril 2019. [Communication non publiée dans les actes du colloque, à paraître sous forme d’article dans un revue scientifique à comité de lecture].

[6] CPC C125.1 : 94 manuscrits ; CPG C125.2 : 28 manuscrits recensés d’après Parpulov (Georgi R.), Catena Manuscripts of the Greek New Testament: A Catalogue. Texts and Studies, Third Series, vol. 25, 2021, Gorgias Press, Piscataway (NJ-USA) qui complète et enrichi les données jusqu’ici disponibles par l’ajout de nombreux manuscrits conservés en Grèce, en Russie et dans les catalogues et fonds non exploités par la littérature scientifique antérieure, notamment J. Reuss, Matthäus, Markus und JohannesKatenen nach den handschriftlichen Quellen untersucht, Münster, 1941 (Neutestamentliche Abhandlungen 18.4‎–‎5), p. 118-147.

[7] C. F. Matthaei, Βίκτωρος πρεσβυτέρου Ἀντιοχείας καὶ ἄλλων τινῶν ἁγίων πατέρων ἐξήγησις εἰς τὸ κατὰ Μάρκον ἅγιον εὐαγγέλιον ex codicibus Mosquensibus, 2 vol., Moscoviae, 1775. La collation de Vg756 avec le texte de la version moscovite (Ed1775) montre une parenté particulière de la Catena / Vg756 avec le ms. A utilisé par Matthaei.

[8] https://gloss-e.irht.cnrs.fr/sources/catena [ce fichier ne sera plus accessible en ligne dès la publication de la seconde édition en préparation].

[9] Les collations entreprises à ce jours révèlent deux branches de transmission de la Catena aurea à partir de l’archétype : la branche B correspond à la tradition majoritaire issue d’un exemplar parisien – Π – à l’origine de la tradition imprimée. Les travaux ne sont pas encore assez avancés pour permettre d’identifier les particularités d’autres branches secondaires. Il est pourtant certains qu’elles existent. Alors que le nombre de pièces attestées pour la CMT et CIO est stable, on observe 4 schémas de peciae différents pour la CMC et trois pour la CLC.  La CLC de Linz (Li448) compte 48 pièces, partition attestée par un seul autre témoin (Br5), alors que les listes de taxation indiquent l’une 40 pièces et l’autre 47 pièces. La branche A (Linz Ka etc.), peu attestée mais que qualité constante pour les quatre évangiles, ne semble donc pas issue d’une tradition indépendante des exemplars parisiens puisque les quatre manuscrits de Linz (y compris Li446 semble-t-il) portent des indications de pecia. Il est possibile mais non certain que  la branche A corresponde à l’exemplar souche. Il est probable que la branche B réunisse les leçons de plusieurs exemplars secondaires voir d’exemplars corrigés. Il suffit pour l’instant de signaler que la question de l’exemplar n’est pas simple et que parler de textee universitaire, ou même de texte parisien comme s’il découlait tout uniment d’un seul exemplar parisien est un peu téméraire. Il est sûr en revanche que les manuscrits que nous associons à A proposent des leçons majoritairement plus proches du texte original des sources citées – et en particulier plus conformes au texte grec des chaînes inédites  et des commentaires sans version latine disponibles (par exemple CLC7d2.6 que la version majoritaire B attribue à Chrysostome alors que A [Li448 et Ka12] l’attribue correctement à Titus de Bostra). Cette qualité du rapport aux sources a déjà été relevée par les éditeurs léonins comme un critère de qualité des témoins (v. g. A. Dondaine, « Praefatio » § 109, in : Thomae de Aquino… Expositio super Iob, Leon. 26, 1965, p. 112*-113* ; nous l’avons également relevée dans le ms. de Bologne du Super Psalmos). Elle n’est pas incompatible avec de nombreuses erreurs de copies. Les leçons des manuscrits de la branche B, majoritaire, 1° corrigent une partie des erreurs accidentelles de A concernant les sources accessibles à la fin du 13e siècle ; 2° s’écartent plus souvent des sources premières difficiles d’accès, à quelques exceptions près  ; 3° correspondent à ce qu’il convient d’appeler ‘un nettoyage syntaxique de surface’ qui remplace les leçons difficiliores sed correctiores de A par des leçons faciliores sed deteriores.

[10] cf. M. Morard, « La Catena aurea  au goût du jour ? Citations et réécritures humanistes des traductions médiévales du grec par les éditeurs du XVIe siècle », 63e colloque international d’études humanistes « Parler avec les mots d’autrui : autour de la citation à la Renaissance »,  dir. Marie-Élisabeth Boutroue (CESR, CNRS) et Hélène Rabaey (Université du Havre, CESR), Tours, 1-2 juillet 2021). [résumé en ligne]

[11] Victoris Antiocheni In Marcum et Titi Bostrorum episcopi In Evangelium Lucae commentarii ; antehac quidem nunquam in lucem editi ; nunc verò studio & opera Theodori Peltani luce simul & latinitate donati. Accessit his Dionysii Alexandrini erudita Epistola de Dominico resurrectionis tempore, déque paschalis jejunii termino, Ingolstadt, 1580, [28]., 509 p. : traduction défectueuse – ou plutôt arrangée « pour correspondre aux paroles inspirées »-  du ms. Munich, Bayer. Staatsbibl., Gr. 99 (daté de 1543) édité par Poussines grâce à la copie que lui en avait envoyée Cordier. La traduction de Peltanus a contaminé jusqu’à l’édition d’Anvers de la Glose ordinaire (1634) alors que le texte médiéval ignorait cet auteur jusqu’à Thomas d’Aquin. La traduction de Peltanus a été intégrée dans la Magna Bibliotheca Patrum de Marguerin de la Bigne à partir de la col. 403 du tome 1 des éditions de 1624, 1644, 1654 (Victor ne se trouve pas dans le tome 1 de l’édition de 1618). Six éditions (1579, 1610, 1618, 1624, 1644, 1654)  étaient en effet parues avant que Jean Nicolaï ne publie sont édition de la Catena aurea qui identifiait pour la première fois la dépendance de Thomas à l’égard de la chaîne de Victor d’Antioche.

[12] Bataillon (Louis‎–‎Jacques), « La diffusione manoscritta e stampata dei commenti biblici di San Tommaso d’Aquino », Angelicum, 71, 1994, p. 579‎–‎590, ici p. 582. Voir aussi Bataillon (Louis‎–‎Jacques), « Olivi utilisateur de la Catena aurea de Thomas d’Aquin», dans Pierre de Jean Olivi (1248‎–‎1298), pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Actes du colloque de Narbonne (mars 1998), éd. Alain Boureau et Sylvain Piron, Paris, Vrin, 1999, p. 115‎–‎120 qui, cette fois-ci, identifie la chaîne de Victor d’Antioche comme source, mais en référence à Nicolaï et sans évoquer le problème posé par les deux versions de la chaîne C125.

[13] Clavis Patrum Graecorum, 5 vol.,Turnhout, 1974-2018 (Corpus Christianorum) ici t. 4: J. Noret, Concilia – Catenae, ed. 2, Turnhout, 2018, n° C125. J. Reuss, Matthäus‎–‎, Markus‎–‎ und Johannes‎–‎Katenen nach den handschriftlichen Quellen untersucht, Münster, 1941 (Neutestamentliche Abhandlungen 18.4‎–‎5), p. 118-147, ici p. 136.

[14] Pour la bibliographie, se reporter à Conticello 2020, Post-scriptum, p. 243.

[15] Ce constat n’implique aucunement que la recension brève (C125.1) ait retenu une proportion égale du texte de la recension longue (C125.2).

[16] Ces constats rejoignent les questions méthodologiques posées par J. Verheyden à l’étude des sources de la chaîne de Victor ; cf. J. Verheyden, «The So‎–‎Called Catena in Marcum of Victor of Antioch. Throwing Light on Mark with a Not‎–‎So‎–‎Little Help from Matthew and Luke», Studia patristica 91 (2017), 47‎–‎62. J. Verheyden, «A Puzzling Chapter in the Reception History of the Gospels. Victor of Antioch and his So‎–‎called “Commentary on Mark”», Studia patristica 63 (2013), 17‎–‎28.

[17] J’entends par ce terme un peu technique la densité des sentences et la façon dont ils abrègent un texte pour le ramener à l’essentiel. Si C125.1 est une abréviation de C125.2, on peut – toujours théoriquement – supposer que Thomas ait abrégé lui aussi C125.2 de la même manière que le caténiste auteur de C125.1. Mais le parallèle de la Catena et de C125.1 est trop fréquent pour que leurs manière d’abréger soit fortuite.

[18] H. Smith, «The Sources of Victor of Antioch’s Commentary on Mark», Journal of Theological Studies 19 (1917‎–‎1918), p. 138‎–‎141.

[19] Lamb (William R. S.), The “Catena in Marcum”: A byzantine anthology of early commentary on Mark, Leiden, Brill, 2012 (Texts and Editions for New Testament Study) [avec les remarques de  R. Ceulemans, Ephemerides Theologicae Lovanienses, 94 (2015), p. 745‎–‎749 ; J. K. Elliott, Novum Testamentum, 55/3 (2013), p. 308].

[20] Maria Pantelia, dir., Thesaurus linguae graecae. A Digital Library of Greek Literature (on line).

[21] https://www.catholiclibrary.org. L’absence d’indication des éditions utilisées par cet étrange mais précieux instrument, oblige, dans un second temps, de repérer les passages identifiées dans les éditions existantes à l’aide des instruments bibliographiques à disposition de tous, principalement et en l’occurrence la Clavis Patrum.

[22] Sur les sources de la chaîne de Victor et les origines de celles-ci le débat est loin d’être clos, voir en particulier. J. Verheyden, «The So‎–‎Called Catena in Marcum of Victor of Antioch. Throwing Light on Mark with a Not‎–‎So‎–‎Little Help from Matthew and Luke», Studia patristica 91 (2017), 47‎–‎62 ; J. Verheyden, «A Puzzling Chapter in the Reception History of the Gospels. Victor of Antioch and his So‎–‎called “Commentary on Mark”», Studia patristica 63 (2013), 17‎–‎28.

[23] Richard SIMON, Histoire critique des commentateurs du Nouveau Testament, Rotterdam, 1693, p. 473.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.