Apparatus ad Glosam. Réflexions en marge de l’édition électronique des postilles bibliques d’Hugues de Saint-Cher

Citer ce billet : Martin Morard, "Apparatus ad Glosam. Réflexions en marge de l’édition électronique des postilles bibliques d’Hugues de Saint-Cher", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2729, version du 05/12/2021.
publié le 10.10.2021, mis à jour et corrigé : 16.10.2021

  1. Les Postilles d’Hugues de Saint-Cher offrent un commentaire intégral de l’Ecriture à l’usage des prédicateurs. Leur édition électronique, publiée sur le site Gloss-e à l’automne 2021, ne comportera encore que la transcription des tomes 3 (livres sapientiaux), 4 (Is. Ier. Lam. Dn.) et 6 (évangiles) de l’édition imprimée concue et éditée à Venise en 1600 et réimprimée régulièrement avec des différences mineures et une foliotation quasi identique au long du 18e siècle.

Les postilles d’Hugues : un apparatus ad Glosam

  1. On a parfois affirmé que Hugues y aurait réuni des commentaires de plusieurs auteurs différents. La chose n’est que partiellement démontrée ; elle doit surtout ne pas être surinterprétée. On observe des parentés, voire des dépendances textuelles marquées, spécialement dans les prologues[1]. Le ou les auteurs appartiennent certainement à un ordre qui vit sous la règle de saint Augustin, dominicain et/ou franciscain. On observe aussi l’inflence d’auteurs et de prédicateurs comme Prévotin de Crémone[2]. Les allusions à la liturgie capitulaire dominicaine relevée dans la postille sur les Psaumes invitent à rejetter l’attribution de l’état publié de cette dernière à Alexandre de Halès. La Postille sur Is. 16 fait une allusion appuyée à la Règle de Saint Augustin, assez caractéristique des propos d’un dominicain[3], s’il s’avérait exact que les chanoines réguliers parisiens n’ont plus aucune activité d’enseignement universitaire à cette époque.

La mise en forme électronique de l’édition imprimée de la postille nous a permis de comprendre que la postille n’est pas exactement une compilation de commentaires scolaires structurés. Ce commentaire a plutôt été conçu – de manière assez empirique – comme un apparatus ad Glossam, à l’instar des “apparatus ad Corpus Juris civilis” des juristes. Il s’agit ni plus ni moins d’un complément et d’un développement exégétique de la Sacra Pagina des écoles, la Bible glosée ou Glose ordinaire. Le titre d’un manuscrit de la postille le définit précisément : “Incipiunt notule compilate a magistro hugone  fratre ordinis predicatorum super Proverbia”[4].

  1. Les commentaires réunis dans la Postille biblique d’Hugues sur toute la Bible sont en fait la compilation des explications données par des maîtres qui commentaient en classe la Sacra Pagina, alternant lecture du texte biblique, de la Glose ordinaire et des scholies marginales accumulées dans les marges extérieures de leurs exemplaires magistraux qu’ils transmettaient oralement à leurs auditoires. Ces scholies sont souvent de simples “post-it” ou gloses adventices, mais ce sont aussi parfois des commentaires plus développés (divisio textus, questions,  etc.). Dans les manuscrits de la Glose, elles sont souvent surimposées par plusieurs mains et enchevêtrées[5]. D’abord écrites à la mise de plomb elles étaient reportées à l’encre en commençant par un espace laissé vide, puis effacées au fur et à mesure. Cela se voit encore dans certains exemplaires conservés.[6] La Postille d’Hugues n’est rien d’autre que la publication en forme de texte continu et ordonné du contenus d’exemplaires annotés de la Glose ordinaire à l’usage du ou des maîtres auteurs des postilles réunies par Hugues (Glossa ordinaria cum scholiis), mais plutôt la mise au net des annotations qui occupaient les marges des exemplaires de la Glose ordinaire des maîtres de Saint-Jacques et peut-être d’autres couvents parisiens. L’hypothèse jette en tout cas un jour nouveau sur la problématique des attributions.

Divisions du commentaire et sens de l’Ecriture

  1. A la différence des commentaires bibliques par sentences ou citations, les postilles d’Hugues sont des commentaires rédigés qui intègrent certaines citations patristiques et ecclésiastiques. Elles procurent surtout des séries d’interprétations parataxiques ou juxtaposées qui complètent et commentent la Glose ordinaire.
  2. Hugues a organisé ce travail de mise au net   des scholies dispersées en les relevant et surtout en les classant  selon les sens de l’Ecriture, parfois “à la bonne franquette”. Mais comme les marges des exemplaires annotés de la Glose étaient remplies de manière aléatoire, le classement n’est pas rigoureux :  on rattrape parfois une explication au sens moral coincée dans l’espace laissé libre par une autre explication.
  3. La caractéristique herméneutique principale de la postille d’Hugues est donc la proposition de plusieurs analyses sémantiques successives du même lemme biblique, organisées en principe selon les sens de l’Ecriture tout en étant introduite et structurées par des divisions en parties et sous parties irrégulièrement développées. La distinction entre sens littéral et sens moral est première et quasi universelle. Chez Hugues de Saint-Cher, elle fait manifestement écho à la structure des homélies de Jean Chrysostome qui conclut toujours ses discours une parénèse ou exhortation morale que les traducteurs latins signalent par des manchettes de type « moraliter » ou « moral’ ». Chrysostome imite lui-même en cela la structure des grandes épîtres paulinniennes qui se terminaient déjà par une « parénèse » (Rm. 12-13 ; Col. 3 etc.). Nicolas de Lyre, de manière systématique retiendra un schéma également bipartite sens littéral / sens moral. Chez Hugues le recours aux quatre sens est loin d’être systématique. Les sens de l’Ecriture retenus varient en fonction des passages ou des livres bibliques. Le commentaire de l’Evangile de Jean se contente de faire alterner sens littéral et sens moral (moraliter). Pour les Psaumes, les quatre sens sont presque toujours exposés avec parfois des sous-distinctions supplémentaires (sens littéral distingué du sens historique). En fonction de la richesse du texte et de sa tradition herméneutique, le commentateur s’adapte à la nature littéraire du texte et à la portée théologique que lui a conféré sa réception par la tradition chrétienne. D’une manière générale, l’Ancien Testament donne lieu à plus de diversités que le Nouveau. Pour schématiser on peut dire que Hugues a juxtaposé plusieurs commentaires (un par sens, pour faire simple) : commentaire littéral, puis moral et/ou allégorique, etc. Pour chacun d’entre eux il déploie un éventail plus ou moins large d’interprétations  juxtaposées inégalement coordonnées. L’ensemble met en oeuvre tout l’arsenal des micro-structures exégétiques ordinaire : versus mnémotechniques chers aux canonistes, distinctiones chères aux prédicateurs, sentences patristiques, questions dialectiques scholastiques plus ou moins développées…
  4. Cet éclectisme compilatoire du genre de la postille hugonienne le distingue nettement de la Glose ordinaire et de la Catena aurea et le situe dans l’héritage direct de l’exégèse biblico-pastorale parisienne des années 1170-1235 qui jette avec lui ses derniers et plus beaux feux.
  5. L’exposition de chacun des différents sens fait suite à l’exposition du sens littéral qui est toujours énoncé en premier. Les autres sens s’ajoutent comme en aparté, généralement annoncés par un adverbe ou une locution : moraliter, allegorice, tropologice Puis le commentateur revient à l’explication de la lettre jusqu’à ce qu’il ressente le besoin de lui adjoindre l’exposé d’un sens complémentaire. Hugues a néanmoins le souci de réunir l’explicitation des sens seconds par blocs successifs. Il arrive ainsi que l’explication d’une même expression biblique soit ‘perlée’ au fil de long passages, entrecoupée par l’explication d’autres lemmes du même passage initialement expliqué selon le sens littéral.
  6. Par ailleurs, la division en chapitres mise à part, Hugues ne procède pas toujours et systématiquement en fonction d’une sous-division régulière ou explicite du texte biblique en péricopes. Les Psaumes font bien sûr exception : le verset liturgique est l’unité de base quasi universellement respectée par les commentaires médiévaux. Ailleurs chaque auteur définit assez librement des unités textuelles ou péricopes dont les commentateurs rendent raison par des explications (micro-structure liminaire qualifiée de divisio textus) qui dégagent la cohérence intellectuelle du texte commenté et en expliquent le plan. Ces sous-divisions sont les distinctiones ou « parties » qui scandent les commentaires bibliques de Pierre Lombard, Thomas d’Aquin, et de la plupart des commentateurs du 13e, de manière quasi maniaque et avec un luxe de sous-division plus baroque que gothique chez les auteurs de la seconde école exégétique mendiante (postérieure à Hugues de Saint-Cher).
  7. Chez Hugues, peu systématiques, les divisions sont souvent tacites. Leur existence peut être déduite de l’alternance de l’explication des sens. On peut considérer a postériori comme formant péricope les passages qui ont été traités selon la série de sens de l’Ecriture pris en compte dans le commentaire (tantôt alternance des sens littéral, allégorique et moral, tantôt alternance sens littéral / sens moral, etc.). Les séries se succèdent selon une sous-division du texte biblique qui tantôt correspond à celle de nos versets modernes, tantôt en réunit plusieurs, tantôt en chevauche plusieurs.
  8. L’étendue de la péricope commentée peut ainsi varier du simple au triple selon la nature et le contenu du texte biblique retenu par l’explication du sens littéral. Même si Hugues annonce presque toujours une divisio textus au début des chapitres, l’alternance des sens ne respecte pas toujours la structuration intellectuelle annoncée. La méthode varie d’un livre biblique à l’autre, mais il semble que ce qui domine est une structuration intermédiaire entre celle de la Glose ordinaire qui commente par sentences le texte biblique divisé en phrases courtes, expression après expression, et la structuration complexe et méthodique des postilles scolaires qui réunit plusieurs versets en fonction d’une unité thématique ou intellectuelle.

Mise en page des postilles

  1. Pour ces raisons, Hugues n’a pas prévu pour ses postilles une diffusion en forme de livre glosé, la référence principale de l’enseignement biblique des studia mendiants demeurant la Bible encadrée par la Glose ordinaire. Une partie seulement des manuscrits adopte une mise en page glosée. Mais il faut bien comprendre que la postille n’est en soi, à l’origine, rien d’autre qu’une annexe, un surjonc, une excroissance détachée  de la Glose ordinaire, une manière de disséminer dans les bibliothèques conventuelles des prédicateurs itinérants du 13e siècle les fruits cueillis entre les lignes et dans les marges des bibles glosées consultées à Paris et, sans doute, d’abord à Saint-Jacques.
  2. A part quelques exceptions, la mise en page de la majorité des manuscrits des postilles longues d’Hugues de Saint-Cher présente un texte en 2 colonnes sine textu c’est-à-dire non glosé (voir GLOSSEM : classement par typologie des mises en pages). Le texte biblique commenté selon l’ordre du canon n’y apparaît que sous forme de lemmes repères, habituellement soulignés de noir ou de rouge, souvent abrégés. Les sens de l’Écriture sont signalés plus ou moins régulièrement par des manchettes marginales.
  3. Mais alors que dans la Glose ordinaire, les annotations qui concernent un même passage sont facilement repérables en raison de leur proximité physique avec le lemme biblique de référence, dans les postilles et les commentaires continus structurés par sens de l’Ecriture, elles sont diluées, comme charriées en aval du sens littéral par les reprises successives de l’explication de toute la péricope. La répétition du commentaire des mêmes lemmes selon les différents sens à des intervalles irréguliers gêne les lecteur qui cherche des informations sur un lemme précis. De rares manuscrits omettent le sens littéral au profit du sens moral, d’autres regroupent les explications au sens moral en fin de chapitre. Les imprimeurs et l’éditeur informatique a leur suite ont cherché des solutions pour palier cette difficulté. Aucune n’est vraiment satisfaisante et techniquement simple.

Les éditions imprimées

  1. Les éditions imprimées des postilles d’Hugues qui se sont multipliées entre la fin du 16e siècle et la seconde moitié du 18e siècle présentent un texte standardisé avec texte biblique complet au centre du feuillet encadré par le commentaire.
  2. Ce texte biblique et ses leçons propres ne sont pas représentatifs du texte biblique utilisé par Hugues de Saint-Cher qui est celui d’un des états de la Bible parisienne du 13e siècle qui reste à étudier. Nous avons associé au texte des Postilles le texte biblique de la Biblia communis, édité avec la Glose ordinaire dans Gloss-e.
  3. Le choix de la mise en page avec glose encadrante est propre aux éditions imprimées. La plupart des manuscrits du 13e siècle sont sans texte biblique et ne sont pas glosés. La mise en page encadrante a été adoptée par les imprimeurs. Ce choix facilite le repérage visuel des passages recherchés. Il a surtout été guidé par le souci de réunir autour du texte les commentaires qui le concernent, en calibrant la longueur du texte biblique central au pro rata de la longueur du commentaire adéquat, à l’instar de ce qu’avait fait Adolf Rusch pour l’édition princeps de la Glose ordinaire (Strasbourg 1480/1481). Il vient peut-être d’une confusion entre les postilles d’Hugues et la Glose dominicaine, également attribuée à Hugues de Saint-Cher bien qu’elle soit postérieure à son élévation au cardinalat et à son départ de Paris. (voir voir plus-bas : Post-scriptum). Mais les deux corpus sont sans commune mesure. La Postille d’Hugues compte environ trente fois plus de mots que la Glose ordinaire (estimation provisoire qui pourra être précisée quand les postilles imprimées auront été intégralement transcrites).
  4. Pour faire commencer le commentaire de chacun des divers sens sur la même page que les versets du lemme biblique ajoutés au centre de la page, les éditions imprimées ont été obligées de décaler un partie de l’exégèse de ces versets sur le feuillet suivant. Un système de renvois par sigles et lettres grecques permet de repérer la suite des passages interrompus. Leur sens n’est accessible qu’aux initiés[7]:         
  5. Δ = sens littéral,
    Λ = sens allégorique,
    Θ = sens mystique,   
    * = sens moral.          
    Ψ = sens anagogique (dans certains livres seulement)
  6. Dans les éditions, l’attribution de ces lettres ne correspond pas toujours au sens réellement analysé. L’éditeur s’est parfois trompé, notre édition corrigera progressivement.
  7. Un système de renvois ou d’appels de note alphabétique permet de relier chaque mot du lemme biblique ajouté (lemme glosé) aux passage de la postille qui le concerne. L’ensemble est une extraordinaire réussite typographique qui a été reproduite quasiment à l’identique par au moins une dizaine d’éditions successives. Les imprimeurs du 17e et 18e siècle se sont arrangés pour que la répartition du lemme et du commentaire de chaque édition concorde avec celle des éditions précédentes. La numérotation de la première colonne de chaque feuillet est ainsi quasi identique d’une édition à l’autre, alors même que les éditeurs ont progressivement développé les abréviations paléographiques latines héritées des manuscrits. On observe pour cette raison des décalages de quelques mots aux fins de colonnes intermédiaires des différentes éditions (transition ra/rb, rb/va, va/vb).
  8. Le système n’est pas sans inconvénient. Il oblige à chercher les interprétations d’un même lemme biblique à plusieurs endroit de la page et même, pour les parties reportées, sur la page suivante qu’on ne pense pas toujours à visiter. C’est ainsi que des catalogueurs pressés n’ont pas reconnu le texte des postilles d’Hugues dans des fragments manuscrits isolés parce qu’ils n’en retrouvaient pas le contenu dans l’explication du sens littéral des éditions imprimées, faute d’avoir compris que le passage qu’ils cherchaient se trouvait au bas de la page suivante en regard d’un lemme différent.
  9. Le texte des postilles proprement dites est relativement stable et proche des manuscrits malgré des nuées de variantes faibles.
  10. On observe des variations entre les éditions qui sont le plus souvent des corrections mineures (l’édition de 1748 des évangiles est ainsi moins fautive que celle de 1703).
  11. Outre l’adoption d’une mise en page glosée, les éditions imprimées des 17e et 18e siècles, à la suite de l’édition princeps de la série (Venise, 1600), se distinguent des manuscrits par l’identification des références bibliques de la totalité des très nombreuses citations scripturaires de la postille. Celles-ci sont en effet précédées des références bibliques par numéros de chapitres suivis d’une division alphabétique, à la manière des concordances bibliques du 13e siècle qui indiquaient à quelle partie du chapitre appartient virtuellement le texte cité (Genesis 13° capitulo b). Hugues est censé avoir été le maître d’œuvre des premières concordances bibliques dans la première moitié du second quart du 13e siècle ; la paternité de l’application des divisions alphabétiques à la Bible devrait donc lui revenir en théorie. Pourtant, dans les faits, j’observe que les manuscrits les plus anciens des postilles d’Hugues n’utilisent qu’exceptionnellement ce système de référence alphabétique qui a été ajouté par les imprimeurs éditeurs soit à partir de manuscrits tardifs, soit, plus probablement, par leur propre industrie, à partir des premières éditions imprimées des concordances qui avaient conservé la division alphabétique des chapitres. Lorsque les éditeurs ont voulu réimprimer l’édition de 1600, ils ont développé les abréviations qui y étaient encore drastiques, mais ils n’ont pas refait le travail d’identification des citations bibliques à partir des concordances récentes où la numérotation avait remplacé les divisions alphabétiques imprécises du système médiéval.  Les divisions alphabétiques utilisées pour préciser les références bibliques citées s’observent dans les éditions de 1600 et 1703 (à compléter) ; elles sont omises dans l’édition de 1754 (Venise).
  12. La pagination des éditions 1600, 1703 et 1754 est identique à quelques exceptions près (premier et dernier mot de chaque colonne). Les liens hypertextes de l’édition électronique renvoient à l’édition de 1754. Ed1754 corrige les coquilles de pagination et de références bibliques de Ed1703 dont le texte est malheureusement moins bon que celui de Ed1600 et Ed 1754. On observe quelques variantes textuelles entre les éditions. Pour la Postille sur les Psaumes nous avons constaté que Ed1600 est plus proche des manuscrits que les éditions postérieures.

Edition électronique et habillage du texte

  1. L’édition électronique proposée sur Gloss-e a pour finalité de permettre de consulter les postilles par référence biblique, d’en interroger le contenu et de les comparer avec la Vulgate du Moyen-Âge central (littera communis des écoles, Bible parisienne universitaire ou présumée telle), la Glose ordinaire, la Grande Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes et le corpus paulinien, ainsi que la Catena aurea (voir Morard, Mabillon 2019). La possibilité d’interroger simplement l’intégralité de ces corpus facilitera aussi l’identification des fragments de manuscrits et de manuscrits mutilés du début ou de la fin ainsi que, pour les éditeurs de texte, l’identification des citations, sans parler des analyses lexicales et lexicométriques.
  2. L’édition électronique d’Hugues de Saint-Cher adapte au cas particulier des postilles les principes généraux adoptés pour l’établissement du texte, la mise en texte et l’annotation des autres corpus du site Gloss-e.
  3. Le texte de base procuré est celui de la transcription manuelle de l’édition de 1703, enrichie pour être interrogeable par verset biblique). Le texte en a été vérifié et les graphies en seront progressivement normalisées selon les mêmes principes que les autres corpus de Gloss-e.
  4. Les numéros de versets ajoutés renvoient au premier énoncé du lemme biblique (sens littéral). La foliotation avec liens hypertextes renvoie aux éditions imprimées, à l’exception des explications selon le sens spirituels qui ont été placées à la suite de l’explication littérale des versets concernés.
  5. Les explications selon les sens allégorique, mystique, c’est-à-dire spirituel ou caché, anagogique et moral sont regroupées à la suite de l’exposition du sens littéral de chaque verset, annoncée par un sous-titre ajouté par l’éditeur : moraliter, allegorice mystice, anagogice. Les divisions en versets numérotés de la Bible, adoptées non sans variations à partir du 16e siècle, sont bien sûr inconnues du Moyen Âge. Très souvent, les microstructures textuelles adoptées par Hugues ne correspondent pas exactement à la numérotation moderne de nos Bibles. Ce système étant devenu universel nous l’avons bien sûr retenu afin de permettre un référencement univoque des corpus. Lorsqu’une unité sémantique hugonienne (Moraliter, Anagogice, etc. ) regroupe plusieurs versets modernes, le commentaire d’un même verset est  répété selon des sens différents à différents endroits, séparés par le commentaire d’autres versets.
  6. Par exemple :
    ad litteram = v. 3 et 4 ;          
    mystice = v. 3, 4, 5 ;   
    ad litteram = v. 5 ;     
    mystice = v. 6 

allegorice = v. 3 , 4, 5, 6 7

ad litteram = v. 8

vel aliter = v. 4 et 5

  1. Nous avons autant que possible respecté l’ordre du texte des manuscrits lorsque les regroupements de versets correspondent à une unité sémantique ou narrative. Mais lorsque ce « désordre » et cette dispersion sont accidentels, dus à la dispersions des sentences dans les marges des manuscrits colligés, il n’y a aucune raison exégétique ou intellectuelle de conserver cet ordre aléatoire et de repousser le « vel aliter » des v. 3 et 4 après l’exposition du sens littéral du v. 8.
  2. Dans notre édition, les références bibliques du texte édité sont normalisées selon les principes adoptés pour le site Gloss-e afin de permettre de repérer les références bibliques (voir instrumenta >Livres de la Bible). Le lemme Thren. a été remplacé par dans ce but.

Post-Scriptum : Postille sur la Bible et Glose dominicaine

  1. Les postilles bibliques attribués à Hugues de Saint-Cher dans le second quart du 13e siècle doivent être distinguées de la Glose dominicaine qui lui est aussi attribuée et qui a été diffusée environ 20 ans après les postilles d’Hugues. Les deux ensembles ont souvent été considérés comme deux versions du même commentaire. Il s’agit en fait de corpus, de mises en page, de contenus différents qui répondent à des finalités intellectuelles et sociales différentes.
  2. Le titre de Glose dominicaine a été attribué jadis par Philippe Bur (L’ambiguïté du livre) aux postilles d’Hugues proprement dite. Cette dénomination doit être bannie de l’usage. Elle est inadéquate et inadaptée. Les postilles ne se présentent pas comme une bible glosée, mais comme un complément exégétique de la Glose ordinaire. La Glose dominicaine est en revanche une biblique glosée à proprement parler, destinée à l’usage des dominicain et dont l’auteur n’est pas Hugues de Saint-Cher seul, même s’il en a probablement patroné la publication.
  3. L’origine de la Glose dominicaine est mal connue, sa composition également. Elle est souvent considérée comme une version ‘brève’ des postilles d’Hugues. Le commentaire de certains livres est effectivement commun aux deux corpus, d’autres puisent abondamment dans les postilles d’Hugues ou ont des ponts communs avec elles. La Glose dominicaine est peut-être due à l’initiative du dominicain Pierre de Poitiers (hypothèse personnelle à vérifier), contemporain, collaborateur d’Hugues, exerçant des charges dans la province dominicaine de France en même temps ou en alteranance avec Hugues. Elle semble avoir été publiée après le cardinalat d’Hugues. Certains exemplaires l’attribuent explicitement à Hugues sans qu’on puisse encore dire avec assurance désigne l’ensemble de la série ou la source principale des commentaires contenus dans les volumes ainsi attribués. A la différence de la postille hugonienne, le Glose dominicaine se présente majoritairement comme une bible glosée avec texte biblique centré sur le feuillet, encadré par le commentaire. Une série notable d’exemplaires présente une mise en texte en forme de L inversé ou de colonnes décalées respectant la centralité du lemme biblique qui est caractéristique de ce corpus. Dans l’état actuel de nos observations, il semble qu’il s’agisse d’une tentative concertée entre hugues et ses successeurs parisiens de procurer une version semi portative de la Bible glosée associant une version allégée de la Glose ordinaire et des postilles d’Hugues. J’ai démontré d’ores et déjà (Morard 2000 et Morard 2008) que le commentaire du Psautier qui s’y lit est une abréviation drastique mais littérale de la Grande Glose de Pierre Lombard qui n’a rien à voir avec la postille hugonienne sur les Psaumes (Egredimini).

[1] Voir par exemple le prologue de la postille sur les Psaumes directement inspirée d’un sermon / prologue de Prévôtin de Crémone ; voir notre édition on-line sur Gloss-e ; Jean-Baptiste Lebigue, Thèse d’Ecole des chartes, M. Morard, « Hugues de Saint-Cher commentateur des Psaumes » (désormais Morard 2000) ; M. Morard, La harpe des clercs (désormais Morard 2008).

[2] Morard 2000 et Hugues de Saint-Cher, Postille in Ps., prol. (Gloss-e).

[3] HSC1 (Is. 16) : “… et dulces constitutiones Augustini ». Sur cette question, voir aussi M. Morard, « Hugues de Saint-Cher commentateur des Psaumes ».

[4] Varna (Neustift/Novacella), Augustiner-Chorherrenstift, Cod. 156, saec. 14, f. 1ra.

[5] Voir Morard 2008, annexe : « La glose des maîtres de Paris » (séculiers en l’occurrence) ou transcription des scholies au prologue de la Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes retrouvées dans plusieurs exemplaires parisiens. 

[6] Ces exemplaires annotés sont repérables dans GLOSSEM (Gloss-e :  inventaire des bibles avec commentaires – par la mention “cum scholiis”).

[7] L’explication de ce système de renvoi se lit dans l’avertissement au lecteur de l’édition princeps de la série, Venise, apud Sessas, 1600.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.