Pour mieux comprendre l’édition électronique de la Glose ordinaire et des corpus associés (Gloss-e ISSN 2802-4001)

Citer ce billet : Martin Morard, "Pour mieux comprendre l’édition électronique de la Glose ordinaire et des corpus associés (Gloss-e ISSN 2802-4001)", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2740, version du 30/06/2022.
En prévision de la mise en ligne de Gloss-e 2.0 (ISSN 2802-4001),  prévue dans le courant de l’automne 2021, il a paru utile de résumer sommairement les principes les plus généraux qui ont guidé l’édition des corpus.
Les utilisateurs demandent en effet souvent quelle est la nature et le fondement critique des textes mis en ligne, sur quelle base ils ont été établis, quelles technologies ont permis d’éditer en quelques années l’équivalent de quelque 25’000 pages de commentaires bibliques réunissant outre les 120’000 sentences  de la Bible glosée, 6000 pages et 13’000 sentences de la Catena aurea, 3 tomes des postilles d’Hugues de Saint-Cher en attendant les quatre autres, la Grande Glose de Pierre Lombard etc.
Le principe général retenu est d’éditer scientifiquement des textes de base, puis de les réviser et de les annoter scientifiquement, mais progressivement, en indiquant l’état d’avancement de chaque partie, les manuscrits collationnés, les parties du texte concernées par les collations effectuées.
=> Pour plus de détails, se reporter à la ratio editionis en ligne et aux introductions mises en ligne en tête de chaque livre biblique édité.
Les données procurées sont donc inégalement critiques, mais elles sont destinées à recueillir des données critiques et d’ores et déjà assorties d’une forte valeur ajoutée scientifique et technique. Elles sont innovantes et originales
– pour avoir été encodées intégralement  pour la première fois en format XML/TEI ,
– pour être accessibles pour la première fois en format texte, assorties de métadonnées qui permettent l’interrogation par livre, chapitre et surtout verset biblique, l’interrogation et l’affichage du texte biblique seul, l’interrogation séparée des prologues, des sentences, des sources identifiées et éditées en notes, des lemmes attributifs, des lemmes bibliques commentés, du texte de la Bible, des occurrences des références bibliques identifiées en apparat, etc.
– en raison de l’identification critique des sources et de la restauration avancée du  texte médiéval de la Catena aurea, dont chaque sentence est désormais munie – et pour la première fois – d’un identifiant unique, stabilisé à partir de la tradition manuscrite de l’oeuvre , permettant un  référencement scientifique conforme au texte médiéval restauré.
– des possibilités de lecture, d’affichage et d’interrogation croisées des corpus, adaptées à l’étude de la réception des héritages bibliques et patristiques réunis par le Moyen Âge sur la Sacra Pagina .
L’acquisition et le traitement scientifique des données se font à partir d’un traitement de texte conventionnel, sans recours à un système d’encodage ou à un langage informatique, ou à une interface de saisie particuliers, mais à partir d’une ‘simple’ feuille de style mise au point pour répondre aux spécificités de l’édition de la Bible glosée et des corpus assimilés, ainsi qu’au besoin de l’édition critique des textes anciens.
L’encodage XML/TEI puis la publication sur le site https://gloss-e.irht.cnrs.fr/ se font par l’intermédiaire d’un processus de transformation désormais automatisé, développé dans le cadre du projet, qui permettra la mise à jour des données par le producteur des données scientifiques.
La Bible glosée a d’abord été transcrite manuellement par plusieurs collaborateurs à partir de l’édition princeps publiée par A. Rusch à Strasbourg vers 1480/1481,   puis structurée, révisée, stylée à partir d’un logiciel de traitement de texte conventionnel (word) et finalement encodée en langage XML/TEI  par processus de transformation automatique.
Le texte de base des autres corpus a été saisi et traité dans les mêmes conditions, selon le même procédé et en suivant le même processus.
=> Pour plus de détails, voir colophon du site et crédits scientifiques en tête de chaque livre édité.
Précisons que la mise en page glosée a rendu jusqu’à ce jour impossible une transcription numérique automatique de l’édition incunable par reconnaissance optique de caractères, en raison de l’irrégularité de la répartition des sentences et du texte biblique, différente à chaque page (segmentation).  L’association des sentences au texte biblique concerné exige en outre une analyse intellectuelle du sens de chaque segment de texte. Cette association gloses /lemme biblique ne répond, en raison de l’enchevêtrement des gloses, à aucune régularité susceptible d’être interprétée informatiquement de manière efficace, c’est-à-dire sans obliger à de nombreuses opérations de réorganisation et de vérifications. Volens nolens, pour les opérations requises, le cerveau humain formé est resté plus efficace que la machine au long des dix années qu’a duré le processus de transcription et édition de l’intégralité de la Glose ordinaire (2009-2019). Il en va de même de l’identification automatique des sources qui ne peut être efficace ni atteindre la granularité qu’exige un travail scientifique digne de ce nom : les sentences des gloses et des chaînes patristiques ne sont en effet jamais des citations littérales ; elles dépendent pour une grande partie d’entre elles de sources encore inédites ou non accessibles en format numériques.  Surtout et par-dessus tout, la répétition de textes semblables à des époques successives ne dit rien de leurs dépendances génétiques réelles. L’accumulation de références  à des textes similaire ne suffit pas à écrire l’histoire de la transmission des formes écrites et des idées.  L’identification automatique des citations bibliques se heurte encore à l’absence d’un texte biblique de référence adapté à la situation du Moyen Âge tardif, à la prise en compte des versions vieilles latines, des aliae litterae qui constellent les textes médiévaux.  La polysémie, les lieux parallèles textuels, la complexité des versions du texte bibliques, les imprécisions de la machine obligeraient, en tout état  de cause, à un travail de vérification critique important dont on croira d’autant plus volontiers pouvoir se dispenser qu’il aura les apparence de la vraisemblance.
Concernant les textes édités :
Glossa ordinaria. Les gloses marginales et interlinéaires ont été insérées à la suite des lemmes commentés  dans le texte biblique de l’éditio minor (Weber, Stuttgart 1994) par les différents intervenants. Le texte a ensuite été révisé (NT, livres historiques, livres sapientiaux etc. ) ou est en cours de révision (Pentateuque, Grands Prophètes etc.). En fonction de la demande des lecteurs et des besoins de la recherche, il est ponctuellement collationné sur manuscrits.
Biblia communis. Le texte de la Bible, indissociable de la Glose ordinaire, est celui de l’édition Rusch (Strasbourg 1481), collationné avec l’édition minor  de la Vulgate (Weber-Gryson, Stuttgart 1994). Les leçons de la version hiéronymienne (Weber) ont été rejetées en apparat.
3° Le texte biblique de Rusch est en cours de collation avec des témoins manuscrits inédits d’une part, avec les apparats de l’édition maior de la vulgate, et les correctoires biblique du 13e siècle d’autre part. Notre objectif est la restitution de la Littera communis du Moyen Âge tardif. Par Littera communis, expression reprise des correctoires bibliques, il faut entendre le texte biblique virtuel, fruit de la réception collective et consensuelle de la forme écrite de la Révélation par le sensus fidelium, qui sert de socle à l’unité religieuse du Christianisme médiéval. Toutes les bibles manuscrites et imprimées s’en approchent sans qu’aucune ne l’épuise jamais. Il prend la forme de l’accord textuel de tous les témoins collationnés et répond en quelque sorte à la notion de textus receptus au sens fort et théologique de l’expression.
Ce concept – et la recherche de la Littera communis qu’il stimule – est le moteur d’un vaste chantier éditorial, destiné à mettre à disposition de la communauté scientifique une version du texte de la Vulgate qui restitue, autant que faire se peut, le texte consensuel progressivement élaboré par les usages du Moyen Âge tardif à partir des versions de la Bible diffusées à Paris. Non que celles-ci soient meilleures, mais parce que le champ de convection créé par les déplacements universitaires a contribué à diffuser les versions parisiennes à travers toute l’Europe. Celles-ci ont progressivement remplacé et écrasé par leur nombre les versions locales. Au fil des copies et de recopies, comme le torrent poli les galets, elles ont empiriquement façonné et préparé le texte finalement imprimé par Gutenberg au milieu du 15e siècle. Nous donnons à cette version le titre uniforme de Biblia communis, pour la différencier de la Vulgate hiéronymienne, reconstituée par les éditions critiques. Celles-ci ont privilégié des leçons rares de manuscrits essentiellement carolingiens ou pré-carolingiens. La Biblia communis retient les leçons les plus répandues (désignées par “plerique codices” dans l’apparat des éditions critiques). Il était par exemple impératif de restituer une version du Psautier latin conforme à la division en versets liturgiques et au texte effectivement reçu par l’usage.
Nous avons volontairement évité le terme de Biblia parisiensis ou de Bible universitaire. La Biblia communis ne se réduit pas au texte de la Bible diffusé à Paris à partir de plusieurs tentatives de révision de nature et d’origine différentes que la littérature scientifique et la doxa historiographiques modernes ne distinguent pas suffisamment, quand elles ne les confondent pas avec les premières versions imprimées de la Vulgate (Gutenberg, Rusch) qui sont des évolutions tardives et déjà remaniées (dans la forme et dans le fond) du texte en circulation à Paris au 13e siècle.
Il aurait bien sûr été contreproductif d’éliminer les particularismes innombrables charriés par les bibles manuscrites. Il importe cependant d’indiquer au lecteur ce qui est le plus répandu et ce qui relève de traditions moins répandues. Les leçons des familles textuelles  secondaires sont donc regroupées en apparat (versions liturgiques dominicaines, cisterciennes etc. ).
La recherche avancée “texte de la Bible” permet d’interroger non seulement le texte de la Bible édité, mais aussi les leçons de l’apparat biblique.
Pour la Glose comme pour chacun des corpus édités (Magna Glossatura, Postilles d’Hugues de Saint-Cher, Catena aurea, Philippe le Chancelier, Distinctiones in Psalmos, etc.)  l’édition princeps est un texte de base, non un texte de destination.
L’alignement texte image aurait supposé que nous soyons propriétaires des images ou que nous travaillions de concert avec le propriétaire des images. Lorsque le projet a débuté, en 2009, nous ne disposions ni des moyens financiers, ni des compétences adéquates.
En fait, l’alignement texte image n’a pas de sens dans le cas de Gloss-e. Notre édition de la Glose ordinaire n’est pas l’édition de l’édition princeps pour elle-même.  L’alignement ne nous semble pas indiqué en effet :
– dans le cas d’une édition destinée à intégrer les collations – potentiellement – de centaines de manuscrits,
– compte tenu du fait que l’édition princeps est loin d’être toujours pertinente,
– puisque le texte  de Rusch est corrigé,
– ses graphies sont normalisées,
– la disposition des gloses et leur association au lemme biblique a été parfois corrigée.
Canoniser l’incunable par une association texte / image stricte a paru inopportun. L’incunable n’est qu’un témoin parmi d’autres et certainement pas le meilleur.
Autrement dit ,dans Gloss-e,  le texte de toute sentence de tout corpus (Glose ordinaire, Pierre Lombard, Hugues de St-Cher, Catena, etc.) est par défaut celui du texte de base retenu (voir détails exposé dans l’introduction en ligne de chaque corpus) ; quand une sentence est collationnée sur un témoin différent du texte de base,  le texte de base peut être corrigé,
– les leçons variantes sont indiquées en note,
– si le texte de base est modifié, une astérisque après l’appel de note signale l’intervention de l’éditeur
– une déclaration de témoins, signalée par le préfixe “Codd.”, placée dans la dernière note de la sentence,  indique le sigle des témoins collationnés ; lorsque ce ms. est en ligne, le sigle est cliquable et ouvre l’image du feuillet où se trouve la sentence. L’opération est réitérée pour chaque sentence.

En outre, Gloss-e renvoie par des liens hypertextes

1. vers le feuillet correspondant de l’exemplaire d’Erfurt à chaque changement de colonne (soit 4 liens par image inscrits dans la référence bibliographique au feuillet de l’exemplaire d’Erfurt et à la pagination de l’exemplaire “fictif” de Brepols) et
2. aux images des feuillets des manuscrits collationnés en sus, par lien hypertexte inscrit dans le sigle des manuscrits collationnés, mentionnés dans les déclaration de témoins de chaque sentence  (“Codd.:”)
Les sigles des manuscrits cités dans Gloss-e renvoient,
  • pour les manuscrits du texte de la Bible aux sigles des éditions de la Vulgate citées et, pour les manuscrits inédits ou spécialement collationnés, à la liste explicative mise en ligne, accessible sous l’onglet “Instrumenta” : voir ici : Codices Bibliae in apparatibus allegatii
  • pour les livres glosés, à la base GLOSSEM des manuscrits de la Bible latine avec commentaires, dans laquelle on trouvera
pour chaque livre biblique concerné
– la cote de conservation correspondante (avec lien vers la notice codicologique publiée par la bibliothèque de conservation ou vers un catalogue en ligne),
– le premier feuillet du livre biblique avec lien vers l’image du manuscrit en ligne lorsqu’il existe en format numérique
– le contenu réduit au titre de forme du corpus (Glossa ordinaria, Glossa parva, Glossa media, Glossa magna, Hugues de St-Cher, Postille ; Glossa Dominicana (=Hugues version brève) ; Catena aurea, Nicolas de Gorran, Nicolas de Lyre, etc.)
– la date du manuscrit en trois versions (1° arrondie par siècle et partie de siècle, 2° date telle que dans le catalogue dépouillé (par défaut) ou datations personnelles (les sources ou auteurs de ces datations sont indiquées), 3° date élargie ou “date lissée” (pour surseoir aux différences d’appréciations, hautement subjectives et souvent issues de datations relatives,  et afin éviter d’exclure du filtrage les exemplaires des périodes de transition que les uns classent arbitrairement à la fin d’un siècle et les autres au début d’un autre; par exemple début 2/4 et début premier tiers, etc.)
– l’origine,
– la provenance,
– le milieu socio-professionnel de provenance,
– la typologie de la mise en page avec des liens vers 1 image représentative du manuscrit
L’ensemble des données fait l’objet de mises à jour régulières.  A partir de la mise en ligne de Gloss-e 2.0, ces mises à jours pourront se faire directement par le producteur des données scientifiques.
Citer ce billet : Martin Morard, "Pour mieux comprendre l’édition électronique de la Glose ordinaire et des corpus associés (Gloss-e ISSN 2802-4001)", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2740, version du 30/06/2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.