Le texte biblique des livres glosés

Si la Glose commente la Bible, comment identifier la version du texte biblique en usage dans les manuscrits et imprimés de la Glose ?

  • La Bible est une bibliothèque : une collection de livres assemblés dont le nombre, l’ordre, les préfaces, les annexes, la décoration, les divisions, le texte même varient plus ou moins d’un exemplaire à l’autre.
  • Il n’existe pas de texte officiel de la Bible latine avant le Concile de Trente au XVIe siècle.
  • Le texte de la Bible, utilisé dans les bibles glosées et les commentaires bibliques médiévaux, n’est pas stabilisé et varie d’un manuscrit à l’autre en fonction :
    * de campagnes de révisions érudites : Alcuin, Théodulphe, le texte révisé de certains ordres religieux (cisterciens, dominicains), la Bible dite « parisienne » (à partir du XIIIe s.), l’édition Sixto-Clémentine.
    * des habitudes liées à des aires culturelles et géographiques : péninsule ibérique, îles britanniques, Gaule, monde germanique, italie…
    * de périodes chronologiques : IXe-Xe siècle gouvernés par la réforme carolingienne et ses suites, XIIIe-XIVe siècle gouvernés par l’établissement du texte universitaire, etc.
  • Dans les manuscrits et les éditions imprimées de la Bible glosée (au sens strict de texte mis en page en forme de livre glosé), on trouve  trois types de lemme biblique : le lemme disjoint, le lemme repère et le lemme conjoint.

– Le lemme disjoint ou texte principal , reproduit intégralement, disjoint des gloses et recopié en gros module, soit en continu (glossa continua), soit par péricopes isolées formant îlots sur la page, est la clé primaire ou la structure fondamentale d’un livre glosé. Il est imputable au copiste du manuscrit ou à un modèle indépendant de la tradition du texte de la  Glose;

–  Le lemme-repère ou lemme d’appel, placé en tête de certaines gloses, le plus souvent marginales, parfois aussi interlinéaires. Il a le même rôle qu’un appel de note et sert à indiquer approximativement quels mots de la Bible sont expliqués par la sentence qu’il introduit. Dans les éditions, il arrive souvent que ce lemme soit imprécis ou erroné et que la sentence qu’il introduit porte sur une portion du texte biblique plus étendue ou différente. Le lemme d’appel des éditions imprimées est souvent omis par les manuscrits.

– Le lemme conjoint ou lemme de rappel, intégré au texte des sentences, est formé par la répétition des mots bibliques commentés à l’intérieur d’une sentence. Il est imputable au rédacteur de la sentence ou à celui de la source utilisée par celui-ci.

Dans les livres glosés, il arrive fréquemment que ces trois lemmes soient issus de versions différentes du texte biblique parce que les copistes-éditeurs de chaque période ont mis à jour le le lemme disjoint en fonction des nouveautés éditoriales de leur temps sans modifier le lemme conjoint des gloses hérités des auteurs-sources : Augustin, Jérômes etc. Quant aux lemmes repères ils ont été tantôt mis à jour, tantôt repris des manuscrits à partir desquels les gloses ont été copiées.

Le texte biblique des Gloses de la Bible s’écarte donc souvent du texte critique établi dans les éditions modernes de référence. L’apparat du texte de ces dernières permet néanmoins d’identifier les principales  variantes en circulation dans les manuscrits médiévaux. Tout travail scientifique sur la Bible au Moyen Âge demande donc de recourir aux éditions de référence établies sur une collation précise de manuscrits clairement identifiés.[1]

Recherche par formes et caractères boléens dans le texte de l’editio minor (Weber) http://www.bibelwissenschaft.de/de/online-bibeln/biblia-sacra-vulgata/lesen-im-bibeltext/

Recherche par chaîne de caractère dans la version universitaire de la fin du Moyen-Âge : http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php (moteur de recherche simples et avancées)

[1] Cf. M. Gibson, « Preface », in : Biblia  latina cum glossa ordinaria facsimile reprint of the edition princeps, Turhout, 1992, p. X : « So we reach the ultimate editorial question : the relation of the Gloss to the text of the Bible. The most cursory inspection will show that they do not match up ; the lemma in a gloss may differ from the corresponding phrase in the Bible text. To the extent that the Gloss consists of much omder material, this is bound to arise. Jerome, Bede and Rabanus had each slightly different texts of the Latin Bible. The only useful critical collation would be with the corrected Bible texts and the display Bibles of the late eleventh and the twelfth centuries – the Bible of Stephen Harding and the Winchester Bible, to make two range-finding shots. Such collation would eliminate some centres, and perhaps suggest others, as milieux in which the Glossed Bible came into existence. But for the moment we can only remark that the Bible text and the Gloss are at variance, and that neither has been adjusted to agree with the other ».

  • Les éditions critiques modernes de référence du texte de la Bible latine ne procurent pas le texte biblique en usage au Moyen-Âge central, mais un essai de reconstitution du texte primitif établi par saint Jérôme au VIe siècle.
  • Pour un travail scientifique sur la Bible médiévale, il est nécessaire
    * de noter chaque variante textuelle du texte biblique
    * d’identifier son origine à partir de l’apparat du texte des éditions critiques de la Bible latine.
  • Dans la plupart des éditions imprimées de la Bible glosée, notamment celui de l’incunable d’Adolf Rusch, le texte biblique est un texte de type « parisien » ou « universitaire » évolué (corrigé et amélioré en fonction du grec et/ou de l’hébreu), proche de celui qui a été publié dans l’édition imprimée in folio de la Bible publiée par Robert Estienne à Paris en 1538 et 1546. Cette dernière fut suivie de près par la Vulgate de Sixte Quint (Sixtine : 1590). La Vulgate de Clément VIII (Sixto-Clémentine : 1592), meilleure d’un point de vue critique, est moins proche du texte médiéval, surtout dans ses éditions récentes qui visaient à en rendre le texte plus conforme au texte grec (Vercellone 1861 et Colunga-Turrado 1947).
  • Notre édition électronique de la Bible glosée (cliquer ici) restitue le texte de l’édition incunable de la Glose (Strasbourg, 1480) et signale en note les leçons par lesquelles il s’écarte du texte de l’édition critique de la Vulgate, ainsi que – par mode de sondages – les principales variantes des manuscrits et éditions de la fin du Moyen-Âge susceptibles d’être citées dans la littérature religieuse de cette période et d’éclairer ll’évolution des passages variants. Certains manuscrits ont été collationnés spécialement pour la première fois à l’intention de cette édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.