Le texte biblique des livres glosés

Si la Glose commente la Bible, comment identifier la version du texte biblique en usage dans les manuscrits et imprimés de la Glose ?

  • La Bible est une bibliothèque : une collection de livres assemblés dont le nombre, l’ordre, les préfaces, les annexes, la décoration, les divisions, le texte même varient plus ou moins d’un exemplaire à l’autre.
  • Il n’existe pas de texte officiel de la Bible latine avant le Concile de Trente au XVIe siècle.
  • Le texte de la Bible, utilisé dans les bibles glosées et les commentaires bibliques médiévaux, n’est pas stabilisé et peut varier d’un manuscrit à l’autre en fonction :
    * de campagnes de révisions érudites : Alcuin, Théodulphe, le texte révisé de certains ordres religieux (cisterciens, dominicains), la Bible dite « parisienne » (à partir du XIIIe s.), l’édition Sixto-Clémentine.

    * des habitudes liées à des aires culturelles et géographiques : péninsule ibérique, îles britanniques, Gaule, monde germanique, italie…
    * de périodes chronologiques : IXe-Xe siècle gouvernés par la réforme carolingienne et ses suites, XIIIe-XIVe siècle gouvernés par l’établissement du texte universitaire, etc.
  • Dans les manuscrits et les éditions imprimées de la Bible glosée, il faut distinguer :
    * le texte biblique central
    reproduit intégralement autour duquel sont disposés les gloses, imputable au copiste du manuscrit ou à un modèle indépendant de la tradition du texte de la  Glose;

    * le texte biblique marginal, cité à l’intérieur des fragments par les auteurs cités.
    imputable aux auteurs de chaque fragment cité.
    Les deux versions peuvent différer en fonction de l’origine des textes utilisés.
  • Dans la plupart des éditions imprimées de la Bible glosée, notamment celui de l’incunable d’Adolf Rusch, le texte biblique est un texte de type « parisien » ou « universitaire » proche de celui qui a été publié dans l’édition imprimée in folio de la Bible publiée par Robert Estienne à Paris en 1538 et 1546. Cette dernière fut suivie de près par la Vulgate de Sixte Quint (Sixtine : 1590). La Vulgate de Clément VIII (Sixto-Clémentine : 1592), meilleure d’un point de vue critique, est moins proche du texte médiéval, surtout dans ses éditions récentes qui visaient à en rendre le texte plus conforme au texte grec (Vercellone 1861 et Colunga-Turrado 1947).
  • Les éditions critiques modernes de référence du texte de la Bible latine ne procurent pas le texte biblique en usage au Moyen-Âge central, mais un essai de reconstitution du texte primitif établi par saint Jérôme au VIe siècle.
  • Pour un travail scientifique sur la Bible médiévale, il est nécessaire
    * de noter chaque variante textuelle du texte biblique
    * d’identifier son origine à partir de l’apparat du texte des éditions critiques modernes de la Bible latine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *