Les principales gloses de la Bible du 12e au 14e siècle

© Martin Morard 27_09_2017

Les principales gloses de la Bible latine au Moyen-Âge

Depuis le Haut Moyen Âge, le texte de la Bible a fait l’objet de plusieurs éditions glosées. Déjà au IXe siècle, des livres bibliques sont glosés (surtout le Psautier et le Cantique des cantiques, les épîtres de saint Paul), même si toute allusion à des « glosae » dans les catalogues anciens des bibliothèques ne renvoie pas nécessairement à la mise en page de la Glose biblique.

Seules sont mentionnées ici les versions les plus répandues qui ont influencé le plus largement la culture religieuse du Moyen-Âge  central et de la période moderne, mais il est bien entendu que l’histoire de la Glose biblique au Moyen Âge ne commence pas à Laon, ni quant au contenu, ni quant à la mise en page:

Pour en savoir plus =>

  • Glose de l’école de Laon (vers 1090-1130)

* titres anciens : Glosa, Glosa parva, Glosa Laonis

* titre moderne : Glose ordinaire

 

Il s’agit d’un travail anonyme, en partie mené par les maîtres de l’Ecole de Laon (Anselme, Raoul). Walafried Strabon n’est pas l’auteur de cette Glose de la Bible. Il n’en existe aucune édition critique intégrale.

Voir cependant :

 

Texte intégral

  1. Biblia latina cum Glossa ordinaria, Adolph Rusch, 4 vol., editio princeps, Strasbourg, 1480/1481.
    Voir ici Ressources documentaires.
    [fac simile reprint, Brepols, 1992; édition de référence ; elle correspond à un état tardif de la Glose de Laon, fortement interpolé par la Glose de Pierre Lombard pour les livres des Psaumes et les épîtres de saint Paul (voir ci-dessous)].
  2.  Glossa ordinaria, PL 113, 67-1316 ; PL 114, 9-752.
    [Cette édition ne reflète pas l’état des manuscrits médiévaux. C’est une édition moderne interpolée par des ajouts d’origine non identifiée dont certains peuvent provenir d’exemplaires manuscrits isolés. Elle ne doit donc pas être utilisée habituellement pour l’identification des citations d’auteurs médiévaux.]
  •  Editions critiques partielles
  1. Cant. : Glossa ordinaria. Pars 22 : in canticum canticorum, edidit Mary Dove, Brepols, Turhout, 1997 (Corpus christianorum. Continuatio medievalis, 170).
  2. Lam. / Thren. : Andree (Alexander), Gilbertus Universalis: Glossa Ordinaria in Lamentationes Ieremie Prophete: Prothemata et Liber I: A Critical Edition with an Introduction and a Translation, Stockholm, 2005 (Studia latina stockholmia, 11).
  3. Ioh. : Cf. Anselmi Laudunensis Glosae super Iohannem, ed. Alexander Andrée, Turnhout, 2014 (CCCM 267) [il ne s’agit pas de la Glose sur l’évangile de Jean, mais du commentaire d’Anselme de Laon à partir duquel ont été forgées les sentences de la Glose sur l’évangile de Jean ; cf. ibid. p. IX-XXII]

Images :

Sur l’histoire de la réception de la Glose sur les Psaumes, cf. aussi Martin Morard, « Daniel de Lérins et le Psautier glosé : un regard inédit sur la Glose à à la fin du xie siècle », Revue bénédictine 121 (2011), p. 393-445.

  • Glose de Gilbert de Poitiers  sur les Psaumes et les épîtres de Paul (1130-1140)

* titres anciens : Glosa, Glosa media, Glosa Giliberti

* titre moderne : Glose de Gilbert de Poitiers ou de la Porrée

 

Il n’y a pas de trace de la diffusion manuscrite de ce texte avant 1140 et même 1150.

Edition critique en préparation sous la direction de Karlfried Froelich

  • Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes et les épîtres de saint Paul (1150-1160)

* titres anciens : Glosa Lombardi, Magna Glosatura, Magna Glosa, Glosa ordinaria [in psalmos]
* titre moderne : Glose de Pierre Lombard

  1. In totum Psalterium commentarii […] per fratrem Richardum Cenomanum […], Parisiis, apud Poncetum Lepreux, sub Lupo, typis Joannis Lodoici Tiletani, 1541, in fol.
  2. In Psalmos davidicos commentarii, Patrologia latina, t. 191, 55-1296
    [reprise du n° 1, mais avec des erreurs.]
  3. Collectanea in omnes D. Pauli apostoli epistolas, Patrologia latina [Rom., 1 Cor., 2 Cor.], t. 191, 1297-1696 ; [2 Cor.-Hebr.], t. 192, 9-520.

Diffusée à partir de 1160. Nombreuses éditions anciennes. La meilleure reste celle qui fut publiée en 1541 à Paris par le franciscain Richard Cenomanus (alias ‘du Mans’). On veillera à bien distinguer les commentaires de l’éditeur humaniste (collationes) qui suivent la glose sur chaque Psaume,  du texte de Pierre Lombard lui-même, dans lequel l’éditeur ancien a fait quelques incises qui ne sont repérables que dans l’édition de 1541.

 

Cf. Martin Morard, La Harpe des clercs : réceptions médiévales du Psautier entre pratiques populaires et commentaires scolaires, thèse de doctorat, Paris-IV – Sorbonne, 2008, t. 2, p. 1713-1714 : « Nous partageons l’avis d’Ignaz Brady selon lequel l’édition de Richard est globalement fidèle au texte du Maître transcrit par la tradition manuscrite[1]. Il faut certes relever avec lui plusieurs exceptions. En sens contraire, certains qualifient le texte de la Patrologie latine de «souvent inexact», ce qui ne veut rien dire. Nos collations du texte du Prologue pour quelques manuscrits indiquent nettement l’existence d’une tradition ancienne, probablement pré-universitaire, car elle se vérifie presque toujours dans les manuscrits les plus anciens. Mais la PL t. 191 a fait disparaître de son édition les manicules contre-opposées FE par lesquelles Richard du Mans avait pris soin de signaler à ses lecteurs les remarques ajoutées de son propre chef dans le texte de Pierre Lombard. Celles-ci sont également signalées en marge par la manchette « Additio ». Il s’agit presque toujours de références aux versions non gallicanes du Psautier latin et à l’hébreu ou à des commentaires. Bradi , Sentences, p. 51*, n. 4 ne signale que 4 de ces interpollations. Marci Colish elle-même n’a pas évité le piège[2] ; tel progrès exégétique qu’elle impute à Pierre Lombard est en fait dû à une incise de Richard du Mans dans l’édition princeps de 1541, reproduite sans ses signes diacritiques originaux par la Patrologie latine de Migne (t. 191, 407 D).

 

 

 

La liste des interpolations de Richard Cenomanus insérées entre manicules dans l’édition de 1541 et rendues muettes par la Patrologie latine imprimée et électronique :

In Ps 27, 1 (f. 46ra ; PL 191, 277D–278 C): «Mirum est quod dicat non haberi in Hebr. et esse jugulatum a Hier., quia et legitur, et Hier. vertit juxta Hebraeum. Verum est tamen quod Romanum psalterium non legit. Hebraeus sic habet הֶשְׁחֶת ץֽי.»

In Ps 40 titre (PL 191, 407D): «Ista sententiola vel sicut Hier. transfert, etc., est adjectitia. Nam alium codicem manu descriptum vidimus in quo non habetur, cum etiam ipse Hier. neque tomo 8, neque in versione juxta Hebr. talem titulum ponat. Consimiliter nec LXX; sed hic titulus habetur in Haymone: unde forsan quispiam posuit Hier., loco Haymonis. Idem habetur mendum in glosa ordinaria.»

In Ps 40 (PL 191, 409A): «Legitur id in tomo IV in quadam expositione psalmi 41, quae non tribuitur Hieronymo; hoc etiam divus Augustinus in titulo sequentis psalmi, et idem habet Hieronymus infra psalm. 84»

In Ps 67 (PL 191, 605C): «Psalmodia Romana legit, Mons Sina cum Augustino et Cassiodoro. LXX, quos sequimur, non habent mons; varietas videtur orta ex vocula Hebraea: זֶה quod est pronomen demonstrativum, unde potuit intelligi, hic mons, vel hoc est in Sina, ut vertit Hieronymus, qui secundo loco semel solum repetit Dei, etsi in Hebraeo nunc bis dicatur, Dei, Dei Israel.»

In Ps 67 (PL 191, 614A) «Psalmodia Romana legit convertar, varietas videtur suborta, ex eo quod Hebraice אָשִׂיב potest accipi ex verbo, quod nominitant qual, et tum est convertar, aut ex conjugatione quam dicunt hiphil, et tum erit convertam, licet prius inveniatur fere per vau.»

In Ps 72 (PL 191, 672B): «Alia littera deambulavit hoc ex Hieronymo in versione juxta Hebraeum תִהַלַך ambulabit.»

In Ps 75 titre (PL 191, 703D): «Ad Assyrios additum est ab interpretibus Graecis, ex consilio Spiritus sancti, quod pluribus supra probatum est in quibusdam similibus.»

In Ps 87 titre (PL 191, 809CD): «Melius est Eman Ezraitae, nam Hebraice legitur הָהֶוְרָחִי לְהֵימָו, et quidam Graeci codices habebant αίθαμ τω ορακλητη. Alii αιμαν τω Ισραηλίτη. Priores sunt falsati a scriptore in duobus; secundi in uno, duntaxat quandoque et prosequitur enarratio Augustini posteriores.»

In Ps 93 titre (PL 191, 865C): «In plerisque psalmis sunt tituli additi a Septuaginta vel ob decoris gratiam vel ob Spiritus sancti auctoritatem, juxta ea quae dicit Hieronymus in secundo prologo ab libros Paralipomenon.»

 

Voir aussi f. 135vb: exequiis; PL 588A: exsequiis – f. 88vb Chore; PL 408C Core.Migne a transcrit les chiffres romains de l’édition de 1541 en arabes. »

 

  • Hugues de Saint-Cher, O.P., Postille in Bibliam (1232-1236 c.)

*titres anciens : Postille Hugonis prioris

*titre moderne : Postille d’Hugues de Saint-Cher

Cette Glose est attribuée par les plus anciens manuscrits à Hugues de Saint-Cher. Depuis quelques décennies, elle est aussi parfois appelée « Postille dominicaine », bien que ce titre devrait être réservé à la version abrégée et anonyme dérivée de la postille d’Hugues (ci-dessous).

Nombreuses éditions anciennes. Pas d’édition critique ; voir ici Ressources documentaires.

 

  • Postille dominicaine sur la Bible (1235-1240 c.)

* titre moderne : Postille dominicaine ; postille brève d’Hugues de Saint-Cher

 

Postille didactique composée pour une part d’une version abrégée de la postille d’Hugues de Saint-Cher, et pour une part de textes nouveaux ou antérieurs, abrégés.

 

  • Thomas d’Aquin, Expositio continua in quatuor evangelia (1264-1268).

* titre d’uage : Catena aurea

 

Ce commentaire continu des quatre évangiles est composé de fragments choisis des Pères latins et grecs disposés à la suite des lemmes bibliques qu’ils commentent. Thomas l’a conçu exactement selon le même concept que les gloses bibliques de la tradition scolaire héritée de l’école de Laon, mais avec l’intention de les renouveller de fond en comble et de les remplacer par l’apport de sources neuves et de fragments plus étendus, certains traduits en latin pour la première fois à cette occasion. Il a souvant  apporté des modifications syntaxiques aux fragments reproduits et les a parfois liés par de courtes phrases et quelques interventions personnelles signalées par le titre « glosa ». L’oeuvre a été utilisée comme une mine de références patristiques par les théologiens comme par les prédicateurs. Elle a été copiée par centaines d’exemplaires et son succès a dépassé toutes les autres gloses de la période médiévale. Il se prolonge jusqu’à nos jours.

 

Pas d’édition critique, mais beaucoup d’éditions manipulées ou interpolées. Edition scientifique en préparation par G. Conticello (CNRS -LEM) et Martin Morard (CNRS – LEM).

Utiliser de préférence le texte des éditions Marietti :

 

Thomas de Aquino, Catena aurea in quatuor Evangelia, Angelicus Guarienti éd., 2 vol., Turin-Rome, Marietti, 1953.

  • Nicolas de Gorran, O.P., Postille in Bibliam (1280 c.)

Plus diffusée au Moyen Âge que les postilles d’Hugues de Saint-Cher, parce que plus concises, mais plus difficiles à identifier parce que moins originales et très dépendantes des postilles d’Hugues et de la Postille dominicaine. Pas d’édition complète connue, mais de nombreuses éditions partielles et des erreurs d’attribution très fréquentes. A manipuler avec précaution.

Nombreuses éditions anciennes. Pas d’édition critique ; voir ici Ressources documentaires.

  • Nicolas de Lyre, O.F.M., Postille in Bibliam (1325-1330 c.)

* parfois qualifiée de « glosa ordinaria » aux XIVe et XVe siècles

Nombreuses éditions anciennes. Pas d’édition critique.

[1] I. Brady, Sententiæ in iv libris distinctæ, I. Brady ed., 3 vol., 3e éd., Grottaferrata, 1971-1981 (Specilegium bonaventurianum 4-5), p. 51*.

[2] Cf. Colish (Marcia L.), «Psalterium Scholasticorum: Peter Lombard and the Emergence of Scholastic Psalms Exegesis», Speculum 67 (1992), p. 531-548, ici p. 544-545.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.