La Bible latine et les versions anciennes de la Bible

Pour bien comprendre la Bible latine, il est nécessaire de se reporter aux éditions de référence ainsi qu’aux versions des langues originelles (araméen, hébreu et grec) et aux autres traductions non latines du texte biblique . L’article propose un Guide pratique des éditions et versions anciennes du texte biblique.

version mise à jour le 23 août 2019

Les éditions de la Bible latine et les versions anciennes de la Bible

Martin Morard

Les éditions de la Bible latine et les versions anciennes de la Bible. 1

Avertissement. 1

  1. Vetus latina. 1
  2. Vulgate Editio maior (édition critique avec apparat du texte développé) : 2

Ancien Testament. 2

Nouveau Testament. 2

  1. Vulgate Editio minor. 3

Ancien Testament. 3

Nouveau Testament : deux éditions différentes et complémentaires. 3

  1. Troisième et Quatrième livre d’Esdras (omis par l’editio maior) : 3
  2. Vetus latina hispana. 3

5.1 Bibles corrigées du XIIIe siècle et bibles ‘universitaires’ 3

5.2 Critique textuelle, correctoires et versions de la Bible au Moyen-Âge central 4

  1. Les bibles ‘atlantes’ 5
  2. Autres éditions en ligne. 6
  3. La Neo-Vulgate. 6
  4. Versions non latines. 6

Editions de référence. 6

Versions juxta linéaires. 6

Autres sites. 6

Avertissement

A lire absolument comme introduction générale :

Bogaert, Pierre-Maurice, “La Bible latine des origines au moyen âge. Aperçu historique, état des questions”, RTL 19 (1988) 137-159; 276-314.

0.     Vetus latina

Edition critique => liste des volumes : VETUS LATINA Die reste der Altlateinischen Bibel

  • org : ressources bibliographiques et liens vers de nombreux manuscrits en ligne
  • Vetus latina 12/1. Esaias 1 :1-14 :13 Roger Gryson. 1987-1990
  • Esaias 1:22 – 5:7. Roger Gryson. 1987
  • Esaias 5:8 – 7:14. Roger Gryson. 1988
  • Esaias 7:14 – 10:19. Roger Gryson. 1989
  • Esaias 10:20 – 14:13. Roger Gryson. 1990
  • Esaias 14:13 – 22:5. Roger Gryson. 1991
  • Esaias 22:5 – 26:20. Roger Gryson. 1991
  • Esaias 26:20 – 30:15. Roger Gryson. 1991
  • Esaias 30:15 – 35:5. Roger Gryson. 1993
  • Esaias 35:3 – 39:9. Roger Gryson. 199312/2. Esaias 40-66
  • Esaias 40:1 – 41:20. Roger Gryson. 1994
  • Esaias 41:21 – 44:4 Roger Gryson. 1994
  • Esaias 44:5 – 46:13. Roger Gryson. 1995
  • Esaias 46:13 – 50:3. Roger Gryson. 1995
  • Esaias 50:4 – 53:3. Roger Gryson. 1996
  • Esaias 53:3 – 54:17. Roger Gryson. 1996
  • Esaias 54:17 – 58:8. Roger Gryson. 1996
  • Esaias 58:8 – 61:10. Roger Gryson. 1997
  • Esaias 61:10 – 65:23. Roger Gryson. 1997
  • Esaias 65:23 – 66:24. Roger Gryson. 1997
  • 1-19 (VL 11/2)
  • 20-24 (VL 11/2)
  • H. A. G. Houghton, The Latin New Testament. A Guide to its Early History, Texts and Manuscripts, Oxford, 2016.

1. Vulgate  Editio maior (édition critique avec apparat du texte développé) :

Cf. J. Gribomont, « Les éditions critiques de la Vulgate », Studi Medievali, 2 (1961), p. 363- 377.

Ancien Testament

* Biblia sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem iussu Pii P. XI-Ioannis Pauli II, ed. monachorum abbatiæ pontificiæ Sancti Hieronymi in Urbe OSB, 17 vol., Typis Polyglottis Vaticanis, Romæ, 1926-1987.

Nouveau Testament

* [Edition ‘Wordsworth-White’] : Novum testamentum domini nostri Iesu Christi latine secundum editionem sancti Hieronymi, Johannes Wordsworth et Henricus Iulianus White ed., Oxford, 1889-1954:

ATTENTION : seule cette édition fait référence par le nombre des témoins collationnés ; l’édition manuelle (Edminor.) en 1 volume ne propose que des apparats fortement allégés.  Voir ci-après

2. Vulgate Editio minor

Ancien Testament

[Texte de la Vulgate hiéronymienne du 5e siècle reconstitué. ATTENTION : le psautier hexaplaire n’est pas indexé].

Nouveau Testament : deux éditions différentes et complémentaires

3. Troisième et Quatrième livre d’Esdras (omis par l’editio maior) :

4. Vetus latina hispana

5.1 Correctura parisina : bibles corrigées du XIIIe siècle et bibles à la mode de Paris, Bible de l’université de Paris

Pour le Nouveau Testament, les manuscrits tardifs, principalement Ω de l’Edition critique de la Vulgate, ne sont pas collationnés par les éditions critiques imprimées (Wordsworth, Weber). On trouve des collations partielles de plus en plus systématiques sur le site  http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php qui associe à la Glose le texte biblique de l’édition Rusch (1480) collationné avec des manuscrits témoins des versions de la fin du Moyen Âge qu’on appelle parfois «  Bible Parisienne » ou « Universitaire » par abus de langage, parce que ces textes – en continuelle révision – sont issus des corrections franciscaines et dominicaines entreprises dans le contexte du développement des universités à partir du second tiers du 13e siècle.

  • 12e-15e siècleΩ Bible parisienne ou bible universitaire : inédit. L’édition en cours de la  Glose ordinaire est accompagnée d’un texte biblique qui reconstitue le texte en usage avant 1481 avec une sélection de variantes permettant d’identifier les variations du texte biblique entre le 12e et le 15e siècle (consulter les variantes signalées en note ; moteur de recherche)
  • 1452-1455: Bible à 42 lignes : Biblia vulgata, Gutenberg, 42 lin., Mainz, 1455,

Sur l’histoire de cette édition et de ses exemplaires : E. White, Editio princeps: A History of the Gutenberg Bible, Turhout, 2017 (Harvey Miller Studies in the History of Culture)

!! texte plus proche des versions en circulation à partir du 13e siècle (Bible parisienne, Bible universitaire) : texte interrogeable sur le site http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php

5.2 Critique textuelle, correctoires et versions de la Bible au Moyen-Âge central

Pour une initiation  :

  • Denifle 1888 : Heinrich Denifle, « Die Handschriften der Bibel-Correctorien des 13. Jahrhunderts », Archiv für Litteratur und Kirchengeschichte des Mittelalters, 4 (1888), p. 263-311, 471-601 [étude fondatrice et encore indépassée].
  • Linde 2013 : Linde Cornelia, How to Correct the Sacra Scriptura? Textual Criticism of the Bible between the Twelfth and Fifteenth Century, Oxford, 2012 (Medium Aevum Monographs, 29) [Parcours cavalier et synthétique fort utile pour entrer dans la problématique]
  • Light1984 : Laura Light, « Versions et révisions du texte biblique », in Le Moyen Age et la Bible, Paris, 1984, p. 55-94 ;
  • Light1994 : Laura Light, « French Bibles c. 1200-1230 : a new look at the origin of the Paris Bible », dans Gameson (Richard, éd.), The Early Medieval Bible: Its Production, Decoration and Use (Cambridge Studies in Palaeography and Codicology), Cambridge, Cambridge University Press., 1994, 155-176.
  • Pour approfondir : se reporter aux études de Gilbert Dahan citées infra

Editions :

  • Nicola Maniacoria : voir infra
  • Correctoires du 13e siècle : outre les apparats de l’editio maior de la Vulgate, se reporter aux apparats du texte biblique édité dans Gloss-e qui incluent la collation intégrale de livres bibliques des correctoires Sorbonne 1, Sorbonne 2, Guillaume de Mara, bible de St-Jacques (ΩJ) etc. Nombreux sondades dans les études de Gilbert Dahan citées ci-dessous.

12e siècle :

  • Libellus de corruptione et correptione Psalmorum, V. Peri, «Correctores immo corruptores. Un saggio di critica testuale nella Roma del xii secolo», Italia Medioevale e Umanistica 20 (1977), 88-125.
  • Mercati1898 :Mercati (Giovanni), art. « Maniacoria Nicola. (Manjacoria, Manicoria, Mangiacoze, Maniccutius, Magnacucius ?) », Dizionario bibliografico degli scrittori italiani, Serie I, n. 4, Socità bibliografica italiana, Milano 1898, [repris dans , Opere Minori, t. 2 (1897-1902), Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1937 (Studi e Testi, 77), p. 48-49].
  • Weber1953: Weber (Robert), «Deux préfaces au Psautier dues à Nicolas Maniacora», RBén. 63 (1953), 3-17.
  • Peri1962 : Peri (Vittorio), « Notizia su Nicola Maniacutia autore ecclesiastico Romano del xii secolo », Ævum 36 (1962), 534-538.
  • Peri1967 : Peri (Vittoro), « Nicola Maniacutia : un testimone della filologia romana del xii secolo », Ævum 41 (1967), 67-90.
  • Weber1975: Weber (Robert),  « Un nouveau manuscrit de la révision du psautier Iuxta hebræos due à Nicolas Maniacoria », RBén. 85 (1975), 402-403.
  • Peri1977 : Peri (Vittoro), « Correctores immo corruptores : un saggio di critica testuale nella Roma del xii secolo », Italia Mediœvale e Umanistica 20 (1977), 19-87.

13e siècle  :

  • Dahan1992 : G. Dahan, « La connaissance de l’hébreu dans les correctoires de la Bible du xiiie siècle. Notes préliminaires», Revue théologique de Louvain, 23 (1992), p. 178-190 [repris dans Rashi, 1040-1090, hommage à E. Urbach, 4e congrès européen d’études juives, textes édités par G. Sed-Rajna, 1994, p. 567-578].
  • Dahan 1997 : G. Dahan, « La critique textuelle dans les correctoires de la Bible du XIIIe siècle », dans Langages et philosophie : hommage à Jean Jolivet, dir. A. de Libera, Abdelali Elamrani-Jamal, Alain Galonnieri, Paris, 1997, p. 365-392.
  • Dahan 1999 : G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIeXIIIe , Paris, 1999, p. 161-238
  • Dahan 2004A : «Sorbonne II. Un correctoire biblique de la seconde moitié du XIIIe s.», dans La Bibbia del XIII secolo. Storia del testo, storia dell’esegesi, 2004, p. 113-153.
  • Dahan 2004B : Gilbert Dahan, «Les textes bibliques dans le lectionnaire du ‘Prototype’ de la liturgie dominicaine», dans Boyle-Gy 2004, p. 159-182.
  • Dahan 2005: G. Dahan, “Les éditions des commentaires bibliques de saint Thomas d’Aquin : leur apport à la connaissance du texte de la Bible au XIII siècle”, Revue des sciences philosophiques et théologiques, 89, 2005, p. 9-15.
  • Dahan 2006 : Gilbert Dahan, «La méthode critique dans l’étude de la Bible (XIIe-XIIIe s.) », dans La méthode critique au Moyen Âge, 2006, p. 103-128.
  • Dahan 2006 : G. Dahan, «La méthode critique dans l’étude de la Bible (XIIe-XIIIe s.) », dans La méthode critique au Moyen Âge, Turnhout, 2006, p. 103-128.

6. Les bibles ‘atlantes’

Pas de texte édité mais de nombreuses études.

  • Maniaci (Marilena), Orofino (Giulia), dir., Le Bibbie Atlantiche: il libro delle Scritture tra monumentalità e representazione, Milano, 2000.
  • ……

6. Autres éditions en ligne

moteur de recherche Vulsearch : très pratique mais incomplet (manque une partie des deutérocanoniques et le Psautier gallican (iuxta LXX). A utiliser pour identifier les références, mais à éviter quand il faut citer le texte en usage avant le concile de Trente.

!!! Le texte latin du psautier est exclusivement celui du Psalterium iuxta hebreos de saint Jérôme. Le moteur de recherche ne permet donc pas d’identifier les citations du Psautier gallican, pourtant le plus répandu. Pour celui-ci, on pourra se reporter à la version de l’editio minor en ligne sur Wikisource         :
http://la.wikisource.org/wiki/Biblia_Sacra_Vulgata_%28Stuttgartensia%29/Psalmi

7. La Neo-Vulgate

La Bible latine publiée sous le nom de “NOVA VULGATA Bibliorum sacrorum editio typica” publiée en 1979 sous l’autorité du pape Jean-Paul II n’a aucune utilité pour les études historiques de la Bible latine médiévale. Il  ne s’agit pas d’un témoin du texte médiéval de la Bible, mais plutôt d’un texte recomposé à partir des principes exégétiques et pastoraux modernes.

8. Versions non latines

Editions de référence

Versions juxta linéaires

Autres sites

  • Bible server : pour toute recherche dans toutes les versions non latine de la Bible (hébreu, Septante, langues vernaculaires). La Vulgate Sixto Clémentine [version Colunga Turrado, Madrid, 1946 y est amputée des livres et passages deutérocanoniques notamment du Siracide ( ? consultation du 11.8.2017)], Attention les graphies des noms propres ont été normalisées et modernisées.

!! La recherche ne tient pas compte de la ponctuation.

!! Remplacer les diphtongues par une astérisque : « *dificabitur » = aedificabitur

Citer ce billet : Martin Morard, "La Bible latine et les versions anciennes de la Bible", dans Sacra Pagina, 11/10/2017, https://big.hypotheses.org/771, consulté le 17/09/2019.
dernière mise à jour : 23.08.2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.