Quelques définitions

Vous trouverez ici l’explication  de quelques termes techniques parfois mal compris mais fréquemment utilisés à propos de la Bible médiévale et de ses gloses.

  • Aperture :

Par aperture (en italien apertura), nous entendons l’espace occupé par le texte d’un cahier ouvert, comprenant côte à côte le verso du feuillet de gauche et le recto du feuillet de droite. Le terme rend compte avec exactitude de la façon dont les lecteurs médiévaux abordaient visuellement le livre, non en fonction d’une collation matérielle des feuillets, mais on fonction de la globalité de l’espace écrit. . Les usages médiévaux envisagent le livre ouvert,  plutôt que feuillet par feuillet. Ils semblent ignorer la distinction entre feuillet recto et feuillet verso. Faute d’en avoir conscience, nous peinons souvent à retrouver les passages référencés dans les index et tables manuscrites anciennes, conçues en fonction la totalité de l’espace écrit offert au regard lorsque le livre est ouvert. Les numéros de feuillets n’y renvoient pas seulement au contenu du recto des feuillets, mais à tout le texte qui se trouve sur l’aperture (f. XXIX = f. XXVIII verso + f. XXIX recto).  La numérotation placée par les systèmes médiévaux de référence dans le coin supérieur gauche des versos des feuillets ou, peut-être plus rarement et plus tardivement, dans le coin droit des rectos, ne signe pas les feuillets mais l’intégralité du champ textuel accessible lorsque le livre est ouvert. Un autre indice de cette approche globale est certaines mises en pages de livres bibliques glosés qui centrent la colonne de texte biblique de part et d’autre de la marge de couture et rejettent l’espace réservé au commentaire dans la partie extérieure des feuillets. Voir ici : lemme en 2 colonnes centré sur l’aperture (vulgarisée par les versions glosées de la Glossa media). Elle est révélatrice d’u  rapport à la page différent du nôtre, non pas latéralisé mais centré. Ces remarques, faites au fil de nos consultations de manuscrits, demanderaient une étude approfondie qui classerait, daterait et localiserait les différents systèmes de foliotations anciennes jusqu’à l’apparition du système de foliotation actuellement en vigueur. La foliotation moderne, qui consiste à numéroter les feuillets distingués en rectos et versos, est intrinsèquement liée à la collation des cahiers et à une approche codicologique et patrimoniale du manuscrit : les feuillets sont comptés et classés en fonction de la double orientation en recto et versos pour permettre la collation des cahiers et identifier les pertes éventuelles, tandis que la numérotation simple des apertures privilégie le rapport global au texte, tout comme la pagination continue, également appliquée aux manuscrits par les catalogueurs des 19e et 20e siècle de Saint-Gall et du Mont-Cassin (entre autres). –  Aperture est curieusement omis par Denis Muzerelle, Vocabulaire de codicologique : répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits. Paris, 1985 et de ses traductions.  [M. Morard 15.1.2022]

  • Bible de poche (bibia tascabili)
  • Bible atlante / atlantique

Bible de très grand format copiées surtout entre le milieu du 11e siècle et le 12e siècle, principalement dans le contexte de la Réforme grégorienne. Attention, toute bible de grand format n’est pas une bible atlante. Pour en savoir plus : projet de l’université de Genève . Bible atlante de la cathédrale de Sion (Suisse): images. Bible atlante de Genève : images

  • Gloses sur la Bible et Bible glosée

Il importe de ne pas confondre “gloses sur la Bible” et “Bible glosée”.

Dans la terminologie moderne, on appelle “gloses sur la Bible” ou “gloses sur tel livre” (Gloses sur les Psaumes) tout recueils de commentaires portant sur un ou plusieurs livre de la Bible, à l’exclusion des livres glosés proprement dits :

On appele “Bible glosée” ou “Tel livre glosé” (Psautier glosé, Job glosé) tout manuscrit  dans lequel le texte du livre de la Bible est intégralement reproduit et accomlpagné de commentaires ou gloses dans les marges et/ou entre les lignes.

Au Moyen-Âge, les bibliothécaires et rédacteurs de catalogues peuvent qualifier indifféremment de “Livre glosé” des ouvrages qui ne contiennent que des commentaires sans texte biblique. Par exemple “Psalterium glosatum” peut désigner un commentaire des Psaumes en deux colonnes sans aucune mise en page caractéristique de ce que les historiens appellent aujourd’hui des livres glosés. Pour plus de clarté, il serait utile de réservé l’expression “tel livre glosé” (par exemple “Matthieu glosé”) aux manuscrits où le texte biblique est intégralement reproduit et distingué visuellement du texte des commentaires ajoutés.

  • Glose interlinéaire

Gloses, généralement courtes, disposées entre les lignes du texte biblique d’un “livre biblique glosé”*.

N.B. : Pour les textes brefs ou de taille moyenne, les “gloses interlinéaires”* et les “gloses marginales”* peuvent être recopiées indifféremment, d’un manuscrit à l’autre, soit dans les marges, soit entre les lignes.

Nom donné à la Glose de Gilbert de Poitiers (+1154)

Synonyme de la Glose de Pierre Lombard (+1160) ou de la Glose de Laon (chez Etienne Langton, probablement pour des raisons de format).

  • Glose marginale

Texte disposé dans les marges, sur un ou plusieurs côtés du texte biblique.

N.B. : Pour les textes brefs ou de taille moyenne, les “gloses interlinéaires”* et les “gloses marginales”* peuvent être recopiées indifféremment, d’un manuscrit à l’autre, soit dans les marges, soit entre les lignes.

  • Glose ordinaire

L’expression « glose ordinaire » est ambigüe. Selon les périodes, le Moyen Âge l’applique aussi bien aux deux gloses de Pierre Lombard  sur les Psaumes et saint Paul qu’aux postilles de Nicolas de Lyre, selon les périodes et les époques. Ainsi l’expression “Glosa ordinaria abreviata” désigne au XVe siècle la Glose de Laon, parce qu’à cette époque la Glose de Pierre Lombard, qui a intégré l’essentiel de l’apport textuel de la Glose de Laon, a le statut de glose ordinaire.  Quant ils veulent être précis, les auteurs du XIIe siècle préfèrent parler de Glosa Anselmi.

synonyme de Glose ordinaire, Glose d’Anselme de Laon ou… d’un petit volume glosé !

  • Lemme

Séquence de mots qui font l’objet d’un commentaire. Dans les manuscrits médiévaux, les lemmes commentés sont souvent soulignés d’un trait ou copiés à l’encre rouge. Dans les manuscrit de la Bible glosés, le lemme est parfois reproduit à l’intérieur des fragments de la glose.

  • Paratexte

Ensemble des indications d’aide à la lecture qui permettent au lecteur de se repérer dans le texte : titres, rubriques, manchettes, numérotations de livres et de chapitres, titres-courants, identifications marginales d’auteurs cités, etc.

  • Scolies ou scholies

Notes ou commentaires brefs, ajoutés de seconde main dans les marges d’un manuscrit glosé de la Bible (ou d’un autre texte de référence). Généralement rédigées dans un contexte scolaire et/ou destinées à l’enseignement, elles témoignent plus ou moins directement d’une explication professée au sujet de ce livre. Les  exemplaires de la Magna glosatura contiennent souvent des scolies marginales denses, parfois par plusieurs mains successives.  On observera que les scolies à l’encre sont parfois des mises au propre de notes prises à la mise de plomb dans les marge d’un exemplaire glosé, puis effacées pour être recouvertes à leur tour par d’autres scolies. La première scolie est recopiée à l’encre dans l’espace libre le plus convenable puis effacée. La seconde est écrite dans l’espace libéré, et ainsi de suite. Ce phénomène a donné lieu a des erreurs, des pertes ou des déplacements de texte dans des contextes inappropriés. Voir de nombreux exemples dans notre inventaire sommaire des manuscrits de la Bible glosée (work in progress). Chercher “cum scoliis”.

Dans cette acception précise, le terme de scolie  est une expression moderne. Elle n’a pas cours dans la bibliothéconomie et le lexique médiévaux. A la fin du 12e siècle et au 13e siècle, les marges des manuscrits glosés sont préparées pour la copie de scolies. Celles-ci font parfois l’objet de collections, copiées à part sans texte biblique ni gloses. Elles prennent alors le nom de “notules” (notulae) ou de “gloses” (glossae), voire de distinctions (“distinctiones”), même si ce  dernier terme  désigne aussi un genre autonome de textes exégétiques.

Citer ce billet : Martin Morard, "Quelques définitions", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/865, version du 27/11/2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search