Le projet CATENA AUREA ELECTRONICA

Catena aurea electronica  est un projet original conçu et dirigé par  Martin Morard (CNRS – IRHT) avec la collaboration de Giuseppe Conticello (CNRS – LEM) et de chercheurs associés, dans le cadre du projet SACRA PAGINA (édition électronique des gloses de la Bible latine)

Depuis 2010, un des programmes scientifiques collaboratifs du Laboratoire d’excellence HASTEC (Histoire et antropologie des savoirs, techniques et croyances) est consacré à l’étude de la pratique du commentaire comme lieu de transmission, d’élaboration et d’évolution des savoirs, des croyances, des techniques.

Pour répondre à ces objectifs, le projet « Catena aurea electronica » entend apporter aux historiens, aux éditeurs de textes, aux théologiens et à ceux qui lisent la Catena en tant que croyants, les moyens d’une approche scientifique et critique de cette œuvre hors du commun.

L’idée s’est donc imposée, à la suite d’une longue réflexion entamée par feu Louis-Jacques Bataillon (Commission léonine), et Giuseppe Conticello (CNRS), d’une édition scientifique qui mettrait provisoirement de côté la problématique philologique de l’établissement du texte critique, et, sur la base de quelques manuscrits choisis, se concentrerait sur l’identification des sources, grâce à la publication au cours du XXe siècle d’éditions critiques d’une grande partie des auteurs utilisés par Thomas.

Responsables  scientifiques : Giuseppe Conticello (sources grecques), Martin Morard (sources latines)

Ingénieur : Fabio Gibiino (EPHE Labex HASTEC)

Comité scientifique : Anne-Catherine Baudoin (AOROC) ; Marie-Odile Boulnois (EPHE-LEM) ; Giuseppe Conticello (CNRS-LEM), Martin Morard (CNRS-IRHT), Jacques Noret (Institute for Early Christian and Byzantine Studies, KU Leuven)

Objectif et délivrables : Identification critique des sources, établissement d’un texte corrigé à partir de manuscrits de référence (sélection) et publication en ligne d’une édition provisoire de la plus importante chaîne exégétique latine des quatre évangiles (environ 12300 citations).

Délivrables en ligne : https://big.hypotheses.org/catena-aurea (édition de travail, work in progress, dernière mise à jour 18.12.2017)

Thématiques et domaines concernés : pratiques du commentaire, construction et traitement de l’autorité textuelle dans les systèmes religieux issus des monothéismes ; exégèse médiévale de la Bible, réception des auteurs grecs et byzantins en domaine latin, Thomas d’Aquin.

Une édition critique intégrale de la Catena aurea  ne fait pas partie de nos objectifs immédiats.

Cependant, l’établissement critique des sources de la Catena aurea s’impose en raison des enjeux scientifiques de son étude :

  • relations entre Orient et Occident
  • construction de la culture occidentale au Moyen Âge central et à la Renaissance
  • réception des auteurs de l’Antiquité tardive,
  • connaissance des langues et des textes anciens au Moyen Âge
  • exégèse médiévale
  • pratique du commentaire
  • la construction et le traitement de l’autorité textuelle dans les systèmes religieux issus des monothéismes

Le projet a trois objectifs :

  1. identifier systématiquement les sources de la Catena d’après les meilleures éditions et les données de la recherche scientifique récente ;
  2. offrir au public scientifique une édition de la Catena aurea annotée, disponible en ligne, progressivement collationnée sur une sélection de manuscrits choisis.
  3. permettre des recherches croisées avec d’autres corpus de gloses et chaînes latines du Moyen-Âge à commencer par la Glose ordinaire.

La méthode adoptée repose sur les principes suivants :

  • appliquer une feuille de style commune à la Glose et à la Catena qui permette de visualiser le travail rédactionnel des glossateurs (passages ajoutés, omis, réécrit, reproduits littéralement) ;
  • considérer chaque sentence attribuée à une autorité explicite par la Catena comme une sous-unité ecdotique indépendante, identifiée par un numéro d’ordre (provisoire), composée d’un texte de référence, d’un apparat des sources et d’un apparat du texte ;
  • travailler dans un premier temps à partir de l’édition la plus répandue (Marietti, Turin, 1953), puis, à chaque fois que la recherche des sources révèle un écart important entre la Catena et l’édition de la source, contrôler l’exactitude de l’édition Marietti en la collationnant au moins sur un témoin de référence de la tradition universitaire.
  • répartir le travail d’identification des sources entre les membres d’une  équipe, chacun responsable d’un ou de plusieurs auteurs ;
  • procéder auteur par auteur de façon systématique sur toute l’étendue de la Catena ;
  • reproduire le texte intégral des sources, sous forme de notes d’apparat, à partir de la meilleure édition (ou à défaut, de manuscrits) ;
  • autant que possible, on signalera les références aux autres oeuvres de Thomas d’Aquin dans lesquelles celui-ci cite (explicitement ou non) les autorités et les sentences des Pères à partir de la Catena (lieux parallèles).
  • mettre en ligne les résultats de ces identifications au fur et à mesure de leur avancement et sans attendre l’achèvement du projet afin de susciter des retours et de faciliter le travail collectif de recherche des meilleures solutions éditoriales.

Le projet « Catena aurea electronica » se veut

  • collaboratif: il rassemble des chercheurs du LABEX HASTEC, de l‘IRHT, du LEM, de l’EPHE, de l’Ecole normale supérieure de Paris ; il bénéficie de l’infrastructure et de la collaboration de l’IRHT, de co-financements extérieurs au Labex comme l’Equipex Biblissima du campus Condorcet qui assurera la gestion du site de valorisation et d’édition numérique Glossae.net.
  • pluri-annuel: la durée de réalisation du projet dépendra de ses moyens financiers et du nombre de collaborateurs bénévoles et contractuels qu’il pourra mobiliser
  • ambitieux en raison du défi technologique (édition électronique), méthodologique, scientifique et quantitatif : environ 16000 fragments
  • innovant :
  • travail scientifique inédit, encore jamais entrepris pour la Catena en raison de son ampleur
  • travail en réseau permettant à plusieurs collaborateurs de travailler sur un seul et même fichier amendé par plusieurs collaborateurs qui ont chacun une tâche spécifique (identification des citations de tel auteur, collation de tel manuscrit, etc.)
  • valorisation électronique qui oblige à une réflexion créative en vue de l’encodage TEI.
  • publication évolutive et par étape sur le site Glossae.net : on attend plus que tout le travail soit achevé pour le mettre à disposition du public, mais au fur et à mesure de la validation des étapes intermédiaires (texte brut > texte structuré > texte collationné sur un puis deux manuscrits, identification des sources effectuée par auteur et non selon l’ordre du texte biblique)
  • le projet expérimente donc un nouveau mode de valorisation des acquis de la recherche qui table sur un certain pragmatisme en permettant au public de bénéficier du travail effectué au fur et à mesure de son évolution. Ce travail ne remplace pas l’édition critique, il la prépare et réduit les délais souvent désespérant que la philologie classique impose.

Institutions partenaires : Laboratoire d’Excellence HASTEC , PSL Research University Paris,  CNRS (IRHT – LEM)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *