Le projet CATENA AUREA ELECTRONICA

Catena aurea electronica  est un projet original conçu et dirigé par  Martin Morard (CNRS – IRHT) avec la collaboration de chercheurs associés, dans le cadre du projet Gloss-e (édition électronique des gloses de la Bible latine)

Ont collaboré à ce jour :  Anne-Catherine Baudoin, Marie-Odile Boulnois, Giuseppe Conticello, Adele Di Lorenzo, Fabio Gibiino, Martin Morard

Depuis 2010, le programme Gloss-e (édition électronique de la Glose ordinaire de la Bible et des corpus associés) est un des programmes scientifiques collaboratifs pluriannuel du Laboratoire d’excellence HASTEC (Histoire et antropologie des savoirs, techniques et croyances)  consacré à l’étude de la pratique du commentaire comme creuset de la réception médiévale et moderne de la Bible en ses traditions.

Dans ce contexte, le projet « Catena aurea electronica » entend apporter aux historiens, aux éditeurs de textes, aux théologiens et à ceux qui lisent la Catena en tant que croyants, les moyens d’une approche scientifique et critique de cette œuvre hors du commun qui organise au fil du texte des évangiles quelque 12837 sentences d’auteurs ecclésiastiques et de Pères latins et grecs.

L’idée s’était imposée, à la suite d’une longue réflexion entamée par feu Louis-Jacques Bataillon (Commission léonine) et Giuseppe Conticello qui avait soutenu sa thèse sur le Prologue de Jean en 1990, de procurer une édition scientifique qui mettrait provisoirement de côté la problématique philologique de l’établissement du texte critique et se concentrerait sur l’identification des sources. On pensait pouvoir se contenter de renvoyer à la tradition directe des autorités déclarées, en gardant comme texte de base l’édition Marietti (Turin 1953).

Deux présupposés inexacts ont sans doute influencé ces choix. Nous n’en étions pas indemnes :  Thomas citerait ses sources de première main et les chaînes grecques procureraient des citations exactes des Pères grecs.

Mis à l’épreuve des textes, ce projet d’édition minor a peu à peu évolué vers celui d’une editio maior en format électronique.

Le travail est mené avec l’aide ciblée d’ingénieurs et de collaborateurs scientifiques. Martin Morard en assume seul la responsabilité scientifique. Le puissant secours des ressources numériques, sans rien enlever aux exigences de la critique textuelle éprouvée et aux labeurs d’un travail harassant, permet d’entreprendre avec sérénité un chantier que peu avaient eu l’audace d’entreprendre jusqu’ici. Seul  le dominicains Antoine de Sienne en 1571 avait associé une recherche systématique des sources à une confrontation intégrale du texte de la Catena avec celui de quelques manuscrits et incunables. Parmi ces derniers, celui de 1475C (Eisslingen),  plus proche de la tradition manuscrite parisienne que les autres éditions incunables,  a contribué à faire de l’édition de 1571 une des meilleures parmi la centaine que nous avons pu recenser. En 1657, Jean Nicolaï en reprend le texte, qu’il modifie ponctuellement à partir de sa lecture des sources. Avant lui l’édition Piana de saint Pie V (Ed1570) avait déjà procédé de la sorte, mais sans y attirer l’attention par des notes ou des commentaires. Nicolaï a surtout eu le mérite d’enrichir l’apparat des sources grâce à l’exploitation d’un exemplaire partiel  de la chaîne grecque de Nicétas d’Héraclée sur Luc (chapitres 1 à 12), mis à sa disposition par le cardinal de  Richelieu (aujourd’hui Paris, BnF, grec 208) et principale pourvoyeuse des sources grecques de la Catena sur Luc.  L’édition de Nicolaï a été sommairement  mise au diapason de la Patrologie de Migne et du texte de Marietti par l’édition de Bologne (2006-2016). Nicolaï avait été excessivement décrié en raison de faiblesses patentes et d’erreurs de méthode qu’il partage avec tous les éditeurs anciens, y compris Combefis, son détracteur le plus féroce . Les critiques passionnées de ce dernier, aveuglé par le zèle amer du jansénisme,  ont tué la réputation philologique de Nicolaï, accusé de molinisme, conduisant De Rubeis en 1745-1745 (editio veneta secunda), sous prétexte de rigueur historique, à renoncer aux corrections et aux leçons les plus pertinentes de Nicolaï et faire des choix critiques à rebours du bon sens. Repris par l’édition Marietti, les choix de De Rubeis, fréquemment infirmés par la tradition manuscrite, ont plombé le texte de la Catena jusqu’à l’Index thomisticus et au Corpus thomisticum, diffusant de façon virale sur internet un texte qui cumule les erreurs des plus mauvaises éditions imprimées.

Prenant acte de ces observations, il a fallu aussi mettre à profit une nouvelle compréhension du rapport de Thomas aux sources, de ses méthodes de travail  et du statut herméneutique et théologique de la Catena révélé à la lumière de l’édition électronique de la Glose ordinaire.  Il était notamment devenu impossible de faire l’impasse  (même provisoirement) sur les textes directement exploitées par Thomas. Autant, et parfois plus que la tradition directe des autorités explicitement citées, la tradition indirecte des auteurs cités (gloses, recueils de sentences, chaînes grecques) et l’apport propre des caténistes sont souvent la clé de compréhension de la rédaction des sentences et des traductions du grec. L’enjeu est de connaître ce que Thomas doit à ses sources et dans quelle mesure il réécrit et modifie les textes exploités.  

Ce changement de cap implique la mise au point d’une méthodologie et  un travail sur le temps long qui nécessite de revenir souvent, au fil des collations, sur les sources identifiées. La compréhension de la fabrique de la Catena exige la mise à plat d’influences textuelles croisées – latines et grecques – et l’analyse détaillées des traductions effectuées.  On a donc choisi de donner à lire en regard du texte édité le texte grec et latin des sources présentées dans leur étagement chronologique. Il a fallu aussi mettre en évidence les expressions modifiées et celles qui sont reprises exactement, indiquer les interventions de Thomas et la réorganisation de l’ordre des propositions empruntées. Certains sources majeures n’existent encore que sous forme manuscrite. D’autres, bien qu’imprimées, doivent être confrontées à leur tradition manuscrite.

Les apparats sont donc conçus pour raconter l’histoire de la réception de la Catena. L’identification des sources est  indissociable de l’établissement du texte et réciproquement. Le choix initial d’un manuscrit de référence est maintenu, mais les leçons de Marietti infirmées par la concordance du texte critique des sources avec le manuscrit de référence sont corrigées et signalées  (astérisque après l’appel de note). Les leçons variantes du manuscrit de référence sont confrontées à d’autres témoins manuscrits et imprimés de manière à procurer un texte médiéval restauré et consolidé, mis à disposition du public sinon encore au fil de l’avancement des travaux, du moins par étape et sans attendre la collation intégrale de tous les témoins (environ 100 manuscrits par évangile et autant d’éditions). A ce stade – provisoire, on l’aura compris – de la restauration du texte, seules les sentences problématiques contenant des « lieux critiques majeurs » font l’objet de collations sur une sélection de témoins étendue jusqu’à ce qu’il soit possible de situer l’origine de la bifurcation par rapport au philum initial.  L’objectif est de permettre au lecteur de comprendre à partir de quand et de quels témoins le texte a été modifié, infléchissant la réception des Pères véhiculée par la Catena, réception qui se suit à la trace, grâce à la présence de ces particularités textuelles dans les oeuvres des prédicateurs, des théologiens et des compilateurs jusqu’au 20e siècle.

Responsables  scientifiques : Martin Morard

Comité scientifique : Anne-Catherine Baudoin (AOROC) ; Marie-Odile Boulnois (EPHE-LEM) ; Giuseppe Conticello (CNRS-LEM), Martin Morard (CNRS-IRHT), Jacques Noret (Institute for Early Christian and Byzantine Studies, KU Leuven)

Objectif et délivrables : Identification critique des sources, établissement d’un texte corrigé à partir de manuscrits de référence (sélection) et publication en ligne d’une édition provisoire de la plus importante chaîne exégétique latine des quatre évangiles (environ 12837 sentences).

Délivrables en ligne : https://big.hypotheses.org/catena-aurea (édition de travail, work in progress, dernière mise à jour 18.12.2019)

Thématiques et domaines concernés : pratiques du commentaire, construction et traitement de l’autorité textuelle dans les systèmes religieux issus des monothéismes ; exégèse médiévale de la Bible, réception des auteurs grecs et byzantins en domaine latin, Thomas d’Aquin.

Enjeux scientifiques majeurs de l’établissement critique des sources de la Catena aurea  :

  • relations entre Orient et Occident
  • construction de la culture occidentale au Moyen Âge central et à la Renaissance
  • réception des auteurs de l’Antiquité tardive,
  • connaissance des langues et des textes anciens au Moyen Âge
  • exégèse médiévale
  • pratique du commentaire
  • la construction et le traitement de l’autorité textuelle dans les systèmes religieux issus des monothéismes

Le projet a trois objectifs :

  1. identifier systématiquement les sources de la Catena d’après les meilleures éditions et les données de la recherche scientifique récente ;
  2. offrir au public scientifique une édition de la Catena aurea annotée, disponible en ligne, progressivement collationnée sur une sélection de manuscrits choisis.
  3. permettre des recherches croisées avec d’autres corpus de gloses et chaînes latines du Moyen-Âge à commencer par la Glose ordinaire.

La méthode adoptée repose sur les principes suivants :

  • appliquer une feuille de style commune à la Glose et à la Catena qui permette de visualiser le travail rédactionnel des glossateurs (passages ajoutés, omis, réécrit, reproduits littéralement) ;
  • considérer chaque sentence attribuée à une autorité explicite par la Catena comme une sous-unité ecdotique indépendante, identifiée par un numéro d’ordre (provisoire), composée d’un texte de référence, d’un apparat des sources et d’un apparat du texte ;
  • texte de base par défaut : Marietti, Turin, 1953, corrigé à partir de l’accord des sources et de la tradition manuscrite issue des exemplars parisiens du 13e siècle. Le texte des manuscrits de Linz appartient à une famille de la tradition manuscrite qui se distingue par sa proximité et sa cohérence avec les sources latines, mais aussi avec le texte des chaînes et sources grecques peu accessibles au Nord des Alpes et de ce fait peu susceptibles d’avoir servi à des interpolations tardives ou étrangères à la tradition native du texte de la Catena.
  • répartir le travail d’identification des sources entre les membres d’une  équipe, chacun responsable d’un ou de plusieurs auteurs ;
  • procéder auteur par auteur de façon systématique sur toute l’étendue de la Catena ;
  • reproduire le texte intégral des sources, sous forme de notes d’apparat, à partir de la meilleure édition (ou à défaut, de manuscrits) ;
  • <Loci paral.> autant que possible, on signalera les références aux autres oeuvres de Thomas d’Aquin dans lesquelles celui-ci cite (explicitement ou non) les autorités et les sentences des Pères à partir de la Catena (lieux parallèles).
  • mettre en ligne les résultats de ces identifications au fur et à mesure de leur avancement et sans attendre l’achèvement du projet afin de susciter des retours et de faciliter le travail collectif de recherche des meilleures solutions éditoriales.

Le projet « Catena aurea electronica » se veut

  • collaboratif: il rassemble des chercheurs du LABEX HASTEC, de l‘IRHT, du LEM, de l’EPHE, de l’Ecole normale supérieure de Paris ; il bénéficie de l’infrastructure et de la collaboration de l’IRHT, de co-financements extérieurs au Labex comme l’Equipex Biblissima du campus Condorcet qui assurera la gestion du site de valorisation et d’édition numérique Glossae.net.
  • pluri-annuel: la durée de réalisation du projet dépendra de ses moyens financiers et du nombre de collaborateurs bénévoles et contractuels qu’il pourra mobiliser
  • ambitieux en raison du défi technologique (édition électronique), méthodologique, scientifique et quantitatif : environ 16000 fragments
  • innovant :
  • travail scientifique inédit, encore jamais entrepris pour la Catena en raison de son ampleur
  • travail en réseau permettant à plusieurs collaborateurs de travailler sur un seul et même fichier amendé par plusieurs collaborateurs qui ont chacun une tâche spécifique (identification des citations de tel auteur, collation de tel manuscrit, etc.)
  • valorisation électronique qui oblige à une réflexion créative en vue de l’encodage TEI.
  • publication évolutive et par étape sur le site Glossae.net : on attend plus que tout le travail soit achevé pour le mettre à disposition du public, mais au fur et à mesure de la validation des étapes intermédiaires (texte brut > texte structuré > texte collationné sur un puis deux manuscrits, identification des sources effectuée par auteur et non selon l’ordre du texte biblique)
  • le projet expérimente donc un nouveau mode de valorisation des acquis de la recherche qui table sur un certain pragmatisme en permettant au public de bénéficier du travail effectué au fur et à mesure de son évolution. Ce travail ne remplace pas l’édition critique, il la prépare et réduit les délais souvent désespérant que la philologie classique impose.

Institutions partenaires : Laboratoire d’Excellence HASTEC , Equipement d’excellence Biblissima, PSL Research University Paris,  Académie des inscriptions et belles lettres, CNRS (IRHT – LEM – Centre Jean Pépin)

Citer ce billet : Martin Morard, "Le projet CATENA AUREA ELECTRONICA", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/921, version du 19/01/2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.