Les concordances bibliques d’Hugues de St-Cher

Petite synthèse sans prétention

627656201_MS0028_0005_N2.jpg

La première concordance verbale de la Bible[4], celle dite d’Hugues de St-Cher, fut produite à St. Jacques à l’intention des étudiants et des maîtres. Comme les Postilles, c’est un travail essentiellement communautaire et anonyme, réalisé ad utilitatem multorum. On ne peut préciser si Hugues en fut seulement l’instigateur ou s’il y prit une part active de direction et de travail. [5]. Sa composition était probablement bien engagée à la fin de sa régence (1235-6) et certainement achevée en 1247, puisque les postilles longues manuscrites n’utilisent qu’occasionnellement le sytème de référence alphabétique de la concordance[6], alors que nous pouvons constater son utilisation dans la Glose dominicaine.

627656201_MS0028_0006_N2.jpg
Saint-Omer, BM, ms. 28 (13e 3/3)

La première concordance verbale de la Bible[4], celle dite d’Hugues de St-Cher, fut produite à St. Jacques à l’intention des étudiants et des maîtres. Comme les Postilles, c’est un travail essentiellement communautaire et anonyme, réalisé ad utilitatem multorum. On ne peut préciser si Hugues en fut seulement l’instigateur ou s’il y prit une part active de direction et de travail. [5]. Sa composition était probablement bien engagée à la fin de sa régence (1235-6) et certainement achevée en 1247, puisque les postilles longues manuscrites n’utilisent qu’occasionnellement le sytème de référence alphabétique de la concordance[6], alors que nous pouvons constater son utilisation dans la Glose dominicaine.

Le principe des concordances bibliques qui nous paraît aujourd’hui évident ne l’était pas au 13è s. On distingue des concordances verbales ou lexicale (mot par mot)[1] et des concordances réelles ou thématiques (par sujet)[2]. Les concordances réelles sont anciennes, mais la concordance verbale fut pour ainsi dire inventée à St-Jacques sous la direction d’Hugues et ne prit son aspect actuel qu’au bout d’un demi-siècle, à la suite d’améliorations successives entreprises sous la poussée de la communauté pastorale et théologienne[3].

Méthode

Deux problèmes se sont posés pour la mise au point de la concordance : 1) la mise au point d’un système de référence 2) l’organisation du travail en équipe.

Le système de référence

Jusque tard dans le 13e siècle , la division en chapitre présente de nombreuses variations. On attribue traditionnellement au maître parisien Etienne Langton (+1228) la division actuelle en chapitre[7]. Celle-ci est loin d’être stabilisée avant le dernier quart du siècle. Notre système actuel de division en chapitres et versets ne fut définitivement mis au point qu’au XVIe s. par l’imprimeur Robert Etienne[8].

Pour localiser les passages avec plus de précision à l’intérieur des chapitres, les dominicains divisèrent chaque chapitre d’abord en 7 parties égales pour tous les chapitres, chacune désignée par une lettre de l’alphabet allant de A à G[9]. Le système est inspiré des divisions liturgiques mobiles des chapitres de la Bible en leçons, appliquées à la lecture continue de certaines parties de la Bible chez les moines (nocturnes de 4 leçons impliquant des divisions quaternaires)  les chanoines (nocturnes de 3 leçons impliquant des divisions ternaires).  Le système de divisions alphabétiques a déjà été appliqué à des textes non bibliques antérieurement aux concordances verbales dominicaines. Son application à la Bible avait l’ambition de proposer un référentiel biblique unifié qui perdura au-delà de la promulgation de la Bible Sixto-Clémentine pour certains textes.

Encore du travail d’équipe

On a retrouvé dans les reliures de concordances du XVe s. des fragments de la première concordance de St-Jacques en notes manuscrites qui montrent les étapes de la fabrication et attestent son caractère collectif : 1° extraction des mots ou familles de mots[10] sur feuilles détachées 2° cueillette des références sur des sortes de fiches 3° report de celles-ci par ordre alphabétique sur des cahiers correspondant à une portion de l’alphabet confié à la responsabilité exclusive d’un « ouvrier » différent.

Le résultat est une liste alphabétique de mots répartis sur 5 colonnes assortis de leurs références bibliques[11].

Cette concordance de première génération n’associait au lemme que sa référence sans mentionner le contexte immédiat du mot. Cette limite :

  1. explique l’usage et la circulation limités de la concordance en dehors de l’ordre dominicain. Elle n’était utilisable qu’à partir de bibles possédant le même système de référence.
  2.  souligne que la concordance fut conçue comme instrument de travail portable au service de la prédication itinérante. Elles sont conformes au format standart des livres et bibles des mendiants (approximativement : notre format A/4[12]). C’est en effet sur la rédaction des sermons et de distinctiones que les concordances verbales eurent le plus d’impact, comme l’atteste le recours à leur système de référence.
  3. montre que les concordances verbales de première génération n’ont pas été conçues en vue d’identifier des citations, mais pour faire résonner un terme donné dans le contexte de ses autres emplois scripturaires. Identifier une citation à partir d’une concordance verbale oblige en effet à passer en revue chaque occurrence, puisque le contexte immédiat n’est pas mentionné.

Le besoin se fit donc vite sentir d’une nouvelle génération de concordances, plus complètes, qui remédierait à ce défaut. Les dominicains établirent donc une seconde version des concordances où, pour chaque lemme, chaque référence était illustrée par un contexte long. Trop long pour que les concordances ainsi habillées restent maniables et gardent des dimensions compatibles avec la mobilité des livres imposée par l’itinérance du clergé ‘moderne’ et des ordres mendiants.

A partir de ce moment, les concordances de St-Jacques prirent le nom de concordances ‘anglaises’  qui leur est appliqué dans certains listes de livres et inventaires. L’adjectif ‘anglais’ renvoie à la nationalité des frères dominicains qui, à Saint-Jacques de Paris, auraient mis au point le système tel qu’il a été finalement adopté, peut-être au milieu du 13e siècle seulement [RB 3606]. Il n’est pas réservé aux concordances de 2e génération et s’est appliqué aussi aux concordances de 3e génération.

Sous le même nom de « Concordances anglaises » apparu en effet  une troisième version des concordances bibliques. Cette 3e génération tirait les conséquences de l’expérience des deux premières. Sa préface explique que désormais les chapitres courts seront divisés par 4 lettres de manière à faire correspondre une portion de texte à peu près égale à chaque portion de texte[13]. Dans les concordances de St-Jacques ou de 1ere génération, tout chapitre, de quelque longueur qu’il fut, était divisé en 7 parties de sorte que  la portion de texte correspondant à chacune d’elle différait d’un chapitre à l’autre (1/7 x Y n’est pas égal à 1/7 x Z). Les concordances de 3e génération, sans proposer un nombre de ligne égale pour toute division de chapitre, propose une distinction entre chapitres longs divisé en 7 lettres, et en chapitres courts divisés en 4 lettres seulement.

« Quiconque voudra rechercher des concordances dans ce livre sera d’abord attentif au fait que dans les premières concordances, celles qui sont dites concordantes de Saint Jacques, chaque chapitre est divisé en 7 parties, selon les 7 premières lettres de l’alphabet (A B C D E F G). Dans le présent livre, les chapitres les plus longs sont divisés selon le même mode et en autant de parties égales, mais les chapitres plus courts sont divisés seulement en quatre (A B C D ), de sorte que, dans un chapitre plus bref divisé en quatre parties égales, A contient la première partie, B la seconde qui part du commencement et s’étend jusqu’au milieu ; C part du milieu et contient la 3e partie du chapitre plus bref;  D, après la 3e partie, s’étend jusqu’à la fin du chapitre« .

« Cuilibet volenti requirere concordantias in hoc libro, unum[a]  primitus attendendum, videlicet, quod cum in primis concordantiis, quae dicuntur concordantie Sancti Iacobi, quodlibet capitulum in septem partes distinguatur, secundum primas septem[b] litteras alphabeti, videlicet a, b, c, d, e, f, g. In isto opere, per eundem modum et in totidem particulas distinguuntur capitula longiora in septem partes equales; capitula vero breviora tantum in partes quattuor distinguuntur, videlicet in a, b, c, d, ut breviori capitulo[c]* in quattuor partes equales[d] diviso, A primam partem continet[e]; B vero secundam, qua a principio recedat et usque ad medium protendatur; C vero recedat a medio et partem tertiam contineat capituli brevioris; D vero post tertiam partem usque in finem capituli protendatur. »

Ces nouvelles concordances ont surtout la particularité de proposer des contextes bibliques abrégés de sorte que chaque feuillet permet d’aligner trois doubles colonnes associant  chacune et pour chaque lemme, sur la même ligne, une référence et un contexte (référence à gauche, contexte à droite). Voir par exemple  : Saint-Omer, BM, 28 (années 1270).

Les concordances latines imprimées que nous connaissons sont le fruit de cette troisième refonte alliant la précision de la première et la sobriété de la troisième. Les éditions imprimées des concordances dites de St-Jacques sont en fait des rééditions revues, corrigées et augmentées des concordances de 3e génération. Le contexte des lemmes a été souvent adapté au texte de la Vulgate Sixto-Clémentine.

Pourquoi les Concordances ?

L’enseignement théologique au Moyen âge est conçu comme une quête du sens de l’Ecriture, littéral ou spirituel.

Cet objectif impose une méthode dont un des éléments principaux consiste à comparer les usages d’un même mot à travers ses différentes occurrences scripturaires[14]. Le travail des maîtres des écoles, en particulier dans le cadre du renouveau biblico-pastoral parisien de la fin du 12e siècle, préparait le terrain des concordances, en même temps qu’il en manifestait le besoin, lorsqu’ils inséraient dans leurs commentaires des listes de références parallèles au passage ou au mot commenté. Ces listes encombraient les marges des manuscrits. L’invention des concordances permit 1° d’alléger les postilles ; 2° de répondre au besoin d’un instrument qui donne aux théologiens tous les emplois d’un mot ou d’une phrase ; 3° de garantir ainsi une certaine objectivité du commentaire en permettant de l’appuyer sur des parallèles littéraux et non plus sur des sélections de textes choisis en fonction du sens allégorique ; 4° finalement de porter davantage d’attention au sens littéral.


[1] exemple anachronique : le Concordance du NT de la Bible de Jérusalem.

[2] exemple anachronique : le VTB

[3] Cf. Rouse, « The Verbal Concordance… » AFP 44 (1974) 7-30 et R.H. Rouse et M.A. Rouse, « La concordance verbale des Ecritures » dans Le Moyen Age et la Bible, (Pierre Riché, Guy Lobrichon éd.), « Bible de tous les temps », Beauchesne, Paris 1984, p. 115-122 que nous résumons ici. Cf. p. 122 : « La concordance verbale s’est développée d’essai en essai, chacun constituant un effort de perfectionnement de cet outil, pour l’usage de la communauté théologique et pastorale, et elle a culminé dans la concordance qui figure dans le catalogue des libraires de 1275 » .

[4] (Concordantiae bibliorum) Comme l’attestent les mss.

[5] Part attestée néanmoins par Ptolémée de Lucques vers 1315 ; cf. Rouse & Rouse, AFP 44 (1974) 7.

[6] Cf. Rouse, « The Verbal Concordance… », p. 22. Nos propres recherches sur les manuscrits d’Hugues confirment cette observation [MM2018].

[7] Attestée dès 1203 et reçue par l’université de Paris dès 1230 à la suite de son adoption par les dominicains et de son insertion dans la bible parisienne. L’Edition de Langton parue peu avant 1203 a été améliorée et complétée par le dernier Victorin, Thomas Gallus qui subdivisa les chapitres en paragraphes selon Jacques Verger, « L’exégèse de l’Université », dans Le Moyen Age et la Bible, (Pierre Riché, Guy Lobrichon éd.), « Bible de tous les temps », Beauchesne, Paris 1984, p. 202.

[8] Mangenot, art. « Concordances de la Bible », DB 2 (1926) 897

[9] Il n’existe pas d’attestation sûre de cette division avant la Concordance parisienne, du moins dans des lieux susceptibles d’expliquer la diffusion qu’elle a connu, même si la coutume de diviser selon l’alphabet les textes était déjà répandue par ailleurs. Cf. exemple dans Rouse, « The Verbal Concordance… », p. 22

[10](Stips Israel, Stirps Jesse, Stirps Cyrus, etc.)

[11] citées le plus brièvement possible avec la référence au livre, au chapitre et à la section alphabétique du chapitre : Incipit A,a,a Je. I.c.,XIII.d., Eze. IIII.f.… Explicit Zorobabel…Luc. III, f. [reproduction dans Rouse p. 8-9].

[12] exactement : 30/20 cm

[13] Inc. Cuiuslibet volenti…, RB 3605.

[14]Plusieurs outils furent mis au point dans ce but par les maîtres ou les élèves en vue d’un usage d’abord privé et spécialement les distinctiones qui sont deslistes alphabétiques de mots assortis d’une sélection de passages bibliques servant à en illustrer le sens figuratif. Certains manuscrits contiennent aussi des sortes de fichier matière où les textes bibliques viennent illustrer des thèmes (Résurrection, Jugement, etc.) Cf. le Vocabularium Biblie de Guillaume de la Mare

Citer ce billet : Martin Morard, "Les concordances bibliques d’Hugues de St-Cher", dans Sacra Pagina, 15/10/2018, https://big.hypotheses.org/1928, consulté le 13/12/2018.


[a] unum] + est RB3605

[b] pr. septem]  inv. RB3605

[c] capitulo] om. Som28

[d] qu. partes] inv. RB3605

[e] primam… continet] primam contineat partem RB3605


Esdras et la Bible parisienne

Résumé

Le corpus des livres d’Esdras a évolué par étapes entre la fin du 12e et la fin du 16e siècle. Au 13e siècle, la bible parisienne est très différente à cet égard de la Vulgate Sixto-Clémentine. Elle est surtout beaucoup moins homogène qu’ont a pu le croire à la lecture des meilleurs spécialistes. Après avoir souvent été considérés comme formant un seul livre, 1Esr et 2Esr. , sans être encore dissociés, ont été progressivement distingués par le jeu des initiales ornées et des titres courants. Le statut de 2Esr. a, de ce fait, évolué au cours du 13e siècle, d’abord sans capitulation et sans titre propre – le nom de Néémie n’étant indiqué qu’en titre courant -, puis avec une capitulation distincte, parfois sous le titre de « Secundus liber Esdre ». La présence d’une rubrique ou d’un titre distinctif demeure exceptionnelle en tête de 2Esr.

Conjointement, 3Esr. fut placé à la suite de 1-2Esr. sous le titre de « Secundus Esdre ». La séparation des deux livres est consacrée différemment par les correctoires et Nicolas de Lyre. Les correctoires qualifient 2Esr. de « Secundus Esdre » mais ignorent 3Esr. Il en va de même pour Nicolas de Lyre.

Enfin, 4Esr. n’a été  adjoint régulièrement au groupe 1-3Esr.  que très tard, et hors du cadre parisien typique de la Bible du 13e siècle, à l’occasion des premières éditions imprimées de la Bible dans la seconde moitié du 15e siècle (Gutenberg 1455, Pfister 1460 etc.). Il ne semble pas avoir été régulièrement intégré aux éditions des postilles bibliques de Nicolas de Lyre à la fin du 15e siècle[1].

Nous n’avons esquissé ici qu’une tendance générale qui s’est imposée par une sorte de consensus tacite, peu à peu et  non sans repentirs. A toutes les étapes du processus, des manuscrits plus ou moins isolés attestent chacun des cas de figure évoqués plus-haut. Malgré la diffusion du groupe 1-4Esr. à la fin du Moyen-Age, le Concile de Trente adopta la position des partisants du corpus réduit en ne reconnaissant l’authenticité que des deux premiers livres d’Esdras, « le premier et le second qui s’appelle Néémie ». Ce choix précisait le canon hiéronymien ; ce n’en était que l’une des interprétations possibles, sans doute la plus vraisemblable. Mais elle se heurtait au fait de  la tradition cumulative héritée de la dynamique parisienne. Une demi siècle plus tard, admettant implicitement l’incertitude induite par l’imprécision du canon hiéronymien, les éditeurs de la Clémentine réintégrèrent quand même  3Esr. et 4Esr., mais en appendice. Trente a donc lu Jérôme à travers le prisme du corpus d’Esdras  dans son état de la fin du Moyen Âge. On ne saurait dire qu’il ait adopté le corpus d’Esdras sous la forme qui aurait été la sienne au 13e siècle dans « la » Bible parisienne.

[1] En attendant une étude plus poussée, notons que certains manuscrits de la postille littérale de Nicolas de Lyre de la fin du 15e siècle distinguent pourtant « Primus Esdras » (1-2Esr.) et « Secundus Esdre » (3Esr.) et attribuent au maître franciscain un commentaire de 3Esr. : cf. Barcelone, Univ. 741-3/2, f. 247ra-252b : « Liber Esdre incipit. Et fecit losias. Liber iste qui dicitur Esdre secundus, videtur … Expl.: deputatus ad divinas laudes et obsequia. Cuí eest honor et gloria in secula seculorum Amen. Postilla venerabilis fratris Nicolai de Lyra, super secundum librum Esdre, fínit ».  Ce texte semble absent des manuscrits français de la postille cf.  Paris, BnF, lat. 351 et 359, etc.

Pour en savoir plus :

Continuer la lecture de « Esdras et la Bible parisienne »

Les postilles de Nicolas de Lyre sur la Bible

Les postilles bibliques de Nicolas de Lyre désignent deux ensembles textuels qui ont fait l’objet de deux diffusions distinctes  :

– les postilles littérales : diffusion manuscrite majoritaire, rapidement relayée par l’imprimerie

– les postilles morales : version abrégée des précédentes, elle ne retiennent que l’exposition au sens spirituel proposée par Nicolas de Lyre à la fin de l’explication de chacune des unités textuelles bibliques de la postille longue (fin de chaque chapitre ou équivalent).

Il est recommandé de noter avec soin si un manuscrit ou une édition comprend les postilles selon le sens littéral avec ou sans les postilles selon le sens moral.

Le texte des postilles morales présente des variations considérables entre les manuscrits ; on sera particulièrement attentifs au traitement de lieux critiques de l’histoire de la Vulgate comme par exemple les livres d’Esdras.

Les éditions imprimées compilent la Bible, la Glose ordinaire (citer de préférence l’édition princeps de 1481) et les postilles de Nicolas de Lyre selon différentes mises en page :

  • Les manuscrits ne comportent en général que le texte de Lyre (pour chaque chapitre en principe : postilles selon le sens littéral, puis selon le sens moral), sans texte biblique ni Glose ordinaire.

Par exemple :

Postille litteralis in Bibliam (ensemble en plusieurs volumes)  :

Prv.-1-2Mcc. : Saint-Omer, BM, 007/1 (14e s. 2/2) : sine textu)

  • Editions imprimées
  1. Les éditions imprimées compilent la Bible, la Glose ordinaire (citer de préférence l’édition princeps de 1481) et les postilles de Nicolas de Lyre selon différentes mises en page :
  2. Les éditions imprimées adoptent systématiquement une mise en page glosée encadrante, sur le modèle vulgarisé par les gloses juridiques. Utiliser notamment :

Basel, Froben, 1498 (feuilletage par partie puis par livre biblique) : Glose ordinaire à gauche du texte biblique, Nicolas de Lyre à droite+ accès direct aux images couleurs, pdf  téléchargeable, consultation  aisée, respect de la continuité du texte de Nicolas de Lyre, texte très abrégé.

Basel, 1507-1508 .

Biblia glossata cum postillis Nicolai de Lyra, Venetiis, 1603 (feuilletage direct par livre biblique) : Texte très interpolé établi à Paris, en 1589,  par Jean et Jacques de Cuilly, OFM. Glose ordinaire avec ajouts (signalés par *) dans le registre supérieur, Postilles littérales de Nicolas de Lyre en italiques dans le registre inférieur ; Postilles selon le sens moral de Nicolas de Lyre en bas de page

+ entrée aisée par table des matière, presque toutes les abréviations sont développées, notes marginales de sources,  mais images noir et blanc et pdf à télécharger.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les postilles de Nicolas de Lyre sur la Bible", dans Sacra Pagina, 07/09/2018, https://big.hypotheses.org/1817, consulté le 13/12/2018.

Mises en page de la Bible glosée

Plusieurs schémas de mise en page  glosée, du plus sommaire au plus sophistiqué, ont été adoptés pour la Bible entre le 6e et le 16e siècle, faisant l’objet de modes qui fluctuent dans le temps. Certaines mises en pages sont donc typiques d’une époque ou associées principalement à telle version de la Bible glosée. Dans le cas des simples commentaires (scolaires ou homilétiques) le lemme ou texte biblique est intégré partiellement dans le fil des commentaires bibliques continus, sous forme de citations partielles et indicatives, souvent suivies de la locution « et caetera » (lemme « catchwords »).

Les manuscrits bibliques glosés se distinguent des simples commentaires bibliques par le fait qu’ils contiennent l’intégralité du texte d’un ou plusieurs livres bibliques, distingué des commentaires ou gloses qui l’accompagnent par une mise en page spécifique (organisation de la page, types et modules d’écriture, couleurs). Selon les oeuvres et les époques, les manuscrits de la Bible glosée adoptent l’un ou l’autre des schémas de mise en page suivants:

1. mise en page avec lemme intercalé dans la Glose, en sections – ancêtres de nos versets bibliques – (rubriqué ou non) dans le texte de la Glose, de même module que la Glose ou non (modèle minoritaire, attesté dès la période carolingienne, utilisé notamment par Florus de Lyon [Lyon, BM, 484], Smargde [Boulogne-sur-Mer, BM, 025], Pierre Lombard in Ps. (quelques manuscrits) et même pour certains manuscrits de textes patristiques, comme par exemple Augustin, Tractatus in Iohannem, ms. Chantilly, Château, 121, f. 114rb, copié en Allemagne, à l’abbaye cistercienne de Himmerode en 1154. La Glose ou le commentaire peuvent être copiés soit à longues lignes, soit sur 2 col.

2. mise en page sur 2 colonnes, avec lemme au centre du livre ouvert (aperture) : texte biblique sur une colonne continue, de part et d’autre de la marge de couture (gloses marginales alternativement à gauche et à droite des feuillets ; les gloses interlinéaires sont exceptionnelles, surtout au 12e siècle. Exemple : Glossa media de Gilbert de la Porrée; voir aussi Odbert de St-Bertin, In Ps.

3. mise en page sur 3 colonnes, avec lemme au centre de chaque feuillet : texte biblique sur une colonne continue régulière au centre du feuillet avec gloses marginales et/ou interlinéaires (Gloses carolingiennes et laonnoises), surtout entre le 9e et la fin du 12e siècle. C’est le schéma typique de la Glose ordinaire. A l’intérieur d’un même manuscrit, en fonction de la longueur des gloses, on peut observer parfois des irrégularités qui correspondent à d’autres schémas dérivés comme la mise en page « puzzle » ou le modèle « juridique ». Exemple : Paris, BnF, lat. 59

4. mise en page « puzzle » : texte biblique et gloses disposés en pièces irrégulières assemblées sur 1, 2 ou 3 colonnes, elles-même de largeur et de longueur irrégulières formant des pièces de taille et de module différents, ajustées les unes aux autres et analogues à celles d’un puzzle. Exemple : Beaune, BM 10, f. 5 : Glossa ordinaria (Sap.); Madrid, Biblioteca de la Universidad Complutense, BH MSS 218, f. 136r : Glossa ordinaria (Sir.).Ce schéma est appliqué à tous les livres de la bible glosée parisienne du 13e siècle (Glose ordinaire standardisée), à l’exception du Psautier et du corpus paulinien pour lesquels on préfère la disposition du lemme en îlots :

5. mise en page avec lemme « en îlots » : texte biblique intercalé, soit sur la moitié droite de la colonne du texte de la Glose (Magna Glossatura italienne, minoritaire), soit sur la moitié gauche de celle-ci (Magna Glossatura parisienne : modèle majoritaire). Ce modèle, diffusé avec la Grande Glose de Pierre Lombard, a été adopté pour la mise en page de la Catena aurea de Thomas d’Aquin et d’autres commentaires bibliques au 13e siècle. Exemple :

6. mise en page « juridique » : le lemme commenté est disposé sur deux colonnes partielles placées au centre des feuillets et entourées par la Glose sur trois côtés. Ce schéma a été généralisé par les gloses juridiques manuscrites. Il est appliqué à certains commentaires bibliques dès la seconde moitié du 13e siècle, sur les parties où la glose est la plus importante (notamment certaines parties des postilles brèves de Hugues de St-Cher). Il a été appliqué systématiquement aux commentaires bibliques (Glose ordinaire, Nicolas de Lyre, Postilles longues de Hugues de St-Cher) par les éditions imprimées.

Dans ce tableau la colonne « Textus »  concerne la mise en page du texte biblique, « expositio » la mise en page du commentaire ou des gloses associés au texte biblique.

dates titres de la Glose normalisés livres bibliques type textus biblicus
expositio glose interl. auteurs
600-1800 Glossa N. quelques tout type tout type glose marg. parfois divers
600-1800 Glossa (anonyma) quelques tout type tout type glosesmarg. parfois anonyme
600-1090 Glossa prisca quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. parfois anonyme
1025 < Glossa Brunonis Ps. 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. non Bruno Herbipolensis / Würzburg
1000 c. Glossa Odberti Ps. 2 col. emboîtées continu centre de l’aperture glose marg. encadrante non Odon de Saint-Bertin
1090 < Glossa parva Ps. Paul 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Anselme de Laon
1090-1180 c. Glossa ordinaria quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Ecole de Laon, Gilbert l’Universel
1140-1180 Glossa media Ps. Paul 2 col. paral. continu centre de l’aperture continue lateralis non Gilbert de Poitiers
1160 < Glossa magna Ps. Paul îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue reticulata non Petrus Lombardus
1180-1280 Glossa ordinaria² sauf Ps. Paul. puzzle interrompu irrégulier glose marg. encastrées oui anonyme
1235-1245 Postille Hugonis OP tous sine textu catchwords [rare : îlots] continue non Hugo de Sto Caro
1250-1270 Glossa dominicana OP tous îlot central continu au centre des f. continua lateralis quandoque involvans non Hugo de Sto Caro
1262-1272 Catena aurea OP évangiles îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue non Thomas de Aquino
1270-1290 Postille Gorrani OP quelques sine textu catchwords  [îlots : Ps.] continue non Nicolaus de Gorran
1319-1339 c. Postille Lyrae OFM tous sine textu catchwords continue non Nicolaus de Lyra

Citer ce billet : Martin Morard, "Mises en page de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, 25/08/2018, https://big.hypotheses.org/1672, consulté le 13/12/2018.

Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge

L’édition électronique de la Glose ordinaire de la Bible est adossée à un répertoire des témoins manuscrits de chaque livre de la Bible glosée.

Ce répertoire, en cours de constitution, prend actuellement la forme d’un tableau  de  plus de 4000 entrées qui correspondent à  environ 3000 cotes différentes;  accéder  ici =>.

Contrairement à une idée reçue, il est inexact de dire qu’il n’a pas existé d’ensembles complets de livres glosés couvrant la totalité du canon biblique, issus d’un même  projet éditorial ou – pour caricaturer – d’un même atelier. Il est vrai en revanche qu’il en subsiste peu, que leur homogénéité paléographique et même iconographique est relative, et que souvent les bibliothécaires modernes ont recomposé des ensembles artificiels à partir de manuscrits d’origines diverses. Notre « répertoire » voudrait permettre, à terme, de réunir les manuscrits de même origine ayant appartenu au même ensemble, même s’ils sont conservés dans des fonds différents et, de ce fait, dissociés dans les listes alphabétiques de cotes. Dans l’état actuel de nos travaux (encore peu développés sur ce point), chacun des ensembles identifiés est repérable dans la colonne « sigle » par le préfixe « set » suivi d’un identifiant unique et du sigle du manuscrit correspondant. Par exemple set20Som21, set20Som33, set20P445 désignent le même ensemble (set20) dont les différents volumes correspondent actuellement aux manuscrits siglés Som21, Som33, P445.

  • Les manuscrits sont classés selon l’ordre de la Vulgate ; la même cote peut donc être répétée plusieurs fois.
  • Quand c’est possible, des liens renvoient aux catalogues et aux images numérisées des documents.
  • La mise en page de chaque manuscrit est précisée. Pour en savoir plus sur les mises en pages glosées de la Bible =>
  • Les datations sont indicatives. Pour en savoir plus sur les datations indiquées =>
  • Nous cherchons à inventorier les manuscrits de toutes les versions de la Glose. Pour en savoir plus sur les oeuvres inventoriées =>
  • Catalogues et répertoires déjà dépouillés =>

Mises à pages manuscrites de la Bible glosée (cliquer)

Oeuvres exégétiques répertoriées

Plusieurs commentaires différents ont été associés au texte de la Bible sous forme de gloses dès le 6e siècle. Plusieurs livres de la Bible avaient déjà été partiellement glosés avant Anselme de Laon (fl. fin du 11e siècle), principalement le Psautier, le Cantique des cantiques, l’Apocalypse etc.

Ont été retenus en  priorité les manuscrits de la Glose ordinaire dans ses différentes versions, soit

  • Glossa ordinaria : Glose de Laon complétée et standardisée dans le contexte des écoles à la fin du 12e siècle
  • Parva Glossatura : Glose d’Anselme de Laon ou de son Ecole pour Ps. et Paul.; sigle A
  • Media Glossatura : Glose de Gilbert de la Porrée (Ps. et Paul.); sigle G
  • Magna Glossatura : Glose de Pierre Lombard sur Ps. ou Paul; sigle L

Sans prétention d’exhaustivité, les manuscrits d’autres oeuvres ont été retenus lorsqu’ils ont été associés au texte biblique sous forme de gloses.

  • Glossae priscae : Gloses antérieures à la Glose de Laon
  • Thomas d’Aquin, Catena aurea in Evangelia : voir ici
  • Florus de Lyon, In Paul : repérage aléatoire
  • Nicolas de Gorran : version complémentaire à Hugues de Saint-Cher. Nous n’en signalons ici que quelques manuscrits.
  • Odo de Morimundo / Eudes de Morimond (pseudo) : repérage aléatoire
  • Gilbertus Universalis, par référence au commentaire de Gilbert l’Universel sur les Lamentations qui a servi à la composition de la Glose ordinaire sur les Lamentations ; le rapport semble inversé pour d’autres livres bibliques : leur commentaire par Gilbert l’Universel semble emprunter à la Glose et ne suffit pas à en expliquer tout le contenu.

Livres glosés indépendants ou versions atypiques ; sigle X

Nous n’avons pas retenu les oeuvres que les catalogueurs anciens ou modernes qualifient de « gloses » ou de « livre glosé » (« psalterium glossatum ») lorsque le texte biblique complet en est absent. Les termes « glossa » ou « glossatus/glossatum » désignent souvent des commentaires lemmatiques sans mise en page glosée, au sens technique que nous donnons aujourd’hui à ce terme. A l’inverse, la présence de la glose n’est pas toujours signalée dans les listes anciennes de livres (catalogues) qui se contentent parfois de nommer des livres de la Bible sans préciser qu’ils sont aussi glosés. Par exemple, dans la liste suivante, conservée dans les gardes d’un exemplaire de la Glose ordinaire de la Genèse (Arras, BM, 1004, garde sup., d’après CGM) l’expression « Item Genesis quam pre manibus habemus » désigne selon toute vraisemblance le ms. 1004 qui contient à la fois le livre de la Genèse glosé et la liste qui l’évoque: « Isti sunt libri domini H. presbiteri. Duo paria Decretorum quorum precium vii marcas. Sermones magistri Petri Manducatoris. Tres Euvangeliste. Quartum Euvangelium, scilicet Marcum, habet Walterus de Novo loco. Item xii Prophete in uno volumine. Quatuor magni Prophete in alio volumine cum trenis Jeremie et v libris Salomonis. Item Genesis quam pre manibus habemus. Item Exodus in alio volumine. Item Decretalia Alexandri, scilicet Juste judicate. Item alia Decretalia Devotioni. Item Epistole Pauli de magna glossa. Item liber sermonum qui vocatur Gieu. Item duo volumina Haimonis. Item Historia magistri P. Comestoris ». La liste, sans le manuscrit conservé, ne permet pas de se rendre compte que le simple terme « Genesis » désigne un livre glosé. L’examen des manuscrits conservés est donc le seul moyen d’avoir une juste compréhension de la terminologie des listes anciennes, souvent trompeuses en matière de diffusion des différentes formes du texte biblique.

  1. L’école de Laon n’est pas à l’origine de tous les livres de la Bible glosée. Certains ont été glosés au cours du 12e siècle dans le but de compléter le corpus initié à Laon. Ainsi la Glose sur les Lamentations semble avoir été fabriquée à partir du commentaire de Gilbert l’Universel. La chronologie est difficile à établir car l’absence de tel livre glosé dans une liste datée à peu près complète ne signifie pas que ce livre n’avait pas encore été glosé. Toutes les bibliothèques n’acquerraient pas systématiquement des collections complètes de la Bible glosée.
  2. La Glose « laonnoise » sur le Psautier et les épîtres de Paul est à lire en parallèle avec celle de Gilbert de Poitiers sur les mêmes livres dont les plus anciens manuscrits identifiés sont pour ainsi dire contemporains, datés par les historiens de l’art des mêmes années 1140-1150. Ces deux versions ont été complétées et supplantées, à partir de 1160, par la Magna Glossatura de Pierre Lombard sur Ps. et Paul. (plus de 800 manuscrits dont au moins 400 pour les Psaumes).
  3. L’expression « glose ordinaire » est un titre générique qui désigne aujourd’hui les livres glosés de la Bible issus de la version laonnoise originale ou enrichie (à l’exclusion d’autres versions comme celles de Gilbert de Poitiers, Pierre Lombard, des gloses antérieures à Laon etc.) Ainsi la Glose ordinaire sur les Lamentations est qualifiée comme telle en raison de sa mise en page, bien qu’elle ait été extraite du commentaire de Gilbert l’Universel. Au Moyen-Âge , Glose ordinaire désigne l’état standardisé de celle-ci en usage à partir de l’adoption dans les écoles à la fin des années 1180, de la Magna Glossatura sur les Psaumes et le corpus Paulinien en remplacement de la Glose de Laon, qualifiée désormais de Parva Glossatura. Le développement des écoles, leur adoption de la Glose de Laon, complétée par la Magna Glossatura de Pierre Lombard, l’explosion de la démographie cléricale expliquent la multiplication des exemplaire de la Glose ordinaire à partir de cette période. Les copies postérieures à la fin du 13e siècle se font beaucoup plus rares, bien que la Glose ordinaire n’ait été que partiellement remplacée par de les Postilles d’Hugues de St-Cher, de Nicolas de Gorran puis de Nicolas de Lyre. Ces dernières n’ont d’ailleurs été qu’exceptionnellement diffusées sous forme glosée. L’absence de texte biblique intégral ne leur permettait donc pas de rendre les même services que la Glose ordinaire. )
  4. La version du texte de la Bible reproduit dans les manuscrits glosés en usage dans les écoles des XIIe et XIIIe siècles n’est pas homogène; elle dépend de bibles dont l’origine géographique et chronologique est multiple. L’origine du texte de la Bible dite parisienne ou universitaire remonte en partie à la version du texte biblique diffusé avec la Glose à Paris au début du 13e siècle, laquelle a appellé révisions et corrections (voir Gloss-e, collations en cours).

Datations

  1. Le classement chronologique et géographique des manuscrits de notre liste repose principalement sur des critères externes et des regroupements stylistiques à partir des manuscrits ornés. Les principaux centres français de diffusion de la Glose de Laon et de ses versions complémentaires seraient, selon P. Stirnemann, Laon, Chartres, Sens, Paris. Il faut écarter St-Victor de Paris comme lieu de production initiale de la Glose ordinaire en raison de l’absence des mains des copistes actifs à l’abbaye dans les seuls 5 manuscrits de livres glosés illustrés qui proviennent de St-Victor et datent entre 1140-1150. Ces livres ont été acquis par l’abbaye ou illustrés par des ornemanistes extérieurs embauchés pour l’occasion.
  2. En l’absence de plus de précisions, nous reproduisons les datations des catalogues utilisés. Lorsque que nous avons pu examiner des images des manuscrits, nous proposons une estimation personnelle (signalée par les initiales MM+année), évidemment relative et sujette à discussion. Lorsque des datations argumentées sont disponibles, les principaux lieux de production des manuscrits de la Glose ordinaire identifiés par Patricia Stirnemann sont indiqués (bibliographie ci-dessous et codes couleurs). Concernant la diffusion de la Glose en Angleterre, en Allemagne, en Italie, dans la péninsule ibérique, il reste encore énormément à découvrir.

Sigles et conventions graphiques

Les sigles attribués aux manuscrits (en principe, un sigle par cote de conservation actuelle) sont repris dans les apparats de l’édition électronique de la Glose ordinaire, fondée sur l’édition princeps d’Adolf Rusch (Strasbourg, 1480/1481). Ils permettront à terme de sélectionner les gloses en fonction des provenances, des lieux de production et/ou des dates des manuscrits collationnés.

en vert  : manuscrits d’origine chartraine (Stirnemann 1994).

en jaune :  manuscrits d’origine laonnoise certaine antérieurs à 1150 (Stirnemann 1994)

en rouge  : manuscrits d’origine parisienne (Stirnemann 1994).

en bleu : manuscrits produits à Sens (Stirnemann 2007)

Catalogues, répertoires et études dépouillés

Bases de données ouvertes ::

Calames Bibliothèques de l’enseignement supérieurCALAMES (03.2017), avec ajouts et corrections.: bibliothèques traitées par Annalisa Chiodetti en mars 2018 (expressions recherchées Biblia, Bible, Glossa, Glossae, Bible glosée): Aix en Provence, Aix Marseille, Amiens, Angers, Athenes, Besançon, Beziers, Bordeaux, Brest, Caen, Chaalis, Chantilly, Chatenay-Malabry, Clermont-Ferrand BCC , Clermont-Ferrand Université, Dijon, Evreux, Grenoble, Le Mans, Lille, Lyon Bibliothèque Diderot, Lyon Biu-Lsh, Lyon Université catholique, Maison-Alfort, Metz, Montpellier Universités, Nancy, Nanterre, Nice, Palaiseau, Perpignan, Poitiers, Rennes 1 et 2, St-Denis, Strasbourg, Toulouse, Tours, Valenciennes. Paris – 1sdc, Gaston Baty, 7 Université, 8, 9 Académie de Médecine, Academie Française, Jacques Doucet, Mazarine, Sainte-Geneviève, Thiers, Biu Cujas, Biu Medicine, Biu Farmacie, BULAC, CNAM, Ecole des mines, ecole française d’Extreme-Orient, ecole militaire, ecole pratique des hautes études, ENS-Ulm, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art, Institut Catholique, Institut de France, Marie Curie, Musée Jacquemart-André, Muséum d’histoire naturelle, Science Po, Société historique protestantisme français, Sorbonne Université, Sorbonne-BIU centrale, Paris/Meudon Observatoire.

Digital-scriptorium [état du 1.6.2018]

FAMA (état du 22.12.2017), avec ajouts et corrections :Glossa ordinaria, Magna et Media Glossatura, Gilbert l’universel

https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suche_sim&bandnummer=bsb00034155&pimage=00001&einzelsegmentsuche=1&einzelsegment=&l=de

https://www.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suchen&l=de&kl=&projekt=&vtr=121&btr=160&mtr=40&trs=40&ab=Glossa&ordnung=&projekt=&suche_autor=&suche_titel=&suche_ort=&suche_signatur=&suche_sprache=&suche_jahr=&suche_label

Morard (Martin), Psalmica.repertoire des psautiers et commentaires des psaumes manuscrits, base accès personnelle (15.8.2018) : tous les Psautiers glosés, Parva, Media et Magna Glossatura.

recherche p         ar Annalisa Chiodetti (Univerità di Torino – IRHT) des manuscrits numérisés déjà présents dans la présente liste à la date du 6.3.2018

Catalogues ::

Allemagne :

  1. Fulda ;
  2. Codices Electronici Ecclesiae Coloniensis (http://www.ceec.uni-koeln.de/) [3.2.2018]
  3. Bergisch-Gladbach, Paffrath, Kath. Pfarrei St. Clemens (1 Hs.)
  4. Düsseldorf, St. Lambertus (14 Hss.)
  5. Düsseldorf, Gerresheim, Kath. Pfarrei St. Margareta (1 Hs.)
  6. Euskirchen, Kath. Pfarrei St. Martin (7 Hss.)
  7. Hamburg : Universitätsbibliothek
  8. Kerpen, Kath. Pfarrei St. Martinus (2 Hss.)
  9. Kerpen, Sindorf, Kath. Pfarrei St. Maria Königin (2 Hss.)
  10. Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek (392 Hss.)
  11. Köln, Kath. Pfarrei St. Kunibert (4 Hss.)
  12. Königswinter, Kath. Pfarrei St. Remigius (1 Hs.)

Espagne :

  1. Vich : Gudiol i Cunill, Catàleg dels Llibres manuscrits anteriors al segle XVIII del Museu Episcopal de Vich (Extr. Butlleti de la Biblioteca de Catalunya, 6 (1920-22), 50-97; 7 (1923-27), 59-154; 8 (1928-32), 42-120 = Barcelona: Casa de Caritat, 1934.
  2. Tolède: Catalogo de la Librería del Cabildo Toledano, 1903: bibliothèque du chapitre cathédral de Tolède, aucun manuscrit glosé sur plus de 400 manuscrits latin.

Suisse

  1. Mohlberg (Leo Cunibert), Katalog der  Handschriften der  Zentralbibliothek    Zürich. 1.  Mittelalterliche Handschriften, Zürich, 1952.

Italie

  1. Assisi : Sacro Convento (catalogue informatisé des manuscrits)
  2. Cava de’ Tirreni, Biblioteca statale del Monumento nazionale della Abbazia Benedettina della Ss. Trinità, Codices Cavenses,
  3. Kristeller, Iter italicum, t. 2
  4. Monza: Catalogue Bonelli (traité par Annalisa Chiodetti & MM, avril 2018)
  5. Venezia : R. Quinto, Manoscritti medievali nella biblioteca dei Redentoristi di Venezia, Padova, 2006 [RAS].
  6. Cataloghi e Collezioni digitali delle Biblioteche italiane [11.5.2018]

France : CGM::

  1. Abbeville ;
  2. Agen CCFR ;
  3. Aires-sur la-Lys ;
  4. Aix-en-Othe;
  5. Aix-en-Provence ;
  6. Aix-les-bains : rien
  7. Ajaccio ; ;
  8. Albi (CGM in 4°)
  9. Alençon
  10. Alès ;
  11. Amberieu en Bugey ;
  12. Amiens ;
  13. Angers;
  14. Angoulême : rien
  15. Annecy : rien
  16. Annonay : rien
  17. Antibes : rien
  18. Arbois: rien
  19. Arcis-le-Ponsart
  20. Argentan
  21. Arles
  22. Armentières
  23. Arras
  24. Aubenas
  25. Aubière
  26. Auch
  27. Aurillac
  28. Auxonne
  29. Avallon
  30. Avesnes-sur-Helpe
  31. Avignon
  32. Avranches
  33. Bagnères-de-Bigorre:rien
  34. Bagnols sur Cèze
  35. Bar-le-Duc
  36. Bastia
  37. Baume-les-Dames
  38. Bayeux
  39. Bayonne
  40. Beaune
  41. Beauvais
  42. Belfort
  43. Bellac
  44. Bergerac
  45. Bergues
  46. Bernay
  47. Besançon
  48. Béthune
  49. Béziers
  50. Bischwiller
  51. Blois
  52. Bordeaux CGM CCFR
  53. Bormes-les-Mimosas
  54. Bougival
  55. Boulogne-Billancourt
  56. Boulogne-sur-Mer
  57. Bourbonne-les-Bains
  58. Bourbourg
  59. Bourg-en-Bresse
  60. Bourg-en-Bresse
  61. Bourges
  62. Bourmont
  63. Bouxwiller
  64. Brest
  65. Briançon
  66. Briey
  67. Brioude
  68. Brive-la-Gaillarde
  69. Cachan
  70. Caen
  71. Cahors
  72. Calais
  73. Cambo-les-Bains
  74. Cambrai
  75. Cannes
  76. Capoulet et Junac
  77. Carcassonne
  78. Castelnaudary
  79. Castres
  80. Cavaillon
  81. Cergy-Pontoise
  82. Cérilly
  83. CGM : Bibliothèques de la Marine
  84. CGM, tome 2, 9, Paris, BnF, latin 1 à 385
  85. Chalezeule
  86. Châlon sur Saône
  87. Châlons en Champagne
  88. Chamarande
  89. Chamarandes Choignes
  90. Chambéry
  91. Champagney
  92. Chantilly
  93. Charleville-Mézières
  94. Charmont-sous-Barbuise
  95. Charolles
  96. Chartres
  97. Château Gontier
  98. Château-Arnoux
  99. Châteaudun
  100. Chateaulin
  101. Châteauroux
  102. Château-Thierry]
  103. Châtellerault
  104. Châtenay Malabry
  105. Chatillon-sur-Seine
  106. Chaumont
  107. Cherbourg-en-Cotentin
  108. Cherbourg-Octeville
  109. Clamecy
  110. Clermont-de-l’Oise
  111. Clermont-Ferrand
  112. Clermont-Ferrand Université,
  113. Cognac
  114. Colmar
  115. Compiègne
  116. Conches-en-Ouches
  117. Condé-sur-Noireau
  118. Condom
  119. Confolens
  120. Corbeil Essonnes
  121. Coulommiers
  122. Coutances
  123. Crépy en Valois
  124. Crest
  125. Créteil
  126. Dainville
  127. Dax
  128. Dieppe
  129. Digne-les-Bains
  130. Dijon
  131. Dinan
  132. Dinard
  133. Dôle
  134. Domfront
  135. Douai
  136. Draguignan
  137. Dreux
  138. Dunquerke
  139. Durenque
  140. Eaubonne
  141. Echirolle
  142. Elbeuf
  143. Epernay
  144. Epinal
  145. Etampes
  146. Evreux
  147. Fabrezan
  148. Falaize
  149. Faverges
  150. Fécamp
  151. Figeac
  152. Flers
  153. Foix
  154. Fontaine de Vaucluse
  155. Fontainebleau
  156. Fontaine-Chaalis: rien
  157. Forbach
  158. Forcalquier
  159. Fort de France
  160. Fouras
  161. Fréjus
  162. Gaillac
  163. Gap
  164. Gaston Baty,
  165. Gien
  166. Gif-sur-Yvette
  167. Gisors
  168. Gournay-en-Bray
  169. Grasse
  170. Gray
  171. Grenoble
  172. Grignan
  173. Groix
  174. Guer
  175. Guéret
  176. Guingamp
  177. Hasparren
  178. Hesdin
  179. Honfleur
  180. Hyere
  181. Illiers-Combray
  182. Issoudun
  183. Joigny
  184. Lyon Université catholique
  185. Mâcon
  186. Magny les Hameaux
  187. Maison Alfort
  188. Mamers
  189. Manosque
  190. Mantes la Jolie
  191. Montpellier Universités,
  192. Neufchâteau
  193. Nouméa
  194. Orange
  195. Paris – 1sdc,
  196. Paris 7 Université, Paris 8,
  197. Paris 9
  198. Paris Académie de Médecine,
  199. Paris Academie Française, *Paris Jacques Doucet,
  200. Paris Biu Cujas,
  201. Paris Biu Medecine,
  202. Paris Biu Pharmacie,
  203. Paris BULAC,
  204. Paris Calames : Paris – 1sdc,
  205. Paris CNAM,
  206. Paris Ecole des mines, Paris ecole française d’Extreme-Orient,
  207. Paris ecole militaire, Paris ecole pratique des hautes études,
  208. Paris ENS-Ulm, Paris Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art,
  209. Paris Institut Catholique,
  210. Paris Jacquemart-André, Paris Muséum d’histoire naturelle,
  211. Paris Mazarine
  212. Paris Sainte-Geneviève,
  213. Paris Science Po,
  214. Paris Société historique protestantisme français,
  215. Paris Thiers,
  216. Paris Université,
  217. Paris, BnF, lat. 8823-8921
  218. Paris, BnF, lat. 9364 (documents Baluze sur l’origine des mss. de la bibliothèque de Colbert)
  219. Reims CGM CCFR
  220. Romorantin Lanthenay
  221. Roubaix
  222. Sedan
  223. Soissons;
  224. Sorbonne-BIU centrale, Paris Meudon Observatoire.
  225. Strasbourg
  226. Tarascon
  227. Tarbes
  228. Tonnerre ;
  229. Toul
  230. Trévoux
  231. Tulle
  232. Valognes
  233. Vannes
  234. Vanves
  235. Vemars
  236. Vendôme
  237. Verdun
  238. Verneuil-sur-Avre
  239. Verrières le Buisson
  240. Versailles
  241. Vervins
  242. Vesoul
  243. Vichy
  244. Vienne
  245. Villefranche de Rouergue,
  246. Villefranche sur Saône
  247. Villeneuve d’Asc,
  248. Villeneuve sur Lot,
  249. Villeneuve-sur-Yonne,
  250. Vincenne
  251. Vire,
  252. Vitré,
  253. Vitry sur Seine,
  254. Vitry-le-François,
  255. Vogue,
  256. Wisques,
  257. Yerres,
  258. Yzeure : rien

Etudes ::

Dolbeau (François), « Trois catalogues de bibliothèques médiévales restitués à des abbayes cisterciennes (Cheminon , Haute-Fontaine, Mortemer) ». In: Revue d’histoire des textes, bulletin n°18 (1988), 1989. pp. 81-108.

Mielle de Becdelièvre (Dominique) , Prêcher en silence: enquête codicologique sur les manuscrits du xiie siècle provenant de la Grande Chartreuse, St-Étienne, 2004.

Omont (H.), Inventaire des manuscrits grecs et latins donnés à Saint Marc par le cardinal Bessarion, «Revue des Bibliothèques», IV, 1894, pp. 129-187.

Destrez (Jean),  Chenu (Marie-Dominique), «Une collection manuscrite des œuvres complètes de St. Thomas d’Aquin par le Roi Aragonais de Naples 1480-1493» in Archivum fratrum praedicatorum, vol. XXIII (1953), pp. 309-326.

Laffitte (Marie-Pierre), « Inventaires de bibliothèques normandes: l’intérêt des listes tardives », Tabularia [En ligne], Les bibliothèques médiévales de Normandie et des mondes normands: échanges et circulation, mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 11 mai 2018. (intégré les manuscrits subsistants identifiés § 8)

Stirnemann (Patricia), « Où ont été fabriqués les livres de la glose ordinaire dans la première moitié du xiie siècle? », dans Le xiie siècle: mutations et renouveau en France dans la première moitié du xiie siècle, Fr. Gasparri dir., Paris, 1994 (Cahiers du Léopard d’Or 3), p. 257-301.

Stirnemann (Patricia),  « Gilbert de la Porrée et les livres glosés à Laon, à Chartres et à Paris », dans Monde médiéval et société chartraine. Actes du colloque international organisé par la Ville et le Diocèse de Chartres, 8-10 septembre 1994, éd. J.-R. Armogathe, Paris, 1997, p. 83-96.

Stirnemann (Patricia), « En quête de Sens », dans Quand a peinture était dans les livre. Mélanges en l’honneur de François Avril, dir. Mara Hofmann et Caroline Zöhl, Paris, Turnhout, 2007, p. 303-311. Ces trois études  ne tiennent pas compte des manuscrits non ornés.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge", dans Sacra Pagina, 14/08/2018, https://big.hypotheses.org/1362, consulté le 13/12/2018.

Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin

On trouvera ici quelques indications très sommaires sur les principales versions latines du Psautier en usage au Moyen-Âge.

A. Psautier hébreu
1. Texte pré-massorétique : Qumran
2. Texte massorétique : (1er s. av. J.-C.)
• Edition : Kittel, Stuttgart, 1937.
B. Psautier grec
1. LXX
• Edition A. Rahlfs, Stuttgart.
2. traductions postérieures : Tétraples, Hexaples et Octaples origéniens ou dérivés
a- Théodotion
b – Quinta
c – Aquila
d- Symmaque
3. psautier syro-hexaplaire

Très abondante littérature.
Cf. Masséo Caloz, Etude sur la LXX Origénienne du Psautier : les relations entre les leçons des Psaumes du Ms. Coislin 44, les Fragments des Hexaples et le texte du Psautier Gallican, Fribourg-CH, 1978 (Orbis biblicus et orientalis, 19)
Cf. P. Nautin, Origène, sa vie et son oeuvre, Paris, 1977, p. 453-454.

D. Psautiers latins
0.1 Psautier Romain pré-hiéronimien (perdu)
0.2 Psautier Africain (saint Augustin)

Histoire: CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
Editions :
• BLANCHINUS (I.), Vindiciae Canonicarum Scripturarum, Rome, 1740, p. 1-278 [Vetus latina 300]
• CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
• DOLD (A.), ALLLGEIER (A.), Der Palimpsestpalter im Codex Sangallensis 912 (TAB, I, 22-24), Beuron, 1933 [Vetus latina 304]
• Sinaï, Ste-Catherine, slavon n° 5 (VIIe s. ?)
ALTBAUER (Moshé), Psalterium latinum Hierosolymitanum : Eine frühmittelalterliche lateinische Handschrift (Sin. Ms. n°5), , Wien-Köln-Graz, 1978. [fac. sim., Vetus latina 39]
Le Psautier latin du Sinaï, intr. R. Gryson, éd. André THIBAUT, Freiburg (D), 2010 (Aus der Geschichte der lateinischen Bibel, Vetus latina, 39) [Vetus latina #460).

1. Psautiers hiéronimiens

1.1 traductions faites sur le grec

[1.1.1 Psautier Romain hiéronimien] :

révision du psautier romain en usage à Rome au IVe s. par Jérôme sur le grec de la LXX =>

• Edition : voir 1.1.2 et 2.1.d-
Jérôme était lui-même insatisfait de ce travail qu’il mentionne dans sa préface du Psautier iuxta LXX, et le qualifie de rapide. Rien ne permet d’avoir l’assurance qu’il a effectivement servi à corriger le psautier en usage à Rome connu sous le nom de Psautier Romain. Le texte original en est pour le moins perdu. Plus exactement, il n’a survécu qu’au travers de la seconde révision effectuée par Jérôme, savante et munie de signes critiques, connue sous le nom de Psautier iuxta Septuaginta.

1.1.2. Psalterium iuxta Septuaginta / d’après le grec des Hexaples / dit Psautier gallican (entre 389-392) :

version définitive de la révision du Psautier Romain sur la LXX

• Editio maior: Liber Psalmorum ex recensione sancti Hieronymi cum præfationibus et epistula ad Sunniam et Fretelam, in Biblia sacra iuxta latinam vulgatam… cura monachorum abbatiae Sancti Hieronymi in Urbe, t. 10, Romæ, Typis Polyglottis Vaticanis, 1953. [attention : le texte édité n’est pas le reflet de la réception majoritaire du texte hiéronymien, mais une reconstitution de l’archétype supposé de celui-ci. Toujours se reporter au détail des leçons indiquées en apparat]
• Editio minor: Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem, Robert WEBER, Roger GRYSON ed. cum B. FISCHER; H.I. FREDE, Iohanne GRIBOMONT, H. F. D. SPARKS, W. THIELKE, Deutsche Bibelgesellschaft, 4e éd., Stuttgart, 1969-1994, p. 767-955.
Cf. FISCHER (B.), dans : Der Stuttgarter Bilderpsalter Bibl. Fol. 23Würtembergische Landesbibliothek Stuttgart. II. Untersuchungen, Stuttgart, 1968, p. 223-288 [Vetus latina 422]

1.2 Psalterium iuxta hebreos (391-392)

Cette version savante n’a jamais été utilisée pour le culte public ou la récitation privée.
• Edition : HIERONYMI (Sancti), Psalterium iuxta hebræos, Dom HENRI DE STE-MARIE ed., Rome, Abbaye de St-Jérôme – Città del Vaticano, 1954 (CBL 11).

2. Psautiers « Vieux latins »

On qualifie par principe de ‘vieilles latines’ les versions de la Bible latine antérieure aux traductions de saint Jérôme. Elles correspondent pour la plupart, en ce qui concerne le Psautier, aux versions liturgiques établies dans les principaux centres chrétiens de l’Empire (évêchés) au moment où les communautés locales ont adopté le latin (langue véhiculaire) à la place du grec pour la célébration du culte public.

2.1. Psautiers Italiens / Vetus italica / Itala

a- Psautier de Vérone (VIe- VIIe s.) = Psautier duplex (PsLXX-latin) : Verona, Capitolo, cod. 1)

b- Psautier de Saint-Germain (VIe s.) : Psautier simplex, Paris, BnF lat. 11947 (Sabatier, Vetus latina italica, t. 2)

c- Psautier Milanais ou Ambrosien (~ 10 mss.)
• Breviarium Ambrosianum, Milan, 1857, 4 vol.
• Magistretti (M.), Manuale Ambrosianum ex codice saec. XI. Pars prima. Psalterium et Kalendarium, Milan, 1905 [Vetus latina 400-402]

d- Psautier Romain post hiéronimien
Version dont l’usage s’est prolongé à Rome jusqu’au 20e siècle, dans les îles britanniques jusqu’au 12e siècle, en Italie parfois jusqu’au concile de Trente (cartographie chronologique plus précise en préparation. Plusieurs versions peuvent être en usage simultanément dans la même région (ainsi à Rome le Psautier gallican est utilisé à la Curie, alors que les basiliques romains célèbrent la liturgie des Heures avec le Psautier romain)

• Edition a, b, c, d, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).

f- Psautier de Rufin d’Aquilée (345-411, reconstitution)
Edition : MERLO (Francisca) GRIBOMONT (J.), Il Salterio di Rufino, Rome, 1972 (CBL, 14)
g- Psautiers erudits
• 1. Edition : Liber Psalmorum iuxta antiquissimam latinam versionem nunc primum ex Casinensi cod. 557, D. Ambrosio AMELLI ed., Romæ-Ratisbonæ-Neo-Eboraci, 1912 (CBL 1) [Vetus latina 136].
• 2-3 Cf. versions hiéronimiennes

2.2 Psautiers Germano-Francs
a- Psautier lyonnais (V-VIe s.) : Hybride Ps-R/Ps-G
b- Psautier de Corbie (VIIIe s.) : Psautier triplex (Ps-H, Ps-G) : St-Petersbourg, F. v. I. n. 5
• Edition a, b, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
2.3 Psautier Mozarabe ou Vetus Hispana ou wisigothiques…
• Editions : – Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
témoin principal : Bible de la Cava :
– [forme A Vetus latina 189, 2e colonne] [Vetus latina Hispana, t. 5, 1-3.]
Origen, dependencia, derivaciones, valor e influjo universal, reconstruccion, sistematizacio, analisis de sus diversos elementos, coordinacion yedicion critica de su texto. Estudio comparativo con los demas elementos de la ‘Vetus latina’, los padres y escritores eclesiasticos, los textos griegos y la vulgata, t. 5, 1 à 3 : El Salterio, Teofilo AYUSO MARAZUELA, éd., Madrid, 1962.
– [forme B Vetus latina 189]
• Teofilo AYUSO Marazuela, Psalterium visigothicum-mozarabicum (Biblia Polyglotta Matritensia, VII. Vetus latina, 21), Madrid, 1957.
Cf. Brou (Louis), «Le Psautier liturgique wisigothique et les éditions critiques des psautiers latins», Hispania Sacra 8 (1955), p. 337-360.

2.4 Psautiers celtiques

Voir les travaux de Martin Mc-Namara

2.5 Psautiers anglo-normands
a- PSAUTIER DIT ‘D’AUGUSTIN DE CANTERBURY’ (+ 604) : ms. daté entre 720 et 740
• Editions. : WRIGHT (D. H.), CAMPELL (A.), The Vespasian Psalter, British Museum Cotton Vespasian A.I., Copenhagen, 1967.

3. Psautiers duplex, triplex, quadruplex et polyglottes:
a- Salomon III de St-Gall (909)

4. Correctoires des Psaumes
Longue tradition de notes critiques relatives à la correction du texte du Psautier latin dérivée de la lettre de Jérôme à Sunnia et Fretela
a – Jérôme, Lettre à Sunnia et Fretela (Editio maior, t. 10)
b – Florus et le Psautier :

la lettre à Eldrade de Novalèse (voir P.-M. Bogaert, Revue bénédictine, et note de lecture sur Sacra Pagina ; voir aussi les travaux en cours de Pierre Chambert Protat)
c –Sedulius Scot
Epistula de psalterio in linguam latinam transferendo, MGH Epp., 6 (E. Dümmler, 1925), p. 202-205 (travaux en cours de Marie-Noëlle Diverchy)

d – Nicolas Maniacoria
c- correctoires des 12e et 13e siècles (travaux en cours de Martin Morard)

5. Psautier médio-latin
• Edition en cours de publication sur le site Gloss-e.irht.cnrs.fr
L’édition critique de la Vulgate procure une reconstitution du texte hiéronymien assez éloignée des versions en usage entre le 9e siècle et le concile de Trente. De nombreuses leçons retenues, pour de bonnes raisons critiques, ne sont attestées par un ou deux témoins alors que les plus fréquemment reçues sont rejetées en apparat. Le texte biblique qui accompagne l’édition électronique de la Glose ordinaire restitue les leçons majoritaires en circulation et indique en apparat les leçons issues de collations de psautiers latin de référence (psautiers « prototype » des liturgies cisterciennes et dominicaines, témoins du texte de la bible parisienne, etc., leçons des correctoires bibliques parisiens du 13e siècle, etc. )

Citer ce billet : Martin Morard, "Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin", dans Sacra Pagina, 09/06/2018, https://big.hypotheses.org/1231, consulté le 13/12/2018.

Liens utiles

Sur les éditions de la Bible ouvrir ce lien => La Bible latine et les versions anciennes de la Bible

Pour identifier une citation biblique dans

  • l’édition critique de la vulgate (texte hiéronymien reconstitué)

Biblia sacra vulgata ; version Weber-Gryson Stuttgart 1994 etc.)  (Das Wissenschaftliche Bibleportal der Deutschen Bibelgesellschaft): Texte de la Vulgate hiéronymienne du 5e siècle reconstitué. ATTENTION : le psautier hexaplaire n’est pas indexé.

  • la bible mediévale (12e-15e s.) :

Gloss-e.irht.cnrs.fr : utiliser la « recherche avancée » (texte de l’édition de 1481 avec une sélection de variantes en apparat)

  • la vulgate sixto-clementine (époque moderne) :

Vulsearch (Vulgate Sixto-Clémentine, avec Psautier hexaplaire et une partie des textes deutérocanoniques seulement ; version Colunga Turrado, Madrid, 1946). Plus complet en ce qui concerne la Vulgate que Bible server ; plus rapide de consultation mais moins performant: la ponctuation interrompt la chaîne de caractères recherchés.

!! Remplacer les diphtongues par un point : « .dificabitur » = aedificabitur

  • les versions non latines

Bible server : pour toute recherche dans toutes les versions non latine de la Bible (hébreu, Septante, langues vernaculaires). La Vulgate Sixto Clémentine [version Colunga Turrado, Madrid, 1946 y est amputée des livres et passages deutérocanoniques notamment du Siracide ( ? consultation du 11.8.2017)], Attention les graphies des noms propres ont été normalisées et modernisées.

!! La recherche ne tient pas compte de la ponctuation.

!! Remplacer les diphtongues par une astérisque : « *dificabitur » = aedificabitur

  • Pour une recherche lemmatisée « à l’ancienne » :
  1. P. Dutripon, Vulgatae editionis bibliorum sacrorum concordantiae, Bar-le-Duc, 2e éd., 1868.

Ces concordances de la Vulgate sixto-clémentine, sur le modèle des concordances bibliques du 13e siècle, permettent de visualiser l’intégralité des usages d’un mot biblique, accompagné de son contexte immédiat.
Une entrée par lemme. Les références à chaque lemme sont classées selon l’ordre des livres bibliques et non selon celui des formes latines.
La version PDF téléchargée est interrogeable par mot (attention : nombreuses erreurs de transcription). Possibilité de consulter en format texte.

  • Pour un travail scientifique citer les textes d’après les versions ci-dessous : )

Vetus latina

  • org : ressources bibliographiques et liens vers de nombreux manuscrits en ligne

Sir. 1-19 (VL 11/2)

Sir. 20-24 (VL 11/2)

Tradition manuscrite de la Bible latine

  • Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, dir. Paolo Cherubini, Città del Vaticano, 2005. [Principaux sujets traités : manuscrits grecs, transmission insulaire de la Bible, la bible wisigothique, le Psautier et les évangiles au Haut-Moyen-Âge, la Bible en Italie, Byzance, les Bibles atlantes, la Bible victorine et la Glose, la Bible de l’Université, les Bibles imagées, Bible et bibliothèques humanistes.]
  • Fischer (Bonifaz), Lateinische Bibelhandschriften im frühen Mittelalter, Freiburg, 1985 (Aus der Geschichte der lateinischen Bibel, 11).

Versions latines (histoire des) :

[La lecture d’orientation scientifique la mieux informée pour l’histoire littéraire de la Vulgate.]

Erudition biblique

Très utile, notamment, pour identifier et situer les lieux et les personnes de la Bible .

Préfaces de la Bible latine

Site d’orientation assez riche sur la Bible patristique avec textes latins et grecs des préfaces marcionites de la Bible, repris dans les bibles parisiennes et certains manuscrits de la Glose. L’organisation du site et le référencement des apparats critiques ne sont pas toujours évidents à comprendre.

Bible et prédication

Bible et théâtre

L’exégèse médiévale de la Bible : titres et liens utiles

Exégèse médiévale (auteurs et répertoires)

Friedrich Stegmüller, 11 vol., Madrid 1940-1980: t. 1 (1950) : livres bibliques, apocryphes, prologues, etc.  ; t. 2-3 (1950), 4-5 (1951-1954) : Commentaria classés par nom d’auteur ; t. 6-7 (1958-1961) : Commentaria anonyma ; t. 8-9 (1976-1977) : Suppléments, Glose ordinaire ; t. 10-11 (1979-1980) : Index des incipit.

[la version électronique permet des recherches par auteur, titre, ordre religieux, numéro du répertoire, incipit, explicit, lieu de conservation, date, provenance ancienne (distinguées de olim). Le contenu semble n’avoir encore été que peu mis à jour. Totalement insuffisant pour la Glose de Laon]

  • Le Long (Jacobus), Bibliotheca sacra seu syllabus omnium ferme Sacræ Scripturæ editionum ac versionum secundum seriem linguarum quibus vulgatæ sunt, 2 vol., Paris, André Pralard, 1709.
  • Le Long (Jacobus), Bibliotheca sacra in binos syllabos distincta, 2 vol., 3e éd. augmentée, Paris, Antoine Urbain Coustelier, 1723.

Exégèse médiévale (histoire)

  • Smalley (Beryl), The Study of the Bible in the Middle Ages, 3 éditions : Oxford, 1952, Notre Dame (Indiana) 1964, 1983.

Exégèse médiévale (herméneutique et histoire)

  • Dahan (Gilbert), L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval (xiie-xive siècles), Paris, 1999 (Patrimoines. Christianisme). [Pour plus de références à cet auteur qui a porté l’exégèse médiévale au rang de science historique, voir sa bibliographie en ligne]

Exégèse médiévale (réceptions)

  • Ursula Vones-Liebstein, « Die Rolle der Bibel im Leben von Regularkanonikerabteien Saint-Ruf und Saint-Victor in Paris – ein Vergleich », in Bibel und Exegese in der Abtei Saint-Victor zu Paris. Form und Funktion eines Grundtextes im europäischen Rahmen, éd. Rainer Berndt, Münster, 200#, p. 167-192 [lectures liturgiques, au réfectoire et au cloître].Nicolas de Lyre :

Exégèse médiévale (réception à la période moderne)

  • Ferrer-Mantero 2006.

Nicholas of Lyra:

Droit canonique

[bibliothèque virtuelle d’éditions anciennes des œuvres de canonistes, parfois en pdf, parfois enrichies de métadonnées]

Emmanuel Bain, L’étude du paratexte biblique aux XIIe-XIIIe siècles, 2008

  • Emmanuel Bain, « L’étude du paratexte biblique aux XIIe-XIIIe siècles »,  Loxias,  20,  mis en ligne le 28 avril 2008.

Essai d’appliquer à l’exégèse médiévale de la Bible le concept de paratexte développé par Gérard Genette (Seuils, Paris, 1987) qui distingue un paratexte auctorial, voulu par l’auteur (introduction, titres), et un paratexte allogène, ajouté par les éditeurs du texte (prologues hiéronymien, capitulation, gloses). E. Bain (ne s’intéressant ici qu’au paratexte auctorial) estime que les commentateurs du XIIIe siècle auraient su, dans le contexte du renouvellement exégétique qui les caractérise, distinguer le texte biblique du paratexte auctorial et fonder sur son statut intermédiaire, « à la fois partie intégrante du texte biblique et distincts de l’œuvre », l’éloge de l’œuvre et un guide d’interprétation de celle-ci. Enfin il se demande dans quelle mesure les commentateurs ont intégré ces analyses du paratexte au commentaire du texte.

[Nonobstant les remarques très judicieuses de l’article,  on notera que l’analyse d’éléments paratextuels comme le titre, l’auteur, la matière,  le style, etc.  apparaissent dans les préfaces des commentaires bien avant la fin du XIIe siècle et font partie de l’héritage des grammairiens pour la forme et des Pères pour le fond. Le contraste mis en oeuvre entre commentaires du XIIIe siècle et Glose ordinaire est un peu artificiel, dans la mesure où la Glose ordinairen’a pas fonction de proposer un commentaire du texte biblique, mais les éléments traditionnels nécessaires à une réception traditionnelle ou ecclésiale de la Sacra doctrina que le commentateur a pour fonction de susciter. Le statut herméneutique du commentaire et de la Glose n’est donc pas tout à fait identique. On peut même aller plus loin en se demandant si l’exégèse du XIIIe siècle, avec la structuration des préfaces par   les quatre causes aristotéliciennes, n’a pas fini par noyer l’analyse des éléments du paratexte sous une approche conceptuelle moins littéraire que théologique, tandis que les prologues du XIIe siècle, avec leurs divisions par titre, auteur, matière, mode, etc. ne rendaient pas plus immédiatement perceptible la réalité du paratexte biblique. ]

François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, 2006

  • François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, Revue Bénédictine, 116 (2006)Note portant 1° sur une nouveau témoin fragmentaire d’Isaïe vieux latin (péricope liturgique discontinue dans un feuillet de garde du Xe s.) et 2° sur l’identification de citations bibliques non évidentes (Prov. 3, 32; 16, 5) dans des textes patristiques latins, grâce à la rétroconversion à partir du grec de la Septante. Par ce second point, l’article rappelle le problème posé aux éditeurs par l’existence de citations bibliques non identifiées ou assimilées à de simples allusions parce que leur teneur littérale ne correspond pas à celle du texte hiéronymien ou du texte vulgate des éditions et concordances. Il est nécessaire de chercher à identifier par rétroconversion à partir de la Septante les sources de citations de tonalité biblique qui s’écartent de la lettre des éditions critiques et de leurs apparats. Ainsi, lorsque les recherches dans les bases textuelles informatisées permettent de constituer des séries de clausules similaires qui résistent au processus d’identification classique, il convient de chercher les références aux occurrences des mots les plus stables à partir de concordances latines et grecques de manière à repérer la source biblique des passages concernés. « Une série de parallèles non référencés et affectés de menues variantes trahit souvent la présence d’un emprunt scripturaire. » (p. 294).

    [J’ajoute pour avoir rencontré ce mécanisme dans l’exégèse des 12e et 13e siècle ; la rétroconversion à partir de l’hébreux doit aussi être tentée. Dans les commentaires bibliques le même phénomène permet d’identifier les réemplois de sources scolaires ou de commentaires préexistants.]

Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, 2005

  • Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, dir. Paolo Cherubini, praef. Carlo Maria Martini – Alessandro Pratesi, Città del Vaticano, Scuola vaticana di paleografia, diplomatica e archivistica, 2005, (Littera antiqua 13).
Table des matières :
prefazione : Carlo M. card. Martini
introduzione : Alessandro Pratesi
Edoardo Crisci, « I più antichi manoscritti greci della bibbia. fattori materiali, bibliologici, grafici »
Paolo Radiciotti, « Le sacre scritture nel mondo tardoantico grecolatino »
Michelle P. Brown, « Predicando con la penna: il contributo insulare alla trasmissione dei testi sacri dal vi al ix secolo »
Paolo Cherubini, « Le bibbie spagnole in visigotica »
Massimiliano Bassetti, « Le bibbie imperiali d’età carolingia ed ottoniana »
Jean Vezin, « I libri dei salmi e dei vangeli durante l’alto medioevo »
Virginia Brown, « I libri della bibbia nell’italia meridionale longobarda »
Francesco D’Aiuto, « Il libro dei vangeli fra bisanzio e l’oriente: riflessioni per l’età mediobizantina »
Emma Condello, « La bibbia al tempo della riforma gregoriana: le bibbie atlantiche »
Matthias M. Tischler, « Dal Bec a San Vittore: l’aspetto delle bibbie ‘neomonastiche’ e ‘vittorine’ »
Sabina Magrini, « La bibbia all’università (secoli xii-xiv): la ‘bible de paris’ e la sua influenza sulla produzione scritturale coeva »
Guy Lobrichon, « Le bibbie ad immagini, secoli xii-xv »
Antonio Manfredi, « Manoscritti biblici nelle biblioteche umanistiche tra firenze e roma. una prima ricognizione »
Tavole
Indici
i. Tavole
ii. Fonti manoscritte
iii. Nomi di persona e di luogo

Togni, « Frammenti di una Bibbia atlantica proveniente dall’abbazia premonstratense di Bellelay », 2008

  • Togni (Nadia ), « Frammenti di una Bibbia atlantica proveniente dall’abbazia premonstratense di Bellelay », Revue suisse d’histoire, 58 (2008), p. 379-406.

Rapprochement de trois défaits de reliures issus d’une bible atlante provenant de l’abbaye prémontrée de Bellelay fondée en 1136 (Suisse actuelle), que l’auteur date de la première moitié du 12e s. et qui aurait été commandée à Rome pour l’abbaye par l’évêque Ortlieb de Froburg (1137-+1164) ; voir Bern, Burgerbibliothek, cod. 749.7 = 2 Reg 23, 10-19, 24, 3-13; 3 Reg 1, 13-25 ; Porrentruy, Archive de l’ancien évêché de Bâle, enveloppe B 133/12 = Ps-R 104, 43-109, 5 et Ps-R 109, 5-118, 42 ; Porrentruy, Archive de l’ancien évêché de Bâle, enveloppe B 133/12 = Gen 25 10-26, 33 ; Gen 26, 33-28, 11.

Togni (Nadia), « La Bibbia atlantica di Dubrovnik », 2007

Togni (Nadia), « La Bibbia atlantica di Dubrovnik (ms. Dubrovnik, Dominikanski Samostan, 58 sub vitro) », Segno e testo 5 (2007) 341-393.

Etude de cas qui rattache chronologiquement et textuellement cette bible atlante au groupe de la bible de Genève, bibl. publ. et universitaire, lat. 1 ; Admont, Stiftsbibl. C-D ; San Daniele del Friuli Bibl. Guarneriana, I-II.

Larson (Atria A.), « The Influence of the School of Laon on Gratian : The Usage of the Glossa ordinaria and Anselmian Sententiae in De Penitentia (Decretum C. 33 q. 3) », Medieval Studies, 72 (2010), p. 197-244.

Larson (Atria A.), « The Influence of the School of Laon on Gratian : The Usage of the Glossa ordinaria and Anselmian Sententiae in De Penitentia (Decretum C. 33 q. 3) », Medieval Studies, 72 (2010), p. 197-244.

L’auteur part du rappel des acquis d’une étude antérieure [id., « The Evolution of Gratian’s tractatus de penitentia », Bulletin of Medieval Canon Law, 26 (2004-2006), p. 59-123] qui montre que Gratien a composé son traité De penitentia non comme une collection canonique, mais comme un traité théologique « classique », avant de l’intégrer dans le Décret, initialement sous la forme d’un traité continu. La division en canons et dicta adoptée par les manuscrits tardifs et les éditions du Décret (par ex. Friedberg) n’est pas primitive. La forme de ce traité s’apparente donc à celle des recueils de sentences du nord de la France, bien qu’il soit plus « sophistiqué ».

Fort de cette observation, Larson estime que l’Ecole d’Anselme de Laon est la seule à expliquer cet état de fait et cette méthode et il cherche à démontrer que le traitement de la pénitence par Gratien doit aux sentences anselmiennes sa principale source d’influence. Il estime ainsi trouver le maillon manquant du réseau d’influence exercées sur Gratien que Landau avait mis à jour [Peter Landau, « Gratian und di Sententiae Magistri A. », dans Aus Archiven und Bibliotheken : Festschrift für Raymund Kottje zum 65. Geburtstag, Hubert Mordek, Frankfurt-am-Main, 1992]. Il conclut que Gratien doit être considéré comme un membre de l’École de Laon et un disciple d’Anselme (p. 244).
L’article est divisé en trois chapitres :
Historiographical Background Linking Gratian to Anselm of Laon
Gratian’s De Penitentia and the Glossa ordinaria on the Bible
Gratian’s De Penitentia and the Sententiae from the School of Laon
Il faut saluer l’intérêt de cette étude tout en regrettant qu’elle n’ait pu tenir compte des acquis de la thèse de Cédric Giraud,  Per Verba Magistri, Anselme de Laon et son école au XIIe siècleBrepols, 2010 consacrée à l’Ecole de Laon, avec une attention toute particulière à la problématique des recueils de sentences qui s’en réclament, notamment les Sententiae Magistri A.
L’auteur ne renouvelle pas l’analyse des sentences anselmiennes proprement dites ; toute son approche s’appuie sur une littérature déjà ancienne, principalement Marcia Colish et Dom Lottin dont Cédric Giraud a pourtant profondément renouvelé la lecture.
Concernant la Glose de Laon, l’étude renforce l’idée d’une première diffusion de certains livres de celle-ci dès les premières décennies du XIIe siècle, bien avant la copie des manuscrits les plus anciens parvenus jusqu’à nous. Contrairement à ce que dit l’auteur, la thèse de Theresa Gross-Diaz sur l’antériorité de la Glosa media sur la Parva, mais postérieure à un commentaire anselmien perdu est loin de faire l’unanimité. Nos recherches philologiques en cours sur la Parva tendent pour l’instant à prouver le contraire.  : « On the basis of Theresa Gross-Diaz […] it is now widely believed (though not universally accepted) that the parva glosatura postdated the media glosatura because the parva glosatura appears to be a reworking of an earlier, nonextant commentary and/or gloss on the Psalms by Anselm of Laon combined with material from Gilbert’s own gloss (the so-called media glosatura). » (p. 208 n. 30).
A mon sens l’auteur ne fait pas la distinction entre les versions primitives et le texte standardisé postérieure à Gilbert ou édité par lui.
Quoiqu’il en soit, son étude vise à contourner l’absence de rapprochements littéraux entre les textes laonnois (ou prétendument tels) et Gratien en se fondant sur des rapprochements idéologiques et méthodologiques pour conclure à une antériorité de la Glose par rapport à Gratien et donc à Gilbert de la Porrée. La conclusion est probable, mais elle est insuffisamment démontrée. Tout cela suppose évidemment qu’il faille bien dater Gratien des années 1120 et que les Sententiae Anselmi soient bien antérieures à cette date, ce qui est loin d’être prouvé (cf. C. Giraud, op. cit.).