Les autorités déclarées de la Catena aurea

Le texte de la Catena aurea que nous restituons à partir de manuscrits de la tradition universitaire, annonce explicitement – dans l’état actuel de nos travaux et dans l’attente de précisions à venir – 21 auteurs latins et 22 auteurs grecs (voir détails de leur répartition en cliquant sur le lien joint

Les autorités déclarées d’une chaîne ou d’un florilège, autrement dit leurs sources explicites, permettent d’évaluer la documentation consciente ou affichée de son auteur. Il importe de ne pas attribuer à l’auteur de la Catena la connaissance explicite de toutes les sources dont il a fait usage. L’édition en préparation montre qu’un nombre significatif d’attributions, copiées en rouge en tête de chaque sentence, ont fait l’objet d’erreurs de la part des copistes et des éditeurs.

61 % des sentences sont attribuées à des auteurs d’expression latine

39 % des sentences sont attribuées à des auteurs d’expression grecque

41 % des sentences d’auteurs grecs ou byzantins proviennent de traductions latines en circulation dans le monde latin avant la Catena.

59 % de ce même corpus d’origine grec n’avait jamais été traduit en latin avant la Catena ou a été retraduit à nouveaux frais pour l’occasion.

La Catena sur Matthieu annonce 20 auteurs latins et 12 grecs pour 4868 sentences.

La Catena sur Marc annonce 10 autorités latines et 7 grecs pour 1468 sentences pour 1468 sentences.

La Catena sur Luc annonce 28 autorités (9 latines et 19 grecques pour 3711 sentences.

La Catena sur Jean compte 11 Pères latins et 9 Pères grecs seulement pour 2760 sentences.

Attention : la restauration du texte universitaire de la Catena n’étant pas encore achevée, ces chiffres peuvent être amenés à changer au fil de l’édition. Ils donnent cependant des ordres de grandeurs et des proportions statistiquement corrects.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les autorités déclarées de la Catena aurea", dans Sacra Pagina, 12/03/2019, https://big.hypotheses.org/2127, consulté le 25/08/2019.

Les postilles de Nicolas de Lyre sur la Bible

Les postilles bibliques de Nicolas de Lyre désignent deux ensembles textuels qui ont fait l’objet de deux diffusions distinctes  :

– les postilles littérales : diffusion manuscrite majoritaire, rapidement relayée par l’imprimerie

– les postilles morales : version abrégée des précédentes, elle ne retiennent que l’exposition au sens spirituel proposée par Nicolas de Lyre à la fin de l’explication de chacune des unités textuelles bibliques de la postille longue (fin de chaque chapitre ou équivalent).

Il est recommandé de noter avec soin si un manuscrit ou une édition comprend les postilles selon le sens littéral avec ou sans les postilles selon le sens moral.

Le texte des postilles morales présente des variations considérables entre les manuscrits ; on sera particulièrement attentifs au traitement de lieux critiques de l’histoire de la Vulgate comme par exemple les livres d’Esdras.

Les éditions imprimées compilent la Bible, la Glose ordinaire (citer de préférence l’édition princeps de 1481) et les postilles de Nicolas de Lyre selon différentes mises en page :

  • Quelques manuscrits adoptent une mise en page glosée.
  • La plupart des manuscrits ne comportent que le texte de Lyre (pour chaque chapitre en principe : postilles selon le sens littéral, puis selon le sens moral), sans texte biblique ni Glose ordinaire.

Par exemple :

Postille litteralis in Bibliam (ensemble en plusieurs volumes)  :

Prv.-1-2Mcc. : Saint-Omer, BM, 007/1 (14e s. 2/2) : sine textu)

  • Editions imprimées
  1. Certaines éditions imprimées compilent la Bible, la Glose ordinaire (édition scientifique en ligne d’après l’édition princeps de 1481 ) et les postilles de Nicolas de Lyre selon différentes mises en page :
  2. Les éditions imprimées adoptent systématiquement une mise en page glosée encadrante, sur le modèle vulgarisé par les gloses juridiques. Utiliser notamment :

►Nürnberg, 1485 : Biblia : Cum postillis Nicolai de Lyra et expositionibus Guillelmi Britonis in omnes prologos S. Hieronymi et additionibus Pauli Burgensis replicisque Matthiae Doering. – Nürnberg : Anton Koberger, 1485. Digitalisierte Ausgabe [archive] der Universitäts- und Landesbibliothek Düsseldorf

Basel, Froben, 1498 (feuilletage par partie puis par livre biblique) : Glose ordinaire à gauche du texte biblique, Nicolas de Lyre à droite+ accès direct aux images couleurs, pdf  téléchargeable, consultation  aisée, respect de la continuité du texte de Nicolas de Lyre, texte très abrégé.

Basel, 1507-1508 .

Biblia glossata cum postillis Nicolai de Lyra, Venetiis, 1603 (feuilletage direct par livre biblique) : Texte très interpolé établi à Paris, en 1589,  par Jean et Jacques de Cuilly, OFM. Glose ordinaire avec ajouts (signalés par *) dans le registre supérieur, Postilles littérales de Nicolas de Lyre en italiques dans le registre inférieur ; Postilles selon le sens moral de Nicolas de Lyre en bas de page

+ entrée aisée par table des matière, presque toutes les abréviations sont développées, notes marginales de sources,  mais images noir et blanc et pdf à télécharger.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les postilles de Nicolas de Lyre sur la Bible", dans Sacra Pagina, 07/09/2018, https://big.hypotheses.org/1817, consulté le 25/08/2019.

Mises en page de la Bible glosée

Plusieurs schémas de mise en page  glosée, du plus sommaire au plus sophistiqué, ont été adoptés pour la Bible entre le 6e et le 16e siècle, faisant l’objet de modes qui fluctuent dans le temps. Certaines mises en pages sont donc typiques d’une époque ou associées principalement à telle version de la Bible glosée. Dans le cas des simples commentaires (scolaires ou homilétiques) le lemme ou texte biblique est intégré partiellement dans le fil des commentaires bibliques continus, sous forme de citations partielles et indicatives, souvent suivies de la locution “et caetera” (lemme « catchwords »).

Les manuscrits bibliques glosés se distinguent des simples commentaires bibliques par le fait qu’ils contiennent l’intégralité du texte d’un ou plusieurs livres bibliques, distingué des commentaires ou gloses qui l’accompagnent par une mise en page spécifique (organisation de la page, types et modules d’écriture, couleurs). Selon les oeuvres et les époques, les manuscrits de la Bible glosée adoptent l’un ou l’autre des schémas de mise en page suivants:

1. mise en page avec lemme intercalé dans la Glose, en sections – ancêtres de nos versets bibliques – (rubriqué ou non) dans le texte de la Glose, de même module que la Glose ou non (modèle minoritaire, attesté dès la période carolingienne, utilisé notamment par Florus de Lyon [Lyon, BM, 484], Smargde [Boulogne-sur-Mer, BM, 025], Pierre Lombard in Ps. (quelques manuscrits) et même pour certains manuscrits de textes patristiques, comme par exemple Augustin, Tractatus in Iohannem, ms. Chantilly, Château, 121, f. 114rb, copié en Allemagne, à l’abbaye cistercienne de Himmerode en 1154. La Glose ou le commentaire peuvent être copiés soit à longues lignes, soit sur 2 col.

2. mise en page sur 2 colonnes, avec lemme au centre du livre ouvert (aperture) : texte biblique sur une colonne continue, de part et d’autre de la marge de couture (gloses marginales alternativement à gauche et à droite des feuillets ; les gloses interlinéaires sont exceptionnelles, surtout au 12e siècle. Exemple : Glossa media de Gilbert de la Porrée; voir aussi Odbert de St-Bertin, In Ps.

3. mise en page sur 3 colonnes, avec lemme au centre de chaque feuillet : texte biblique sur une colonne continue régulière au centre du feuillet avec gloses marginales et/ou interlinéaires (Gloses carolingiennes et laonnoises), surtout entre le 9e et la fin du 12e siècle. C’est le schéma typique de la Glose ordinaire. A l’intérieur d’un même manuscrit, en fonction de la longueur des gloses, on peut observer parfois des irrégularités qui correspondent à d’autres schémas dérivés comme la mise en page “puzzle” ou le modèle “juridique”. Exemple : Paris, BnF, lat. 59

4. mise en page “puzzle” : texte biblique et gloses disposés en pièces irrégulières assemblées sur 1, 2 ou 3 colonnes, elles-même de largeur et de longueur irrégulières formant des pièces de taille et de module différents, ajustées les unes aux autres et analogues à celles d’un puzzle. Exemple : Beaune, BM 10, f. 5 : Glossa ordinaria (Sap.); Madrid, Biblioteca de la Universidad Complutense, BH MSS 218, f. 136r : Glossa ordinaria (Sir.).Ce schéma est appliqué à tous les livres de la bible glosée parisienne du 13e siècle (Glose ordinaire standardisée), à l’exception du Psautier et du corpus paulinien pour lesquels on préfère la disposition du lemme en îlots :

5. mise en page avec lemme “en îlots” : texte biblique intercalé, soit sur la moitié droite de la colonne du texte de la Glose (Magna Glossatura italienne, minoritaire), soit sur la moitié gauche de celle-ci (Magna Glossatura parisienne : modèle majoritaire). Ce modèle, diffusé avec la Grande Glose de Pierre Lombard, a été adopté pour la mise en page de la Catena aurea de Thomas d’Aquin et d’autres commentaires bibliques au 13e siècle. Exemple :

6. mise en page “juridique” : le lemme commenté est disposé sur deux colonnes partielles placées au centre des feuillets et entourées par la Glose sur trois côtés. Ce schéma a été généralisé par les gloses juridiques manuscrites. Il est appliqué à certains commentaires bibliques dès la seconde moitié du 13e siècle, sur les parties où la glose est la plus importante (notamment certaines parties des postilles brèves de Hugues de St-Cher). Il a été appliqué systématiquement aux commentaires bibliques (Glose ordinaire, Nicolas de Lyre, Postilles longues de Hugues de St-Cher) par les éditions imprimées.

Dans ce tableau la colonne “Textus”  concerne la mise en page du texte biblique, “expositio” la mise en page du commentaire ou des gloses associés au texte biblique.

dates titres de la Glose normalisés livres bibliques type textus biblicus
expositio glose interl. auteurs
600-1800 Glossa N. quelques tout type tout type glose marg. parfois divers
600-1800 Glossa (anonyma) quelques tout type tout type glosesmarg. parfois anonyme
600-1090 Glossa prisca quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. parfois anonyme
1025 < Glossa Brunonis Ps. 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. non Bruno Herbipolensis / Würzburg
1000 c. Glossa Odberti Ps. 2 col. emboîtées continu centre de l’aperture glose marg. encadrante non Odon de Saint-Bertin
1090 < Glossa parva Ps. Paul 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Anselme de Laon
1090-1180 c. Glossa ordinaria quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Ecole de Laon, Gilbert l’Universel
1140-1180 Glossa media Ps. Paul 2 col. paral. continu centre de l’aperture continue lateralis non Gilbert de Poitiers
1160 < Glossa magna Ps. Paul îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue reticulata non Petrus Lombardus
1180-1280 Glossa ordinaria² sauf Ps. Paul. puzzle interrompu irrégulier glose marg. encastrées oui anonyme
1235-1245 Postille Hugonis OP tous sine textu catchwords [rare : îlots] continue non Hugo de Sto Caro
1250-1270 Glossa dominicana OP tous îlot central continu au centre des f. continua lateralis quandoque involvans non Hugo de Sto Caro
1262-1272 Catena aurea OP évangiles îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue non Thomas de Aquino
1270-1290 Postille Gorrani OP quelques sine textu catchwords  [îlots : Ps.] continue non Nicolaus de Gorran
1319-1339 c. Postille Lyrae OFM tous sine textu catchwords continue non Nicolaus de Lyra

Citer ce billet : Martin Morard, "Mises en page de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, 25/08/2018, https://big.hypotheses.org/1672, consulté le 25/08/2019.