Esdras et la Bible parisienne

Résumé

mise à jour 24.08.2019

Le corpus des livres d’Esdras a évolué par étapes entre la fin du 12e et la fin du 16e siècle. Au 13e siècle, la bible parisienne est très différente à cet égard de la Vulgate Sixto-Clémentine. Elle est surtout beaucoup moins homogène qu’ont a pu le croire à la lecture des meilleurs spécialistes. Après avoir souvent été considérés comme formant un seul livre, 1Esr et 2Esr. , sans être encore dissociés, ont été progressivement distingués par le jeu des initiales ornées et des titres courants. Le statut de 2Esr. a, de ce fait, évolué au cours du 13e siècle, d’abord sans capitulation et sans titre propre – le nom de Néémie n’étant indiqué qu’en titre courant -, puis avec une capitulation distincte, parfois sous le titre de “Secundus liber Esdre”. La présence d’une rubrique ou d’un titre distinctif demeure exceptionnelle en tête de 2Esr.

Conjointement, 3Esr. fut placé à la suite de 1-2Esr. sous le titre de “Secundus Esdre”. La séparation des deux livres est consacrée différemment par les correctoires et Nicolas de Lyre. Les correctoires qualifient 2Esr. de “Secundus Esdre” mais ignorent 3Esr. Il en va de même pour Nicolas de Lyre.

Enfin, 4Esr. n’a été  adjoint régulièrement au groupe 1-3Esr.  que très tard, et hors du cadre parisien typique de la Bible du 13e siècle, à l’occasion des premières éditions imprimées de la Bible dans la seconde moitié du 15e siècle (Gutenberg 1455, Pfister 1460 etc.). Il ne semble pas avoir été régulièrement intégré aux éditions des postilles bibliques de Nicolas de Lyre à la fin du 15e siècle[1].

Nous n’avons esquissé ici qu’une tendance générale qui s’est imposée par une sorte de consensus tacite, peu à peu et  non sans repentirs. A toutes les étapes du processus, des manuscrits plus ou moins isolés attestent chacun des cas de figure évoqués plus-haut. Malgré la diffusion du groupe 1-4Esr. à la fin du Moyen-Age, le Concile de Trente adopta la position des partisants du corpus réduit en ne reconnaissant l’authenticité que des deux premiers livres d’Esdras, “le premier et le second qui s’appelle Néémie”. Ce choix précisait le canon hiéronymien ; ce n’en était que l’une des interprétations possibles, sans doute la plus vraisemblable. Mais elle se heurtait au fait de  la tradition cumulative héritée de la dynamique parisienne. Une demi siècle plus tard, admettant implicitement l’incertitude induite par l’imprécision du canon hiéronymien, les éditeurs de la Clémentine réintégrèrent quand même  3Esr. et 4Esr., mais en appendice. Trente a donc lu Jérôme à travers le prisme du corpus d’Esdras  dans son état de la fin du Moyen Âge. On ne saurait dire qu’il ait adopté le corpus d’Esdras sous la forme qui aurait été la sienne au 13e siècle dans “la” Bible parisienne.

[1] En attendant une étude plus poussée, notons que certains manuscrits de la postille littérale de Nicolas de Lyre de la fin du 15e siècle distinguent pourtant « Primus Esdras » (1-2Esr.) et « Secundus Esdre » (3Esr.) et attribuent au maître franciscain un commentaire de 3Esr. : cf. Barcelone, Univ. 741-3/2, f. 247ra-252b : “Liber Esdre incipit. Et fecit losias. Liber iste qui dicitur Esdre secundus, videtur … Expl.: deputatus ad divinas laudes et obsequia. Cuí eest honor et gloria in secula seculorum Amen. Postilla venerabilis fratris Nicolai de Lyra, super secundum librum Esdre, fínit”.  Ce texte semble absent des manuscrits français de la postille cf.  Paris, BnF, lat. 351 et 359, etc.

Pour en savoir plus :

Continuer la lecture de « Esdras et la Bible parisienne »

Les postilles de Nicolas de Lyre sur la Bible

Les postilles bibliques de Nicolas de Lyre désignent deux ensembles textuels qui ont fait l’objet de deux diffusions distinctes  :

– les postilles littérales : diffusion manuscrite majoritaire, rapidement relayée par l’imprimerie

– les postilles morales : version abrégée des précédentes, elle ne retiennent que l’exposition au sens spirituel proposée par Nicolas de Lyre à la fin de l’explication de chacune des unités textuelles bibliques de la postille longue (fin de chaque chapitre ou équivalent).

Il est recommandé de noter avec soin si un manuscrit ou une édition comprend les postilles selon le sens littéral avec ou sans les postilles selon le sens moral.

Le texte des postilles morales présente des variations considérables entre les manuscrits ; on sera particulièrement attentifs au traitement de lieux critiques de l’histoire de la Vulgate comme par exemple les livres d’Esdras.

Les éditions imprimées compilent la Bible, la Glose ordinaire (citer de préférence l’édition princeps de 1481) et les postilles de Nicolas de Lyre selon différentes mises en page :

  • Quelques manuscrits adoptent une mise en page glosée.
  • La plupart des manuscrits ne comportent que le texte de Lyre (pour chaque chapitre en principe : postilles selon le sens littéral, puis selon le sens moral), sans texte biblique ni Glose ordinaire.

Par exemple :

Postille litteralis in Bibliam (ensemble en plusieurs volumes)  :

Prv.-1-2Mcc. : Saint-Omer, BM, 007/1 (14e s. 2/2) : sine textu)

  • Editions imprimées
  1. Certaines éditions imprimées compilent la Bible, la Glose ordinaire (édition scientifique en ligne d’après l’édition princeps de 1481 ) et les postilles de Nicolas de Lyre selon différentes mises en page :
  2. Les éditions imprimées adoptent systématiquement une mise en page glosée encadrante, sur le modèle vulgarisé par les gloses juridiques. Utiliser notamment :

►Nürnberg, 1485 : Biblia : Cum postillis Nicolai de Lyra et expositionibus Guillelmi Britonis in omnes prologos S. Hieronymi et additionibus Pauli Burgensis replicisque Matthiae Doering. – Nürnberg : Anton Koberger, 1485. Digitalisierte Ausgabe [archive] der Universitäts- und Landesbibliothek Düsseldorf

Basel, Froben, 1498 (feuilletage par partie puis par livre biblique) : Glose ordinaire à gauche du texte biblique, Nicolas de Lyre à droite+ accès direct aux images couleurs, pdf  téléchargeable, consultation  aisée, respect de la continuité du texte de Nicolas de Lyre, texte très abrégé.

Basel, 1507-1508 .

Biblia glossata cum postillis Nicolai de Lyra, Venetiis, 1603 (feuilletage direct par livre biblique) : Texte très interpolé établi à Paris, en 1589,  par Jean et Jacques de Cuilly, OFM. Glose ordinaire avec ajouts (signalés par *) dans le registre supérieur, Postilles littérales de Nicolas de Lyre en italiques dans le registre inférieur ; Postilles selon le sens moral de Nicolas de Lyre en bas de page

+ entrée aisée par table des matière, presque toutes les abréviations sont développées, notes marginales de sources,  mais images noir et blanc et pdf à télécharger.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les postilles de Nicolas de Lyre sur la Bible", dans Sacra Pagina, 07/09/2018, https://big.hypotheses.org/1817, consulté le 25/08/2019.

Mises en page de la Bible glosée

Plusieurs schémas de mise en page  glosée, du plus sommaire au plus sophistiqué, ont été adoptés pour la Bible entre le 6e et le 16e siècle, faisant l’objet de modes qui fluctuent dans le temps. Certaines mises en pages sont donc typiques d’une époque ou associées principalement à telle version de la Bible glosée. Dans le cas des simples commentaires (scolaires ou homilétiques) le lemme ou texte biblique est intégré partiellement dans le fil des commentaires bibliques continus, sous forme de citations partielles et indicatives, souvent suivies de la locution “et caetera” (lemme « catchwords »).

Les manuscrits bibliques glosés se distinguent des simples commentaires bibliques par le fait qu’ils contiennent l’intégralité du texte d’un ou plusieurs livres bibliques, distingué des commentaires ou gloses qui l’accompagnent par une mise en page spécifique (organisation de la page, types et modules d’écriture, couleurs). Selon les oeuvres et les époques, les manuscrits de la Bible glosée adoptent l’un ou l’autre des schémas de mise en page suivants:

1. mise en page avec lemme intercalé dans la Glose, en sections – ancêtres de nos versets bibliques – (rubriqué ou non) dans le texte de la Glose, de même module que la Glose ou non (modèle minoritaire, attesté dès la période carolingienne, utilisé notamment par Florus de Lyon [Lyon, BM, 484], Smargde [Boulogne-sur-Mer, BM, 025], Pierre Lombard in Ps. (quelques manuscrits) et même pour certains manuscrits de textes patristiques, comme par exemple Augustin, Tractatus in Iohannem, ms. Chantilly, Château, 121, f. 114rb, copié en Allemagne, à l’abbaye cistercienne de Himmerode en 1154. La Glose ou le commentaire peuvent être copiés soit à longues lignes, soit sur 2 col.

2. mise en page sur 2 colonnes, avec lemme au centre du livre ouvert (aperture) : texte biblique sur une colonne continue, de part et d’autre de la marge de couture (gloses marginales alternativement à gauche et à droite des feuillets ; les gloses interlinéaires sont exceptionnelles, surtout au 12e siècle. Exemple : Glossa media de Gilbert de la Porrée; voir aussi Odbert de St-Bertin, In Ps.

3. mise en page sur 3 colonnes, avec lemme au centre de chaque feuillet : texte biblique sur une colonne continue régulière au centre du feuillet avec gloses marginales et/ou interlinéaires (Gloses carolingiennes et laonnoises), surtout entre le 9e et la fin du 12e siècle. C’est le schéma typique de la Glose ordinaire. A l’intérieur d’un même manuscrit, en fonction de la longueur des gloses, on peut observer parfois des irrégularités qui correspondent à d’autres schémas dérivés comme la mise en page “puzzle” ou le modèle “juridique”. Exemple : Paris, BnF, lat. 59

4. mise en page “puzzle” : texte biblique et gloses disposés en pièces irrégulières assemblées sur 1, 2 ou 3 colonnes, elles-même de largeur et de longueur irrégulières formant des pièces de taille et de module différents, ajustées les unes aux autres et analogues à celles d’un puzzle. Exemple : Beaune, BM 10, f. 5 : Glossa ordinaria (Sap.); Madrid, Biblioteca de la Universidad Complutense, BH MSS 218, f. 136r : Glossa ordinaria (Sir.).Ce schéma est appliqué à tous les livres de la bible glosée parisienne du 13e siècle (Glose ordinaire standardisée), à l’exception du Psautier et du corpus paulinien pour lesquels on préfère la disposition du lemme en îlots :

5. mise en page avec lemme “en îlots” : texte biblique intercalé, soit sur la moitié droite de la colonne du texte de la Glose (Magna Glossatura italienne, minoritaire), soit sur la moitié gauche de celle-ci (Magna Glossatura parisienne : modèle majoritaire). Ce modèle, diffusé avec la Grande Glose de Pierre Lombard, a été adopté pour la mise en page de la Catena aurea de Thomas d’Aquin et d’autres commentaires bibliques au 13e siècle. Exemple :

6. mise en page “juridique” : le lemme commenté est disposé sur deux colonnes partielles placées au centre des feuillets et entourées par la Glose sur trois côtés. Ce schéma a été généralisé par les gloses juridiques manuscrites. Il est appliqué à certains commentaires bibliques dès la seconde moitié du 13e siècle, sur les parties où la glose est la plus importante (notamment certaines parties des postilles brèves de Hugues de St-Cher). Il a été appliqué systématiquement aux commentaires bibliques (Glose ordinaire, Nicolas de Lyre, Postilles longues de Hugues de St-Cher) par les éditions imprimées.

Dans ce tableau la colonne “Textus”  concerne la mise en page du texte biblique, “expositio” la mise en page du commentaire ou des gloses associés au texte biblique.

dates titres de la Glose normalisés livres bibliques type textus biblicus
expositio glose interl. auteurs
600-1800 Glossa N. quelques tout type tout type glose marg. parfois divers
600-1800 Glossa (anonyma) quelques tout type tout type glosesmarg. parfois anonyme
600-1090 Glossa prisca quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. parfois anonyme
1025 < Glossa Brunonis Ps. 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. non Bruno Herbipolensis / Würzburg
1000 c. Glossa Odberti Ps. 2 col. emboîtées continu centre de l’aperture glose marg. encadrante non Odon de Saint-Bertin
1090 < Glossa parva Ps. Paul 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Anselme de Laon
1090-1180 c. Glossa ordinaria quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Ecole de Laon, Gilbert l’Universel
1140-1180 Glossa media Ps. Paul 2 col. paral. continu centre de l’aperture continue lateralis non Gilbert de Poitiers
1160 < Glossa magna Ps. Paul îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue reticulata non Petrus Lombardus
1180-1280 Glossa ordinaria² sauf Ps. Paul. puzzle interrompu irrégulier glose marg. encastrées oui anonyme
1235-1245 Postille Hugonis OP tous sine textu catchwords [rare : îlots] continue non Hugo de Sto Caro
1250-1270 Glossa dominicana OP tous îlot central continu au centre des f. continua lateralis quandoque involvans non Hugo de Sto Caro
1262-1272 Catena aurea OP évangiles îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue non Thomas de Aquino
1270-1290 Postille Gorrani OP quelques sine textu catchwords  [îlots : Ps.] continue non Nicolaus de Gorran
1319-1339 c. Postille Lyrae OFM tous sine textu catchwords continue non Nicolaus de Lyra

Citer ce billet : Martin Morard, "Mises en page de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, 25/08/2018, https://big.hypotheses.org/1672, consulté le 25/08/2019.

Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge

L’édition électronique de la Glose ordinaire de la Bible est adossée à un répertoire des témoins manuscrits de chaque livre de la Bible glosée.

Ce répertoire, en cours de constitution, prend actuellement la forme d’un tableau  de  plus de 4000 entrées qui correspondent à  environ 3000 cotes différentes;  accéder  ici =>.

Contrairement à une idée reçue, il est inexact de dire qu’il n’a pas existé d’ensembles complets de livres glosés couvrant la totalité du canon biblique, issus d’un même  projet éditorial ou – pour caricaturer – d’un même atelier. Il est vrai en revanche qu’il en subsiste peu, que leur homogénéité paléographique et même iconographique est relative, et que souvent les bibliothécaires modernes ont recomposé des ensembles artificiels à partir de manuscrits d’origines diverses. Notre “répertoire” voudrait permettre, à terme, de réunir les manuscrits de même origine ayant appartenu au même ensemble, même s’ils sont conservés dans des fonds différents et, de ce fait, dissociés dans les listes alphabétiques de cotes. Dans l’état actuel de nos travaux (encore peu développés sur ce point), chacun des ensembles identifiés est repérable dans la colonne “sigle” par le préfixe “set” suivi d’un identifiant unique et du sigle du manuscrit correspondant. Par exemple set20Som21, set20Som33, set20P445 désignent le même ensemble (set20) dont les différents volumes correspondent actuellement aux manuscrits siglés Som21, Som33, P445.

  • Les manuscrits sont classés selon l’ordre de la Vulgate ; la même cote peut donc être répétée plusieurs fois.
  • Quand c’est possible, des liens renvoient aux catalogues et aux images numérisées des documents.
  • La mise en page de chaque manuscrit est précisée. Pour en savoir plus sur les mises en pages glosées de la Bible =>
  • Les datations sont indicatives. Pour en savoir plus sur les datations indiquées =>
  • Nous cherchons à inventorier les manuscrits de toutes les versions de la Glose. Pour en savoir plus sur les oeuvres inventoriées =>
  • Catalogues et répertoires déjà dépouillés =>

Mises à pages manuscrites de la Bible glosée (cliquer)

Oeuvres exégétiques répertoriées

Plusieurs commentaires différents ont été associés au texte de la Bible sous forme de gloses dès le 6e siècle. Plusieurs livres de la Bible avaient déjà été partiellement glosés avant Anselme de Laon (fl. fin du 11e siècle), principalement le Psautier, le Cantique des cantiques, l’Apocalypse etc.

Ont été retenus en  priorité les manuscrits de la Glose ordinaire dans ses différentes versions, soit

  • Glossa ordinaria : Glose de Laon complétée et standardisée dans le contexte des écoles à la fin du 12e siècle
  • Parva Glossatura : Glose d’Anselme de Laon ou de son Ecole pour Ps. et Paul.; sigle A
  • Media Glossatura : Glose de Gilbert de la Porrée (Ps. et Paul.); sigle G
  • Magna Glossatura : Glose de Pierre Lombard sur Ps. ou Paul; sigle L

Sans prétention d’exhaustivité, les manuscrits d’autres oeuvres ont été retenus lorsqu’ils ont été associés au texte biblique sous forme de gloses.

  • Glossae priscae : Gloses antérieures à la Glose de Laon
  • Thomas d’Aquin, Catena aurea in Evangelia : voir ici
  • Nicolas de Gorran : version complémentaire à Hugues de Saint-Cher. Nous n’en signalons ici que quelques manuscrits.
  • Odo de Morimundo / Eudes de Morimond (pseudo) : repérage aléatoire
  • Gilbertus Universalis, par référence au commentaire de Gilbert l’Universel sur les Lamentations qui a servi à la composition de la Glose ordinaire sur les Lamentations ; le rapport semble inversé pour d’autres livres bibliques : leur commentaire par Gilbert l’Universel semble emprunter à la Glose et ne suffit pas à en expliquer tout le contenu.

NB. Les manuscrits de  Florus de Lyon ne reproduisent qu’une partie du lemme biblique (lemme intercalé, parfois dans un encre de couleur, signalé par diplè) Ils ne sont pas retenus  dans cet inventaire.

Livres glosés indépendants ou versions atypiques ; sigle X

Nous n’avons pas retenu les oeuvres que les catalogueurs anciens ou modernes qualifient de “gloses” ou de “livre glosé” (“psalterium glossatum”) lorsque le texte biblique complet en est absent. Les termes “glossa” ou “glossatus/glossatum” désignent souvent des commentaires lemmatiques sans mise en page glosée, au sens technique que nous donnons aujourd’hui à ce terme. A l’inverse, la présence de la glose n’est pas toujours signalée dans les listes anciennes de livres (catalogues) qui se contentent parfois de nommer des livres de la Bible sans préciser qu’ils sont aussi glosés. Par exemple, dans la liste suivante, conservée dans les gardes d’un exemplaire de la Glose ordinaire de la Genèse (Arras, BM, 1004, garde sup., d’après CGM) l’expression “Item Genesis quam pre manibus habemus” désigne selon toute vraisemblance le ms. 1004 qui contient à la fois le livre de la Genèse glosé et la liste qui l’évoque: “Isti sunt libri domini H. presbiteri. Duo paria Decretorum quorum precium vii marcas. Sermones magistri Petri Manducatoris. Tres Euvangeliste. Quartum Euvangelium, scilicet Marcum, habet Walterus de Novo loco. Item xii Prophete in uno volumine. Quatuor magni Prophete in alio volumine cum trenis Jeremie et v libris Salomonis. Item Genesis quam pre manibus habemus. Item Exodus in alio volumine. Item Decretalia Alexandri, scilicet Juste judicate. Item alia Decretalia Devotioni. Item Epistole Pauli de magna glossa. Item liber sermonum qui vocatur Gieu. Item duo volumina Haimonis. Item Historia magistri P. Comestoris ». La liste, sans le manuscrit conservé, ne permet pas de se rendre compte que le simple terme “Genesis” désigne un livre glosé. L’examen des manuscrits conservés est donc le seul moyen d’avoir une juste compréhension de la terminologie des listes anciennes, souvent trompeuses en matière de diffusion des différentes formes du texte biblique.

  1. L’école de Laon n’est pas à l’origine de tous les livres de la Bible glosée. Certains ont été glosés au cours du 12e siècle dans le but de compléter le corpus initié à Laon. Ainsi la Glose sur les Lamentations semble avoir été fabriquée à partir du commentaire de Gilbert l’Universel. La chronologie est difficile à établir car l’absence de tel livre glosé dans une liste datée à peu près complète ne signifie pas que ce livre n’avait pas encore été glosé. Toutes les bibliothèques n’acquerraient pas systématiquement des collections complètes de la Bible glosée.
  2. La Glose “laonnoise” sur le Psautier et les épîtres de Paul est à lire en parallèle avec celle de Gilbert de Poitiers sur les mêmes livres dont les plus anciens manuscrits identifiés sont pour ainsi dire contemporains, datés par les historiens de l’art des mêmes années 1140-1150. Ces deux versions ont été complétées et supplantées, à partir de 1160, par la Magna Glossatura de Pierre Lombard sur Ps. et Paul. (plus de 800 manuscrits dont au moins 400 pour les Psaumes).
  3. L’expression “glose ordinaire” est un titre générique qui désigne aujourd’hui les livres glosés de la Bible issus de la version laonnoise originale ou enrichie (à l’exclusion d’autres versions comme celles de Gilbert de Poitiers, Pierre Lombard, des gloses antérieures à Laon etc.) Ainsi la Glose ordinaire sur les Lamentations est qualifiée comme telle en raison de sa mise en page, bien qu’elle ait été extraite du commentaire de Gilbert l’Universel. Au Moyen-Âge , Glose ordinaire désigne l’état standardisé de celle-ci en usage à partir de l’adoption dans les écoles à la fin des années 1180, de la Magna Glossatura sur les Psaumes et le corpus Paulinien en remplacement de la Glose de Laon, qualifiée désormais de Parva Glossatura. Le développement des écoles, leur adoption de la Glose de Laon, complétée par la Magna Glossatura de Pierre Lombard, l’explosion de la démographie cléricale expliquent la multiplication des exemplaire de la Glose ordinaire à partir de cette période. Les copies postérieures à la fin du 13e siècle se font beaucoup plus rares, bien que la Glose ordinaire n’ait été que partiellement remplacée par de les Postilles d’Hugues de St-Cher, de Nicolas de Gorran puis de Nicolas de Lyre. Ces dernières n’ont d’ailleurs été qu’exceptionnellement diffusées sous forme glosée. L’absence de texte biblique intégral ne leur permettait donc pas de rendre les même services que la Glose ordinaire. )
  4. La version du texte de la Bible reproduit dans les manuscrits glosés en usage dans les écoles des XIIe et XIIIe siècles n’est pas homogène; elle dépend de bibles dont l’origine géographique et chronologique est multiple. L’origine du texte de la Bible dite parisienne ou universitaire remonte en partie à la version du texte biblique diffusé avec la Glose à Paris au début du 13e siècle, laquelle a appellé révisions et corrections (voir Gloss-e, collations en cours).

Datations

  1. Le classement chronologique et géographique des manuscrits de notre liste repose principalement sur des critères externes et des regroupements stylistiques à partir des manuscrits ornés. Les principaux centres français de diffusion de la Glose de Laon et de ses versions complémentaires seraient, selon P. Stirnemann, Laon, Chartres, Sens, Paris. Il faut écarter St-Victor de Paris comme lieu de production initiale de la Glose ordinaire en raison de l’absence des mains des copistes actifs à l’abbaye dans les seuls 5 manuscrits de livres glosés illustrés qui proviennent de St-Victor et datent entre 1140-1150. Ces livres ont été acquis par l’abbaye ou illustrés par des ornemanistes extérieurs embauchés pour l’occasion.
  2. En l’absence de plus de précisions, nous reproduisons les datations des catalogues utilisés. Lorsque que nous avons pu examiner des images des manuscrits, nous proposons une estimation personnelle (signalée par les initiales MM+année), évidemment relative et sujette à discussion. Lorsque des datations argumentées sont disponibles, les principaux lieux de production des manuscrits de la Glose ordinaire identifiés par Patricia Stirnemann sont indiqués (bibliographie ci-dessous et codes couleurs). Concernant la diffusion de la Glose en Angleterre, en Allemagne, en Italie, dans la péninsule ibérique, il reste encore énormément à découvrir.

Sigles et conventions graphiques

Les sigles attribués aux manuscrits (en principe, un sigle par cote de conservation actuelle) sont repris dans les apparats de l’édition électronique de la Glose ordinaire, fondée sur l’édition princeps d’Adolf Rusch (Strasbourg, 1480/1481). Ils permettront à terme de sélectionner les gloses en fonction des provenances, des lieux de production et/ou des dates des manuscrits collationnés.

en vert  : manuscrits d’origine chartraine (Stirnemann 1994).

en jaune :  manuscrits d’origine laonnoise certaine antérieurs à 1150 (Stirnemann 1994)

en rouge  : manuscrits d’origine parisienne (Stirnemann 1994).

en bleu : manuscrits produits à Sens (Stirnemann 2007)

Catalogues, répertoires et études dépouillés

Bases de données ouvertes ::

Calames Bibliothèques de l’enseignement supérieurCALAMES (03.2017), avec ajouts et corrections.: bibliothèques traitées par Annalisa Chiodetti en mars 2018 (expressions recherchées Biblia, Bible, Glossa, Glossae, Bible glosée): Aix en Provence, Aix Marseille, Amiens, Angers, Athenes, Besançon, Beziers, Bordeaux, Brest, Caen, Chaalis, Chantilly, Chatenay-Malabry, Clermont-Ferrand BCC , Clermont-Ferrand Université, Dijon, Evreux, Grenoble, Le Mans, Lille, Lyon Bibliothèque Diderot, Lyon Biu-Lsh, Lyon Université catholique, Maison-Alfort, Metz, Montpellier Universités, Nancy, Nanterre, Nice, Palaiseau, Perpignan, Poitiers, Rennes 1 et 2, St-Denis, Strasbourg, Toulouse, Tours, Valenciennes. Paris – 1sdc, Gaston Baty, 7 Université, 8, 9 Académie de Médecine, Academie Française, Jacques Doucet, Mazarine, Sainte-Geneviève, Thiers, Biu Cujas, Biu Medicine, Biu Farmacie, BULAC, CNAM, Ecole des mines, ecole française d’Extreme-Orient, ecole militaire, ecole pratique des hautes études, ENS-Ulm, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art, Institut Catholique, Institut de France, Marie Curie, Musée Jacquemart-André, Muséum d’histoire naturelle, Science Po, Société historique protestantisme français, Sorbonne Université, Sorbonne-BIU centrale, Paris/Meudon Observatoire.

Digital-scriptorium [état du 1.6.2018]

FAMA (état du 22.12.2017), avec ajouts et corrections :Glossa ordinaria, Magna et Media Glossatura, Gilbert l’universel

https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suche_sim&bandnummer=bsb00034155&pimage=00001&einzelsegmentsuche=1&einzelsegment=&l=de

https://www.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suchen&l=de&kl=&projekt=&vtr=121&btr=160&mtr=40&trs=40&ab=Glossa&ordnung=&projekt=&suche_autor=&suche_titel=&suche_ort=&suche_signatur=&suche_sprache=&suche_jahr=&suche_label

Morard (Martin), Psalmica.repertoire des psautiers et commentaires des psaumes manuscrits, base accès personnelle (15.8.2018) : tous les Psautiers glosés, Parva, Media et Magna Glossatura.

recherche p         ar Annalisa Chiodetti (Univerità di Torino – IRHT) des manuscrits numérisés déjà présents dans la présente liste à la date du 6.3.2018

Catalogues ::

Allemagne :

  1. Fulda ;
  2. Codices Electronici Ecclesiae Coloniensis (http://www.ceec.uni-koeln.de/) [3.2.2018]
  3. Bergisch-Gladbach, Paffrath, Kath. Pfarrei St. Clemens (1 Hs.)
  4. Düsseldorf, St. Lambertus (14 Hss.)
  5. Düsseldorf, Gerresheim, Kath. Pfarrei St. Margareta (1 Hs.)
  6. Euskirchen, Kath. Pfarrei St. Martin (7 Hss.)
  7. Hamburg : Universitätsbibliothek
  8. Kerpen, Kath. Pfarrei St. Martinus (2 Hss.)
  9. Kerpen, Sindorf, Kath. Pfarrei St. Maria Königin (2 Hss.)
  10. Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek (392 Hss.)
  11. Köln, Kath. Pfarrei St. Kunibert (4 Hss.)
  12. Königswinter, Kath. Pfarrei St. Remigius (1 Hs.)

Espagne :

  1. Vich : Gudiol i Cunill, Catàleg dels Llibres manuscrits anteriors al segle XVIII del Museu Episcopal de Vich (Extr. Butlleti de la Biblioteca de Catalunya, 6 (1920-22), 50-97; 7 (1923-27), 59-154; 8 (1928-32), 42-120 = Barcelona: Casa de Caritat, 1934.
  2. Tolède: Catalogo de la Librería del Cabildo Toledano, 1903: bibliothèque du chapitre cathédral de Tolède, aucun manuscrit glosé sur plus de 400 manuscrits latin.

Suisse

  1. Mohlberg (Leo Cunibert), Katalog der  Handschriften der  Zentralbibliothek    Zürich. 1.  Mittelalterliche Handschriften, Zürich, 1952.

Italie

  1. Assisi : Sacro Convento (catalogue informatisé des manuscrits)
  2. Cava de’ Tirreni, Biblioteca statale del Monumento nazionale della Abbazia Benedettina della Ss. Trinità, Codices Cavenses,
  3. Kristeller, Iter italicum, t. 2
  4. Monza: Catalogue Bonelli (traité par Annalisa Chiodetti & MM, avril 2018)
  5. Venezia : R. Quinto, Manoscritti medievali nella biblioteca dei Redentoristi di Venezia, Padova, 2006 [RAS].
  6. Cataloghi e Collezioni digitali delle Biblioteche italiane [11.5.2018]

France : CGM::

  1. Abbeville ;
  2. Agen CCFR ;
  3. Aires-sur la-Lys ;
  4. Aix-en-Othe;
  5. Aix-en-Provence ;
  6. Aix-les-bains : rien
  7. Ajaccio ; ;
  8. Albi (CGM in 4°)
  9. Alençon
  10. Alès ;
  11. Amberieu en Bugey ;
  12. Amiens ;
  13. Angers;
  14. Angoulême : rien
  15. Annecy : rien
  16. Annonay : rien
  17. Antibes : rien
  18. Arbois: rien
  19. Arcis-le-Ponsart
  20. Argentan
  21. Arles
  22. Armentières
  23. Arras
  24. Aubenas
  25. Aubière
  26. Auch
  27. Aurillac
  28. Auxonne
  29. Avallon
  30. Avesnes-sur-Helpe
  31. Avignon
  32. Avranches
  33. Bagnères-de-Bigorre:rien
  34. Bagnols sur Cèze
  35. Bar-le-Duc
  36. Bastia
  37. Baume-les-Dames
  38. Bayeux
  39. Bayonne
  40. Beaune
  41. Beauvais
  42. Belfort
  43. Bellac
  44. Bergerac
  45. Bergues
  46. Bernay
  47. Besançon
  48. Béthune
  49. Béziers
  50. Bischwiller
  51. Blois
  52. Bordeaux CGM CCFR
  53. Bormes-les-Mimosas
  54. Bougival
  55. Boulogne-Billancourt
  56. Boulogne-sur-Mer
  57. Bourbonne-les-Bains
  58. Bourbourg
  59. Bourg-en-Bresse
  60. Bourg-en-Bresse
  61. Bourges
  62. Bourmont
  63. Bouxwiller
  64. Brest
  65. Briançon
  66. Briey
  67. Brioude
  68. Brive-la-Gaillarde
  69. Cachan
  70. Caen
  71. Cahors
  72. Calais
  73. Cambo-les-Bains
  74. Cambrai
  75. Cannes
  76. Capoulet et Junac
  77. Carcassonne
  78. Castelnaudary
  79. Castres
  80. Cavaillon
  81. Cergy-Pontoise
  82. Cérilly
  83. CGM : Bibliothèques de la Marine
  84. CGM, tome 2, 9, Paris, BnF, latin 1 à 385
  85. Chalezeule
  86. Châlon sur Saône
  87. Châlons en Champagne
  88. Chamarande
  89. Chamarandes Choignes
  90. Chambéry
  91. Champagney
  92. Chantilly
  93. Charleville-Mézières
  94. Charmont-sous-Barbuise
  95. Charolles
  96. Chartres
  97. Château Gontier
  98. Château-Arnoux
  99. Châteaudun
  100. Chateaulin
  101. Châteauroux
  102. Château-Thierry]
  103. Châtellerault
  104. Châtenay Malabry
  105. Chatillon-sur-Seine
  106. Chaumont
  107. Cherbourg-en-Cotentin
  108. Cherbourg-Octeville
  109. Clamecy
  110. Clermont-de-l’Oise
  111. Clermont-Ferrand
  112. Clermont-Ferrand Université,
  113. Cognac
  114. Colmar
  115. Compiègne
  116. Conches-en-Ouches
  117. Condé-sur-Noireau
  118. Condom
  119. Confolens
  120. Corbeil Essonnes
  121. Coulommiers
  122. Coutances
  123. Crépy en Valois
  124. Crest
  125. Créteil
  126. Dainville
  127. Dax
  128. Dieppe
  129. Digne-les-Bains
  130. Dijon
  131. Dinan
  132. Dinard
  133. Dôle
  134. Domfront
  135. Douai
  136. Draguignan
  137. Dreux
  138. Dunquerke
  139. Durenque
  140. Eaubonne
  141. Echirolle
  142. Elbeuf
  143. Epernay
  144. Epinal
  145. Etampes
  146. Evreux
  147. Fabrezan
  148. Falaize
  149. Faverges
  150. Fécamp
  151. Figeac
  152. Flers
  153. Foix
  154. Fontaine de Vaucluse
  155. Fontainebleau
  156. Fontaine-Chaalis: rien
  157. Forbach
  158. Forcalquier
  159. Fort de France
  160. Fouras
  161. Fréjus
  162. Gaillac
  163. Gap
  164. Gaston Baty,
  165. Gien
  166. Gif-sur-Yvette
  167. Gisors
  168. Gournay-en-Bray
  169. Grasse
  170. Gray
  171. Grenoble
  172. Grignan
  173. Groix
  174. Guer
  175. Guéret
  176. Guingamp
  177. Hasparren
  178. Hesdin
  179. Honfleur
  180. Hyere
  181. Illiers-Combray
  182. Issoudun
  183. Joigny
  184. Lyon Université catholique
  185. Mâcon
  186. Magny les Hameaux
  187. Maison Alfort
  188. Mamers
  189. Manosque
  190. Mantes la Jolie
  191. Montpellier Universités,
  192. Neufchâteau
  193. Nouméa
  194. Orange
  195. Paris – 1sdc,
  196. Paris 7 Université, Paris 8,
  197. Paris 9
  198. Paris Académie de Médecine,
  199. Paris Academie Française, *Paris Jacques Doucet,
  200. Paris Biu Cujas,
  201. Paris Biu Medecine,
  202. Paris Biu Pharmacie,
  203. Paris BULAC,
  204. Paris Calames : Paris – 1sdc,
  205. Paris CNAM,
  206. Paris Ecole des mines, Paris ecole française d’Extreme-Orient,
  207. Paris ecole militaire, Paris ecole pratique des hautes études,
  208. Paris ENS-Ulm, Paris Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art,
  209. Paris Institut Catholique,
  210. Paris Jacquemart-André, Paris Muséum d’histoire naturelle,
  211. Paris Mazarine
  212. Paris Sainte-Geneviève,
  213. Paris Science Po,
  214. Paris Société historique protestantisme français,
  215. Paris Thiers,
  216. Paris Université,
  217. Paris, BnF, lat. 8823-8921
  218. Paris, BnF, lat. 9364 (documents Baluze sur l’origine des mss. de la bibliothèque de Colbert)
  219. Reims CGM CCFR
  220. Romorantin Lanthenay
  221. Roubaix
  222. Sedan
  223. Soissons;
  224. Sorbonne-BIU centrale, Paris Meudon Observatoire.
  225. Strasbourg
  226. Tarascon
  227. Tarbes
  228. Tonnerre ;
  229. Toul
  230. Trévoux
  231. Tulle
  232. Valognes
  233. Vannes
  234. Vanves
  235. Vemars
  236. Vendôme
  237. Verdun
  238. Verneuil-sur-Avre
  239. Verrières le Buisson
  240. Versailles
  241. Vervins
  242. Vesoul
  243. Vichy
  244. Vienne
  245. Villefranche de Rouergue,
  246. Villefranche sur Saône
  247. Villeneuve d’Asc,
  248. Villeneuve sur Lot,
  249. Villeneuve-sur-Yonne,
  250. Vincenne
  251. Vire,
  252. Vitré,
  253. Vitry sur Seine,
  254. Vitry-le-François,
  255. Vogue,
  256. Wisques,
  257. Yerres,
  258. Yzeure : rien

Etudes ::

Dolbeau (François), “Trois catalogues de bibliothèques médiévales restitués à des abbayes cisterciennes (Cheminon , Haute-Fontaine, Mortemer)”. In: Revue d’histoire des textes, bulletin n°18 (1988), 1989. pp. 81-108.

Mielle de Becdelièvre (Dominique) , Prêcher en silence: enquête codicologique sur les manuscrits du xiie siècle provenant de la Grande Chartreuse, St-Étienne, 2004.

Omont (H.), Inventaire des manuscrits grecs et latins donnés à Saint Marc par le cardinal Bessarion, «Revue des Bibliothèques», IV, 1894, pp. 129-187.

Destrez (Jean),  Chenu (Marie-Dominique), «Une collection manuscrite des œuvres complètes de St. Thomas d’Aquin par le Roi Aragonais de Naples 1480-1493» in Archivum fratrum praedicatorum, vol. XXIII (1953), pp. 309-326.

Laffitte (Marie-Pierre), « Inventaires de bibliothèques normandes: l’intérêt des listes tardives », Tabularia [En ligne], Les bibliothèques médiévales de Normandie et des mondes normands: échanges et circulation, mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 11 mai 2018. (intégré les manuscrits subsistants identifiés § 8)

Stirnemann (Patricia), « Où ont été fabriqués les livres de la glose ordinaire dans la première moitié du xiie siècle? », dans Le xiie siècle: mutations et renouveau en France dans la première moitié du xiie siècle, Fr. Gasparri dir., Paris, 1994 (Cahiers du Léopard d’Or 3), p. 257-301.

Stirnemann (Patricia),  « Gilbert de la Porrée et les livres glosés à Laon, à Chartres et à Paris », dans Monde médiéval et société chartraine. Actes du colloque international organisé par la Ville et le Diocèse de Chartres, 8-10 septembre 1994, éd. J.-R. Armogathe, Paris, 1997, p. 83-96.

Stirnemann (Patricia), « En quête de Sens », dans Quand a peinture était dans les livre. Mélanges en l’honneur de François Avril, dir. Mara Hofmann et Caroline Zöhl, Paris, Turnhout, 2007, p. 303-311. Ces trois études  ne tiennent pas compte des manuscrits non ornés.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge", dans Sacra Pagina, 14/08/2018, https://big.hypotheses.org/1362, consulté le 25/08/2019.

François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, 2006

  • François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, Revue Bénédictine, 116 (2006)Note portant 1° sur une nouveau témoin fragmentaire d’Isaïe vieux latin (péricope liturgique discontinue dans un feuillet de garde du Xe s.) et 2° sur l’identification de citations bibliques non évidentes (Prov. 3, 32; 16, 5) dans des textes patristiques latins, grâce à la rétroconversion à partir du grec de la Septante. Par ce second point, l’article rappelle le problème posé aux éditeurs par l’existence de citations bibliques non identifiées ou assimilées à de simples allusions parce que leur teneur littérale ne correspond pas à celle du texte hiéronymien ou du texte vulgate des éditions et concordances. Il est nécessaire de chercher à identifier par rétroconversion à partir de la Septante les sources de citations de tonalité biblique qui s’écartent de la lettre des éditions critiques et de leurs apparats. Ainsi, lorsque les recherches dans les bases textuelles informatisées permettent de constituer des séries de clausules similaires qui résistent au processus d’identification classique, il convient de chercher les références aux occurrences des mots les plus stables à partir de concordances latines et grecques de manière à repérer la source biblique des passages concernés. “Une série de parallèles non référencés et affectés de menues variantes trahit souvent la présence d’un emprunt scripturaire.” (p. 294).

    [J’ajoute pour avoir rencontré ce mécanisme dans l’exégèse des 12e et 13e siècle ; la rétroconversion à partir de l’hébreux doit aussi être tentée. Dans les commentaires bibliques le même phénomène permet d’identifier les réemplois de sources scolaires ou de commentaires préexistants.]

Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, 2005

  • Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, dir. Paolo Cherubini, praef. Carlo Maria Martini – Alessandro Pratesi, Città del Vaticano, Scuola vaticana di paleografia, diplomatica e archivistica, 2005, (Littera antiqua 13).
Table des matières :
prefazione : Carlo M. card. Martini
introduzione : Alessandro Pratesi
Edoardo Crisci, « I più antichi manoscritti greci della bibbia. fattori materiali, bibliologici, grafici »
Paolo Radiciotti, « Le sacre scritture nel mondo tardoantico grecolatino »
Michelle P. Brown, « Predicando con la penna: il contributo insulare alla trasmissione dei testi sacri dal vi al ix secolo »
Paolo Cherubini, « Le bibbie spagnole in visigotica »
Massimiliano Bassetti, « Le bibbie imperiali d’età carolingia ed ottoniana »
Jean Vezin, « I libri dei salmi e dei vangeli durante l’alto medioevo »
Virginia Brown, « I libri della bibbia nell’italia meridionale longobarda »
Francesco D’Aiuto, « Il libro dei vangeli fra bisanzio e l’oriente: riflessioni per l’età mediobizantina »
Emma Condello, « La bibbia al tempo della riforma gregoriana: le bibbie atlantiche »
Matthias M. Tischler, « Dal Bec a San Vittore: l’aspetto delle bibbie ‘neomonastiche’ e ‘vittorine’ »
Sabina Magrini, « La bibbia all’università (secoli xii-xiv): la ‘bible de paris’ e la sua influenza sulla produzione scritturale coeva »
Guy Lobrichon, « Le bibbie ad immagini, secoli xii-xv »
Antonio Manfredi, « Manoscritti biblici nelle biblioteche umanistiche tra firenze e roma. una prima ricognizione »
Tavole
Indici
i. Tavole
ii. Fonti manoscritte
iii. Nomi di persona e di luogo

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik”, 2007

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik (ms. Dubrovnik, Dominikanski Samostan, 58 sub vitro)”, Segno e testo 5 (2007) 341-393.

Etude de cas qui rattache chronologiquement et textuellement cette bible atlante au groupe de la bible de Genève, bibl. publ. et universitaire, lat. 1 ; Admont, Stiftsbibl. C-D ; San Daniele del Friuli Bibl. Guarneriana, I-II.

Dolbeau (François), « L’association du Cantique des Cantiques et de l’Apocalypse, en Occident, dans les inventaires et manuscrits médiévaux »

Dolbeau (François), « L’association du Cantique des Cantiques et de l’Apocalypse, en Occident, dans les inventaires et manuscrits médiévaux », dans L’Apocalisse nel Medioevo. Atti del Convegno Internazionale dell’Università degli Studi di Milano e della Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino (S.I.S.M.E.L.), Gargnano sul Garda, 18-20 maggio 2009, Firenze, 2011, p. 361-402.

Cette étude analyse de façon magistrale l’association codicologique de l’Apocalypse et du Cantique des cantiques comme simples livres bibliques (27 cas), sous forme de livres glosés (36 cas), sous forme de commentaires exégétiques (35 cas), ou encore par simple proximité immédiate de cote et de rangement dans les bibliothèques médiévales (36 cas). à partir des catalogues anciens de bibliothèques, des manuscrits conservés et de l’histoire de l’exégèse. L’ensemble de ces séries mets en évidence l’apparition du phénomène à la fin du XIe siècle (déjà attesté, mais plus rarement, dès la période carolingienne), son lien étroit avec la technique de la glose, sa très grande fréquence au XIIe siècle,  et sa très grande dispersion géographique, mais à partir de deux foyers : l’Italie et la France du Nord. Ces observations sont confrontées à l’analyse de 34 manuscrits subsistants de commentaires anonymes et à un nombre considérable de manuscrits de commentaires anonymes. L’étude pousse jusqu’au seuil de l’édition imprimée.

Les causes évoquées peuvent être internes ou externes :
– facteurs internes : il y aurait un lien intrinsèque entre les deux livres que l’auteur peine à expliciter à partir de la lecture des préfaces des commentaires, ainsi que du point de vue allégorique et théologique. Le fait que le Cantique et l’Apocalypse soient respectivement, pour l’Ancien et le Nouveau Testament, les livres que les médiévaux considéraient comme les plus difficiles et les plus propres à faire l’objet d’une interprétation allégorique expliquerait et leur place dans le cursus d’enseignement et leur association. « Les deux livres se rejoignent donc par leur difficulté et la nécessité d’être interprétés au sens allégorique » (p. 394).
– facteurs externes :
·         petite taille des deux livres qui se prête à leur association sous une reliure commune. L’argument est insuffisant car d’autres livres se prêtent, matériellement à une telle association.
·          influence de la Glose de Laon, Anselme et Raoul pouvant être les auteurs de la Glose de ces deux livres diffusés ensemble et influençant de ce fait la diffusion et la réception de ces deux livres.
·         alors qu’on ne constate aucune proximité liturgique entre les deux livres, le renouvellement des pratiques scolaires dans le sillage de la réforme grégorienne aurait conduit à une lecture intensive du Psautier, de saint Paul, du Cantique et de l’Apocalypse, justifiant matériellement l’association de la paire Cantique Apocalypse.
L’auteur conclut en constatant que cette explication est probablement trop simple et appelle des approfondissement.
D’un point de vue méthodologique, cette étude est un modèle pour quiconque voudrait se lancer dans l’histoire de la réception médiévale du texte de la Bible à partir des documents codicologiques et bibliothéconomiques.  Elle laisse grande ouverte le champ des interprétations. En effet, quels qu’en soient les auteurs, la Glose de Laon n’est pas un phénomène totalement original ; elle est elle-même la cristallisation de phénomènes culturels ambiants qu’elle a contribué à diffuser et à pérenniser dans le contexte des écoles. Elle n’a donc pu fonctionner que comme le vecteur ou la chambre d’écho d’un phénomène plus profond et plus puissant. De même l’hypothèse d’une place privilégiée du Cantique et de l’Apocalypse dans un prétendu cursus scolaire appelle beaucoup de précaution. Il n’existe aux XIIe et XIIIe siècle aucun programme des études bibliques. Sans doute Hugues de Saint-Victor et quelques autres proposent-ils différents ordres de lecture des livres de la Bible et un échelonnement de leur lecture en fonction de la lettre, de l’histoire ou de l’allégorie, mais rien, ou presque, en dehors de l’observation quantitative des faits bruts, ne correspond à un programme des études bibliques qui répondrait à une sorte de canon.  Sans prétendre apporter de réponse, je me contenterai d’une observation et de deux pistes de recherche complémentaires non évoquées par l’auteur bien que très proches des « possibles » qu’il a examinés :
1.       Le Cantique et l’Apocalypse sont aussi souvent associés séparément l’un de l’autre à d’autres livres bibliques : Cantique avec Job, Job avec l’Apocalypse, ou encore Job, Actes, Epîtres catholiques, Apocalypse. Dans l’absolu, l’association étudiée par Fr. Dolbeau est d’autant plus remarquable que le Cantique est beaucoup plus lu et commenté au XIIe siècle que l’Apocalypse.
2.       C’est un fait que l’on observe au Moyen Âge plusieurs paires de livres bibliques qui toutes font alterner un livre de l’Ancien et un livre du Nouveau Testament en contrevenant à l’ordre canonique : le Psautier et saint Paul, le Cantique et l’Apocalypse. Il en existe probablement d’autres, moins fréquentes, qu’il vaudrait la peine de recherche. Une étude exhaustive des « associations non canoniques de livres bibliques », en particulier celles qui attestent une lecture « en miroir » de l’Ancien et du Nouveau Testament, apporterait sans doute beaucoup.
3.       Concernant les liens intrinsèques éventuels qui permettraient d’expliquer l’association entre Cantique et Apocalypse, il y en a un, allégorique, que François Dolbeau n’a pas évoqué malgré son évidence, sans doute parce qu’il est si profond qu’il n’est pas explicité dans les préfaces des commentaires. Le thème allégorique de l’Apocalypse comme du Cantique, bien avant la marialisation de leur exégèse, est en effet l’Eglise dans sa double dimension sponsale (Cantique) et eschatologique (Apocalypse). Le Cantique développe le chant du rapport mystique de l’Eglise et du Christ, tête et corps, mais aussi Epoux et Epouse, tandis que l’Apocalypse inscrit cette relation dans le déploiement du temps du salut, et non pas seulement, comme on le croit à tort, par rapport aux fins dernières. La lecture ecclésiologique du Cantique est si évidente qu’il est inutile de chercher ici à l’expliciter. Qu’il suffise de se reporter aux première ligne du commentaire de saint Ambroise. La lecture ecclésiologique de l’Apocalypse n’est pas moins évidente. Il suffit pour s’en convaincre de croiser dans un moteur de recherche les occurrences de Ecclesia (mot du texte) et d’  « Apocalys* » ou de « Cantic* » (mot du titre). C’est là, pensons-nous, le trait d’union profond, théologique, profondément ancré dans la tradition patristique, qui explique l’association de ces deux livres sous l’aiguille des relieurs jusque sur les rayons des bibliothèques.
Citer ce billet : Martin Morard, "Dolbeau (François), « L’association du Cantique des Cantiques et de l’Apocalypse, en Occident, dans les inventaires et manuscrits médiévaux »", dans Sacra Pagina, 12/04/2018, https://big.hypotheses.org/1162, consulté le 25/08/2019.

Macaluso (Andrea), « Hraban et le Psautier glosé de Fulda (Frankfurt Barth 32)», 2011

Macaluso (Andrea), « Hraban et le Psautier glosé de Fulda (Frankfurt Barth 32)», dans Raban Maur et son temps, P.  Depreux, S.  Lebecq, M. J.-L. Perrin, O. Szerwiniack (éd.), Turhout, 2011, p. 325-354.

L’auteur étudie de manière précise la facture et le contenu d’un des deux plus anciens psautiers glosés carolingiens, le manuscrit Frankfurt (Main), Stadt-und Universitätsbibl., Barth. 032 daté des années 830-833. L’auteur soutient qu’il fut composé selon un plan unitaire par plusieurs mains contemporaines (malgré la forte disparité des systèmes graphiques en présence, insulaire et carolingien) et sans dépendre d’un modèle (antigrafo).  A la liste de psautiers glosés carolingiens qu’il propose (n. 4), il faut retrancher Orléans, BM 48 (de copie plus tardive), ajouter Troyes, BM 615 ainsi que les psautiers dits de Bruno de Würzburg qui sont des éditions du xie siècle de Sankt-Gallen, Stiftsbibl. 27. La version du Psautier Romain du manuscrit viendrait chronologiquement en troisième position après les deux psautier d’Augustin de Cantorbery et de de Salaberge .Mais cette vision un peu simpliste ne tient pas compte des psautiers triplex et de la fragilité des datations reçues. Aux deux mains identifiées, l’une insulaire, l’autre caroline, correspondent deux types de citations, l’un intégrale et l’autre synthétique, qui attestent une composition progressive de cette glose. Les changements de mains correspondent à des changements de sources et de traitement des sources. Dans le manuscrit , les gloses sur les titres des Psaumes et les gloses sur le texte ont été copiées de façon indépendante, les titres probablement en premier. L’auteur en conclut “con assoluta certezza” que “les copistes sont aussi les auteurs de la glose”, comme s’il fallait considérer les gloses carolingiennes comme des oeuvres d’auteur. C’est cette relative naïveté qui pourrait être reprochée à l’auteur. L’ordre de copie du manuscrit est reconstitué comme suit : 1. Lemme et glose des titres; 2. Gallicanisation du psautier par corrections marginales ; 3. Retour au Ps-Romain par une main contemporaine ; 4. Glose des Psaumes 1 à 4 par une main assez archaïque ; 5. l’autre main –aidée par au moins huit autres mains – procède selon les schémas du nouveau commentaire carolingien plus pédestrement compilatoire; 6. la copie des collectes psalmiques par une main insulaire serait intervenue en dernier (?). Enfin on regrette que l’histoire du manuscrit ne soit pas évoquée. Que sait-on vraiment de son origine. N’aurait-il pas été importé d’Angleterre à Fulda ? Les références aux abbés de Fulda sont toutes largement postérieures à la copie et qui plus est associée au calendrier, très postérieur au manuscrit. L’association du style graphique du copiste principale à la phase ultime de l’évolution de l’atelier de Fulda n’est-elle pas une pétition de principe ? Les efforts de gallicanisation du Psautier laissent penser à une “conversion” du texte liée à son arrivée à Fulda, ce qui permettrait d’accorder les traces d’une réception toute relative du Psautier Gallican à Fulda au viiie siècle avec la copie d’un psautier Romain  au début du ixe s.