Esdras et la Bible parisienne

Résumé

mise à jour 24.08.2019

Le corpus des livres d’Esdras a évolué par étapes entre la fin du 12e et la fin du 16e siècle. Au 13e siècle, la bible parisienne est très différente à cet égard de la Vulgate Sixto-Clémentine. Elle est surtout beaucoup moins homogène qu’ont a pu le croire à la lecture des meilleurs spécialistes. Après avoir souvent été considérés comme formant un seul livre, 1Esr et 2Esr. , sans être encore dissociés, ont été progressivement distingués par le jeu des initiales ornées et des titres courants. Le statut de 2Esr. a, de ce fait, évolué au cours du 13e siècle, d’abord sans capitulation et sans titre propre – le nom de Néémie n’étant indiqué qu’en titre courant -, puis avec une capitulation distincte, parfois sous le titre de “Secundus liber Esdre”. La présence d’une rubrique ou d’un titre distinctif demeure exceptionnelle en tête de 2Esr.

Conjointement, 3Esr. fut placé à la suite de 1-2Esr. sous le titre de “Secundus Esdre”. La séparation des deux livres est consacrée différemment par les correctoires et Nicolas de Lyre. Les correctoires qualifient 2Esr. de “Secundus Esdre” mais ignorent 3Esr. Il en va de même pour Nicolas de Lyre.

Enfin, 4Esr. n’a été  adjoint régulièrement au groupe 1-3Esr.  que très tard, et hors du cadre parisien typique de la Bible du 13e siècle, à l’occasion des premières éditions imprimées de la Bible dans la seconde moitié du 15e siècle (Gutenberg 1455, Pfister 1460 etc.). Il ne semble pas avoir été régulièrement intégré aux éditions des postilles bibliques de Nicolas de Lyre à la fin du 15e siècle[1].

Nous n’avons esquissé ici qu’une tendance générale qui s’est imposée par une sorte de consensus tacite, peu à peu et  non sans repentirs. A toutes les étapes du processus, des manuscrits plus ou moins isolés attestent chacun des cas de figure évoqués plus-haut. Malgré la diffusion du groupe 1-4Esr. à la fin du Moyen-Age, le Concile de Trente adopta la position des partisants du corpus réduit en ne reconnaissant l’authenticité que des deux premiers livres d’Esdras, “le premier et le second qui s’appelle Néémie”. Ce choix précisait le canon hiéronymien ; ce n’en était que l’une des interprétations possibles, sans doute la plus vraisemblable. Mais elle se heurtait au fait de  la tradition cumulative héritée de la dynamique parisienne. Une demi siècle plus tard, admettant implicitement l’incertitude induite par l’imprécision du canon hiéronymien, les éditeurs de la Clémentine réintégrèrent quand même  3Esr. et 4Esr., mais en appendice. Trente a donc lu Jérôme à travers le prisme du corpus d’Esdras  dans son état de la fin du Moyen Âge. On ne saurait dire qu’il ait adopté le corpus d’Esdras sous la forme qui aurait été la sienne au 13e siècle dans “la” Bible parisienne.

[1] En attendant une étude plus poussée, notons que certains manuscrits de la postille littérale de Nicolas de Lyre de la fin du 15e siècle distinguent pourtant « Primus Esdras » (1-2Esr.) et « Secundus Esdre » (3Esr.) et attribuent au maître franciscain un commentaire de 3Esr. : cf. Barcelone, Univ. 741-3/2, f. 247ra-252b : “Liber Esdre incipit. Et fecit losias. Liber iste qui dicitur Esdre secundus, videtur … Expl.: deputatus ad divinas laudes et obsequia. Cuí eest honor et gloria in secula seculorum Amen. Postilla venerabilis fratris Nicolai de Lyra, super secundum librum Esdre, fínit”.  Ce texte semble absent des manuscrits français de la postille cf.  Paris, BnF, lat. 351 et 359, etc.

Pour en savoir plus :

Continuer la lecture de « Esdras et la Bible parisienne »

Mises en page de la Bible glosée

Plusieurs schémas de mise en page  glosée, du plus sommaire au plus sophistiqué, ont été adoptés pour la Bible entre le 6e et le 16e siècle, faisant l’objet de modes qui fluctuent dans le temps. Certaines mises en pages sont donc typiques d’une époque ou associées principalement à telle version de la Bible glosée. Dans le cas des simples commentaires (scolaires ou homilétiques) le lemme ou texte biblique est intégré partiellement dans le fil des commentaires bibliques continus, sous forme de citations partielles et indicatives, souvent suivies de la locution “et caetera” (lemme « catchwords »).

Les manuscrits bibliques glosés se distinguent des simples commentaires bibliques par le fait qu’ils contiennent l’intégralité du texte d’un ou plusieurs livres bibliques, distingué des commentaires ou gloses qui l’accompagnent par une mise en page spécifique (organisation de la page, types et modules d’écriture, couleurs). Selon les oeuvres et les époques, les manuscrits de la Bible glosée adoptent l’un ou l’autre des schémas de mise en page suivants:

1. mise en page avec lemme intercalé dans la Glose, en sections – ancêtres de nos versets bibliques – (rubriqué ou non) dans le texte de la Glose, de même module que la Glose ou non (modèle minoritaire, attesté dès la période carolingienne, utilisé notamment par Florus de Lyon [Lyon, BM, 484], Smargde [Boulogne-sur-Mer, BM, 025], Pierre Lombard in Ps. (quelques manuscrits) et même pour certains manuscrits de textes patristiques, comme par exemple Augustin, Tractatus in Iohannem, ms. Chantilly, Château, 121, f. 114rb, copié en Allemagne, à l’abbaye cistercienne de Himmerode en 1154. La Glose ou le commentaire peuvent être copiés soit à longues lignes, soit sur 2 col.

2. mise en page sur 2 colonnes, avec lemme au centre du livre ouvert (aperture) : texte biblique sur une colonne continue, de part et d’autre de la marge de couture (gloses marginales alternativement à gauche et à droite des feuillets ; les gloses interlinéaires sont exceptionnelles, surtout au 12e siècle. Exemple : Glossa media de Gilbert de la Porrée; voir aussi Odbert de St-Bertin, In Ps.

3. mise en page sur 3 colonnes, avec lemme au centre de chaque feuillet : texte biblique sur une colonne continue régulière au centre du feuillet avec gloses marginales et/ou interlinéaires (Gloses carolingiennes et laonnoises), surtout entre le 9e et la fin du 12e siècle. C’est le schéma typique de la Glose ordinaire. A l’intérieur d’un même manuscrit, en fonction de la longueur des gloses, on peut observer parfois des irrégularités qui correspondent à d’autres schémas dérivés comme la mise en page “puzzle” ou le modèle “juridique”. Exemple : Paris, BnF, lat. 59

4. mise en page “puzzle” : texte biblique et gloses disposés en pièces irrégulières assemblées sur 1, 2 ou 3 colonnes, elles-même de largeur et de longueur irrégulières formant des pièces de taille et de module différents, ajustées les unes aux autres et analogues à celles d’un puzzle. Exemple : Beaune, BM 10, f. 5 : Glossa ordinaria (Sap.); Madrid, Biblioteca de la Universidad Complutense, BH MSS 218, f. 136r : Glossa ordinaria (Sir.).Ce schéma est appliqué à tous les livres de la bible glosée parisienne du 13e siècle (Glose ordinaire standardisée), à l’exception du Psautier et du corpus paulinien pour lesquels on préfère la disposition du lemme en îlots :

5. mise en page avec lemme “en îlots” : texte biblique intercalé, soit sur la moitié droite de la colonne du texte de la Glose (Magna Glossatura italienne, minoritaire), soit sur la moitié gauche de celle-ci (Magna Glossatura parisienne : modèle majoritaire). Ce modèle, diffusé avec la Grande Glose de Pierre Lombard, a été adopté pour la mise en page de la Catena aurea de Thomas d’Aquin et d’autres commentaires bibliques au 13e siècle. Exemple :

6. mise en page “juridique” : le lemme commenté est disposé sur deux colonnes partielles placées au centre des feuillets et entourées par la Glose sur trois côtés. Ce schéma a été généralisé par les gloses juridiques manuscrites. Il est appliqué à certains commentaires bibliques dès la seconde moitié du 13e siècle, sur les parties où la glose est la plus importante (notamment certaines parties des postilles brèves de Hugues de St-Cher). Il a été appliqué systématiquement aux commentaires bibliques (Glose ordinaire, Nicolas de Lyre, Postilles longues de Hugues de St-Cher) par les éditions imprimées.

Dans ce tableau la colonne “Textus”  concerne la mise en page du texte biblique, “expositio” la mise en page du commentaire ou des gloses associés au texte biblique.

dates titres de la Glose normalisés livres bibliques type textus biblicus
expositio glose interl. auteurs
600-1800 Glossa N. quelques tout type tout type glose marg. parfois divers
600-1800 Glossa (anonyma) quelques tout type tout type glosesmarg. parfois anonyme
600-1090 Glossa prisca quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. parfois anonyme
1025 < Glossa Brunonis Ps. 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. non Bruno Herbipolensis / Würzburg
1000 c. Glossa Odberti Ps. 2 col. emboîtées continu centre de l’aperture glose marg. encadrante non Odon de Saint-Bertin
1090 < Glossa parva Ps. Paul 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Anselme de Laon
1090-1180 c. Glossa ordinaria quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Ecole de Laon, Gilbert l’Universel
1140-1180 Glossa media Ps. Paul 2 col. paral. continu centre de l’aperture continue lateralis non Gilbert de Poitiers
1160 < Glossa magna Ps. Paul îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue reticulata non Petrus Lombardus
1180-1280 Glossa ordinaria² sauf Ps. Paul. puzzle interrompu irrégulier glose marg. encastrées oui anonyme
1235-1245 Postille Hugonis OP tous sine textu catchwords [rare : îlots] continue non Hugo de Sto Caro
1250-1270 Glossa dominicana OP tous îlot central continu au centre des f. continua lateralis quandoque involvans non Hugo de Sto Caro
1262-1272 Catena aurea OP évangiles îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue non Thomas de Aquino
1270-1290 Postille Gorrani OP quelques sine textu catchwords  [îlots : Ps.] continue non Nicolaus de Gorran
1319-1339 c. Postille Lyrae OFM tous sine textu catchwords continue non Nicolaus de Lyra

Citer ce billet : Martin Morard, "Mises en page de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, 25/08/2018, https://big.hypotheses.org/1672, consulté le 25/08/2019.