Pour mieux comprendre l’édition électronique de la Glose ordinaire et des corpus associés (Gloss-e ISSN 2802-4001)

En prévision de la mise en ligne de Gloss-e 2.0 (ISSN 2802-4001),  prévue dans le courant de l’automne 2021, il a paru utile de résumer sommairement les principes les plus généraux qui ont guidé l’édition des corpus.
Les utilisateurs demandent en effet souvent quelle est la nature et le fondement critique des textes mis en ligne, sur quelle base ils ont été établis, quelles technologies ont permis d’éditer en quelques années l’équivalent de quelque 25’000 pages de commentaires bibliques réunissant outre les 120’000 sentences  de la Bible glosée, 6000 pages et 13’000 sentences de la Catena aurea, 3 tomes des postilles d’Hugues de Saint-Cher en attendant les quatre autres, la Grande Glose de Pierre Lombard etc.
Le principe général retenu est d’éditer scientifiquement des textes de base, puis de les réviser et de les annoter scientifiquement, mais progressivement, en indiquant l’état d’avancement de chaque partie, les manuscrits collationnés, les parties du texte concernées par les collations effectuées.
=> Pour plus de détails, se reporter à la ratio editionis en ligne et aux introductions mises en ligne en tête de chaque livre biblique édité.
Les données procurées sont donc inégalement critiques, mais elles sont destinées à recueillir des données critiques et d’ores et déjà assorties d’une forte valeur ajoutée scientifique et technique. Elles sont innovantes et originales
– pour avoir été encodées intégralement  pour la première fois en format XML/TEI ,
– pour être accessibles pour la première fois en format texte, assorties de métadonnées qui permettent l’interrogation par livre, chapitre et surtout verset biblique, l’interrogation et l’affichage du texte biblique seul, l’interrogation séparée des prologues, des sentences, des sources identifiées et éditées en notes, des lemmes attributifs, des lemmes bibliques commentés, du texte de la Bible, des occurrences des références bibliques identifiées en apparat, etc.
– en raison de l’identification critique des sources et de la restauration avancée du  texte médiéval de la Catena aurea, dont chaque sentence est désormais munie – et pour la première fois – d’un identifiant unique, stabilisé à partir de la tradition manuscrite de l’oeuvre , permettant un  référencement scientifique conforme au texte médiéval restauré.
– des possibilités de lecture, d’affichage et d’interrogation croisées des corpus, adaptées à l’étude de la réception des héritages bibliques et patristiques réunis par le Moyen Âge sur la Sacra Pagina .
L’acquisition et le traitement scientifique des données se font à partir d’un traitement de texte conventionnel, sans recours à un système d’encodage ou à un langage informatique, ou à une interface de saisie particuliers, mais à partir d’une ‘simple’ feuille de style mise au point pour répondre aux spécificités de l’édition de la Bible glosée et des corpus assimilés, ainsi qu’au besoin de l’édition critique des textes anciens.
L’encodage XML/TEI puis la publication sur le site https://gloss-e.irht.cnrs.fr/ se font par l’intermédiaire d’un processus de transformation désormais automatisé, développé dans le cadre du projet, qui permettra la mise à jour des données par le producteur des données scientifiques.
La Bible glosée a d’abord été transcrite manuellement par plusieurs collaborateurs à partir de l’édition princeps publiée par A. Rusch à Strasbourg vers 1480/1481,   puis structurée, révisée, stylée à partir d’un logiciel de traitement de texte conventionnel (word) et finalement encodée en langage XML/TEI  par processus de transformation automatique.
Le texte de base des autres corpus a été saisi et traité dans les mêmes conditions, selon le même procédé et en suivant le même processus.
=> Pour plus de détails, voir colophon du site et crédits scientifiques en tête de chaque livre édité.
Précisons que la mise en page glosée a rendu jusqu’à ce jour impossible une transcription numérique automatique de l’édition incunable par reconnaissance optique de caractères, en raison de l’irrégularité de la répartition des sentences et du texte biblique, différente à chaque page (segmentation).  L’association des sentences au texte biblique concerné exige en outre une analyse intellectuelle du sens de chaque segment de texte. Cette association gloses /lemme biblique ne répond, en raison de l’enchevêtrement des gloses, à aucune régularité susceptible d’être interprétée informatiquement de manière efficace, c’est-à-dire sans obliger à de nombreuses opérations de réorganisation et de vérifications. Volens nolens, pour les opérations requises, le cerveau humain formé est resté plus efficace que la machine au long des dix années qu’a duré le processus de transcription et édition de l’intégralité de la Glose ordinaire (2009-2019). Il en va de même de l’identification automatique des sources qui ne peut être efficace ni atteindre la granularité qu’exige un travail scientifique digne de ce nom : les sentences des gloses et des chaînes patristiques ne sont en effet jamais des citations littérales ; elles dépendent pour une grande partie d’entre elles de sources encore inédites ou non accessibles en format numériques.  Surtout et par-dessus tout, la répétition de textes semblables à des époques successives ne dit rien de leurs dépendances génétiques réelles. L’accumulation de références  à des textes similaire ne suffit pas à écrire l’histoire de la transmission des formes écrites et des idées.  L’identification automatique des citations bibliques se heurte encore à l’absence d’un texte biblique de référence adapté à la situation du Moyen Âge tardif, à la prise en compte des versions vieilles latines, des aliae litterae qui constellent les textes médiévaux.  La polysémie, les lieux parallèles textuels, la complexité des versions du texte bibliques, les imprécisions de la machine obligeraient, en tout état  de cause, à un travail de vérification critique important dont on croira d’autant plus volontiers pouvoir se dispenser qu’il aura les apparence de la vraisemblance.
Concernant les textes édités :
Glossa ordinaria. Les gloses marginales et interlinéaires ont été insérées à la suite des lemmes commentés  dans le texte biblique de l’éditio minor (Weber, Stuttgart 1994) par les différents intervenants. Le texte a ensuite été révisé (NT, livres historiques, livres sapientiaux etc. ) ou est en cours de révision (Pentateuque, Grands Prophètes etc.). En fonction de la demande des lecteurs et des besoins de la recherche, il est ponctuellement collationné sur manuscrits.
Biblia communis. Le texte de la Bible, indissociable de la Glose ordinaire, est celui de l’édition Rusch (Strasbourg 1481), collationné avec l’édition minor  de la Vulgate (Weber-Gryson, Stuttgart 1994). Les leçons de la version hiéronymienne (Weber) ont été rejetées en apparat.
3° Le texte biblique de Rusch est en cours de collation avec des témoins manuscrits inédits d’une part, avec les apparats de l’édition maior de la vulgate, et les correctoires biblique du 13e siècle d’autre part. Notre objectif est la restitution de la Littera communis du Moyen Âge tardif. Par Littera communis, expression reprise des correctoires bibliques, il faut entendre le texte biblique virtuel, fruit de la réception collective et consensuelle de la forme écrite de la Révélation par le sensus fidelium, qui sert de socle à l’unité religieuse du Christianisme médiéval. Toutes les bibles manuscrites et imprimées s’en approchent sans qu’aucune ne l’épuise jamais. Il prend la forme de l’accord textuel de tous les témoins collationnés et répond en quelque sorte à la notion de textus receptus au sens fort et théologique de l’expression.
Ce concept – et la recherche de la Littera communis qu’il stimule – est le moteur d’un vaste chantier éditorial, destiné à mettre à disposition de la communauté scientifique une version du texte de la Vulgate qui restitue, autant que faire se peut, le texte consensuel progressivement élaboré par les usages du Moyen Âge tardif à partir des versions de la Bible diffusées à Paris. Non que celles-ci soient meilleures, mais parce que le champ de convection créé par les déplacements universitaires a contribué à diffuser les versions parisiennes à travers toute l’Europe. Celles-ci ont progressivement remplacé et écrasé par leur nombre les versions locales. Au fil des copies et de recopies, comme le torrent poli les galets, elles ont empiriquement façonné et préparé le texte finalement imprimé par Gutenberg au milieu du 15e siècle. Nous donnons à cette version le titre uniforme de Biblia communis, pour la différencier de la Vulgate hiéronymienne, reconstituée par les éditions critiques. Celles-ci ont privilégié des leçons rares de manuscrits essentiellement carolingiens ou pré-carolingiens. La Biblia communis retient les leçons les plus répandues (désignées par “plerique codices” dans l’apparat des éditions critiques). Il était par exemple impératif de restituer une version du Psautier latin conforme à la division en versets liturgiques et au texte effectivement reçu par l’usage.
Nous avons volontairement évité le terme de Biblia parisiensis ou de Bible universitaire. La Biblia communis ne se réduit pas au texte de la Bible diffusé à Paris à partir de plusieurs tentatives de révision de nature et d’origine différentes que la littérature scientifique et la doxa historiographiques modernes ne distinguent pas suffisamment, quand elles ne les confondent pas avec les premières versions imprimées de la Vulgate (Gutenberg, Rusch) qui sont des évolutions tardives et déjà remaniées (dans la forme et dans le fond) du texte en circulation à Paris au 13e siècle.
Il aurait bien sûr été contreproductif d’éliminer les particularismes innombrables charriés par les bibles manuscrites. Il importe cependant d’indiquer au lecteur ce qui est le plus répandu et ce qui relève de traditions moins répandues. Les leçons des familles textuelles  secondaires sont donc regroupées en apparat (versions liturgiques dominicaines, cisterciennes etc. ).
La recherche avancée “texte de la Bible” permet d’interroger non seulement le texte de la Bible édité, mais aussi les leçons de l’apparat biblique.
Pour la Glose comme pour chacun des corpus édités (Magna Glossatura, Postilles d’Hugues de Saint-Cher, Catena aurea, Philippe le Chancelier, Distinctiones in Psalmos, etc.)  l’édition princeps est un texte de base, non un texte de destination.
L’alignement texte image aurait supposé que nous soyons propriétaires des images ou que nous travaillions de concert avec le propriétaire des images. Lorsque le projet a débuté, en 2009, nous ne disposions ni des moyens financiers, ni des compétences adéquates.
En fait, l’alignement texte image n’a pas de sens dans le cas de Gloss-e. Notre édition de la Glose ordinaire n’est pas l’édition de l’édition princeps pour elle-même.  L’alignement ne nous semble pas indiqué en effet :
– dans le cas d’une édition destinée à intégrer les collations – potentiellement – de centaines de manuscrits,
– compte tenu du fait que l’édition princeps est loin d’être toujours pertinente,
– puisque le texte  de Rusch est corrigé,
– ses graphies sont normalisées,
– la disposition des gloses et leur association au lemme biblique a été parfois corrigée.
Canoniser l’incunable par une association texte / image stricte a paru inopportun. L’incunable n’est qu’un témoin parmi d’autres et certainement pas le meilleur.
Autrement dit ,dans Gloss-e,  le texte de toute sentence de tout corpus (Glose ordinaire, Pierre Lombard, Hugues de St-Cher, Catena, etc.) est par défaut celui du texte de base retenu (voir détails exposé dans l’introduction en ligne de chaque corpus) ; quand une sentence est collationnée sur un témoin différent du texte de base,  le texte de base peut être corrigé,
– les leçons variantes sont indiquées en note,
– si le texte de base est modifié, une astérisque après l’appel de note signale l’intervention de l’éditeur
– une déclaration de témoins, signalée par le préfixe “Codd.”, placée dans la dernière note de la sentence,  indique le sigle des témoins collationnés ; lorsque ce ms. est en ligne, le sigle est cliquable et ouvre l’image du feuillet où se trouve la sentence. L’opération est réitérée pour chaque sentence.

En outre, Gloss-e renvoie par des liens hypertextes

1. vers le feuillet correspondant de l’exemplaire d’Erfurt à chaque changement de colonne (soit 4 liens par image inscrits dans la référence bibliographique au feuillet de l’exemplaire d’Erfurt et à la pagination de l’exemplaire “fictif” de Brepols) et
2. aux images des feuillets des manuscrits collationnés en sus, par lien hypertexte inscrit dans le sigle des manuscrits collationnés, mentionnés dans les déclaration de témoins de chaque sentence  (“Codd.:”)
Les sigles des manuscrits cités dans Gloss-e renvoient,
  • pour les manuscrits du texte de la Bible aux sigles des éditions de la Vulgate citées et, pour les manuscrits inédits ou spécialement collationnés, à la liste explicative mise en ligne, accessible sous l’onglet “Instrumenta” : voir ici : Codices Bibliae in apparatibus allegatii
  • pour les livres glosés, à la base GLOSSEM des manuscrits de la Bible latine avec commentaires, dans laquelle on trouvera
pour chaque livre biblique concerné
– la cote de conservation correspondante (avec lien vers la notice codicologique publiée par la bibliothèque de conservation ou vers un catalogue en ligne),
– le premier feuillet du livre biblique avec lien vers l’image du manuscrit en ligne lorsqu’il existe en format numérique
– le contenu réduit au titre de forme du corpus (Glossa ordinaria, Glossa parva, Glossa media, Glossa magna, Hugues de St-Cher, Postille ; Glossa Dominicana (=Hugues version brève) ; Catena aurea, Nicolas de Gorran, Nicolas de Lyre, etc.)
– la date du manuscrit en trois versions (1° arrondie par siècle et partie de siècle, 2° date telle que dans le catalogue dépouillé (par défaut) ou datations personnelles (les sources ou auteurs de ces datations sont indiquées), 3° date élargie ou “date lissée” (pour surseoir aux différences d’appréciations, hautement subjectives et souvent issues de datations relatives,  et afin éviter d’exclure du filtrage les exemplaires des périodes de transition que les uns classent arbitrairement à la fin d’un siècle et les autres au début d’un autre; par exemple début 2/4 et début premier tiers, etc.)
– l’origine,
– la provenance,
– le milieu socio-professionnel de provenance,
– la typologie de la mise en page avec des liens vers 1 image représentative du manuscrit
L’ensemble des données fait l’objet de mises à jour régulières.  A partir de la mise en ligne de Gloss-e 2.0, ces mises à jours pourront se faire directement par le producteur des données scientifiques.

Bibliographie d’exégèse médiévale par références bibliques / Studies on the medieval exegesis by precise biblical references (Work in progress)

Merci de signaler les nombreux titres qui devraient figurer dans cette rubrique. Je les intégrerai avec reconnaissance

capitula bibliae Bibliographia Ambitus chronologicus
Gn D. H. Bascour, « La double rédaction du premier commentaire de Maître Eckhart sur la Genèse », Recherches de Théologie ancienne et médiévale, 7 (1936), p. 294-320. 1302-1328 † circa
Gn Petri Comestoris Scolastica Historia. Liber Genesis, Éd. Agneta Sylwan, Turnhout, Brepols 2005, (CCCM 191), 226 p. 1150-1178 circa
Gn 1-3 Glossae super Genesim. Prologus et capitula 1-3, Éd. Agneta Sylwan, Göteborg, Sweden, 1992 (Acta Universitatis Gothoburgensis) 1150-1178 circa
Gn 2, 7 Boulnois (Marie-Odile), « Le souffle et l’Esprit. Exégèses patristiques de l’insufflation originelle de Gn 2, 7 en lien avec celle de Jn 20, 22 », Recherches Augustiniennes XXIV, 1989, p. 3-37.
Gn 2-3 Boulnois (Marie-Odile), « Genèse 2-3 : Mythe ou vérité ? Un sujet de polémique entre païens et chrétiens dans le  Contre Julien de Cyrille d’Alexandrie », Revue des Etudes Augustiniennes, 54,  2008, p. 111-133.
Gn 12 Boulnois (Marie-Odile), « Les péricopes de Sara « sœur-épouse » (Gn 12 et 20) chez les Pères Grecs », La sœur-épouse (Genèse 12, 10-20), Paris, Cerf, 2010, p. 27-66.
Gn 18-19 Boulnois (Marie-Odile), “Trois hommes et un Seigneur : interprétations patristiques et iconographiques de la théophanie de Mambré”, Studia Patristica.XXIX: historica, biblica, ascetica et hagiographica, éd. F. Young, M. Edwards, P. Parvis, Peeters, 2006, p. 193-202. 0100-0799
Gn 18-19 Boulnois (Marie-Odile), « L’exégèse de la théophanie de Mambré dans le De Trinitate d’Augustin : enjeux et ruptures », Le De Trinitate de saint Augustin. Exégèse, logique et noétique, éd. E. Bermon et G. O’Daly, Études Augustiniennes, Paris, 2012, p. 35-65.

 

0400-0416
Gn 20 Boulnois (Marie-Odile), « Les péricopes de Sara « sœur-épouse » (Gn 12 et 20) chez les Pères Grecs », La sœur-épouse (Genèse 12, 10-20), Paris, Cerf, 2010, p. 27-66.
Gn 27, 1 Smits (E. R.), « An Unedited Correspondence between Helinand of Froidmont and Philip, Abbot   of Val Ste Marie, on Genesis 27:1 and the Ages of the World », Erudition at God’s Service: Studies in Medieval Cistercian History, 11, 1987, p. 244-266. 1200-1299
Ex 20, 5 Boulnois (Marie-Odile), « Le Décalogue  contient-il une formule scandaleuse ? ‘Dieu qui reporte les fautes des pères sur les enfants’ (Ex 20, 5) », Le Décalogue au miroir des Pères, Cahiers de Biblia Patristica 9,  éd. R. Gounelle et J.M. Prieur, Strasbourg, 2008, p. 243-259.
Ex 20, 5 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Nm 25, 11 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Lv. 25 R. Quinto, « L’idea del giubileo in alcuni commenti medievali al Levitico e nella leteratura teologica sino al 1250 », Studia patavina, 46, 1999) 317-343 [traite la question de la doctrine des indulgence ; peu de choses sur l’exégèse littérale] ; Id., « Giubelo e attesa escatologica negli autori monastici e nei maestri della Sacra pagina », Medioevo, 26 (2001), p. 25-109 [p. 28-44 : interprétation symbolique des nombres ; p. 44-82 : la tradition exégétique de Lv. 25 sur le sujet] ; Id., « L’idea del giubileo nell’esegesi medievale tra la rinascita carolingia e i maestri della Sacra Pagina », dans Lia De Finis, dir.,  Il Giubileo attraverso i secoli Dalle radici ebraiche alle prospettive spirituali e alle componenti laiche collegate nei secoli all’evento giubilare, Trenta, 2001. 1100-1250
Dt. 32, 21 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Ruth Martel, Gerard de, Répertoire des textes latins relatifs au livre de Ruth (VIIe – XVe s.), Dordrecht, 1978. 0600-1499
Psalterium B. Bureau, « Texte composé, texte composite : le mécanisme de la citation et sa fonction dans quelques commentaires de psaumes de Cassiodore », dans Hôs ephat’, dixerit quispiam, comme disait l’autre… Mécanismes de la citation et de la mention dans les langues de l’Antiquité , C. Nicolas (éd.), Recherches & travaux n°15, Ellug, 2006, p. 225-262. 0538 – 0580
Ps. 1 Margolin (Jean-Claude), « Grammaire, principes exégétiques et humanisme chrétien dans le commentaire d’Erasme au Psaume 1 Beatus vir », dans Ferrer-Mantero 2006, p. 71-92. 1466/1469-1536
Ps. 1, 2, 3 Fontana (Maria), « Il commento ai Salmi du G. della Porrée », Logos (Palerme 1930) p. 283-301 [Prologue, Ps 1, 2, 3]. 1140-1150 c.
Ps. 20 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps. 21 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps. 21 Sainte-Marie (Dom Henri de), « Le psaume 22 (21) dans le Iuxta Hebræos », dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 151-187. 0700-0999
Ps. 21, 3 Draelants (Isabelle), « Ego sum vermis : du vers né de la pourriture, à la naissance du Christ sans accouplement, un exemple de naturalisme exégétique médiéval », Mélanges Catherine Jacquemard, Caen, 2018, Presses universitaires de Caen (coll. Mélanges) (à paraître) 1100-1400
Ps 22 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 23 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 24 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 25 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 44, 2 Casagrande (Carla), «Le calame du saint Esprit: grâce et rhétorique dans la prédication au xiiie siècle», La Parole du Prédicateur: ve-xve siècle, Rosa Maria Dessi et Michel Lauwers (éd.), Nice, Centre d’Etudes médiévales, 1997 (Collection du Centre d’Etudes Médiévales de Nice, 1), p. 235-254. 1200-1299
Ps. 52, 1 Belkin (Ahuva), « Suicide Scenes in Latn Psalters of the Thirteeth Century as Reflection of Jewish Midrashic Exposition », Manuscripta 32 (1988), p. 75-92. 1200-1299
Lam. 1 Andrée 2005. 1110-1150 c.
Lam. Andrée 2009. 1110-1150 c.
Sir. Eccli. Explanatio super Ecclesiasten (Clm 14614). Un Epitone carolingia del commentario all’Ecclesiaste di Alcuino di York, éd. Francesca Sara D’Imperio, Firenze, Sismel, 2008 (Opuscoli, seonda serie, 5). 0825-0850
Ier. Moyhihan (Robert), « The Development of the ‘Pseudo-Joachim’ Commentary ‘Super Hieremiam’ : New Manuscript Evidence », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge Temps modernes, 98 (1986), p. 109-142. [Voir Travaux en cours]. 1250 c.
Mt. Shooner 1956 : Shooner (Henri Victor), « La Lectura in Matthaeum de S. Thomas : deux fragments inédits et la Reportatio de Pierre d’Andria », Angelicum 33 (1956), 126-142. 1269-1270
Mc. 06:42-50 Berceville (Gilles), L’Expositio continua sur les quatre évangiles de saint Thomas d’Aquin (Catena aurea). Le commentaire de Marc. Etat de la question et projet de recherches, Mémoire de DEA (Diplôme d’études approfondies), dactyl., Université Paris IV, 1988, 47+7 p. [analyse des sources et remarques philologiques] 1263-1265 c.
Io. Conticello (Carmelo Giuseppe), “San Tommaso ed I padre: La Catena aurea super Ioannem”, AHDLMA 65 (1990), 31-92. XIIIe
Io. Andrée 2008. Andrée 2014 XIIe
Io. 20 :22 Boulnois (Marie-Odile), « Le souffle et l’Esprit. Exégèses patristiques de l’insufflation originelle de Gn 2, 7 en lien avec celle de Jn 20, 22 », Recherches Augustiniennes XXIV, 1989, p. 3-37.
Rm. 9-11 Boulnois (Marie-Odile), “L’Election d’Israël et la grâce offerte à tous selon Cyrille d’Alexandrie”, L’exégèse patristique de Romains 9-11. Grâce et liberté, Israël et nations. Le mystère du Christ, Médiasèvres, 2007, p. 101-124. 0412 – † 444 c.
Rm. 9-11 Boulnois (Marie-Odile), « L’élection d’Israël et la grâce offerte à tous : L’exégèse de Romains 9-11 selon Cyrille d’Alexandrie », Adamantius 14, 2008, p. 266-285. 0412 – † 444 c.
1Cor. Landgraf (Artur Michael), Commentarius Porretanus in primam epistolam ad Corinthios, Città del Vaticano, 1945 (Studi e testi 117) [commentaire jugé d’inspiration porrétaine, édité à partir du ms. Paris, Arsenal, lat. 1116]. 1150 c.
1Cor. 2, 6-16 Strawbridge (Jennifer), « ‘A community of interpretation: the use of 1 corinthians 2.6-16 by early christians » Studia patristica, 63 (2013), 69-80.

 

Esdras et la Bible parisienne

mise à jour 26.07.2021

Le corpus des livres d’Esdras a évolué par étapes entre la fin du 12e et la fin du 16e siècle. Au 13e siècle, la bible parisienne est très différente à cet égard de la Vulgate Sixto-Clémentine. Elle est surtout beaucoup moins homogène qu’ont a pu le croire à la lecture des meilleurs spécialistes. Après avoir souvent été considérés comme formant un seul livre, 1Esr et 2Esr. , sans être encore dissociés, ont été progressivement distingués par le jeu des initiales ornées et des titres courants. Le statut de 2Esr. a, de ce fait, évolué au cours du 13e siècle, d’abord sans capitulation et sans titre propre – le nom de Néémie n’étant indiqué qu’en titre courant -, puis avec une capitulation distincte, parfois sous le titre de “Secundus liber Esdre”. La présence d’une rubrique ou d’un titre distinctif demeure exceptionnelle en tête de 2Esr.

Conjointement, 3Esr. fut placé à la suite de 1-2Esr. sous le titre de “Secundus Esdre”. La séparation des deux livres est consacrée différemment par les correctoires et Nicolas de Lyre. Les correctoires qualifient 2Esr. de “Secundus Esdre” mais ignorent 3Esr. Il en va de même pour Nicolas de Lyre.

Enfin, 4Esr. n’a été  adjoint régulièrement au groupe 1-3Esr.  que très tard, et hors du cadre parisien typique de la Bible du 13e siècle, à l’occasion des premières éditions imprimées de la Bible dans la seconde moitié du 15e siècle (Gutenberg 1455, Pfister 1460 etc.). Il ne semble pas avoir été régulièrement intégré aux éditions des postilles bibliques de Nicolas de Lyre à la fin du 15e siècle[1].

Nous n’avons esquissé ici qu’une tendance générale qui s’est imposée par une sorte de consensus tacite, peu à peu et  non sans repentirs. A toutes les étapes du processus, des manuscrits plus ou moins isolés attestent chacun des cas de figure évoqués plus-haut. Malgré la diffusion du groupe 1-4Esr. à la fin du Moyen-Age, le Concile de Trente adopta la position des partisants du corpus réduit en ne reconnaissant l’authenticité que des deux premiers livres d’Esdras, “le premier et le second qui s’appelle Néémie”. Ce choix précisait le canon hiéronymien ; ce n’en était que l’une des interprétations possibles, sans doute la plus vraisemblable. Mais elle se heurtait au fait de  la tradition cumulative héritée de la dynamique parisienne. Une demi siècle plus tard, admettant implicitement l’incertitude induite par l’imprécision du canon hiéronymien, les éditeurs de la Clémentine réintégrèrent quand même  3Esr. et 4Esr., mais en appendice. Trente a donc lu Jérôme à travers le prisme du corpus d’Esdras  dans son état de la fin du Moyen Âge. On ne saurait dire qu’il ait adopté le corpus d’Esdras sous la forme qui aurait été la sienne au 13e siècle dans “la” Bible parisienne.

[1] En attendant une étude plus poussée, notons que certains manuscrits de la postille littérale de Nicolas de Lyre de la fin du 15e siècle distinguent pourtant « Primus Esdras » (1-2Esr.) et « Secundus Esdre » (3Esr.) et attribuent au maître franciscain un commentaire de 3Esr. : cf. Barcelone, Univ. 741-3/2, f. 247ra-252b : “Liber Esdre incipit. Et fecit losias. Liber iste qui dicitur Esdre secundus, videtur … Expl.: deputatus ad divinas laudes et obsequia. Cuí eest honor et gloria in secula seculorum Amen. Postilla venerabilis fratris Nicolai de Lyra, super secundum librum Esdre, fínit”.  Ce texte semble absent des manuscrits français de la postille cf.  Paris, BnF, lat. 351 et 359, etc.

Pour en savoir plus :

Continuer la lecture de « Esdras et la Bible parisienne »

Ratio brevis editionis Catenae aureae electronicae

Ratio brevis editionis

Martin Morard

(version du 1.2.2021)

 

Nous résumons ici les principes généraux de l’édition qui sont justifiés en détail dans notre Introduction générale (à paraître)

Pour citer notre édition :

Thomas de Aquino, Catena aurea, ed. Morard et coll., CNRS, 2021, CMT2d1.4 (Chrysostomus) [https://gloss-e.irht.cnrs.fr, version du 5.1.2021]

Pour citer une note de notre édition :

Fabio Gibiino, « Note sur CMT2d1.4 » in : Catena aurea, ed. Morard et coll., CNRS, 2021.

Chaque note d’apparat est signée par les initiales datées des collaborateurs qui ont participé à sa rédaction

ADL = Adele Di Lorenzo

ACB = Anne-Catherine Baudoin

CGC = Carmelo Giuseppe Conticello

FG                    = Fabio Gibiino

MM = Martin Morard

MOB                = Marie-Odile Boulnois

VS                     =Véronique Somers

Une astérisque après la signature – [FG2013]* – indique que le travail a été validé au moins par un autre membre de l’équipe

Etablissement du texte de la Catena

  • La Catena aurea electronica est une édition scientifique qui a l’ambition de restaurer le texte médiéval de la Catena aurea diffusé par exemplar et pecia dans le but de donner à lire le texte reçu par le plus grand nombre.
  • Le texte de base de la Catena est celui de l’édition Marietti (Angelico Guarienti, Turin 1953, sigle Ed1953), copié à partir du Corpus thomisticum (version 2012) révisé sur la version papier, à l’exception de la ponctuation, des majuscules et des graphies.
  • Ce texte de base est progressivement collationné avec les manuscrits Li446-449.
  • En l’absence de déclaration de témoin, le texte procuré à titre indicatif est le texte de base (Marietti).
  • Pour chaque sentence éditée, la rubrique « Codd. » introduit l’énumération des témoins collationnés.
  • La signification des sigles des manuscrits est donnée dans  l’inventaire sommaire des manuscrits de la Bible avec commentaire (site Gloss-e, page Instrumenta).
  • Les éditions sont désignées par leur date de publication précédée du signe Ed (Ed1470 = edition princeps, Rome, 1470). Pour plus de détail, voir l’inventaire des éditions de la Catena.
  • En cas de divergence, l’accord de la source et de Linz entraîne la correction de la leçon Marietti.
  • Lorsque Linz diffère à la fois de la source et du texte de base, le texte est collationné sur autant de manuscrits que nécessaire pour obtenir un accord majoritaire qui justifie la correction critique du texte de base.
  • Le texte des éditions est collationné ponctuellement dans le but de comprendre à quel moment et dans quel contexte la Catena s’est écartée de sa version médiévale.
  • l’apparat positif, à gauche du crochet fermant, mentionne le lemme retenu. Nous n’énumérons les sigles des témoins qui attestent le texte retenu qu’en cas de collation ponctuelle d’un témoin ou lorsque la clarté de l’apparat l’exige. (Exemple : magister Li446 Ed1498] didascalus Ed1953)
  • l’apparat négatif, à droite du crochet fermant, indique les leçons variantes rejettées et les sigles des témoins qui les attestent. (Exemple : magister Li446] didascalus Ed1953)

Présentation du texte

  • Chaque unité textuelle est composée de l’énoncé du lemme commenté (complet ou partiel, suivi ou non de « etc. ») précédé d’une clausule de transition (Sequitur, Unde sequitur, ), suivi de la déclaration de l’autorité source composée d’un nom d’auteur et parfois du titre de l’oeuvre) ; vient enfin la sentence proprement dite.
  • Chaque sentence est munie d’un identifiant unique dont l’attribution est fondée sur  la collation de l’incipit, explicit et du lemme attributif de chaque sentence de l’édition Marietti avec les manuscrits Linz 446, 447, 448, 449. En cas de divergence, le texte  a été établi après confrontation avec les autres témoins manuscrits de la tradition médiévale du texte (texte ‘universitaire’) et les éditions imprimées (voir apparats).

exemple : CMT1d1.1, CMC2d2.2, CLC3d3d3, CIO4d4.4

  • Le découpage en « distinctions », est, sauf avis contraire, celui de l’édition Marietti. Il correspond – non sans exceptions – au découpage du lemme biblique reproduit en gros modules dans la plupart des manuscrits de la Catena qui ont adopté une mise en page glosée (texte biblique en gros module formant « îlot » sur un côté de chaque colonne). Les manuscrits ne numérotent jamais ces divisions, ni ne leur donnent de nom. Nous les qualifions de « distinctions » selon l’usage médiéval attesté dans les manuscrits de la Grande Glose de Pierre Lombard qui adoptent le modèle d’Herbert de Bosham. Ces divisions, constantes dans l’immense majorité des témoins, sont dues à Thomas lui-même qui dégage la structure du texte évangélique. Le plus souvent ‘muettes’, c’est-à-dire non explicitées, elles sont exceptionnellement introduites par des gloses de transition, d’origine thomasienne ou patristique, qui rendent raison des évolutions de la structure du texte évangélique, mais elles ne sont pas comparables avec la divisio textus des postilles scolaires. Elles ne correspondent pas aux péricopes liturgiques de la liturgie dominicaine d’Humbert de Romans, ni à celles des chaînes grecques utilisées.

Nota : Le terme de  « leçons » est absent de toutes les éditions de la Catena. Il est à bannir, notamment à cause de sa connotation liturgique et scolaire, totalement étrangère au contexte de la Catena.

  • guillemets « … » : réservés aux citations littérales identifiées à l’intérieur d’une sentence.
  • astérique à la suite d’un appel de note = corrections apportées au texte de base.
  • astérique à la suite d’un sigle = leçon de première main corrigée ; par ex. Li446* (cancel.)
  • ² après un sigle (Li447²) = leçon de seconde main
  • astérique après un appel de note indique les principaux cas où le texte de l’édition Guarienti (Marietti Ed1953) a été corrigé.
  • petites capitales: lemme biblique commenté
  • [1] [2]: numérotation des éléments d’une sentence composite.
  • [a] [b] [c] [d] [e] => sentence => [b] [a] [e] [c] [d] Quand l’ordre du texte de la sentence diffère de celui de la source, chaque section déplacée de la source est numérotée par une lettre de l’alphabet entre crochets reportée dans le texte de la sentence. L’ordre alphabétique correspond à l’ordre des éléments de la source. L’ordre du texte originel est signalé par des lettres entre crochets carrés insérées dans le texte de la source en apparat 
  • Pour les références bibliographiques complètes, se reporter au tableau général des sources (Gloss-e.irht.cnrs.fr : Instrumenta / Auctores in apparatibus fontium allegati)
  • <Fons>  : introduit l’analyse des sources latines
  • <FonsG>  : introduit l’analyse des sources traduites du grec pour la Catena
  • <Nota> = commentaire sur la source
  • <Non hab.> : Non inveni(tur) ab editore in operibus laudatis
  • <Loci paral.>: lieux parallèles dans les autres œuvres de Thomas d’Aquin.
  • <potius quam> : source alternative proposée, bien que moins pertinente.

Mise en forme du texte des sources

Litteris italicis exaratis: voces expositionis in fontibus non repertae

Litteris semi capitalibus exaratis : voces vel lemma expositionis e Textu biblico litteraliter reassumptae

Litteris spissis exaratis: voces fontis litteraliter in expositione assumptae

Litteris sublineatis exaratis: voces fontis in expositione mutatae

Litteris rubris spissis exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptaec et in expositione assumptae

Litteris sublineatis exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptae, sed in expositione mutatae

Litteris rubris exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptae, sed in expositione ommissae

  • italiques(texte édité): lexèmes propres au texte édité, non attestés par le texte des sources.
  • gras(sources) : mots identiques dans le texte de la source et dans le texte édité
  • souligné (sources) : mots légérement différents dans la source et dans le texte édité (modifications morphologico-syntaxiques  
  • quand la sentence puise sa source dans la tradition directe de l’autorité désignée
  • quand la sentence vient de la tradition indirecte de l’autorité désignée par le lemme attributif (chaînes, gloses, recueils de sentences, commentaires, etc.)  :
  • noir simple : toute expression propre au caténiste ou glossateur, omise par le texte édité
  • noir gras : = toute expression propre au caténiste ou glossateur, reprise dans le texte édité
  • grenat gras: lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), expression commune au texte édité, à sa source directe (tradition indirecte de l’autorité déclarée) et à sa source indirecte (tradition directe de l’autorité déclarée)
  • grenat maigre souligné: lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), toute expression commune à la tradition directe et indirecte de l’autorité source, mais modifiée dans le texte édité
  • grenat maigre : lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), toute expression commune à la tradition directe et indirecte de l’autorité source, omise par le commentaire édité
  • Les identifications de sources qui figurent entre accolades {…} – par exemple : In Matheum. {tract. 34} –  sont des données provisoires, non vérifiées, empruntées à des éditions anciennes de la Catena : incomplètes, parfois erronées et souvent obsolètes, elles sont appelées à disparaître.

Les sources grecques

Le texte des sources grecques identifiées est reporté en apparat selon les même principes que les sources latines.

Lorsqu’une source a fait l’objet d’une édition imprimée ou numérisée, nous le reprenons à l’identique.

Lorsque la source est inédite (chaînes grecques, écrits inédits), nous éditons le fragment qui permet de rendre compte de la traduction et de l’excerption de la Catena.

Le texte est établi et normalisé selon les principes suivants :

– notre premier objectif est de donner à lire des textes complets et référencés. A l’échelle de la Catena le travail est considérable et implique de nombreux ajustements successifs en raison de la multiplicité des sources et des intervenants. L’homogénéité et l’uniformité sont des objectifs lointains.  

– graphies : Δαυῒδ et non Δαβῒδ

– majuscules : aucunes majuscules, sauf après les ponctuations fortes : points bas, points haut, points points d’interrogations, noms propres de lieux et de personnes. (révision en cours)

– ponctuation : pas de virgule avant les conjonctions de coordination et les prépositions, sauf pour détacher une proposition

– accents : accent aïgu sur la dernière voyelle accentuée des oxytons suivis d’une ponctuation, même virgule.

Graphies latines et développement des abréviations

  • La ponctuation de tous les textes transcrits par nos soins est de notre fait.
  • Les textes grecs ont été normalisés selon les usages contemporains de l’édition scientifique des sources byzantines du 11e et 12e siècle. Ne sont donc pas signalés les iottacismes et iota ascrits des chaînes grecques.
  • Les graphies latines modernes de Ed1953 (Marietti) ont été partiellement conservées ou sont en cours de normalisation selon les principes exposés dans le site Gloss-e (voir Index graphiarum) afin de faciliter le repérage à partir des moteurs de recherche électroniques du site gloss-e.irht.cnrs.fr.
  • La consonne v est distinguée de la voyelle u ;
  • j est toujours transcrit i ;
  • les diphtongues ae, oe ont été transcrites e (Mattheus), sauf en cas de risque de confusion : aeris,

Sauf exceptions signalées en notes :

  • « in homel’ » (lemme attributif) est développé par «  in homeliario » conformément à ce qu’écrivent en toutes lettres les manuscrits du prologue (CMTprol.7)  (As115 Li446 Li447 Li448 Li449) ; Ed1470 écrit tantôt « homelia », tantôt « homeliario
  • « sig.at » a été presque toujours développée par « significat » par les éditeurs anciens de Thomas et par ceux de ses sources. Pourtant il faut souvent restituer « signat ». Nos interventions en ce sens sont signalées en apparat.
  • « q. d. » est développé par « quasi dicat » en l’absence de contreindication.
  • Nous écrivons de façon normalisée rons notamment: Bethleem, Chrysostomus, Ephrata, Haymo, Hierosolyma, Ioannes, diabolus, Glossa, Hieronymus, Iesus, Isaias, Marcus, Sion, temptatio, mihi, nihil, etc.  
  • Quelques graphies observées dans les témoins manuscrits :

Ed1937 écrit : Esayas, Sion, etc.

Na écrit : Alchuinus, locutus, LuchasMattheus, Ystoria, Ysaias, haut, Iohannes, Ieronymus,

La88 écrit :  Archa, Alchuinus, inicium, loqutus ;

Li446-449 : arcana, nephas, Aymo, calciamenta , Crisostomus, Bethleem , calciamenta dyabol-, Iohann, Syon, nephas,  temptatio-, nichil, etc.

Li446 écrit :, Bethleem, , dyabolus, Esichius, Glosa, Helyas, Ierosolyma, Ieronimus,  implere, ymago, Ysaias, ystoria, ydoneus, Ydumea, Ihesus, Mattheus, Marchus, misterium, cotidie, etc.

Li447 écrit : Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), , implere, ymag-, Ysaias, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, cotidie, Symon, , etc.

Li448 écrit : arcana, calciamenta, Crisostom-, dyabol-, Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), Iohann-, implere, ymag-, Ysaias, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, nichil, cotidie, Symon, Tytus, etc.

Li449 écrit : catechuminus , Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), implere, ymag-, Ysaias, Ysayas, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, cotidie, Symon

Le rubricateur écrit :

« Grig’ » pour Gregorius ; v. g. f. 95ra etc.

« Theophylacius » parfois pour Theophylactus ; v. g. f. 117rb

« Grisous » ou « Crisous » pour Chrysostomus ; v.g. Li446, f. 12rb

Arag2 écrit : glosa, Ieronimus, Chrysostomus, Matheus, solicitudo, etc.

Texte biblique

  • On distingue dans le texte et les manuscrits de la Catena trois types de lemme évangélique. Le même passage des évangiles peut y être répété trois fois :
  1. lemma adiunctum ou lemme ajouté : texte biblique principal reproduit en gros module formant îlots sur le côté gauche de la colonne (mise en page glosée parisienne) ou, exceptionnellement sur le côté droit de la colonne (mise en page italienne). Le début de ces sections correspond à celui des sections de la Catena (« divisions » ou « distinctions »), appelées aussi improprement lectiones[1]. Leur étendue ne correspond pas à celle des péricopes évangéliques de la liturgie dominicaine d’Humbert de Romans. Les leçons d’un manuscrit provenant de ces unités textuelles spécifiques sont désignées par le sigle du manuscrit suivi d’un arobase @ (=ad<junctum>)
  2. lemma coniunctum ou lemme conjonctif : texte biblique principal intercalé in entre les sentences de la Catena, parfois souligné, parfois dans un module différent. L’apparat du texte les désigne par le même sigle que le texte propre de la Catena.
  3. lemma repetitum: mots du texte biblique commenté, répétés à l’intérieur des sentences ou à la fin de certaines. Ces lemmes de rappel peuvent avoir trois origines :
  4. le texte patristique cité : il s’agit alors (dans le cas des sources latines) de versions anciennes de la Bible ;
  5. la version de la Bible utilisée par Thomas d’Aquin, qu’il cite parfois de mémoire ;
  6. un rappel du lemme biblique principal (lemma coniunctum).
  • Le texte de la Catena préparé par Thomas ne se présentait probablement pas, à l’origine, sous la forme de livre glosé par lemme disjoint, mais plutôt par lemme conjoint, intercalé[2]. J’en veux notamment pour indice le fait que les marques de pièce de Li449 sont espacées en moyenne de 5 feuillets. Une pièce est ordinairement composée de 2 bifeuillets ou 4 feuillets. On peut donc supposer que le texte des pièces de la Catena soit était plus serré que celui des manuscrits de Linz, soit ne comportait pas de texte biblique et que l’ajout de celui-ci explique en partie le fait que l’écart entre deux marques de pièces s’explique non pas des cahiers de 5 feuillets, mais par des pièces composées du texte de deux bifeuillets augmenté par l’ajout des îlots bibliques.
  • Le texte des évangiles commenté par l’auteur de la Catena est donc celui qui est intercalé dans le texte même de la Catena, introduit par des formules comme Unde sequitur… Unde dixit… . Ce lemme fait partie intégrante de l’antigraphe de la Catena, mais il a été ajouté en deuxième intention et partiellement glissé soit entre les sentences, soit à l’intérieur de celle-ci, comme l’indiquent certaines répétitions qui font doublet. Ce texte est parfois lacunaire ; Thomas l’utilise comme tissu conjonctif pour associer les sentences dans le continuum qui justifie sont titre de « chaîne ». A la différence des postilles bibliques où le lemme conjoint est drastiquement abrégé (catchwords) et ne permet pas une véritable reconstitution du texte biblique commenté directement par l’auteur, le lemme conjoint de la Catena permet une reconstitution d’environ 75 à 80 % du texte utilisé par Thomas. C’est probablement au moment de la diffusion parisienne de l’œuvre, par exemplar et pecia, que le texte biblique en gros modules (lemme adjoint) formant « îlots » sur la page, a été ajouté au texte de la Catena, par groupes de versets formant péricopes, selon le modèle des mises en pages des livres bibliques glosés du 12e siècle, dans l’intention de substituer la Catena à la Glose ordinaire des évangiles et pour faciliter le repérage des passages. L’introduction de la disposition glosée en îlots impliquait un redoublement du lemme conjoint. Le texte biblique se trouve donc avoir été copié une première fois dans le texte même de la Catena sous la responsabilité éditoriale directe de Thomas, et une seconde fois dans les îlots, pour faciliter le repérage, à l’initiative des éditeurs-copistes. Ce redoublement a incité les copistes à abréger souvent par suspension ou par « etc. » le lemme conjoint intrinsèquement lié à la version initiale de la Catena. On constate ainsi dans As115 (CMT), contemporain de Li446-449 et parisien comme lui, mais copié sans lemme disjoint, que le lemme biblique principal, intercalé, est moins abrégé que dans Li446 (CMT) où le lemme principal est doublé par les îlots.
  • Le texte biblique ajouté dans les manuscrits de la Catena n’a pas été reproduit dans notre édition au début de chaque leçon. La collation intégrale du lemme ajouté aux quatres manuscrits de l’ensemble de Linz (Li446 à Li449) a été effectuée sous notre direction en 2017 par Fabio Gibiino. Nous la révisons et complétons au fur et à mesure de la collation de nouveaux manuscrits. On se référera pour en avoir connaissance à notre édition de la littera communis de la Vulgate médiévale publiée avec la Glossa ordinaria des évangiles. Nous éditons y procurons avec la Glose une version proche de la version universitaire parisienne, établie à partir de l’édition de la Glose ordinaire (Rusch Strasbourg, 1481), collationné sur l’édition manuelle de la Vulgate (Weber), elle-même dépendante de la seule édition critique existante du Nouveau Testament latin (Oxford, Wordsworth). Les manuscrits Ω de l’Edmaior  de la Vulgate n’ont pas été pris en compte par l’édition d’Oxford, a fortiori ceux des bibles avec commentaires non plus. Leur collation, en particulier celle de la Bible de Saint-Jacques de Paris (ΩJ) et de celle de la Sorbonne (ΩS), auxquelles nous ajoutons ponctuellement la Bible ‘Porta’ de Lausanne (ΩL), est en cours. Les quelques sondages effectués, en particulier pour l’évangile de Marc[3] ne révèlent aucun lien nécessaire entre le lemme conjonctif et le texte d’ΩJ, datable du 3e quart du 13e siècle, probablement de la décennie 1255-1265[4]. L’équipe de Thomas n’a sans doute pas eu recours à une telle bible monumentale, pratiquement sans équivalent. Toutefois le texte biblique inséré dans celui de la Catena dans l’exemplaire de Linz447 (lemme disjoint) présente une parenté incontestable avec le groupe ΩJ Rusch Weber, alors que ΩS ΩL font bande à part. Est-ce à dire que Thomas disposait déjà d’un texte ΩJ en Italie ? L’avenir de la recherche le précisera. En revanche les leçons d’ΩS, témoin assez révélateur du texte commun en usage à cette époque,  semblent se retrouver plus souvent dans le lemme conjonctif de la Catena. Nous pensons plutôt que c’est lors de la confection de l’exemplar parisien, entre 1268 et 1272, que le lemme disjoint associé à la Catena a été établi sur un modèle de type ΩJ. Il semblerait donc que pour les évangiles, le modèle parisien ‘Sorbonne’ (type ΩS) ait évolué, peut-être sous l’influence de la diffusion de la Catena, vers un modèle parisien ‘Jacobin’ dont le succès est attesté par le fait que nombre de  ses leçons ont été conservées jusque dans le texte imprimé de la Bible à 42 ligne (Mayence Ed1455) et l’édition de la Bible glosée de Strasbourg (Rusch, 1480), proches mais non directement dépendants. Quant à la qualité critique de ce texte elle se déduit ictu oculi à chaque fois qu’il coïncide avec l’édition critique de Wordswoth-Weber. Il est possible qu’il en aille différemment pour la Catena sur Jean.

[1] Les manuscrits et Ed1470 ne leur donnent pas d’autre signe distinctif qu’un pied de mouche. A partir de la Piana – Ed1570 –  les éditions les distinguent par un numéro d’ordre alphabétique ou numérique.

[2] Voir par exemple. Assise, Sacro Convento, cod. 115 [sigle As115], que nous datons codicologiquement avec Patricia Stirnemann des années 1260-1275 (sic). La datation du 14e siècle proposée par C. Cenci dans le  catalogue des manuscrits d’Assise est beaucoup trop approximative; cf. C. Cenci, Bibliotheca, I, p. 140, nr. 121.

[3] Mc. 10 collationné sur ΩL ΩS ΩJ Li447 (texte biblique) Rusch Weber.

[4] C’est par pétition de principe que cette bible est parfois datée d’avant 1256 (Chapitre général dominicain interdisant l’usage du correctoire dit « de Sens »).

Mises en page de la Bible glosée

Plusieurs schémas de mise en page  glosée, du plus sommaire au plus sophistiqué, ont été adoptés pour la Bible entre le 6e et le 16e siècle, faisant l’objet de modes qui fluctuent dans le temps. Certaines mises en pages sont donc typiques d’une époque ou associées principalement à telle version de la Bible glosée. Dans le cas des simples commentaires (scolaires ou homilétiques) le lemme ou texte biblique est intégré partiellement dans le fil des commentaires bibliques continus, sous forme de citations partielles et indicatives, souvent suivies de la locution “et caetera” (lemme « catchwords »).

Les manuscrits bibliques glosés se distinguent des simples commentaires bibliques par le fait qu’ils contiennent l’intégralité du texte d’un ou plusieurs livres bibliques, distingué des commentaires ou gloses qui l’accompagnent par une mise en page spécifique (organisation de la page, types et modules d’écriture, couleurs). Selon les oeuvres et les époques, les manuscrits de la Bible glosée adoptent l’un ou l’autre des schémas de mise en page suivants:

1. mise en page avec lemme intercalé dans la Glose, en sections – ancêtres de nos versets bibliques – (rubriqué ou non) dans le texte de la Glose, de même module que la Glose ou non (modèle minoritaire, attesté dès la période carolingienne, utilisé notamment par Florus de Lyon [Lyon, BM, 484], Smargde [Boulogne-sur-Mer, BM, 025], Pierre Lombard in Ps. (quelques manuscrits) et même pour certains manuscrits de textes patristiques, comme par exemple Augustin, Tractatus in Iohannem, ms. Chantilly, Château, 121, f. 114rb, copié en Allemagne, à l’abbaye cistercienne de Himmerode en 1154. La Glose ou le commentaire peuvent être copiés soit à longues lignes, soit sur 2 col.

2. mise en page sur 2 colonnes, avec lemme au centre du livre ouvert (aperture) : texte biblique sur une colonne continue, de part et d’autre de la marge de couture (gloses marginales alternativement à gauche et à droite des feuillets ; les gloses interlinéaires sont exceptionnelles, surtout au 12e siècle. Exemple : Glossa media de Gilbert de la Porrée; voir aussi Odbert de St-Bertin, In Ps.

3. mise en page sur 3 colonnes, avec lemme au centre de chaque feuillet : texte biblique sur une colonne continue régulière au centre du feuillet avec gloses marginales et/ou interlinéaires (Gloses carolingiennes et laonnoises), surtout entre le 9e et la fin du 12e siècle. C’est le schéma typique de la Glose ordinaire. A l’intérieur d’un même manuscrit, en fonction de la longueur des gloses, on peut observer parfois des irrégularités qui correspondent à d’autres schémas dérivés comme la mise en page “puzzle” ou le modèle “juridique”. Exemple : Paris, BnF, lat. 59

4. mise en page “puzzle” : texte biblique et gloses disposés en pièces irrégulières assemblées sur 1, 2 ou 3 colonnes, elles-même de largeur et de longueur irrégulières formant des pièces de taille et de module différents, ajustées les unes aux autres et analogues à celles d’un puzzle. Exemple : Beaune, BM 10, f. 5 : Glossa ordinaria (Sap.); Madrid, Biblioteca de la Universidad Complutense, BH MSS 218, f. 136r : Glossa ordinaria (Sir.).Ce schéma est appliqué à tous les livres de la bible glosée parisienne du 13e siècle (Glose ordinaire standardisée), à l’exception du Psautier et du corpus paulinien pour lesquels on préfère la disposition du lemme en îlots :

5. mise en page avec lemme “en îlots” : texte biblique intercalé, soit sur la moitié droite de la colonne du texte de la Glose (Magna Glossatura italienne, minoritaire), soit sur la moitié gauche de celle-ci (Magna Glossatura parisienne : modèle majoritaire). Ce modèle, diffusé avec la Grande Glose de Pierre Lombard, a été adopté pour la mise en page de la Catena aurea de Thomas d’Aquin et d’autres commentaires bibliques au 13e siècle. Exemple :

6. mise en page “juridique” : le lemme commenté est disposé sur deux colonnes partielles placées au centre des feuillets et entourées par la Glose sur trois côtés. Ce schéma a été généralisé par les gloses juridiques manuscrites. Il est appliqué à certains commentaires bibliques dès la seconde moitié du 13e siècle, sur les parties où la glose est la plus importante (notamment certaines parties des postilles brèves de Hugues de St-Cher). Il a été appliqué systématiquement aux commentaires bibliques (Glose ordinaire, Nicolas de Lyre, Postilles longues de Hugues de St-Cher) par les éditions imprimées.

Dans ce tableau la colonne “Textus”  concerne la mise en page du texte biblique, “expositio” la mise en page du commentaire ou des gloses associés au texte biblique.

dates titres de la Glose normalisés livres bibliques type textus biblicus
expositio glose interl. auteurs
600-1800 Glossa N. quelques tout type tout type glose marg. parfois divers
600-1800 Glossa (anonyma) quelques tout type tout type glosesmarg. parfois anonyme
600-1090 Glossa prisca quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. parfois anonyme
1025 < Glossa Brunonis Ps. 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. non Bruno Herbipolensis / Würzburg
1000 c. Glossa Odberti Ps. 2 col. emboîtées continu centre de l’aperture glose marg. encadrante non Odon de Saint-Bertin
1090 < Glossa parva Ps. Paul 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Anselme de Laon
1090-1180 c. Glossa ordinaria quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Ecole de Laon, Gilbert l’Universel
1140-1180 Glossa media Ps. Paul 2 col. paral. continu centre de l’aperture continue lateralis non Gilbert de Poitiers
1160 < Glossa magna Ps. Paul îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue reticulata non Petrus Lombardus
1180-1280 Glossa ordinaria² sauf Ps. Paul. puzzle interrompu irrégulier glose marg. encastrées oui anonyme
1235-1245 Postille Hugonis OP tous sine textu catchwords [rare : îlots] continue non Hugo de Sto Caro
1250-1270 Glossa dominicana OP tous îlot central continu au centre des f. continua lateralis quandoque involvans non Hugo de Sto Caro
1262-1272 Catena aurea OP évangiles îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue non Thomas de Aquino
1270-1290 Postille Gorrani OP quelques sine textu catchwords  [îlots : Ps.] continue non Nicolaus de Gorran
1319-1339 c. Postille Lyrae OFM tous sine textu catchwords continue non Nicolaus de Lyra

Les éditions de la Bible latine : orientations bibliographiques

vers la version pdf

Les éditions de la Bible latine et les versions anciennes de la Bible. 1

  1. Généralités. 1
  2. Le canon des Ecritures. 2
  3. Vetus latina. 2
  4. Vulgate Editio maior (édition critique avec apparat du texte développé) : 3

Ancien Testament. 3

Nouveau Testament. 3

  1. Vulgate Editio minor. 4

Ancien Testament. 4

Nouveau Testament : deux éditions différentes et complémentaires. 4

  1. Troisième et Quatrième livre d’Esdras (omis par l’editio maior) : 4
  2. Vetus latina hispana. 4
  3. Les bibles ‘atlantes’ 4
  4. Bibles de poches. 5
  5. Bibles corrigées du XIIIe siècle et bibles ‘universitaires’ 5
  6. Critique textuelle, correctoires et versions de la Bible au Moyen-Âge central 6
  7. Bible moralisée. 8
  8. Autres éditions en ligne. 8
  9. La Neo-Vulgate. 8
  10. Les Nouveaux Testaments latins-grecs. 8
  11. La « Bible liturgique ». 9
  12. Versions non latines. 9

Editions de référence. 9

Versions juxta linéaires. 9

Autres sites. 9

0.     Généralités

A lire comme introduction générale :

Bogaert, Pierre-Maurice, “La Bible latine des origines au moyen âge. Aperçu historique, état des questions”, RTL 19 (1988) 137-159; 276-314. [à lire absolument]

  1. Gryson et P.-M. Bogaert, éd., Recherches sur l’histoire de la Bible latine (coll. Cahiers de la Revue théologique de Louvain, 19), Louvain-la-Neuve, 1987.

Dahan 1999 : G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIeXIIIe s., Paris, 1999, p. 161-238

The Practice of the Bible in the Middle Ages. Production, Reception and Performance in Western Christianity, Susan Boynton, Diane J. Reilly (ed.), New York, Columbia University Press, 2011, 364 p., index des manuscrits et index des termes et thèmes.

1.     Le canon des Ecritures

Loisy (Alfred), Histoire du canon de l’Ancien Testament, Paris, 1890 [Reste utile pour une première approche historiographique de la question et pour le panorama qu’il offre de la question des origines à la période moderne, révolutionnaire pour son temps. Ses affirmations sont sujettes à caution et doivent être vérifiées, en particulier en ce qui concerne la chronologie et l’identification des textes].

Berger (Samuel), Histoire de la Vulgate, 1893, p. 301-306 et 331-342.

La Bonnardière (A.-M.), «Le canon des divines Écritures», dans La Bible de tous les temps 3, p. 287-301. [Le canon chez les Pères]

Dahan (G.), L’exégèse chrétienne de la Bible, p. 56-65.

Pour des informations plus à jour, voir la bibliographie citée par

  1. Dahan et G. Dorival et al., La Bible grecque des Septante, 1988, p. 321-329.

Le canon de la bible médiévale reste un terrain de recherches encore peu exploité, sans doute en raison de sa très grande complexité technique. Pour un essai, voir

Morard (Martin), La Harpe des clercs : réceptions médiévales du Psautier entre pratiques populaires et commentaires scolaires, thèse de doctorat en Histoire, Paris-IV – Sorbonne, 2008, 3 vol.,  p. 1247-1270.

2.     Vetus latina

Edition critique => liste des volumes : VETUS LATINA Die reste der Altlateinischen Bibel

  • org : ressources bibliographiques et liens vers de nombreux manuscrits en ligne
  • Vetus latina 12/1. Esaias 1 :1-14 :13 Roger Gryson. 1987-1990
  • Esaias 1:22 – 5:7. Roger Gryson. 1987
  • Esaias 5:8 – 7:14. Roger Gryson. 1988
  • Esaias 7:14 – 10:19. Roger Gryson. 1989
  • Esaias 10:20 – 14:13. Roger Gryson. 1990
  • Esaias 14:13 – 22:5. Roger Gryson. 1991
  • Esaias 22:5 – 26:20. Roger Gryson. 1991
  • Esaias 26:20 – 30:15. Roger Gryson. 1991
  • Esaias 30:15 – 35:5. Roger Gryson. 1993
  • Esaias 35:3 – 39:9. Roger Gryson. 199312/2. Esaias 40-66
  • Esaias 40:1 – 41:20. Roger Gryson. 1994
  • Esaias 41:21 – 44:4 Roger Gryson. 1994
  • Esaias 44:5 – 46:13. Roger Gryson. 1995
  • Esaias 46:13 – 50:3. Roger Gryson. 1995
  • Esaias 50:4 – 53:3. Roger Gryson. 1996
  • Esaias 53:3 – 54:17. Roger Gryson. 1996
  • Esaias 54:17 – 58:8. Roger Gryson. 1996
  • Esaias 58:8 – 61:10. Roger Gryson. 1997
  • Esaias 61:10 – 65:23. Roger Gryson. 1997
  • Esaias 65:23 – 66:24. Roger Gryson. 1997
  • 1-19 (VL 11/2)
  • 20-24 (VL 11/2)
  • H. A. G. Houghton, The Latin New Testament. A Guide to its Early History, Texts and Manuscripts, Oxford, 2016.

3.     Vulgate  Editio maior (édition critique avec apparat du texte développé) :

Cf. J. Gribomont, « Les éditions critiques de la Vulgate », Studi Medievali, 2 (1961), p. 363- 377.

Ancien Testament

* Biblia sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem iussu Pii P. XI-Ioannis Pauli II, ed. monachorum abbatiæ pontificiæ Sancti Hieronymi in Urbe OSB, 17 vol., Typis Polyglottis Vaticanis, Romæ, 1926-1987.

Nouveau Testament

* [Edition ‘Wordsworth-White’] : Novum testamentum domini nostri Iesu Christi latine secundum editionem sancti Hieronymi, Johannes Wordsworth et Henricus Iulianus White ed., Oxford, 1889-1954:

ATTENTION : seule cette édition fait référence par le nombre des témoins collationnés ; l’édition manuelle (Edminor.) en 1 volume ne propose que des apparats fortement allégés.  Voir ci-après

4.     Vulgate Editio minor

Ancien Testament

[Texte de la Vulgate hiéronymienne du 5e siècle reconstitué. ATTENTION : le psautier hexaplaire n’est pas indexé].

Nouveau Testament : deux éditions différentes et complémentaires

5.     Troisième et Quatrième livre d’Esdras (omis par l’editio maior) :

6.     Vetus latina hispana

7.     Les bibles ‘atlantes’

Pas de texte édité mais de nombreuses études.

  • Maniaci (Marilena), Orofino (Giulia), dir., Le Bibbie Atlantiche: il libro delle Scritture tra monumentalità e representazione, Milano, 2000.
  • ……

8.     Bibles de poches

Pas de texte édité. Voir variantes issues de collations partielles dans les apparats du texte biblique de la Glose (Gloss-e.irht.cnrs.fr)

Beaucoup d’études sur la production manuscrite et la codicologie, mais malheureusement la codicologie est rarement traitée en lien avec la philologie du texte. En particulier

RUZZIER, Chiara, “Des armaria aux besaces: la mutation de la Bible au XIIIe siècle”, in: Les usages sociaux de la Bible, XIeXVe siecle (= Cahiers électroniques d’histoire textuelle du LAMOP, 3) (Paris, 2010), pp. 73-111.

RUZZIER, C., “The Miniaturisation of Bible Manuscripts in the Thirteenth Century: A Comparative Study”, in: Form and Function in the Late Medieval Bible, ed. E. POLEG and L. LIGHT, Library of the Written Word, 27; The Manuscript World, 4 (Leiden and Boston, 2013), pp. 105-125.

RUZZIER (Chiara), « Quelques observations sur la fabrication des bibles au XIIIe siècle et le système de la Pecia », Revue bénédictine, t. 124, (2014), p. 151-189.

9.     Bibles corrigées du XIIIe siècle et bibles ‘universitaires’

Pour le Nouveau Testament, les manuscrits tardifs, principalement Ω de l’Edition critique de la Vulgate, ne sont pas collationnés par les éditions critiques imprimées (Wordsworth, Weber). On trouve des collations partielles de plus en plus systématiques sur le site  http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php qui associe à la Glose le texte biblique de l’édition Rusch (1480) proche, mais différent, du texte de la Bible à 42 ligne de Gutenberg (Ed1455) collationné avec des manuscrits témoins des versions de la fin du Moyen Âge qu’on appelle parfois «  Bible Parisienne » ou « Universitaire » par abus de langage, parce que ces textes – en continuelle révision – sont issus des corrections franciscaines et dominicaines entreprises dans le contexte du développement des universités à partir du second tiers du 13e siècle.

  • 12e-15e siècleΩ Bible parisienne ou bible universitaire : inédit. L’édition en cours de la  Glose ordinaire est accompagnée d’un texte biblique qui reconstitue le texte en usage avant 1481 avec une sélection de variantes permettant d’identifier les variations du texte biblique entre le 12e et le 15e siècle (consulter les variantes signalées en note ; moteur de recherche)
  • 1452-1455: Bible à 42 lignes : Biblia vulgata, Gutenberg, 42 lin., Mainz, 1455,

Sur l’histoire de cette édition et de ses exemplaires : E. White, Editio princeps: A History of the Gutenberg Bible, Turhout, 2017 (Harvey Miller Studies in the History of Culture)

!! texte plus proche des versions en circulation à partir du 13e siècle (Bible parisienne, Bible universitaire) : texte interrogeable sur le site http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php

10.                      Critique textuelle, correctoires et versions de la Bible au Moyen-Âge central

  • Vercellone 1860 : Carlo Vercellone, « Fragments de la version italique: nouvelle découverte », dans Analecta iuris pontificii 4e série, t. 2/2, Rome, 1860, p. 1695-1703.
  • Vercellone 1861 : Vercellone (Carlo), Variae Lectiones Vulgatae Latinae Bibliorum Editionis Romae, 1: Pentateuchum ; t. 2 : Ios.-Rg., Romae, 1860-1864 [précieuse base de données avant la lettre de leçons puisées dans la littérature ecclésiastique médiévale et les éditions imprimées. Relève surtout les variantes des bibles latines imprimées et les leçons des correctoires de Guillaume de Mara et Hugues de Saint-Cher.]
  • Martin (Jean-Pierre Paulin), Introduction à la critique générale de l’Ancien Testament: De l’origine du Pentateuque, 2 vol., Paris, 1887-1889. [pour mémoire]
  • Martin (Jean-Pierre Paulin), La Vulgate latine au XIIIe siècle d’après Roger Bacon, Paris, 1888.
  • Martin (Jean-Pierre Paulin), « Le texte parisien de la Vulgata latine », Le Museon, 8 (1889) 444-466 ; t. 9 (1890), p. 301-316.
  • Denifle 1888 : Heinrich Denifle, « Die Handschriften der Bibel-Correctorien des 13. Jahrhunderts », Archiv für Litteratur und Kirchengeschichte des Mittelalters, 4 (1888), p. 263-311, 471-601 [étude fondatrice et encore indépassée].
  • Linde 2013 : Linde Cornelia, How to Correct the Sacra Scriptura? Textual Criticism of the Bible between the Twelfth and Fifteenth Century, Oxford, 2012 (Medium Aevum Monographs, 29) [Parcours cavalier et synthétique fort utile pour entrer dans la problématique]
  • Quentin 1922 : Henri Quentin, Mémoire sur l’établissement du texte de la Vulgate, Rome-Paris, 1922 (Collectanea biblica 6).
  • Quentin 1926 : Henri Quentin, Essais de critique textuelle (ecdotique), Paris, Picard, 1926.
  • Sur les correctoires : se reporter aux études de Gilbert Dahan citées infra
  • Light 2001: Laura Light, « Roger Bacon and the Origin of the Paris Bible”, Revue bénédictine, 111/3-4 (2001), p. 483-507

Editions :

  • Nicola Maniacoria : Libellus de corruptione et correptione Psalmorum, V. Peri, «Correctores immo corruptores. Un saggio di critica testuale nella Roma del xii secolo», Italia Medioevale e Umanistica 20 (1977), 88-125. [voir aussi infra]
  • Correctoires du 13e siècle : outre les apparats de l’editio maior de la Vulgate, se reporter aux apparats du texte biblique édité dans Gloss-e qui incluent la collation intégrale de livres bibliques des correctoires Sorbonne 1, Sorbonne 2, Guillaume de Mara, bible de St-Jacques (ΩJ) etc. Nombreux sondages dans les études de Gilbert Dahan citées ci-dessous.

12e siècle :

  • Mercati1898 :Mercati (Giovanni), art. « Maniacoria Nicola. (Manjacoria, Manicoria, Mangiacoze, Maniccutius, Magnacucius ?) », Dizionario bibliografico degli scrittori italiani, Serie I, n. 4, Socità bibliografica italiana, Milano 1898, [repris dans , Opere Minori, t. 2 (1897-1902), Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1937 (Studi e Testi, 77), p. 48-49].
  • Weber1953: Weber (Robert), «Deux préfaces au Psautier dues à Nicolas Maniacora», RBén. 63 (1953), 3-17.
  • Peri1962 : Peri (Vittorio), « Notizia su Nicola Maniacutia autore ecclesiastico Romano del xii secolo », Ævum 36 (1962), 534-538.
  • Peri1967 : Peri (Vittoro), « Nicola Maniacutia : un testimone della filologia romana del xii secolo », Ævum 41 (1967), 67-90.
  • Weber1975: Weber (Robert),  « Un nouveau manuscrit de la révision du psautier Iuxta hebræos due à Nicolas Maniacoria », RBén. 85 (1975), 402-403.
  • Peri1977 : Peri (Vittoro), « Correctores immo corruptores : un saggio di critica testuale nella Roma del xii secolo », Italia Mediœvale e Umanistica 20 (1977), 19-87.

13e siècle  :

  • Dahan1992 : G. Dahan, « La connaissance de l’hébreu dans les correctoires de la Bible du xiiie siècle. Notes préliminaires», Revue théologique de Louvain, 23 (1992), p. 178-190 [repris dans Rashi, 1040-1090, hommage à E. Urbach, 4e congrès européen d’études juives, textes édités par G. Sed-Rajna, 1994, p. 567-578].
  • Dahan 1997 : G. Dahan, « La critique textuelle dans les correctoires de la Bible du XIIIe siècle », dans Langages et philosophie : hommage à Jean Jolivet, dir. A. de Libera, Abdelali Elamrani-Jamal, Alain Galonnieri, Paris, 1997, p. 365-392.
  • Dahan 2004A : «Sorbonne II. Un correctoire biblique de la seconde moitié du XIIIe s.», dans La Bibbia del XIII secolo. Storia del testo, storia dell’esegesi, 2004, p. 113-153.
  • Dahan 2004B : Gilbert Dahan, «Les textes bibliques dans le lectionnaire du ‘Prototype’ de la liturgie dominicaine», dans Boyle-Gy 2004, p. 159-182.
  • Dahan 2005: G. Dahan, “Les éditions des commentaires bibliques de saint Thomas d’Aquin : leur apport à la connaissance du texte de la Bible au XIII siècle”, Revue des sciences philosophiques et théologiques, 89, 2005, p. 9-15.
  • Dahan 2006 : Gilbert Dahan, «La méthode critique dans l’étude de la Bible (XIIe-XIIIe s.) », dans La méthode critique au Moyen Âge, 2006, p. 103-128.
  • Dahan 2006 : G. Dahan, «La méthode critique dans l’étude de la Bible (XIIe-XIIIe s.) », dans La méthode critique au Moyen Âge, Turnhout, 2006, p. 103-128.

11.                      Bible moralisée

La Bible moralisée est un gigantesque ‘manga’ biblique pour nurseries royales organisé selon l’ordre du canon biblique. Elle n’a fait l’objet que d’une diffusion confidentielle : une quinzaine de manuscrits latins et français qui associent à l’image des textes explicatifs. Ceux-ci privilégient l’allégorie morale, c’est-à-dire l’appropriation du message biblique au contexte social du 13e siècle. La Bible moralisée ne reproduit pas le texte intégral de la Bible, mais seulement quelques versets par chapitre, certains sous forme de citations littérales abrégées, d’autres sous formes de résumés. On trouvera sur internet une bibliographie très abondante. Une édition compilatoire et comparée du texte des Bibles moralisées est en préparation sous la direction d’Antoine d’Estamberg (CNRS-Université d’Artois) à paraître sur Sacra Pagina (Gloss-e).

  1. Lowden, The Making of the Bibles Moralisées, University Park (Pa.), 2000.

12.                      Autres éditions en ligne

moteur de recherche Vulsearch : très pratique mais incomplet (manque une partie des deutérocanoniques et le Psautier gallican (iuxta LXX). A utiliser pour identifier les références, mais à éviter quand il faut citer le texte en usage avant le concile de Trente.

!!! Le texte latin du psautier est exclusivement celui du Psalterium iuxta hebreos de saint Jérôme. Le moteur de recherche ne permet donc pas d’identifier les citations du Psautier gallican, pourtant le plus répandu. Pour celui-ci, on pourra se reporter à la version de l’editio minor en ligne sur Wikisource       :
http://la.wikisource.org/wiki/Biblia_Sacra_Vulgata_%28Stuttgartensia%29/Psalmi

13.                      La Neo-Vulgate

La Bible latine publiée sous le nom de “NOVA VULGATA Bibliorum sacrorum editio typica” publiée en 1979 sous l’autorité du pape Jean-Paul II n’a aucune utilité pour les études historiques de la Bible latine médiévale. Il  ne s’agit pas d’un témoin du texte médiéval de la Bible, mais plutôt d’un texte recomposé à partir des principes exégétiques et pastoraux modernes. Ce texte a pourtant été repris comme version latine du Nouveau Testament bilingue de l’édition Nestlé-Aland (voir ci-dessous) ; sur cette version pour le Nouveau Testament latin, cf.

14.                      Les Nouveaux Testaments latins-grecs

Il faut signaler comme particulièrement pratiques deux versions du Nouveau Testament Latin-grec

  • NESTLE-ALAND : Novum Testamentum graece et latine, ed. Kurt Aland et Barbara Aland, Münster (Westphalie), Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart, 1979 (nombreuses rééditions)

Le texte latin est celui de la Néo-Vulgate avec en note un apparat minimaliste et dénué de tout intérêt (C = Sixto Clémentine, W = Wordsworth, S = edminor. Weber)

A ne pas confondre avec l’édition Weber également publiée à Stuttgart)

  • MERK : Novum Testamentum graece et latine, Augustin Merk, Rome, 11e 1992 (nombreuses rééditions)

Utiliser de préférence : apparat plus riche et plus aisément consultable

15.                      La « Bible liturgique »

https://www.aelf.org/bible

La Bible, Traduction officielle liturgique, Mame, 2013

Traduction liturgique officielle en français de la Bible sur le site de l’Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones. Cette traduction, obligatoire toujours et partout dans les célébrations liturgiques, fruit d’un travail de commission de 17 années, par 70 exégètes, se présente modestement comme une « nouvelle Septante ». Un exemple éloquent de la priorité de la communauté réceptrice sur les héritages anciens dans les usages liturgiques contemporains. Inutile de dire que ce texte, hormis le fait qu’il se lise agréablement, n’est d’aucune utilité pour les études médiévales. Le texte des lectures liturgiques antérieures à l’imprimerie n’a jamais fait l’objet de normalisation de ce type.

16.                      Versions non latines

Editions de référence

Versions juxta linéaires

Autres sites

  • Bible server : pour toute recherche dans toutes les versions non latine de la Bible (hébreu, Septante, langues vernaculaires). La Vulgate Sixto Clémentine [version Colunga Turrado, Madrid, 1946 y est amputée des livres et passages deutérocanoniques notamment du Siracide ( ? consultation du 11.8.2017)], Attention les graphies des noms propres ont été normalisées et modernisées.

!! La recherche ne tient pas compte de la ponctuation.

!! Remplacer les diphtongues par une astérisque : « *dificabitur » = aedificabitur

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search