Bibliographie d’exégèse médiévale par références bibliques / Studies on the medieval exegesis by precise biblical references (Work in progress)

Merci de signaler les nombreux titres qui devraient figurer dans cette rubrique. Je les intégrerai avec reconnaissance

Citer ce billet : Martin Morard, "Bibliographie d’exégèse médiévale par références bibliques / Studies on the medieval exegesis by precise biblical references (Work in progress)", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2714, version du 20/01/2022.
capitula bibliae Bibliographia Ambitus chronologicus
Gn D. H. Bascour, « La double rédaction du premier commentaire de Maître Eckhart sur la Genèse », Recherches de Théologie ancienne et médiévale, 7 (1936), p. 294-320. 1302-1328 † circa
Gn Petri Comestoris Scolastica Historia. Liber Genesis, Éd. Agneta Sylwan, Turnhout, Brepols 2005, (CCCM 191), 226 p. 1150-1178 circa
Gn 1-3 Glossae super Genesim. Prologus et capitula 1-3, Éd. Agneta Sylwan, Göteborg, Sweden, 1992 (Acta Universitatis Gothoburgensis) 1150-1178 circa
Gn 2, 7 Boulnois (Marie-Odile), « Le souffle et l’Esprit. Exégèses patristiques de l’insufflation originelle de Gn 2, 7 en lien avec celle de Jn 20, 22 », Recherches Augustiniennes XXIV, 1989, p. 3-37.
Gn 2-3 Boulnois (Marie-Odile), « Genèse 2-3 : Mythe ou vérité ? Un sujet de polémique entre païens et chrétiens dans le  Contre Julien de Cyrille d’Alexandrie », Revue des Etudes Augustiniennes, 54,  2008, p. 111-133.
Gn 12 Boulnois (Marie-Odile), « Les péricopes de Sara « sœur-épouse » (Gn 12 et 20) chez les Pères Grecs », La sœur-épouse (Genèse 12, 10-20), Paris, Cerf, 2010, p. 27-66.
Gn 18-19 Boulnois (Marie-Odile), “Trois hommes et un Seigneur : interprétations patristiques et iconographiques de la théophanie de Mambré”, Studia Patristica.XXIX: historica, biblica, ascetica et hagiographica, éd. F. Young, M. Edwards, P. Parvis, Peeters, 2006, p. 193-202. 0100-0799
Gn 18-19 Boulnois (Marie-Odile), « L’exégèse de la théophanie de Mambré dans le De Trinitate d’Augustin : enjeux et ruptures », Le De Trinitate de saint Augustin. Exégèse, logique et noétique, éd. E. Bermon et G. O’Daly, Études Augustiniennes, Paris, 2012, p. 35-65.

 

0400-0416
Gn 20 Boulnois (Marie-Odile), « Les péricopes de Sara « sœur-épouse » (Gn 12 et 20) chez les Pères Grecs », La sœur-épouse (Genèse 12, 10-20), Paris, Cerf, 2010, p. 27-66.
Gn 27, 1 Smits (E. R.), « An Unedited Correspondence between Helinand of Froidmont and Philip, Abbot   of Val Ste Marie, on Genesis 27:1 and the Ages of the World », Erudition at God’s Service: Studies in Medieval Cistercian History, 11, 1987, p. 244-266. 1200-1299
Ex 20, 5 Boulnois (Marie-Odile), « Le Décalogue  contient-il une formule scandaleuse ? ‘Dieu qui reporte les fautes des pères sur les enfants’ (Ex 20, 5) », Le Décalogue au miroir des Pères, Cahiers de Biblia Patristica 9,  éd. R. Gounelle et J.M. Prieur, Strasbourg, 2008, p. 243-259.
Ex 20, 5 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Nm 25, 11 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Lv. 25 R. Quinto, « L’idea del giubileo in alcuni commenti medievali al Levitico e nella leteratura teologica sino al 1250 », Studia patavina, 46, 1999) 317-343 [traite la question de la doctrine des indulgence ; peu de choses sur l’exégèse littérale] ; Id., « Giubelo e attesa escatologica negli autori monastici e nei maestri della Sacra pagina », Medioevo, 26 (2001), p. 25-109 [p. 28-44 : interprétation symbolique des nombres ; p. 44-82 : la tradition exégétique de Lv. 25 sur le sujet] ; Id., « L’idea del giubileo nell’esegesi medievale tra la rinascita carolingia e i maestri della Sacra Pagina », dans Lia De Finis, dir.,  Il Giubileo attraverso i secoli Dalle radici ebraiche alle prospettive spirituali e alle componenti laiche collegate nei secoli all’evento giubilare, Trenta, 2001. 1100-1250
Dt. 32, 21 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Ruth Martel, Gerard de, Répertoire des textes latins relatifs au livre de Ruth (VIIe – XVe s.), Dordrecht, 1978. 0600-1499
Psalterium B. Bureau, « Texte composé, texte composite : le mécanisme de la citation et sa fonction dans quelques commentaires de psaumes de Cassiodore », dans Hôs ephat’, dixerit quispiam, comme disait l’autre… Mécanismes de la citation et de la mention dans les langues de l’Antiquité , C. Nicolas (éd.), Recherches & travaux n°15, Ellug, 2006, p. 225-262. 0538 – 0580
Ps. 1 Margolin (Jean-Claude), « Grammaire, principes exégétiques et humanisme chrétien dans le commentaire d’Erasme au Psaume 1 Beatus vir », dans Ferrer-Mantero 2006, p. 71-92. 1466/1469-1536
Ps. 1, 2, 3 Fontana (Maria), « Il commento ai Salmi du G. della Porrée », Logos (Palerme 1930) p. 283-301 [Prologue, Ps 1, 2, 3]. 1140-1150 c.
Ps. 20 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps. 21 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps. 21 Sainte-Marie (Dom Henri de), « Le psaume 22 (21) dans le Iuxta Hebræos », dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 151-187. 0700-0999
Ps. 21, 3 Draelants (Isabelle), « Ego sum vermis : du vers né de la pourriture, à la naissance du Christ sans accouplement, un exemple de naturalisme exégétique médiéval », Mélanges Catherine Jacquemard, Caen, 2018, Presses universitaires de Caen (coll. Mélanges) (à paraître) 1100-1400
Ps 22 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 23 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 24 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 25 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 44, 2 Casagrande (Carla), «Le calame du saint Esprit: grâce et rhétorique dans la prédication au xiiie siècle», La Parole du Prédicateur: ve-xve siècle, Rosa Maria Dessi et Michel Lauwers (éd.), Nice, Centre d’Etudes médiévales, 1997 (Collection du Centre d’Etudes Médiévales de Nice, 1), p. 235-254. 1200-1299
Ps. 52, 1 Belkin (Ahuva), « Suicide Scenes in Latn Psalters of the Thirteeth Century as Reflection of Jewish Midrashic Exposition », Manuscripta 32 (1988), p. 75-92. 1200-1299
Lam. 1 Andrée 2005. 1110-1150 c.
Lam. Andrée 2009. 1110-1150 c.
Sir. Eccli. Explanatio super Ecclesiasten (Clm 14614). Un Epitone carolingia del commentario all’Ecclesiaste di Alcuino di York, éd. Francesca Sara D’Imperio, Firenze, Sismel, 2008 (Opuscoli, seonda serie, 5). 0825-0850
Ier. Moyhihan (Robert), « The Development of the ‘Pseudo-Joachim’ Commentary ‘Super Hieremiam’ : New Manuscript Evidence », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge Temps modernes, 98 (1986), p. 109-142. [Voir Travaux en cours]. 1250 c.
Mt. Shooner 1956 : Shooner (Henri Victor), « La Lectura in Matthaeum de S. Thomas : deux fragments inédits et la Reportatio de Pierre d’Andria », Angelicum 33 (1956), 126-142. 1269-1270
Mc. 06:42-50 Berceville (Gilles), L’Expositio continua sur les quatre évangiles de saint Thomas d’Aquin (Catena aurea). Le commentaire de Marc. Etat de la question et projet de recherches, Mémoire de DEA (Diplôme d’études approfondies), dactyl., Université Paris IV, 1988, 47+7 p. [analyse des sources et remarques philologiques] 1263-1265 c.
Io. Conticello (Carmelo Giuseppe), “San Tommaso ed I padre: La Catena aurea super Ioannem”, AHDLMA 65 (1990), 31-92. XIIIe
Io. Andrée 2008. Andrée 2014 XIIe
Io. 20 :22 Boulnois (Marie-Odile), « Le souffle et l’Esprit. Exégèses patristiques de l’insufflation originelle de Gn 2, 7 en lien avec celle de Jn 20, 22 », Recherches Augustiniennes XXIV, 1989, p. 3-37.
Rm. 9-11 Boulnois (Marie-Odile), “L’Election d’Israël et la grâce offerte à tous selon Cyrille d’Alexandrie”, L’exégèse patristique de Romains 9-11. Grâce et liberté, Israël et nations. Le mystère du Christ, Médiasèvres, 2007, p. 101-124. 0412 – † 444 c.
Rm. 9-11 Boulnois (Marie-Odile), « L’élection d’Israël et la grâce offerte à tous : L’exégèse de Romains 9-11 selon Cyrille d’Alexandrie », Adamantius 14, 2008, p. 266-285. 0412 – † 444 c.
1Cor. Landgraf (Artur Michael), Commentarius Porretanus in primam epistolam ad Corinthios, Città del Vaticano, 1945 (Studi e testi 117) [commentaire jugé d’inspiration porrétaine, édité à partir du ms. Paris, Arsenal, lat. 1116]. 1150 c.
1Cor. 2, 6-16 Strawbridge (Jennifer), « ‘A community of interpretation: the use of 1 corinthians 2.6-16 by early christians » Studia patristica, 63 (2013), 69-80.

 

Esdras et la Bible parisienne

Citer ce billet : Martin Morard, "Esdras et la Bible parisienne", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1287, version du 20/01/2022.
mise à jour 26.07.2021

Le corpus des livres d’Esdras a évolué par étapes entre la fin du 12e et la fin du 16e siècle. Au 13e siècle, la bible parisienne est très différente à cet égard de la Vulgate Sixto-Clémentine. Elle est surtout beaucoup moins homogène qu’ont a pu le croire à la lecture des meilleurs spécialistes. Après avoir souvent été considérés comme formant un seul livre, 1Esr et 2Esr. , sans être encore dissociés, ont été progressivement distingués par le jeu des initiales ornées et des titres courants. Le statut de 2Esr. a, de ce fait, évolué au cours du 13e siècle, d’abord sans capitulation et sans titre propre – le nom de Néémie n’étant indiqué qu’en titre courant -, puis avec une capitulation distincte, parfois sous le titre de “Secundus liber Esdre”. La présence d’une rubrique ou d’un titre distinctif demeure exceptionnelle en tête de 2Esr.

Conjointement, 3Esr. fut placé à la suite de 1-2Esr. sous le titre de “Secundus Esdre”. La séparation des deux livres est consacrée différemment par les correctoires et Nicolas de Lyre. Les correctoires qualifient 2Esr. de “Secundus Esdre” mais ignorent 3Esr. Il en va de même pour Nicolas de Lyre.

Enfin, 4Esr. n’a été  adjoint régulièrement au groupe 1-3Esr.  que très tard, et hors du cadre parisien typique de la Bible du 13e siècle, à l’occasion des premières éditions imprimées de la Bible dans la seconde moitié du 15e siècle (Gutenberg 1455, Pfister 1460 etc.). Il ne semble pas avoir été régulièrement intégré aux éditions des postilles bibliques de Nicolas de Lyre à la fin du 15e siècle[1].

Nous n’avons esquissé ici qu’une tendance générale qui s’est imposée par une sorte de consensus tacite, peu à peu et  non sans repentirs. A toutes les étapes du processus, des manuscrits plus ou moins isolés attestent chacun des cas de figure évoqués plus-haut. Malgré la diffusion du groupe 1-4Esr. à la fin du Moyen-Age, le Concile de Trente adopta la position des partisants du corpus réduit en ne reconnaissant l’authenticité que des deux premiers livres d’Esdras, “le premier et le second qui s’appelle Néémie”. Ce choix précisait le canon hiéronymien ; ce n’en était que l’une des interprétations possibles, sans doute la plus vraisemblable. Mais elle se heurtait au fait de  la tradition cumulative héritée de la dynamique parisienne. Une demi siècle plus tard, admettant implicitement l’incertitude induite par l’imprécision du canon hiéronymien, les éditeurs de la Clémentine réintégrèrent quand même  3Esr. et 4Esr., mais en appendice. Trente a donc lu Jérôme à travers le prisme du corpus d’Esdras  dans son état de la fin du Moyen Âge. On ne saurait dire qu’il ait adopté le corpus d’Esdras sous la forme qui aurait été la sienne au 13e siècle dans “la” Bible parisienne.

[1] En attendant une étude plus poussée, notons que certains manuscrits de la postille littérale de Nicolas de Lyre de la fin du 15e siècle distinguent pourtant « Primus Esdras » (1-2Esr.) et « Secundus Esdre » (3Esr.) et attribuent au maître franciscain un commentaire de 3Esr. : cf. Barcelone, Univ. 741-3/2, f. 247ra-252b : “Liber Esdre incipit. Et fecit losias. Liber iste qui dicitur Esdre secundus, videtur … Expl.: deputatus ad divinas laudes et obsequia. Cuí eest honor et gloria in secula seculorum Amen. Postilla venerabilis fratris Nicolai de Lyra, super secundum librum Esdre, fínit”.  Ce texte semble absent des manuscrits français de la postille cf.  Paris, BnF, lat. 351 et 359, etc.

Pour en savoir plus :

Continuer la lecture de « Esdras et la Bible parisienne »

Les postilles de Nicolas de Lyre sur la Bible

Les postilles bibliques de Nicolas de Lyre désignent deux ensembles textuels qui ont fait l’objet de deux diffusions distinctes  :

– les postilles littérales : diffusion manuscrite majoritaire, rapidement relayée par l’imprimerie

– les postilles morales : version abrégée des précédentes, elle ne retiennent que l’exposition au sens spirituel proposée par Nicolas de Lyre à la fin de l’explication de chacune des unités textuelles bibliques de la postille longue (fin de chaque chapitre ou équivalent).

Il est recommandé de noter avec soin si un manuscrit ou une édition comprend les postilles selon le sens littéral avec ou sans les postilles selon le sens moral.

Le texte des postilles morales présente des variations considérables entre les manuscrits ; on sera particulièrement attentifs au traitement de lieux critiques de l’histoire de la Vulgate comme par exemple les livres d’Esdras.

Les éditions imprimées compilent la Bible, la Glose ordinaire (citer de préférence l’édition princeps de 1481) et les postilles de Nicolas de Lyre selon différentes mises en page :

  • Quelques manuscrits adoptent une mise en page glosée.
  • La plupart des manuscrits ne comportent que le texte de Lyre (pour chaque chapitre en principe : postilles selon le sens littéral, puis selon le sens moral), sans texte biblique ni Glose ordinaire.

Par exemple :

Postille litteralis in Bibliam (ensemble en plusieurs volumes)  :

Prv.-1-2Mcc. : Saint-Omer, BM, 007/1 (14e s. 2/2) : sine textu)

  • Editions imprimées
  1. Certaines éditions imprimées compilent la Bible, la Glose ordinaire (édition scientifique en ligne d’après l’édition princeps de 1481 ) et les postilles de Nicolas de Lyre selon différentes mises en page :
  2. Les éditions imprimées adoptent systématiquement une mise en page glosée encadrante, sur le modèle vulgarisé par les gloses juridiques. Utiliser notamment :

►Nürnberg, 1481-1485 : Biblia : Cum postillis Nicolai de Lyra et expositionibus Guillelmi Britonis in omnes prologos S. Hieronymi et additionibus Pauli Burgensis replicisque Matthiae Doering. – Nürnberg : Anton Koberger, 1481. Digitalisierte Ausgabe [archive] der Universitäts- und Landesbibliothek Düsseldorf

Basel, Froben, 1498 (feuilletage par partie puis par livre biblique) : Glose ordinaire à gauche du texte biblique, Nicolas de Lyre à droite+ accès direct aux images couleurs, pdf  téléchargeable, consultation  aisée, respect de la continuité du texte de Nicolas de Lyre, texte très abrégé.

Basel, 1507-1508 .

Biblia glossata cum postillis Nicolai de Lyra, Venetiis, 1603 (feuilletage direct par livre biblique) : Texte très interpolé établi à Paris, en 1589,  par Jean et Jacques de Cuilly, OFM. Glose ordinaire avec ajouts (signalés par *) dans le registre supérieur, Postilles littérales de Nicolas de Lyre en italiques dans le registre inférieur ; Postilles selon le sens moral de Nicolas de Lyre en bas de page

+ entrée aisée par table des matière, presque toutes les abréviations sont développées, notes marginales de sources,  mais images noir et blanc et pdf à télécharger.

Pour en savoir plus :

Reinhardt 1987 :  Reinhardt (Klaus), « Das Werk des Nicolaus von Lyra im Mittelalterlichen Spanien », Traditio,  43 (1987), p. 321-358.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les postilles de Nicolas de Lyre sur la Bible", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1817, version du 20/01/2022.

François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, 2006

  • François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, Revue Bénédictine, 116 (2006)Note portant 1° sur une nouveau témoin fragmentaire d’Isaïe vieux latin (péricope liturgique discontinue dans un feuillet de garde du Xe s.) et 2° sur l’identification de citations bibliques non évidentes (Prov. 3, 32; 16, 5) dans des textes patristiques latins, grâce à la rétroconversion à partir du grec de la Septante. Par ce second point, l’article rappelle le problème posé aux éditeurs par l’existence de citations bibliques non identifiées ou assimilées à de simples allusions parce que leur teneur littérale ne correspond pas à celle du texte hiéronymien ou du texte vulgate des éditions et concordances. Il est nécessaire de chercher à identifier par rétroconversion à partir de la Septante les sources de citations de tonalité biblique qui s’écartent de la lettre des éditions critiques et de leurs apparats. Ainsi, lorsque les recherches dans les bases textuelles informatisées permettent de constituer des séries de clausules similaires qui résistent au processus d’identification classique, il convient de chercher les références aux occurrences des mots les plus stables à partir de concordances latines et grecques de manière à repérer la source biblique des passages concernés. “Une série de parallèles non référencés et affectés de menues variantes trahit souvent la présence d’un emprunt scripturaire.” (p. 294).

    [J’ajoute pour avoir rencontré ce mécanisme dans l’exégèse des 12e et 13e siècle ; la rétroconversion à partir de l’hébreux doit aussi être tentée. Dans les commentaires bibliques le même phénomène permet d’identifier les réemplois de sources scolaires ou de commentaires préexistants.]

Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, 2005

  • Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, dir. Paolo Cherubini, praef. Carlo Maria Martini – Alessandro Pratesi, Città del Vaticano, Scuola vaticana di paleografia, diplomatica e archivistica, 2005, (Littera antiqua 13).
Table des matières :
prefazione : Carlo M. card. Martini
introduzione : Alessandro Pratesi
Edoardo Crisci, « I più antichi manoscritti greci della bibbia. fattori materiali, bibliologici, grafici »
Paolo Radiciotti, « Le sacre scritture nel mondo tardoantico grecolatino »
Michelle P. Brown, « Predicando con la penna: il contributo insulare alla trasmissione dei testi sacri dal vi al ix secolo »
Paolo Cherubini, « Le bibbie spagnole in visigotica »
Massimiliano Bassetti, « Le bibbie imperiali d’età carolingia ed ottoniana »
Jean Vezin, « I libri dei salmi e dei vangeli durante l’alto medioevo »
Virginia Brown, « I libri della bibbia nell’italia meridionale longobarda »
Francesco D’Aiuto, « Il libro dei vangeli fra bisanzio e l’oriente: riflessioni per l’età mediobizantina »
Emma Condello, « La bibbia al tempo della riforma gregoriana: le bibbie atlantiche »
Matthias M. Tischler, « Dal Bec a San Vittore: l’aspetto delle bibbie ‘neomonastiche’ e ‘vittorine’ »
Sabina Magrini, « La bibbia all’università (secoli xii-xiv): la ‘bible de paris’ e la sua influenza sulla produzione scritturale coeva »
Guy Lobrichon, « Le bibbie ad immagini, secoli xii-xv »
Antonio Manfredi, « Manoscritti biblici nelle biblioteche umanistiche tra firenze e roma. una prima ricognizione »
Tavole
Indici
i. Tavole
ii. Fonti manoscritte
iii. Nomi di persona e di luogo

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik”, 2007

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik (ms. Dubrovnik, Dominikanski Samostan, 58 sub vitro)”, Segno e testo 5 (2007) 341-393.

Etude de cas qui rattache chronologiquement et textuellement cette bible atlante au groupe de la bible de Genève, bibl. publ. et universitaire, lat. 1 ; Admont, Stiftsbibl. C-D ; San Daniele del Friuli Bibl. Guarneriana, I-II.

Macaluso (Andrea), « Hraban et le Psautier glosé de Fulda (Frankfurt Barth 32)», 2011

Macaluso (Andrea), « Hraban et le Psautier glosé de Fulda (Frankfurt Barth 32)», dans Raban Maur et son temps, P.  Depreux, S.  Lebecq, M. J.-L. Perrin, O. Szerwiniack (éd.), Turhout, 2011, p. 325-354.

L’auteur étudie de manière précise la facture et le contenu d’un des deux plus anciens psautiers glosés carolingiens, le manuscrit Frankfurt (Main), Stadt-und Universitätsbibl., Barth. 032 daté des années 830-833. L’auteur soutient qu’il fut composé selon un plan unitaire par plusieurs mains contemporaines (malgré la forte disparité des systèmes graphiques en présence, insulaire et carolingien) et sans dépendre d’un modèle (antigrafo).  A la liste de psautiers glosés carolingiens qu’il propose (n. 4), il faut retrancher Orléans, BM 48 (de copie plus tardive), ajouter Troyes, BM 615 ainsi que les psautiers dits de Bruno de Würzburg qui sont des éditions du xie siècle de Sankt-Gallen, Stiftsbibl. 27. La version du Psautier Romain du manuscrit viendrait chronologiquement en troisième position après les deux psautier d’Augustin de Cantorbery et de de Salaberge .Mais cette vision un peu simpliste ne tient pas compte des psautiers triplex et de la fragilité des datations reçues. Aux deux mains identifiées, l’une insulaire, l’autre caroline, correspondent deux types de citations, l’un intégrale et l’autre synthétique, qui attestent une composition progressive de cette glose. Les changements de mains correspondent à des changements de sources et de traitement des sources. Dans le manuscrit , les gloses sur les titres des Psaumes et les gloses sur le texte ont été copiées de façon indépendante, les titres probablement en premier. L’auteur en conclut “con assoluta certezza” que “les copistes sont aussi les auteurs de la glose”, comme s’il fallait considérer les gloses carolingiennes comme des oeuvres d’auteur. C’est cette relative naïveté qui pourrait être reprochée à l’auteur. L’ordre de copie du manuscrit est reconstitué comme suit : 1. Lemme et glose des titres; 2. Gallicanisation du psautier par corrections marginales ; 3. Retour au Ps-Romain par une main contemporaine ; 4. Glose des Psaumes 1 à 4 par une main assez archaïque ; 5. l’autre main –aidée par au moins huit autres mains – procède selon les schémas du nouveau commentaire carolingien plus pédestrement compilatoire; 6. la copie des collectes psalmiques par une main insulaire serait intervenue en dernier (?). Enfin on regrette que l’histoire du manuscrit ne soit pas évoquée. Que sait-on vraiment de son origine. N’aurait-il pas été importé d’Angleterre à Fulda ? Les références aux abbés de Fulda sont toutes largement postérieures à la copie et qui plus est associée au calendrier, très postérieur au manuscrit. L’association du style graphique du copiste principale à la phase ultime de l’évolution de l’atelier de Fulda n’est-elle pas une pétition de principe ? Les efforts de gallicanisation du Psautier laissent penser à une “conversion” du texte liée à son arrivée à Fulda, ce qui permettrait d’accorder les traces d’une réception toute relative du Psautier Gallican à Fulda au viiie siècle avec la copie d’un psautier Romain  au début du ixe s.

Les éditions de la Bible latine : orientations bibliographiques

Citer ce billet : Martin Morard, "Les éditions de la Bible latine : orientations bibliographiques", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/771, version du 20/01/2022.

vers la version pdf

Les éditions de la Bible latine et les versions anciennes de la Bible. 1

  1. Généralités. 1
  2. Le canon des Ecritures. 2
  3. Vetus latina. 2
  4. Vulgate Editio maior (édition critique avec apparat du texte développé) : 3

Ancien Testament. 3

Nouveau Testament. 3

  1. Vulgate Editio minor. 4

Ancien Testament. 4

Nouveau Testament : deux éditions différentes et complémentaires. 4

  1. Troisième et Quatrième livre d’Esdras (omis par l’editio maior) : 4
  2. Vetus latina hispana. 4
  3. Les bibles ‘atlantes’ 4
  4. Bibles de poches. 5
  5. Bibles corrigées du XIIIe siècle et bibles ‘universitaires’ 5
  6. Critique textuelle, correctoires et versions de la Bible au Moyen-Âge central 6
  7. Bible moralisée. 8
  8. Autres éditions en ligne. 8
  9. La Neo-Vulgate. 8
  10. Les Nouveaux Testaments latins-grecs. 8
  11. La « Bible liturgique ». 9
  12. Versions non latines. 9

Editions de référence. 9

Versions juxta linéaires. 9

Autres sites. 9

0.     Généralités

A lire comme introduction générale :

Bogaert, Pierre-Maurice, “La Bible latine des origines au moyen âge. Aperçu historique, état des questions”, RTL 19 (1988) 137-159; 276-314. [à lire absolument]

  1. Gryson et P.-M. Bogaert, éd., Recherches sur l’histoire de la Bible latine (coll. Cahiers de la Revue théologique de Louvain, 19), Louvain-la-Neuve, 1987.

Dahan 1999 : G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval, XIIeXIIIe s., Paris, 1999, p. 161-238

The Practice of the Bible in the Middle Ages. Production, Reception and Performance in Western Christianity, Susan Boynton, Diane J. Reilly (ed.), New York, Columbia University Press, 2011, 364 p., index des manuscrits et index des termes et thèmes.

1.     Le canon des Ecritures

Loisy (Alfred), Histoire du canon de l’Ancien Testament, Paris, 1890 [Reste utile pour une première approche historiographique de la question et pour le panorama qu’il offre de la question des origines à la période moderne, révolutionnaire pour son temps. Ses affirmations sont sujettes à caution et doivent être vérifiées, en particulier en ce qui concerne la chronologie et l’identification des textes].

Berger (Samuel), Histoire de la Vulgate, 1893, p. 301-306 et 331-342.

La Bonnardière (A.-M.), «Le canon des divines Écritures», dans La Bible de tous les temps 3, p. 287-301. [Le canon chez les Pères]

Dahan (G.), L’exégèse chrétienne de la Bible, p. 56-65.

Pour des informations plus à jour, voir la bibliographie citée par

  1. Dahan et G. Dorival et al., La Bible grecque des Septante, 1988, p. 321-329.

Le canon de la bible médiévale reste un terrain de recherches encore peu exploité, sans doute en raison de sa très grande complexité technique. Pour un essai, voir

Morard (Martin), La Harpe des clercs : réceptions médiévales du Psautier entre pratiques populaires et commentaires scolaires, thèse de doctorat en Histoire, Paris-IV – Sorbonne, 2008, 3 vol.,  p. 1247-1270.

2.     Vetus latina

Edition critique => liste des volumes : VETUS LATINA Die reste der Altlateinischen Bibel

  • org : ressources bibliographiques et liens vers de nombreux manuscrits en ligne
  • Vetus latina 12/1. Esaias 1 :1-14 :13 Roger Gryson. 1987-1990
  • Esaias 1:22 – 5:7. Roger Gryson. 1987
  • Esaias 5:8 – 7:14. Roger Gryson. 1988
  • Esaias 7:14 – 10:19. Roger Gryson. 1989
  • Esaias 10:20 – 14:13. Roger Gryson. 1990
  • Esaias 14:13 – 22:5. Roger Gryson. 1991
  • Esaias 22:5 – 26:20. Roger Gryson. 1991
  • Esaias 26:20 – 30:15. Roger Gryson. 1991
  • Esaias 30:15 – 35:5. Roger Gryson. 1993
  • Esaias 35:3 – 39:9. Roger Gryson. 199312/2. Esaias 40-66
  • Esaias 40:1 – 41:20. Roger Gryson. 1994
  • Esaias 41:21 – 44:4 Roger Gryson. 1994
  • Esaias 44:5 – 46:13. Roger Gryson. 1995
  • Esaias 46:13 – 50:3. Roger Gryson. 1995
  • Esaias 50:4 – 53:3. Roger Gryson. 1996
  • Esaias 53:3 – 54:17. Roger Gryson. 1996
  • Esaias 54:17 – 58:8. Roger Gryson. 1996
  • Esaias 58:8 – 61:10. Roger Gryson. 1997
  • Esaias 61:10 – 65:23. Roger Gryson. 1997
  • Esaias 65:23 – 66:24. Roger Gryson. 1997
  • 1-19 (VL 11/2)
  • 20-24 (VL 11/2)
  • H. A. G. Houghton, The Latin New Testament. A Guide to its Early History, Texts and Manuscripts, Oxford, 2016.

3.     Vulgate  Editio maior (édition critique avec apparat du texte développé) :

Cf. J. Gribomont, « Les éditions critiques de la Vulgate », Studi Medievali, 2 (1961), p. 363- 377.

Ancien Testament

* Biblia sacra iuxta latinam vulgatam versionem ad codicum fidem iussu Pii P. XI-Ioannis Pauli II, ed. monachorum abbatiæ pontificiæ Sancti Hieronymi in Urbe OSB, 17 vol., Typis Polyglottis Vaticanis, Romæ, 1926-1987.

Nouveau Testament

* [Edition ‘Wordsworth-White’] : Novum testamentum domini nostri Iesu Christi latine secundum editionem sancti Hieronymi, Johannes Wordsworth et Henricus Iulianus White ed., Oxford, 1889-1954:

ATTENTION : seule cette édition fait référence par le nombre des témoins collationnés ; l’édition manuelle (Edminor.) en 1 volume ne propose que des apparats fortement allégés.  Voir ci-après

4.     Vulgate Editio minor

Ancien Testament

[Texte de la Vulgate hiéronymienne du 5e siècle reconstitué. ATTENTION : le psautier hexaplaire n’est pas indexé].

Nouveau Testament : deux éditions différentes et complémentaires

5.     Troisième et Quatrième livre d’Esdras (omis par l’editio maior) :

6.     Vetus latina hispana

7.     Les bibles ‘atlantes’

Pas de texte édité mais de nombreuses études.

  • Maniaci (Marilena), Orofino (Giulia), dir., Le Bibbie Atlantiche: il libro delle Scritture tra monumentalità e representazione, Milano, 2000.
  • ……

8.     Bibles de poches

Pas de texte édité. Voir variantes issues de collations partielles dans les apparats du texte biblique de la Glose (Gloss-e.irht.cnrs.fr)

Beaucoup d’études sur la production manuscrite et la codicologie, mais malheureusement la codicologie est rarement traitée en lien avec la philologie du texte. En particulier

RUZZIER, Chiara, “Des armaria aux besaces: la mutation de la Bible au XIIIe siècle”, in: Les usages sociaux de la Bible, XIeXVe siecle (= Cahiers électroniques d’histoire textuelle du LAMOP, 3) (Paris, 2010), pp. 73-111.

RUZZIER, C., “The Miniaturisation of Bible Manuscripts in the Thirteenth Century: A Comparative Study”, in: Form and Function in the Late Medieval Bible, ed. E. POLEG and L. LIGHT, Library of the Written Word, 27; The Manuscript World, 4 (Leiden and Boston, 2013), pp. 105-125.

RUZZIER (Chiara), « Quelques observations sur la fabrication des bibles au XIIIe siècle et le système de la Pecia », Revue bénédictine, t. 124, (2014), p. 151-189.

9.     Bibles corrigées du XIIIe siècle et bibles ‘universitaires’

Pour le Nouveau Testament, les manuscrits tardifs, principalement Ω de l’Edition critique de la Vulgate, ne sont pas collationnés par les éditions critiques imprimées (Wordsworth, Weber). On trouve des collations partielles de plus en plus systématiques sur le site  http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php qui associe à la Glose le texte biblique de l’édition Rusch (1480) proche, mais différent, du texte de la Bible à 42 ligne de Gutenberg (Ed1455) collationné avec des manuscrits témoins des versions de la fin du Moyen Âge qu’on appelle parfois «  Bible Parisienne » ou « Universitaire » par abus de langage, parce que ces textes – en continuelle révision – sont issus des corrections franciscaines et dominicaines entreprises dans le contexte du développement des universités à partir du second tiers du 13e siècle.

  • 12e-15e siècleΩ Bible parisienne ou bible universitaire : inédit. L’édition en cours de la  Glose ordinaire est accompagnée d’un texte biblique qui reconstitue le texte en usage avant 1481 avec une sélection de variantes permettant d’identifier les variations du texte biblique entre le 12e et le 15e siècle (consulter les variantes signalées en note ; moteur de recherche)
  • 1452-1455: Bible à 42 lignes : Biblia vulgata, Gutenberg, 42 lin., Mainz, 1455,

Sur l’histoire de cette édition et de ses exemplaires : E. White, Editio princeps: A History of the Gutenberg Bible, Turhout, 2017 (Harvey Miller Studies in the History of Culture)

!! texte plus proche des versions en circulation à partir du 13e siècle (Bible parisienne, Bible universitaire) : texte interrogeable sur le site http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php

10.                      Critique textuelle, correctoires et versions de la Bible au Moyen-Âge central

  • Vercellone 1860 : Carlo Vercellone, « Fragments de la version italique: nouvelle découverte », dans Analecta iuris pontificii 4e série, t. 2/2, Rome, 1860, p. 1695-1703.
  • Vercellone 1861 : Vercellone (Carlo), Variae Lectiones Vulgatae Latinae Bibliorum Editionis Romae, 1: Pentateuchum ; t. 2 : Ios.-Rg., Romae, 1860-1864 [précieuse base de données avant la lettre de leçons puisées dans la littérature ecclésiastique médiévale et les éditions imprimées. Relève surtout les variantes des bibles latines imprimées et les leçons des correctoires de Guillaume de Mara et Hugues de Saint-Cher.]
  • Martin (Jean-Pierre Paulin), Introduction à la critique générale de l’Ancien Testament: De l’origine du Pentateuque, 2 vol., Paris, 1887-1889. [pour mémoire]
  • Martin (Jean-Pierre Paulin), La Vulgate latine au XIIIe siècle d’après Roger Bacon, Paris, 1888.
  • Martin (Jean-Pierre Paulin), « Le texte parisien de la Vulgata latine », Le Museon, 8 (1889) 444-466 ; t. 9 (1890), p. 301-316.
  • Denifle 1888 : Heinrich Denifle, « Die Handschriften der Bibel-Correctorien des 13. Jahrhunderts », Archiv für Litteratur und Kirchengeschichte des Mittelalters, 4 (1888), p. 263-311, 471-601 [étude fondatrice et encore indépassée].
  • Linde 2013 : Linde Cornelia, How to Correct the Sacra Scriptura? Textual Criticism of the Bible between the Twelfth and Fifteenth Century, Oxford, 2012 (Medium Aevum Monographs, 29) [Parcours cavalier et synthétique fort utile pour entrer dans la problématique]
  • Quentin 1922 : Henri Quentin, Mémoire sur l’établissement du texte de la Vulgate, Rome-Paris, 1922 (Collectanea biblica 6).
  • Quentin 1926 : Henri Quentin, Essais de critique textuelle (ecdotique), Paris, Picard, 1926.
  • Sur les correctoires : se reporter aux études de Gilbert Dahan citées infra
  • Light 2001: Laura Light, « Roger Bacon and the Origin of the Paris Bible”, Revue bénédictine, 111/3-4 (2001), p. 483-507

Editions :

  • Nicola Maniacoria : Libellus de corruptione et correptione Psalmorum, V. Peri, «Correctores immo corruptores. Un saggio di critica testuale nella Roma del xii secolo», Italia Medioevale e Umanistica 20 (1977), 88-125. [voir aussi infra]
  • Correctoires du 13e siècle : outre les apparats de l’editio maior de la Vulgate, se reporter aux apparats du texte biblique édité dans Gloss-e qui incluent la collation intégrale de livres bibliques des correctoires Sorbonne 1, Sorbonne 2, Guillaume de Mara, bible de St-Jacques (ΩJ) etc. Nombreux sondages dans les études de Gilbert Dahan citées ci-dessous.

12e siècle :

  • Mercati1898 :Mercati (Giovanni), art. « Maniacoria Nicola. (Manjacoria, Manicoria, Mangiacoze, Maniccutius, Magnacucius ?) », Dizionario bibliografico degli scrittori italiani, Serie I, n. 4, Socità bibliografica italiana, Milano 1898, [repris dans , Opere Minori, t. 2 (1897-1902), Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1937 (Studi e Testi, 77), p. 48-49].
  • Weber1953: Weber (Robert), «Deux préfaces au Psautier dues à Nicolas Maniacora», RBén. 63 (1953), 3-17.
  • Peri1962 : Peri (Vittorio), « Notizia su Nicola Maniacutia autore ecclesiastico Romano del xii secolo », Ævum 36 (1962), 534-538.
  • Peri1967 : Peri (Vittoro), « Nicola Maniacutia : un testimone della filologia romana del xii secolo », Ævum 41 (1967), 67-90.
  • Weber1975: Weber (Robert),  « Un nouveau manuscrit de la révision du psautier Iuxta hebræos due à Nicolas Maniacoria », RBén. 85 (1975), 402-403.
  • Peri1977 : Peri (Vittoro), « Correctores immo corruptores : un saggio di critica testuale nella Roma del xii secolo », Italia Mediœvale e Umanistica 20 (1977), 19-87.

13e siècle  :

  • Dahan1992 : G. Dahan, « La connaissance de l’hébreu dans les correctoires de la Bible du xiiie siècle. Notes préliminaires», Revue théologique de Louvain, 23 (1992), p. 178-190 [repris dans Rashi, 1040-1090, hommage à E. Urbach, 4e congrès européen d’études juives, textes édités par G. Sed-Rajna, 1994, p. 567-578].
  • Dahan 1997 : G. Dahan, « La critique textuelle dans les correctoires de la Bible du XIIIe siècle », dans Langages et philosophie : hommage à Jean Jolivet, dir. A. de Libera, Abdelali Elamrani-Jamal, Alain Galonnieri, Paris, 1997, p. 365-392.
  • Dahan 2004A : «Sorbonne II. Un correctoire biblique de la seconde moitié du XIIIe s.», dans La Bibbia del XIII secolo. Storia del testo, storia dell’esegesi, 2004, p. 113-153.
  • Dahan 2004B : Gilbert Dahan, «Les textes bibliques dans le lectionnaire du ‘Prototype’ de la liturgie dominicaine», dans Boyle-Gy 2004, p. 159-182.
  • Dahan 2005: G. Dahan, “Les éditions des commentaires bibliques de saint Thomas d’Aquin : leur apport à la connaissance du texte de la Bible au XIII siècle”, Revue des sciences philosophiques et théologiques, 89, 2005, p. 9-15.
  • Dahan 2006 : Gilbert Dahan, «La méthode critique dans l’étude de la Bible (XIIe-XIIIe s.) », dans La méthode critique au Moyen Âge, 2006, p. 103-128.
  • Dahan 2006 : G. Dahan, «La méthode critique dans l’étude de la Bible (XIIe-XIIIe s.) », dans La méthode critique au Moyen Âge, Turnhout, 2006, p. 103-128.

11.                      Bible moralisée

La Bible moralisée est un gigantesque ‘manga’ biblique pour nurseries royales organisé selon l’ordre du canon biblique. Elle n’a fait l’objet que d’une diffusion confidentielle : une quinzaine de manuscrits latins et français qui associent à l’image des textes explicatifs. Ceux-ci privilégient l’allégorie morale, c’est-à-dire l’appropriation du message biblique au contexte social du 13e siècle. La Bible moralisée ne reproduit pas le texte intégral de la Bible, mais seulement quelques versets par chapitre, certains sous forme de citations littérales abrégées, d’autres sous formes de résumés. On trouvera sur internet une bibliographie très abondante. Une édition compilatoire et comparée du texte des Bibles moralisées est en préparation sous la direction d’Antoine d’Estamberg (CNRS-Université d’Artois) à paraître sur Sacra Pagina (Gloss-e).

  1. Lowden, The Making of the Bibles Moralisées, University Park (Pa.), 2000.

12.                      Autres éditions en ligne

moteur de recherche Vulsearch : très pratique mais incomplet (manque une partie des deutérocanoniques et le Psautier gallican (iuxta LXX). A utiliser pour identifier les références, mais à éviter quand il faut citer le texte en usage avant le concile de Trente.

!!! Le texte latin du psautier est exclusivement celui du Psalterium iuxta hebreos de saint Jérôme. Le moteur de recherche ne permet donc pas d’identifier les citations du Psautier gallican, pourtant le plus répandu. Pour celui-ci, on pourra se reporter à la version de l’editio minor en ligne sur Wikisource       :
http://la.wikisource.org/wiki/Biblia_Sacra_Vulgata_%28Stuttgartensia%29/Psalmi

13.                      La Neo-Vulgate

La Bible latine publiée sous le nom de “NOVA VULGATA Bibliorum sacrorum editio typica” publiée en 1979 sous l’autorité du pape Jean-Paul II n’a aucune utilité pour les études historiques de la Bible latine médiévale. Il  ne s’agit pas d’un témoin du texte médiéval de la Bible, mais plutôt d’un texte recomposé à partir des principes exégétiques et pastoraux modernes. Ce texte a pourtant été repris comme version latine du Nouveau Testament bilingue de l’édition Nestlé-Aland (voir ci-dessous) ; sur cette version pour le Nouveau Testament latin, cf.

14.                      Les Nouveaux Testaments latins-grecs

Il faut signaler comme particulièrement pratiques deux versions du Nouveau Testament Latin-grec

  • NESTLE-ALAND : Novum Testamentum graece et latine, ed. Kurt Aland et Barbara Aland, Münster (Westphalie), Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart, 1979 (nombreuses rééditions)

Le texte latin est celui de la Néo-Vulgate avec en note un apparat minimaliste et dénué de tout intérêt (C = Sixto Clémentine, W = Wordsworth, S = edminor. Weber)

A ne pas confondre avec l’édition Weber également publiée à Stuttgart)

  • MERK : Novum Testamentum graece et latine, Augustin Merk, Rome, 11e 1992 (nombreuses rééditions)

Utiliser de préférence : apparat plus riche et plus aisément consultable

15.                      La « Bible liturgique »

https://www.aelf.org/bible

La Bible, Traduction officielle liturgique, Mame, 2013

Traduction liturgique officielle en français de la Bible sur le site de l’Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones. Cette traduction, obligatoire toujours et partout dans les célébrations liturgiques, fruit d’un travail de commission de 17 années, par 70 exégètes, se présente modestement comme une « nouvelle Septante ». Un exemple éloquent de la priorité de la communauté réceptrice sur les héritages anciens dans les usages liturgiques contemporains. Inutile de dire que ce texte, hormis le fait qu’il se lise agréablement, n’est d’aucune utilité pour les études médiévales. Le texte des lectures liturgiques antérieures à l’imprimerie n’a jamais fait l’objet de normalisation de ce type.

16.                      Versions non latines

Editions de référence

Versions juxta linéaires

Autres sites

  • Bible server : pour toute recherche dans toutes les versions non latine de la Bible (hébreu, Septante, langues vernaculaires). La Vulgate Sixto Clémentine [version Colunga Turrado, Madrid, 1946 y est amputée des livres et passages deutérocanoniques notamment du Siracide ( ? consultation du 11.8.2017)], Attention les graphies des noms propres ont été normalisées et modernisées.

!! La recherche ne tient pas compte de la ponctuation.

!! Remplacer les diphtongues par une astérisque : « *dificabitur » = aedificabitur