Bibliographie d’exégèse médiévale par références bibliques / Studies on the medieval exegesis by precise biblical references (Work in progress)

Merci de signaler les nombreux titres qui devraient figurer dans cette rubrique. Je les intégrerai avec reconnaissance

Citer ce billet : Martin Morard, "Bibliographie d’exégèse médiévale par références bibliques / Studies on the medieval exegesis by precise biblical references (Work in progress)", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2714, version du 05/12/2021.
capitula bibliae Bibliographia Ambitus chronologicus
Gn D. H. Bascour, « La double rédaction du premier commentaire de Maître Eckhart sur la Genèse », Recherches de Théologie ancienne et médiévale, 7 (1936), p. 294-320. 1302-1328 † circa
Gn Petri Comestoris Scolastica Historia. Liber Genesis, Éd. Agneta Sylwan, Turnhout, Brepols 2005, (CCCM 191), 226 p. 1150-1178 circa
Gn 1-3 Glossae super Genesim. Prologus et capitula 1-3, Éd. Agneta Sylwan, Göteborg, Sweden, 1992 (Acta Universitatis Gothoburgensis) 1150-1178 circa
Gn 2, 7 Boulnois (Marie-Odile), « Le souffle et l’Esprit. Exégèses patristiques de l’insufflation originelle de Gn 2, 7 en lien avec celle de Jn 20, 22 », Recherches Augustiniennes XXIV, 1989, p. 3-37.
Gn 2-3 Boulnois (Marie-Odile), « Genèse 2-3 : Mythe ou vérité ? Un sujet de polémique entre païens et chrétiens dans le  Contre Julien de Cyrille d’Alexandrie », Revue des Etudes Augustiniennes, 54,  2008, p. 111-133.
Gn 12 Boulnois (Marie-Odile), « Les péricopes de Sara « sœur-épouse » (Gn 12 et 20) chez les Pères Grecs », La sœur-épouse (Genèse 12, 10-20), Paris, Cerf, 2010, p. 27-66.
Gn 18-19 Boulnois (Marie-Odile), “Trois hommes et un Seigneur : interprétations patristiques et iconographiques de la théophanie de Mambré”, Studia Patristica.XXIX: historica, biblica, ascetica et hagiographica, éd. F. Young, M. Edwards, P. Parvis, Peeters, 2006, p. 193-202. 0100-0799
Gn 18-19 Boulnois (Marie-Odile), « L’exégèse de la théophanie de Mambré dans le De Trinitate d’Augustin : enjeux et ruptures », Le De Trinitate de saint Augustin. Exégèse, logique et noétique, éd. E. Bermon et G. O’Daly, Études Augustiniennes, Paris, 2012, p. 35-65.

 

0400-0416
Gn 20 Boulnois (Marie-Odile), « Les péricopes de Sara « sœur-épouse » (Gn 12 et 20) chez les Pères Grecs », La sœur-épouse (Genèse 12, 10-20), Paris, Cerf, 2010, p. 27-66.
Gn 27, 1 Smits (E. R.), « An Unedited Correspondence between Helinand of Froidmont and Philip, Abbot   of Val Ste Marie, on Genesis 27:1 and the Ages of the World », Erudition at God’s Service: Studies in Medieval Cistercian History, 11, 1987, p. 244-266. 1200-1299
Ex 20, 5 Boulnois (Marie-Odile), « Le Décalogue  contient-il une formule scandaleuse ? ‘Dieu qui reporte les fautes des pères sur les enfants’ (Ex 20, 5) », Le Décalogue au miroir des Pères, Cahiers de Biblia Patristica 9,  éd. R. Gounelle et J.M. Prieur, Strasbourg, 2008, p. 243-259.
Ex 20, 5 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Nm 25, 11 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Lv. 25 R. Quinto, « L’idea del giubileo in alcuni commenti medievali al Levitico e nella leteratura teologica sino al 1250 », Studia patavina, 46, 1999) 317-343 [traite la question de la doctrine des indulgence ; peu de choses sur l’exégèse littérale] ; Id., « Giubelo e attesa escatologica negli autori monastici e nei maestri della Sacra pagina », Medioevo, 26 (2001), p. 25-109 [p. 28-44 : interprétation symbolique des nombres ; p. 44-82 : la tradition exégétique de Lv. 25 sur le sujet] ; Id., « L’idea del giubileo nell’esegesi medievale tra la rinascita carolingia e i maestri della Sacra Pagina », dans Lia De Finis, dir.,  Il Giubileo attraverso i secoli Dalle radici ebraiche alle prospettive spirituali e alle componenti laiche collegate nei secoli all’evento giubilare, Trenta, 2001. 1100-1250
Dt. 32, 21 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Ruth Martel, Gerard de, Répertoire des textes latins relatifs au livre de Ruth (VIIe – XVe s.), Dordrecht, 1978. 0600-1499
Psalterium B. Bureau, « Texte composé, texte composite : le mécanisme de la citation et sa fonction dans quelques commentaires de psaumes de Cassiodore », dans Hôs ephat’, dixerit quispiam, comme disait l’autre… Mécanismes de la citation et de la mention dans les langues de l’Antiquité , C. Nicolas (éd.), Recherches & travaux n°15, Ellug, 2006, p. 225-262. 0538 – 0580
Ps. 1 Margolin (Jean-Claude), « Grammaire, principes exégétiques et humanisme chrétien dans le commentaire d’Erasme au Psaume 1 Beatus vir », dans Ferrer-Mantero 2006, p. 71-92. 1466/1469-1536
Ps. 1, 2, 3 Fontana (Maria), « Il commento ai Salmi du G. della Porrée », Logos (Palerme 1930) p. 283-301 [Prologue, Ps 1, 2, 3]. 1140-1150 c.
Ps. 20 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps. 21 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps. 21 Sainte-Marie (Dom Henri de), « Le psaume 22 (21) dans le Iuxta Hebræos », dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 151-187. 0700-0999
Ps. 21, 3 Draelants (Isabelle), « Ego sum vermis : du vers né de la pourriture, à la naissance du Christ sans accouplement, un exemple de naturalisme exégétique médiéval », Mélanges Catherine Jacquemard, Caen, 2018, Presses universitaires de Caen (coll. Mélanges) (à paraître) 1100-1400
Ps 22 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 23 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 24 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 25 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 44, 2 Casagrande (Carla), «Le calame du saint Esprit: grâce et rhétorique dans la prédication au xiiie siècle», La Parole du Prédicateur: ve-xve siècle, Rosa Maria Dessi et Michel Lauwers (éd.), Nice, Centre d’Etudes médiévales, 1997 (Collection du Centre d’Etudes Médiévales de Nice, 1), p. 235-254. 1200-1299
Ps. 52, 1 Belkin (Ahuva), « Suicide Scenes in Latn Psalters of the Thirteeth Century as Reflection of Jewish Midrashic Exposition », Manuscripta 32 (1988), p. 75-92. 1200-1299
Lam. 1 Andrée 2005. 1110-1150 c.
Lam. Andrée 2009. 1110-1150 c.
Sir. Eccli. Explanatio super Ecclesiasten (Clm 14614). Un Epitone carolingia del commentario all’Ecclesiaste di Alcuino di York, éd. Francesca Sara D’Imperio, Firenze, Sismel, 2008 (Opuscoli, seonda serie, 5). 0825-0850
Ier. Moyhihan (Robert), « The Development of the ‘Pseudo-Joachim’ Commentary ‘Super Hieremiam’ : New Manuscript Evidence », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge Temps modernes, 98 (1986), p. 109-142. [Voir Travaux en cours]. 1250 c.
Mt. Shooner 1956 : Shooner (Henri Victor), « La Lectura in Matthaeum de S. Thomas : deux fragments inédits et la Reportatio de Pierre d’Andria », Angelicum 33 (1956), 126-142. 1269-1270
Mc. 06:42-50 Berceville (Gilles), L’Expositio continua sur les quatre évangiles de saint Thomas d’Aquin (Catena aurea). Le commentaire de Marc. Etat de la question et projet de recherches, Mémoire de DEA (Diplôme d’études approfondies), dactyl., Université Paris IV, 1988, 47+7 p. [analyse des sources et remarques philologiques] 1263-1265 c.
Io. Conticello (Carmelo Giuseppe), “San Tommaso ed I padre: La Catena aurea super Ioannem”, AHDLMA 65 (1990), 31-92. XIIIe
Io. Andrée 2008. Andrée 2014 XIIe
Io. 20 :22 Boulnois (Marie-Odile), « Le souffle et l’Esprit. Exégèses patristiques de l’insufflation originelle de Gn 2, 7 en lien avec celle de Jn 20, 22 », Recherches Augustiniennes XXIV, 1989, p. 3-37.
Rm. 9-11 Boulnois (Marie-Odile), “L’Election d’Israël et la grâce offerte à tous selon Cyrille d’Alexandrie”, L’exégèse patristique de Romains 9-11. Grâce et liberté, Israël et nations. Le mystère du Christ, Médiasèvres, 2007, p. 101-124. 0412 – † 444 c.
Rm. 9-11 Boulnois (Marie-Odile), « L’élection d’Israël et la grâce offerte à tous : L’exégèse de Romains 9-11 selon Cyrille d’Alexandrie », Adamantius 14, 2008, p. 266-285. 0412 – † 444 c.
1Cor. Landgraf (Artur Michael), Commentarius Porretanus in primam epistolam ad Corinthios, Città del Vaticano, 1945 (Studi e testi 117) [commentaire jugé d’inspiration porrétaine, édité à partir du ms. Paris, Arsenal, lat. 1116]. 1150 c.
1Cor. 2, 6-16 Strawbridge (Jennifer), « ‘A community of interpretation: the use of 1 corinthians 2.6-16 by early christians » Studia patristica, 63 (2013), 69-80.

 

Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente.

Martin Morard

(CNRS-IRHT)

Citer ce billet : Martin Morard, "Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente.", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2690, version du 05/12/2021.

Dans une communication à un colloque tenu à Rome en 2017, C. G. Conticello notait à propos des sources grecques de la Catena aurea de Thomas d’Aquin sur l’évangile de Marc, dont nous préparons l’édition, que le travail reste à faire  : « Uno studio approfondito di questa catena[1], trasmessa da una sessantina di mss [[en réalité 86]], in duplice recensione, rimane da fare»[2].

Ce status quaestionis des connaissances scientifiques publiées jusqu’en 2017,  propose une précieuse synthèse bibliographique dont on regrettera cependant qu’elle ne fasse que peu état du contenu profond des travaux cités et présente la primeure de recherches en cours effectuées par d’autres sans l’autorisation de leur auteur.

Dans un  « post-scriptum » ajouté à la fin de la même communication dans la version publiée parue en 2020, le même auteur annonce en effet que  « nell’ambito del progetto [Catena aurea electronica» – “a été identifiée la première recension de la Chaîne de Victor d’Antioche représentée par le ms. Vatican grec 756 […] Une étude approfondie est en cours”(p. 243).

Cette phrase, ambigüe et imprécise,  ne veut rien dire sinon que l’auteur s’approprie le résultat – mal compris – de recherches auxquelles il n’a participé en aucune manière. Elle est ambigüe parce qu’il se présente  (p. 228) comme co-directeur du projet Catena aurea  electronica avec le signataire de ces lignes [3] alors qu’il n’y a exercé qu’une responsabilité nominale à laquelle il a été mis fin à la fin de l’automne 2018, soit deux ans avant la publication de la communication, munie pourtant du post-scriptum mentionné[4].

Concernant la Catena aurea sur Marc l’auteur n’hésite pas, en particulier, à déflorer et détourner  de façon peu courtoise certaines des données nouvelles, acquises par le travail de collaborateurs identifiés du projet Catena aurea  electronica à la production desquelles il n’a pas eu de part active. La publication ne rend pas compte de la via inventionis de la conclusion annoncée. La question des sources grecques de la Catena sur Marc (désormais CMC) ne se réduit d’ailleurs pas à la seule question de la chaîne dite de Victor d’Antioche. Ce dossier n’a d’ailleurs été ouvert qu’après que C.G.C. eut été déchargé de la responsabilité des sources grecques de la Catena aurea qui stagnait alors que les sources latines affichaient déjà plusieurs milliers de sentences traitées, six ans après le lancement des opérations. Nous en avions présenté publiquement la substance de l’avancement de l’édition et particulièrement les découvertes concernant la CMC devant lui, à l’occasion du colloque international de Torun (4-6 avril 2019)[5].  Les délais et les limites de taille imparties à la publication des actes du colloque de Toruñ ne nous ont  pas permis, à regret, de les publier dans ce contexte. Elles seront présentées dans le cadre de la monographie que nous consacrons à la Catena dans le cadre de notre Habilitation  et d’une publication plus spécifique à paraître dans les mois qui viennent.

En attendant, une mise au point s’impose, même si, me dit-on, « personne n’est dupe ».

La participation de C.G.C. au projet a consisté à nous autoriser à réutiliser les identifications des citations de Théophylacte qu’il avait publiées méritoirement en 2004. Nous avons été heureux de pouvoir en faire profiter la Catena aurea  electronica. Les initiales millésimées qui indiquent le nom des collaborateurs scientifiques qui ont contribué au traitement de chaque sentence (texte et source) font foi. Une astérisque signifie que l’information a été validée par un autre collaborateur du projet. En cas de modification substantielle, les initiales de chaque nouvel intervenant sont indiquées ainsi que l’année de l’intervention.

Dans l’étude ici relatée, C.G.C. omet notamment de mentionner :

1° la responsabilité scientifique de Martin Morard qui orienté la recherche vers les manuscrits italotes anonymes de la première recension de la chaîne, repéré un groupe de témoins concordants – et non pas un seul témoin – parmi un corpus d’environ 120 manuscrits de la chaîne de Victor d’Antioche sur Marc (et non d’une soixantaine), puis collationné les textes établis avec l’édition Matthaei (2 volumes, Moscou, 1775) pour 1° faire ressortir la spécificité du groupe italote par rapport au sous-groupe moscovite et à d’autres versions de ce qu’il est convenu d’appeler la “première recension” de la chaîne grecque  et 2° montrer que la traduction latine de la Catena se justifie par le recours à un texte appartenant à cette version ;

2° la collaboration d’Adele Di Lorenzo, salariée du projet de 2018 à 2019, qui a contribué, sous le direction et en binôme avec Martin Morard, au repérage dans les manuscrits des passages des chaînes traduits pour la Catena, et effectué la première transcription des textes identifiés;

3° la publication en pré-print sur le site Gloss-e[6], de l’édition intégrale de la Catena sur Marc. Cette version provisoire, mise en ligne dès mars 2019 en prévision du colloque de Torun susmentionné, comprend l’identification critique intégrale des sources de la Catena sur Marc, précise ou remet en cause plusieurs des certitudes acquises. Sont à noter en particulier :

  • restauration du texte médiéval (appelé aussi parfois “texte universitaire” en raison de sa diffusion par le système de la pecia parisienne) par collation du texte de l’édition Marietti avec celui du ms. de Linz, Oberösterreichische ‎Landesbibliothek, 447
  • attribution à chaque sentence d’un identifiant unique stabilisé, permettant le référencement scientifique,
  • identification des sources,
  • édition du texte grec des sources et, en cas de recours à la tradition indirecte (chaînes), identification des sources de la chaîne, etc.
  • (Théophylacte fait provisoirement exception. C.G.C., en charge de cet auteur, n’a procuré que la référence au texte de la Patrologie grecque ; le travail complémentaire de saisie du texte grec et d’analyse des traductions est en cours par mes soins et a d’ores et déjà permis quelques découvertes savoureuses; cf. M. Morard, « La Catena aurea au goût du jour ? Citations et réécritures humanistes des traductions médiévales du grec par les éditeurs du XVIe siècle », 63e colloque international d’études humanistes « Parler avec les mots d’autrui : autour de la citation à la Renaissance »,   Marie-Élisabeth Boutroue (CESR, CNRS) et Hélène Rabaey (Université du Havre, CESR), Tours, 1-2 juillet 2021).

4° la communication de Martin Morard au colloque de Torun, citée plus haut, dans laquelle ont été présentés devant C.G.C. les résultats des recherches concernant la Catena sur Marc accessible grâce au préprint mentionné.

On savait, depuis 1657, grâce à une mauvaise traduction latine de la fin du 16e siècle[7] que Thomas avait utilisé la chaîne de Victor d’Antioche. C’est principalement à partir de cette traduction,  et ponctuellement à partir de parallèles trouvés dans la chaîne de Cordier sur Luc et les chapitres 1 à 12 de la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur  Luc (CPG C135), que le dominicain Jean Nicolaï a identifié comme venant de « Victor d’Antioche » une partie des sources grecques de la Catena aurea  sur Marc qu’il a éditée en 1657.

En 1775, Friedrich Matthaei publiait pour la première fois le texte grec d’une version de la chaîne éditée à partir de quatre manuscrits du Saint-Synode du Patriarchat de Moscou.

En 1842, John Henry Newman (Oxford, 1842, p. 166) avait noté une certaine proximité avec une autre recension éditée par Cramer (Oxford 1840) mais de nombreux passages discordant ont fait écrire à Louis-Jacques Bataillon, l’un des plus fins connaisseurs de la tradition manuscrite de Thomas d’Aquin à la fin du 20e siècle, , que « la catena greca utilizzata per Marco [i.e. pour la Catena aurea  sur Marc] pone molti problemi »[8].

L’existence de deux recensions de la chaîne de Victor d’Antioche est connue au moins depuis les recherches de Joseph Reuss, relayée, avec des recherches plus récentes, par l’excellente réédition augmentée et mise à jour de la Clavis patrum graecorum de l’excellent Jacques Noret[9].

L’originalité scientifique de notre édition de la CMC consiste dans la démonstration – par rétroconversion du latin au grec  – que Thomas a fait traduire pour la première fois le texte grec de la première recension de la chaîne dite de Victor d’Antioche sur Marc [CPG C125.1] à partir d’une sous-version attestée par un groupe de manuscrits copiés en Italie du Sud, sélectionnés parmi 86 manuscrits,  dont le ms. BAV, Vat. gr. 756 a servi de témoin prévilégié[10]. Il ne saurait en aucun cas être considéré comme un manuscrit directement utilisé par Thomas, ce qui serait un phantasme naïf. L’enjeu de l’édition de la Catena n’est pas de retrouver des reliques mais d’identifier ce que Thomas doit à ses sources, comment il les travaille, et l’exacte portée de ses interventions. Le risque est aussi grand d’attribuer aux sources ce qui revient au Glossateur que d’attribuer au Glossateur ce qui appartient à des états méconnus des sources, que celles-ci soient éditées ou non.

Les passages de la chaîne  retenus par Thomas  ont deux caractéristiques :

  • Dans à peu près 75 % des cas, les passages retenus par Thomas sont identiques dans les deux recensions. (Ce constat n’autorise aucune généralisation concernant la proportion du texte de la seconde recension retenu par la première recension). Il est douteux que Thomas ait pu confronter deux versions de la chaîne ; il est exclu qu’il ait eu une conscience nette de l’existence de deux versions différentes. Mais son instinct, à la recherche du consensus patrum, lui a plus d’une fois fait retenir les passages les plus à même de servir ce dessein, passages qui s’avèrent être communs aux deux versions de la chaîne. On ne peut exclure que les collaborateurs-traducteurs qui ont travaillé avec lui ou pour lui, face à des passages d’interprétation difficile,  n’aient de temps en temps comparé plusieurs manuscrits de la chaîne contenant, de faite des passages variants. Certains manuscrits contiennent des versions intermédiaires où la frontière entre les deux recensions n’est pas évidente au premier coup d’oeil. Les lois de la rédaction des sentences et de l’abréviation des textes conduisent parfois les caténistes à faire des choix identiques sans dépendre forcément d’un texte particulier : omissions des répétitions, de citations adventices ou de digressions s’imposent souvent d’elles-mêmes.
  • A peu près 32 % des passages retenus sont extraits ou adaptés de textes chrysostomiens, ce qui justifie la décision de Thomas d’attribuer ces sentences à Chrysostome alors qu’aucun manuscrit de la chaîne et aucun des extraits retenus ne lui sont attribuées explicitement par les sources grecques. Sans doute les collaborateurs de Thomas ont‎–‎ils été aidés par leur connaissance des homélies de Chrysostome sur Matthieu. En raison de la rareté des commentaires de l’évangile de Marc, les caténistes et exégètes puisaient naturellement dans le matériel exégétique des évangiles synoptiques. Les canons d’Eusèbe, accessibles et connus de tous, leur permettait aisément de repérer les passages pertinents.[11] Les passages chrysostomiens de la chaîne grecque repris par Thomas sont cependant loin de provenir tous des homélies sur Matthieu. Lorsque les traducteurs se sont rendus compte que la chaîne grecque reprenait des passages des homélies de Chrysostome sur Matthieu, ils ont utilisé librement la traduction de Burgundio de Pise et son vocabulaire. On constate surtout qu’ils ont, le plus souvent, retraduit complètement les passages, de sorte qu’en plusieurs endroits les lieux parallèles de la CA proposent jusqu’à trois traductions différentes d’un même fragment grec cité à partir de sa tradition directe et réemployé par les chaînes utilisées. La méthode qui consiste à traduire certains scholia par des emprunts ponctuels et libres aux traductions existantes a été appliquée dans l’ensemble de la Catena Aurea, surtout les Catena sur Marc, Luc et Jean. La CA sur Matthieu – en particulier les sentences extraites de la traduction par Burgundio des homélies de Chrysostome sur Matthieu – a fait ponctuellement l’objet de corrections lexicales, sans doute après la fin de sa composition et au fil de la préparation du commentaire des trois évangiles suivants. Mais on n’observe pas que l’ensemble des textes repris de traductions antérieures ait fait l’objet d’une révision systématique sur le grec.

En plus des quelque 200 sentences chrysostomiennes issues de la chaîne de Victor, la CMC ne compte que 6 autres sentences attribuées à des Pères grecs et effectivement traduites du grec, sentences absentes des versions examinées de la chaîne. Il s’agit a priori de six emprunts à la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur Luc (CPG C135), mais on ne peut exclure que ces ajouts soient la traduction de scholia marginaux trouvés par le traducteur dans le ou les manuscrits de la chaîne de Victor utilisés. Les passages concernés sont regroupés autour de l’exégèse de Mc. 2, 6‎–‎7 (le blasphème) et Mc. 5, 5‎–‎15 (l’expulsion des démons dans le troupeau de porcs) :

CMC2d1.8 : Cyrille

CMC5d1.6 : Grégoire de Nysse

CMC5d1.7 : Cyrille

CMC5d1.9 : Cyrille

CMC5d1.12 : Cyrille

CMC5d1.22 : Titus

Les analyses codicologiques des manuscrits de la chaîne de Victor ne sont pas assez poussées et systématiques à ce jour pour confirmer ou infirmer cette hypothèse. Pour alléger la présente note je renvoie le lecteur à l’édition en ligne et aux versions successives dont elle fera l’objet jusqu’à son achèvement. Il trouvera dans ses apparats textes, références et même liens hypertexte vers les feuillets des manuscrits cités. Les recherches qui restent à faire sur les sources grecques de la CMC doivent donc se concentrer dans trois directions :

  • par sondage, recherche de manuscrits qui offrent un texte grec encore plus proche de la Catena que les ms. traités au cours de cette première campagne éditoriale. (Je n’ai encore examiné qu’une trentaine de manuscrits sur au moins 86 recensés pour l’occasion).
  • recherche d’éventuels scholia correspondant aux 6 ajouts susmentionnés. L’examen des marges des manuscrits accessibles est en cours et relativement facile. Seule une édition critique de la chaîne grecque permettra d’identifier la présence de scholia adventices intégrés par les copistes dans l’espace de réglure.
  • examen des lieux parallèles de la chaîne de Nicétas sur Luc. Comme je l’ai indiqué plus-haut, il arrive à plusieurs reprises que la Catena traduise différemment dans la Catena sur Marc et sur Luc des scholia dont le texte grec est quasi identique soit parce que Nicétas intègre des passages de la chaîne de Victor qui est une de ses sources, soit parce que les deux chaînes dépendent – dans certains lieux synoptiques – de sources communes. La logique même du phénomène synoptique, relevée par Joseph Verheyden à juste titre à propos des sources non identifiées de la chaîne de Victor – oblige à examiner ces pistes sans empêcher pour autant la publication d’un premier état des connaissances. Il importe donc de s’assurer que l’exploitation de la chaîne de Victor est aussi réelle qu’il y paraît et que les sentences de la Catena sur Marc ne reposent pas sur des emprunts plus fréquents à la chaîne grecque de Nicetas sur Luc qu’on ne l’a remarqué jusqu’ici, voir à d’autres chaînes sur les évangiles synoptiques non encore identifiées. La question semble un scrupule d’éditeur un peu théorique à ce stade, mais elle ne peut être écartée en rigeur de méthode. Le réemploi de certains extraits patristiques, sous des formes similaires, par plusieurs chaînes est un fait indéniable et bien attesté. La CMC atteste cependant d’une excerption systématique de la première recension de la chaîne C125 qui explique jusqu’aux détails la traduction latine des sentences forgées par Thomas.

Il faut mettre à part de la question propre à la Catena Aurea l’identification des sources de la chaîne de Victor d’Antioche proprement dite qui n’est pas notre objectif premier. Dans un premier temps nous avons intégré les identifications des sources de la chaîne de Victor d’Antioche identifiées par Smith[12] et, plus récemment, Lamb[13]. Pour les passages non identifiés et dont l’attribution au caténiste ou à un commentaire primaire (cosi detto Victor d’Antioche) est supposée sans qu’il soit possible de distinguer l’un de l’autre en l’état de la recherche, nous avons repris la recherche des expressions typiques en particulier dans le TLG[14] et la Catholic Library édité par Seth Cherney[15] dont la base documentaire est la plus vaste qui soit actuellement à disposition de la recherche en libre accès pour les textes latins et grecs de la tradition chrétienne. Ces recherches ont permis de compléter et corriger ponctuellement les identifications existantes. Elles sont insuffisantes et provisoires en l’état des éditions des chaînes, rarement éditées en ligne. Elles montrent le plus souvent que les passages non identifiés de la chaîne de Victor sont composés d’expressions très répandues et attestées par les auteurs de la tradition patristique et byzantine.

On ne saurait en rester là. Dans la Catena aurea comme dans la chaîne C125, toutes deux  chaînes de chaînes parmis d’autres chaînes, les Pères avancent masqués. Si l’accès aux corpus textuels informatisés facilite aujourd’hui le travail, on aurait tort de considérer la fouille de ces données comme autre chose qu’une prospection de surface. Preuve en est que l’identification des sources chrysostomiennes de la CMC n’a pu se faire sans le recours aux éditions non numérisées et surtout aux manuscrits.

Certes, notre objectif n’est pas d’éditer les chaînes grecques mais le texte de Thomas. La compréhension de celui-ci invite pourtant à signaler précisément non seulement ce que Thomas doit à ses sources directes, mais aussi ce qu’il doit, sans le savoir, aux auteurs dont les chaînes utilisées sont les vecteurs silencieux afin que rien ne reste caché du cheminement des influences qui sous-tendent notre compréhension de la tradition chrétienne postérieure.

Ainsi, il n’est pas sans intérêt de noter que telle sentence attribuée par Thomas à Chrysostome est le texte d’une chaîne grecque qui cite en réalité, mais implicitement, Origène ou Théodore de Mopsueste. Cependant ce travail, sans être infini, devra souvent être complété et mis à jour par les acquis de la recherche et l’évolution des éditions critiques[16].

La Catena ne pouvait rester plus longtemps à l’état du texte brut dans lequel l’avait laissé l’édition Marietti, numérisée par IBM à l’occasion de la préparation de l’Index thomisticus au cours des années 1970-1980. Je garde encore l’exemplaire de l’édition Marietti de mes jeunes années. J’y avais souligné les lemmes attributifs à la pointe bic rouge afin de me retrouver dans la préparation de mon premier travail de séminaire. Jean-Pierre Torrell m’avait chargé de présenter l’épisode de la tentation du Christ dans l’évangile de Matthieu d’après la Catena.

Mais la Catena est une oeuvre dont l’édition scientifique fait exploser les limites que la page papier impose, même au grand et beau format de l’édition léonine. Il fallait donc inventer quelque chose qui réponde aux attentes du public, aux besoins en particuliers de ce que d’aucuns voudraient nommer le « thomisme biblique ». L’expression est un pléonasme eu égard à la nature intrinsèque de la démarche thomasienne, fondamentalement théologique et de ce fait essentiellement biblique. Mais ce pléonasme  est amplement justifié par les dérives d’un certain thomisme, excessivement spéculatif, au point d’inverser les polarités de la démarche théologique dont l’Ecriture est, avec sa tradition herméneutique, le socle et le guide.

Comme l’avait justement relevé Richard Simon, « … Quelque soin qu’on ait eu de rendre exacte l’édition de cet ouvrage, elle ne peut être parfaite, parce que l’original est plein d’imperfections»[17]. Il fallait donc inventer une formule éditoriale évolutive et amendable, susceptible d’être tenue à jour, de s’ajuster aux données de la recherche sans être aussitôt obsolète, d’être applicable à cette oeuvre aux proportions imposantes et aux ramifications tentaculaires.

C’est la raison pour laquelle, le programme Catena aurea  electronica, programme pluriannuel du Laboratoire d’excellence HASTEC (histoireet anthropologie des sciences croyances et savoir), labellisé “investissement d’avenir” par l’agence nationale de la recherche et soutenu par les partenaires institutionnels et les institutions du CNRS,  propose une édition numérique en ligne amendable afin de pouvoir mettre à jour régulièrement les textes édités. Si simple qu’en paraisse le concept, à une époque où l’homme est capable d’analyser jusqu’aux poussières d’étoiles perdues dans « le silence éternel des espaces infinis », sa réalisation est encore laborieuse.

La Catena aurea  sur Marc paraîtra dans une version électronique à l’automne sur le site Gloss-e.irht.cnrs.fr. dès que sera achevée la révision en cours du texte des apparats. Elle jouira désormais du statut de publication périodique et de « ressource continue augmentée et modifiée par des mises à jour intégrées », munie d’un numéro ISSN (ISSN 2802-4001)

La Catena aurea  electronica n’a d’autre ambition de fournir un instrument susceptible d’accompagner et rendre accessibles les évolutions de la recherche sur des terrains en constante évolution. Plus le support est maléable plus le contenu est susceptible d’intégrer les données nouvelles sans être totalement à refaire. Les éditions critiques sur papier ont donné longtemps l’illusion de procurer des textes gravés dans le marbre alors que rien ni personne n’échappe à l’usure du temps qui passe. Il en va de même, pensons-nous, pour la publication prématurée de résultats en cours de consolidation, surtout quand elle est faite sans l’accord des auteurs, en méconnaissance du travail effectué.

Quicquid latet apparebit… tantus labor non sit cassus !

Martin Morard

6 octobre 2021

Responsable scientifique du projet Catena aurea  electronica et directeur du projet Gloss-e (Gloses et commentaires de la Bible latine glosée) https://gloss-e.irht.cnrs.fr/

[1] C’est-à-dire, dans le contexte : Catena graecorum Patrum dite de ‘Victor d’Antioche’ (CPG C125)

[2] Carmelo Giuseppe Conticello, « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission te oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249, ici p. 231.

[3] Art. cit. supra, p. 228, n. 61.

[4] Cf. Martin Morard, « Pour une lecture panoramique de la Bible latine glosée. Le programme Glossae Sacrae Scripturae electronicae », Revue Mabillon, n. s., t. 30 (= t. 91), 2019, p. 209-225.https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02428072, ici p. 231 : « Étendu dès 2009 à la problématique des bibles avec commentaires, le programme a intégré l’édition de la Catena aurea, commencée avec Giuseppe Conticello et Fabio Gibiino (2013-2018), et que nous poursuivons désormais avec Adele Di Lorenzo ».

[5] M. Morard, « Catena catenarum.  Status quaestionis sur l’édition critique en cours de la Catena aurea », Colloque international Thomas Aquinas and Church Fathers (Faculty of Theology, Nicolaus Copernicus University in Torun, Poland), 4-6 avril 2019. [Communication non publiée dans les actes du colloque, à paraître sous forme d’article dans un revue scientifique à comité de lecture].

[6] https://gloss-e.irht.cnrs.fr/sources/catena [ce fichier ne sera plus accessible en ligne dès la publication de la seconde édition en préparation].

[7] Victoris Antiocheni In Marcum et Titi Bostrorum episcopi In Evangelium Lucae commentarii ; antehac quidem nunquam in lucem editi ; nunc verò studio & opera Theodori Peltani luce simul & latinitate donati. Accessit his Dionysii Alexandrini erudita Epistola de Dominico resurrectionis tempore, déque paschalis jejunii termino, Ingolstadt, 1580, [28]., 509 p. : traduction défectueuse – ou plutôt arrangée « pour correspondre aux paroles inspirées »-  du ms. Munich, Bayer. Staatsbibl., Gr. 99 (daté de 1543) édité par Poussines grâce à la copie que lui en avait envoyée Cordier. La traduction de Peltanus a contaminé jusqu’à l’édition d’Anvers de la Glose ordinaire (1634) alors que le texte médiéval ignorait cet auteur jusqu’à Thomas d’Aquin. La traduction de Peltanus a été intégrée dans la Magna Bibliotheca Patrum de Marguerin de la Bigne à partir de la col. 403 du tome 1 des éditions de 1624, 1644, 1654 (Victor ne se trouve pas dans le tome 1 de l’édition de 1618). Six éditions (1579, 1610, 1618, 1624, 1644, 1654)  étaient en effet parues avant que Jean Nicolaï ne publie sont édition de la Catena aurea qui identifiait pour la première fois la dépendance de Thomas à l’égard de la chaîne de Victor d’Antioche.

[8] Bataillon (Louis‎–‎Jacques), « La diffusione manoscritta e stampata dei commenti biblici di San Tommaso d’Aquino », Angelicum, 71, 1994, p. 579‎–‎590, ici p. 582.

[9] Clavis Patrum Graecorum, 5 vol.,Turnhout, 1974-2018 (Corpus Christianorum) ici t. 4: J. Noret, Concilia – Catenae, ed. 2, Turnhout, 2018, n° C125. J. Reuss, Matthäus‎–‎, Markus‎–‎ und Johannes‎–‎Katenen nach den handschriftlichen Quellen untersucht, Münster, 1941 (Neutestamentliche Abhandlungen 18.4‎–‎5), p. 118-147, ici p. 136.

[10] Pour la bibliographie, se reporter à Conticello 2020, Post-scriptum, p. 243.

[11] Ces constats rejoignent les questions méthodologiques posées par J. Verheyden à l’étude des sources de la chaîne de Victor ; cf. J. Verheyden, «The So‎–‎Called Catena in Marcum of Victor of Antioch. Throwing Light on Mark with a Not‎–‎So‎–‎Little Help from Matthew and Luke», Studia patristica 91 (2017), 47‎–‎62. J. Verheyden, «A Puzzling Chapter in the Reception History of the Gospels. Victor of Antioch and his So‎–‎called “Commentary on Mark”», Studia patristica 63 (2013), 17‎–‎28.

[12] H. Smith, «The Sources of Victor of Antioch’s Commentary on Mark», Journal of Theological Studies 19 (1917‎–‎1918), p. 138‎–‎141.

[13] Lamb (William R. S.), The “Catena in Marcum”: A byzantine anthology of early commentary on Mark, Leiden, Brill, 2012 (Texts and Editions for New Testament Study) [avec les remarques de  R. Ceulemans, Ephemerides Theologicae Lovanienses, 94 (2015), p. 745‎–‎749 ; J. K. Elliott, Novum Testamentum, 55/3 (2013), p. 308].

[14] Maria Pantelia, dir., Thesaurus linguae graecae. A Digital Library of Greek Literature (on line).

[15] https://www.catholiclibrary.org. L’absence d’indication des éditions utilisées par cet étrange mais précieux instrument, oblige, dans un second temps, de repérer les passages identifiées dans les éditions existantes à l’aide des instruments bibliographiques à disposition de tous, principalement et en l’occurrence la Clavis Patrum.

[16] Sur les sources de la chaîne de Victor et les origines de celles-ci le débat est loin d’être clos, voir en particulier. J. Verheyden, «The So‎–‎Called Catena in Marcum of Victor of Antioch. Throwing Light on Mark with a Not‎–‎So‎–‎Little Help from Matthew and Luke», Studia patristica 91 (2017), 47‎–‎62 ; J. Verheyden, «A Puzzling Chapter in the Reception History of the Gospels. Victor of Antioch and his So‎–‎called “Commentary on Mark”», Studia patristica 63 (2013), 17‎–‎28.

[17] Richard SIMON, Histoire critique des commentateurs du Nouveau Testament, Rotterdam, 1693, p. 473.

Bibliographie de la Catena aurea

Citer ce billet : Martin Morard, "Bibliographie de la Catena aurea", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2546, version du 05/12/2021.

Les éditions

Les éditions imprimées de la Catena aurea

Contexte général

 

Torrell (Jean-Pierre), Initiation à saint Thomas d’Aquin : sa personne et son œuvre, Fribourg-Paris, 2e éd. revue et augmentée d’une mise à jour critique et bibliographique, Ed. Universitaires de Fribourg / Cerf, [1993] 2002 (Vestigia, 13), p. 202-205, 495-495.

Etudes

Andrée (Alexander), Sharp (Tristan), Shaw (Richard), « Aquinas and ‘Alcuin’ : a NewSource of the Catena aurea on John », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 83/1 (2016), p. 3-20. [L’autorité déclarée sous le nom d’« Alcuinus » par Thomas d’Aquin dans la Catena in Io. est en fait « Anselmus » de Laon, dans les Glose super Iohannem, source principale de la Glose ordinaire sur Jean]

Bataillon 1974 : Bataillon (Louis-Jacques), « Les Sermons de Saint Thomas et la Catena aurea », dans St. Thomas Aquinas 1274-1974. Commemorative Studies, t. 1, Toronto, Pontifical institute of mediaeval studies, 1974, p. 67-75 (repris dans La prédication, ici n° 87).

Bataillon 1993 : Bataillon (Louis-Jacques),  « Saint Thomas et les Pères : de la Catena à la Tertia pars », dans Ordo sapientiæ et amoris’, image et message de saint Thomas d’Aquin à travers les récentes études historiques, herméneutiques et doctrinales : hommage au professeur Jean-Pierre Torrell o. p., éd. par Carlos-Josaphat Pinto de Oliveira, o. p., Fribourg (Suisse), éditions universitaires, 1993, p. 15-36.

Bataillon 1994F : Bataillon (Louis-Jacques),   « La diffusione manoscritta e stampata dei commenti biblici di San Tommaso d’Aquino », Angelicum, 71, 1994, p. 579-590.

Berceville 1988 : Berceville (Gilles), L’Expositio continua sur les quatre évangiles de saint Thomas d’Aquin (Catena aurea). Le commentaire de Marc. Etat de la question et projet de recherches, Mémoire de DEA (Diplôme d’études approfondies), dactyl., Université Paris IV, 1988, 47+7 p.

Borgo 2015 : Borgo (Marta), « I sermoni di Tommaso d’Aquino e la Catena aurea : uno status quaestionis alla luce dell’edizione Bataillon », Memorie Domenicane, 46 (2015), p. 553-579.

Combefis 1668 : Combefis (François), Prolusio ad praefationem apolegeticam in P. Nicolai editionem novam Catenae Aurae Divi Thomae ; accedunt ejusdem Combefis discussiones ad prolusionem brevius excussae, Paris, André Cramoisy, 1668. In 8° (olim Bibliothecae Regis D.239)

Combefis 1669 : Combefils,  Discussiones ad Prolusionem brevius excussæ, Paris, 1669.

Conticello 1990 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « San Tommaso ed i Padri: la Catena aurea super Ioannem », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 65 (1990), p. 32-92.

Conticello 1992 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Notes sur les centres médiévaux de connaissance de la patristique grecque avant la composition de la Catena aurea de Thomas d’Aquin (+1274) », Revue de la Société Ernest Renan, 41 (1991-1992), p. 11-26.

Conticello 2004 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Théophylacte de Bulgarie, source de Thomas d’Aquin (Catena aurea in Ioannem) », in : Philomathestatos : Studies in Greek and Byzantine Texts Presented to Jacques Noret for his Sixty-Fifth Birthday, éd. B. Janssens, B. Roosen, P. van Deun, Leuven-Paris-Dudley, MA, Uitgeverij Peeters en Departement Oosterse Studies, 2004, p. 63-75.

Conticello 2020 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission te oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249. [Status quaestionis des connaissances scientifiques publiées jusqu’en 2017. Conticello 2020 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission the oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249 [voir ici Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente] . 

De Rossi 1871 : De Rossi (Bernardo Maria), « Dissertatio quinta de expositione continua, quae appellatur Catena aurea, in quatuor evangelia deque operis pretio, textura et modo », $ in Thomae Aquinatis opera omnia iussu Leonis PP. XIII,  t. 1, Roma, 1882, p. CII[bis=CIII]-CXII.

Dondaine 1952 : Dondaine (Hyacinthe-François), « Les scolastiques citent-ils les Pères de première main ? », RSPT 36 (1952), 231-243.

Dozois 1963 : Dozois (C.), « Sources patristiques chez saint Thomas d’Aquin », Revue de l’université d’Ottawa 33 (1963), 28*-48* ; 145*-167*.

Dozois 1964 : Dozois (C.), « Sources patristiques chez saint Thomas d’Aquin », Revue de l’université d’Ottawa, 34 (1964), 231*-241*.

Dozois 1965 : Dozois (C.), « Sources patristiques chez saint Thomas d’Aquin », Revue de l’université d’Ottawa, 35 (1965), 73*-90*.

Kannengieser2006 : Kannengieser (Charles), Handbook of Patristic Exegesis, Leiden, Brill, 2006 : B, 10, XI: “Catenae: “Chains” of Biblical Interpretation”, p. 978-987.

Kannengieser2016 : Kannengieser (Charles), Commentaries, Catenae, and biblical  tradition: papers from the Ninth Birmingham Colloquium on the Textual Criticism of the New Testament in conjunction with the COMPAUL Project, ed. H.A.G. Houghton, Piscataway, Gorgias Press, 2016.

Mercati 1901 : Mercati (G.), «La versione antica delle omilie 9-25 ‘in Matthaeum’ di S. Giovanni Crisostomo fatta da Aniano», in Note di letteratura biblica e cristiana antica, Roma, 1901 (Studi e testi 5), p. 137-144.

Morard 1987 : Morard (Martin), « La lecture du récit de la tentation par saint Thomas d’Aquin (Catena aurea sur Mt 4, 1-11) », Séminaire du prof. Jean-Pierre Torrell, Université de Fribourg (CH), dactyl., 1987, 54+22 p.

Morard 1997 : Morard (Martin), « Une source de saint Thomas d’Aquin : le deuxième concile de Constantinople (553) », Revue des Sciences philosophiques et théologiques 81 (1997), p. 21-56.

Morard 2005 : Morard (Martin), « Thomas d’Aquin lecteur des conciles », dans ‘Ad un fine fur l’opere sue’ Miscellanea di studi per commemorare i trent’anni di permanenza della Commissione Leonina (OP) nel Collegio di S. Bonaventura (OFM) di Grottaferrata (1973-2003), Archivum franciscanum historicum, t. 98, 2005, p. 211-365.

Morard 2019 : Morard (Martin), « Pour une lecture panoramique de la Bible latine glosée. Le programme Glossae Sacrae Scripturae electronicae », Revue Mabillon, n. s., t. 30 (= t. 91), 2019, p. 209-225.

Morard 2020A : Morard (Martin), « L’Opus imperfectum in Matthaeum, source de la Catena aurea », dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2536.

Nicolai 1668 : Nicolai (Iohannis), [Honoratus a Sancto Gregorio],  In Catenam auream sancti Thomae et p. Nicolai editionem novam apologetica praefatio, Paris, Jacob Greu, 1658.

Nicolai 1668b : Nicolai (Iohannis), In Dissertationem de fictitio S. Thomæ græcismo summaria epistolaris Discussio, [1668 ?] [contre l’opinion de Bertrand Guyard OP qui soutenait que Thomas savais le grec].

Nicolai 1669 : Nicolai (Iohannis), In Catenam auream S. Thomæ opera et studio F. Johannis Nicolairecognitamconfixiones præsumptitiæ, per eumdem recognitorem ex professo refixæ seu verius discussæ frictiones, Paris, 1669.

Quétif-Echard 1719, t. 1, p. 326-330 : Scriptores ordinis praedicatorum, ed. J. Quétif, J. Echard, 2 vol., Paris, 1719.

Van Banning 1982 : Van Banning (J.),  « Saint Thomas et l’Opus imperfectum in Matthaeum », in : San Tommaso nella storia dell pensiero, Atti dell’VIII Congresso Tomistico Internazionale, Studi Tomistici 17 (1982), p. 73-85. [plusieurs affirmations de cet article concernant notamment la « littéralité » des sentences extraites de l’Opus imperfectum sont infirmées par le travail d’analyse critique des sources. Voir apparat de la CAE et notre note sur l’Opus imperfectum (Morard2020) ; sur les p. 74-76 voir les réserves de A. A. Robiglio, La sopravvivenza e la gloria. Appunti sulla formazione della prima scuola tomista (sec. XIV), Bologna, 2008 (Sacra Doctrina. Bibliotheca 53), p. 80-82].

Diffusion, réception et influences

Bataillon 1999 : Bataillon (Louis-Jacques), « Olivi utilisateur de la Catena aurea de Thomas d’Aquin», dans Pierre de Jean Olivi (1248-1298), pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Actes du colloque de Narbonne (mars 1998), éd. Alain Boureau et Sylvain Piron, Paris, Vrin, 1999, p. 115-120.

Hoerner 2008 : Hörner (Petra), Catena aurea deutsch : die ostmitteldeutsche Übersetzung des Katenenkommentars des Thomas von Aquin, Berlin, de Gruyter, 2008.

Vinzent 2012 : Vinzent (Markus), Meister Eckhart, «On the Lord’s Prayer». De oratione Dominica. Introduction, Text, Translation, and Commentary, Leuven, Paris, Walpole (MA), 2012, p. 1-97.

Masnovo 1906 : Masnovo (Amato), « La Catena aurea de s. Thomas d’Aquin et un nouveau codex de 1263 », Revue philosophique de Louvain, 50, 1906, p. 200-205 (à propos des ms. Parma, Biblioteca Palatina, palat. 1, CMT ; propose des reconstitutions textuelles hasardeuses).

Les chaînes avant la Catena

Paul Diacre :  Cyril Smetana, “Paul the Deacon’s Patristic Anthology” in The Old English Homily & its Backgrounds, Ed. Paul E. Szarmach and Bernard F. Huppé.  (Albany, NY: State University of New York Press, 1978), p. 75-97.

Chaîne de Cordier (Io.) : Cordier (Balthazar), Catena patrum graecorum in sanctum Iohannem, Antverpiae, 1630.

Chaîne de Cordier (Lc.) Cordier (Balthazar), Catena sexaginta quinque graecorum Patrum in S. Lucam, quae quatuor simul evangelistarum introducit explicationem, luce ac latinitate donata et ex aliis Patribus tam graecis quam latinis suppleta et annotationibus illustrata, Antverpiae, ex officina Plantiniana B. Moreti, 1628, in-fol., 633 p.

Jacob (André), « La réception de la littérature byzantine dans l’Italie méridionale après la conquête normande. Les exemples de Théophylacte de Bulgarie et de Michel Psellos », in : Histoire et culture dans l’Italie byzantine. Acquis et nouvelles recherches, Rome, 2006.

Lamb (William R. S.), The “Catena in Marcum” : A byzantine anthology of early commentary on Mark, Leiden, Brill, 2012  (Texts and Editions for New Testament Study)

 

 

 

Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin

On trouvera ici quelques indications très sommaires sur les principales versions latines du Psautier en usage au Moyen-Âge.

A. Psautier hébreu
1. Texte pré-massorétique : Qumran
2. Texte massorétique : (1er s. av. J.-C.)
• Edition : Kittel, Stuttgart, 1937.
B. Psautier grec
1. LXX
• Edition A. Rahlfs, Stuttgart.
2. traductions postérieures : Tétraples, Hexaples et Octaples origéniens ou dérivés
a- Théodotion
b – Quinta
c – Aquila
d- Symmaque
3. psautier syro-hexaplaire

Très abondante littérature.
Cf. Masséo Caloz, Etude sur la LXX Origénienne du Psautier : les relations entre les leçons des Psaumes du Ms. Coislin 44, les Fragments des Hexaples et le texte du Psautier Gallican, Fribourg-CH, 1978 (Orbis biblicus et orientalis, 19)
Cf. P. Nautin, Origène, sa vie et son oeuvre, Paris, 1977, p. 453-454.

D. Psautiers latins
0.1 Psautier Romain pré-hiéronimien (perdu)
0.2 Psautier Africain (saint Augustin)

Histoire: CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
Editions :
• BLANCHINUS (I.), Vindiciae Canonicarum Scripturarum, Rome, 1740, p. 1-278 [Vetus latina 300]
• CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
• DOLD (A.), ALLLGEIER (A.), Der Palimpsestpalter im Codex Sangallensis 912 (TAB, I, 22-24), Beuron, 1933 [Vetus latina 304]
• Sinaï, Ste-Catherine, slavon n° 5 (VIIe s. ?)
ALTBAUER (Moshé), Psalterium latinum Hierosolymitanum : Eine frühmittelalterliche lateinische Handschrift (Sin. Ms. n°5), , Wien-Köln-Graz, 1978. [fac. sim., Vetus latina 39]
Le Psautier latin du Sinaï, intr. R. Gryson, éd. André THIBAUT, Freiburg (D), 2010 (Aus der Geschichte der lateinischen Bibel, Vetus latina, 39) [Vetus latina #460).

1. Psautiers hiéronimiens

1.1 traductions faites sur le grec

[1.1.1 Psautier Romain hiéronimien] :

révision du psautier romain en usage à Rome au IVe s. par Jérôme sur le grec de la LXX =>

• Edition : voir 1.1.2 et 2.1.d-
Jérôme était lui-même insatisfait de ce travail qu’il mentionne dans sa préface du Psautier iuxta LXX, et le qualifie de rapide. Rien ne permet d’avoir l’assurance qu’il a effectivement servi à corriger le psautier en usage à Rome connu sous le nom de Psautier Romain. Le texte original en est pour le moins perdu. Plus exactement, il n’a survécu qu’au travers de la seconde révision effectuée par Jérôme, savante et munie de signes critiques, connue sous le nom de Psautier iuxta Septuaginta.

1.1.2. Psalterium iuxta Septuaginta / d’après le grec des Hexaples / dit Psautier gallican (entre 389-392) :

version définitive de la révision du Psautier Romain sur la LXX

• Editio maior: Liber Psalmorum ex recensione sancti Hieronymi cum præfationibus et epistula ad Sunniam et Fretelam, in Biblia sacra iuxta latinam vulgatam… cura monachorum abbatiae Sancti Hieronymi in Urbe, t. 10, Romæ, Typis Polyglottis Vaticanis, 1953. [attention : le texte édité n’est pas le reflet de la réception majoritaire du texte hiéronymien, mais une reconstitution de l’archétype supposé de celui-ci. Toujours se reporter au détail des leçons indiquées en apparat]
• Editio minor: Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem, Robert WEBER, Roger GRYSON ed. cum B. FISCHER; H.I. FREDE, Iohanne GRIBOMONT, H. F. D. SPARKS, W. THIELKE, Deutsche Bibelgesellschaft, 4e éd., Stuttgart, 1969-1994, p. 767-955.
Cf. FISCHER (B.), dans : Der Stuttgarter Bilderpsalter Bibl. Fol. 23Würtembergische Landesbibliothek Stuttgart. II. Untersuchungen, Stuttgart, 1968, p. 223-288 [Vetus latina 422]

1.2 Psalterium iuxta hebreos (391-392)

Cette version savante n’a jamais été utilisée pour le culte public ou la récitation privée.
• Edition : HIERONYMI (Sancti), Psalterium iuxta hebræos, Dom HENRI DE STE-MARIE ed., Rome, Abbaye de St-Jérôme – Città del Vaticano, 1954 (CBL 11).

2. Psautiers « Vieux latins »

On qualifie par principe de ‘vieilles latines’ les versions de la Bible latine antérieure aux traductions de saint Jérôme. Elles correspondent pour la plupart, en ce qui concerne le Psautier, aux versions liturgiques établies dans les principaux centres chrétiens de l’Empire (évêchés) au moment où les communautés locales ont adopté le latin (langue véhiculaire) à la place du grec pour la célébration du culte public.

2.1. Psautiers Italiens / Vetus italica / Itala

a- Psautier de Vérone (VIe- VIIe s.) = Psautier duplex (PsLXX-latin) : Verona, Capitolo, cod. 1)

b- Psautier de Saint-Germain (VIe s.) : Psautier simplex, Paris, BnF lat. 11947 (Sabatier, Vetus latina italica, t. 2)

c- Psautier Milanais ou Ambrosien (~ 10 mss.)
• Breviarium Ambrosianum, Milan, 1857, 4 vol.
• Magistretti (M.), Manuale Ambrosianum ex codice saec. XI. Pars prima. Psalterium et Kalendarium, Milan, 1905 [Vetus latina 400-402]

d- Psautier Romain post hiéronimien
Version dont l’usage s’est prolongé à Rome jusqu’au 20e siècle, dans les îles britanniques jusqu’au 12e siècle, en Italie parfois jusqu’au concile de Trente (cartographie chronologique plus précise en préparation. Plusieurs versions peuvent être en usage simultanément dans la même région (ainsi à Rome le Psautier gallican est utilisé à la Curie, alors que les basiliques romains célèbrent la liturgie des Heures avec le Psautier romain)

• Edition a, b, c, d, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).

f- Psautier de Rufin d’Aquilée (345-411, reconstitution)
Edition : MERLO (Francisca) GRIBOMONT (J.), Il Salterio di Rufino, Rome, 1972 (CBL, 14)
g- Psautiers erudits
• 1. Edition : Liber Psalmorum iuxta antiquissimam latinam versionem nunc primum ex Casinensi cod. 557, D. Ambrosio AMELLI ed., Romæ-Ratisbonæ-Neo-Eboraci, 1912 (CBL 1) [Vetus latina 136].
• 2-3 Cf. versions hiéronimiennes

2.2 Psautiers Germano-Francs
a- Psautier lyonnais (V-VIe s.) : Hybride Ps-R/Ps-G
b- Psautier de Corbie (VIIIe s.) : Psautier triplex (Ps-H, Ps-G) : St-Petersbourg, F. v. I. n. 5
• Edition a, b, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
2.3 Psautier Mozarabe ou Vetus Hispana ou wisigothiques…
• Editions : – Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
témoin principal : Bible de la Cava :
– [forme A Vetus latina 189, 2e colonne] [Vetus latina Hispana, t. 5, 1-3.]
Origen, dependencia, derivaciones, valor e influjo universal, reconstruccion, sistematizacio, analisis de sus diversos elementos, coordinacion yedicion critica de su texto. Estudio comparativo con los demas elementos de la ‘Vetus latina’, los padres y escritores eclesiasticos, los textos griegos y la vulgata, t. 5, 1 à 3 : El Salterio, Teofilo AYUSO MARAZUELA, éd., Madrid, 1962.
– [forme B Vetus latina 189]
• Teofilo AYUSO Marazuela, Psalterium visigothicum-mozarabicum (Biblia Polyglotta Matritensia, VII. Vetus latina, 21), Madrid, 1957.
Cf. Brou (Louis), «Le Psautier liturgique wisigothique et les éditions critiques des psautiers latins», Hispania Sacra 8 (1955), p. 337-360.

2.4 Psautiers celtiques

Voir les travaux de Martin Mc-Namara

2.5 Psautiers anglo-normands
a- PSAUTIER DIT ‘D’AUGUSTIN DE CANTERBURY’ (+ 604) : ms. daté entre 720 et 740
• Editions. : WRIGHT (D. H.), CAMPELL (A.), The Vespasian Psalter, British Museum Cotton Vespasian A.I., Copenhagen, 1967.

3. Psautiers duplex, triplex, quadruplex et polyglottes:
a- Salomon III de St-Gall (909)

4. Correctoires des Psaumes
Longue tradition de notes critiques relatives à la correction du texte du Psautier latin dérivée de la lettre de Jérôme à Sunnia et Fretela
a – Jérôme, Lettre à Sunnia et Fretela (Editio maior, t. 10)
b – Florus et le Psautier :

la lettre à Eldrade de Novalèse (voir P.-M. Bogaert, Revue bénédictine, et note de lecture sur Sacra Pagina ; voir aussi les travaux en cours de Pierre Chambert Protat)
c –Sedulius Scot
Epistula de psalterio in linguam latinam transferendo, MGH Epp., 6 (E. Dümmler, 1925), p. 202-205 (travaux en cours de Marie-Noëlle Diverchy)

d – Nicolas Maniacoria
c- correctoires des 12e et 13e siècles (travaux en cours de Martin Morard)

5. Psautier médio-latin
• Edition en cours de publication sur le site Gloss-e.irht.cnrs.fr
L’édition critique de la Vulgate procure une reconstitution du texte hiéronymien assez éloignée des versions en usage entre le 9e siècle et le concile de Trente. De nombreuses leçons retenues, pour de bonnes raisons critiques, ne sont attestées par un ou deux témoins alors que les plus fréquemment reçues sont rejetées en apparat. Le texte biblique qui accompagne l’édition électronique de la Glose ordinaire restitue les leçons majoritaires en circulation et indique en apparat les leçons issues de collations de psautiers latin de référence (psautiers « prototype » des liturgies cisterciennes et dominicaines, témoins du texte de la bible parisienne, etc., leçons des correctoires bibliques parisiens du 13e siècle, etc. )

Citer ce billet : Martin Morard, "Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1231, version du 05/12/2021.

François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, 2006

  • François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, Revue Bénédictine, 116 (2006)Note portant 1° sur une nouveau témoin fragmentaire d’Isaïe vieux latin (péricope liturgique discontinue dans un feuillet de garde du Xe s.) et 2° sur l’identification de citations bibliques non évidentes (Prov. 3, 32; 16, 5) dans des textes patristiques latins, grâce à la rétroconversion à partir du grec de la Septante. Par ce second point, l’article rappelle le problème posé aux éditeurs par l’existence de citations bibliques non identifiées ou assimilées à de simples allusions parce que leur teneur littérale ne correspond pas à celle du texte hiéronymien ou du texte vulgate des éditions et concordances. Il est nécessaire de chercher à identifier par rétroconversion à partir de la Septante les sources de citations de tonalité biblique qui s’écartent de la lettre des éditions critiques et de leurs apparats. Ainsi, lorsque les recherches dans les bases textuelles informatisées permettent de constituer des séries de clausules similaires qui résistent au processus d’identification classique, il convient de chercher les références aux occurrences des mots les plus stables à partir de concordances latines et grecques de manière à repérer la source biblique des passages concernés. “Une série de parallèles non référencés et affectés de menues variantes trahit souvent la présence d’un emprunt scripturaire.” (p. 294).

    [J’ajoute pour avoir rencontré ce mécanisme dans l’exégèse des 12e et 13e siècle ; la rétroconversion à partir de l’hébreux doit aussi être tentée. Dans les commentaires bibliques le même phénomène permet d’identifier les réemplois de sources scolaires ou de commentaires préexistants.]

Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, 2005

  • Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, dir. Paolo Cherubini, praef. Carlo Maria Martini – Alessandro Pratesi, Città del Vaticano, Scuola vaticana di paleografia, diplomatica e archivistica, 2005, (Littera antiqua 13).
Table des matières :
prefazione : Carlo M. card. Martini
introduzione : Alessandro Pratesi
Edoardo Crisci, « I più antichi manoscritti greci della bibbia. fattori materiali, bibliologici, grafici »
Paolo Radiciotti, « Le sacre scritture nel mondo tardoantico grecolatino »
Michelle P. Brown, « Predicando con la penna: il contributo insulare alla trasmissione dei testi sacri dal vi al ix secolo »
Paolo Cherubini, « Le bibbie spagnole in visigotica »
Massimiliano Bassetti, « Le bibbie imperiali d’età carolingia ed ottoniana »
Jean Vezin, « I libri dei salmi e dei vangeli durante l’alto medioevo »
Virginia Brown, « I libri della bibbia nell’italia meridionale longobarda »
Francesco D’Aiuto, « Il libro dei vangeli fra bisanzio e l’oriente: riflessioni per l’età mediobizantina »
Emma Condello, « La bibbia al tempo della riforma gregoriana: le bibbie atlantiche »
Matthias M. Tischler, « Dal Bec a San Vittore: l’aspetto delle bibbie ‘neomonastiche’ e ‘vittorine’ »
Sabina Magrini, « La bibbia all’università (secoli xii-xiv): la ‘bible de paris’ e la sua influenza sulla produzione scritturale coeva »
Guy Lobrichon, « Le bibbie ad immagini, secoli xii-xv »
Antonio Manfredi, « Manoscritti biblici nelle biblioteche umanistiche tra firenze e roma. una prima ricognizione »
Tavole
Indici
i. Tavole
ii. Fonti manoscritte
iii. Nomi di persona e di luogo

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik”, 2007

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik (ms. Dubrovnik, Dominikanski Samostan, 58 sub vitro)”, Segno e testo 5 (2007) 341-393.

Etude de cas qui rattache chronologiquement et textuellement cette bible atlante au groupe de la bible de Genève, bibl. publ. et universitaire, lat. 1 ; Admont, Stiftsbibl. C-D ; San Daniele del Friuli Bibl. Guarneriana, I-II.

Larson (Atria A.), “The Influence of the School of Laon on Gratian : The Usage of the Glossa ordinaria and Anselmian Sententiae in De Penitentia (Decretum C. 33 q. 3)”, Medieval Studies, 72 (2010), p. 197-244.

Larson (Atria A.), “The Influence of the School of Laon on Gratian : The Usage of the Glossa ordinaria and Anselmian Sententiae in De Penitentia (Decretum C. 33 q. 3)”, Medieval Studies, 72 (2010), p. 197-244.

L’auteur part du rappel des acquis d’une étude antérieure [id., “The Evolution of Gratian’s tractatus de penitentia”, Bulletin of Medieval Canon Law, 26 (2004-2006), p. 59-123] qui montre que Gratien a composé son traité De penitentia non comme une collection canonique, mais comme un traité théologique “classique”, avant de l’intégrer dans le Décret, initialement sous la forme d’un traité continu. La division en canons et dicta adoptée par les manuscrits tardifs et les éditions du Décret (par ex. Friedberg) n’est pas primitive. La forme de ce traité s’apparente donc à celle des recueils de sentences du nord de la France, bien qu’il soit plus “sophistiqué”.

Fort de cette observation, Larson estime que l’Ecole d’Anselme de Laon est la seule à expliquer cet état de fait et cette méthode et il cherche à démontrer que le traitement de la pénitence par Gratien doit aux sentences anselmiennes sa principale source d’influence. Il estime ainsi trouver le maillon manquant du réseau d’influence exercées sur Gratien que Landau avait mis à jour [Peter Landau, “Gratian und di Sententiae Magistri A.”, dans Aus Archiven und Bibliotheken : Festschrift für Raymund Kottje zum 65. Geburtstag, Hubert Mordek, Frankfurt-am-Main, 1992]. Il conclut que Gratien doit être considéré comme un membre de l’École de Laon et un disciple d’Anselme (p. 244).
L’article est divisé en trois chapitres :
Historiographical Background Linking Gratian to Anselm of Laon
Gratian’s De Penitentia and the Glossa ordinaria on the Bible
Gratian’s De Penitentia and the Sententiae from the School of Laon
Il faut saluer l’intérêt de cette étude tout en regrettant qu’elle n’ait pu tenir compte des acquis de la thèse de Cédric Giraud,  Per Verba Magistri, Anselme de Laon et son école au XIIe siècleBrepols, 2010 consacrée à l’Ecole de Laon, avec une attention toute particulière à la problématique des recueils de sentences qui s’en réclament, notamment les Sententiae Magistri A.
L’auteur ne renouvelle pas l’analyse des sentences anselmiennes proprement dites ; toute son approche s’appuie sur une littérature déjà ancienne, principalement Marcia Colish et Dom Lottin dont Cédric Giraud a pourtant profondément renouvelé la lecture.
Concernant la Glose de Laon, l’étude renforce l’idée d’une première diffusion de certains livres de celle-ci dès les premières décennies du XIIe siècle, bien avant la copie des manuscrits les plus anciens parvenus jusqu’à nous. Contrairement à ce que dit l’auteur, la thèse de Theresa Gross-Diaz sur l’antériorité de la Glosa media sur la Parva, mais postérieure à un commentaire anselmien perdu est loin de faire l’unanimité. Nos recherches philologiques en cours sur la Parva tendent pour l’instant à prouver le contraire.  : “On the basis of Theresa Gross-Diaz […] it is now widely believed (though not universally accepted) that the parva glosatura postdated the media glosatura because the parva glosatura appears to be a reworking of an earlier, nonextant commentary and/or gloss on the Psalms by Anselm of Laon combined with material from Gilbert’s own gloss (the so-called media glosatura).” (p. 208 n. 30).
A mon sens l’auteur ne fait pas la distinction entre les versions primitives et le texte standardisé postérieure à Gilbert ou édité par lui.
Quoiqu’il en soit, son étude vise à contourner l’absence de rapprochements littéraux entre les textes laonnois (ou prétendument tels) et Gratien en se fondant sur des rapprochements idéologiques et méthodologiques pour conclure à une antériorité de la Glose par rapport à Gratien et donc à Gilbert de la Porrée. La conclusion est probable, mais elle est insuffisamment démontrée. Tout cela suppose évidemment qu’il faille bien dater Gratien des années 1120 et que les Sententiae Anselmi soient bien antérieures à cette date, ce qui est loin d’être prouvé (cf. C. Giraud, op. cit.).

Morard (Martin), « Daniel de Lérins et le Psautier glosé: un regard inédit sur la Glose à à la fin du xie siècle », Revue bénédictine, 121 (2011), p. 393-445.

Dans le dernier quart du xie siècle, avant 1102, Daniel, moine laïc de l’abbaye de Lérins (France) écrivit, à la demande de son abbé et pour sa communauté, un commentaire du Psautier dont l’unique manuscrit est aujourd’hui perdu. Son épître dédicatoire adressée à Eldebert, abbé de Lérins, a néanmoins survécu grâce à la copie qu’en prit dom Claude Estiennot en 1681. Transmise à Mabillon, qui se contenta de la signaler, elle est éditée ici pour la première fois. Son texte décrit les difficultés suscitées auprès de certains moines par la lecture du Psautier, glosé « en marges et en interlignes » ; pour y surseoir, l’abbé commanda à Daniel un commentaire rédigé, composé des sentences de la Glose assemblées. Cette lettre offre un point de référence, surprenant à plus d’un titre, qui aide à mettre en perspective l’histoire et le succès que rencontra la Glose de Laon. Le style et la structure du document sont mis en perspective grâce à l’édition de l’épître dédicatoire d’un autre commentaire des Psaumes, quasi contemporain, originaire d’Italie septentrionale (Assisi, Sacro Convento, 83).

Dolbeau (François), « L’association du Cantique des Cantiques et de l’Apocalypse, en Occident, dans les inventaires et manuscrits médiévaux »

Dolbeau (François), « L’association du Cantique des Cantiques et de l’Apocalypse, en Occident, dans les inventaires et manuscrits médiévaux », dans L’Apocalisse nel Medioevo. Atti del Convegno Internazionale dell’Università degli Studi di Milano e della Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino (S.I.S.M.E.L.), Gargnano sul Garda, 18-20 maggio 2009, Firenze, 2011, p. 361-402.

Cette étude analyse de façon magistrale l’association codicologique de l’Apocalypse et du Cantique des cantiques comme simples livres bibliques (27 cas), sous forme de livres glosés (36 cas), sous forme de commentaires exégétiques (35 cas), ou encore par simple proximité immédiate de cote et de rangement dans les bibliothèques médiévales (36 cas). à partir des catalogues anciens de bibliothèques, des manuscrits conservés et de l’histoire de l’exégèse. L’ensemble de ces séries mets en évidence l’apparition du phénomène à la fin du XIe siècle (déjà attesté, mais plus rarement, dès la période carolingienne), son lien étroit avec la technique de la glose, sa très grande fréquence au XIIe siècle,  et sa très grande dispersion géographique, mais à partir de deux foyers : l’Italie et la France du Nord. Ces observations sont confrontées à l’analyse de 34 manuscrits subsistants de commentaires anonymes et à un nombre considérable de manuscrits de commentaires anonymes. L’étude pousse jusqu’au seuil de l’édition imprimée.

Les causes évoquées peuvent être internes ou externes :
– facteurs internes : il y aurait un lien intrinsèque entre les deux livres que l’auteur peine à expliciter à partir de la lecture des préfaces des commentaires, ainsi que du point de vue allégorique et théologique. Le fait que le Cantique et l’Apocalypse soient respectivement, pour l’Ancien et le Nouveau Testament, les livres que les médiévaux considéraient comme les plus difficiles et les plus propres à faire l’objet d’une interprétation allégorique expliquerait et leur place dans le cursus d’enseignement et leur association. « Les deux livres se rejoignent donc par leur difficulté et la nécessité d’être interprétés au sens allégorique » (p. 394).
– facteurs externes :
·         petite taille des deux livres qui se prête à leur association sous une reliure commune. L’argument est insuffisant car d’autres livres se prêtent, matériellement à une telle association.
·          influence de la Glose de Laon, Anselme et Raoul pouvant être les auteurs de la Glose de ces deux livres diffusés ensemble et influençant de ce fait la diffusion et la réception de ces deux livres.
·         alors qu’on ne constate aucune proximité liturgique entre les deux livres, le renouvellement des pratiques scolaires dans le sillage de la réforme grégorienne aurait conduit à une lecture intensive du Psautier, de saint Paul, du Cantique et de l’Apocalypse, justifiant matériellement l’association de la paire Cantique Apocalypse.
L’auteur conclut en constatant que cette explication est probablement trop simple et appelle des approfondissement.
D’un point de vue méthodologique, cette étude est un modèle pour quiconque voudrait se lancer dans l’histoire de la réception médiévale du texte de la Bible à partir des documents codicologiques et bibliothéconomiques.  Elle laisse grande ouverte le champ des interprétations. En effet, quels qu’en soient les auteurs, la Glose de Laon n’est pas un phénomène totalement original ; elle est elle-même la cristallisation de phénomènes culturels ambiants qu’elle a contribué à diffuser et à pérenniser dans le contexte des écoles. Elle n’a donc pu fonctionner que comme le vecteur ou la chambre d’écho d’un phénomène plus profond et plus puissant. De même l’hypothèse d’une place privilégiée du Cantique et de l’Apocalypse dans un prétendu cursus scolaire appelle beaucoup de précaution. Il n’existe aux XIIe et XIIIe siècle aucun programme des études bibliques. Sans doute Hugues de Saint-Victor et quelques autres proposent-ils différents ordres de lecture des livres de la Bible et un échelonnement de leur lecture en fonction de la lettre, de l’histoire ou de l’allégorie, mais rien, ou presque, en dehors de l’observation quantitative des faits bruts, ne correspond à un programme des études bibliques qui répondrait à une sorte de canon.  Sans prétendre apporter de réponse, je me contenterai d’une observation et de deux pistes de recherche complémentaires non évoquées par l’auteur bien que très proches des « possibles » qu’il a examinés :
1.       Le Cantique et l’Apocalypse sont aussi souvent associés séparément l’un de l’autre à d’autres livres bibliques : Cantique avec Job, Job avec l’Apocalypse, ou encore Job, Actes, Epîtres catholiques, Apocalypse. Dans l’absolu, l’association étudiée par Fr. Dolbeau est d’autant plus remarquable que le Cantique est beaucoup plus lu et commenté au XIIe siècle que l’Apocalypse.
2.       C’est un fait que l’on observe au Moyen Âge plusieurs paires de livres bibliques qui toutes font alterner un livre de l’Ancien et un livre du Nouveau Testament en contrevenant à l’ordre canonique : le Psautier et saint Paul, le Cantique et l’Apocalypse. Il en existe probablement d’autres, moins fréquentes, qu’il vaudrait la peine de recherche. Une étude exhaustive des « associations non canoniques de livres bibliques », en particulier celles qui attestent une lecture « en miroir » de l’Ancien et du Nouveau Testament, apporterait sans doute beaucoup.
3.       Concernant les liens intrinsèques éventuels qui permettraient d’expliquer l’association entre Cantique et Apocalypse, il y en a un, allégorique, que François Dolbeau n’a pas évoqué malgré son évidence, sans doute parce qu’il est si profond qu’il n’est pas explicité dans les préfaces des commentaires. Le thème allégorique de l’Apocalypse comme du Cantique, bien avant la marialisation de leur exégèse, est en effet l’Eglise dans sa double dimension sponsale (Cantique) et eschatologique (Apocalypse). Le Cantique développe le chant du rapport mystique de l’Eglise et du Christ, tête et corps, mais aussi Epoux et Epouse, tandis que l’Apocalypse inscrit cette relation dans le déploiement du temps du salut, et non pas seulement, comme on le croit à tort, par rapport aux fins dernières. La lecture ecclésiologique du Cantique est si évidente qu’il est inutile de chercher ici à l’expliciter. Qu’il suffise de se reporter aux première ligne du commentaire de saint Ambroise. La lecture ecclésiologique de l’Apocalypse n’est pas moins évidente. Il suffit pour s’en convaincre de croiser dans un moteur de recherche les occurrences de Ecclesia (mot du texte) et d’  « Apocalys* » ou de « Cantic* » (mot du titre). C’est là, pensons-nous, le trait d’union profond, théologique, profondément ancré dans la tradition patristique, qui explique l’association de ces deux livres sous l’aiguille des relieurs jusque sur les rayons des bibliothèques.
Citer ce billet : Martin Morard, "Dolbeau (François), « L’association du Cantique des Cantiques et de l’Apocalypse, en Occident, dans les inventaires et manuscrits médiévaux »", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1162, version du 05/12/2021.

Petite bibliographie de la Bible glosée

pour disposer des liens actifs ouvrir ce fichier en cliquant ici : Petite Bibliographie de la Bible glosée

Mise à jour le 8.10.2021

Citer ce billet : Martin Morard, "Petite bibliographie de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1140, version du 05/12/2021.

Principales références bibliographiques concernant la Glose ordinaire de la Bible.

A paraître :

Jenny Kostoff-Kaard, Glossa in Ecclesiastes. Critical edition of an early version of the Glossa, Toronto  Pontifical Institute of Mediaeval Studies: PIMS

Pour naviger aisément dans ce fichier : ouvrir le volet de navigation du fichier joint.

Classement thématique (voir références complètes en fin de page)

Généralités / Generalities

Buc 1994

Smalley 1935-1936.

Smalley 1937.

Smalley 1940, 1952, 1964, 1983.

Landgraf 1973, p. 72-74.

Bertola 1978.

Lobrichon 1984 : Présentation du phénomène historique du développement des Gloses de la Bible.

Gibson 1992a.

Gibson 1992b.

Lobrichon 1997, 1998.

Morard 2019.

Smith 2009

Smith 2016, p. 100-105.

Swanson 2001 : Synthèse de seconde main à l’égard de laquelle la plus grande réserve s’impose.

Glossae praeviae / glose “périmées”

Giraud 2012

Macaluso 2011

Morard 2011

Smalley 1961

Biblical text of the Glossa

Gibson 1992a, p. X [quelques lignes fondamentales]

Lobrichon 2004, spécialement p. 26-29.

Textes et éditions / Text and Editions (work in progress)

Glossa (Biblia) 1472 : un exemplaire signalé dans Bibliotheca Thuana, Paris, 1679, t. 1, p. 16, d’après Histoire littéraire de la France, t. 5, p. 62.

Glossa (Biblia) 1480-1992 : Strasbourg, Adolph Rusch, 4 vol. facsim. Brepols 1992. Voir Glossa (Biblia) 2016

Glossa (Biblia) 1493 : Nuremberg, Antoine Kobergers, six volumes in folio.

Glossa (Biblia) 1495 : Venetiis, Paganinus de Paganinis, six volumes in folio.

Glossa (Biblia) 1496 : Nuremberg, Antoine Kobergers, six volumes in folio.

Glossa (Biblia) 1498 : Basileae, Iohannes Froben, quatre volumes in folio.

Glossa (Biblia) 1500 : Basileae (?), sept volumes in folio

Glossa (Biblia) 1502 : Basileae, Iohannes Froben, Iohann Petri, Iohannes Amerbach, six volumes (?) in folio [Le Long 1723, p. 610].

Glossa (Biblia) 1506 : Basileae, Froben, quatre (?) volumes in folio.

Glossa (Biblia) 1508 : Basileae, Iohannes Froben, Iohann Petri, sept volumes in fol. [Le Long 1723, p. 610].

Glossa (Biblia) 1520 : Lugduni, Jacques Mareschal

Glossa (Biblia) 1524 : Parisiis, huit volumes [Le Long 1723, p. 610].

Glossa (Biblia) 1528-1529 : Lugdugni, éd. Fr. Conrade Leontorius de Brabant, Jacques Mareschal, six volumes (t. 6 : 1529) [cf. Le Long 1723, p. 610].

Glossa (Biblia)1539 : [Le Long 1723, p. 610].

Glossa (Biblia) 1545 : Lugdugni, éd. Fr. Conrade Leontorius de Brabant, Gaspar Trechsel, six volumes [Le Long 1723, p. 610].

Glossa (Biblia) 1588 :Venetiis, [imprimeur anonyme / no printer given], quatre volumes in folio [Le Long 1723, p. 610].

Glossa (Biblia) 1590 : Parisiis-Lugdugni, éd. François Feuardent, Jean Dadré et Jacques de Cuilli ; impr. Lyon, Jean-Baptiste Regnauld, six volumes.

Glossa (Biblia) 1603 :
Bibliorum sacrorum cum glossa ordinaria iam ante quidem a Strabo Fulgensi collecta ; nunc autem novis, cum Graecorum, tum Latinorum patrum expositionibus locupletata; annotatis etiam iis, quæ confuse antea citabantur, locis et postilla Nicolai Lyrani, additionibus Pauli Burgensis ad ipsum Lyranum, ac ad easdem Matthiæ Toringi replicis, per fratrem Franciscum Feuardentium Ordinis Minorum, Ioannem Dadræum, & Jacobum Cuilly, doctores theologos Parisienses, Venetiis, 6 vol., 1603 [Texte de la Glose ordinaire interpolé et complété, associé aux Postilles de Nicolas de Lyre].

Glossa (Biblia) 1617 : Douais-Anvers, éd. Leander de Sancto Martino, Jean Gallemart, impr. B. Bellerus, J. Keerbergius, six volumes [Histoire littéraire de la France, t. 5, p. 62]
Biblia sacra cum glossa ordinaria primum quidem a Strabo Fuldensi monacho benedictino collecta ; nunc vero novis Patrum Graecorum, tum Latinorum explicationibus locupletata, Postilla Nicolai Lirani Franciscani necnon additionibus Pauli Burgensis episcopi et Matthiæ Thoringi replicis, opera et studio theologorum Duacensium, Antverpiae, Apud Ioannem Keerbergium, 6 vol., 1617 [Texte de la Glose ordinaire interpolé et complété, associé aux Postilles de Nicolas de Lyre].

Glossa (Biblia) 1634 : Anvers, éd. Leander de Sancto Martino, impr. Ioannes Meursius ; six volumes in folio
[Bibliotheca Telleriana, p. 2. 2 > Histoire littéraire de la France, t. 5, p. 62. Nota : M. Cahill, «The Identification of the First Markan Commentary», RBi 101 (1994), 258‎–‎268, p. 266-267 signale que des extraits de la mauvaise traduction latine de la chaîne de Victor d’Antioche sur Marc [CPG 125.2] ont été introduit sans signalement dans cette édition de la Glose ordinaire].

Glossa (Biblia) 1852 : Paris, Jean-Paul Migne, Patrologia latina, t. 113-114.

Glossa (Biblia) 2016 : Martin Morard (ed.), Fabio Gibiino et alii, Biblia latina cum Glossa ordinaria [ed. A. Rusch, Strasbourg, 1481, correcta et emendata] , dans Martin Morard (ed.), Glossae Sacrae Scripturae electronicae, Paris, CNRS-IRHT, 2016-2017 [édition scientifique interrogeable en mode texte à l’adresse http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php ; disponibles au 1 janvier 2018 : préfaces, Ruth, 1-4Rg., 1-2 Par.,, 1-4 Esr., Tob. Iud., Est., Iob., Ps., Prv., Qo., Sap., Ct., Sir., Ion., Bar., XIIProph., 1-2Mcc., Novum Testamentum]

Glossa (Ct) Dove, texte revu et corrigé M. Morard 2017 : édition électronique de la Glose ordinaire

Glossa (Lm.) Andrée 2005.

Glose ordinaire en anglais : http://www.credobiblestudy.com/ : site à caractère confessionnel proposant la mise en ligne (encore partielle) de la Bible latine et d’une version de la Glose dont la source n’est pas précisée.  Avec moteur de recherche permettant des  recherches par référence biblique et des recherches plein  texte, seulement en anglais pour l’instant.  N’indique ni la version de la Glose ordinaire ni celle du texte de la Bible transcrits.

The Glossa and the schools

Giraud 2010

Giraud 2011

Giraud 2012

Larson 2010

Merlette 1975

The Making of the Glossa (Manuscripts and Printed Editions)

Histoire littéraire de la France, t. 5, p. 62 : [indication des principales éditions imprimées et de bibliothèques qui les possédaient. En voici la transcription intégrale : « Son principal et plus fameux ouvrage est la glose ordinaire, c’est-à-dire, de très-courtes notes sur tout le texte de la Bible. Strabon les tira particulièrement des commentaires de Raban son Maître, qui avoient paru alors, à quoi il joignit diverses choses qu’il prit d’ailleurs. Cet ouvrage qui doit son origine à Strabon, fut ensuite retouche et augmenté par plusieurs autres écrivains, nommément Anselme de Laon et Nicolas de Lire, qui y firent entrer ce qu’ils avoient trouvé de plus propre à leur dessein, dans les écrits des Pères et des interprètes de l’Ecriture. Il n’y a point eu d’explication du texte sacré plus célèbre pendant plus de six cents ans. Nos Pères, remarque un grand homme de notre temps en parlant de cette glose, en ont fait état; et nous ne devons pas la mépriser. Mais qui s’en contente, est facile à contenter. Elle est un des premiers écrits de l’antiquité qui ont été mis sous la presse, depuis l’invention du secret de l’imprimerie. Dès 1472 elle fut imprimée à Rome en sept tomes in-fol. [Bibl. Thua.t.1.p. 16] et l’on n’en trouve point d’édition plus ancienne, à moins que celle qu’on voïoit dans la bibliothèque de M. de Thou [p. 3], en 4 volumes fol. sans date, revue et corrigée de la propre main de Guillaume Budé ou que celle en 3 volumes, aussi sans date et sans non de lieu et d’imprimeur dont parle le Père Le Long, [Bibliotheca sacra, t. 2, p. 1010] ne soient antérieures. On réimprima la glose ordinaire à Nuremberg chés Antoine Kobergers en 1493 et 1496, en six volumes folio. L’année précédente 1495 il y en eut une autre édition à Venise en même volumes ensuite à Basle chés Froben les années 1498, 1502 et 1506, en six et quatre volumes fol. Le P. le Long en marque encore deux autres éditions en 7 vol. faites les années 1500 et 1508, et une de Paris de l’année 1524 en huit vol. En 1528 Fr. Conrade Leontorius de Brabant fit remettre l’ouvrage sous la presse à Lyon chés Jacques Mareschal; et il en sortit en six volumes, dont le dernier ne fut fini qu’en 1529. D’autres Libraires de la même ville le réimprimèrent encore en même forme, les années 1545 et 1589. Cette dernière édition fut dirigée par François Feuardent, Jean Dadré et Jean de Cuilli. En 1588, il en parut une autre édition à Venise en 4 vol. fol. Les Docteurs de Douai prirent ensuite soin d’en publier une nouvelle édition à Douai même en six volumes fol. l’an 1617, chés Bélier et Keerberg. Enfin on donna une autre édition à Anvers, qui est des plus belles. Elle y parut l’an 1634 en même forme que la précédente [Bibliotheca Telleriana, p. 2. 2].

Histoire littéraire de la France, t. 10 , p. 180-182 : [L’étude à laquelle Anselme s’est principalement appliqué est celle de l’Écriture sainte, qui fut le sujet le plus ordinaire des leçons qu’il donna, ‘Hic fere per totam vitam Lauduni sacras litteras docuit’, et des Écrits qu’il composa. Nous avons déjà  remarqué que plusieurs années avant sa mort , il avoit entrepris des commentaires sur la plupart des livres de l’ancien et du nouveau testament, et qu’il y travailloit avec assiduité, lorsque la mort l’enleva. Voici le dénombrement qu’en a fait le père le Long :

« Une glose interlinéaire sur tout l’ancien et le nouveau Testament, avec la glose ordinaire; imprimées à  Basle in- fol. en 1502 et 1508, et ailleurs 1524, 1528, 1539, 1545, 1588, 1617, 1634.

Commentaire sur le Psautier.

Commentaire sur le Cantique des Cantiques.

Explication de plusieurs endroits des Evangiles.

Commentaire sur saint Mathieu, in-8°, à  Anvers, en 1654. Commentaires sur les Epîtres de saint Paul et sur l’Apocalypse, sous le nom de saint Anselme de Cantorberi. La glose interlinéaire d’Anselme sur l’Écriture, et la marginale de Valafride Strabon qu’il avoit revue et augmentée considérablement, ont ÉtÉ regardÉes dans l’Église comme un ouvrage utile et même nécessaire pour bien entendre l’Écriture sainte. Anselme y explique le texte sacré par des notes courtes et tirées avec beaucoup de discernement des écrits des saints Pères. On y remarque l’exactitude et l’érudition : Multa breviter et quasi punctim, dit Possevin, sed docte et accurate attingit. ‘ M. le Beuf parlant de cette glose interlinéaire, semble regarder comme une chose indécise, qui en est le véritable auteur. « Les uns, dit-il l’attribuent à  Anselme de Laon, d’autres à  Gilbert diacre d’Auxerre. Cependant la chose paroît décidée en faveur d’Anselme, par le témoignage unanime ou presque unanime des auteurs anciens et modernes, qui lui ‘donnent la glose intérimaire. Je ne sçais même si on en trouveroit quelqu’un qui l’attribue bien clairement à  Gilbert diacre d’Auxerre. Car s’il en est qui fassent Gilbert auteur de quelques gloses , ce n’est point Gilbert diacre d’Auxerre, mais Gilbert de la Porrée qu’ils entendent. Ces méprises viennent de ce que les auteurs qui ont écrit sur l’Écriture après Anselme de Laon, se sont beaucoup servi de sa glose, qui a été pour eux comme une espèce de cannevas sur lequel ils ont travaillé. ‘ C’est ce qu’on voit par Gilbert de la Porrée et par Pierre Lombard, dans leurs explications sur les psaumes et sur les épîtres canoniques, qui furent aussi appelées gloses. Bernard Guidonis parlant de Pierre Lombard sur le psautier et les épitres de saint Paul, dit qu il expliqua plus au long  la glose d’Anselme, qui avoit été continuée par Gilbert ; ce qu’il faut entendre, non du diacre d’Auxerre de ce nom, mais de Gilbert de la Porrée. On conserve même encore à  Oxfort, comme le remarque Cave, un manuscrit de cette glose de Gilbert de la Porrée sur le pseautier ; et on lit  à  la fin cette note curieuse du copiste : Explicit glossatura magistri Porretani super psaltenum, quam ipse recitavit coram suo magistro Anselmo. Gilbert de la Porrée et Pierre Lombard ne sont pas les seuls qui se soient servi de la glose d’Anselme. La plupart de ceux qui ont .travaillé sur l’Écriture ont fait la même chose. Lipoman l’a employée dans sa chaîne sur la Genèse, etc. Les deux gloses sur l’Écriture, sçavoir, l’interlinaire d’Anselme, et la marginale de Valafridc Strabon, augmentée par le même Anselme, se sont conservées jusqu’à  nos jours sans aucune altération , dans plusieurs manuscrits des douzième et treizième siècles. L’an 1330 Nicolas de Lyre, en Normandie, mit au jour une troisième glose sous ce titre, Postilla perpetua, qui forment avec les deux premières  et d’autres ouvrages, un gros recueil qu’on trouve aussi manuscrit dans plusieurs bibliothèques de chapitres, de monastères et d’anciens collèges. On a remarqué , en parlant des écrits de Valafride Strabon, ‘ avec quel empressement on mit cette collection sous la presse aussi-tôt qu’on eût inventé l’imprimerie, et la quantité d’éditions qui parurent successivement jusqu’à  celle d’Anvers de l’an 1634 passe avec raison pour être la plus belle de toutes : ainsi nous ne les indiquerons point ici; nous remarquerons seulement en passant que cette multitude d’éditions montre quel étoit le zèle de nos pères pour l’étude de l’Écriture sainte. Non seulement le grand nombre d’éditions en est la marque, mais la multitude des manuscrits le prouve encore. En ne remontant que jusqu’à  Anselme, il n’y a guères d’ouvrages, même des Pères, dont les manuscrits soient plus communs, que ceux des gloses de cet auteur et de Nicolas de Lyre.
Anselme ne se borna pas à  sa glose interlinaire, il fit encore des commentaires particuliers sur plusieurs livres de l’Écriture sainte; sur le Cantique des Cantiques, sur saint Mathieu, sur saint Jean et sur l’Apocalipse. Tritheme, Sixte de Sienne, etc., en ajoutent un cinquième sur le psautier.
Quelques-uns de ces commentaires furent d’abord attribués à  saint Anselme de Cantorberi.]

Stegmüller 1977 : census partiel et très fautif des manuscrits, classés par livre de la Bible.

Holtz 1977 : à propos de la mise en page des manuscrits glosés

Holtz 1984 : à propos de la mise en page des manuscrits glosés

De Hamel 1984

Lobrichon 1990 : présentation d’un manuscrit de la Glose sur Matthieu annoté par un maître parisien in Sacra pagina.

Frœhlich 1992.

Smith 2008.

Smith 2016.

Stirnemann 1994 : à retenir pour l’identification, la datation et les tentatives de localisation des plus anciens manuscrits porteur du texte de la Glose dite “ordinaire” : environ 75 manuscrits d’origine laonnoise, chartraine et finalement parisienne. On tiendra compte du fait que la chronologie de ce corpus repose sur l’étude de manuscrits à décors.

Stirnemann 1997 : idem

Gumpert 2003 : réglure de la Glosa media

Tischler 2005.

Zier 2004

Andrée 2008 : inventaire raisonné de quelque 210 manuscrits de la Glose laonnoise sur Jean.

The  attribution of the Glossa

Voir aussi GENERALITIES

De Blic 1949 : Passe en revue les arguments de Berger, Smalley et autres contre l’attribution à Walafried Strabon.

Dove (Mary), Glossa Ordinaria. Pars 22. In Canticum Canticorum, Turnholt, 1997 (CCCM 170), p. 24 ; 36-39.

Merlette 1975 : Soutient que Laon, BM 74 (Math.) et 78 (Ioh.) sont les autographes de la Glose de Jean par Anselme ; thèse rejetée par Wielockx 1982 ; p. 44 : suit Smalley pour l’attribution à Anselme de Laon.

Bertola 1978 : Pour mémoire : entend revenir à l’attribution à Walafried Strabon ; rejeté par Wielockx.

Wielockx 1982 : Critique les attributions des ms. Laon, BM, 74 et 78 à la main et à l’œuvre d’Anselme par Merlette 1975 ; rejette les conclusions de Bertola 1978 qui voulait revenir à l’attribution à Walafried Strabon sur la base d’une une information trop lacunaire.

Smalley 1984 : p. 453 : « Anselm von Laon selbst stellte die Glosse zum Psalter, dem vierten Evangelium und zu den Paulinen zusammen, sein Bruder und Mitarbeiter Radulf (gest. 1131/33) diejenigen zu Mt. »

Gibson 1992b, p. 17-19.

Frœhlich 1993.

Mazzanti 1999.

Influences of the Glossa

Ingenio 2016

Larson 2010

Ingenio 2016  [relations entre la Glose de Laon et la Media Glosatura de Gilbert de La Porrée]

Sources des différents livres bibliques

Matter 1997.

Andrée 2016 : Glosa (Io.) = Glose super Ioannem Anselmo tribute

Linde 2010.

Tischler 2005 : contient notamment un tableau des ‘auteurs’ présumés de chaque livre de la Glose de Laon, p. 387-394.

I-IV Regum

Chevalier (Caroline), « Le commentaire de Raban Maur sur les livres des Rois : manuel scolaire à l’usage des moines et guide pratique à l’usage des rois », dans P. Depreux, S. Lebecq, M. J-L. Perrin, O. Szerwiniack (dir.), Hraban Maur (vers 780-856) et son temps, Turnhout, 2010, p. 293-304. [Colloque « Hraban Maur et son temps », Lille-Amiens, 5-8 juillet 2006]

Chevalier (Caroline), « Saül et David, premiers rois oints : l’interprétation de ces modèles royaux par deux exégètes carolingiens, Raban Maur et Angélome de Luxeuil », dans I. Van’t Spijker (éd.), The Role of Exegesis in Early Christian and Medieval Culture, Brill, Leyde-Boston, 2009, p. 60-76.

Tobias

Morard-Burghart 2011 : edition electronica : http://www.glossae.net

Job

A Companion to Job in the Middle Ages, ed. Franklin T. Harkins, Aaron Canty, Leiden/Boston, 2016 (Brill’s Companions to the Christian Tradition, 73).

edition electronica : http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/editions.php?livre=../sources/editions/GLOSS-liber25.xml

Ps

Glossa (Biblia) 1480-199 : t. 2, p. 457-651.

Glossa (Ps) 1852 : Walafrid Strabo, Glossa in libro psalmorum, PL 113, 841A-1080B [glose marginale très modifiée par rapport au texte médiéval ; omission totale de la Glose interlinéaire].

Glossa media (Ps) : cf. Fontana 1930.

Glosa (ixe s) : Macaluso 2011.

Gibson 2009.

Gross-Diaz 1995 avec liste presque complète des manuscrits subsistants.

Lottin 1959, p. 170-175.

Morard 2008.

Ct

Dolbeau 2011

Dove 1997

Glossa (Ct)1997.

Riedlinger 1958.

LaVere 2007 : LaVere (Suzanne), « From Contemplation to Action: The Role of the Active Life in the Glossa ordinaria on the Song of Songs », Speculum 82 (2007), 82, p. 54-69 [On the role of the active life in the Glosa ordinaria on the Song of Songs. Suzanne LaVere, hom advisor is Robert Henry Lerner, is a graduate student in the Department of History at Northwestern University, Evanston, IL]

Ezechiel

Ferrari 2001.

Lam.

Andrée 2005.

Andrée 2009.

Linde 2010.

Dn.

Zier 1993.

Evangelia

Weisweiler 1960, p. 363-402, 503-536.

Mt.

Merlette 1975 : Soutient que Laon, BM 74 (Math.) et 78 (Ioh.) sont les autographes de la Glose de Jean par Anselme ; thèse rejetée par Wielockx 1982.

Wielockx 1982 : rejette les identifications d’autographes d’Anselme de Merlette 1975.

Lobrichon 1990 : sur la mise en page d’un exemplaire parisien annoté.

Mc.

Smalley 1978 : p. 151 rapporte que dans le ms. Oxford, Bodl. Laud. Misc. 291 (Pierre le Mangeur in Evangelia), f. 93rb : « Marcum […] nec legit eum magister Anselmus nec magister Radulphus frater eius ».

Io.

Andrée 2008 : renouvelle complètement l’approche par des analyses de première main ; liste de quelque 210 manuscrits du xiie siècle au xve siècle.

Merlette 1975 : Soutient que Laon, BM 74 (Math.) et 78 (Ioh.) sont les autographes de la Glose de Jean par Anselme ; thèse rejetée par Wielockx 1982.

Wielockx 1982 : rejette les identifications d’autographes d’Anselme de Merlette 1975.

Corpus Paulinum

Denifle 1905 : Denifle (Heinrich), Die abendländische Schriftausleger bis Luther über Justitia Dei (Rom. 1, 17) und Justificatio, Mayence, 1905. [Passe en revue de très nombreux commentaires médiévaux de l’épître au Romains.]

Boucaud 2012 : Boucaud (Pierre), « Commentaires pauliniens inédits du Haut Monyen-Âge dans un manuscrit du Mont-Cassin [cod. 48] », Revue d’histoire des textes 7 (2012), 159-219.

Martin 1938 : Martin (R.- M.), Œuvres de Robert de Melun, t. 2 : Questiones de Epistolis Pauli, Louvain, 1938.

O’Hagan, « Peter Lombard’s Collectanea On The Pauline Epistles: A New Assessment », RTPM 2020 (à paraître) [réexamine les conclusions de Brady sur la différence entre la version primitive et le textus receptus de la Magna Glossatura en élargissant le champ des manuscrits examinés à 18 manuscrits conservés en Angleterre. L’étude démontre avec précision et acribie que  la distinction opérée par Brady entre deux versions doit être affinée. La version primitive a fait l’objet d’une diffusion plus importante que ce qu’il soupçonnait à partir de l’examen des manuscrits parisiens. Il existe une version que l’auteur qualifie d’intermédiaire « middle version » ; sans doute faudrait-il dire que les transmissions locales ont donné lieu à plusieurs versions intermédiaires.]

Apc.

Dolbeau 2011

Clé alphabétique

Andrée 2005 : Andrée (Alexander), Gilbertus Universalis: Glossa Ordinaria in Lamentationes Ieremie Prophete: Prothemata et Liber I: A Critical Edition with an Introduction and a Translation, Stockholm, 2005 (Studia latina stockholmia, 11).

Andrée 2008 : Andrée (Alexander), « The Glossa ordinaria on the Gospel of John. A preliminary survey of the manuscripts with a presentation of the text and its sources »,  Revue Bénédictine, 118 (2008), p. 109-134, 289-333.

Andrée 2009 : Andrée (Alexander), « From propheta plangens to rhetor divinus : Toward an Understanding of the Rhetorical Hermeneutics of Gilbert the Universal in his Gloss on the Lamentations », in Sapientia et eloquentia : Meaning anf Function in Liturgical Poetry, Music, Drama and Biblical Commentary in the Middel Ages, éd. Gunilla Iversen, Nicolas Bell, Turnhout, 2009, p. 115-146.

Andrée 2011 : Andrée (Alexander), « Anselm of Laon Unveiled: The Glosae super Iohannem and the Origins of the Glossa ordinaria on the Bible », Mediaeval Studies, 73 (2011), 217-260.

Andrée 2012 : Andrée (Alexander), « Laon Revisited: master Anselm and the Creation of a Theological School in the Twelfth Century (A Review Essay) », The Journal of Medieval Latin, 22 (2012), p. 257-281. [Note critique sur Giraud 2010 et Smith 2009.]

Andrée 2014 : Andrée (Alexander), éd., Anselmi Laudunensis Glosae super Iohannem, Turnhout : Brepols, 2014 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaeualis 267).

Andrée 2014b : Andrée (Alexander), « Trinitarian Theology in Commentaries on the fourth Gospel from the School of Laon », dans In principio erat Verbum. Philosophy and Theology in the Commentaries on the Gospel of John (III-XIV Century), éd. F. Amerini, Münster : Aschendorff, 2014 (Archa Verbi. Subsidia 11), 93-110.

Andrée 2015 : Andrée (Alexander), « Le Pater (Matth. 6, 9-13 et Luc. 11, 2-4) dans l’exégèse de l’école de Laon : la Glossa ordinaria et autres commentaires », dans Le Pater noster au XIIe siècle. Lectures et usages, éd. F. Siri, Turnhout : Brepols, 2015 (Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge 15), 29-74.

Andrée (Alexander), Sharp (Tristan), Shaw (Richard), « Aquinas and ‘Alcuin’ : a NewSource of the Catena aurea on John », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 83/1 (2016), p. 3-20. [L’autorité déclarée sous le nom d’« Alcuinus » par Thomas d’Aquin dans la Catena in Io. est en fait « Anselmus » de Laon, dans les Glose super Iohannem, source principale de la Glose ordinaire sur Jean]

Andrée (à paraître) forthcoming : Andrée (Alexander), « Editing the Glossa ‘ordinaria’ on the Gospel of John: the ‘Structuralist’ Approach, Spawning a ‘Canonized’ or ‘Standard’ Text », dans The Ars edendi Casebook, éd. E. Göransson, Toronto, forthcoming.

Berlioz 1994 : Berlioz (Jacques) et alii, Identifier sources et citations, [Turnhout], Brepols, 1994 (L’atelier du médiéviste, 1), p. 22-25 : [« L’édition de la Patrologie latine de Jacques-Paul Migne (tomes 113 et 114) est totalement inutilisable ».

Bertola 1978 : Bertola, E., « La Glossa ordinaria biblica ed i suoi problemi », RTAM 45 (1978), p. 34-78 [Pour mémoire : entend revenir à l’attribution à Walafried Strabon ; rejeté par Wielockx].

Borgo 2013 : Borgo, Marta, « Le citazioni dello pseudo-Dionigi nel Commento alle Sentenze di Tommaso d’Aquino », Documenti e Studi sulla Tradizione Filosofica Medievale, 24 (2013), p. 153-189.

Borgo 2015 : Borgo (Marta), « I sermoni di Tommaso d’Aquino e la Catena aurea : uno status quaestionis alla luce dell’edizione Bataillon », Memorie Domenicane, 46 (2015), p. 553-579.

Buc 1994 : Buc (Philippe), L’ambiguité du livre, Paris, 1994.

Dahan 1999 : Dahan (Gilbert), L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval (xiie-xive siècles), Paris, 1999 (Patrimoines. Christianisme). [Pour plus de références à cet auteur qui a porté l’exégèse médiévale au rang de science historique, voir sa bibliographie en ligne]

De Blic 1949 : De Blic, J., « L’œuvre exégétique de Walafried Strabon et la Glosa ordinaria » RTAM 16 (1949) 5-28 [Passe en revue les arguments de Berger, Smalley et autres contre l’attribution à Walafried Strabon.]

De Hamel 1984 : De Hamel (Christopher F. R.), Glossed Books of the Bible and the origins of the Paris Booktrade, Woodbridge, D.S. Brewer, 1984. Voir aussi Stirnemann 1985.

Dolbeau 2011 : Dolbeau (François), « L’association du Cantique des Cantiques et de l’Apocalypse, en Occident, dans les inventaires et manuscrits médiévaux », dans L’Apocalisse nel Medioevo. Atti del Convegno Internazionale dell’Università degli Studi di Milano e della Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino (S.I.S.M.E.L.), Gargnano sul Garda, 18-20 maggio 2009, Firenze, 2011, p. 361-402.

Dove 1997 : Glossa Ordinaria. Pars 22. In Canticum Canticorum, ed. M. Dove, CCCM 170.22, Turnhout, 1997.

Evans 1984 : G. R. Evans, The Language and Logic of the Bible: the Earlier Middle Ages, Cambridge, 1984, p. 37-47.

Ferrari 2001 : Ferrari (Michele C.), « Die älteste kommentierte Bibelhandschrift und ihr Kontext. Das irische Ezechiel-Fragment Zürich, Staatsarchiv W3.19.XII », dans Mittelalterliche volkssprachige Glossen : internationale Fachkonferenz des Zentrums für Mittelalterstudien der Otto-Friedrich-Universität Bamberg 2. bis 4. August 1999, dir. Rolf Bergmann, Elvira Glaser, Claudine Moulin-Fankhänel, Heidelberg, 2001, p. 47-76.

Ferrer-Mantero 2006 : Ferrer (Véronique°, Mantero (Anne), éd., Les paraphrases bibliques au xvie et au xviie siècles. Actes du Colloque de Bordeaux des 22, 23 et 24 septembre 2004, Genève, 2006 (Travaux d’Humanisme et Renaissance 165).

Fontana 1930 : Fontana (Maria), « Il commento ai Salmi du G. della Porrée » Logos (Palerme 1930), p. 283-301 [Prologue, Ps 1, 2, 3]

Frœhlich 1992 : Frœhlich (Karlfried), « The Printed Gloss », dans Biblia latina cum Glossa ordinaria, Fac simile reprint of the Editio princeps Adolph Rusch of Strasbourg 1480/81, t. I, [Turnhout], Brepols, 1992, p. xii-xxvi.

Frœhlich 1993 : Frœhlich (Karlfried), « Walafrid Strabo and the ‘Glossa ordinaria’: The Making of a Myth », Studia patristica XXVIII. Papers presented at the Eleventh International Conference on Patristic Studies held in Oxford 1991, éd. E. A. Livingstone, Louvain, 1993, p. 192-196.

Gibson 1989 : Gibson (Margaret T.), « The Twelfth-Century Glossed Bible » in Studia Patristica XXIII, Louvain, 1989.

Gibson 1992a : Gibson (Margaret T.), « The Glossed Bible », dans Biblia latina cum Glossa ordinaria, (Fac simile reprint of the Editio princeps Adolph Rusch of Strasbourg 1480/81), t. I, Brepols, 1992, p. vii-xi.

Gibson 1992b : Gibson (Margaret T.), « The Place of the ‘Glossa Ordinaria’ in Medieval Exegesis », in Ad litteram: Authoritative Texts and their Medieval Readers , ed. K. Emery – M. D. Jordan, Notre Dame (Indiana) – London, 1992, p. 5-27.

Gibson 2009 : Gibson (Margaret T.), « Carolingian Glossed Psalters », dans The Early Medieval Bible, Its Production, Decoration and Use, Richard Gameson (ed.), University of Kent, Canterbury, 2009, p. 78-100.

Giraud 2010 : Giraud (Cédric), ‘Per verba magistri’. Anselme de Laon et son école au xiie siècle, Turnhout, 2010 (Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge, 8) [Recension critique : Andrée 2012].

Giraud 2011 : Giraud (Cédric), « Entre commentaire, sentence et glose : la `lettre sur la Cène dite de saint Anselme’ », Sacris erudiri, 50 (2011), 461-481.

Giraud 2012 : Giraud (Cédric), « Théologie et pédagogie au XIIe siècle : les sentences d’Anselme de Laon et de son école dans le manuscrit Paris, BNF, n.a.l. 181 », dans Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 79, 2012, p. 193-287.

Glossa (Biblia) 1480-1992 : Biblia latina 1480-1992 : Biblia latina cum Glossa ordinaria, Fac simile reprint of the Editio princeps Adolph Rusch of Strasbourg 1480/81, 4 vol., [Turnhout], Brepols, 1992.

Glossa (Ct) 1997 : Glossa Ordinaria. Pars 22. In Canticum Canticorum, ed. M. Dove, CCCM 170, Turnholt, 1997.

Gross-Diaz 1995 : Gross-Diaz (Theresa), From Lectio divina to the Lecture Room: The Psalms Commentary of Gilbert of Poitiers, Leiden, 1995.

Gumpert 2003 : J. P. Gumpert, “Gilbert’s Glossa and lead ruling”, Gazette du livre médiéval 36 (2003), p. 51-52. [Appel à noter dans les manuscrits glosés, spécialement ceux de Gilbert de la Porrée, la présence simultanée de réglure à la mine de plomb (lead ruling) appliquée au texte biblique et de réglure à la pointe sèche (stylus) appliquée au texte de la Glose.]

Histoire littéraire de la France, t. 5 : éd. Antoine Rivet de la Grange, Histoire littéraire de la France, t. 5, nouv. éd., Martin Paulin, Paris, 1865, p. 62 [voir Making of the Glossa].

Histoire littéraire de la France, t. 10 : Histoire littéraire de la France, t. 10, nouv. éd., Martin Paulin, Paris, 1868, p. 170-185 [voir Making of the Glossa].

Holtz 1977 : Louis Holtz, « La typologie des manuscrits grammaticaux latins », Revue d’histoire des textes, 7 (1977), p. 247-267.

Holtz 1984 : Louis Holtz, « Les manuscrits latins à gloses et à commentaires: de l’antiquité à l’époque carolingienne », dans C. Questa & R. Raffaelli dir., Il Libro e il testo, Atti del convegno internazionale (Urbino, 20-23 settembre 1982), Urbino, 1984, p. 139-167.

Hugues de Saint-Cher 2004 : Hugues de Saint-Cher (†1263), bibliste et théologien. Actes du colloque international tenu à Paris du 12 au 15 mars 2000. Éd. L-J. Bataillon, G. Dahan, P.-M. Gy, Paris, Turnhout, 2004 (Bibliothèque d’Histoire culturelle du Moyen Âge 1)

Ingenio 2016 : Ingenio (Maria), « Gilberto Porretano fra riflessione agostiniana e tradizione laonense », in Des nains ou des géants ? Emprunter, créer au Moyen Âge , éd. a cura di C. Tréffort-St. Morrison (Poitiers, 4-8 luglio 2011), Turnhout, Brepols, 2016, p. 213-232.

Larson 2010 : Atria A. Larson, « The Influence of the School of Laon on Gratian : The Usage of the Glossa ordinaria and Anselmian Sententiae in De Penitentia (Decretum C. 33 q. 3) », Medieval Studies, 72 (2010), p. 197-244.

Landgraf 1945 : A. Landgraf, “Neu aufgefundene Handschriften mit Werken aus dem Bereich des Anselm von Laon”, Collectanea franciscana 15 (1945), p. 164-177.

Landgraf 1973 : Landgraf (Artur Michæl), Introduction à l’histoire de la littérature théologique de la scolastique naissante, éd. française Albert-M. Landry, trad. de l’allemand Louis-Bertrand Geiger, Montréal-Paris, Institut d’études médiévales / Vrin, Paris 1973 (Publications de l’institut d’études médiévales de Montréal, 22).

Larson 2010 : Larson (Atria A.), “The Influence of the School of Laon on Gratian : The Usage of the Glossa ordinaria and Anselmian Sententiae in De Penitentia (Decretum C. 33 q. 3)”, Medieval Studies, 72 (2010), p. 197-244.

Linde 2010 : Linde (Cornelia), « Notandum duas hic litteras, phe et ain, ordine praeposteratas esse :Rupert of Deutz, Guibert of Nogent and the Glossa Ordinaria on the Incorrect Order of the Hebrew Alphabet», Archa Verbi 7 (2010), 68-78.[Only three twelfth-century commentators addressed the problem of the reversed letters. All three commentaries refer to the correct order of the Hebrew alphabet, and the fact that the text they are commenting on contravenes this order. They provide us with three different solutions. But none of them claims that the text contains an “error”, or mentions alternative versions. Guibert drew on Rupert’s commentary, yet still provided an entirely different explanation.  The author of the article is not yet able to say wich of the three approaches will come to dominate the tradition. ]

Lobrichon 1984 : Lobrichon (Guy), «Une nouveauté : les Gloses de la Bible», dans Le Moyen Âge et la Bible, éd. Pierre Riché, G. Lobrichon, Paris, 1984 (Bible de tous les temps, 4), p. 95-114.

Lobrichon 1990 : Lobrichon (Guy), « La Bible d’un maître dominicain de Paris », dans Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Henri-Jean Martin et Jean Vezin  dir., préface de Jacques Monfrin, Paris, 1990, p. 181-183.

Lobrichon 1997 : Lobrichon (Guy), « Gloses latines de la Bible », Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, dir. A. Vauchez, t. 1, Paris, 1997, p. 667-668, traduit en italien dans « Glosse latine della Bibbia », Dizionario enciclopedico del Medioevo, dir. A. Vauchez, t. 2, Rome, 1998, p. 861-862.

Lobrichon 1998 : Lobrichon (Guy), « Glosse latine della Bibbia », Dizionario enciclopedico del Medioevo, dir. A. Vauchez, t. 2, Rome, 1998, p. 861-862 [traduction italienne de Lobrichon 1997].

Lobrichon 2004 : Guy Lobrichon, « Les éditions de la Bible latine dans les universités du xiiie siècle », in G. Cremascoli, F. Santi (ed.), La Bibbia del XIII secolo. Storia del testo, storia dell’esegesi : convegno della SISMEL, Firenze, 1-2 giugno 2001, Firenze, 2004, p. 15-34.

Lottin 1959 : Odon Lottin, Psychologie et morale aux 12e et 13e siècles, t. 5 : Problèmes d’histoire littéraire. L’école d’Anselme de Laon et de guillaume de Champeaux, Gembloux, 1959.

Macaluso 2011 : Andrea Macaluso, « Hraban et le Psautier glosé de Fulda (Frankfurt Barth 32) », dans Raban Maur et son temps, P. Depreux, S. Lebecq, M. J.-L. Perrin, O. Szerwiniack (éd.), Turhout, 2011, p. 325-354.

Matter 1997 : E. Ann Matter, « The Church Fathers and the ‘Glossa ordinaria’ », in The Reception of the Church Fathers in the West. From the Carolingians to the Maurists, ed. I. Backus, Leiden-New York-Cologne, 1997, t. 1, p. 83-111.

Mazzanti 1999 : Mazzanti (G.), « Anselmo di Laon, Gilberto l’Universale e la ‘Glossa ordinaria’ alla Bibbia », Bollettino dell’Istituto italiano per il Medio Evo e Archivio muratoriano 102 (1999), p. 1-18.

Merlette 1975 : Merlette (Bernard), «Ecoles et bibliothèques à Laon, du déclin de l’antiquité au développement de l‘université », dans Enseignement et vie culturelle (IXe-XVIe siècle), Paris, 1975 (Ministère de l’éducation nationale. Comité des travaux historiques et scientifiques. Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970. Section e philologie et d’histoire jusqu’en 1610, t. 1). [Soutient que Laon, BM 74 (Math.) et 78 (Ioh.) sont les autographes de la Glose de Jean par Anselme ; thèse rejetée par Wielockx 1982 ]

Morard 2008 : Morard (Martin), La harpe des clercs. Réceptions médiévales du Psautier latin entre usages populaires et commentaires scolaires, thèse de doctorat en histoire, dir. J. Verger, Paris IV-Sorbonne, 2008 [publication en préparation].

Morard 2011 : Morard (Martin), « Daniel de Lérins et le Psautier glosé. Un regard inédit sur la Glose à à la fin du xie siècle », Revue bénédictine, 121 (2011), p. 393-445.

Morard 2019 : Morard (Martin), « Pour une lecture panoramique de la Bible latine glosée. Le programme ‘Glossae sacrae Scripturae electronicae’, Revue Mabillon, t. 91 (2019), p. 209-225.

Poirel 2001 :  Poirel (Dominique), « L’historien médiéviste et la sacra pagina : quelques voies d’accès ». Bibliothèque de l’école des chartes. 2001, tome 159, livraison 1, p. 263-270. : www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2001_num_159_1_463067 [compte rendu de Dahan 1999]

Reinhardt 1987 :  Reinhardt (Klaus), « Das Werk des Nicolaus von Lyra im Mittelalterlichen Spanien », Traditio,  43 (1987), p. 321-358.

Reinhardt 2014 : Reinhardt (Klaus), « La presencia de la Glossa Ordinaria (In Bibliam) en la ‎Biblioteca Capitular de Toledo », in : Homenaje a Ramón ‎Gonzálvez Ruiz, Toledo, Real Academia de Bellas Artes y Ciencias Históricas de Toledo, ‎‎2014, p. 65-74.‎

Riedlinger 1958 : H. Riedlinger, Die Makellosigkeit der Kirche in den Lateinischen Hoheliedkommentaren des Mittelalters, Müster, 1958, p. 125

Shooner 1956 : Shooner (Henri Victor), « La Lectura in Matthaeum de S. Thomas : deux fragments inédits et la Reportatio de Pierre d’Andria », Angelicum 33 (1956), 126-142.

Smalley 1935-1936 : Smalley, Beryl, «Gilbertus Universalis, Bishop of London (1128-34) and the Problem of the Glossa Ordinaria», Recherches de théologie ancienne et médievale 7 (1935), p. 235-262; 8 (1936), 24-60 [reconnaît l’attribution à Anselme de Laon de la Glose sur les Psaumes et saint Paul]

Smalley 1937 : Smalley, Beryl, « La Glossa ordinaria. Quelques prédécesseurs d’Anselme de Laon », RTAM 9 (1937), p. 365-400.

Smalley 1940-1964 : Smalley (Berryl), The Study of the Bible in the Middle Ages,1-3e éd., Oxford, 1940, 1952, 1964.

Smalley 1961 : Smalley (Beryl), «Les commentaires bibliques de l’époque romane: glose ordinaire et gloses périmées», Cahiers de civilisation médiévale, 4 (1961), p. 15-22.

Smalley 1978 : Smalley, Beryl, « Some Gospel Commentaries of the Early Twelfth Century », dans RTAM, 45, 1978, p. 147-180 [p. 151 rapporte que dans le ms. Oxford, Bodl. Laud. Misc. 291 (Pierre le Mangeur in Evangelia), f. 93rb : « Marcum […] nec legit eum magister Anselmus nec magister Radulphus frater eius »].

Smalley 1983 : Smalley (Berryl), The Study of the Bible in the Middle Ages,4e éd., Notre Dame (Indiana), University of Notre Dame Press, 1983.

Smalley 1984 : Smalley, Beryl, « Glossa Ordinaria », Theologische Realenzyklopädie, t. 13, Berlin-New York, 1984, p. 452-457.

Smith 2008 : Smith (Lesley), « Medieval Glossed Psalters: Layout and Use», The Bodleian Library Record, XXI, 2008, p. 48-61. (n.v.)

Smith 2016 : Smith  (Lesley), « Job  in the Glossa Ordinaria on the Bible », in : A Companion to Job in the Middle Ages, ed. Franklin T. Harkins, Aaron Canty, Leiden/Boston, 2016 (Brill’s Companions to the Christian Tradition, 73), p. 101-128.

Smith 2009 : Smith  (Lesley), The Glossa ordinaria : the making of a medieval Bible commentary, Leiden, Brill, 2009, 267 p. [Synthèse des travaux menés sur ce sujet depuis de nombreuses années. Point de départ bibliographique obligé. Recension critique : Andrée 2012]

Stegmüller 1977 : Stegmüller (Friedrich), Repertorium biblicum, t. 9, Madrid, 1977, n° 11781-11854 [census insuffisant et très fautif des manuscrits, classés par livre de la Bible].

Stirnemann 1985 : Stirnemann, Patricia [Compte-rendu de] Christopher de Hamel, Glossed Books of the Bible and the origins of the Paris Booktrade, Woodbridge, D.S. Brewer, 1984, Bulletin monumental 143 (1985), 363-367.

Stirnemann 1994 : Stirnemann (Patricia), « Où ont été fabriqués les livres de la glose ordinaire dans la première moitié du xiie siècle? », dans Le xiie siècle : mutations et renouveau en France dans la première moitié du xiie siècle, Fr. Gasparri dir., Paris, 1994 (Cahiers du Léopard d’Or 3), p. 257-301.

Stirnemann 1997 : Stirnemann, Patricia, « Gilbert de la Porrée et les livres glosés à Laon, à Chartres et à Paris », dans Monde médiéval et société chartraine. Actes du colloque international organisé par la Ville et le Diocèse de Chartres, 8-10 septembre 1994, éd. J.-R. Armogathe, Picard, Paris, 1997, 83-96.

Stirnemann 1998 : Stirnemann, Patricia, «Histoire tripartite : un inventaire des livres de Pierre Lombard, un exemplaire de ses Sentences et le destinataire du Psautier de Copenhague », in: Du copiste au collectionneur. Mélanges d’histoire des textes et des bibliothèques en l’honneur d’André Vernet, textes réunis par D. Nebbial-Dalla Duarda – J.-F. Genest, Turnhout 1998 (Bibliogia 18), p. 301-318.

Stotz 2016 : Stotz (Peter), La Bible en latin, intangible ?, traduit de l’allemand par Marianne Beauviche, Avignon, 2016 [Brève histoire de la Vulgate pour les nuls (et les moins nuls), pratique, pédadogique, efficace, apportant une synthèse des connaissances actuelles sur l’histoire des multiples versions et révisions de la Bible latine des origines au 20e siècle. La Bible, en chacune de ses versions hébraïque, grecque et latine, a fait l’objet de nombreuses traductions et révisions. Bien que réputé « sacré », son texte latin dit « Vulgate » n’a jamais été fixé.]

Swanson 2001 : Swanson (Jenny), « The Glossa ordinaria », in The Medieval Theologians. An Introduction to theology in the Medieval Period, Gillian Rosemary Evans (dir.), Blackwell, 2001, p. 156-167.

Tischler 2005 : Mathias M. Tischler, « Dal Bec à San Vittore : l’aspetto delle Bibbie ‘neomonastiche’ et ‘vittorine’ », dans Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, dir. Paolo Cherubini, Città del Vaticano, 2005, p. 373-405.

Weisweiler 1960 : Weisweiler (H.), « Paschasius Radbertus als Vermittler des Gedankengutes der karolingischen Renaissance in den Matthäuskommentaren des Kreises um Anselm von Laon », Scholastik 35 (1960), p. 363-402, 503-536.

Wielockx 1982 : Wielockx (Richard), « Autour de la Glossa ordinaria », RTAM 49 (1982), 222-228.

Zambardi 2019 : Zambardi (Elvira), Il Casinensis 264 e i manoscritti glossati dell’Esodo. Tesi laurea magistrale (curriculum Antico e medievale), dir. Marilena Maniaci, Giuglia Orofino, Università degli Studi di Cassino e del Lazio Meridionale, Dipartimento di Lettere e Filosofia, 2018/2019, 144 p.

Zier 1993 : Zier (Mark), « The Manuscript Tradition of the Glossa Ordinaria for Daniel », Scriptorium 47 (1993), 3-25.

Zier 2004 : Zier (Mark), « The Development of the Glossa Ordinaria to the Bible in the Thirtheenth Century : The Evidence from the Bibliothèque Nationale, Paris », in La bibbia del XIII secolo. Storia del testo, storia dell’esegesi, éd. G. Cremascoli — F. Santi, Firenze, Ed. del Galluzzo, 2004, p. 155-184.