Les traductions vernaculaires de la Catena aurea

Citer ce billet : Martin Morard, "Les traductions vernaculaires de la Catena aurea", dans Sacra Pagina, 01/03/2020, https://big.hypotheses.org/2362, consulté le 13/08/2020.

Dès la fin du 14e siècle, la Catena a fait l’objet de traductions en espagnol, en moyen anglais et en allemand dont l’impact sur les acteurs de la Réforme protestante et de la Réforme catholique, jusqu’au Mouvement d’Oxford, rese à évaluer.

– en espagnol : première traduction vers 1400[1] 

  • CMT : Toledo, Santa Cruz, cod. 83[2]
  • CIO : Toledo, Santa Cruz, cod. 108[3][4]

– en bas-allemand (Niederdeutsch) 

– en moyen-allemand de l’Est (Ostmitteldeutsch)[6]

Editions :

Petra Hörner (Hg.), Catena aurea deutsch. Die ostmitteldeutsche Übersetzung des Katenenkommentars des Thomas von Aquin, Bd. 1: Lukasevangelium, Text, Berlin/New York 2008 (nach Thorn / Toruń, Universitätsbibl., Rps 68/V).

Petra Hörner (Hg.), Catena aurea deutsch. Die ostmitteldeutsche Übersetzung des Katenenkommentars des Thomas von Aquin, Bd. 2: Markusevangelium, Text, mit einem bairischen Fragment, Berlin/Boston 2012 (nach Thorn / Toruń, Universitäts¬bibl., Rps 76/V).

– en allemand médiéval : Mittelhochdeutsch :

Edition : Petra Hörner (Hg.), Catena aurea deutsch. Die ostmitteldeutsche Übersetzung des Katenenkommentars des Thomas von Aquin, Bd. 2: Markusevangelium, Text, mit einem bairischen Fragment, Berlin/Boston 2012, S. 513-522.

  • CMT : München, BSB Cgm 5250(64, [S.l.] ostfränkisch, fin du 14e s.[BSB-Hss Cgm 5250(64] fragment (défait de reliure : CMT 6)
  • CMT : Weimar, Herzogin Anna Amalia Bibliothek – Q 55 : 50v : Mt. 8,1-13, dt.; f. 51r :  Mt 8,23-27, dt. ; f. 51v-53v : « Dominica tertia post Epiphanie domini. >D<omine salva … (Mt 8,25). Wee dar ys yn veerlicheyt synes lyues deebiddet gerne hulpe van dem gennen … – … eyn vustunich meer dat nicht rauwen kan; am Ende ; f. 54r-v) lat. Bibelstellen und Auctoritates, u. a.Chrysostomus: Erat hec turbatio typus futurarum turbacionum …; Hieronimus: Ex hoc intellegimus, quod omnes creature sentiant creatorem …;Origines: Iubet omni creature, et non supergreditur iussionem eius, Rabanus: Navicula eciam quam Christus ascendit, intelligitur arbor crucis… ».

– en moyen anglais[8] :

  • CTLC : témoins attestés OXFORD, Bodleian Library, Bodley 243 (SC 1933) (s. xiv²)
  • CTIO : témoins attestés: OXFORD, Bodleian Library,  Bodley 243 (SC 1933) (s. xiv²)
  • Catena aurea. Commentay on the four Gospels collected out of the Works of the Fathers by S. Thomas Aquinas. John Henry Newman, 4 vol., Oxford, John Henry Parker, 1842.

Traduction anglaise sans texte latin, mais avec identification marginale sommaire des sources dont le repérage original des parallèles avec la Catena graecorum patrum dite ‘de Victor d’Antioche’. Reproduction numérique : en ligne (googlebooks)

[1] Javier Rodríguez Molina, « An unknow old Spanish translation of the New Testament and the first version of the Catena aurea », Revista de Filología Española, 96 (2017), p. 289-323 [This paper presents a previously unknown medieval text: fragments of a codex containing a late fourteenth century translation of the New Testament into Old Spanish. This translation does not match any known Old Spanish Bible translation. This article provides both a description of the codex and an edition of the text. Likewise it includes a comprehensive linguistic study which allows dating the manuscript circa 1400 and an exegetic analysis which makes it possibly to identify the glosses to the text as the earliest translation of Thomas Aquinas’ Catena aurea into Spanish].

[2] Conticello 1991, p. 43 (avec incipit, pas de référence).

[3] Conticello 1991, p. 43 (avec incipit, pas de référence).

[4] Madrid, Bibl. naz., ms. 6574 : traduction espagnole partielle du début de chaque catena, 18e s.

[5] Cf. KURRAS (Lotte), Die deutschen mittelalterlichen Handschriften: Teil 1. Die literarischen und religiösen Handschriften. Anhang: Die Hardenbergschen Fragmente, Wiesbaden, Harrassowitz, 1974.- (Kataloge des Germanischen Nationalmuseums Nürnberg: Die Handschriften des Germanischen Nationalmuseums Nürnberg; Bd. 1, T. 1)

[6] Petra Hörner, Catena aurea deutsch : die ostmitteldeutsche Übersetzung des Katenenkommentars des Thomas von Aquin,  Bd. 1, Lukasevangelium, Berlin ; New York, 2008, Walter de Gruyter. #

[7] Conticello 1991, p. 43 (mention) ; cf. Berceville 1988, addenda ; édition électronique

[8] Cf. Sharpe (Richard), A Handlist of the Latin Writers of Great Britain and Ireland before 1540, Turnhout, 1997 (Publications of the Journal of Medieval Latin, 1), p. 701  : Catena aurea in quatuor euangelia, English tr. known as the Middle English Glossed Gospels, mainly derived from Thomas: unpr. [The same pairing as at Syon survives in Bodl. MS Bodley.] SS2.102 (‘in opere solenni super Lucam et Iohannem in anglico’).

Instruments pour prédicateurs dérivés de la Catena aurea de Thomas d’Aquin

Citer ce billet : Martin Morard, "Instruments pour prédicateurs dérivés de la Catena aurea de Thomas d’Aquin", dans Sacra Pagina, 27/02/2020, https://big.hypotheses.org/2237, consulté le 13/08/2020.

Dans le prolongement de l’inventaire de la tradition directe de la Catena Aurea, cette note vise à attirer l’attention sur la tradition textuelle indirecte de la Catena aurea super quattuor evangelia de Thomas d’Aquin. Celle-ci est fréquemment confondue, notamment par les catalogues et les inventaires de bibliothèques anciens et modernes, avec des commentaires sur les évangiles de l’année liturgiques composés d’extraits de la Catena aurea[1].

L’inventaire des manuscrits et éditions imprimées de la Catena aurea, repris ab ovo à l’occasion de l’édition électronique, à conduit à retrouver plusieurs manuscrits qui avaient échappé à la sagacité des rédacteurs des Codices sancti Thomae. Il a également permis de constater l’existence plusieurs versions homilétiques dérivées de la Catena aurea, abrégées et recomposées à partir d’elle, organisées selon l’ordre des péricopes évangéliques lues à la messe au cours du cycle de l’année liturgique.

Nous en signalons ici trois versions imprimées. La première, publiée à Florence en 1494, correspond à l’ordo liturgique du lectionnaire dominicain. La seconde, publiée à Paris en 1538, et peut-être même dès 1535 à Cologne, suit l’ordo du lectionnaire « des séculiers ».

En annexe, nous avons rassemblé sommairement les références aux réorganisations manuscrites de la Catena selon l’ordre liturgique.

Table des matières : 

Instruments pour prédicateurs dérivés de la Catena aurea de Thomas d’Aquin. 1

  1. La Catenula aurea super evangelia dominicalia de Petrus de Vicentia OP. 2

Ed1494 (29.IV), Venezia, in 4°. 4

  1. Les Enarrationes Evangeliorum dominicalium et quadragesimalium de Jean Gymnich (Paris, Ed1538-Ed1542) 8
  2. Enarrationes Evangeliorum dominicalium. Ed1538, Paris, apud Ioannem Foucher. 10
  3. Enarrationes Evangeliorum dominicalium. Ed1542 (janvier), Paris, Ed1542, ex officina Nicolaï du Chemin. 10
  4. La réception cartusienne. 13

Excerpta homilétique. 13

Excerpta non liturgiques. 14

  1. 1662-1749 Bibliotheca Patrum concionatoria. 14
  2. Excerpta homilétiques manuscrits. 14
  3. épîtres dédicatoires, oratio dominica, dominicalia, quadragesimalia. 14
  4. épîtres dédicatoires, avent, passion, de sanctis. 17
  5. de tempore iuxta ordinem biblicum.. 18
  6. de tempore, de passione. 18
  7. Excerpta sur quelques péricopes liturgiques. 19

 

1.     La Catenula aurea super evangelia dominicalia de Petrus de Vicentia OP

Un premier recueil a été composé à l’usage des prédicateurs dominicains. Intitulé par son auteur[2] Catenula aurea, il est plus connu sous le nom de Catena aurea super evangelia dominicalia et ferialia, et aussi parfois Expositio evangeliorum de tempore et de sanctis secundum Thomam de Aquino, qui a fait l’objet d’une édition incunable (Venise, 1494) dont on a recensé plus de 116 exemplaires conservés dans des fonds publics[3] et qui est aussi attesté par plusieurs manuscrits (voir Census codicum).

La confusion avec la Catena aurea originelle est d’autant plus facile que la Catenula est également introduite par l’épître dédicatoire et la totalité du proemium de la Catena l’évangile de Matthieu. La mise en page de la Catenula est, en outre, similaire à celle de nombre de manuscrits de la Catena, avec lemme biblique intercalé sur toute la largeur des colonnes.

Nous suggérons de mieux identifier les témoins de l’une et l’autre œuvre et de distinguer à l’avenir les témoins de la Catenula de ceux de la tradition directe de la Catena.

La Catenula se distingue nettement de la Catena par les caractéristiques suivantes :

  1. son caractère sélectif : « elle ne contient pas tous les évangiles mais [seulement] quelques-uns » explique le proemium.
  2. sa structure liturgique : le proemium annonce une division tripartite : 1° Pars quadragesimalis: de la Septuagésime à l’octave de Pâques ; 2° Pars dominicalis: du premier dimanche après l’octave de Pâques au dimanche avant la Septuagésime ; 3° la Pars sanctoralis est consacrée à 23 fêtes non seulement de saints mais aussi du Christ : l’invention de la croix, la transfiguration. On notera pour la Vierge : la purification, l’annonciation, la visitation avec le commentaire de tout le Magnificat (celui du Benedictus est donné à l’occasion de la nativité de Jean-Baptiste), l’assomption, la nativité de la Vierge. Les péricopes évangéliques et les sentences patristiques ne sont pas agencées selon l’ordre du texte biblique, mais selon celui des péricopes évangéliques lues à la messe dans la liturgie dominicaine.
  3. un proemium propre (Proemium auctoris libelli) placé à la suite du proemium de la Catena (Ed1494 [f. 5b]) :

Auctoris libelli proemium. Ad honorem et gloriam unius trinique Dei, gloriosissime Dei genetricis et virginis Marie, sanctissimi quoque patris nostri Dominici, divi Hieronymi totiusque curie triumphantis. Sciendum est quod in hoc libello continentur omnia evangelia dominicalia et ferialia necnon quedam de sanctis, Dominica etiam oratio, scilicet Pater noster, cum expositionibus suis[4] de Cathena aurea angelici divinique doctoris sancti Thome de Aquino, sacri ordinis predicatorum, nequaquam mercenariis precibus ut fieri solet sed, ut iam dixi, ad Dei laudem, animarum salutem, predicatorum commoditatem ac etiam atque etiam christiani populi consolationem, magno ingentique perpesso labore, diligenter, fideliterque nuper redactis. Memini enim recteque memini scriptum esse : « Dum tempus habemus, operemur bonum » [Gal. 6, 10]. Et iterum: « Si quis non vult operari nec manducet » [2Thes. 3, 10]. Quem equidem libellum in tres partes divisi. Prima pars incipit a dominica in Septuagesima usque ad octavam Pasche inclusive, que quadragesimalis vocabitur. Secunda autem incipit a dominica prima post octavam Pasce usque ad Septuagesimam exclusive, et hanc dominicalis dicemus. Tertia vero continet ea evangelia de sanctis, ideo festiva nominabitur. Quia vero non omnia sed aliqua evangelia in hoc libello continentur, iccirco [!], si placet, cathenula aurea vocitabitur. Cum autem in humanis inventionibus nil sit ex omni parte perfectum, non modo solicitum et benignum imploro lectorem, verum etiam desidero correctorem. Enimvero, iuxta Augustini sententiam, negare nequeo quin plura sint in hoc opusculo – cum impressorum defectu, tum etiam[5] celeritate ipsam <Cathenulam> perficiendi – que possunt iusto iudicio et nulla temeritate culpari. Neque vero nescio me huius operis plures habiturum iudices. Plus enim, divo teste Hyeronimo, aliorum quam sua cupiunt homines facta discutere. Qua ex re, si quid errati in hoc opere tibi visum fuerit, non rugata fronte sed hilari vultu te, o lector, rogo ut, vel impressorum defectui vel celeritati ipsam perficiendi attribuas, mihi quoque fratri Petro Vencentio, predicatorum ordinis minimo, apud summum iudicem sedule orationibus veniam peccatorum impetres. Certe opus sumpsi difficile factu. Si quid forte laude dignum reperietur in eo divine gratie penitus ascribatur. Nam « omne datum optimum et omne donum perfectum desursum est, descendens a patre luminum » (Iacobi primo 17) cui est honor et gloria per infinita seculorum secula. Amen.

  1. Enfin, une formule extraite d’un sermon d’Innocent VI à la gloire de la « sagesse de Thomas d’Aquin », qualifie de « toujours suspecte au sujet de la vérité » quiconque en combattra la doctrine. Cette sentence est répétée à l’identique sur la page de titre et à la fin de chacune des trois parties de l’ouvrage.

L’auteur de la Catena super evangelia dominicalia est un dominicain de la seconde moitié du 15e siècle, Pierre de Vicenza[6], qui est également connu pour avoir commis d’autres opuscules ou libelles que Quétif, à la suite de l’historiographe dominicain Rovetta, signale sans les nommer pour être conservés dans la bibliothèque du couvent de Vicenza.

Quétif lui attribue cependant un libelle prenant partie pour la doctrine immaculatiste :

  • Auctoritates ducentorum sexdecim doctorum cum quattuor capitulis de veritate conceptionis beatae virginis Mariae, [titre du premier feuillet : De Beate virginis conceptione Ducentorum et sexdecim Sancte Mater ecclesie Doctorum vera tuta et tenenda sententia. autre titre : De veritate conceptionis Beatae Mariae Virginis capitula quattuor [Venise : Johannes Rubeus Vercellensis], [1494 circa]. – 16 ff. Parfois relié avec la Catenula (et non la Catena comme affirmé dans le catalogue en ligne de la Bibliothèque vaticane) [Goff T224; cf. BMC V 418], voir notamment exemplaires BAV, Inc.IV.532(int.1) ; Prop.Fide.I.118(int.1)[7]

Le dominicain Pietro de Vicenza ne doit pas être confondu avec deux compatriotes homonymes natifs de Vicenza : le peintre de l’école du Frioul, né vers 1467, mort à Montoue en 1527 et Pietro Menzi, clerc séculier du clergé romain, auditeur général de la Chambre apostolique, nonce apostolique à Naple, évêque de Cesena de 1487 à sa mort en 1504, emprisonné au Château Saint-Ange par Alexandre VI du 6 janvier au 23 août 1503[8]. C’est ce dernier, et non notre dominicain, qui est l’auteur de la Relatio super falsis brevibus apostolicis (Rome, 9 novembre 1497)  dont l’adresse au pape Alexandre VI évoque explicitement son état d’évêque de Cesena, et que lui attribue à tort le catalogue de la Bayerische Staatsbibliothek de Münich. Une Oratio pro capessenda expeditione contra infideles [Rome, après le 25 mars 1490] doit lui être probablement aussi  attribuée plutôt qu’à notre dominicain.

Ed1494 (29.IV), Venezia, in 4°.

Cathena aurea angelici diuinique doctoris Sancti Thome de Aquino…nuper redacta  super omnia evangelia dominicalia et ferialia necnon super quedam de sanctis. Per religiosum Patrem fratrem Petrum de Vincentia Sacri eiusdem ordinis in alma venetiarum civitate. Innocentius papa in sermone. Ecce plusquam Salomon hic, de sancto doctore Thoma de Aquino sic dicit : Huius doctoris sapientia pre ceteris, excepta canonica habet proprietatem verborum, modum dicendorum, veritatem sententiarum, ita ut nunquam qui eum tenuit inveniatur a tramite veritatis deviasse et qui eum impugnavit semper fuit de veritate suspectus.

Venetiis : Johannes Rubeus Vercellensis, per Benedetto Fontana, 29 Aprilis 1494. [*4] a-x8 y4 A-T8 V6.

L’imprimeur abrège « etiam » par « êt » comme « est ».

Incipit de la première partie : « Opus aureum angelici doctoris sancti Thome de Aquino sacri ordinis fratrum predicatorum super evangelia dominicalia et ferialia. A dominica in Septuagesima usque ad dominicam in octava Pasce inclusive secundum consuetudinem eiusdem ordinis. § Dominica in Septuagesima Mathei XX cap<itulo>. Simile est regnum celorum homini patrifamilias qui exiit […] Multi enim sunt novissimi primi et primi novissimi. Multi enim sunt vocati pauci vero electi. REMIGIUS. Quia dixerat Dominus multi erunt primi novissimi et novissimi primi ut hanc sententiam confirmaret subiunxit similitudinem dicens Si est regnum… » [f. a2]

Explicit de la première partie [f. y3v] : « … sed nobis ipsis utile est credere subdit : ‘’et ut credentes vitam habeatis in nomine eius’’ idest per Iesum. Ipse autem est vita. 

  • Catene auree angelici divinique doctoris sancti Thome de Aquino sacri ordinis fratrum predicatorum super omnia evangelia dominicalia et ferialia totius anni nuper ordinate per religiosum patrem fratrem Petrum de Vincentia sacri eiusdem ordinis prima explicit pars videlicet a dominica in Septuagesima usque ad dominicam in octava Pasce inclusive. Sequitur pars secunda.

Innocentius papa in sermone. Ecce plusquam Salomon hic, de sancto doctore Thoma de Aquino sic dicit :

Huius doctoris sapientia pre ceteris, excepta canonica habet proprietatem verborum, modum dicendorum, veritatem sententiarum, ita ut nunquam qui eum tenuit inveniatur a tramite veritatis deviasse et qui eum impugnavit SEMPER fuit de veritate SUSPECTUS ». [f. y4] blanc.

Incipit de la deuxième partie [f. A2] : « Opus aureum angelici doctoris sancti Thome de Aquino sacri ordinis fratrum predicatorum super evangelia dominicalia et ferialia. A dominica prima post octavam Pasce usque ad dominicam in Septuagesima exclusive secundum consuetudinem eiusdem ordinis. § Dominica prima post octavam Pasce. Ioannis 10 capitulo. Ego sum pastor bonus Bonus pastor animam sam [ !] dat pro ovibus suis […] non pertinet ad eum de ovibus . AUGUSTINUS. Aperuit dominus duas res quas quodammodo clausas proposuerat… »

Explicit de la deuxième partie [f. P8] : « RABANUS. Et notandum quod ubi dicit seminavit bonum semen notat bonam voluntatem […] commendavit longanimitatem ad ultimum iustitiam cum dicit Alligate ea in fasciculos etc

  • Catene auree angelici divinique doctoris sancti Thome de Aquino sacri ordinis fratrum predicatorum super omnia evangelia dominicalia et ferialia totius anni nuper ordinate per religiosum patrem fratrem Petrum de Vincentia sacri eiusdem ordinis secunda explicit pars videlicet a dominica prima post octavam Pasce usque ad Septuagesima exclusive. Sequitur part tertia scilicet de quibusdam festivitatibus sanctorum.

Innocentius papa in sermone. Ecce plusquam Salomon hic, de sancto doctore Thoma de Aquino sic dicit :

Huius doctoris sapientia pre ceteris, excepta canonica habet proprietatem verborum, modum dicendorum, veritatem sententiarum, ita ut nunquam qui eum tenuit inveniatur a tramite veritatis deviasse et qui eum impugnavit SEMPER fuit de veritate SUSPECTUS ».

Incipit de la troisième partie [f. P8v] : « Tabula sanctorum quorum evangelia in hac catena aurea exponuntur. In primis super orationem dominicam scilicet Pater noster.

  1. In purificatione beate Virginis.
  2. In annunciatione beate Virginis. Sicut in quarta feria post tertiam dominicam adventus.
  3. In inventione sancte crucis. Sicut in festo sancte trinitatis.
  4. Sancti Ioannis ante portam latinam. Sicut in alio festo.
  5. In vigilia sancti Ioannis Baptiste.
  6. In die sancti Ioannis Baptiste. Et super totum « Benedictis Dominus Deus Israel ».
  7. In die apostolorum Petri et Pauli.
  8. In festo visitationis beate Virginis. Deinde super totum Magnificat. Sicut in feria VI tertie dominice adventus.
  9. In die sancte Marie Magdalene. Sicut in sexta feria quatuor temporum post trinitatem. Item sicut in feria quinta post Pasca. Item in passionibus secundum Matheum et Marcum.
  10. In festo sancti Iacobi apostoli.
  11. Ad vincula sancti Petri sicut in die Petri et Pauli.
  12. In festo beati Dominici patris nostri.
  13. In transfiguratione Domini.
  14. In assumptione beate Virginis.
  15. In decolatione beati Ioannis Baptiste.
  16. In nativitate beate Virginis.
  17. In vigilia sancti Mathei apostoli.
  18. In die sancti Mathei apostoli.
  19. In festo santi Michaelis.
  20. In festo omnium sanctorum.
  21. In festo sancti Stephani prothomartyris.
  22. In festo sancti Ioannis evangeliste.
  23. In festo sanctorum Innocentum.

Explicit de la troisième partie [f. V6] : « RABANUS. Bene autem Rachel quia ovis vel videns dicitur ecclesiam figurat cuius tota intentio ut Deum contempletur invigilat et ipsa est ovis centesima quam pstor in humeris reportat

  • Catena aurea angelici divinique doctoris sancti Thome de Aquino sacri ordinis fratrum predicatorum diligenter fideliterque nuper redacta labore non modico super omnia evangelia dominicalia et ferialia ac etiam super quedam evangelia de sanctis per religiosum patrem fratrem patrem fratrem Petrum de Vincentia sacri eiusdem ordinis quam vir hac in arte imprimendi singularis Ioannes Rubeus vercellensis miro modo admirabilique ingenio hiis nostris temporibus uti quodam singulare munus celeste nobis impressam in alma Venetiarum civitate benedicti a fonte impensis dedit. Anno Dominice salutis 1494, 29 aprilis.

Innocentius papa in sermone. Ecce plusquam Salomon hic, de sancto doctore Thoma de Aquino sic dicit :

Huius doctoris sapientia pre ceteris, excepta canonica habet proprietatem verborum, modum dicendorum, veritatem sententiarum, ita ut nunquam qui eum tenuit inveniatur a tramite veritatis deviasse et qui eum impugnavit semper fuit de veritate suspectus ».

Répertoires

HC 1337. CBBSuppl 4748. Ce³ T-224. CIH 3235. IBE 5568. IBP 5331. IGI 9520. Pell 940. CRF I 1399. CRF XVII 577. VB 4236.5. BSB-Ink T-204. CIBN T-196. Pr 5136. BMC V 418.IA 23164. Bod-inc T-138. Altés-Olivar 183. Gamper 210. Hummel-Wilhelmi 583. Inkunabuli L’vivs’koï Biblioteki Akademiï Nauk 36. Krüger: Rostock TT. 1. Madsen 3888. Ohly-Sack 2667. Sack: Freiburg 3397. Sallander: Uppsala 2457. Voulliéme: Trier 2118. ISTC it00224000. M46104

Diffusion

116 exemplaires ou fragments  dans les collections publiques d’après GW.

Exemplaires

Alba Julia Batthyan. Ascoli Piceno BCom. Asti BCiv, Sem. Barcelona BCatal. Bergamo BCiv (2 Ex.). Berlin *SB†. Birmingham UL. Bologna BProvFranzisk, Gy (2 Ex.). București BN. Budapest BU (def.). Cádiz BP (def.). Cambridge KingC. Cardiff UL. Charleville BM. Città del Vaticano BVat. Coimbra BU. Córdoba BP. Dallas BridwellL. Darmstadt ULB. Dubrovnik Franzisk. Fermo BCiv. Ferrara BCom (def.). Firenze BMarucell (def.). Frankfurt (Main) UB. Freiburg UB. Genova BU. Gerona BP. Gloucester Cathedr. Göttweig Benedikt. Gyöngyös Franzisk. Halle ULB. Kalocsa BMetr (def.). København KglB. Kraków Bern (def.). Lonato BComo (2 Ex.). London BL, UL. Lucca BStat (3 Ex., 1. Ex. def.). L’viv AkadB. Lucca BStat (3 Ex.). Madrid AcadHist, inc. 111(1) (Bl. 1 fehlt), BN. Maredsous Benedikt. Matelica BCom (def.). Milano BAmbros, BNBraid (def.). Mistretta BCom. Modena BEst. Montserrat Benedikt. München SB, UB. Napoli BN (2 Ex.). New Haven UL. New York UnionTheolSem. Northridge UL. Oberlin C. Orvieto BCom. Oxford Bodl (def.). Palermo BCom (def.), BRegion (2 Ex.). Palma de Mallorca BP. Paris BN. Parma BPalat. Pescia Franzisk. Praha NKn. Princeton Sem. Reggio Emilia BM (def.). Roma BCasanat, BCorsin, BUTommaso. Rouen BM. Sandomierz Sem. Sankt Gallen StB. Sankt Peter HistB. Sankt Petersburg NB. San Marino (Calif.) HuntingtonL. Schwerin LB (def.). Sevilla BU. Siena BCom. Siracusa Sem (2 Ex., 1. Ex. def., 2. Ex. def.). Stanford UL. Tarragona BP. Torino BNU (2 Ex.), Jes. Trento Franzisk. Trier StB. Tübingen UB, Stift. Uppsala UB. Urbana UL. Urbino BU (2 Ex.). Washington, Library of Congress

Vaticano : BAV, Inc.IV.302 ; BAV, Inc.IV.532(int.1) ; BAV, Prop.Fide.I.118(int.1)

Venegono Sem. Venezia BNMarc. Ventimiglia BApros. Vercelli Sem. Verona BCiv. Vic Bisch. Vicenza BBertol (2 Ex.). Viterbo Franzisk. Washington (D.C.) LC. Wien NB. Włocławek Sem (def.). Würzburg UB. Zaragoza Sem.

Catalogo del servizio bibliotecariao nationale italiano

Reproduction(s) numérique(s)

Res. Publ. Unit 88.

Córdoba, Biblioteca Pública del Estado, Biblioteca Provincial de Córdoba, I-21

Madrid, Real Academia de la Historia, Inc. 111(1)  [pars : quadragesimalis]

Sevilla, BU, A 336/031

Signalé par:

Quétif (Jacques), Echard (Jacques), Scriptores ordinis predicatorum, t. 1, Paris, 1719, p. 880a-b.

Confondent cette édition avec la Catena aurea : Jacques Lelong, Bibliotheca sacra in binos syllabos distincta …, Paris, 1723, p. 987 ; Murano 2005.

2.     Les Enarrationes Evangeliorum dominicalium et quadragesimalium de Jean Gymnich (Paris, Ed1538-Ed1542)

La nature de ce recueil, publié à Paris en 1538 chez Jean Foucher, peut être appréhendée grâce aux informations qui figurent dans les titres placés en tête et en fin d’ouvrage. Le titre de tête indique sans ambiguité l’origine thomasienne de son contenu, sa fonction homilétique, son intention d’être utile « à tous les prédicateurs du verbe divin ». L’ouvrage est précédé d’une lettre préface de Jean Gymnicus l’Ancien (1485?-1544), qui dénonce, à supposer qu’elle soit authentique, « les monstres des sectes et des hérésies qui ont envahi la terre ». La libre interprétation des Ecritures et le rejet de l’autorité des Pères ont pour conséquence qu’il y a autant d’opinions que d’interprètes. De ce fait personne ne peut être d’accord avec personne (§ 1). Il faut donc considérer comme un bienfait de Dieu la « reviviscence » des auteurs de la période précédente parmi lesquels Thomas d’Aquin fait figure de « coryphée » et s’impose par son « autorité » dans la mesure où « il n’est de sentence dans toute l’oeuvre qui ne s’appuye sur son auteur » (§ 3). De l’auteur de l’Enarratio, Gymnicus ne dit rien. Il fait même comme si l’ouvrage qu’il imprime était la Catena elle-même.      Après avoir déploré les moeurs intellectuelles du temps et loué Thomas d’Aquin par quelques phrases empoulées et de peu d’intérêt, il poursuit :  « Par conséquent, quand nous sommes tombés sur ce livre – et c’est vraiment ce qui est arrivé – nous avons pensé avoir trouvé un trésor et que rien n’est plus digne d’être imprimé en ces temps troublés, à savoir une sorte d’explication (enarratio)   des plus utiles sur tous les évangiles que l’Eglise a réparti sur tout le temps des dimanches de l’année, assemblage très bien accordé des meilleurs anciens théologiens dont les noms sont inscrits plus-haut » [au dos de la page de titre, liste de trente auteurs cités, classés apparemment selon l’ordre chronologique supposé des sources de la Catena].

La lettre est datée de 1535 alors que l’édition parisienne est parue en 1538. Jean Gymnicus est un imprimeur de Cologne très connu pour l’impression de très nombreuses éditions humanistes. La date de 1535 renvoie peut-être à l’une des deux éditions de la Catena parue à cette date à Cologne. Mais je ne les connais à ce jour que d’après la Bibliotheca sacra de Le Long. Le propos et le contenu de l’Enarratio sont à rapprocher d’un recueil d’excerpta liturgiques similaire copié à Naples au début du 14e siècle déjà (Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Edili 015, CST 0882)

Le titre de fin (Ed1542, f. 195) qualifie explicitement l’ouvrage de « compilation » et précise sa destination en notant que les péricopes évangéligues sont rangées « dans l’ordre selon lequel ils sont lus d’ordinaire chez les séculiers ». La formule donne à penser que l’auteur, s’il n’appartient pas lui-même à l’ordre des prêcheurs, entend offrir aux religieux qui célèbrent la messe selon un ordo propre un instrument qui leur permette de préparer les prédications qu’ils ont à prononcer hors des maisons de leur ordre.

Nous décrivons à partir de l’édition e 1542 que nous avons sous les yeux. Chaque chapitre de l’ouvrage est struturé de la manière suivante :

  1. Nom du dimanche : « Dominica XXIIII post Pentecosten »
  2. Référence de l’évangile lu ce jour là : « Matt. 8 »
  3. Texte complet de la péricope
  4. Extraits de la Catena concernés, d’une longueur de 2 à 6 pages par péricope, voire 8 (mercre de la 4e semaine de Carême, 1re partie de la Passion, etc.) précédés du titre « Expositio ». L’Enarration indique les autorités déclarées dans la Catena « Chrysostomus in homiliis [sic] et, dans les marges, donne les références de quelques passages bibliques cités par la Catena. Les lemmes bibliques répétés dans l’expositio sont entre crochets carrés. L’éditeur introduit parfois les déclarations d’autorité par une locution comme « ut ait (Gregorius) ».
  5. Les dimanches concernés sont
  • 4 dimanches de l’Avent
  • dimanche dans l’octave de Noël
  • 1 à 5 après l’Epiphanie,
  • 1 à 5 de Pâques, dimanche dans l’octave de l’Ascension, Pentecôte,

1 à 24 après la Pentecôte (expression retenue pour les titres) ou 23 après le Trinité (expression retenue dans l’index)

  1. Contrairement à la Catenula de Pierre de Vicenza, l’Enarratio omet toutes les fêtes du sanctoral et même les fêtes solennelles qui tombent parfois (Noël) ou toujours en semaine comme l’Ascension, le Corpus Domini, etc.
  2. On ajoute toutefois :
  • les 3 premiers jours des octaves de Pâques et de Pentecôte ;
  • tous les jours du carême (dimanches et féries de semaine) depuis le mercredi des cendres jusqu’au lundi de la semaine semaine-sainte compris
  • La Passion, divisée en quatre parties : Mc. 14 ; Io. 18, 1-27 ; 18, 28-19, 12a ; 19, 12b-37 ;
  1. Lorsqu’un évangile a déjà été commenté ailleurs, l’Enarratio se contente de renvois comme celui-ci :
  • 2e dimanche de Carême : « Legitur evangelium secundum Matth. 15. cap. Egressus Iesus secessit. Quere supra feria 5 post. 1 dominican quadragesimae » (p. 53, en réalité feria 5 post 1a dom. quadragesimae : Assumpsit Iesus »)
  • (16e dimanche après la Pentecôte, Lc. 7, p. 181) : « Notandum quod istud evangelium cum sua expositione invenies feria quinta post dominicam quartam Quadragesimae ».

Voir aussi 23e dimanche après la Pentecôte (explicit cité ci-dessous).

Au total, 94 prédications sont prévues.

3.     Enarrationes Evangeliorum dominicalium. Ed1538, Paris, apud Ioannem Foucher

Enarrationes Euangeliorum dominicalium & quadragesimalium per totum annum,ex praecipuis ecclesiae Christianae doctoribus, per eximium sacrarum literarum interpretem S. Thomam de Aquino diligenter selectae, omnibus diuini verbi concionatoribus non minus vtiles quàm necessariae. Doctores ex quibus hae enarrationes sumptae sunt versa indicabit pagella.

Emissions

Parisiis : apud Ioannem Foucher, via ad D. Iacobum, sub scuto Florentiae, 1538 (Parisiis : excudebat Ioannes Lodoicus, 1538 mense maio)

Exemplaires

Catalogo del servizio bibliotecariao nationale italiano

Parisiis : apud Iohannem Roigny, via ad D. Iacobum, sub basilisco & quatuor elementis, 1538 (Parisiis : excudebat Ioannes Lodoicus, 1538 mense maio)

Exemplaires

Catalogo del servizio bibliotecariao nationale italiano

Reproduction numérique

Firenze (partielle)

4.     Enarrationes Evangeliorum dominicalium. Ed1542 (janvier), Paris, Ed1542, ex officina Nicolaï du Chemin.

Enarrationes Euangeliorum dominicalium & quadragesimalium per totum annum, ex praecipuis Ecclesiae Christianae doctoribus per eximium sacrarum literarum interpretem S. Thomam de Aquino diligenter selectae, omnibus divini verbi concionatoribus non minus utiles quam necessarie. Doctores ex quibus hae Enarrationes sumpte sunt versa indicabit pagella.
Ex officina Nicolai du Chemin, 1542 (Parisiis : excudebat Ioannes Bignon, 1542 mense Ianuarii)

verso de la page de titre :

Catalogus doctorum ex quorum scriptis divus Thomas hanc suam enarrationem contexuit : [col. A] Dionysius, Origenes, Cyprianus, Athanasius, Chrysostomus, Gregorius Nazianzenus, Gregorium Nicenus, Basilius, Hilarius, Hayo, Hieronymus, Ambrosius, Augustinus, Cyrillus, Eusebius, [col. B] Didymus, Epiphanius, Theophylactus, Severianus, Gregorius, Leo Papa, Graecus N, Titus N., Maximus, Isidorus, Remigius, Rabanus, Alcuinus, Bada presbyter, Glossa interlinearis ».

Avec lettre préface de Johann Gymnich l’Ancien datée de 1535. [Les paragraphes et leur numérotation sont de nous ; les graphies sont normalisées selon les principes définis pour Gloss-e]

  1. Ioannes Gymnicus Christiano lectori[9]. Si, circa malevolum [!] invidiam instituti nostri, rationem ingenue apud te fateri licet, id semper in cudendis ac recudendis autoribus studemus, ut non minus publicam studiosorum ac religiosis utilitatem quam rei private commoditatem querere videamur, equidem in ea me sententia esse libenter glorior[10] ut nullum existimem quaestum qui, cum dispendio famae aut Reipublicae christianae detrimento paretur ; nec te arbitror latere, quantum referat maxime ad horum temporum statum, quid et quomodo per tot volumina in manus quorumlibet spargatur. Quando vides, pro tua singulari prudentia, ut passim homines iudiciorum infirmitate, plausibili novitatis specie deliniti, seu propria animi pravitate rerum perniciosarum amantes, facillime flagitiosissimis opinionibus ac sectis involvantur, et ad omnem non religionis modo, sed universe politiae ac humanae societatis subersionem contendant. Nisi forte obscurum sit, quae sectarum haeresumque monstra totum pene terrarum orbem infestent. Quod sane (si mihi in hac parte mei iudicii apud te esse permittitur) non aliunde natum arbitror quam quod maiores nostros, qui vitae integritate et sincera Scripturarum intelligentia, piis // hominibus sanctitatis fidem de se fecerunt, tam in nullo habemus pretio, quin horum autoritatibus in divine Scripture interpretatione spretis irrisisque, suiquisque insani capitis somnium sine ulla intercessione sanctum esse vel deierare non dubitat, unde fit ut – dum unusquilibet sibi sacra, veluti Lesbiam regulam aliquam[11], accomodat – tot necesse sit esse opiniorum ac schismatum in Ecclesia conflictus, quod sunt animorum affectiones ac, tantum inter se quantum cum superioribus illis sacrarum rerum interpretibus, dissideant. Neque enim fieri potest ut, ab eo quod quis recte senserit, sine errore diversum dicat alter.
  2. Itaque, non absque singulari clementia Dei fieri existimet quisquam quod pii aliquot scriptores, ac bonorum consensu sacri, quos aetas illa superior doctos magis quam disertos non paucos habuit, paulatim reviviscant, non sine magna religionis et fidei Christianae utilitate. Inter quos est beatus Thomas ille Aquinas recentiorum omnium socii coryphaeus qui, quanti fiat a suae professionis hominibus, nihil huc referre attinet [mot illisible] sane testis minime levis sic de eo sentit ut recentiorum nulli plus diligentiae, nulli ingenium suavius, nulli ordinem superiorem tribuat, nec immerito mediusfidius. Quid enim hoc viro laboriosius pariter ac diligentius reperias, qui tantillo tempore (dicitur enim non admodum ultra quadragesimum annum pervenisse) nihil in sacris, nihil quod ad formendam vitam pertinet indiscussum reliquit, adde quae in prophanis philosophicis nimirum rebus, eo ingenii acumine tractata sunt, ut lectorem nec indoctum, nec supinum requirant. Sed, in hoc // viro, ingenii dotes animique virtutes (quod brevi oratione fieri possit minime) tibi exponere non erat in animo nec tuis es qui, quantum eius autoritati ac ingenio tribuendum sit, ignores. Verborum fucum quem minus spectasse quam nescisse videtur, si quis desideri scriminetur, huic opponemus ingenii acumen, suavitatem, Scripturarum intelligentiam, mores integerrimos, vitam unde sancti cognomen posteris reliquit.
  3. Proinde ubi in librum hunc incidissemus, plane id quod res est, arbitrati sumus nos thesaurum nactos, nec quicquam, hac tempestate, prelo dignius, evangeliorum videlicet omnium que Ecclesia per anni totius spatium in dominicos dies digessit, enarrationis quoddam genus longe utilissimum, nimirum ex veterum theologorum praecipuis Hieronymo, Chrysostomo, Ambrosio, Augustino, Cyrillo, Theoph<ylacto>, nominibus scriptorum prenotatis, congruentissime congestum.
  4. In quo, etsi nihil autori huic – praeter diligentem consacrinationem[12] – debemus, habet tamen et ex illa veterum autoritate laudem et fidem maximam quod nulla, videlicet in toto opere, sententia est que autore suo non nitatur. Itaque, nihil rati studiosos Scripturae sacrae editione fraudare, in lucem rem maxime utilitatis emittimus ut, animum, voluptate hac honestissima, usque colligere consuescant. Vale ac nostro labore fruere feliciter. MCXXXV. kal. martii. //

Index enarrationum, dies dominicos, feriasque complectens, cum initiis et allegationibus evangeliorum secundum temporis seriem digestus…

  1. 6 : Dominica prima in adventu Domini. Matthaei 21. Cum appropinquasset Iesus… in nomine Domini. Expositio. Dominus et redemptor noster Iesus imminente tempore passionis…
  2. 195 (explicit) : Dominica 25 post. Pentecosten. Ioan. 9. Cum sublevasset Iesus oculos et vidisset quia multitudo maxima venisset ad eum, dixit ad Philippum : Unde ememus panes ut manducent hi et caetera. / Notandum quod istud evangelium cum sua expositione invenitur in illo evangelio ‘’Abiit Iesus trans mare Galilelae, quod est Tyberiadis quod legitur Dominic a quarta in quadragesima.

Et in hoc completur compilatio omnium evangeliorum dominicalium et quadragesimalium totius anni cum suis expositionibus, ordine quo legi solent apud seculares. Laus sit ipsi Domino Iesus Christo qui omnium laborum ad laudem et praeconium ipsius factorum, universalis existit retributor, cuius bonitatis clementiam suppliciter invocoet imploro, ut e inutilem servulum suum post transitum vitae huius miserabilis ad illud ineffabile gaudium assumere dignetur. Ubi cum patre et spiritu sancto aeternaliter regnat unus Deus benedictus in saecula saeculorum. Amen. / Finis / Parisiis / excudebat Ioannes Bignon / 1452.

Emissions

Plusieurs émissions avec frontispice au nom de Oudin Petit, Charles Langelier, Jean Foucher (Parisiis : Apud Ioannem Foucherium sub Scuto Florentiae) , Jean Bonhomme, Jacques Kerver

Reproduction numérique

 en ligne (googlebooks) [exemplaire Roma, Casanatense]

Exemplaires

Catalogo del servizio bibliotecariao nationale italiano

5.     La réception cartusienne

Excerpta homilétique

1.      1475: Berlin, SB, ; Ms. lat. qu. 832

Vers 1475, le chartreux Heinrich de Dissen applique le principe mis en oeuvre par les dominicains à la liturgie cartusienne.

Heinrich von Dissen, O. Cart., Collationes capitulares iuxta morem et statuta ordinis Carthusiensium … collectae ex glosa continua sancti Thome de Aquino super Ewangelia, que alio nomine vocatur Cathena Aurea anno domini Mo cccc septuagesimo quinto in vigilia Epiphanie domini (5. Januar 1475).

2.      1476 : Darmstadt, Universitäts- und Landesbibliothek, 0517 [on line] [13]

Henricus de Gerresheim avec le catalogue des saints de Petrus de Natalibus  Glossa continua (Catena aurea) super evangelia in Johannem

Excerpta non liturgiques

3.      chartreux,  1401-1500 : Oxford, Bodleian Library         Hamilton 45   2053    prov. Erford MT[14]

4.      chartreux,  1401-1500 :  Oxford, Bodleian Library        Hamilton 45   2053    prov. Erford (chartreux)        MC[15]

5.      chartreux,  1401-1500 : Oxford, Bodleian Library         Hamilton 45   2053                           prov. Erford (chartreux)                                  LC[16]

6.      chartreux,  1401-1500 :  Oxford, Bodleian Library        Hamilton 45   2053                           prov. Erford (chartreux)                                  IO[17]

6.     1662-1749 Bibliotheca Patrum concionatoria

En 1662, le dominicain François Combefils publie la Bibliotheca Patrum Concionatoriaqui propose pour chaque occasion liturgique de l’année de larges emprunts à la Catena aurea qu’il édite d’après la Piana et annote en critiquant vertement l’édition de Nicolaï parue 5 ans auparavant.

7.     Excerpta homilétiques manuscrits

A.     épîtres dédicatoires, oratio dominica, dominicalia, quadragesimalia

La Catenula a été préparée dès le 14e siècle par plusieurs tentatives d’adaptation de la Catena aux besoins de l’homilétique, souvent précédées des épîtres dédicatoire de l’oeuvre originale

7.      Italie, 1301-1315 : Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Edili 015, CST 0882

La première sentence du Mercredi des cendres est identique à celle de Gymnicus, mais l’ordre liturgique semble différent puisqu’il propose des textes pour le jeudi saint. On retrouve pour le 25e dimanche après la Trinité le même renvoi au 4e dimanche de carême que chez Gymnicus, mais formulé différemment

  1. Super orationem dominicam, inc. « Sic ergo vos orabitis…(Matth. 6, 9). Glosa. Inter salutaria monita et divina quibus consulit… », des. « …liberos nos faciet filios dei » f. 1ra-5rb
  2. Super evangelia quadragesimalia, inc. « Feria iiij in capite ieiunii. Crisost. super Matth. (6. 16). Quia oratio illa fortis est que fit in spiritu… » [= Gymnicus, p. 33], des. mutil. (Feria V Maioris hebdomadae, Ioh. 13, I) « …Theoph. Quia dominus migraturus erat de presenti seculo »[om. Gymnicus] f. 5rb-132vb.
  3. f. 133ra-va: Epistula dedicatoria ad Urbanum papam IV.
  4. f. 133va-134ra :Epistula dedicatoria ad card. Hannibaldum.
  5. f. 134ra-268vb :Super evangelia dominicalia, inc. « Dominica prima in adventu domini. Cum appropinquasset… Matth. 21. Remigius. Narravit superius evangelista dominum egressum a galilea… », des. (Dominica XXV post Trinitatem) « Require supra dominica iiij in quadragesima »

prov. Geminianus de Inghyramis de Prato (+ 1460)

8.      Italie : 1296-1305 : Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Fiesole 101,  CST 0911

« Tabula de epistulis, prophetiis et lectionibus et evangeliis » f. 1ra – 5vb

1 Prologus Catenae super Matthaeum inc. “ Glossa. Evangelii prenuntiator…” ff. 6ra-7vb

[…]

Ex Catena, Epistula dedicatoria ad Urbanum papam IV f. ira-b

Ex Catena, Epistula dedicatoria ad card. Hannibaldum f. irb-va

Ex Catena super evangelia dominicalia inc. “Dominica Ia in adventu.

Cum appropinquasset…”, des. “…Dom. XXV post trinitatem evangelium. Cum sublevasset oculos ihesus et vidisset etc. Require supra dominica iiija infra Xla “ f. iva-lxxxviiva

Ex Catena super orationem Dominicam (Matth. 6, 9-13) inc. “ Sic ergo vos orabitis… Glossa. Inter salutaria monita…”, des. “…liberos nos faciet filios dei “ f. lxxxvii vb-xcva

6 Ex Catena super evangelia quadragesima inc. “ Feria iiija in capite ieiunii. Cum ieiunatis… Mt. vj. Crisost. super Mt. Quia oratio illa fortis est…”, des. (Feria II Marioris hebdomadae, Ioh. 12) “…de lazaro referente perpendere “ f. xcva – cxlviiira

7 Ex Catena super Lucam (cap. 19, 1-10) inc. “ In consecratione ecclesie. Et ingressus… Luc. xix. Ambros. Sacheus in sicomoro…” f. cxlviiira – cxlixrb

8 Ex Catena super Iohannem (cap. 6, 48-61) inc. “ Feria Va post primam dominicam pente. de corpore christi. Ego sum panis vite…Io. vj. Crisost. Quia vero turbe instabant…” f. clvrb-clviirb

[…]

10 Ex Catena super nonnulla evangelia liturgica (Matth. 26, 15-35; 17, 1-9; 1, 1-16; Luc. 3, 1-5; Matth. 28, 16-20; Ioh. 20, 1-9; Marc. 16, 14-20) f. clxira– clxxiiiva

[…]

11 Ex Catena super evangelia de sanctis inc. “ In vigilia beati Andree. Altera die stabat… Io. I. Crisostomus. Quia nulli hiis que a principio…”, des. (In festo omnium sanctorum, Matth. 5) “…ad bona poterant, corda innocentium corrumpant” f. clxxxira – ccxxxivvb

Excerpta “ De vitio gule et ieiunio “ f. ccxxxivvb – ccxxxvra

Adnotatione plurimae variis manibus additae. Auctoritates in textu aut in marginibus miniatae.

Fol 87va haec addidit librarius minio scripta: “Expliciunt evangelia dominicalia exposita per totum annum secundum ordinem fratrum predicatorum. Extracta de evangeliis continuis fratris Thome de aquino ordinis fratrum predicatorum”

9.      Italie : 1400-1425 circa. (avant 1439)

Au plus tard au début du 15e siècle le procédé est attesté par un manuscrit qui aurait été copié en Italie, puis relié au couvent des dominicains de Nuremberg vers 1439.

NUERNBERG, Stadtbibliothek, Cent. I. 29; Italie (ou Avignon ?), 1300-1400 (catalogue) 1401-1415 (Shooner) (avant 1439); prov., Nürenberg, OP.

  1. 1ra-142ra : Avent : Sicut scriptum est in Isaia propheta : ecce ego mitto angelum meum
  2. 142rb-158vb : Temps de la Passion
  3. 159ra-220rb : De sanctis : Incipiunt omelie de sanctis. In natali sancti Stephani secundum Matheum xxiij. In illo tempore dicebat Ihesus turbis Iudeorum…. Crisostomus. Quia dixerat contra phariseos… “ des.: « In natali sancti Thome apostolis. Thomas unus de duodecim. Require in octava pasche circa medium lectionis. (f. 220rb)

10.  1401-1500 : München, Bayerische Staatsbibliothek, Lat. 05806

prov. OSB Ebersberg, SS. Maria et Sebastianus

1 Epistula dedicatoria ad Urbanum papam IV fol. 1ra-b

2 Epistula dedicatoria ad card. Hannibaldum fol. 1rb-va

3 Super evangelia dominicalia inc. “ Dominica prima in adventu. Cum appropinquasset… (Matth. 21, 1). Remigius. Narravit superius evangelium dominum egressum…” f. 1va-92va

4 Super orationem Dominicam inc. “ Sic ergo vos orabitis … (Matth. 6, 9). Glossa. Inter salutaria monita…” f. 92 va-95va

5 Super evangelia quadragesimalia inc. “ Feria iiij in capite Ieiunii. Cum ieiunatis…Crisostomus super Mt. (6, 16). Quia oratio illa fortis est…” f. 95va-101va

6 Super evangelia de sanctis inc. “ In vigilia sancti Andree. Altera die stabat Iohannes… (Ioh. 1, 35). Crisostomus. Quia nulli hiis que a principio… “ f. 101va-157rb

B.      épîtres dédicatoires, avent, passion, de sanctis

11.  1401-1500 : San Severino Marche (macerata), Biblioteca Comunale Antolisei, 162 (CST)

  1. Super evangelia de tempore totius anni liturgici : fol. 1r-236r
  2. Super evangelia in nonnullis diebus festis : fol. 236r-271v

12.  1519 (f. 290vb) : Duesseldorf, Universitäts- und Landesbibliothek, B 138 (CST 0696A), prov. Düsseldorf, Kreuzherrenkonvent

  1. 1ra-207rb : Super evangelia de tempore inc. “Dominica prima adventus. Mt. (21, 1-9). In illo tempore cum appropinquasset… (Remigius) Narravit superius evangelista dominum egressum a galilea…”;
  2. 208ra sqq. : Super evangelia de sanctis inc. “In festo Sancti Andree. Secundum Mattheum (Mt. 4, 18-22). Ambulans ihesus etc. Antequam christus aliquid dicat vel faciat…”

1ra – 290vb  EXPOSITIO EVANGELIORUM DE TEMPORE ET DE SANCTIS SECUNDUM THOMAM DE AQUINO.

– (1ra–210rb) DE TEMPORE. >Incipiunt omelie de tempore ex continuo sancti Thome. Dominica prima adventus. Matheus.<  IN ILLO TEMPORE CUM APPROPINQUASSET … [MT 21,1]. >Omelia lectionis eiusdem.< [am Rand: Remigius:]  NARRAVIT SUPERIUS EVANGELISTA DOMINUM EGRESSUM A GALILEA … (208va) Dominica ultima … require supra dominica quarta in xl, Letare scilicet. >Dedicationis festo. Secundum Lucam.<  IN ILLO TEMPORE INGRESSUS IHESUS … [LC 19,1]. >Lectionis eiusdem.< [Am Rand: Ambrosius:]  QUIS IAM DE SE DESPERET, QUANDO ISTE PERVENIT … – … ab antiqua nequicia, quod et nobis perficere concedat Ihesus Christus … secula. Amen. Darunter Initialen des Schreibers Henricus de Gerresheim (in Rot; teilweise getilgt): H + G. – (210v) leer.– (211ra–290vb) DE SANCTIS. >Incipiunt omelie de sanctis ex continuo sancti Thome collecte cum legendis abbreviatis. In festo sancti Andree. Secundum Matheum.<  IN ILLO [TEMPORE] AMBULANS IHESUS ETC. [MT 4,18]. [Am Rand: Crisostomus:]  ANTEQUAM CHRISTUS ALIQUOD DICAT VEL FACIAT, VOCAT APOSTOLOS UT NICHIL ILLOS LATEAT … (288vb) >Katherine virginis. Secundum Matheum.<  IN ILLO [TEMPORE] DIXIT IHESUS DISCIPULIS SUIS PARABOLAM HANC: SIMILE EST REGNUM … [MT 13,44]. [AM RAND: CRISOSTOMUS:] THESAURUS ABSCONDITUS IN AGRO PREDICATIO EST EVANGELII OCCULTATA IN MUNDO … (290rb) premia non invitant, prestante domino nostro Ihesu Christo cui cum patre … Amen. >Finiunt omelie ad laudem dei per manus fratris Henrici Gerisheym anno salutis 1519, Sebastiani martyris.< (290va–b)

13.  1749 Bibliotheca Patrum concionatoria

En 1749 à Venise, le dominicain François Combefils publie la Bibliotheca Patrum Concionatoriaqui propose pour chaque occasion liturgique de l’année de larges emprunts à la Catena aurea.

C.      de tempore iuxta ordinem biblicum

14.  Bohême, 1401-1415 : Praha, Knihovna Národního muzea, V.E.25CST, prov.  sec. Wanjaw

  1. 107v-196v : Ex Catena super Iohannem in evangelia de tempore
  2. 197r-238r : Ex Catena super Lucam et Marcum

D.     de tempore, de passione

15.  1351-1400 : Nuernberg, Stadtbibliothek, Cent. I. 08    (sigle Nu8)

Excerpta ex <Thomae de Aquino> Catena:

  1. Super Evangelia de tempore rubr. “ Dominica prima in adventu domini. secundum Marcum “ (cap. 1), inc. “ Inicium ewangelii ihesu christi…Ieronimus. Marcus ewangelista sacerdocium…”, des. “ Dominica xxiiija <post Trinitatem>. Cum sublevasset oculos ihesus. Quere in dominica in media quadragesima ante medium evangelii “ f. 1ra-142ra
  2. Super evangelia in cena et passione Domini secundum Iohannem (cap. 13, 18 et 19) inc. “ Ante diem festum pasche…Theoph<ylactus>. Quia dominus trasmigraturus… ”, des. “ …qua nichil amarius estimo. A qua voce nos eripiat ihesus christus…Amen ” f. 142rb-158vb

16.  1301-1400 : NAPOLI        Biblioteca nazionale Vittorio Emanuele III  VII. B. 22 (CST 1931)              prov. S. Iohannis ad Carbonariam            Excerpta super evangelia de tempore  (Na22)

  1. Excerpta ex Catena super evangelia de tempore “ Dominica prima de adventu secundum Lucam cap. xxi. Et erunt signa in sole…Beda. Quid impletis nationum temporibus… “, expl. (Dominica XXIV post Pentecosten, Matth. 24) “ … preciosior celo et terra est ecclesia “f. 1ra-332rb

17.  ČESKÉ BUDEJOVICE, Jihočeské muzeum – Farní knihovna sv. Mikuláše, XV.9            Excerpta ex Catena super evangelia de sanctis[18]

Excerpta abbreviata ex CMT (cap. 25) et super Iohannem (cap. 8 et 11) in evangelia anni liturgici.

Super evangelia de sanctis rubr. “ In natali sancti stephani. Secundum matheum xxiij “, inc. “ In illo tempore. Dicebat ihesus turbis… Crisostomus. Quia dixerat contra phariseos… “, des. “ In natali Sancti Thome apostoli. Thomas unus de duodecim. Require in octava pasche. circa medium lectionis “ f. 159ra-220rb.Helsingfors/helsinki              Kansalliskirjasto (olim Yliopiston Kirjasto)     Thomas de Aq. fragm. 03

E.      Excerpta sur quelques péricopes liturgiques

18.  1376 (ante) ADMONT, Bibliothek des Benediktinerstifts, Cod. 98 (CST 0007), f. 87ra-100rb.  .

19.  1401-1500 Roma, Archivio del Convento di S. Maria sopra Minerva, Z.I.18  

            prov. Leonardus de Mansuetis de Perusia, maître de l’ordre dominicain  Ex Catena super Matthaeum, Marcum, Lucam, Iohannem

[1] Pour plus de détails sur le contexte de ces réécritures, voir notre Introduction générale et M. Morard, « Les éditions de la Catena », 3e éd., CNRS 2020 in : Sacra Pagina : Thomas d’Aquin : Catena aurea.

[2] Cf. plus loin proemium auctoris.

[3] Gesamtkatalog der Wiegendrucke, version numérique, Staatsbibliothek zu Berlin.

[4] Début de la Pars sanctoralis ; voir plus loin la description du texte.

[5] etiam] coniec., êt Ed1494

[6] SOP : Quétif (Jacques), Echard (Jacques), Scriptores ordinis predicatorum, t. 1, Paris, 1719, p. 880a-b. Fils de la province de Lombardie inférieure (t. 2, p. 915b). Petrus de Vicenza est omis par Kaeppeli-Panella, Scriptores ordinis praedicatorum Medii Aevii, Roma, 1970-1993.

[7] SOP, t. 2, p. 970 (mention)

[8] Evêque 11/13.5.1487 et décédé avant le 22.7.1504 ; cf. Gams, Serie episcoporum Ecclesiae catholicae, p. 686 ; C. Eubel, Hierarchia catholica, Münich, t. 2, 1914 ; t. 3, p. 113).

[9] lectori] lectoris cacogr. Ed.

[10] Cf. 2Cor. 12, 9 : « Libenter igitur gloriabor in infirmitatibus meis, ut inhabitet in me virtus Christi ».

[11] Cf. Aristote, Eth. Nic., 5, 14, 1137a31-33. Cette allusion aristotélicienne renvoie au débat sur les deux interprétations de la notion d’epikeia (applicatio vel correctio legis). Il est remarquable de la voir appliquée à l’herméneutique et non plus seulement à l’éthique.

[12] consacrinationem] sic Ed, forte pro consecrationem ?

[13] f. 1r-213v : Super evangelia de tempore a Pascha usque ad Adventum (excerpta) ; f. 215r-236v : Super evangelia de Adventu ; f. 236v-237r Epistula dedicatoria ad Urbanum papam IV ; f. 237r : Epistula dedicatoria ad cardinalem Hannibaldum ; f. 237v-238v Tabula huius libri

[14] Ex Catena super Matthaeum, inc. “ In ewangelio precipue forma fidei catholice traditur… “ f. 13v-43r

[15] Ex Catena super Marcum, inc. “ Illuminatio gentium et salus mundi ex dispositione patris… “ f. 43v-59v

[16] Ex Catena super Lucam, inc. “ Ambrosius. Bene congruit vitulo hic ewangelii liber… “ f. 60r-135v

[17] Ex Catena super Iohannem, inc. “ Divine visionis… “ f. 135v-194v “ Registrum super excerptum b. Thome super 4or ewangelistas “ ordine itterarum digestum f. 203ra-210rb

[18] f. 9-va-190ra : Errata vel omissa in tomo I, Codices Manuscripti operum Thomae de Aquino, Tomus II, Roma, 1973, p. 7*

Table des péricopes de la Catena aurea

Citer ce billet : Martin Morard, "Table des péricopes de la Catena aurea", dans Sacra Pagina, 25/02/2020, https://big.hypotheses.org/2226, consulté le 13/08/2020.
  1. Ce billet traite du découpage du texte biblique  adopté par Thomas d’Aquin dans la Catena aurea.
  2. Le texte biblique de la Catena a été divisé par Thomas d’Aquin en 827 péricopes.
  3. Ce découpage en péricopes repose sur une analyse structurelle et narrative du texte évangélique, propre à Thomas.
  4. La divisio textus des postilles ne doit pas être confondue avec le découpage en péricopes de la Catena. Les divisions de la Catena sont les causes matérielles, les éléments  objectifs, de la divisio textus des postilles thomasiennes sur Matthieu et sur Jean.
  5. La divisio textus des postilles est en réalité une reconstruction théologique du texte à partir des éléments structurels du texte évangélique, présupposés à l’analyse intellectuelle des postilles scolastiques. La Catena s’abstient de toute justification des divisions qu’elle adopte.
  6. a division des péricopes bibliques de la Catena est stable dans la tradition manuscrite et imprimée. Certaines différences entre la capitulation en usage à Paris et en Italie au 13e siècle expliquent les irrégularités signalées ci-dessous.
  7. Dans les deux cas, l’antigraphe du ms. de Linz (Li446) – qui n’a pas été établi sur un texte parisien –  ne tient pas compte des divisions parisiennes, mais de la division moderne en usage en Italie dès le 13e siècle. La mis en pièce et l’adaptation d’un lemme rapporté parisien a conduit à des ajustement boiteux.
  8. Les différences portent sur
  9. Mt. 6 : les 2 dernières divisions du chapitre 5 (style de Paris repris par Marietti) (CMT5d22, CMT5d23) traitent de Mt. 6, 1-4 (nouveau style)
  10. Mt. 16 : Seul cas repéré où une distinction chevauche deux chapitres. La capitulation parisienne fait commencer le chapitre 16 au niveau de Mt. 15, 39  (capitulation moderne), anticipant le commencement du chapitre 16 d’un verset. Par conséquence, trois sentences qui concernent le dernier verset du chapitre 15 (Mt. 15, 39) sont placées au début du chapitre 16. CMT15d8.1-3 (style moderne) = CMT16d1.1-3 (style parisien)
  11. Pour faciliter le repérage des passages de la Catena cités dans la littérature scientifique, la CAE conserve la numérotation moderne des chapitres et la numérotation ancienne des divisions fixée par l’Index thomisticus (à partir de l’édition Marietti) en signalant leur équivalence dans l’identifiant unique des sentences : CMT6 v. 1 =5d.22 ; CMT6 v. 2-4 =5d.23
  12. Les erreurs et particularités des autres éditions sont signalées en apparat.
  13.  

Catena in Matthaeum

CMT 1

  1. CMT1, v. 1 divisio 1
  2. CMT1, v. 2 divisio 2
  3. CMT1, v. 3-5 divisio 3
  4. CMT1, v. 6-8a divisio 4
  5. CMT1, v. 8b-11 divisio 5
  6. CMT1, v. 12-15 divisio 6
  7. CMT1, v. 16 divisio 7
  8. CMT1, v. 17 divisio 8
  9. CMT1, v. 18 divisio 9
  10. CMT1, v. 19 divisio 10
  11. CMT1, v. 20 divisio 11
  12. CMT1, v. 21 divisio 12
  13. CMT1, v. 22-23 divisio 13
  14. CMT1, v. 24-25 divisio 14

CMT 2

  1. CMT2, v. 1-2 divisio 1
  2. CMT2, v. 3-6 divisio 2
  3. CMT2, v. 7-9a divisio 3
  4. CMT2, v. 9b divisio 4
  5. CMT2, v. 10-11 divisio 5
  6. CMT2, v. 12 divisio 6
  7. CMT2, v. 13-15 divisio 7
  8. CMT2, v. 16 divisio 8
  9. CMT2, v. 17-18 divisio 9
  10. CMT2, v. 19-20 divisio 10
  11. CMT2, v. 21-23 divisio 11

CMT 3

  1. CMT3, v. 1-3 divisio 1
  2. CMT3, v. 4 divisio 2
  3. CMT3, v. 5-6 divisio 3
  4. CMT3, v. 7-10 divisio 4
  5. CMT3, v. 11-12 divisio 5
  6. CMT3, v. 13-15 divisio 6
  7. CMT3, v. 16 divisio 7
  8. CMT3, v. 17 divisio 8

CMT 4

  1. CMT4, v. 1-2 divisio 1
  2. CMT4, v. 3-4 divisio 2
  3. CMT4, v. 5-6 divisio 3
  4. CMT4, v. 8-11 divisio 4
  5. CMT4, v. 12-16 divisio 5
  6. CMT4, v. 17 divisio 6
  7. CMT4, v. 18-22 divisio 7
  8. CMT4, v. 23-25 divisio 8

CMT 5

  1. CMT5, v. 1-3 divisio 1
  2. CMT5, v. 4 divisio 2
  3. CMT5, v. 5 divisio 3
  4. CMT5, v. 6 divisio 4
  5. CMT5, v. 7 divisio 5
  6. CMT5, v. 8 divisio 6
  7. CMT5, v. 9 divisio 7
  8. CMT5, v. 10 divisio 8
  9. CMT5, v. 11-12 divisio 9
  10. CMT5, v. 13 divisio 10
  11. CMT5, v. 14-16 divisio 11
  12. CMT5, v. 17-19 divisio 12
  13. CMT5, v. 20-22 divisio 13
  14. CMT5, v. 23-24 divisio 14
  15. CMT5, v. 25-26 divisio 15
  16. CMT5, v. 27-28 divisio 16
  17. CMT5, v. 29-30 divisio 17
  18. CMT5, v. 31-32 divisio 18
  19. CMT5, v. 33-37 divisio 19
  20. CMT5, v. 38-42 divisio 20
  21. CMT5, v. 43-48 divisio 21

CMT 6

  1. CMT6, v. 1 : “CMT6=5d.22” : Ed1953 // “CMT6d1” : Ed1876 // “CMT5d23” : Ed1861
  2. CMT6, v. 2-4 : “CMT6=5d.23” : Ed1953 // “CMT6d2”:Ed1876 // “CMT5d24” : Ed1861
  3. CMT6, v. 5-6 divisio 1 // «CMT6d3:Ed1876”
  4. CMT6, v. 7-8 divisio 2 // “CMT4:Ed1876”
  5. CMT6, v. 9a divisio 3 // “CMT5:Ed1876”
  6. CMT6, v. 9b divisio 4 // “CMT6:Ed1876”
  7. CMT6, v. 10a divisio 5 // “CMT7:Ed1876”
  8. CMT6, v. 10b divisio 6 // “CMT8:Ed1876”
  9. CMT6, v. 11 divisio 7 // “CMT9:Ed1876”
  10. CMT6, v. 12 divisio 8 // “CMT10:Ed1876”
  11. CMT6, v. 13a divisio 9 // “CMT11:Ed1876”
  12. CMT6, v. 13b divisio 10 // “CMT12:Ed1876”
  13. CMT6, v. 14-15 divisio 11 // “CMT13:Ed1876”
  14. CMT6, v. 16 divisio 12 // “CMT14:Ed1876”
  15. CMT6, v. 17-18 divisio 13 // “CMT15:Ed1876”
  16. CMT6, v. 19-21 divisio 14 // “CMT16:Ed1876”
  17. CMT6, v. 22-23 divisio 15 // “CMT17:Ed1876”
  18. CMT6, v. 24 divisio 16 // “CMT18:Ed1876”
  19. CMT6, v. 25 divisio 17 // “CMT19:Ed1876”
  20. CMT6, v. 26-27 divisio 18 // “CMT20:Ed1876”
  21. CMT6, v. 28-30 divisio 19 // “CMT21:Ed1876”
  22. CMT6, v. 31-33 divisio 20 // “CMT22:Ed1876”
  23. CMT6, v. 34 divisio 21  // “CMT23:Ed1876”

CMT 7

  1. CMT7, v. 1-2 divisio 1
  2. CMT7, v. 3-5 divisio 2
  3. CMT7, v. 6 divisio 3
  4. CMT7, v. 7-8 divisio 4
  5. CMT7, v. 9-11 divisio 5
  6. CMT7, v. 12 divisio 6
  7. CMT7, v. 13-14 divisio 7
  8. CMT7, v. 15-20 divisio 8
  9. CMT7, v. 21-23 divisio 9
  10. CMT7, v. 24-27 divisio 10
  11. CMT7, v. 28 divisio 11

CMT 8

  1. CMT8, v. 1-4 divisio 1
  2. CMT8, v. 5-9 divisio 2
  3. CMT8, v. 10-13 divisio 3
  4. CMT8, v. 14-15 divisio 4
  5. CMT8, v. 16-17 divisio 5
  6. CMT8, v. 18-22 divisio 6
  7. CMT8, v. 23-27 divisio 7
  8. CMT8, v. 28-34 divisio 8

CMT 9

  1. CMT9, v. 1-8 divisio 1
  2. CMT9, v. 9, 9-13 divisio 2
  3. CMT9, v. 9, 14-17 divisio 3
  4. CMT9, v. 9, 18-22 divisio 4
  5. CMT9, v. 23-26 divisio 5
  6. CMT9, v. 27-31 divisio 6
  7. CMT9, v. 32-34 divisio 7
  8. CMT9, v. 35-38 divisio 8

CMT 10

  1. CMT10, v. 1-4 divisio 1
  2. CMT10, v. 5-8 divisio 2
  3. CMT10, v. 9-10 divisio 3
  4. CMT10, v. 11-15 divisio 4
  5. CMT10, v. 16-18 divisio 5
  6. CMT10, v. 19-20 divisio 6
  7. CMT10, v. 21-22 divisio 7
  8. CMT10, v. 23 divisio 8
  9. CMT10, v. 24-25 divisio 9
  10. CMT10, v. 26-28 divisio 10
  11. CMT10, v. 29-31 divisio 11
  12. CMT10, v. 32-33 divisio 12
  13. CMT10, v. 34-36 divisio 13
  14. CMT10, v. 37-39 divisio 14
  15. CMT10, v. 40-42 divisio 15

CMT 11

  1. CMT11, v. 1 divisio 1
  2. CMT11, v. 2-6 divisio 2
  3. CMT11, v. 7-10 divisio 3
  4. CMT11, v. 11 divisio 4
  5. CMT11, v. 12-15 divisio 5
  6. CMT11, v. 16-19 divisio 6
  7. CMT11, v. 20-24 divisio 7
  8. CMT11, v. 25-26 divisio 8
  9. CMT11, v. 27 divisio 9
  10. CMT11, v. 28-30 divisio 10

CMT 12

  1. CMT12, v. 1-8 divisio 1
  2. CMT12, v. 9-13 divisio 2
  3. CMT12, v. 14-21 divisio 3
  4. CMT12, v. 22-24 divisio 4
  5. CMT12, v. 25-26 divisio 5
  6. CMT12, v. 27-28 divisio 6
  7. CMT12, v. 29 divisio 7
  8. CMT12, v. 30 divisio 8
  9. CMT12, v. 31-32 divisio 9
  10. CMT12, v. 33-35 divisio 10
  11. CMT12, v. 36-37 divisio 11
  12. CMT12, v. 38-40 divisio 12
  13. CMT12, v. 41-42 divisio 13
  14. CMT12, v. 43-45 divisio 14
  15. CMT12, v. 46-50 divisio 15

CMT 13

  1. CMT13, v. 1-9 divisio 1
  2. CMT13, v. 10-17 divisio 2
  3. CMT13, v. 18-23 divisio 3
  4. CMT13, v. 24-30 divisio 4
  5. CMT13, v. 31-32 divisio 5
  6. CMT13, v. 33 divisio 6
  7. CMT13, v. 34-35 divisio 7
  8. CMT13, v. 36-43 divisio 8
  9. CMT13, v. 44 divisio 9
  10. CMT13, v. 45-46 divisio 10
  11. CMT13, v. 47-50 divisio 11
  12. CMT13, v. 51-52 divisio 12
  13. CMT13, v. 53-58 divisio 13

CMT 14

  1. CMT14, v. 1-5 divisio 1
  2. CMT14, v. 6-12 divisio 2
  3. CMT14, v. 13-14 divisio 3
  4. CMT14, v. 15-21 divisio 4
  5. CMT14, v. 22-33 divisio 5
  6. CMT14, v. 34-36 divisio 6

CMT 15

  1. CMT15, v. 1-6 divisio 1
  2. CMT15, v. 7-11 divisio 2
  3. CMT15, v. 12-14 divisio 3
  4. CMT15, v. 15-20 divisio 4
  5. CMT15, v. 21-28 divisio 5
  6. CMT15, v. 29-31 divisio 6
  7. CMT15, v. 32-38 divisio 7
  8. CMT15, v. 39 divisio 8 // CMT16d1 : edd. praeter Li446 Md214

CMT 16

  1. CMT16, v. 1-4 divisio 1 (suite)
  2. CMT16, v. 5-12 divisio 2
  3. CMT16, v. 13-19 divisio 3
  4. CMT16, v. 20-21 divisio 4
  5. CMT16, v. 22-23 divisio 5
  6. CMT16, v. 24-25 divisio 6
  7. CMT16, v. 26-28 divisio 7

CMT 17

  1. CMT17, v. 1-4 divisio 1
  2. CMT17, v. 5-9 divisio 2
  3. CMT17, v. 10-13 divisio 3
  4. CMT17, v. 14-17 divisio 4
  5. CMT17, v. 18-20 divisio 5
  6. CMT17, v. 21-22 divisio 6
  7. CMT17, v. 23-26 divisio 7

CMT 18

  1. CMT18, v. 1-6 divisio 1
  2. CMT18, v. 7-9 divisio 2
  3. CMT18, v. 10-14 divisio 3
  4. CMT18, v. 15-17 divisio 4
  5. CMT18, v. 18-20 divisio 5
  6. CMT18, v. 21-22 divisio 6
  7. CMT18, v. 23-25 divisio 7

CMT 19

  1. CMT19, v. 1-8 divisio 1
  2. CMT19, v. 9 divisio 2
  3. CMT19, v. 10-12 divisio 3
  4. CMT19, v. 13-15 divisio 4
  5. CMT19, v. 16-22 divisio 5
  6. CMT19, v. 23-26 divisio 6
  7. CMT19, v. 27-30 divisio 7

CMT 20

  1. CMT20, v. 1-16 divisio 1
  2. CMT20, v. 17-19 divisio 2
  3. CMT20, v. 20-23 divisio 3
  4. CMT20, v. 24-28 divisio 4
  5. CMT20, v. 29-34 divisio 5

CMT 21

  1. CMT21, v. 1-9 divisio 1
  2. CMT21, v. 10-16 divisio 2
  3. CMT21, v. 17-22 divisio 3
  4. CMT21, v. 23-27 divisio 4
  5. CMT21, v. 28-32 divisio 5
  6. CMT21, v. 33-44 divisio 6
  7. CMT21, v. 45-46 divisio 7

CMT 22

  1. CMT22, v. 1-14 divisio 1
  2. CMT22, v. 15-22 divisio 2
  3. CMT22, v. 23-33 divisio 3
  4. CMT22, v. 34-40 divisio 4
  5. CMT22, v. 41-46 divisio 5

CMT 23

  1. CMT23, v. 1-4 divisio 1
  2. CMT23, v. 5-12 divisio 2
  3. CMT23, v. 13 divisio 3
  4. CMT23, v. 14 divisio 4
  5. CMT23, v. 15 divisio 5
  6. CMT23, v. 16-22 divisio 6
  7. CMT23, v. 23-24 divisio 7
  8. CMT23, v. 25-26 divisio 8
  9. CMT23, v. 27-28 divisio 9
  10. CMT23, v. 29-31 divisio 10
  11. CMT23, v. 32-36 divisio 11
  12. CMT23, v. 37-39 divisio 10

CMT 24

  1. CMT24, v. 1-2 divisio 1
  2. CMT24, v. 3-5 divisio 2
  3. CMT24, v. 6-8 divisio 3
  4. CMT24, v. 9-14 divisio 4
  5. CMT24, v. 15-22 divisio 5
  6. CMT24, v. 23-28 divisio 6
  7. CMT24, v. 29-30a divisio 7
  8. CMT24, v. 30b divisio 8
  9. CMT24, v. 31 divisio 9
  10. CMT24, v. 32-35 divisio 10
  11. CMT24, v. 36-41 divisio 11
  12. CMT24, v. 42-44 divisio 12
  13. CMT24, v. 45-51 divisio 13

CMT 25

  1. CMT25, v. 1-13 divisio 1
  2. CMT25, v. 14-30 divisio 2
  3. CMT25, v. 31-45 divisio 3
  4. CMT25, v. 46 divisio 4

CMT 26

  1. CMT26, v. 1-2 divisio 1
  2. CMT26, v. 3-5 divisio 2
  3. CMT26, v. 6-13 divisio 3
  4. CMT26, v. 14-16 divisio 4
  5. CMT26, v. 17-19 divisio 5
  6. CMT26, v. 20-25 divisio 6
  7. CMT26, v. 26 divisio 7
  8. CMT26, v. 27-29 divisio 8
  9. CMT26, v. 30-35 divisio 9
  10. CMT26, v. 36-38 divisio 10
  11. CMT26, v. 39-44 divisio 11
  12. CMT26, v. 45-46 divisio 12
  13. CMT26, v. 47-50 divisio 13
  14. CMT26, v. 51-54 divisio 14
  15. CMT26, v. 55-58 divisio 15
  16. CMT26, v. 59-68 divisio 16
  17. CMT26, v. 69-75 divisio 17

CMT 27

  1. CMT27, v. 1-5 divisio 1
  2. CMT27, v. 6-10 divisio 2
  3. CMT27, v. 11-14 divisio 3
  4. CMT27, v. 15-26 divisio 4
  5. CMT27, v. 27-30 divisio 5
  6. CMT27, v. 31-34 divisio 6
  7. CMT27, v. 35-38 divisio 7
  8. CMT27, v. 39-44 divisio 8
  9. CMT27, v. 45-50 divisio 9
  10. CMT27, v. 51-56 divisio 10
  11. CMT27, v. 57-61 divisio 11
  12. CMT27, v. 62-66 divisio 12

CMT 28

  1. CMT28, v. 1-7 divisio 1
  2. CMT28, v. 8-10 divisio 2
  3. CMT28, v. 11-15 divisio 3
  4. CMT28, v. 16-20 divisio 4

Catena in Marcum

CMC 1

  1. CMC1, v. 1 divisio 1
  2. CMC1, v. 2-3 divisio 2
  3. CMC1, v. 4-8 divisio 3
  4. CMC1, v. 9-11 divisio 4
  5. CMC1, v. 12-13 divisio 5
  6. CMC1, v. 14-15 divisio 6
  7. CMC1, v. 16-20 divisio 7
  8. CMC1, v. 21-22 divisio 8
  9. CMC1, v. 23-28 divisio 9
  10. CMC1, v. 29-31 divisio 10
  11. CMC1, v. 32-34 divisio 11
  12. CMC1, v. 35-39 divisio 12
  13. CMC1, v. 40-45 divisio 13

CMC 2

  1. CMC2, v. 1-12 divisio 1
  2. CMC2, v. 13-17 divisio 2
  3. CMC2, v. 18-22 divisio 3
  4. CMC2, v. 23-28 divisio 4

CMC 3

  1. CMC3, v. 1-5 divisio 1
  2. CMC3, v. 6-12 divisio 2
  3. CMC3, v. 13-19 divisio 3
  4. CMC3, v. 20-22 divisio 4
  5. CMC3, v. 23-30 divisio 5
  6. CMC3, v. 31-35 divisio 6

CMC 4

  1. CMC4, v. 1-20 divisio 1
  2. CMC4, v. 21-25 divisio 2
  3. CMC4, v. 26-29 divisio 3
  4. CMC4, v. 30-34 divisio 4
  5. CMC4, v. 35-40 divisio 5

CMC 5

  1. CMC5, v. 1-20 divisio 1
  2. CMC5, v. 21-34 divisio 2
  3. CMC5, v. 35-43 divisio 3

CMC 6

  1. CMC6, v. 1-6a divisio 1
  2. CMC6, v. 6b-13 divisio 2
  3. CMC6, v. 14-16 divisio 3
  4. CMC6, v. 17-29 divisio 4
  5. CMC6, v. 30-34 divisio 5
  6. CMC6, v. 35-44 divisio 6
  7. CMC6, v. 45-52 divisio 7
  8. CMC6, v. 53-56 divisio 8

CMC 7

  1. CMC7, v. 1-13 divisio 1
  2. CMC7, v. 14-23 divisio 2
  3. CMC7, v. 24-30 divisio 3
  4. CMC7, v. 31-37 divisio 4

CMC 8

  1. CMC8, v. 1-9 divisio 1
  2. CMC8, v. 10-21 divisio 2
  3. CMC8, v. 22-26 divisio 3
  4. CMC8, v. 27-33 divisio 4
  5. CMC8, v. 34-39 divisio 5

CMC 9

  1. CMC9, v. 1-7 divisio 1
  2. CMC9, v. 8-12 divisio 2
  3. CMC9, v. 13-28 divisio 3
  4. CMC9, v. 29-36 divisio 4
  5. CMC9, v. 37-41 divisio 5
  6. CMC9, v. 42-49 divisio 6

CMC 10

  1. CMC10, v. 1-12 divisio 1
  2. CMC10, v. 13-16 divisio 2
  3. CMC10, v. 17-27 divisio 3
  4. CMC10, v. 28-31 divisio 4
  5. CMC10, v. 32-34 divisio 5
  6. CMC10, v. 35-40 divisio 6
  7. CMC10, v. 41-45 divisio 7
  8. CMC10, v. 46-52 divisio 8

CMC 11

  1. CMC11, v. 1-10 divisio 1
  2. CMC11, v. 11-14 divisio 2
  3. CMC11, v. 15-18 divisio 3
  4. CMC11, v. 19-26 divisio 4
  5. CMC11, v. 27-33 divisio 5

CMC 12

  1. CMC11, v. 1-12 divisio 1
  2. CMC12, v. 13-17 divisio 2
  3. CMC12, v. 18-27 divisio 3
  4. CMC12, v. 28-34 divisio 4
  5. CMC12, v. 35-37 divisio 5
  6. CMC12, v. 38-40 divisio 6
  7. CMC12, v. 41-44 divisio 7

CMC 13

  1. CMC13, v. 1-2 divisio 1
  2. CMC13, v. 3-8 divisio 2
  3. CMC13, v. 9-13 divisio 3
  4. CMC13, v. 14-20 divisio 4
  5. CMC13, v. 21-27 divisio 5
  6. CMC13, v. 28-31 divisio 6
  7. CMC13, v. 32-37 divisio 7

CMC 14

  1. CMC14, v. 1-2 divisio 1
  2. CMC14, v. 3-9 divisio 2
  3. CMC14, v. 10-11 divisio 3
  4. CMC14, v. 12-16 divisio 4
  5. CMC14, v. 17-21 divisio 5
  6. CMC14, v. 22-25 divisio 6
  7. CMC14, v. 26-31 divisio 7
  8. CMC14, v. 32-42 divisio 8
  9. CMC14, v. 43-52 divisio 9
  10. CMC14, v. 53-59 divisio 10
  11. CMC14, v. 60-65 divisio 11
  12. CMC14, v. 66-72 divisio 12

CMC 15

  1. CMC15, v. 1-5 divisio 1
  2. CMC15, v. 6-15 divisio 2
  3. CMC15, v. 16-20a divisio 3
  4. CMC15, v. 20b-28 divisio 4
  5. CMC15, v. 29-32 divisio 5
  6. CMC15, v. 33-37 divisio 6
  7. CMC15, v. 38-41 divisio 7
  8. CMC15, v. 42-47 divisio 8

CMC 16

  1. CMC16, v. 1-8 divisio 1
  2. CMC16, v. 9-13 divisio 2
  3. CMC16, v. 14-18 divisio 3
  4. CMC16, v. 19-20 divisio 4

Catena in Lucam

CLC 1

  1. CLC1, v. 1-4 divisio 1
  2. CLC1, v. 5-7 divisio 2
  3. CLC1, v. 8-10 divisio 3
  4. CLC1, v. 11-14 divisio 4
  5. CLC1, v. 15-17 divisio 5
  6. CLC1, v. 18-22 divisio 6
  7. CLC1, v. 23-25 divisio 7
  8. CLC1, v. 26-27 divisio 8
  9. CLC1, v. 28-29 divisio 9
  10. CLC1, v. 30-33 divisio 10
  11. CLC1, v. 34-35 divisio 11
  12. CLC1, v. 36-38 divisio 12
  13. CLC1, v. 39-45 divisio 13
  14. CLC1, v. 46 divisio 14
  15. CLC1, v. 47 divisio 15
  16. CLC1, v. 48 divisio 16
  17. CLC1, v. 49 divisio 17
  18. CLC1, v. 50 divisio 18
  19. CLC1, v. 51 divisio 19
  20. CLC1, v. 52 divisio 20
  21. CLC1, v. 53 divisio 21
  22. CLC1, v. 54-55 divisio 22
  23. CLC1, v. 56 divisio 23
  24. CLC1, v. 57-58 divisio 24
  25. CLC1, v. 59-64 divisio 25
  26. CLC1, v. 65-66 divisio 26
  27. CLC1, v. 67-68 divisio 27
  28. CLC1, v. 69 divisio 28
  29. CLC1, v. 70 divisio 29
  30. CLC1, v. 71 divisio 30
  31. CLC1, v. 72-73 divisio 31
  32. CLC1, v. 74 divisio 32
  33. CLC1, v. 75 divisio 33
  34. CLC1, v. 76 divisio 34
  35. CLC1, v. 77 divisio 35
  36. CLC1, v. 78 divisio 36
  37. CLC1, v. 79 divisio 37
  38. CLC1, v. 80 divisio 38

CLC 2

  1. CLC2, v. 1-5 divisio 1
  2. CLC2, v. 6-7 divisio 2
  3. CLC2, v. 8-12 divisio 3
  4. CLC2, v. 13-14 divisio 4
  5. CLC2, v. 15-20 divisio 5
  6. CLC2, v. 21 divisio 6
  7. CLC2, v. 22-24 divisio 7
  8. CLC2, v. 25-28a divisio 8
  9. CLC2, v. 28b-32 divisio 9
  10. CLC2, v. 33-35 divisio 10
  11. CLC2, v. 36-38 divisio 11
  12. CLC2, v. 39-41 divisio 12
  13. CLC2, v. 42-50 divisio 13
  14. CLC2, v. 51-52 divisio 14

CLC 3

  1. CLC3, v. 1-2 divisio 1
  2. CLC3, v. 3-6 divisio 2
  3. CLC3, v. 7-9 divisio 3
  4. CLC3, v. 10-14 divisio 4
  5. CLC3, v. 15-17 divisio 5
  6. CLC3, v. 18-20 divisio 6
  7. CLC3, v. 21-22 divisio 7
  8. CLC3, v. 23-38 divisio 8

CLC 4

  1. CLC4, v. 1-4 divisio 1
  2. CLC4, v. 5-8 divisio 2
  3. CLC4, v. 9-13 divisio 3
  4. CLC4, v. 14-21 divisio 4
  5. CLC4, v. 22-27 divisio 5
  6. CLC4, v. 28-30 divisio 6
  7. CLC4, v. 31-37 divisio 7
  8. CLC4, v. 38-39 divisio 8
  9. CLC4, v. 40-41 divisio 9
  10. CLC4, v. 42-44 divisio 10

CLC 5

  1. CLC5, v. 1-3 divisio 1
  2. CLC5, v. 4-7 divisio 2
  3. CLC5, v. 8-11 divisio 3
  4. CLC5, v. 12-16 divisio 4
  5. CLC5, v. 17-26 divisio 5
  6. CLC5, v. 27-32 divisio 6
  7. CLC5, v. 33-39 divisio 7

CLC 6

  1. CLC6, v. 1-5 divisio 1
  2. CLC6, v. 6-11 divisio 2
  3. CLC6, v. 12-16 divisio 3
  4. CLC6, v. 17-19 divisio 4
  5. CLC6, v. 20-23 divisio 5
  6. CLC6, v. 24-26 divisio 6
  7. CLC6, v. 27-31 divisio 7
  8. CLC6, v. 32-36 divisio 8
  9. CLC6, v. 37-38 divisio 9
  10. CLC6, v. 39-42 divisio 10
  11. CLC6, v. 43-45 divisio 11
  12. CLC6, v. 46-49 divisio 12

CLC 7

  1. CLC7, v. 1-10 divisio 1
  2. CLC7, v. 11-17 divisio 2
  3. CLC7, v. 18-23 divisio 3
  4. CLC7, v. 24-28 divisio 4
  5. CLC7, v. 29-35 divisio 5
  6. CLC7, v. 36-50 divisio 6

CLC 8

  1. CLC8, v. 1-3 divisio 1
  2. CLC8, v. 4-15 divisio 2
  3. CLC8, v. 16-18 divisio 3
  4. CLC8, v. 19-21 divisio 4
  5. CLC8, v. 22-25 divisio 5
  6. CLC8, v. 26-39 divisio 6
  7. CLC8, v. 40-48 divisio 7
  8. CLC8, v. 49-56 divisio 8

CLC 9

  1. CLC9, v. 1-6 divisio 1
  2. CLC9, v. 7-9 divisio 2
  3. CLC9, v. 10-17 divisio 3
  4. CLC9, v. 18-22 divisio 4
  5. CLC9, v. 22-27 divisio 5
  6. CLC9, v. 28-31 divisio 6
  7. CLC9, v. 32-36 divisio 7
  8. CLC9, v. 37-44a divisio 8
  9. CLC9, v. 44b-45 divisio 9
  10. CLC9, v. 46-50 divisio 10
  11. CLC9, v. 51-56 divisio 11
  12. CLC9, v. 57-62 divisio 12

CLC 10

  1. CLC10, v. 1-2 divisio 1
  2. CLC10, v. 3-4 divisio 2
  3. CLC10, v. 5-12 divisio 3
  4. CLC10, v. 13-16 divisio 4
  5. CLC10, v. 17-20 divisio 5
  6. CLC10, v. 21-22 divisio 6
  7. CLC10, v. 23-24 divisio 7
  8. CLC10, v. 25-28 divisio 8
  9. CLC10, v. 29-37 divisio 9
  10. CLC10, v. 38-42 divisio 10

CLC 11

  1. CLC11, v. 1-4 divisio 1
  2. CLC11, v. 5-8 divisio 2
  3. CLC11, v. 9-13 divisio 3
  4. CLC11, v. 14-16 divisio 4
  5. CLC11, v. 17-20 divisio 5
  6. CLC11, v. 21-23 divisio 6
  7. CLC11, v. 24-26 divisio 7
  8. CLC11, v. 27-28 divisio 8
  9. CLC11, v. 29-32 divisio 9
  10. CLC11, v. 33-36 divisio 10
  11. CLC11, v. 37-44 divisio 11
  12. CLC11, v. 45-54 divisio 12

CLC 12

  1. CLC12, v. 12, 1-3 divisio 1
  2. CLC12, v. 12, 4-7 divisio 2
  3. CLC12, v. 12, 8-12 divisio 3
  4. CLC12, v. 12, 13-15 divisio 4
  5. CLC12, v. 12, 16-21 divisio 5
  6. CLC12, v. 12, 22-23 divisio 6
  7. CLC12, v. 12, 24-26 divisio 7
  8. CLC12, v. 12, 27-31 divisio 8
  9. CLC12, v. 12, 32-34 divisio 9
  10. CLC12, v. 12, 35-40 divisio 10
  11. CLC12, v. 12, 41-46 divisio 11
  12. CLC12, v. 12, 47-48 divisio 12
  13. CLC12, v. 12, 49-53 divisio 13
  14. CLC12, v. 12, 54-57 divisio 14
  15. CLC12, v. 12, 58-59 divisio 15

CLC 13

  1. CLC13, v. 1-5 divisio 1
  2. CLC13, v. 6-9 divisio 2
  3. CLC13, v. 10-17 divisio 3
  4. CLC13, v. 18-21 divisio 4
  5. CLC13, v. 22-30 divisio 5
  6. CLC13, v. 31-35 divisio 6

CLC 14

  1. CLC14, v. 1-6 divisio 1
  2. CLC14, v. 7-11 divisio 2
  3. CLC14, v. 12-14 divisio 3
  4. CLC14, v. 15-24 divisio 4
  5. CLC14, v. 25-27 divisio 5
  6. CLC14, v. 28-33 divisio 6
  7. CLC14, v. 34-35 divisio 7

CLC 15

  1. CLC15, v. 1-7 divisio 1
  2. CLC15, v. 8-10 divisio 2
  3. CLC15, v. 11-16 divisio 3
  4. CLC15, v. 17-24 divisio 4
  5. CLC15, v. 25-32 divisio 5

CLC 16

  1. CLC16, v. 1-7 divisio 1
  2. CLC16, v. 8-13 divisio 2
  3. CLC16, v. 14-18 divisio 3
  4. CLC16, v. 19-21 divisio 4
  5. CLC16, v. 22-26 divisio 5
  6. CLC16, v. 27-31 divisio 6

CLC 17

  1. CLC17, v. 1-2 divisio 1
  2. CLC17, v. 3-4 divisio 2
  3. CLC17, v. 5-6 divisio 3
  4. CLC17, v. 7-10 divisio 4
  5. CLC17, v. 11-19 divisio 5
  6. CLC17, v. 20-21 divisio 6
  7. CLC17, v. 22-25 divisio 7
  8. CLC17, v. 26-30 divisio 8
  9. CLC17, v. 31-33 divisio 9
  10. CLC17, v. 34-37 divisio 10

CLC 18

  1. CLC18, v. 1-8 divisio 1
  2. CLC18, v. 9-14 divisio 2
  3. CLC18, v. 15-17 divisio 3
  4. CLC18, v. 18-23 divisio 4
  5. CLC18, v. 24-30 divisio 5
  6. CLC18, v. 31-34 divisio 6
  7. CLC18, v. 35-43 divisio 7

CLC 19

  1. CLC19, v. 1-10 divisio 1
  2. CLC19, v. 11-27 divisio 2
  3. CLC19, v. 28-36 divisio 3
  4. CLC19, v. 37-40 divisio 4
  5. CLC19, v. 41-44 divisio 5
  6. CLC19, v. 45-48 divisio 6

CLC 20

  1. CLC20, v. 1-8 divisio 1
  2. CLC20, v. 9-18 divisio 2
  3. CLC20, v. 19-26 divisio 3
  4. CLC20, v. 27-40 divisio 4
  5. CLC20, v. 41-44 divisio 5
  6. CLC20, v. 45-47 divisio 6

CLC 21

  1. CLC21, v. 1-4 divisio 1
  2. CLC21, v. 5-8 divisio 2
  3. CLC21, v. 9-11 divisio 3
  4. CLC21, v. 12-19 divisio 4
  5. CLC21, v. 20-24 divisio 5
  6. CLC21, v. 25-27 divisio 6
  7. CLC21, v. 28-33 divisio 7
  8. CLC21, v. 34-36 divisio 8
  9. CLC21, v. 37-38 divisio 9

CLC 22

  1. CLC22, v. 1-2 divisio 1
  2. CLC22, v. 3-6 divisio 2
  3. CLC22, v. 7-13 divisio 3
  4. CLC22, v. 14-18 divisio 4
  5. CLC22, v. 19-20 divisio 5
  6. CLC22, v. 21-23 divisio 6
  7. CLC22, v. 24-27 divisio 7
  8. CLC22, v. 28-30 divisio 8
  9. CLC22, v. 31-34a divisio 9
  10. CLC22, v. 34b-38 divisio 10
  11. CLC22, v. 39-42 divisio 11
  12. CLC22, v. 43-46 divisio 12
  13. CLC22, v. 47-53 divisio 13
  14. CLC22, v. 54-62 divisio 14
  15. CLC22, v. 63-71 divisio 15

CLC 23

  1. CLC23, v. 1-5 divisio 1
  2. CLC23, v. 6-12 divisio 2
  3. CLC23, v. 13-25 divisio 3
  4. CLC23, v. 26-32 divisio 4
  5. CLC23, v. 33 divisio 5
  6. CLC23, v. 34-37 divisio 6
  7. CLC23, v. 38-43 divisio 7
  8. CLC23, v. 44-46 divisio 8
  9. CLC23, v. 47-49 divisio 9
  10. CLC23, v. 50-56 divisio 10

CLC 24

  1. CLC24, v. 1-12 divisio 1
  2. CLC24, v. 13-24 divisio 2
  3. CLC24, v. 25-35 divisio 3
  4. CLC24, v. 36-40 divisio 4
  5. CLC24, v. 41-44 divisio 5
  6. CLC24, v. 45-49 divisio 6
  7. CLC24, v. 50-53 divisio 7

Catena in Iohannem

CIO 1

  1. CIO1, v. 1 divisio 1
  2. CIO1, v. 1 divisio 2
  3. CIO1, v. 1 divisio 3
  4. CIO1, v. 2 divisio 4
  5. CIO1, v. 3a divisio 5
  6. CIO1, v. 3b divisio 6
  7. CIO1, v. 3c-4a divisio 7
  8. CIO1, v. 4b divisio 8
  9. CIO1, v. 5 divisio 9
  10. CIO1, v. 6-8 divisio 10
  11. CIO1, v. 9 divisio 11
  12. CIO1, v. 10 divisio 12
  13. CIO1, v. 11-13 divisio 13
  14. CIO1, v. 14a divisio 14
  15. CIO1, v. 14b divisio 15
  16. CIO1, v. 15 divisio 16
  17. CIO1, v. 16-17 divisio 17
  18. CIO1, v. 18 divisio 18
  19. CIO1, v. 19-23 divisio 19
  20. CIO1, v. 24-28 divisio 20
  21. CIO1, v. 29-31 divisio 21
  22. CIO1, v. 32-34 divisio 22
  23. CIO1, v. 35-36 divisio 23
  24. CIO1, v. 37-40 divisio 24
  25. CIO1, v. 41-42 divisio 25
  26. CIO1, v. 43-46 divisio 26
  27. CIO1, v. 47-51 divisio 27

CIO 2

  1. CIO2, v. 1-4 divisio 1
  2. CIO2, v. 5-11 divisio 2
  3. CIO2, v. 12-13 divisio 3
  4. CIO2, v. 14-17 divisio 4
  5. CIO2, v. 18-22 divisio 5
  6. CIO2, v. 23-25 divisio 6

CIO 3

  1. CIO3, v. 1-3 divisio 1
  2. CIO3, v. 4-8 divisio 2
  3. CIO3, v. 9-12 divisio 3
  4. CIO3, v. 13 divisio 4
  5. CIO3, v. 14-15 divisio 5
  6. CIO3, v. 16-18 divisio 6
  7. CIO3, v. 19-21 divisio 7
  8. CIO3, v. 22-26 divisio 8
  9. CIO3, v. 27-30 divisio 9
  10. CIO3, v. 31-32a divisio 10
  11. CIO3, v. 32b-36 divisio 11

CIO 4

  1. CIO4, v. 1-6 divisio 1
  2. CIO4, v. 7-12 divisio 2
  3. CIO4, v. 13-18 divisio 3
  4. CIO4, v. 19-24 divisio 4
  5. CIO4, v. 25-26 divisio 5
  6. CIO4, v. 27-30 divisio 6
  7. CIO4, v. 31-34 divisio 7
  8. CIO4, v. 35-38 divisio 8
  9. CIO4, v. 39-42 divisio 9
  10. CIO4, v. 43-45 divisio 10
  11. CIO4, v. 46-54 divisio 11

CIO 5

  1. CIO5, v. 1-13 divisio 1
  2. CIO5, v. 14-18a divisio 2
  3. CIO5, v. 18b-20 divisio 3
  4. CIO5, v. 21-23 divisio 4
  5. CIO5, v. 24 divisio 5
  6. CIO5, v. 25-26 divisio 6
  7. CIO5, v. 27-29 divisio 7
  8. CIO5, v. 30 divisio 8
  9. CIO5, v. 31-40 divisio 9
  10. CIO5, v. 41-47 divisio 10

CIO 6

  1. CIO6, v. 1-14 divisio 1
  2. CIO6, v. 15-21 divisio 2
  3. CIO6, v. 22-27 divisio 3
  4. CIO6, v. 28-34 divisio 4
  5. CIO6, v. 35-40 divisio 5
  6. CIO6, v. 41-46 divisio 6
  7. CIO6, v. 47-52 divisio 7
  8. CIO6, v. 53-55 divisio 8
  9. CIO6, v. 56-60 divisio 9
  10. CIO6, v. 61-72 divisio 10

CIO 7

  1. CIO7, v. 1-8 divisio 1
  2. CIO7, v. 9-13 divisio 2
  3. CIO7, v. 14-18 divisio 3
  4. CIO7, v. 19-24 divisio 4
  5. CIO7, v. 25-30 divisio 5
  6. CIO7, v. 31-36 divisio 6
  7. CIO7, v. 37-39 divisio 7
  8. CIO7, v. 40-53 divisio 8

CIO 8

  1. CIO8, v. 1-11 divisio 1
  2. CIO8, v. 12 divisio 2
  3. CIO8, v. 13-18 divisio 3
  4. CIO8, v. 19-20 divisio 4
  5. CIO8, v. 21-24 divisio 5
  6. CIO8, v. 25-27 divisio 6
  7. CIO8, v. 28-30 divisio 7
  8. CIO8, v. 31-36 divisio 8
  9. CIO8, v. 37-41a divisio 9
  10. CIO8, v. 41b-43 divisio 10
  11. CIO8, v. 44-47 divisio 11
  12. CIO8, v. 48-51 divisio 12
  13. CIO8, v. 52-56 divisio 13
  14. CIO8, v. 57-59 divisio 14

CIO 9

  1. CIO9, v. 1-7 divisio 1
  2. CIO9, v. 8-17 divisio 2
  3. CIO9, v. 18-23 divisio 3
  4. CIO9, v. 24-34 divisio 4
  5. CIO9, v. 35-41 divisio 5

CIO 10

  1. CIO10, v. 1, -6 divisio 1
  2. CIO10, v. 7-10 divisio 2
  3. CIO10, v. 11-13 divisio 3
  4. CIO10, v. 14-21 divisio 4
  5. CIO10, v. 22-30 divisio 5
  6. CIO10, v. 31-38 divisio 6
  7. CIO10, v. 39-42 divisio 7

CIO 11

  1. CIO11, v. 1-5 divisio 1
  2. CIO11, v. 6-10 divisio 2
  3. CIO11, v. 11-16 divisio 3
  4. CIO11, v. 17-27 divisio 4
  5. CIO11, v. 28-32 divisio 5
  6. CIO11, v. 33-41a divisio 6
  7. CIO11, v. 41b-46 divisio 7
  8. CIO11, v. 47-53 divisio 8
  9. CIO11, v. 54-56 divisio 9

CIO 12

  1. CIO12, v. 1-11 divisio 1
  2. CIO12, v. 12-19 divisio 2
  3. CIO12, v. 20-26 divisio 3
  4. CIO12, v. 27-33 divisio 4
  5. CIO12, v. 34-36 divisio 5
  6. CIO12, v. 37-43 divisio 6
  7. CIO12, v. 44-50 divisio 7

CIO 13

  1. CIO13, v. 1-5 divisio 1
  2. CIO13, v. 6-11 divisio 2
  3. CIO13, v. 12-20 divisio 3
  4. CIO13, v. 21-30 divisio 4
  5. CIO13, v. 31-32 divisio 5
  6. CIO13, v. 33-35 divisio 6
  7. CIO13, v. 36-38 divisio 7

CIO 14

  1. CIO14, v. 1-4 divisio 1
  2. CIO14, v. 5-7 divisio 2
  3. CIO14, v. 8-12a divisio 3
  4. CIO14, v. 12b-14 divisio 4
  5. CIO14, v. 15-17 divisio 5
  6. CIO14, v. 18-21 divisio 6
  7. CIO14, v. 22-27a divisio 7
  8. CIO14, v. 27b-31 divisio 8

CIO 15

  1. CIO15, v. 1-3 divisio 1
  2. CIO15, v. 4-7 divisio 2
  3. CIO15, v. 8-11 divisio 3
  4. CIO15, v. 12-16 divisio 4
  5. CIO15, v. 17-21 divisio 5
  6. CIO15, v. 22-25 divisio 6
  7. CIO15, v. 26-27 divisio 7

CIO 16

  1. CIO16, v. 1-5a divisio 1
  2. CIO16, v. 5b-11 divisio 2
  3. CIO16, v. 12-15 divisio 3
  4. CIO16, v. 16-22 divisio 4
  5. CIO16, v. 23-28 divisio 5
  6. CIO16, v. 29-33 divisio 6

CIO 17

  1. CIO17, v. 1-5 divisio 1
  2. CIO17, v. 6-8 divisio 2
  3. CIO17, v. 9-13 divisio 3
  4. CIO17, v. 14-19 divisio 4
  5. CIO17, v. 20-23 divisio 5
  6. CIO17, v. 24-26 divisio 6

CIO 18

  1. CIO18, v. 1-2 divisio 1
  2. CIO18, v. 3-9 divisio 2
  3. CIO18, v. 10-11 divisio 3
  4. CIO18, v. 12-14 divisio 4
  5. CIO18, v. 15-18 divisio 5
  6. CIO18, v. 19-21 divisio 6
  7. CIO18, v. 22-24 divisio 7
  8. CIO18, v. 25-27 divisio 8
  9. CIO18, v. 28-32 divisio 9
  10. CIO18, v. 38b-40 divisio 11

CIO 19

  1. CIO19, v. 1-5 divisio 1
  2. CIO19, v. 6-8 divisio 2
  3. CIO19, v. 9-12a divisio 3
  4. CIO19, v. 12b-16a divisio 4
  5. CIO19, v. 16b-18 divisio 5
  6. CIO19, v. 19-22 divisio 6
  7. CIO19, v. 23-24a divisio 7
  8. CIO19, v. 24b-27 divisio 8
  9. CIO19, v. 28-30 divisio 9
  10. CIO19, v. 31-37 divisio 10
  11. CIO19, v. 38-42 divisio 11

CIO 20

  1. CIO20, v. 1-9 divisio 1
  2. CIO20, v. 10-18 divisio 2
  3. CIO20, v. 19-25 divisio 3
  4. CIO20, v. 26-31 divisio 4

CIO 21

  1. CIO21, v. 1-11 divisio 1
  2. CIO21, v. 12-14 divisio 2
  3. CIO21, v. 15-17 divisio 3
  4. CIO21, v. 18-19a divisio 4
  5. CIO21, v. 19b-23 divisio 5
  6. CIO21, v. 24-25 divisio 6

A propos de la fonction sociale de la Bible glosée

éditorial 2019

Le début de l’année 2020 verra  la publication en ligne du dernier livre de la Bible glosée – la Genèse, qui se termine, avec Moïse contemplant la terre promise – et la publication de la première édition critique de la Catena aurea de Thomas d’Aquin sur Marc (également en ligne).  Soit  près de 20 000 pages  qui renouvellent l’approche qu’on peut avoir de la Bible glosée.

Reader Digest des héritages anciens, la Glose – en ses déclinaisons successives – a joué un rôle dynamique dans la construction et la cohésion du tissu culturel et religieux de l’Occident chrétien. La Bible glosée n’est pas seulement un texte aux mises en page déconcertantes avec plus de 10000 manuscrits conservés. C’est d’abord un système d’appropriation et de communication des héritages en continuelle évolution,  un catalyseur  de cultures dans la diversité, par delà les fractures de la Réforme et jusqu’au coeur de la République des lettres. La Glose est le pendant textuel des cathédrales : tantôt maison commune, tantôt auberge espagnole, romane puis gothique, ses différentes versions et ses réécritures, du 9e au 18e siècle – et même jusqu’à nos jours, si on pense aux 110 éditions imprimées de la Catena aurea – ont permis d’homogénéiser (pour le meilleur et pour le pire)  des héritages sélectionnés, réécrits, parfois déformés, certains traduits pour la première fois du grec, dans le but de tisser un réseau référentiel et symbolique commun, sinon identique,  de Gibraltar à Stockholm, de Dublin à Constantinople, indépendamment de toute injonction législative ou canonique. La Glose est à la fois un héritage de l’antiquité grecque (système d’annotation) et du monachisme carolingien (système d’appropriation des traditions au fil de la lecture du texte biblique). Lire la Glose c’était tout à la fois téléphoner aux Pères de l’Eglise, à l’Ancien et au NouveauTestament.

Instrument d’appropriation et de communication interculturel et intergénérationnel,  elle diffuse le fleuve des héritages anciens, goutte à goutte, comme par ruissellement, du scriptorium des cloîtres à la chaire des écoles, de la chaire des écoles jusqu’à celle des églises. Pierre le Vénérable raconte comment la Glose accompagnait la récitation quotidienne du psautier par ses moines, en dehors des offices. Sur le modèle de la lectio monastique faite à l’aide de la Bible glosée, l’enseignement de la théologie s’est construit dans les écoles puis dans les universités à partir de la lecture de la Bible « en ses traditions », enrichie par vagues successives jusqu’au seuil de la Modernité. A partir de la fin du 11e siècle, elle est même devenu un instrument de la réforme ecclésiastique impulsée par Grégoire VII, contribuant à la formation du clergé et des laïcs par l’entremise de la prédication. Sans être jamais figée, elle a servi de commun dénominateur à tous les niveaux de la société chrétienne, irriguant la lectio privée des moines et la lectio publique des écoles.

La Glose enfin est un miroir des clercs. En triant les héritages anciens, en les réécrivant, ils se découvrent héritiers des apôtres, des prophètes et des prêtres de l’Ancien Testament. Sous couvert de construction du sens des Ecritures, ils y forgent, puis y puisent, les outils d’un discours dogmatique, les références d’une identité doctrinale et sociale qui renforce et conforte les structures et les polarités humaines, les références d’une orthodoxie placée sous leur contrôle, une morale de la pensée conforme au sacré dont ils définissent en réalité eux-même les contours et qu’ils imposent comme norme à la bien-pensance collective. La Glose est au Moyen Âge le creuset du bien et du mal, du vrai et du faux, du juste et de l’injuste formulé par les maîtres de la Page sacrée, glossateurs et autres « flagellateurs du Verbe » comme les désigne avec ironie un sermon du 13e siècle. Les postilles d’Hugues de Saint-Cher, glose complémentaire adaptée aux besoins de la prédication des ordres mendiants, reflètent à l’envi les tensions d’un corps social qui cherche à orienter l’avenir autant que la lecture du passé.

Citer ce billet : Martin Morard, "A propos de la fonction sociale de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, 07/06/2019, https://big.hypotheses.org/2164, consulté le 13/08/2020.

Les autorités déclarées de la Catena aurea

Le texte de la Catena aurea que nous restituons à partir de manuscrits de la tradition universitaire, annonce explicitement – dans l’état actuel de nos travaux et dans l’attente de précisions à venir – 21 auteurs latins et 22 auteurs grecs (voir détails de leur répartition en cliquant sur le lien joint

Les autorités déclarées d’une chaîne ou d’un florilège, autrement dit leurs sources explicites, permettent d’évaluer la documentation consciente ou affichée de son auteur. Il importe de ne pas attribuer à l’auteur de la Catena la connaissance explicite de toutes les sources dont il a fait usage. L’édition en préparation montre qu’un nombre significatif d’attributions, copiées en rouge en tête de chaque sentence, ont fait l’objet d’erreurs de la part des copistes et des éditeurs.

61 % des sentences sont attribuées à des auteurs d’expression latine

39 % des sentences sont attribuées à des auteurs d’expression grecque

41 % des sentences d’auteurs grecs ou byzantins proviennent de traductions latines en circulation dans le monde latin avant la Catena.

59 % de ce même corpus d’origine grec n’avait jamais été traduit en latin avant la Catena ou a été retraduit à nouveaux frais pour l’occasion.

La Catena sur Matthieu annonce 20 auteurs latins et 12 grecs pour 4868 sentences.

La Catena sur Marc annonce 10 autorités latines et 7 grecs pour 1468 sentences pour 1468 sentences.

La Catena sur Luc annonce 28 autorités (9 latines et 19 grecques pour 3711 sentences.

La Catena sur Jean compte 11 Pères latins et 9 Pères grecs seulement pour 2760 sentences.

Attention : la restauration du texte universitaire de la Catena n’étant pas encore achevée, ces chiffres peuvent être amenés à changer au fil de l’édition. Ils donnent cependant des ordres de grandeurs et des proportions statistiquement corrects.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les autorités déclarées de la Catena aurea", dans Sacra Pagina, 12/03/2019, https://big.hypotheses.org/2127, consulté le 13/08/2020.

Roscelin de Compiègne commentateur des Psaumes

Martin Morard, « Catalogue des commentaires des Psaumes au Moyen Âge », dans La harpe des clercs. Réceptions du Psautier latin au Moyen Âge entre usages populaires et commentaires scolaires, Paris, Sorbonne, 2008, p. 1771-1775.

lire le pdf original : Roscelin de Compiègne_In Ps

D – Roscelinus de Compendio (1050 c. – 1120/1125) – sec.

Incip. prol.: Primum considera

Prol. longDare… Istud etiam videndum est: quo genere revelationis hec prophetia… Liber psalmorum dici consuevit. Si vero queratur cur prophetia ista… -… Sed iam ad huius prophetie textum proprius accedamus. 

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$Paris, BnF, lat. 0436, f. 1r-2v: anon., 1150 c., Nord de la France ou plus probablement St-Germain-des-Prés.

$Paris, BnF, lat. 00547: anon., xiie s. 2/4 ), f. 1r-3r.

®Troyes, BM 1507, f. 24r-25v: «In nomine Domini incipiunt stille verborum magistri Brunonis super Psalterium» [pr. m.]: France. xiie s. ¼ , après 1105 (date déduite d’une allusion à Jarenton abbé de Ste-Bénigne de Dijon, mort en 1105, évoqué comme vivant, dans la seconde pièce du ms. (f. #): lettre d’Arduin de Chartres, moine de Dijon, à Gau. natione Baiocens, nunc vero cohabitatione Remensi). – Prov.: Bouhier E.49 (anno 1721). Stille pourrait faire allusion au Sintillarius d’Alcuin, recueil d’étincelle ; cf. Bandini, Catalogus… Mediceae Laurentianae, t. 4 (Santa Croce), Plut.35 sin cod. 5. – Suivi de et.

Édition (prologue): Corpus prol.

  • Prol. abrégé

Incip. prol. (commence au n° 5 de notre édition): «Istud etiam videndum est: quo genere revelationis hec prophetia… Liber psalmorum dici consuevit. Intitulatur autem secundum quosdam Liber soliloquiorum quod ideo videtur fieri quia illud quod aliquis secum rimatur et a nullo et a nullo (!) addisc<it> nisi a veritate sibi interius presidente soliloquium dicitur. Verbi gratia quemadmodum beatus Augustinus investigat secum de natura anime et de essentia, de eodem modo potest prophetia dici investigasse secum de incarnatione Filii Dei et de reparatione humani generis. Si vero queratur quare prophetia ista… -… Sed iam ad huius prophetie textum proprius accedamus.»

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$Arsenal 0083 (1180-1200c., attribué à Roscelin de première main), f. 1r-2r.

Édition (prologue): Corpus prol.

Prol.:cf. ‎Clavis 214

Inc.: Beatus vir. Propheta, spiritali oculo, considerans humanum genus per delicta…-… Hic quoque versus secundum similitudinem superiorum ad intentionem applicari valet.

Ps. 26 (f. 121r):Psalmus David priusquam liniretur. Titulus iste mittit nos ad historiam illam que circa David regem gesta est, qui primum in domo patris a Samuele propheta iniunctus est… Titulus iste mittit nos ad historiam illam que circa David regem gesta est, qui primum in domo patris a Samuele propheta iniunctus est…

Ps 38: Presens tractatus qui pro digniori parte canticum est appellandus eoque (?) de iocunditate superne patrie agat, partim narrando de ea, partim exhortando ad ipsam. Est attribuendus David… Dixi: O vos minus perfecti qui adhuc detinemini mundanis illecebris transilite eas meo exemplo…

Ps 50 (Tr1507, f. 184r):In finem psalmus David cum venit ad eum Nathan propheta quando intravit ad Bersabee uxorem Urie. Hic mittit nos ad historiam illam quomodo David videns Bersabee de solio suo de lavacro ascendente concupivit eam habut<ere> sed cum eam propter infamiam retinere non posset, dolo fecit interfici Uriam… Miserere mei Deus ac si diceret quicumque incideret in criminali vel multa criminalia non desperent set fiducialiter orent exemplo mei ; qui ita oro: O Deus qui misericorditer me creasti et frustra creasti si modo perire permiseris, miserere mei idest ex misericordia tua restitue me in pristinum statum…

Expl. Ps 150, 4:…Laudent etiam eum in organo… concordia et caritas… [coins inférieurs du f. mutilés] quod maior non in Iudeorum (?) maiori nec maior contempnet»

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

®Troyes, BM 1507, f. 25v-372v: pas d’attribution à Roscelin, cf. ‎Clavis 214 ; pas de solution de continuité paléographique ou codicologique entre Ps. 25 et 26). Dans les marges des ajouts sont copiés de première main avec renvois à l’intérieur du commentaire. Ces ajouts ne sont pas du commentaire de maître Bruno (de Reims). – Ecriture très proche de celle du manuscrit G de Maître Bruno ; même style. Comparer les T U de G, f. 285v et Tr1507, f. 125r356 ; le A de G f. 55v et celui de Tr1507 f. 127r (2e après le pied-de-mouche). Ps. 266 (f. 124r), 27 (f. 127r).

  • B – version révisée et incomplète: In Ps 1-50 ; 80,3-83,6

Prol.:cf. ‎Clavis 214

Ps 1-25: cf. ‎Clavis 219avec variantes.

Ps 26-50: «Dominus illuminatio mea. Materia est fidelis qui ostendit semper duas unctiones et per opera duabus unctionibus idonea certum et securum, de tertia unctione finis ut alii fideles…-… Ergo vos quilibet et penitendo de venia confidite [desin. Ps 50] » ;

Ps 80, 3-83,12: [l’ordre du texte impose de restituer celui des f. ainsi: Ps 80,3… (f. 155rv) ; Ps 80,7… Divertit ab oneribus…:Quasi Deus cur iudicium idest sicut diximus discretionem humilitatis precipiendo exultate et buccinate et cetera vel cui est iudicium scilicet potestas iudicandi vivos et mortuos… (f. 149r) ; Ps 80,14-81,1 (f. 150) ; Ps 81,2… (f. 151r) ; Ps 82,2… (f. 152r) ; Ps 82,12… (f. 153r) ; Ps 83,1… (f. 154) ; Ps 83, 6-12:…quia misericordiam et veritatem diligit Deus quasi ecce orantem me dixit ut eterna beatitudo et hic custodia michi daretur…et ideo dabit gratiam idest Spiritum Sanctum purgatorem.» (148rv).

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$ Paris, BnF, lat. 436 (anon. 1150 c.), f. 2r-87v: In 1-25 ; f. 87v-147v: In Ps 26-50, et non 51 comme affirmé par Mews à la suite de RB, cf. note mss. du xve s. au f. 147v: «Hec postilla incipit ab inicio psalterii usque ad psalmum Quid gloriaris [51, non compris] ; Codex autem qui sequitur saltum facit ad psalmum Exultate Deo et in eo sunt folia transposita») ; f. 148r-155v: Ps 80,3-83,12.

Note:

Réécriture complète, probablement faite à Paris (peut-être St-Germain-des-Prés), intègre Clavis 219 avec des variantes importantes et l’ajout d’accessus. À partir du Ps. 26, le texte de base semble rejoindre celui de Clavis 216.

  • C -: In Ps 1-69,3

Prol.: cf. ‎Clavis 214

Inc. Ps: «Beatus vir. Propheta, spiritali oculo, considerans humanum genus per delicta… –… Dominum in consideratone omnium fidelium aliorum ut exemplo meo provocati dominici benedicant et laudent verbo et opere. –

Ps. 26: Psalmus David priusquam liniretur. Dominus illuminatio mea. Mittit nos ad historiam de David qui psalmum istum priusquam rex esset institutus composuit referens illa beneficia…

Ps 38:In hoc psalmo continetur canticum et delectatio David, cuiuslibet fidelis qui tantum de appetitu terrenorum subtraxit se quod iam hic requiescit positus in appetitu celestium…

Ps 50 [f. 127vb]:Facta bona confortatio attribuitur David prophetae (sic) dirigenti alios in finem desperationis quia idem propheta loquitur hic de eo quod fuit factum quando Nathan qui dans vel dedit interpretatur…

Ps 51:David saturatus venit in templum et accepit gladium Golie quem ablatum dedicaverat illo templo et gladio munitus abiit…. Intellectus in hoc Psalmo his vocibus designatus est David prophete respicientis in finem mundi…

Ps 52:Titulus iste mittit nos ad historiam de Amalechitis qui hostili manu Sicelec civitatem David invadentibus ceperunt eam et captivos multos uxores scilicet David et filios eius et concives secum victores…

Ps 68 [f. 155ra]:  Salmus iste est agens pro utilitate eorum qui commutabuntur de vetustate in novitatem, de tenebris in lucem, quoniam sicut in Adam omnes moriuntur ita et in Christo omnes v<ivificabuntur>…

Explicit (Ps 69,3): Confundantur et revereantur qui querunt animam meam. Et ita oro evidentibus signis resurrectio mea manifestetur ut illi qui dederunt me in mortem qui laboraverunt animam meam auferre et nomen meum dedere confundantur erubescentes se fecisse et revereantur.».

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$Paris, BnF, lat. 547, f. 3r-83va: anon. 1125-1150 ; in Ps 1-69,3 (incompl. de la fin).  ; omis par RB#

Inc.: Beatus vir. Propheta, spiritali oculo, considerans humanum genus per delicta…-… Hic quoque versus secundum similitudinem superiorum ad intentionem applicari valet.

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

$Paris, Arsenal 0083: 1180-1200c. Seul cas d’attribution de cette oeuvre à Roscelin par une main médiévale, postérieure la copie de quelques décennies au plus (cf. aussi essais de plume, f. 79v): In Ps 1-25 [l’ordre des feuillets doit être restitué comme suit: f. 1-48 (Ps 1-10,1) ; 65-72 (Ps 18,3-13) ; 57-64 (Ps 18,14-20,1) ; 49-56 (Ps 21,1-21) ; 73-79 (Ps 24,19-25,12)] ; il manque donc le commentaire des Ps 10,2 à 18,2 ; Ps 20 ; 21,22-24,18. Les f. 49-56 constituant un cahier signé «XVIII», il manque donc 72 f. ou 9 cahiers au manuscrit actuel. Un livre de 152 f. est au Moyen Âge un ouvrage de taille normale.

Extrait :

In Ps 18, 10 (Ar83, f. 71v) «Quamvis vetus novum et novum vetus testamentum inpugnare et falsare a quibusdam videatur tamen sunt euntia in semetipsa idest valentia ad hoc ut alterum per alterum confirmatur, licet discordare videantur. Et notandum est quia ipsa significativum est met (!) discretivum quasi diceret quamvis se falsificare et ab invicem dissentire videantur tamen ipsa a se invicem corroborantur et a semet non alia ab aliis quia veteri testamento nulla confirmatio magis neccessaria quam novi, nec novo aliqua auctoritas magis adminiculatur quam veteris, verbi gratia ut Psalterium per Epistulas et Epistule per Psalterium in exponendo confirmantur.»

  • In Ps 1-15 (version à préciser)

Répertoire(s):

RB-07516

Manuscrit(s):

London, Lambeth Palace 176: xiie s. ; In Ps 1-15, f. 174-196

London, Lambeth Palace 360, f. 51-73: xiie s.? ; In Ps 1-14 (copié sur le précédent, selon Mews ; tous deux proviennent du prieuré augustin de Lanthony près de Gloucester)

Bibliographie:

C. Mews, «Bruno of Rheims and Roscelin of Compiègne on the Psalms», 2002, p. 129-152.

M. Morard, «Le Commentaire des Psaumes et les écrits attribués à saint Bruno le Chartreux», n. 54 .

G. Dahan, «L’exégèse chrétienne de la Bible», École pratique des Hautes Etudes. Section des sciences religieuses. Annuaire 104 (1995-1996), p. 405 (pour mémoire, sans apport décisif) ;

Id.,L’exégèse chrétienne, p. 100

[identification de P547]

, etc. ;

Id., «En marge du Proslogion», AHDLMA 57 (1990) 11-29.

F. Châtillon¸ «Recherches critiques….», 1953, p. 153.

CGMBPF, 4°: Troyes), p. 631-632.

Hist. litt. de la France,t. 7, p. 132, 275 (rien sur les Psaumes)

Notes sur le contenu:

L’auteur fait preuve d’une véritable hantise de l’hérésie et du schisme dont il parle souvent et tient à se démarquer: In Ps 25, 4 (Non sedi in consilio vanitatis)(Ars83, f. 76v):

«Non sedi cum malignantibus […] ut ab eis recederem […] quia cum impiis idest cum hereticis pietate fidei et dilectionis D<e>i carentibus conversans in eodem consilio, nec sedi nec sedebo non ad quiescam nec deiciar rationibus vel disputationibus illorum a statu pietatis mee».

Il distingue soigneusement la sagesse de la science, mais il fait de la science une connaissance de ce qui est accessible à la raison:

In Ps 7 (Ars83 f. 25): «Est autem intentio perfecti catholici in conflictu contra hereticos constituti in presenti negotio (=Ps) invitare minus perfectos…» Au f. 25v ce sont «heretici infestantes me suis male suadis verbis ut Arriani, Manichei et cetere secte».

Le travail de l’exégèse consiste à tendre son arc (Ps 7, 13) pour choisir à partir de l’AT le bon sens (Ars83 f. 29r):

«Tetendit arcum suum idest Vetus Testamentum quod aptum ad venanda vitia, quemadmodum arcus ad feras, superposito Novo Testamento, quod est fortius, quasi corda alic.tia, carnalis intellectus ad spiritualem intelligentiam contraxit quia cum plurima in eo carnaliter intelligerentur, tamen ut rufa vitula et cauda et sissa ungula per novum Testamentum hoc effecit ut ea carnaliter minime intelligi liceat et non tantum tetendit sed etiam paravit idest publicavit et explanavit illum tensum partim per se et per apostolos, omnino autem per sequaces eorum ut per Iheronimus et Augustinum et ceteros doctores et quandoque Deus est et iustus iudex et fortis et paciens eosque ut que hic puniat nec in futuro vibret gladium si conversi fuerint et tam benevolus qui arcum tetendit et paravit. Sperandum est in eo. Ipsa etiam revelatio, qua refert sic egisse se contra inimicos ut conterentur, satis valet at persuasionem spei, cum illius persuasio accipienda fit# qui a Deo perfectus est ut de salute inimicorum tantopere sollicitetur et in eo et a et in eo secundum cordam et lignum paravit vasa mortis, idest iusto iudicio suo, quamvis occulto, sic adaptavit quasdam literaturas in utroquo testamento ut possent propinare mortem idest ut heretici propter mala merita sua precedentia possint per eas perverse expositas pravum intellectum suum heresi sue concipere et in ipsa eadem vasa, idest litteraturas que perversis mortem propinant.»

In Ps. 4 (Tr1506, f. 37r): rappel ferme et sans équivoque de la doctrine du purgatoire, avec ajout marginam dénonçant ceux qui contestent cette doctrine.

In Ps 18, 3 (Nox nocti indicat scientiam) (Ars83, f. 65r): «Nox inquam idest ipsi apostoli dicerendi nox ad collationem illius status in quo dicuntur dies videlicet eximius fulgorem sapientie sue aliis elucidantes demonstant s<c>ientiam idest exteriora et humana facta Domini Ihesu de quibus scientia habetur. Sicut enim sapientia est de divinis que intellectu tantum sine confirmatione humanarum rationum conprehenduntur, ita scientia de mundanis que presentibus rationibus confirmari possunt habenda est, scilicet indicant nativitatem, passionem, resurrectionem et miraculorum operationem Domini Ihesu. Nocti idest illi qui sapientie et scientie luce carentes, solam fidem habent per quam obscure Deum cognoscunt vel possunt cum istis etiam illi accipi qui et scientia et ipsa fide carent. Quod est dicere sapientibus uti sapientibus, insipientibus vero ut insipientibus locuntur, ut Apostolus ad Corinthios minus capaces: ‘’ Non iudicam me aliquid scire inter vos nisi Christum et hunc crucifixum.’’ [I Cor. 2,2]» ; cf. aussi Ar83, f. 16v: «heretici et falsi christiani» (in Ps 5)

In Ps 21 (Tr1507 f. 106v-108r): longue profession de foi eucharistique avec une théologie assez détaillée. Le clima est celui d’une vive réaction anti-bérengarienne, beaucoup plus vive que dans le commentaire de Maître Bruno. «Sacramentem autem aliud est quod aliud aliquid quod cum videatur significat. Aliud est mysterium idest nullius alius rei signum.» (f. 106v). «Est ergo ut diximus sacramentum corporis et sanguinis res idest veritas quod verum corpus de Virgine natum et in cruce suspensum sed inmortale et inpassibile, et verus sanguis /f. 107r/ de eodem corpore effusus per officium catholici sacerdotis et sollempnia verba absque omni rationabili calumnia efficitur. […] Est et signum secundum utramque materium panis videlicet et vini que in corpus et sanguinem Christi transferuntur.» (même verbe chez Maître Bruno).

In Ps 21 (f. 108v): distingue «simplices clerici» et «laici».

Classement des Manuscrit(s):

A l’examen, le commentaire éclate en presque autant de versions qu’il y a de manuscrits. Le Prologue est identique dans tous les manuscrits, à l’exception de Ars83 où il revêt une forme abrégée et légèrement modifiée.

Paléographiquement et iconographiquement les mss. sont à classer dans l’ordre suivant: 1° Tr1507, P547 P436 Ars83. Le nombre des Psaumes commentés varie comme suit:

L360                      ___________________14

L176                      _____________________15

Ars83                     ______________________________25

P547                      _______________________________| _ _ _ _ _ _ _ _ 69

P436                                     _______________________________|_____|50                                80___83

Tr1507  _______________________________|__________________________________________150

S’apppuyant sur l’explicit de Ars83, Mews pense que ce manuscrit représente la version primitive, que les éditeurs des témoins plus prolixes n’auraient fait que développer. Je soutiens la thèse contraire. Les manuscrits tardifs ont raccourci le commentaire, tandis que les plus anciens sont plus complets.

La coïncidence exacte de l’explicit d’Ars83 avec la fin d’une division fériale est d’autant plus suspecte que les plus anciens témoins de l’œuvre (P547, P436 et Tr1507) ne portent aucune trace de cette mise en texte dont le succès correspond à la diffusion de la Glosa media et surtout de la Magna Glosa. Ars83 serait donc le fruit d’une édition abrégée destinée à procurer une mise en texte conforme aux pratiques des contemporains de la copie (dernier quart du xiie siècle). Par ailleurs, la collation de la fin commentaire du Ps 25 indique qu’en amont de la division fériale, l’unité de la tradition manuscrite est loin d’être évidente (voir Corpus prol. Roscelin , In Ps 25-26).

Seul P547 s’écarte du reste de la tradition à partir du Ps. 26. P436, Tr1507 et Ars83 dépendent d’une même origine. Dans l’état actuel de mes recherches, il semble que seul un tronc commun constitué par l’exposition des huits premiers psaumes se retrouve à l’identique dans tous les témoins. Pour les Ps 1 à 25, un tronc commun élargi réunit A83 Tr1507. P436 ajoute à partir du Ps 8 un bref accessus sur la matière du Psaume et la désignation de la personne (vox) au nom de laquelle il doit être récité, mais reste proche de Tr1507. L176 et 360 n’ont pas été examinés. L’hypothèse de Mews semble devoir être abandonnée.

L’omission par tous les témoins, sauf Tr1507, de l’incise de la fin du § 5* du prologue (Corpus prol., § 5, note#), dont la cohérence avec le texte primitif est soulignée par le «eidem Moysi» de la phrase suivante, désigne Tr1507 comme témoin privilégié du texte primitif. La collation des témoins du prologue révèle 46 accords de Tr1507 avec P547 contre P436 et autant d’accords de Tr1507 avec P436 contre P547. Bien qu’une antériorité critique de Tr1507 par rapport aux autres témoins doive être envisagée, il serait présomptueux de conclure e ; philogiquement, la collation du prologue conduit à associer A83 et P436n l’absence d’une collation complète.

Attribution d’un commentaire des Psaumes à Roscelin:

L’attribution actuellement reçue dépend de la suscription de la fin du xiie siècle placée en tête du manuscrit Ars83, copié vers 1180 et provenant du couvent des Carmes de Paris (f. 1r). Nous avions suggéré que les rapprochements faits avec le peu de ce que l’on sait de la pensée de Roscelin ne constituaient pas un argument suffisant et décisif en faveur de l’attribution du commentaire ; sans connaître notre étude («Les écrits attribués à saint Bruno…»), C. Mews s’est appliqué à montrer que cette attribution était plausible du point de vu de la critique interne et que le commentaire de Roscelin pouvait appartenir à la mouvance de celui de Maître Bruno. L’attribution de première main de Tr1506, à un certain «maître Bruno» est à mon avis une objection solide à l’attribution à Roscelin. Il s’agit de la plus ancienne attestation connue d’un commentaire des Psaumes à «Bruno» . Il est fort probable qu’il s’agisse du véritable commentaire de Maître Bruno.

On notera encore à ce sujet que ce commentaire se montre avare de références patristiques et hagiographiques. Il en est une cependant (in Ps. 3#) quifait une allusion à la légende de saint Benoît: «Per memoriam quippe preteritae rei peccatum nobis suggeritur, ut beato Benedicto[écrit «Benedictus» avec le début du mot en petites capitales dans P436] in heremo cum cuiusdam pulcre mulieris in civitate vise recordaretur…» (P547,f. 3r ; Ars83, f. 3v ; P436, f. 2r omet «in civitate vise» ; mais je ne l’ai pas retrouvée dans Tr1507…). Ailleurs, il est fait allusion à l’âme «a claustro cordis egressa» (Ar83,f. 3r in Ps 1).

La lettre copiée en tête de Tr1507 indique non seulement une provenance bénédictine: elle désigne encore Reims comme lieu de composition, ou au moins d’assemblage du manuscrit.

Il est évident par ailleurs que les idées les plus subversives de Roscelin sur la Trinité ne se retrouvent pas dans les versions du commentaire du lui est attribuée (cf. Morard). Mais avant de rejeter l’attribution à Roscelin, il convient de suggérer par ’hypothèse que l’opprobre et l’anathème jetés sur Roscelin ont pu conduire à couvrir son commentaire de l’autorité de Bruno pour le protéger ; le cas s’est produit pour d’autres commentaires (voir Clavis Michel de Césène#). Dans ce cas, l’expression «stille verborum» pourrait ne pas être une attribution mais une simple référence protectrice à un maître dont Roscelin aurait été l’élève. Mais il faut s’arrêter là ; l’existence même d’un commentaire des Psaumes attribué à Roscelin ou à Bruno de Reims étant impossible à démontrer autrement qu’en acceptant des  suppositions tardives aux sources médiévales indigentes. L’expression «stille verborum» se trouve en tête d’autres commentaires exégétiques contemporains liés à l’école de Laon (ms. Verdun BM 63: «Stille verborum magistri Menegaudi in Apocalypsim» ; Châtillon (p. 167) interprête la formule comme suit: «Terme comparable à celui de glosulae, clausulae,fréquemment employé lorsqu’il s’agit […] d’une exposition continue (cf. d’ailleurs les termes en lesquels l’Anonyme de Melk parle des travaux exégétiques de Manegold: paginalibus clausulis distinxit, glossas continuas scribit [PL 213, 981D] »

Les concordances bibliques d’Hugues de St-Cher

Petite synthèse sans prétention

627656201_MS0028_0005_N2.jpg

La première concordance verbale de la Bible[4], celle dite d’Hugues de St-Cher, fut produite à St. Jacques à l’intention des étudiants et des maîtres. Comme les Postilles, c’est un travail essentiellement communautaire et anonyme, réalisé ad utilitatem multorum. On ne peut préciser si Hugues en fut seulement l’instigateur ou s’il y prit une part active de direction et de travail. [5]. Sa composition était probablement bien engagée à la fin de sa régence (1235-6) et certainement achevée en 1247, puisque les postilles longues manuscrites n’utilisent qu’occasionnellement le sytème de référence alphabétique de la concordance[6], alors que nous pouvons constater son utilisation dans la Glose dominicaine.

627656201_MS0028_0006_N2.jpg
Saint-Omer, BM, ms. 28 (13e 3/3)

La première concordance verbale de la Bible[4], celle dite d’Hugues de St-Cher, fut produite à St. Jacques à l’intention des étudiants et des maîtres. Comme les Postilles, c’est un travail essentiellement communautaire et anonyme, réalisé ad utilitatem multorum. On ne peut préciser si Hugues en fut seulement l’instigateur ou s’il y prit une part active de direction et de travail. [5]. Sa composition était probablement bien engagée à la fin de sa régence (1235-6) et certainement achevée en 1247, puisque les postilles longues manuscrites n’utilisent qu’occasionnellement le sytème de référence alphabétique de la concordance[6], alors que nous pouvons constater son utilisation dans la Glose dominicaine.

Le principe des concordances bibliques qui nous paraît aujourd’hui évident ne l’était pas au 13è s. On distingue des concordances verbales ou lexicale (mot par mot)[1] et des concordances réelles ou thématiques (par sujet)[2]. Les concordances réelles sont anciennes, mais la concordance verbale fut pour ainsi dire inventée à St-Jacques sous la direction d’Hugues et ne prit son aspect actuel qu’au bout d’un demi-siècle, à la suite d’améliorations successives entreprises sous la poussée de la communauté pastorale et théologienne[3].

Méthode

Deux problèmes se sont posés pour la mise au point de la concordance : 1) la mise au point d’un système de référence 2) l’organisation du travail en équipe.

Le système de référence

Jusque tard dans le 13e siècle , la division en chapitre présente de nombreuses variations. On attribue traditionnellement au maître parisien Etienne Langton (+1228) la division actuelle en chapitre[7]. Celle-ci est loin d’être stabilisée avant le dernier quart du siècle. Notre système actuel de division en chapitres et versets ne fut définitivement mis au point qu’au XVIe s. par l’imprimeur Robert Etienne[8].

Pour localiser les passages avec plus de précision à l’intérieur des chapitres, les dominicains divisèrent chaque chapitre d’abord en 7 parties égales pour tous les chapitres, chacune désignée par une lettre de l’alphabet allant de A à G[9]. Le système est inspiré des divisions liturgiques mobiles des chapitres de la Bible en leçons, appliquées à la lecture continue de certaines parties de la Bible chez les moines (nocturnes de 4 leçons impliquant des divisions quaternaires)  les chanoines (nocturnes de 3 leçons impliquant des divisions ternaires).  Le système de divisions alphabétiques a déjà été appliqué à des textes non bibliques antérieurement aux concordances verbales dominicaines. Son application à la Bible avait l’ambition de proposer un référentiel biblique unifié qui perdura au-delà de la promulgation de la Bible Sixto-Clémentine pour certains textes.

Encore du travail d’équipe

On a retrouvé dans les reliures de concordances du XVe s. des fragments de la première concordance de St-Jacques en notes manuscrites qui montrent les étapes de la fabrication et attestent son caractère collectif : 1° extraction des mots ou familles de mots[10] sur feuilles détachées 2° cueillette des références sur des sortes de fiches 3° report de celles-ci par ordre alphabétique sur des cahiers correspondant à une portion de l’alphabet confié à la responsabilité exclusive d’un « ouvrier » différent.

Le résultat est une liste alphabétique de mots répartis sur 5 colonnes assortis de leurs références bibliques[11].

Cette concordance de première génération n’associait au lemme que sa référence sans mentionner le contexte immédiat du mot. Cette limite :

  1. explique l’usage et la circulation limités de la concordance en dehors de l’ordre dominicain. Elle n’était utilisable qu’à partir de bibles possédant le même système de référence.
  2.  souligne que la concordance fut conçue comme instrument de travail portable au service de la prédication itinérante. Elles sont conformes au format standart des livres et bibles des mendiants (approximativement : notre format A/4[12]). C’est en effet sur la rédaction des sermons et de distinctiones que les concordances verbales eurent le plus d’impact, comme l’atteste le recours à leur système de référence.
  3. montre que les concordances verbales de première génération n’ont pas été conçues en vue d’identifier des citations, mais pour faire résonner un terme donné dans le contexte de ses autres emplois scripturaires. Identifier une citation à partir d’une concordance verbale oblige en effet à passer en revue chaque occurrence, puisque le contexte immédiat n’est pas mentionné.

Le besoin se fit donc vite sentir d’une nouvelle génération de concordances, plus complètes, qui remédierait à ce défaut. Les dominicains établirent donc une seconde version des concordances où, pour chaque lemme, chaque référence était illustrée par un contexte long. Trop long pour que les concordances ainsi habillées restent maniables et gardent des dimensions compatibles avec la mobilité des livres imposée par l’itinérance du clergé ‘moderne’ et des ordres mendiants.

A partir de ce moment, les concordances de St-Jacques prirent le nom de concordances ‘anglaises’  qui leur est appliqué dans certains listes de livres et inventaires. L’adjectif ‘anglais’ renvoie à la nationalité des frères dominicains qui, à Saint-Jacques de Paris, auraient mis au point le système tel qu’il a été finalement adopté, peut-être au milieu du 13e siècle seulement [RB 3606]. Il n’est pas réservé aux concordances de 2e génération et s’est appliqué aussi aux concordances de 3e génération.

Sous le même nom de « Concordances anglaises » apparu en effet  une troisième version des concordances bibliques. Cette 3e génération tirait les conséquences de l’expérience des deux premières. Sa préface explique que désormais les chapitres courts seront divisés par 4 lettres de manière à faire correspondre une portion de texte à peu près égale à chaque portion de texte[13]. Dans les concordances de St-Jacques ou de 1ere génération, tout chapitre, de quelque longueur qu’il fut, était divisé en 7 parties de sorte que  la portion de texte correspondant à chacune d’elle différait d’un chapitre à l’autre (1/7 x Y n’est pas égal à 1/7 x Z). Les concordances de 3e génération, sans proposer un nombre de ligne égale pour toute division de chapitre, propose une distinction entre chapitres longs divisé en 7 lettres, et en chapitres courts divisés en 4 lettres seulement.

« Quiconque voudra rechercher des concordances dans ce livre sera d’abord attentif au fait que dans les premières concordances, celles qui sont dites concordantes de Saint Jacques, chaque chapitre est divisé en 7 parties, selon les 7 premières lettres de l’alphabet (A B C D E F G). Dans le présent livre, les chapitres les plus longs sont divisés selon le même mode et en autant de parties égales, mais les chapitres plus courts sont divisés seulement en quatre (A B C D ), de sorte que, dans un chapitre plus bref divisé en quatre parties égales, A contient la première partie, B la seconde qui part du commencement et s’étend jusqu’au milieu ; C part du milieu et contient la 3e partie du chapitre plus bref;  D, après la 3e partie, s’étend jusqu’à la fin du chapitre« .

« Cuilibet volenti requirere concordantias in hoc libro, unum[a]  primitus attendendum, videlicet, quod cum in primis concordantiis, quae dicuntur concordantie Sancti Iacobi, quodlibet capitulum in septem partes distinguatur, secundum primas septem[b] litteras alphabeti, videlicet a, b, c, d, e, f, g. In isto opere, per eundem modum et in totidem particulas distinguuntur capitula longiora in septem partes equales; capitula vero breviora tantum in partes quattuor distinguuntur, videlicet in a, b, c, d, ut breviori capitulo[c]* in quattuor partes equales[d] diviso, A primam partem continet[e]; B vero secundam, qua a principio recedat et usque ad medium protendatur; C vero recedat a medio et partem tertiam contineat capituli brevioris; D vero post tertiam partem usque in finem capituli protendatur. »

Ces nouvelles concordances ont surtout la particularité de proposer des contextes bibliques abrégés de sorte que chaque feuillet permet d’aligner trois doubles colonnes associant  chacune et pour chaque lemme, sur la même ligne, une référence et un contexte (référence à gauche, contexte à droite). Voir par exemple  : Saint-Omer, BM, 28 (années 1270).

Les concordances latines imprimées que nous connaissons sont le fruit de cette troisième refonte alliant la précision de la première et la sobriété de la troisième. Les éditions imprimées des concordances dites de St-Jacques sont en fait des rééditions revues, corrigées et augmentées des concordances de 3e génération. Le contexte des lemmes a été souvent adapté au texte de la Vulgate Sixto-Clémentine.

Pourquoi les Concordances ?

L’enseignement théologique au Moyen âge est conçu comme une quête du sens de l’Ecriture, littéral ou spirituel.

Cet objectif impose une méthode dont un des éléments principaux consiste à comparer les usages d’un même mot à travers ses différentes occurrences scripturaires[14]. Le travail des maîtres des écoles, en particulier dans le cadre du renouveau biblico-pastoral parisien de la fin du 12e siècle, préparait le terrain des concordances, en même temps qu’il en manifestait le besoin, lorsqu’ils inséraient dans leurs commentaires des listes de références parallèles au passage ou au mot commenté. Ces listes encombraient les marges des manuscrits. L’invention des concordances permit 1° d’alléger les postilles ; 2° de répondre au besoin d’un instrument qui donne aux théologiens tous les emplois d’un mot ou d’une phrase ; 3° de garantir ainsi une certaine objectivité du commentaire en permettant de l’appuyer sur des parallèles littéraux et non plus sur des sélections de textes choisis en fonction du sens allégorique ; 4° finalement de porter davantage d’attention au sens littéral.


[1] exemple anachronique : le Concordance du NT de la Bible de Jérusalem.

[2] exemple anachronique : le VTB

[3] Cf. Rouse, « The Verbal Concordance… » AFP 44 (1974) 7-30 et R.H. Rouse et M.A. Rouse, « La concordance verbale des Ecritures » dans Le Moyen Age et la Bible, (Pierre Riché, Guy Lobrichon éd.), « Bible de tous les temps », Beauchesne, Paris 1984, p. 115-122 que nous résumons ici. Cf. p. 122 : « La concordance verbale s’est développée d’essai en essai, chacun constituant un effort de perfectionnement de cet outil, pour l’usage de la communauté théologique et pastorale, et elle a culminé dans la concordance qui figure dans le catalogue des libraires de 1275 » .

[4] (Concordantiae bibliorum) Comme l’attestent les mss.

[5] Part attestée néanmoins par Ptolémée de Lucques vers 1315 ; cf. Rouse & Rouse, AFP 44 (1974) 7.

[6] Cf. Rouse, « The Verbal Concordance… », p. 22. Nos propres recherches sur les manuscrits d’Hugues confirment cette observation [MM2018].

[7] Attestée dès 1203 et reçue par l’université de Paris dès 1230 à la suite de son adoption par les dominicains et de son insertion dans la bible parisienne. L’Edition de Langton parue peu avant 1203 a été améliorée et complétée par le dernier Victorin, Thomas Gallus qui subdivisa les chapitres en paragraphes selon Jacques Verger, « L’exégèse de l’Université », dans Le Moyen Age et la Bible, (Pierre Riché, Guy Lobrichon éd.), « Bible de tous les temps », Beauchesne, Paris 1984, p. 202.

[8] Mangenot, art. « Concordances de la Bible », DB 2 (1926) 897

[9] Il n’existe pas d’attestation sûre de cette division avant la Concordance parisienne, du moins dans des lieux susceptibles d’expliquer la diffusion qu’elle a connu, même si la coutume de diviser selon l’alphabet les textes était déjà répandue par ailleurs. Cf. exemple dans Rouse, « The Verbal Concordance… », p. 22

[10](Stips Israel, Stirps Jesse, Stirps Cyrus, etc.)

[11] citées le plus brièvement possible avec la référence au livre, au chapitre et à la section alphabétique du chapitre : Incipit A,a,a Je. I.c.,XIII.d., Eze. IIII.f.… Explicit Zorobabel…Luc. III, f. [reproduction dans Rouse p. 8-9].

[12] exactement : 30/20 cm

[13] Inc. Cuiuslibet volenti…, RB 3605.

[14]Plusieurs outils furent mis au point dans ce but par les maîtres ou les élèves en vue d’un usage d’abord privé et spécialement les distinctiones qui sont deslistes alphabétiques de mots assortis d’une sélection de passages bibliques servant à en illustrer le sens figuratif. Certains manuscrits contiennent aussi des sortes de fichier matière où les textes bibliques viennent illustrer des thèmes (Résurrection, Jugement, etc.) Cf. le Vocabularium Biblie de Guillaume de la Mare

Citer ce billet : Martin Morard, "Les concordances bibliques d’Hugues de St-Cher", dans Sacra Pagina, 15/10/2018, https://big.hypotheses.org/1928, consulté le 13/08/2020.


[a] unum] + est RB3605

[b] pr. septem]  inv. RB3605

[c] capitulo] om. Som28

[d] qu. partes] inv. RB3605

[e] primam… continet] primam contineat partem RB3605


Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge

L’édition électronique de la Glose ordinaire de la Bible est adossée à un répertoire des témoins manuscrits de chaque livre de la Bible glosée.

Ce répertoire, en cours de constitution, prend actuellement la forme d’un tableau  de  plus de 4000 entrées qui correspondent à  environ 3000 cotes différentes;  accéder  ici =>.

Contrairement à une idée reçue, il est inexact de dire qu’il n’a pas existé d’ensembles complets de livres glosés couvrant la totalité du canon biblique, issus d’un même  projet éditorial ou – pour caricaturer – d’un même atelier. Il est vrai en revanche qu’il en subsiste peu, que leur homogénéité paléographique et même iconographique est relative, et que souvent les bibliothécaires modernes ont recomposé des ensembles artificiels à partir de manuscrits d’origines diverses. Notre « répertoire » voudrait permettre, à terme, de réunir les manuscrits de même origine ayant appartenu au même ensemble, même s’ils sont conservés dans des fonds différents et, de ce fait, dissociés dans les listes alphabétiques de cotes. Dans l’état actuel de nos travaux (encore peu développés sur ce point), chacun des ensembles identifiés est repérable dans la colonne « sigle » par le préfixe « set » suivi d’un identifiant unique et du sigle du manuscrit correspondant. Par exemple set20Som21, set20Som33, set20P445 désignent le même ensemble (set20) dont les différents volumes correspondent actuellement aux manuscrits siglés Som21, Som33, P445.

  • Les manuscrits sont classés selon l’ordre de la Vulgate ; la même cote peut donc être répétée plusieurs fois.
  • Quand c’est possible, des liens renvoient aux catalogues et aux images numérisées des documents.
  • La mise en page de chaque manuscrit est précisée. Pour en savoir plus sur les mises en pages glosées de la Bible =>
  • Les datations sont indicatives. Pour en savoir plus sur les datations indiquées =>
  • Nous cherchons à inventorier les manuscrits de toutes les versions de la Glose. Pour en savoir plus sur les oeuvres inventoriées =>
  • Catalogues et répertoires déjà dépouillés =>

Mises à pages manuscrites de la Bible glosée (cliquer)

Oeuvres exégétiques répertoriées

Plusieurs commentaires différents ont été associés au texte de la Bible sous forme de gloses dès le 6e siècle. Plusieurs livres de la Bible avaient déjà été partiellement glosés avant Anselme de Laon (fl. fin du 11e siècle), principalement le Psautier, le Cantique des cantiques, l’Apocalypse etc.

Ont été retenus en  priorité les manuscrits de la Glose ordinaire dans ses différentes versions, soit

  • Glossa ordinaria : Glose de Laon complétée et standardisée dans le contexte des écoles à la fin du 12e siècle
  • Parva Glossatura : Glose d’Anselme de Laon ou de son Ecole pour Ps. et Paul.; sigle A
  • Media Glossatura : Glose de Gilbert de la Porrée (Ps. et Paul.); sigle G
  • Magna Glossatura : Glose de Pierre Lombard sur Ps. ou Paul; sigle L

Sans prétention d’exhaustivité, les manuscrits d’autres oeuvres ont été retenus lorsqu’ils ont été associés au texte biblique sous forme de gloses.

  • Glossae priscae : Gloses antérieures à la Glose de Laon
  • Thomas d’Aquin, Catena aurea in Evangelia : voir ici
  • Nicolas de Gorran : version complémentaire à Hugues de Saint-Cher. Nous n’en signalons ici que quelques manuscrits.
  • Odo de Morimundo / Eudes de Morimond (pseudo) : repérage aléatoire
  • Gilbertus Universalis, par référence au commentaire de Gilbert l’Universel sur les Lamentations qui a servi à la composition de la Glose ordinaire sur les Lamentations ; le rapport semble inversé pour d’autres livres bibliques : leur commentaire par Gilbert l’Universel semble emprunter à la Glose et ne suffit pas à en expliquer tout le contenu.

NB. Les manuscrits de  Florus de Lyon ne reproduisent qu’une partie du lemme biblique (lemme intercalé, parfois dans un encre de couleur, signalé par diplè) Ils ne sont pas retenus  dans cet inventaire.

Livres glosés indépendants ou versions atypiques ; sigle X

Nous n’avons pas retenu les oeuvres que les catalogueurs anciens ou modernes qualifient de « gloses » ou de « livre glosé » (« psalterium glossatum ») lorsque le texte biblique complet en est absent. Les termes « glossa » ou « glossatus/glossatum » désignent souvent des commentaires lemmatiques sans mise en page glosée, au sens technique que nous donnons aujourd’hui à ce terme. A l’inverse, la présence de la glose n’est pas toujours signalée dans les listes anciennes de livres (catalogues) qui se contentent parfois de nommer des livres de la Bible sans préciser qu’ils sont aussi glosés. Par exemple, dans la liste suivante, conservée dans les gardes d’un exemplaire de la Glose ordinaire de la Genèse (Arras, BM, 1004, garde sup., d’après CGM) l’expression « Item Genesis quam pre manibus habemus » désigne selon toute vraisemblance le ms. 1004 qui contient à la fois le livre de la Genèse glosé et la liste qui l’évoque: « Isti sunt libri domini H. presbiteri. Duo paria Decretorum quorum precium vii marcas. Sermones magistri Petri Manducatoris. Tres Euvangeliste. Quartum Euvangelium, scilicet Marcum, habet Walterus de Novo loco. Item xii Prophete in uno volumine. Quatuor magni Prophete in alio volumine cum trenis Jeremie et v libris Salomonis. Item Genesis quam pre manibus habemus. Item Exodus in alio volumine. Item Decretalia Alexandri, scilicet Juste judicate. Item alia Decretalia Devotioni. Item Epistole Pauli de magna glossa. Item liber sermonum qui vocatur Gieu. Item duo volumina Haimonis. Item Historia magistri P. Comestoris ». La liste, sans le manuscrit conservé, ne permet pas de se rendre compte que le simple terme « Genesis » désigne un livre glosé. L’examen des manuscrits conservés est donc le seul moyen d’avoir une juste compréhension de la terminologie des listes anciennes, souvent trompeuses en matière de diffusion des différentes formes du texte biblique.

  1. L’école de Laon n’est pas à l’origine de tous les livres de la Bible glosée. Certains ont été glosés au cours du 12e siècle dans le but de compléter le corpus initié à Laon. Ainsi la Glose sur les Lamentations semble avoir été fabriquée à partir du commentaire de Gilbert l’Universel. La chronologie est difficile à établir car l’absence de tel livre glosé dans une liste datée à peu près complète ne signifie pas que ce livre n’avait pas encore été glosé. Toutes les bibliothèques n’acquerraient pas systématiquement des collections complètes de la Bible glosée.
  2. La Glose « laonnoise » sur le Psautier et les épîtres de Paul est à lire en parallèle avec celle de Gilbert de Poitiers sur les mêmes livres dont les plus anciens manuscrits identifiés sont pour ainsi dire contemporains, datés par les historiens de l’art des mêmes années 1140-1150. Ces deux versions ont été complétées et supplantées, à partir de 1160, par la Magna Glossatura de Pierre Lombard sur Ps. et Paul. (plus de 800 manuscrits dont au moins 400 pour les Psaumes).
  3. L’expression « glose ordinaire » est un titre générique qui désigne aujourd’hui les livres glosés de la Bible issus de la version laonnoise originale ou enrichie (à l’exclusion d’autres versions comme celles de Gilbert de Poitiers, Pierre Lombard, des gloses antérieures à Laon etc.) Ainsi la Glose ordinaire sur les Lamentations est qualifiée comme telle en raison de sa mise en page, bien qu’elle ait été extraite du commentaire de Gilbert l’Universel. Au Moyen-Âge , Glose ordinaire désigne l’état standardisé de celle-ci en usage à partir de l’adoption dans les écoles à la fin des années 1180, de la Magna Glossatura sur les Psaumes et le corpus Paulinien en remplacement de la Glose de Laon, qualifiée désormais de Parva Glossatura. Le développement des écoles, leur adoption de la Glose de Laon, complétée par la Magna Glossatura de Pierre Lombard, l’explosion de la démographie cléricale expliquent la multiplication des exemplaire de la Glose ordinaire à partir de cette période. Les copies postérieures à la fin du 13e siècle se font beaucoup plus rares, bien que la Glose ordinaire n’ait été que partiellement remplacée par de les Postilles d’Hugues de St-Cher, de Nicolas de Gorran puis de Nicolas de Lyre. Ces dernières n’ont d’ailleurs été qu’exceptionnellement diffusées sous forme glosée. L’absence de texte biblique intégral ne leur permettait donc pas de rendre les même services que la Glose ordinaire. )
  4. La version du texte de la Bible reproduit dans les manuscrits glosés en usage dans les écoles des XIIe et XIIIe siècles n’est pas homogène; elle dépend de bibles dont l’origine géographique et chronologique est multiple. L’origine du texte de la Bible dite parisienne ou universitaire remonte en partie à la version du texte biblique diffusé avec la Glose à Paris au début du 13e siècle, laquelle a appellé révisions et corrections (voir Gloss-e, collations en cours).

Datations

  1. Le classement chronologique et géographique des manuscrits de notre liste repose principalement sur des critères externes et des regroupements stylistiques à partir des manuscrits ornés. Les principaux centres français de diffusion de la Glose de Laon et de ses versions complémentaires seraient, selon P. Stirnemann, Laon, Chartres, Sens, Paris. Il faut écarter St-Victor de Paris comme lieu de production initiale de la Glose ordinaire en raison de l’absence des mains des copistes actifs à l’abbaye dans les seuls 5 manuscrits de livres glosés illustrés qui proviennent de St-Victor et datent entre 1140-1150. Ces livres ont été acquis par l’abbaye ou illustrés par des ornemanistes extérieurs embauchés pour l’occasion.
  2. En l’absence de plus de précisions, nous reproduisons les datations des catalogues utilisés. Lorsque que nous avons pu examiner des images des manuscrits, nous proposons une estimation personnelle (signalée par les initiales MM+année), évidemment relative et sujette à discussion. Lorsque des datations argumentées sont disponibles, les principaux lieux de production des manuscrits de la Glose ordinaire identifiés par Patricia Stirnemann sont indiqués (bibliographie ci-dessous et codes couleurs). Concernant la diffusion de la Glose en Angleterre, en Allemagne, en Italie, dans la péninsule ibérique, il reste encore énormément à découvrir.

Sigles et conventions graphiques

Les sigles attribués aux manuscrits (en principe, un sigle par cote de conservation actuelle) sont repris dans les apparats de l’édition électronique de la Glose ordinaire, fondée sur l’édition princeps d’Adolf Rusch (Strasbourg, 1480/1481). Ils permettront à terme de sélectionner les gloses en fonction des provenances, des lieux de production et/ou des dates des manuscrits collationnés.

en vert  : manuscrits d’origine chartraine (Stirnemann 1994).

en jaune :  manuscrits d’origine laonnoise certaine antérieurs à 1150 (Stirnemann 1994)

en rouge  : manuscrits d’origine parisienne (Stirnemann 1994).

en bleu : manuscrits produits à Sens (Stirnemann 2007)

Catalogues, répertoires et études dépouillés

Bases de données ouvertes ::

Calames Bibliothèques de l’enseignement supérieurCALAMES (03.2017), avec ajouts et corrections.: bibliothèques traitées par Annalisa Chiodetti en mars 2018 (expressions recherchées Biblia, Bible, Glossa, Glossae, Bible glosée): Aix en Provence, Aix Marseille, Amiens, Angers, Athenes, Besançon, Beziers, Bordeaux, Brest, Caen, Chaalis, Chantilly, Chatenay-Malabry, Clermont-Ferrand BCC , Clermont-Ferrand Université, Dijon, Evreux, Grenoble, Le Mans, Lille, Lyon Bibliothèque Diderot, Lyon Biu-Lsh, Lyon Université catholique, Maison-Alfort, Metz, Montpellier Universités, Nancy, Nanterre, Nice, Palaiseau, Perpignan, Poitiers, Rennes 1 et 2, St-Denis, Strasbourg, Toulouse, Tours, Valenciennes. Paris – 1sdc, Gaston Baty, 7 Université, 8, 9 Académie de Médecine, Academie Française, Jacques Doucet, Mazarine, Sainte-Geneviève, Thiers, Biu Cujas, Biu Medicine, Biu Farmacie, BULAC, CNAM, Ecole des mines, ecole française d’Extreme-Orient, ecole militaire, ecole pratique des hautes études, ENS-Ulm, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art, Institut Catholique, Institut de France, Marie Curie, Musée Jacquemart-André, Muséum d’histoire naturelle, Science Po, Société historique protestantisme français, Sorbonne Université, Sorbonne-BIU centrale, Paris/Meudon Observatoire.

Digital-scriptorium [état du 1.6.2018]

FAMA (état du 22.12.2017), avec ajouts et corrections :Glossa ordinaria, Magna et Media Glossatura, Gilbert l’universel

https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suche_sim&bandnummer=bsb00034155&pimage=00001&einzelsegmentsuche=1&einzelsegment=&l=de

https://www.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suchen&l=de&kl=&projekt=&vtr=121&btr=160&mtr=40&trs=40&ab=Glossa&ordnung=&projekt=&suche_autor=&suche_titel=&suche_ort=&suche_signatur=&suche_sprache=&suche_jahr=&suche_label

Morard (Martin), Psalmica.repertoire des psautiers et commentaires des psaumes manuscrits, base accès personnelle (15.8.2018) : tous les Psautiers glosés, Parva, Media et Magna Glossatura.

recherche p         ar Annalisa Chiodetti (Univerità di Torino – IRHT) des manuscrits numérisés déjà présents dans la présente liste à la date du 6.3.2018

Catalogues ::

Allemagne :

  1. Fulda ;
  2. Codices Electronici Ecclesiae Coloniensis (http://www.ceec.uni-koeln.de/) [3.2.2018]
  3. Bergisch-Gladbach, Paffrath, Kath. Pfarrei St. Clemens (1 Hs.)
  4. Düsseldorf, St. Lambertus (14 Hss.)
  5. Düsseldorf, Gerresheim, Kath. Pfarrei St. Margareta (1 Hs.)
  6. Euskirchen, Kath. Pfarrei St. Martin (7 Hss.)
  7. Hamburg : Universitätsbibliothek
  8. Kerpen, Kath. Pfarrei St. Martinus (2 Hss.)
  9. Kerpen, Sindorf, Kath. Pfarrei St. Maria Königin (2 Hss.)
  10. Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek (392 Hss.)
  11. Köln, Kath. Pfarrei St. Kunibert (4 Hss.)
  12. Königswinter, Kath. Pfarrei St. Remigius (1 Hs.)

Espagne :

  1. Vich : Gudiol i Cunill, Catàleg dels Llibres manuscrits anteriors al segle XVIII del Museu Episcopal de Vich (Extr. Butlleti de la Biblioteca de Catalunya, 6 (1920-22), 50-97; 7 (1923-27), 59-154; 8 (1928-32), 42-120 = Barcelona: Casa de Caritat, 1934.
  2. Tolède: Catalogo de la Librería del Cabildo Toledano, 1903: bibliothèque du chapitre cathédral de Tolède, aucun manuscrit glosé sur plus de 400 manuscrits latin.

Suisse

  1. Mohlberg (Leo Cunibert), Katalog der  Handschriften der  Zentralbibliothek    Zürich. 1.  Mittelalterliche Handschriften, Zürich, 1952.

Italie

  1. Assisi : Sacro Convento (catalogue informatisé des manuscrits)
  2. Cava de’ Tirreni, Biblioteca statale del Monumento nazionale della Abbazia Benedettina della Ss. Trinità, Codices Cavenses,
  3. Kristeller, Iter italicum, t. 2
  4. Monza: Catalogue Bonelli (traité par Annalisa Chiodetti & MM, avril 2018)
  5. Venezia : R. Quinto, Manoscritti medievali nella biblioteca dei Redentoristi di Venezia, Padova, 2006 [RAS].
  6. Cataloghi e Collezioni digitali delle Biblioteche italiane [11.5.2018]

France : CGM::

  1. Abbeville ;
  2. Agen CCFR ;
  3. Aires-sur la-Lys ;
  4. Aix-en-Othe;
  5. Aix-en-Provence ;
  6. Aix-les-bains : rien
  7. Ajaccio ; ;
  8. Albi (CGM in 4°)
  9. Alençon
  10. Alès ;
  11. Amberieu en Bugey ;
  12. Amiens ;
  13. Angers;
  14. Angoulême : rien
  15. Annecy : rien
  16. Annonay : rien
  17. Antibes : rien
  18. Arbois: rien
  19. Arcis-le-Ponsart
  20. Argentan
  21. Arles
  22. Armentières
  23. Arras
  24. Aubenas
  25. Aubière
  26. Auch
  27. Aurillac
  28. Auxonne
  29. Avallon
  30. Avesnes-sur-Helpe
  31. Avignon
  32. Avranches
  33. Bagnères-de-Bigorre:rien
  34. Bagnols sur Cèze
  35. Bar-le-Duc
  36. Bastia
  37. Baume-les-Dames
  38. Bayeux
  39. Bayonne
  40. Beaune
  41. Beauvais
  42. Belfort
  43. Bellac
  44. Bergerac
  45. Bergues
  46. Bernay
  47. Besançon
  48. Béthune
  49. Béziers
  50. Bischwiller
  51. Blois
  52. Bordeaux CGM CCFR
  53. Bormes-les-Mimosas
  54. Bougival
  55. Boulogne-Billancourt
  56. Boulogne-sur-Mer
  57. Bourbonne-les-Bains
  58. Bourbourg
  59. Bourg-en-Bresse
  60. Bourg-en-Bresse
  61. Bourges
  62. Bourmont
  63. Bouxwiller
  64. Brest
  65. Briançon
  66. Briey
  67. Brioude
  68. Brive-la-Gaillarde
  69. Cachan
  70. Caen
  71. Cahors
  72. Calais
  73. Cambo-les-Bains
  74. Cambrai
  75. Cannes
  76. Capoulet et Junac
  77. Carcassonne
  78. Castelnaudary
  79. Castres
  80. Cavaillon
  81. Cergy-Pontoise
  82. Cérilly
  83. CGM : Bibliothèques de la Marine
  84. CGM, tome 2, 9, Paris, BnF, latin 1 à 385
  85. Chalezeule
  86. Châlon sur Saône
  87. Châlons en Champagne
  88. Chamarande
  89. Chamarandes Choignes
  90. Chambéry
  91. Champagney
  92. Chantilly
  93. Charleville-Mézières
  94. Charmont-sous-Barbuise
  95. Charolles
  96. Chartres
  97. Château Gontier
  98. Château-Arnoux
  99. Châteaudun
  100. Chateaulin
  101. Châteauroux
  102. Château-Thierry]
  103. Châtellerault
  104. Châtenay Malabry
  105. Chatillon-sur-Seine
  106. Chaumont
  107. Cherbourg-en-Cotentin
  108. Cherbourg-Octeville
  109. Clamecy
  110. Clermont-de-l’Oise
  111. Clermont-Ferrand
  112. Clermont-Ferrand Université,
  113. Cognac
  114. Colmar
  115. Compiègne
  116. Conches-en-Ouches
  117. Condé-sur-Noireau
  118. Condom
  119. Confolens
  120. Corbeil Essonnes
  121. Coulommiers
  122. Coutances
  123. Crépy en Valois
  124. Crest
  125. Créteil
  126. Dainville
  127. Dax
  128. Dieppe
  129. Digne-les-Bains
  130. Dijon
  131. Dinan
  132. Dinard
  133. Dôle
  134. Domfront
  135. Douai
  136. Draguignan
  137. Dreux
  138. Dunquerke
  139. Durenque
  140. Eaubonne
  141. Echirolle
  142. Elbeuf
  143. Epernay
  144. Epinal
  145. Etampes
  146. Evreux
  147. Fabrezan
  148. Falaize
  149. Faverges
  150. Fécamp
  151. Figeac
  152. Flers
  153. Foix
  154. Fontaine de Vaucluse
  155. Fontainebleau
  156. Fontaine-Chaalis: rien
  157. Forbach
  158. Forcalquier
  159. Fort de France
  160. Fouras
  161. Fréjus
  162. Gaillac
  163. Gap
  164. Gaston Baty,
  165. Gien
  166. Gif-sur-Yvette
  167. Gisors
  168. Gournay-en-Bray
  169. Grasse
  170. Gray
  171. Grenoble
  172. Grignan
  173. Groix
  174. Guer
  175. Guéret
  176. Guingamp
  177. Hasparren
  178. Hesdin
  179. Honfleur
  180. Hyere
  181. Illiers-Combray
  182. Issoudun
  183. Joigny
  184. Lyon Université catholique
  185. Mâcon
  186. Magny les Hameaux
  187. Maison Alfort
  188. Mamers
  189. Manosque
  190. Mantes la Jolie
  191. Montpellier Universités,
  192. Neufchâteau
  193. Nouméa
  194. Orange
  195. Paris – 1sdc,
  196. Paris 7 Université, Paris 8,
  197. Paris 9
  198. Paris Académie de Médecine,
  199. Paris Academie Française, *Paris Jacques Doucet,
  200. Paris Biu Cujas,
  201. Paris Biu Medecine,
  202. Paris Biu Pharmacie,
  203. Paris BULAC,
  204. Paris Calames : Paris – 1sdc,
  205. Paris CNAM,
  206. Paris Ecole des mines, Paris ecole française d’Extreme-Orient,
  207. Paris ecole militaire, Paris ecole pratique des hautes études,
  208. Paris ENS-Ulm, Paris Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art,
  209. Paris Institut Catholique,
  210. Paris Jacquemart-André, Paris Muséum d’histoire naturelle,
  211. Paris Mazarine
  212. Paris Sainte-Geneviève,
  213. Paris Science Po,
  214. Paris Société historique protestantisme français,
  215. Paris Thiers,
  216. Paris Université,
  217. Paris, BnF, lat. 8823-8921
  218. Paris, BnF, lat. 9364 (documents Baluze sur l’origine des mss. de la bibliothèque de Colbert)
  219. Reims CGM CCFR
  220. Romorantin Lanthenay
  221. Roubaix
  222. Sedan
  223. Soissons;
  224. Sorbonne-BIU centrale, Paris Meudon Observatoire.
  225. Strasbourg
  226. Tarascon
  227. Tarbes
  228. Tonnerre ;
  229. Toul
  230. Trévoux
  231. Tulle
  232. Valognes
  233. Vannes
  234. Vanves
  235. Vemars
  236. Vendôme
  237. Verdun
  238. Verneuil-sur-Avre
  239. Verrières le Buisson
  240. Versailles
  241. Vervins
  242. Vesoul
  243. Vichy
  244. Vienne
  245. Villefranche de Rouergue,
  246. Villefranche sur Saône
  247. Villeneuve d’Asc,
  248. Villeneuve sur Lot,
  249. Villeneuve-sur-Yonne,
  250. Vincenne
  251. Vire,
  252. Vitré,
  253. Vitry sur Seine,
  254. Vitry-le-François,
  255. Vogue,
  256. Wisques,
  257. Yerres,
  258. Yzeure : rien

Etudes ::

Dolbeau (François), « Trois catalogues de bibliothèques médiévales restitués à des abbayes cisterciennes (Cheminon , Haute-Fontaine, Mortemer) ». In: Revue d’histoire des textes, bulletin n°18 (1988), 1989. pp. 81-108.

Mielle de Becdelièvre (Dominique) , Prêcher en silence: enquête codicologique sur les manuscrits du xiie siècle provenant de la Grande Chartreuse, St-Étienne, 2004.

Omont (H.), Inventaire des manuscrits grecs et latins donnés à Saint Marc par le cardinal Bessarion, «Revue des Bibliothèques», IV, 1894, pp. 129-187.

Destrez (Jean),  Chenu (Marie-Dominique), «Une collection manuscrite des œuvres complètes de St. Thomas d’Aquin par le Roi Aragonais de Naples 1480-1493» in Archivum fratrum praedicatorum, vol. XXIII (1953), pp. 309-326.

Laffitte (Marie-Pierre), « Inventaires de bibliothèques normandes: l’intérêt des listes tardives », Tabularia [En ligne], Les bibliothèques médiévales de Normandie et des mondes normands: échanges et circulation, mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 11 mai 2018. (intégré les manuscrits subsistants identifiés § 8)

Stirnemann (Patricia), « Où ont été fabriqués les livres de la glose ordinaire dans la première moitié du xiie siècle? », dans Le xiie siècle: mutations et renouveau en France dans la première moitié du xiie siècle, Fr. Gasparri dir., Paris, 1994 (Cahiers du Léopard d’Or 3), p. 257-301.

Stirnemann (Patricia),  « Gilbert de la Porrée et les livres glosés à Laon, à Chartres et à Paris », dans Monde médiéval et société chartraine. Actes du colloque international organisé par la Ville et le Diocèse de Chartres, 8-10 septembre 1994, éd. J.-R. Armogathe, Paris, 1997, p. 83-96.

Stirnemann (Patricia), « En quête de Sens », dans Quand a peinture était dans les livre. Mélanges en l’honneur de François Avril, dir. Mara Hofmann et Caroline Zöhl, Paris, Turnhout, 2007, p. 303-311. Ces trois études  ne tiennent pas compte des manuscrits non ornés.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge", dans Sacra Pagina, 14/08/2018, https://big.hypotheses.org/1362, consulté le 13/08/2020.

Liens utiles

Sur les éditions de la Bible ouvrir ce lien => La Bible latine et les versions anciennes de la Bible

Pour identifier une citation biblique dans

  • l’édition critique de la vulgate (texte hiéronymien reconstitué)

Biblia sacra vulgata ; version Weber-Gryson Stuttgart 1994 etc.)  (Das Wissenschaftliche Bibleportal der Deutschen Bibelgesellschaft): Texte de la Vulgate hiéronymienne du 5e siècle reconstitué. ATTENTION : le psautier hexaplaire n’est pas indexé.

  • la bible mediévale (12e-15e s.) :

Gloss-e.irht.cnrs.fr : utiliser la « recherche avancée » (texte de l’édition de 1481 avec une sélection de variantes en apparat)

  • la vulgate sixto-clementine (époque moderne) :

Vulsearch (Vulgate Sixto-Clémentine, avec Psautier hexaplaire et une partie des textes deutérocanoniques seulement ; version Colunga Turrado, Madrid, 1946). Plus complet en ce qui concerne la Vulgate que Bible server ; plus rapide de consultation mais moins performant: la ponctuation interrompt la chaîne de caractères recherchés.

!! Remplacer les diphtongues par un point : « .dificabitur » = aedificabitur

  • les versions non latines

Bible server : pour toute recherche dans toutes les versions non latine de la Bible (hébreu, Septante, langues vernaculaires). La Vulgate Sixto Clémentine [version Colunga Turrado, Madrid, 1946 y est amputée des livres et passages deutérocanoniques notamment du Siracide ( ? consultation du 11.8.2017)], Attention les graphies des noms propres ont été normalisées et modernisées.

!! La recherche ne tient pas compte de la ponctuation.

!! Remplacer les diphtongues par une astérisque : « *dificabitur » = aedificabitur

  • Pour une recherche lemmatisée « à l’ancienne » :
  1. P. Dutripon, Vulgatae editionis bibliorum sacrorum concordantiae, Bar-le-Duc, 2e éd., 1868.

Ces concordances de la Vulgate sixto-clémentine, sur le modèle des concordances bibliques du 13e siècle, permettent de visualiser l’intégralité des usages d’un mot biblique, accompagné de son contexte immédiat.
Une entrée par lemme. Les références à chaque lemme sont classées selon l’ordre des livres bibliques et non selon celui des formes latines.
La version PDF téléchargée est interrogeable par mot (attention : nombreuses erreurs de transcription). Possibilité de consulter en format texte.

  • Pour un travail scientifique citer les textes d’après les versions ci-dessous : )

Vetus latina

  • org : ressources bibliographiques et liens vers de nombreux manuscrits en ligne

Sir. 1-19 (VL 11/2)

Sir. 20-24 (VL 11/2)

Tradition manuscrite de la Bible latine

  • Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, dir. Paolo Cherubini, Città del Vaticano, 2005. [Principaux sujets traités : manuscrits grecs, transmission insulaire de la Bible, la bible wisigothique, le Psautier et les évangiles au Haut-Moyen-Âge, la Bible en Italie, Byzance, les Bibles atlantes, la Bible victorine et la Glose, la Bible de l’Université, les Bibles imagées, Bible et bibliothèques humanistes.]
  • Fischer (Bonifaz), Lateinische Bibelhandschriften im frühen Mittelalter, Freiburg, 1985 (Aus der Geschichte der lateinischen Bibel, 11).

Versions latines (histoire des) :

[La lecture d’orientation scientifique la mieux informée pour l’histoire littéraire de la Vulgate.]

Erudition biblique

Très utile, notamment, pour identifier et situer les lieux et les personnes de la Bible .

Préfaces de la Bible latine

Site d’orientation assez riche sur la Bible patristique avec textes latins et grecs des préfaces marcionites de la Bible, repris dans les bibles parisiennes et certains manuscrits de la Glose. L’organisation du site et le référencement des apparats critiques ne sont pas toujours évidents à comprendre.

Bible et prédication

Bible et théâtre

L’exégèse médiévale de la Bible : titres et liens utiles

Exégèse médiévale (auteurs et répertoires)

Friedrich Stegmüller, 11 vol., Madrid 1940-1980: t. 1 (1950) : livres bibliques, apocryphes, prologues, etc.  ; t. 2-3 (1950), 4-5 (1951-1954) : Commentaria classés par nom d’auteur ; t. 6-7 (1958-1961) : Commentaria anonyma ; t. 8-9 (1976-1977) : Suppléments, Glose ordinaire ; t. 10-11 (1979-1980) : Index des incipit.

[la version électronique permet des recherches par auteur, titre, ordre religieux, numéro du répertoire, incipit, explicit, lieu de conservation, date, provenance ancienne (distinguées de olim). Le contenu semble n’avoir encore été que peu mis à jour. Totalement insuffisant pour la Glose de Laon]

  • Le Long (Jacobus), Bibliotheca sacra seu syllabus omnium ferme Sacræ Scripturæ editionum ac versionum secundum seriem linguarum quibus vulgatæ sunt, 2 vol., Paris, André Pralard, 1709.
  • Le Long (Jacobus), Bibliotheca sacra in binos syllabos distincta, 2 vol., 3e éd. augmentée, Paris, Antoine Urbain Coustelier, 1723.

Exégèse médiévale (histoire)

  • Smalley (Beryl), The Study of the Bible in the Middle Ages, 3 éditions : Oxford, 1952, Notre Dame (Indiana) 1964, 1983.

Exégèse médiévale (herméneutique et histoire)

  • Dahan (Gilbert), L’exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval (xiie-xive siècles), Paris, 1999 (Patrimoines. Christianisme). [Pour plus de références à cet auteur qui a porté l’exégèse médiévale au rang de science historique, voir sa bibliographie en ligne]

Exégèse médiévale (réceptions)

  • Ursula Vones-Liebstein, « Die Rolle der Bibel im Leben von Regularkanonikerabteien Saint-Ruf und Saint-Victor in Paris – ein Vergleich », in Bibel und Exegese in der Abtei Saint-Victor zu Paris. Form und Funktion eines Grundtextes im europäischen Rahmen, éd. Rainer Berndt, Münster, 200#, p. 167-192 [lectures liturgiques, au réfectoire et au cloître].Nicolas de Lyre :

Exégèse médiévale (réception à la période moderne)

  • Ferrer-Mantero 2006.

Nicholas of Lyra:

Droit canonique

[bibliothèque virtuelle d’éditions anciennes des œuvres de canonistes, parfois en pdf, parfois enrichies de métadonnées]

Emmanuel Bain, L’étude du paratexte biblique aux XIIe-XIIIe siècles, 2008

  • Emmanuel Bain, « L’étude du paratexte biblique aux XIIe-XIIIe siècles »,  Loxias,  20,  mis en ligne le 28 avril 2008.

Essai d’appliquer à l’exégèse médiévale de la Bible le concept de paratexte développé par Gérard Genette (Seuils, Paris, 1987) qui distingue un paratexte auctorial, voulu par l’auteur (introduction, titres), et un paratexte allogène, ajouté par les éditeurs du texte (prologues hiéronymien, capitulation, gloses). E. Bain (ne s’intéressant ici qu’au paratexte auctorial) estime que les commentateurs du XIIIe siècle auraient su, dans le contexte du renouvellement exégétique qui les caractérise, distinguer le texte biblique du paratexte auctorial et fonder sur son statut intermédiaire, « à la fois partie intégrante du texte biblique et distincts de l’œuvre », l’éloge de l’œuvre et un guide d’interprétation de celle-ci. Enfin il se demande dans quelle mesure les commentateurs ont intégré ces analyses du paratexte au commentaire du texte.

[Nonobstant les remarques très judicieuses de l’article,  on notera que l’analyse d’éléments paratextuels comme le titre, l’auteur, la matière,  le style, etc.  apparaissent dans les préfaces des commentaires bien avant la fin du XIIe siècle et font partie de l’héritage des grammairiens pour la forme et des Pères pour le fond. Le contraste mis en oeuvre entre commentaires du XIIIe siècle et Glose ordinaire est un peu artificiel, dans la mesure où la Glose ordinairen’a pas fonction de proposer un commentaire du texte biblique, mais les éléments traditionnels nécessaires à une réception traditionnelle ou ecclésiale de la Sacra doctrina que le commentateur a pour fonction de susciter. Le statut herméneutique du commentaire et de la Glose n’est donc pas tout à fait identique. On peut même aller plus loin en se demandant si l’exégèse du XIIIe siècle, avec la structuration des préfaces par   les quatre causes aristotéliciennes, n’a pas fini par noyer l’analyse des éléments du paratexte sous une approche conceptuelle moins littéraire que théologique, tandis que les prologues du XIIe siècle, avec leurs divisions par titre, auteur, matière, mode, etc. ne rendaient pas plus immédiatement perceptible la réalité du paratexte biblique. ]

François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, 2006

  • François Dolbeau, Deux notules de philologie biblique sur des versions préhiéronymiennes, Revue Bénédictine, 116 (2006)Note portant 1° sur une nouveau témoin fragmentaire d’Isaïe vieux latin (péricope liturgique discontinue dans un feuillet de garde du Xe s.) et 2° sur l’identification de citations bibliques non évidentes (Prov. 3, 32; 16, 5) dans des textes patristiques latins, grâce à la rétroconversion à partir du grec de la Septante. Par ce second point, l’article rappelle le problème posé aux éditeurs par l’existence de citations bibliques non identifiées ou assimilées à de simples allusions parce que leur teneur littérale ne correspond pas à celle du texte hiéronymien ou du texte vulgate des éditions et concordances. Il est nécessaire de chercher à identifier par rétroconversion à partir de la Septante les sources de citations de tonalité biblique qui s’écartent de la lettre des éditions critiques et de leurs apparats. Ainsi, lorsque les recherches dans les bases textuelles informatisées permettent de constituer des séries de clausules similaires qui résistent au processus d’identification classique, il convient de chercher les références aux occurrences des mots les plus stables à partir de concordances latines et grecques de manière à repérer la source biblique des passages concernés. « Une série de parallèles non référencés et affectés de menues variantes trahit souvent la présence d’un emprunt scripturaire. » (p. 294).

    [J’ajoute pour avoir rencontré ce mécanisme dans l’exégèse des 12e et 13e siècle ; la rétroconversion à partir de l’hébreux doit aussi être tentée. Dans les commentaires bibliques le même phénomène permet d’identifier les réemplois de sources scolaires ou de commentaires préexistants.]