Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente.", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2690, version du 20/01/2022.

2e édition corrigée

Dans une communication à un colloque tenu à Rome en 2017, C. G. Conticello notait à propos des sources grecques de la Catena aurea de Thomas d’Aquin sur l’évangile de Marc, dont nous préparons l’édition, que le travail reste à faire  : «Uno studio approfondito di questa catena[1], trasmessa da una sessantina di mss [en réalité plus du double], in duplice recensione, rimane da fare»[2].

Ce status quaestionis des connaissances scientifiques publiées jusqu’en 2017,  propose une précieuse synthèse bibliographique dont on regrettera cependant qu’elle ne fasse que peu état du contenu profond des travaux cités et présente la primeure de recherches en cours effectuées par d’autres sans l’autorisation de leur auteur.

Dans un  « post-scriptum » ajouté à la fin de la même communication dans la version publiée parue en 2020, le même auteur annonce en effet que  «dans le cadre du projet [Catena aurea electronica] (nell’ambito del progetto) – a été identifiée la première recension de la Chaîne de Victor d’Antioche représentée par le ms. Vatican grec 756 […] Une étude approfondie est en cours”(p. 243).

Cette phrase, ambigüe et imprécise,  ne veut rien dire sinon que l’auteur s’approprie le résultat – mal compris – de recherches auxquelles il n’a participé en aucune manière. Elle est ambigüe parce qu’il se présente  (p. 228) comme co-directeur du projet Catena aurea  electronica avec le signataire de ces lignes [3] alors qu’il n’y a exercé qu’une responsabilité nominale à laquelle il a été mis fin à la fin de l’automne 2018, soit deux ans avant la publication de la communication ici recensée, munie pourtant du post-scriptum mentionné[4].

Concernant la Catena aurea sur Marc l’auteur n’hésite pas, en particulier, à déflorer et détourner certaines des données nouvelles, acquises par le travail de collaborateurs identifiés du projet Catena aurea  electronica à la production desquelles il n’a pas pris part active. Le post-scriptum ne rend pas compte de la via inventionis de la conclusion annoncée. La question des sources grecques de la Catena sur Marc (désormais CMC) ne se réduit d’ailleurs pas à la seule question de la chaîne dite de Victor d’Antioche. Ce dossier n’a été ouvert qu’après que C.G.C. ait été déchargé de la responsabilité des sources grecques de la Catena aurea, faute de disponibilité suffisante, alors que les sources latines affichaient déjà plusieurs milliers de sentences traitées, six ans après le lancement des opérations. Nous avions présenté publiquement et en sa présence la substance de l’avancement de l’édition et particulièrement les découvertes concernant la CMC, à l’occasion du colloque international de Torun (4-6 avril 2019)[5].  Les délais et les limites de taille imparties à la publication des actes du colloque de Toruñ ne nous ont  pas permis, à regret, de les publier dans ce contexte. Elles seront présentées dans le cadre de la monographie que nous consacrons à la Catena et d’une publication plus spécifique en préparation. Nous renvoyons surtout aux données vérifiées de l’apparat des sources de l’édition critique de la CMC dont nous attendons la mise en ligne, à la suite d’une refonte complète du site de publication https://gloss-e.irht.cnrs.fr (printemps 2022).

En attendant, une mise au point s’impose, même si, me dit-on, « personne n’est dupe ».

La participation de C.G.C. au projet a consisté à nous autoriser à réutiliser les identifications des citations de Théophylacte qu’il avait publiées méritoirement en 2004. Nous avons été heureux de pouvoir en faire profiter la Catena aurea  electronica. Les initiales millésimées qui indiquent le nom des collaborateurs scientifiques qui ont contribué au traitement de chaque sentence (texte et source) font foi. Une astérisque signifie que l’information a été validée par un autre collaborateur du projet. En cas de modification substantielle, les initiales de chaque nouvel intervenant sont indiquées ainsi que l’année de l’intervention.

Dans l’étude ici relatée, C.G.C. omet notamment de mentionner :

1° la responsabilité scientifique de Martin Morard qui orienté la recherche vers les manuscrits italotes anonymes de la première recension de la chaîne, repéré un groupe de témoins concordants – et non pas un seul témoin – parmi un corpus de quelques 122 manuscrits de la chaîne de Victor d’Antioche sur Marc[6], puis collationné les textes établis avec l’édition Matthaei (2 volumes, Moscou, 1775[7]) pour 1° faire ressortir la spécificité du groupe italote par rapport au sous-groupe moscovite et à d’autres versions de la “première recension” de la chaîne grecque (CPG C125.1 qui est en réalité une version abrégée de CPG C125.2) ;  2° montrer que la traduction latine de la Catena se justifie par le recours à un texte appartenant à cette version ;

2° la collaboration d’Adele Di Lorenzo, salariée du projet de 2018 à 2019, qui a contribué, sous le direction et en binôme avec Martin Morard, au repérage dans les manuscrits des passages des chaînes traduits pour la Catena, et effectué la première transcription des textes identifiés;

3° la publication en pré-print sur le site Gloss-e[8], de l’édition intégrale de la Catena sur Marc. Cette version provisoire, mise en ligne dès mars 2019 en prévision du colloque de Torun susmentionné, comprend l’identification critique intégrale des sources de la Catena sur Marc, précise ou remet en cause plusieurs des certitudes acquises. Sont à noter en particulier :

  • restauration du texte médiéval (appelé aussi parfois “texte universitaire” en raison de sa diffusion par le système de la pecia parisienne) par collation du texte de l’édition Marietti avec celui du ms. de Linz, Oberösterreichische ‎Landesbibliothek, 447 et d’autres manuscrits témoins, les uns sans indications de pièces, les autres munis d’indications ponctuelles[9].
  • attribution à chaque sentence d’un identifiant unique stabilisé, permettant le référencement scientifique,
  • identification des sources,
  • édition du texte grec des sources et, en cas de recours à la tradition indirecte (chaînes), identification des sources de la chaîne, etc.
  • Théophylacte fait provisoirement exception. C.G.C., en charge de cet auteur, n’a procuré que la référence au texte de la Patrologie grecque ; le travail complémentaire de saisie du texte grec et d’analyse des traductions est en cours et a d’ores et déjà permis quelques découvertes savoureuses[10].

4° la communication de Martin Morard au colloque de Torun, citée plus haut, dans laquelle ont été présentés devant C.G.C. les résultats des recherches concernant la Catena sur Marc accessible grâce au préprint mentionné.

On savait, depuis 1657, grâce à une mauvaise traduction latine de la fin du 16e siècle[11] que Thomas avait utilisé la chaîne de Victor d’Antioche. C’est principalement à partir de cette traduction,  et ponctuellement à partir de parallèles trouvés dans la chaîne de Cordier sur Luc et les chapitres 1 à 12 de la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur  Luc (CPG C135), que le dominicain Jean Nicolaï a identifié comme venant de « Victor d’Antioche » une partie des sources grecques de la Catena aurea  sur Marc qu’il a éditée en 1657.

En 1775, Friedrich Matthaei publiait pour la première fois le texte grec d’une version de la chaîne éditée à partir de quatre manuscrits du Saint-Synode du Patriarchat de Moscou.

En 1842, John Henry Newman (Oxford, 1842, p. 166) avait noté une certaine proximité avec une autre recension éditée par Cramer (Oxford 1840) mais de nombreux passages discordant ont fait écrire à Louis-Jacques Bataillon, l’un des plus fins connaisseurs de la tradition manuscrite de Thomas d’Aquin à la fin du 20e siècle, , que « la catena greca utilizzata per Marco [i.e. pour la Catena aurea  sur Marc] pone molti problemi »[12].

L’existence de deux recensions de la chaîne de Victor d’Antioche est connue au moins depuis les recherches de Joseph Reuss, relayée, avec des recherches plus récentes, par l’excellente réédition augmentée et mise à jour de la Clavis patrum graecorum de l’excellent Jacques Noret[13].

L’originalité scientifique de la Catena aurea electronica, première édition à proposer une identification intégrale des sources de la CMC, consiste dans la démonstration – par rétroconversion du latin au grec  – que Thomas a fait traduire pour la première fois le texte grec de la première recension de la chaîne dite de Victor d’Antioche sur Marc [CPG C125.1] à partir d’une sous-version attestée par un groupe de manuscrits copiés en Italie du Sud, sélectionnés parmi 122 manuscrits,  dont le ms. BAV, Vat. gr. 756 a servi de témoin privilégié[14]. Vg756  ne saurait en aucun cas être considéré comme le manuscrit directement utilisé par Thomas. L’enjeu de l’édition de la Catena n’est pas de retrouver des reliques mais d’identifier ce que Thomas doit à ses sources, comment il les travaille, et l’exacte portée de ses interventions. Le risque est grand, en effet, pour le lecteur pressé, d’attribuer aux sources ce qui revient au Glossateur que d’attribuer au Glossateur ce qui appartient à des états méconnus des sources, que celles-ci soient éditées ou non.

Les passages de la chaîne  retenus par Thomas  ont deux caractéristiques :

  • Dans à peu près 75 % des cas, les passages retenus par Thomas sont identiques dans les deux recensions de la chaîne de Victor[15]. Il est douteux que Thomas ait pu confronter deux versions de la chaîne ; il est peu vraisemblable qu’il ait eu une conscience nette de l’existence de deux versions différentes. Mais son instinct, à la recherche du consensus patrum, lui a plus d’une fois fait retenir les passages les plus à même de servir ce dessein, passages qui s’avèrent être communs aux deux versions de la chaîne. On ne peut exclure cependant que les collaborateurs-traducteurs qui ont travaillé avec lui ou pour lui, face à des passages d’interprétation difficile, aient de temps en temps comparé plusieurs manuscrits de la chaîne contenant, de fait des passages variants. Certains manuscrits contiennent des versions intermédiaires où la frontière entre les deux recensions n’est pas évidente au premier coup d’oeil. Les lois de la rédaction des sentences et de l’abréviation des textes conduisent parfois les caténistes à faire des choix identiques sans dépendre forcément d’un texte particulier : omissions des répétitions, de citations adventices ou de digressions s’imposent souvent d’elles-mêmes.
  • A peu près 32 % des passages retenus sont extraits ou adaptés de textes chrysostomiens, ce qui justifie la décision de Thomas d’attribuer ces sentences à Chrysostome alors qu’aucun manuscrit de la chaîne et aucun des extraits retenus ne lui sont attribuées explicitement par les sources grecques. Sans doute les collaborateurs de Thomas ont‎–‎ils été aidés par leur connaissance des homélies de Chrysostome sur Matthieu. En raison de la rareté des commentaires de l’évangile de Marc, les caténistes et exégètes puisaient naturellement dans le matériel exégétique des évangiles synoptiques. Les canons d’Eusèbe, accessibles et connus de tous, leur permettait aisément de repérer les passages pertinents.[16] Les passages chrysostomiens de la chaîne grecque repris par Thomas sont cependant loin de provenir tous des homélies sur Matthieu. Lorsque les traducteurs se sont rendus compte que la chaîne grecque reprenait des passages des homélies de Chrysostome sur Matthieu, ils ont utilisé librement la traduction de Burgundio de Pise et son vocabulaire, déjà abondamment exploités dans la CMT. On constate surtout qu’ils ont, le plus souvent, retraduit complètement les passages, de sorte qu’en plusieurs endroits les lieux parallèles de la CA proposent jusqu’à trois traductions différentes d’un même fragment grec cité à partir de sa tradition directe et réemployé par les chaînes utilisées. La méthode qui consiste à traduire certains scholia par des emprunts ponctuels et libres aux traductions existantes a été appliquée dans les trois Catena sur Marc, Luc et Jean. La CA sur Matthieu – en particulier les sentences extraites de la traduction par Burgundio des homélies de Chrysostome sur Matthieu – a fait ponctuellement l’objet de corrections lexicales, sans doute après la fin de sa composition et au fil de la préparation du commentaire des trois évangiles suivants. Mais on n’observe pas que l’ensemble des textes repris de traductions antérieures ait fait l’objet d’une révision systématique sur le grec.

En plus des quelque 200 sentences chrysostomiennes issues de la chaîne de Victor, la CMC ne compte que 6 autres sentences attribuées à des Pères grecs et effectivement traduites du grec, sentences absentes des versions examinées de la chaîne. Il s’agit a priori de six emprunts à la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur Luc (CPG C135) :

CMC2d1.8 : Cyrille

CMC5d1.6 : Grégoire de Nysse

CMC5d1.7 : Cyrille

CMC5d1.9 : Cyrille

CMC5d1.12 : Cyrille

CMC5d1.22 : Titus

Les passages concernés sont regroupés autour de l’exégèse de Mc. 2, 6‎–‎7 (le blasphème) et Mc. 5, 5‎–‎15 (l’expulsion des démons dans le troupeau de porcs).

On ne peut exclure a priori que ces ajouts soient la traduction de scholia marginaux trouvés par le traducteur dans le ou les manuscrits de la chaîne de Victor utilisés. Les vérifications effectuées de visu sur une trentaine de témoins de C125.1 et l’édition De Matthaei  n’ont pas permis à ce jour de vérifier cette hypothèse. Seule une collation intégrale des textes – et donc une édition critique de la chaîne de Victor – permettrait d’écarter complètement cette hypothèse. Si des scholia marginaux avaient été intégrés à l’intérieur du texte de la chaîne, ils ne seraient pas, de ce fait, détectable par un simple feuilletage des manuscrits.

Pour alléger la présente note je renvoie le lecteur à l’édition en ligne et aux versions successives dont elle fera l’objet jusqu’à son achèvement. Il trouvera dans ses apparats textes, références et même liens hypertexte vers les feuillets des manuscrits cités. Les recherches qui restent à faire sur les sources grecques de la CMC doivent donc se concentrer dans trois directions :

  • par sondage, recherche de manuscrits qui offrent un texte grec encore plus proche de la Catena que les ms. traités au cours de cette première campagne éditoriale. (Je n’ai encore examiné qu’une trentaine de manuscrits sur au moins 86 recensés pour l’occasion).
  • recherche d’éventuels scholia correspondant aux 6 ajouts susmentionnés. L’examen des marges des manuscrits accessibles est en cours et relativement facile. Seule une édition critique de la chaîne grecque permettra d’identifier la présence de scholia adventices intégrés par les copistes dans l’espace de réglure.
  • examen des lieux parallèles de la chaîne de Nicétas sur Luc. Comme je l’ai indiqué plus-haut, il arrive à plusieurs reprises que la Catena traduise différemment dans la Catena sur Marc et sur Luc des scholia dont le texte grec est quasi identique soit parce que Nicétas intègre des passages de la chaîne de Victor qui est une de ses sources, soit parce que les deux chaînes dépendent – dans certains lieux synoptiques – de sources communes. La logique même du phénomène synoptique, relevée par Joseph Verheyden à juste titre à propos des sources non identifiées de la chaîne de Victor – oblige à examiner ces pistes sans empêcher pour autant la publication d’un premier état des connaissances. Il importe donc de s’assurer que l’exploitation de la chaîne de Victor est aussi réelle qu’il y paraît et que les sentences de la Catena sur Marc ne reposent pas sur des emprunts plus fréquents à la chaîne grecque de Nicetas sur Luc qu’on ne l’a remarqué jusqu’ici, voir à d’autres chaînes sur les évangiles synoptiques non encore identifiées. La question semble un scrupule d’éditeur un peu théorique à ce stade, mais elle ne peut être écartée en rigeur de méthode. Le réemploi de certains extraits patristiques, sous des formes similaires, par plusieurs chaînes est un fait indéniable et bien attesté.
  • La CMC atteste de manière indéniable par le nombre, la compacité[17] et la précision d’une excerption systématique de la première recension de la chaîne C125 qui explique jusqu’aux détails la traduction latine des sentences forgées par Thomas.

Il faut mettre à part de la question propre à la Catena Aurea l’identification des sources de la chaîne de Victor d’Antioche proprement dite qui n’est pas notre objectif premier. Dans un premier temps nous avons intégré les identifications des sources de la chaîne de Victor d’Antioche identifiées par Smith[18] et, plus récemment, Lamb[19]. Pour les passages non identifiés et dont l’attribution au caténiste ou à un commentaire primaire (cosi detto Victor d’Antioche) est supposée sans qu’il soit possible de distinguer l’un de l’autre en l’état de la recherche, nous avons repris la recherche des expressions typiques en particulier dans le TLG[20] et la Catholic Library édité par Seth Cherney[21] dont la base documentaire est la plus vaste qui soit actuellement à disposition de la recherche en libre accès pour les textes latins et grecs de la tradition chrétienne. Ces recherches ont permis de compléter et corriger ponctuellement les identifications existantes. Elles sont insuffisantes et provisoires en l’état des éditions des chaînes, rarement éditées en ligne. Elles montrent le plus souvent que les passages non identifiés de la chaîne de Victor sont composés d’expressions très répandues et attestées par les auteurs de la tradition patristique et byzantine.

On ne saurait en rester là. Dans la Catena aurea comme dans la chaîne C125, toutes deux  chaînes de chaînes parmis d’autres chaînes, les Pères avancent masqués. Si l’accès aux corpus textuels informatisés facilite aujourd’hui le travail, on aurait tort de considérer la fouille de ces données comme autre chose qu’une prospection de surface. Preuve en est que l’identification des sources chrysostomiennes de la CMC n’a pu se faire sans le recours aux éditions non numérisées et surtout aux manuscrits.

Certes, notre objectif n’est pas d’éditer les chaînes grecques mais le texte de Thomas. La compréhension de celui-ci invite pourtant à signaler précisément non seulement ce que Thomas doit à ses sources directes, mais aussi ce qu’il doit, sans le savoir, aux auteurs dont les chaînes utilisées sont les vecteurs silencieux afin que rien ne reste caché du cheminement des influences qui sous-tendent notre compréhension de la tradition chrétienne postérieure.

Ainsi, il n’est pas sans intérêt de noter que telle sentence attribuée par Thomas à Chrysostome est le texte d’une chaîne grecque qui cite en réalité, mais implicitement, Origène ou Théodore de Mopsueste. Cependant ce travail, sans être infini, devra souvent être complété et mis à jour par les acquis de la recherche et l’évolution des éditions critiques[22].

La Catena ne pouvait rester plus longtemps à l’état du texte brut dans lequel l’avait laissé l’édition Marietti, numérisée par IBM à l’occasion de la préparation de l’Index thomisticus au cours des années 1970-1980. Je garde encore l’exemplaire de l’édition Marietti de mes jeunes années. J’y avais souligné les lemmes attributifs à la pointe bic rouge afin de me retrouver dans la préparation de mon premier travail de séminaire. Jean-Pierre Torrell m’avait chargé de présenter l’épisode de la tentation du Christ dans l’évangile de Matthieu d’après la Catena.

Mais la Catena est une oeuvre dont l’édition scientifique fait exploser les limites que la page papier impose, même au grand et beau format de l’édition léonine. Il fallait donc inventer quelque chose qui réponde aux attentes du public, aux besoins en particuliers de ce que d’aucuns voudraient nommer le « thomisme biblique ». L’expression est un pléonasme eu égard à la nature intrinsèque de la démarche thomasienne, fondamentalement théologique et de ce fait essentiellement biblique. Mais ce pléonasme  est amplement justifié par les dérives d’un certain thomisme, excessivement spéculatif, au point d’inverser les polarités de la démarche théologique dont l’Ecriture est, avec sa tradition herméneutique, le socle et le guide.

Comme l’avait justement relevé Richard Simon, « … Quelque soin qu’on ait eu de rendre exacte l’édition de cet ouvrage, elle ne peut être parfaite, parce que l’original est plein d’imperfections»[23]. Il fallait donc inventer une formule éditoriale évolutive et amendable, susceptible d’être tenue à jour, de s’ajuster aux données de la recherche sans être aussitôt obsolète, d’être applicable à cette oeuvre aux proportions imposantes et aux ramifications tentaculaires.

C’est la raison pour laquelle, le programme Catena aurea  electronica, programme pluriannuel du Laboratoire d’excellence HASTEC (histoireet anthropologie des sciences croyances et savoir), labellisé “investissement d’avenir” par l’agence nationale de la recherche et soutenu par les partenaires institutionnels et les institutions du CNRS,  propose une édition numérique en ligne amendable afin de pouvoir mettre à jour régulièrement les textes édités. Si simple qu’en paraisse le concept, à une époque où l’homme est capable d’analyser jusqu’aux poussières d’étoiles perdues dans « le silence éternel des espaces infinis », sa réalisation est encore laborieuse.

La Catena aurea  sur Marc paraîtra dans une version électronique à l’automne sur le site Gloss-e.irht.cnrs.fr. dès que sera achevée la révision en cours du texte des apparats. Elle jouira désormais du statut de publication périodique et de « ressource continue augmentée et modifiée par des mises à jour intégrées », munie d’un numéro ISSN (ISSN 2802-4001)

La Catena aurea  electronica n’a d’autre ambition de fournir un instrument susceptible d’accompagner et rendre accessibles les évolutions de la recherche sur des terrains en constante évolution. Plus le support est maléable plus le contenu est susceptible d’intégrer les données nouvelles sans être totalement à refaire. Les éditions critiques sur papier ont donné longtemps l’illusion de procurer des textes gravés dans le marbre alors que rien ni personne n’échappe à l’usure du temps qui passe. Il en va de même, pensons-nous, pour la publication prématurée de résultats en cours de consolidation, surtout quand elle est faite sans l’accord des auteurs, en méconnaissance du travail effectué.

Quicquid latet apparebit… tantus labor non sit cassus !

Martin Morard

6 octobre 2021 – révision du 3.1.2022.

Responsable scientifique du projet Catena aurea  electronica et directeur du projet Gloss-e (Gloses et commentaires de la Bible latine glosée) https://gloss-e.irht.cnrs.fr/

[1] C’est-à-dire, dans le contexte : Catena graecorum Patrum dite de ‘Victor d’Antioche’ (CPG C125)

[2] Carmelo Giuseppe Conticello, « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission te oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249, ici p. 231.

[3] Art. cit. supra, p. 228, n. 61.

[4] Cf. Martin Morard, « Pour une lecture panoramique de la Bible latine glosée. Le programme Glossae Sacrae Scripturae electronicae », Revue Mabillon, n. s., t. 30 (= t. 91), 2019, p. 209-225.https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02428072, ici p. 231 : « Étendu dès 2009 à la problématique des bibles avec commentaires, le programme a intégré l’édition de la Catena aurea, commencée avec Giuseppe Conticello et Fabio Gibiino (2013-2018), et que nous poursuivons désormais avec Adele Di Lorenzo ».

[5] M. Morard, « Catena catenarum.  Status quaestionis sur l’édition critique en cours de la Catena aurea », Colloque international Thomas Aquinas and Church Fathers (Faculty of Theology, Nicolaus Copernicus University in Torun, Poland), 4-6 avril 2019. [Communication non publiée dans les actes du colloque, à paraître sous forme d’article dans un revue scientifique à comité de lecture].

[6] CPC C125.1 : 94 manuscrits ; CPG C125.2 : 28 manuscrits recensés d’après Parpulov (Georgi R.), Catena Manuscripts of the Greek New Testament: A Catalogue. Texts and Studies, Third Series, vol. 25, 2021, Gorgias Press, Piscataway (NJ-USA) qui complète et enrichi les données jusqu’ici disponibles par l’ajout de nombreux manuscrits conservés en Grèce, en Russie et dans les catalogues et fonds non exploités par la littérature scientifique antérieure, notamment J. Reuss, Matthäus, Markus und JohannesKatenen nach den handschriftlichen Quellen untersucht, Münster, 1941 (Neutestamentliche Abhandlungen 18.4‎–‎5), p. 118-147.

[7] C. F. Matthaei, Βίκτωρος πρεσβυτέρου Ἀντιοχείας καὶ ἄλλων τινῶν ἁγίων πατέρων ἐξήγησις εἰς τὸ κατὰ Μάρκον ἅγιον εὐαγγέλιον ex codicibus Mosquensibus, 2 vol., Moscoviae, 1775. La collation de Vg756 avec le texte de la version moscovite (Ed1775) montre une parenté particulière de la Catena / Vg756 avec le ms. A utilisé par Matthaei.

[8] https://gloss-e.irht.cnrs.fr/sources/catena [ce fichier ne sera plus accessible en ligne dès la publication de la seconde édition en préparation].

[9] Les collations entreprises à ce jours révèlent deux branches de transmission de la Catena aurea à partir de l’archétype : la branche B correspond à la tradition majoritaire issue d’un exemplar parisien – Π – à l’origine de la tradition imprimée. Les travaux ne sont pas encore assez avancés pour permettre d’identifier les particularités d’autres branches secondaires. Il est pourtant certains qu’elles existent. Alors que le nombre de pièces attestées pour la CMT et CIO est stable, on observe 4 schémas de peciae différents pour la CMC et trois pour la CLC.  La CLC de Linz (Li448) compte 48 pièces, partition attestée par un seul autre témoin (Br5), alors que les listes de taxation indiquent l’une 40 pièces et l’autre 47 pièces. La branche A (Linz Ka etc.), peu attestée mais que qualité constante pour les quatre évangiles, ne semble donc pas issue d’une tradition indépendante des exemplars parisiens puisque les quatre manuscrits de Linz (y compris Li446 semble-t-il) portent des indications de pecia. Il est possibile mais non certain que  la branche A corresponde à l’exemplar souche. Il est probable que la branche B réunisse les leçons de plusieurs exemplars secondaires voir d’exemplars corrigés. Il suffit pour l’instant de signaler que la question de l’exemplar n’est pas simple et que parler de textee universitaire, ou même de texte parisien comme s’il découlait tout uniment d’un seul exemplar parisien est un peu téméraire. Il est sûr en revanche que les manuscrits que nous associons à A proposent des leçons majoritairement plus proches du texte original des sources citées – et en particulier plus conformes au texte grec des chaînes inédites  et des commentaires sans version latine disponibles (par exemple CLC7d2.6 que la version majoritaire B attribue à Chrysostome alors que A [Li448 et Ka12] l’attribue correctement à Titus de Bostra). Cette qualité du rapport aux sources a déjà été relevée par les éditeurs léonins comme un critère de qualité des témoins (v. g. A. Dondaine, « Praefatio » § 109, in : Thomae de Aquino… Expositio super Iob, Leon. 26, 1965, p. 112*-113* ; nous l’avons également relevée dans le ms. de Bologne du Super Psalmos). Elle n’est pas incompatible avec de nombreuses erreurs de copies. Les leçons des manuscrits de la branche B, majoritaire, 1° corrigent une partie des erreurs accidentelles de A concernant les sources accessibles à la fin du 13e siècle ; 2° s’écartent plus souvent des sources premières difficiles d’accès, à quelques exceptions près  ; 3° correspondent à ce qu’il convient d’appeler ‘un nettoyage syntaxique de surface’ qui remplace les leçons difficiliores sed correctiores de A par des leçons faciliores sed deteriores.

[10] cf. M. Morard, « La Catena aurea  au goût du jour ? Citations et réécritures humanistes des traductions médiévales du grec par les éditeurs du XVIe siècle », 63e colloque international d’études humanistes « Parler avec les mots d’autrui : autour de la citation à la Renaissance »,  dir. Marie-Élisabeth Boutroue (CESR, CNRS) et Hélène Rabaey (Université du Havre, CESR), Tours, 1-2 juillet 2021). [résumé en ligne]

[11] Victoris Antiocheni In Marcum et Titi Bostrorum episcopi In Evangelium Lucae commentarii ; antehac quidem nunquam in lucem editi ; nunc verò studio & opera Theodori Peltani luce simul & latinitate donati. Accessit his Dionysii Alexandrini erudita Epistola de Dominico resurrectionis tempore, déque paschalis jejunii termino, Ingolstadt, 1580, [28]., 509 p. : traduction défectueuse – ou plutôt arrangée « pour correspondre aux paroles inspirées »-  du ms. Munich, Bayer. Staatsbibl., Gr. 99 (daté de 1543) édité par Poussines grâce à la copie que lui en avait envoyée Cordier. La traduction de Peltanus a contaminé jusqu’à l’édition d’Anvers de la Glose ordinaire (1634) alors que le texte médiéval ignorait cet auteur jusqu’à Thomas d’Aquin. La traduction de Peltanus a été intégrée dans la Magna Bibliotheca Patrum de Marguerin de la Bigne à partir de la col. 403 du tome 1 des éditions de 1624, 1644, 1654 (Victor ne se trouve pas dans le tome 1 de l’édition de 1618). Six éditions (1579, 1610, 1618, 1624, 1644, 1654)  étaient en effet parues avant que Jean Nicolaï ne publie sont édition de la Catena aurea qui identifiait pour la première fois la dépendance de Thomas à l’égard de la chaîne de Victor d’Antioche.

[12] Bataillon (Louis‎–‎Jacques), « La diffusione manoscritta e stampata dei commenti biblici di San Tommaso d’Aquino », Angelicum, 71, 1994, p. 579‎–‎590, ici p. 582. Voir aussi Bataillon (Louis‎–‎Jacques), « Olivi utilisateur de la Catena aurea de Thomas d’Aquin», dans Pierre de Jean Olivi (1248‎–‎1298), pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Actes du colloque de Narbonne (mars 1998), éd. Alain Boureau et Sylvain Piron, Paris, Vrin, 1999, p. 115‎–‎120 qui, cette fois-ci, identifie la chaîne de Victor d’Antioche comme source, mais en référence à Nicolaï et sans évoquer le problème posé par les deux versions de la chaîne C125.

[13] Clavis Patrum Graecorum, 5 vol.,Turnhout, 1974-2018 (Corpus Christianorum) ici t. 4: J. Noret, Concilia – Catenae, ed. 2, Turnhout, 2018, n° C125. J. Reuss, Matthäus‎–‎, Markus‎–‎ und Johannes‎–‎Katenen nach den handschriftlichen Quellen untersucht, Münster, 1941 (Neutestamentliche Abhandlungen 18.4‎–‎5), p. 118-147, ici p. 136.

[14] Pour la bibliographie, se reporter à Conticello 2020, Post-scriptum, p. 243.

[15] Ce constat n’implique aucunement que la recension brève (C125.1) ait retenu une proportion égale du texte de la recension longue (C125.2).

[16] Ces constats rejoignent les questions méthodologiques posées par J. Verheyden à l’étude des sources de la chaîne de Victor ; cf. J. Verheyden, «The So‎–‎Called Catena in Marcum of Victor of Antioch. Throwing Light on Mark with a Not‎–‎So‎–‎Little Help from Matthew and Luke», Studia patristica 91 (2017), 47‎–‎62. J. Verheyden, «A Puzzling Chapter in the Reception History of the Gospels. Victor of Antioch and his So‎–‎called “Commentary on Mark”», Studia patristica 63 (2013), 17‎–‎28.

[17] J’entends par ce terme un peu technique la densité des sentences et la façon dont ils abrègent un texte pour le ramener à l’essentiel. Si C125.1 est une abréviation de C125.2, on peut – toujours théoriquement – supposer que Thomas ait abrégé lui aussi C125.2 de la même manière que le caténiste auteur de C125.1. Mais le parallèle de la Catena et de C125.1 est trop fréquent pour que leurs manière d’abréger soit fortuite.

[18] H. Smith, «The Sources of Victor of Antioch’s Commentary on Mark», Journal of Theological Studies 19 (1917‎–‎1918), p. 138‎–‎141.

[19] Lamb (William R. S.), The “Catena in Marcum”: A byzantine anthology of early commentary on Mark, Leiden, Brill, 2012 (Texts and Editions for New Testament Study) [avec les remarques de  R. Ceulemans, Ephemerides Theologicae Lovanienses, 94 (2015), p. 745‎–‎749 ; J. K. Elliott, Novum Testamentum, 55/3 (2013), p. 308].

[20] Maria Pantelia, dir., Thesaurus linguae graecae. A Digital Library of Greek Literature (on line).

[21] https://www.catholiclibrary.org. L’absence d’indication des éditions utilisées par cet étrange mais précieux instrument, oblige, dans un second temps, de repérer les passages identifiées dans les éditions existantes à l’aide des instruments bibliographiques à disposition de tous, principalement et en l’occurrence la Clavis Patrum.

[22] Sur les sources de la chaîne de Victor et les origines de celles-ci le débat est loin d’être clos, voir en particulier. J. Verheyden, «The So‎–‎Called Catena in Marcum of Victor of Antioch. Throwing Light on Mark with a Not‎–‎So‎–‎Little Help from Matthew and Luke», Studia patristica 91 (2017), 47‎–‎62 ; J. Verheyden, «A Puzzling Chapter in the Reception History of the Gospels. Victor of Antioch and his So‎–‎called “Commentary on Mark”», Studia patristica 63 (2013), 17‎–‎28.

[23] Richard SIMON, Histoire critique des commentateurs du Nouveau Testament, Rotterdam, 1693, p. 473.

Index latin – grec des termes traduits dans la Catena aurea

Index graeco-latinus / latino-graecus translationum in Catena aurea

Citer ce billet : Martin Morard, "Index latin – grec des termes traduits dans la Catena aurea", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2588, version du 20/01/2022.

Les choix lexicaux des traducteurs  sont influencés par le contexte sémantique des sentences auquel on voudra bien se reporter.

Les formesconjuguées sont transposées à la première personne de l’indicatif actif (en cours)

Les formes déclinées sont transposées au masculin singulier (en cours)

Termes latins

Termes grecs

identifiants

auteurs traduits

autres traductions

absurde

ἀνιστορήτως

CLC3d8.9

Iulianus Africanus (Gregorius Nazianzenus)

 

absurde (non)

καταλλήλως

CLC1d9.2

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

absurdum

οὐκ ἔπρεπε

CLC1d25.6

Gregorius Nazianzenus

 

accelerantes

δρόμῳ

CLC24d1.14

Cyrillus

 

ad instar

οὐσίαν (κατ’)

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

ad limina domus

πρὸς ταῖς πύλαις τοῦ οἴκου

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

pro foribus domus = Rufin

ad plenum

ἀκρότατον (τὸ )

CLCprol.10

Metaphrastes (grecus)

 

ad presens

ἐνταῦθα

CLC1d10.21

Chrysostomus

 

adventus

παρουσίας

CMC

Chrysostomus

 

adventus

ἐπιδημία

CLC1d10.9

Gregorius Nyssenus

 

adventus

ἐπιδημία

CLC7d4.14

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

adversarius Dei

ἀντίθεος

CLC9d6.2

Damascenus

 

advocatus vel consolator

παράκλητος

CIO14d7.12

Gregorius Magnus

 

affectio

προαίρεσις

CLC6d11.3

Isidore de Peluse

 

affectu

εὐπάθειας

CMC

Chrysostomus

 

affectum

διάθεσιν

CMC

Chrysostomus

 

affectum

φίλτρον

CLC2d13.28

Nilus (grecus)

 

affectuose

περιπαθέστερον

CLC2d13.19

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

affectus

προαίρεσις

CLC6d5.6

Basilius

 

affectus

προθυμίᾳ

CLC24d1.20

Eusebius

 

alliciο

δελεάζο

CLC9d6.5

Damascenus

 

amans lacrymarum

Φιλόδακρυ

CLC23d4.8

Cyrillus

 

amenitas

χλιδῆς

CLC9d6.7

Damascenus

 

amictus

πρόβλημα

CLC9d6.5

Damascenus

 

amictus

περιβολῆς

CLC24d1.8

Eusebius

 

amplius

μειζόνως

CLC1d6.7

Chrysostomus

 

anima

ψυχῆς

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

animal

ψυχικὸς

CLC14d4.2

Cyrillus

 

animus

προαίρεσις

CMT5d1.19

Chrysostomus

animus (Burgundio)

aperio

φαίνω

CLC1d36.2

Chrysostomus

 

Apostolis

κορυφαίους

CMC

Chrysostomus

 

appareo

ὁράω (aor. pass.)

CLC24d4.6

Eusebius

 

appropriatio

οἰκείωσις

CLC1d11.3

Basilius

 

arcanum

κρύφιος

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

arguere

ἐλέγχω

CLC4d3.18

Maximus Confessor

 

argumenti (materia)

πιθανολογίον

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

ascensus

ἀνάβασις

CLC9d6.2

Damascenus

 

aspectus

ὄψις

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

aspicitur

προσβλέπεται

CLC9d6.7

Damascenus

 

assumere

παραδέχομαι

CLC1d11.11

Gregorius Nyssenus

 

assumpta carne

σαρκωθείς

CLC2d14.17

Amphiloquius (grecus)

 

attesto

ἐπαγγέλλω

CLC1d9.2

Nicetas Heracleensis (grecus)

 

attonitum, conturbatum

ταραττόμενον

CLC2d9.6

Photius (grecus)

 

avarissimi

πλεονεκτικώτατοι

CLC6d5.6

Basilius

 

Basilius

προαίρεσις

CLC6d5.6

Basilius

 

basim (super altam basim)

λίθου (ἐφ’ ὑψηλοῦ)

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

basis (in loco editiore) Rufin

basis

στήλῃ

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

basis = Rufin

bellicosi

γενναῖοι

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

beneficii

εὐεργεσίας

CLC1d25.4

Chrysostomus

 

beneficium

εὐαργεσία

CLC12d11.9

Isidore de Peluse

 

beneficium

εὐκαιρία

CLC12d11.9

Isidore de Peluse

 

bone

ἀρίστης

CMC

Chrysostomus

 

bonitas

ἀρετή

CLC1d6.3

Chrysostomus

 

bravia

ἔπαθλα

CLC24d7.4

Chrysostomus

 

caterva

πληθὺς

CLC7d5.6

Cyrillus

 

causa

αἴτιός

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

causa brevitatis

συντόμως εἶπεν

CMC

Chrysostomus

 

causas

προφάσεις

CMT

Chrysostomus

occasiones (Burgundio < Nemesius)

caute

ἀπορητικῶς

CMC

Chrysostomus

 

celestes

φίλας

CLC15d2.5

Gregorius Nazianzenus

 

celestes (virtutes)

φίλας (δυνάμεις)

CLC15d2.5

Gregorius Nazianzenus

 

celestes spiritus

λειτουργικὰ πνεύματα

CLC1d8.2

Basilius

 

celibatum

παρθενίαν

CLC1d10.4

Photius (grecus)

 

certifico

ἱδρύω

CLC24d5.1

Cyrillus

 

certifico

πληροφορέω

CLC24d5.1

Cyrillus

 

certus

ἀκριβῶς

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

character

τύπῳ

CLC1d11.11

Gregorius Nyssenus

ciborum fomentis

τροφῆς’

CLC24d5.4

Theodoretus Cyrensis (grecus)

 

clanculo

λάθρα

CLC2d13.6

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

claritatis

φωτὸς ὑπερλάμπρου 

CMC

Chrysostomus

 

claustrum

μήτρα

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

cogitatio

ἀπορία

CLC24d1.7

Cyrillus

 

cognatio

συγγενεία

CMC3d6.5

Chrysostomus

 

cognitio

γνῶσις

CLC1d11.3

Basilius

 

collegium (salvandorum)

μοῖρα (τῆς σωζομένης )

CLC3d5.13

Photius (grecus)

 

collocutionem

ὁμιλίαν

CMC

Chrysostomus

 

colo

θερᾰπεύω

CIO4d4.15

Chrysostomus

curo (Burgundio)

commendantes

ἐπιτηδεύοντας

CMC

Chrysostomus

 

compareo

φανῆναι

CLC24d6.13

Chrysostomus

 

conceptio

τόκος

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

concordia

ὁμόνοιαν

CIO10d4.20

Chrysostomus

 

concordia

συμφωνίαν

CLC2d5.10

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

condigna

σύμφωνα

CLC11d3.4

Sévère d’Antioche (grecus)

 

conditio

γνώμην

CMC

Chrysostomus

 

congeries

χορόν

CLC9d6.2

Damascenus

 

congruenter

σύνδρομον

CLC1d10.12

Cyrillus

 

coniux

γυναῖκα

CLC3d6.4

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

uxor (Vulgata)

coniux

ἀνδρός

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

consanguinei

συγγενεία

CMC3d6.6

Chrysostomus

 

conscientia

συνείδησις

CLC1d20.3

Macarius Aegyptii (grecus)

 

conscripserunt

ἐναπέθετο

CLC1d25.4

Chrysostomus

 

conservorum

θεραπόντων

CLC9d6.7

Damascenus

 

consilium

οἰκονομία

CLC1d16.1

Origenes (grecus)

 

consistentiam

κατάστασις

CLC1d15.5

Basilius

 

consonus

πρόσφορος

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

contego

ὑποκρύπτων

CLC9d6.5

Damascenus

 

continere

κρατεῖν

CMT5d16.7

Chrysostomus

 

continue ?

μάλιστα

CMT5d16.7

Chrysostomus

 

contubernia

ἐνοίκησιν

CMC

Chrysostomus

 

contumax

ῥιψοκινδύνου

CLC1d6.1

Chrysostomus

 

conveniens

ἀγαπητός

CMT4d6.8

Chrysostomus

amabilis (Burgundio)

convenit

σύμφωνα

CLC1d13.20

Origenes

 

conversantes libentius

ἐμφιλοχωροῦντες

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

conversari

πολιτεύεσθαι

CLC1d33.1

Chrysostomus

 

conversari

συναπάγω (κατεπαίρεσθαι)

CLC4d8.3

Cyrillus

 

conversari

διατρίβω

CLC19d2.21

Evagrius Ponticus (grecus)

 

conversatio

πολιτεία

CLC21d2.6

Athanasius / Nicetas

 

conversatio

πολιτεία

CLC3d2.13

Cyrillus

 

conversatio

πολιτεία

CLC6d7.4

Cyrillus

 

conversatio

πολιτεία

CLC12d10.17

Dionysius

Jean Sarassin

conversatio

ὁμιλίας

CLC2d13.27[1]

Ioannes Geometra (grecus)

 

conversatio

πολιτεία

CMC4d2.3

Theophylactus

 

copiose

μετ’ ἀφθονίας

CMC

Chrysostomus

 

copiosus

ἄφθονος

CLC12d10.17

Dionysius

 

copula coniugalis

γάμος

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

cor

διανοίας

CMC

Chrysostomus

 

corpus

φύράμα

CLC24d7.6

Chrysostomus

 

corpus

σαρξ

CLC14d4.7

Cyrillus

 

corpus

σαρξ

CLC9d6.5

Damascenus

 

corpus

σαρξ

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus

 

corpus

σαρξ

CLC1d11.7

Gregorius Nyssenus

 

corruptela

λοχεία

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

credere => credimus

πυνθάνομαι => πυνθανόμεθα

CMC9d2.6

Chrysostomus

 

cultura

λατρεία

CIO4d4.15

Chrysostomus

cultura (Burgundio)

cur

πῶς (ἂν)

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

cura

λόγος

CLC22d9.13

Basilius

 

curam esse

μέλειν

CMC

Chrysostomus

 

curate

ἐπίτηδες

CMT

Chrysostomus

 

de levi

προχείρως

CMC

Chrysostomus

 

de medio tollitur

περιαιρεθῇ

CLC1d37.2

Chrysostomus

 

de necessariis

ἀναγκαίων πραγμάτων (περὶ)

CMT5d1.3

Chrysostomus

 

decens

προσήκουσα

CMT4d6.8

Chrysostomus

decens (Burgundio) ; digna (Anianus) 

decenter

εἰκότως

CLC9d6.5

Damascenus

 

decet

προσδοκητέον

CMC

Chrysostomus

 

deificatio

θεώσεως

CLC9d6.5

Damascenus

 

demonibus detenta

δεισιδαιμονίᾳ

CMC

Chrysostomus

 

descensum

συγκατάβασιν

CLC9d6.7

Damascenus

 

describit

παρενέγραψε

CLC2d11.3

Gregorius Nyssenus

 

deservio

ὑπηρετέω

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

designo

παρέφαινο

CLC24d1.8

Eusebius

 

destruere

καταλύω

CMC1d13.8

Chrysostomus

 

detinebatur

διήλεγξεν

CMC8d3.4

Chrysostomus

 

dicens

ἐπαγαγοῦσα

CLC1d16.1

Chrysostomus

 

dictum

φωνήν (τὴν)

CLC1d9.7

Geometra (grecus)

 

dies novissimus

ἡμέρα  (τῆς συντελείας )

CLC24d6.13

Chrysostomus

 

difficile

Δύσκολοσ

CLC18d5.1

Theophylactus

 

diffidere

διαπιστέω

CLC1d6.1

Chrysostomus

 

dignior

κορυφαῖος

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

dignis

θεοπρεπῶν

CLC23d6.3

Sévère d’Antioche (grecus)

 

dilectio

ϕιλανθρωπία

CMC4d1.16

Chrysostomus

 

diligentiam

εὐλαβοὺς γνώμης

CLC18d2.3

Asterius (grecus)

 

diploidis

διπλοΐδα

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

stola = Rufin

discepto

διαλέγω

CLC24d4.1

Cyrillus

 

discipulos

ἀποστόλοις

CMC

Chrysostomus

 

discubitum

ἀνάκλισιν

CLC12d10.17

Dionysius = Traversarius cum Lc. 22, 37

reclinatio (Sarracenus)

dispendia

ίνδυνος

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

dispensatio

οἰκονομία

CLC12d3.13

Athanasius / Nicetas

 

dispensatio

οἰκονομία

CMC1d12.6

Chrysostomus

 

dispensatio

οἰκονομία

CMC4d3.3

Chrysostomus

 

dispensatio

οἰκονομία

CMT1d1.6

Chrysostomus

Burgundio

dispensatio

οἰκονομία

CLC11d1.2

Cyrillus

 

dispensatio

οἰκονομία

CLC15d2.5

Gregorius Nazianzenus

 

dispensatio

οἰκονομία

CLC4d10.4

Victor Antiochenus

 

dispensatio

οἰκονομία

CLC4d10.4

Victor Antiochenus

 

dispensatio

οἰκονομία

CMC1d6.7

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

dispensative

οἰκονομία (κατ᾿οἰκονομίαν)

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

dispositio

οἰκονομία

CMC1d5.1

Chrysostomus

 

disputationi

διάλεξιν

CLC2d13.6

Photius (grecus)

 

disseruit

φθέγγεται

CLC2d11.7

Gregorius Nyssenus

 

distinctionis (in signum)

διατάττεται (σημείου χάριν τῷ διατάττεται)

CLC1d25.10

Chrysostomus

 

divinis aspectibus

κυρίῷ  (τῷ)

CLC3d1.11

Gregorius Nyssenus

 

divitie

χρήματα

CLC18d5.1

Theophylactus

pecunias (Vulgata)

divulgo

κηρυχθῶσιν

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

docens

παρασκευάζω

CLC2d13.22

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

doctore

διδάσκοντί

CMC

Chrysostomus

 

doctrina

διδασκαλίας

CMC

Chrysostomus

 

dolor, mestitia (en opposition à gaudium)

λύπη

CLC1d9.2

Chrysostomus

 

dominium habere

κυριεύουσιν

CLC8d6.20

Athanasius / Nicetas

 

donatio

χορηγία

CMC

Chrysostomus

donatio (Sarrasin)

donatio

χορηγία

CLC12d10.17

Dionysius

Iohannem Sarracenum, eusebius Vercellensis

donum

χορηγία

CLC4d4.17

Cyrillus

 

donum

ἀγαθὰ

CLC1d11.6 [2]

Gregorius Nyssenus

 

dubitatio

πάθος

CMT11d2.15

Chrysostomus

dubitatio (Burgundio Vat. lat. 383²)

dubitatio

πάθος

CMT11d2.15

Chrysostomus

passio (Burgundio)

dubium

ἀπορία

CLC1d11.5

Geometra (grecus)

 

ducebantur

πίπτω

CLC24d1.7

Chrysostomus

 

duritia

ἀπείθεια

CLC1d9.7

Chrysostomus

 

effectus

ἐνέργεια

CLC4d9.3

Cyrillus

 

eminus

πόρρωθεν

CLC1d34.5

Chrysostomus

 

emolumenta

ἐπικαρπίας

CLC9d6.7

Damascenus

 

eneus

χάλκεος

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

aereus = Rufin

enormis

ἀπρεπὲς

CLC1d10.17

Chrysostomus

 

enormis

κατηγορίαν

CLC3d8.10

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

enormis

ἀταξίᾳ

CLC10d2.3

Isidorus Pelusiota

 

enormiter agere

παρανομεῖν

CLC23d10.5

Athanasius / Nicetas

vitium (Evagre) legistransgressores esse (vetustissima translatio)

enumerat

ἱστορῶν

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

equiparantiam (honestatis)

ὁμοιτροπίαν (εὐσεβείας)

CLC3d8.10

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

esse

εἰσελθεῖν

CMC

Chrysostomus

 

eternus

ἀτελεύτητος

CLC1d10.23

Geometra (grecus)

 

ex inspirato

παρ’ ἐλπίδας

CLC1d24.2

Chrysostomus

 

excitare

διαστῆναι αὐτὴν καὶ βαδίζειν ἐκεύλευσεν 

CMC

Chrysostomus

 

exemplar

παράδειγμα

CLC6d5.6

Basilius

 

exemplum

διηγήματα

CLC1d12.1

Chrysostomus

 

existunt

πορεῦονται

CLC1d34.5

Chrysostomus

 

expedito

πληρώσαντες

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

expers

ἀνώτερος

CLC7d2.13

Maximus Confessoris ( ?)

 

expers (coniugi sum)

γινώσκω (ἄνδρα)

CLC1d11.6

Chrysostomus

 

expers fuisse

γινώσκω : ἐγίνωσκες

CLC1d11.6

Chrysostomus

 

expositorum (CMT)

σαφηνίζοντι τὴν λέξιν

CMC

Chrysostomus

 

exprimit

αἰνιγματίζει

CLC2d14.10

Photius (grecus)

 

exquisita

ἀκριβῆ

CIO5d9.18

Chrysostomus

 

exquisita Scriptura

ἀκριβῆ ἀντιγράφων

CMC5d1.3

Chrysostomus

 

exquisitio

ἀκρίβεια

CMC5d1.14

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

extollo apicibus

ἐπαινέω

CLC1d12.7

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

exuberantia

ὕπερβολἠν

CLC1d11.6

Gregorius Nyssenus

 

facere

κατασκευάζων

CLC23d6.13

Athanasius (grecus) / Nicetas

 

facili (videri de)

τρανῶς

CLC9d6.7

Damascenus

 

facilis

ἀνώδυνος

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

facilius

ῥᾷστα

CLC9d6.7

Damascenus

 

famuli

δοῦλοι

CLC9d6.7

Damascenus

 

fatum

εἱμαρμένην

CMT

Chrysostomus

 

fecunditas (fecunda)

ἀρετή

CLC1d9.2.2c

Geometra (grecus)

 

fervor

ἀρετή

CMC2d3.12

Theodorus Mopsuestenus

 

fetus

βρέφος

CLC1d7.3

Origenes

infans = Jérôme

fide (et ratione)

βεβαίως (παρρησίας καὶ )

CLC1d1.5

Origenes > Jérôme

 

fide distantia (a fide…)

ἀσέβεια

CLC1d37.2

Chrysostomus

impietatem (Burgundio)

fidem

διδασκαλίας

CMC

Chrysostomus

 

fiducia

ἄδεια

CLC1d33.1

Chrysostomus

 

fiducia

παῤῥησίαν

CLC9d6.7

Damascenus

 

fiducialiter

παρρησιαστικώτερον καὶ καὶ

CLC2d13.19

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

flexibilis

εὐδιάθρυπτος

CLC23d4.8

Cyrillus

 

focus superbie

ἀλαζονεύεσθαι

CLC1d16.6

Chrysostomus

 

foetus

παῖς (ἐγκυμονουμένος)

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

formido

δειλιῶσα

CLC1d4.10

Athanasius / Evagre

 

frequenter

Ὁρᾶς

CMC

Chrysostomus

 

fulgere

ἀνακαίω

CLC1d27.2

Chrysostomus

 

futurum

τὸν καιρὸν

CLC3d5.13

Photius (grecus)

 

gaudium

ἡδονὴν

CLC1d24.2

Chrysosotome

 

gaudium

ἡδονή (καθαρά)

CLC24d6.13

Chrysostomus

 

geminatio

διπλασιασμός

CLC13d6.8

Chrysostomus

 

geminatio

ἐπαναδίπλωσις

CLC13d6.9

Clemens Alexandrinus (grecus)

 

gerere virtuose

κατορθοῦν

CLC22d9.13

Basilius

 

gloriam

δόξαν

CMC

Chrysostomus

 

gratia divina favente

ἐκ θείας χάριτος

CLC1d25.4

Chrysostomus

 

gubernator

ἡνίοχος

CLC23d8.5

Evagrius Ponticus (grecus)

 

habere postestatem tribuendi

ἔστι παρασχεῖν

CMC

Chrysostomus

 

habita opinio

ἀπόνοια

CLC3d5.4

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

habitu

σχέσει

CMC

Chrysostomus

habitudine (Burgundio < Chrysostomus)

hamo

δελεάζο

CLC9d6.5

Damascenus

 

holocausta

καρπωμάτων συνθέσεως (τῶν)

CMC

Chrysostomus

 

hominum

παρὰ τῶν λογικῶν ἁπάντων

CMC

Chrysostomus

 

honestas

εὐλάβεια

CLC24d7.8

Nicetas Heracleensis (anepigraphus /grecus)

 

honorare

προτιμᾷ

CMC3d6.6

Chrysostomus

 

horam

καιρὸν

CLC1d23.6

Metaphrastes (grecus)

 

hostes

τυραννούντων

CLC1d19.4

Chrysostomus

 

humanato

ἐνανθρωπήσαντι

CLC1d21.2

Basilius

 

humanitas

οἰκονομία

CMC3d1.6

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

humilitatem

ταπεινοφροσύνῃ

CMC

Chrysostomus

 

humiliter

ἀνθρωπινώτερον

CLC2d13.19

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

iactantie

κενοδοξίας

CLC1d2.9

Origenes

Ambroise in Lc.

iconomus sive dispensator

οἰκονόμος

CLC18d5.1

Theophylactus

 

id quod non conveniebat

ἀτοπίαν

CMC

Chrysostomus

 

idoneus

δεκτικός

CLC24d6.16

Chrysostomus

 

ignorantia

ἀμαθία

CMT6d20.9

Gregorius Nyssenus

 

ignorus Dei

ἀθέος

CLC24d4.9

Gregorius Nazianzenus

 

illibata

παρθένος

CLC1d17.2

Titus

 

immaculatus

ἀμόλυντος

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

immutabili

Ἀτρέπτοις καὶ ἀκινήτοις

CLC1d31.4

Basilius

 

impermixtum

ἀμιγές

CLC1d25.10

Chrysostomus

 

incarnatio

οἰκονομία

CIO1d1.1

Chrysostomus

dispensatio (Burgundio)

incarnatio

οἰκονομία ἀνθρωπίνως

CLC1d10.23

Geometra (grecus)

 

incredulitas

ἀπιστία

CLC1d18.3

Chrysostomus

 

indeterminate

ἀορίστως

CLC6d5.19

Damascenus

 

indicia

γνώρισμα

CLC1d11.11

Gregorius Nyssenus

 

indicium

σημεῖα γνωρίσματά

CLC24d1.8

Eusebius

 

industria

σύνεσις

CLC1d12.1

Chrysostomus

 

indutiae

χρόνῳ

CLC3d5.13

Photius (grecus)

 

infidelitas

πίστεως ἀτελές (τὸ τῆς)

CMC8d3.4

Chrysostomus

 

innocentia

ἀπλότης

CLC2d3.2

Chrisostomus (revera Origenes)

 

inopinatus

παράδοξος

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

insidiae

ἐπιϐουλή

CLC4d3.18

Maximus Confessor

 

insitum

παγῆναι

CLC9d4.11

Chrysostomus

 

insitum

φυτευθὲν

CLC9d4.11

Chrysostomus

 

inspero

παρασκευάζω

CLC1d24.2

Crysostome

instantia

ἐναντί̆ωσις

CLC1d12.7

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

instigari

ὀχλούμενοι

CLC3d3.10

Maximus Confessor

 

instituo legem

promovere sanctionem

νομοθετέω

CLC2d14.3

Geometra (grecus)

 

instruo

Μυσταγωγηθεῖσαι

CLC24d1.14

Cyrillus

 

intellectum

ἐννοίας

CLC10d6.21

Cyrillus / Niceta

= διανοίας PG 75 (Cyrillus )

intensius

τρανότατον

CLC9d6.7

Damascenus

 

intentio

διανοίᾳ

CLC1d14.2

Basilius

 

intentio

διανοίᾳ

CMC

Chrysostomus

 

interim

τέως

CMT4d6.8

Chrysostomus

interim (Burgundio)

inverecunde

ἀναισχύντως

CIO11d8.8

Chrysostomus

= Burgundio

iubar

φῶς

CLC11d1.13

Cyrillus

 

iubar

αἴγλη

CLC2d9.13

Photius (grecus)

 

iussio

ἐπιτιμήσισ

CLC22d9.13

Basilius

obiurgio (Ed1657)

iustitiam

ἀλήθειαν

CMC7d1.6

Chrysostomus

 

labor

πόνος

CIO10d4.19

Chrysostomus

 

lacrimor

 θρηνέω

CIO11d6.7

Chrysosotomus

= lacrimor(Burgundio)

latenter

αἰνιττόμενος

CMT11d2.15

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

latenter

λαθών

CLC2d13.6

Geometra (grecus)

 

lectio

ἀναγνώσις

CIO5d9.18

Chrysostomus

 

leviter

ἁπλῶς

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

liberalis

ἄφθονος

CLC4d4.17

Cyrillus

 

limbus

βάθος (ἀχανὲς)

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

limen

πύλη

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

foris = Rufin

locutionis

καταστάσεως

CLC2d13.27[1]

Ioannes Geometra (grecus)

 

loquendi

ὁμιλῆσαι

CLC2d13.27[1]

Ioannes Geometra (grecus)

 

luchnus

θρυαλλίδα

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

luxus

ἡδονή

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

magis

μειζόνως

CMC1d13.8

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

magister

διδάσκαλος

CLCprol.13

Chrysostomus

didascalum (Burgundio)

magister

διδάσκαλος

CMCprol.6

Chrysostomus (Catena graecorum patrum)

 

magisterium

διδάσκαλος

CMT5d3.10

Chrysostomus

magister (Burgundio) magisterium (Anianus)

magnalium

θαυμασίων

CLC1d11.3

Basilius

 

maledictio

κατάρας

CLC24d1.14

Cyrillus

 

malignos

σκαμβός

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

malus

κακος

CLC6d11.3

Isidore de Peluse

 

malus

πονηρος

CLC6d11.3

Isidore de Peluse

 

manere apud

καταλύω

CLC4d8.3

Cyrillus

 

maneria

εἶδος

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

mansio

μερίς

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

manuducens

ὁδοποιῶν

CLC9d6.2

Damascenus

 

materialem

αἰσθητὸν

CLC1d37.2

Chrysostomus

sensibilis (Burgundio)

materialis

σωματικοῦ

CLC1d10.20

Basilius

 

materialis

κατὰ  σάρκα

CLC1d27.4

Chrysostomus

 

materiam

ὑποθέσεως

CMC

Chrysostomus

 

melius

ὑψηλοτέρα

CLC8d1.4

Isidore de Peluse

 

mente

καρδίαν (κατὰ)

CMC

Chrysostomus

 

mentis

διανοίας

CMT9d5.6

Chrysostomus

mens (Burgundio)

merces

εὐτελὲς

CMC9d5.12

Chrysostomus

 

minister

ὑπηρέτης

CLC1d10.2

Chrysostomus

 

ministerium

διακονίᾳ

CLC1d11.6

Chrysostomus

 

ministras

μύστιδας

CLC15d2.5

Gregorius Nazianzenus

 

ministris Verbi

ὑπηρετῶν τοῦ λόγου 

CLC1d1.22

Photius (grecus)

 

mirabilia

παράδοξα

CMC

Chrysostomus

 

mirabiliori

παραδόξου

CLC1d4.4

Chrysostomus

 

miracula

σημεῖα

CMC

Chrysostomus

 

miraculi

θαυματοποιΐας

CLC2d14.1

Chrysostomus

 

miraculosum

παράδοξος

CLC1d13.22

Origenes

 

miraculum

σημεῖα

CMC2d1.3

Catena graecorum patrum

miracula / θαύματα (Chrysosotome)

miraculum

θαῦμα

CLC2d10.1

(grecus)

 

miraculum

κατόρθωμα

CLC1d17.4

Titus

 

miranda

θαυμασία

CLC2d13.19

Geometra (grecus)

 

miranda

θαυμασία

CLC2d5.6

Photius (grecus)

 

miseriam

ταπείνωσιν

CMC

Chrysostomus

 

misericordia

ϕιλανθρωπία

CLC2d14.11b

Cyrillus

 

misericordia

ϕιλανθρωπία

CLC5d7.1

Cyrillus

 

misericordia

εὐσπλαγχνία

CLC6d5.19

Damascenus

 

modestiam

μέτριον

CMC

Chrysostomus

 

monumentum

μνήμα

CLC23d10.5

Athanasius / Vetustissima translatio

sepulchrum (Evagre)

mora

ζωῆς

CLC2d9.4

Basilius

 

mora

χρόνοσ

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

moram debitam

χρόνος

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

morbo detenta

ἀσθενοῦσα

CLC8d7.11

Asterius / Photius (grecus)

 

multitudinis

παρὰ τῶν πολλῶν

CMC

Chrysostomus

 

multitudo

πλῆθος

CMC

Chrysostomus

 

multitudo

πλῆθος

CMC

Chrysostomus

 

multitudo

άποπλήρωσις

CLC12d10.17

Dionysius

 

mundum

οἰκουμένης

CLC24d6.8

Eusebius

 

mysterium

οἰκονομία

CLC1d14.2

Basilius

 

mysterium

μυστήριον

CLC24d1.14

Cyrillus

 

nanciscor

ἔλαβε

CLC1d27.2

Chrysostomus

 

narrare

προμηνύω

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

narratio (narrationis ordinem)

διαφόρους

CMC

Origenes

 

naturam

εἶδος (τὸ)

CMC

Chrysostomus

 

naturam

φύραμα

CLC1d10.6

Sévère d’Antioche (grecus)

 

necessitas

ίνδυνος

CLC3d8.6

Gregorius Nazianzenus

 

negotium

οἰκονομία

CLC1d1.5

Origenes

 

negotium

ἐνέργεια

CLC1d17.4

Titus

 

nequam

παράνομος

CLC23d3.15

Chrysostomus

nihil

ἀφᾰνισμός

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

nomina

προσηγορίᾳ

CLC1d25.4

Chrysostomus

 

non absurde

καταλλήλως

CLC1d9.2

Chrysostomus

 

non excogitatis

προσδοκωμένων (οὐ)

CMC

Chrysostomus

 

non sine causa

ἁπλῶς (οὐ ἁπλῶς )

CMC4d1.5

Chrysostomus

non simpliciter (Burgundio)

nondum

Οὐδέπω

CLC3d3.10

Maximus Confessor

 

nota

ἐπίσημός

CMC

Chrysostomus

 

notitia

κατανόησις 

CLC1d11.3

Basilius

 

novissimus dies

συντελείας (ἡμέρα τῆς)

CLC24d6.13

Chrysostomus

 

nuntio

ἀπαγγέλλουσα

CLC24d1.14

Cyrillus

 

nuntius

διακόνου

CLC1d6.3

Chrysostomus / Nicetas

ἄγγελος / angelus

obicere

λέγειν

CLC2d6.4

Epiphanius

 

oblatio

ἱεράτευμα

CIO4d4.16

Origenes

 

obliquus

σκολιός

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

obtinuit

ἔσχε

CLC3d8.9

Iulianus Africanus (Gregorius Nazianzenus)

 

obtulere

ἀνατίθημι

CLC3d1.11

Gregorius Nyssenus

 

occulte

αἰνιττόμενος

CIO19d7.2

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

occulte

 

CMT19d5.3

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

occulte[1]

αἰνιττόμενος

CIO8d8.1

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

occulte (+ insinuo)[2]

αἰνιττόμενος

CIO21d6.1

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

oculata fide

αὐτοψίᾳ

CLC2d5.6

Photius (grecus)

 

oculus

ὄμμα

CMT5d16.7

Chrysostomus

 

olim

ἀεὶ

CLC2d4.2

Chrysostomus

 

omnium donorum

παντοδαπῶν ἀγαθῶν

CMC

Chrysostomus

 

opera

πράξεις

CLC5d4.23

Gregorius Nazianzenus

 

opera

πράξεις

CLC2d14.10

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

operationes

πράξεις

CMT2d1.28

Gregorius Nyssenus / Nemesius

gestiones (Burgundio)

opere

βίῳ (τῷ)

CLC2d14.3

Geometra (grecus)

 

opibus

θησαυρῶν

CLC6d5.6

Basilius

 

opprobriu

ὕβριν

CLC5d4.17

Titus

 

ops

θησαυρός

CLC6d5.6

Basilius

 

oras (usque ad)

κρασπέδου

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

indumenti fimbriam = Rufin

orationes

λιτὰς

CMC

Chrysostomus

 

orationes

λιτὰς

CMC1d12.2

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

orbis

κτίσις

CLC2d2.9

Nicetas in Lc. (grecus)

 

orbis

οἰκονομία

CLC2d12.9

Theophylactus

 

ordo (narrationis ordinem)

καιροὺς (κατὰ διαφόρους)

CMC1d3.13

Origenes

 

ortus

λοχεία

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

ostendit

Ἐπιτεμόμενοι

CMC

Chrysostomus

 

ostensio

ἔνδειξις 

CLC24d4.6

Eusebius

 

ostentatio

κόμπον

CMC

Chrysostomus

 

parens

μήτηρ

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

paro (fait naître, implante

ἐμφύω

CLC1d11.11

Gregorius Nyssenus

 

parvipendo

ἐξευτελίζω

CLC4d5.3

Chrysostomus

vilipendo (Burgundio)

passio

οἰκονομία

CMC8d4.10

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

passionem

σφαγὴν

CLC22d5.14

Eutychius (grecus)

 

passionem

σφαγήν

CLC22d5.14

Evagrius Ponticus (grecus)

 

passionem sustinere

παθεῖν

CMC

Chrysostomus

 

pati

ἐπαναντλέω

CLC6d5.20

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

patratores sceleris

κακουργοὶ

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

pauperes

ἐνδεὴς

CLC6d5.6

Basilius

 

paupertas

πτωχοὶ

CLC6d5.6

Basilius

 

penitentia

μετανοία

CLC3d3.10

Maximus Confessor

 

pensandum

ἡγητέον

CIO4d4.16

Origenes

 

penuriam

πτωχεῖαν

CLC2d2.9

Metaphrastes (grecus)

 

percipere

μανθάνω

CLC24d1.14

Cyrillus

 

peregrinatio

ξενιτείας

CLC2d2.9

Nicetas in Lc. (grecus)

 

perfectionem

τελείαν

CMC

Chrysostomus

 

perfulgentes

λευκῆς

CLC24d1.8

Eusebius

et fulgentes (Ed1657)

pergere (pergebant)

πράσσω (ἔπραττον)

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

perpetuam

αιωνίαν

CLC12d10.17

Dionysius

eternam (Sarracenus)

petebant

ἐζήτουν

CMC

Chrysostomus

 

philosophia

φιλοσοφία

CLC2d3.2

Chrysostomus

pietas

φιλανθρωπία

CLC23d3.15

Chrysostomus

 

pietas

ἔλεος

CLC23d4.8

Cyrillus

 

pietas

ἔλεος

CLC1d18.3

Victor Antiochenus

 

pietas

φιλανθρωπία

CLC1d18.3

Victor Antiochenus

 

pium

φιλάνθρωπον

CLC9d6.7

Damascenus

 

planta

βοτάνης

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

herba = Rufin

potestas

ἐξουσία

CLC8d6.20

Athanasius / Nicetas

 

potestas

παῤῥησίᾳ

CLC24d4.6

Eusebius

 

potestas

παῤῥησίᾳ

CLC24d4.6

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

precamina

λιτὰς

CLC18d2.3

Cyrillus (grecus)

 

precipuum

κρημνὸς

CMC

Chrysostomus

 

prehonorare

προτιμᾷ

CMC36.5

Chrysostomus

 

prelatura

προεδρίας

CLC3d8.2

Gregorius Nazianzenus

 

preparo

προωδοποίει

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

presentia

ἐπιφανεία

CLC2d5.11

Athanasius

 

presidem

πρόεδρον

CLC9d6.2

Damascenus

 

presto -are

πρυτανεύω

CLC2d5.6

Photius (grecus)

 

prestolabatur

προσεδέχετο

CLC2d9.13

Photius (grecus)

 

prestolabatur

ἀνέμενε

CIO20d3.3

Theophylactus

 

prestolari

προσδοκᾷν

CMT7d7.5

Chrysostomus (Burgundio)

sperare (Anianus)

prestolo

προσδεχομένη

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

pretium

ευτελής

CMC

Chrysostomus

 

pretium

εὐτελὲς

CMC9d5.12

Chrysostomus

 

processus

ὁρμή

CIO10d4.19

Chrysostomus

 

processus

ῥεῦμα

CLC3d8.23

Gregorius Nazianzenus

 

processus (mirandus)

παράδοξος

CLC2d4.9

Chrysostomus

 

profanum (matrimonium)

κακὸν (ὁ γάμος)

CLC1d11.6

Chrysostomus

 

promens

δεικνύς

CLC24d1.8

Eusebius

 

promitto

ἐπαγγέλλω

CIO8d8.1

Chrysostomus

 

promo

δείκνυμι

CLC24d1.8

Eusebius

 

promulgare, propagare, tradire

παραδιδόναι

CMC

Chrysostomus

 

promulgo

ἐκπέμπω

CLC2d1.6

Chrysostomus

 

propinquior

ἐγγύτερος

CMC

Chrysostomus

 

protoplastus

Ἀδὰμ

CLC1d20.3

Macarius Aegyptii (grecus)

 

providus

ἐπιστρεφὴς

CLC2d13.27[1]

Ioannes Geometra (grecus)

 

provisio (divina)

οἰκονομία (Θεία)

CLC1d13.20

Origenes

 

provisionem

ἐπισκοπὴν

CLC1d27.4

Chrysostomus

 

provocationem

ἐκβολὴν

CMC

Chrysostomus

 

prudens

σοφὴν

CLC1d9.7

Geometra (grecus)

 

prudens

σοφός

CLC24d3.2

Isidore de Peluse

 

prudenter

συνετῶς

CLC2d13.16

Ioannes Geometra = Nicetas

 

pudicitia

ἁγνείας

CLC1d10.4

Photius (grecus)

 

pulcher

καλος

CMT5d16.7

Chrysostomus

bonus (Burgundio)

punitivus

τιμωρητικόσ

CLC14d4.6

Theophylactus (grecus)

 

purificatio

προσφορὰ

CMC

Chrysostomus

 

qualitercumque

ἁπλῶς

CLC1d18.3

Victor Antiochenus

 

quantum ad

ὅσον ἐπὶ

CIO4d4.11

Origenes

 

querere

θηρᾶσθαι

CMT

Chrysostomus

 

queritur

ἀπορούμενα

CMC

Chrysostomus

 

queritur

ἀπορούμενα

CMC

Chrysostomus

 

quoad

ὅσον ἐπὶ

CIO4d4.11

Origenes

 

quomodocumque

ἁπλῶς

CLC1d17.2

Titus

 

ratio

λόγος

CMT

Chrysostomus

 

rationabiliter

λογικῶς

CLC2d13.16

Ioannes Geometra = Nicetas

 

ratione (fide et)

παρρησίας (καὶ βεβαίως)

CLC1d1.5

Origenes > Jérôme

 

receperant per oracula

χρηματισθέντες

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes = (grecus)

responso accepto (Vulgata)

recessus

ἀναχώρησις 

CLC9d5.6

Basilius Caesariensis

 

redargutio

βδελυρᾶς δοκήσεως ἔλεγχον

CMC

Chrysostomus

 

refero

ἀπαγγέλλουσι

CLC24d1.14

Cyrillus

 

relinquitur

ὑπῆρχεν 

CMC

Chrysostomus

 

reor

λογίζομαι

CLC22d9.13

Basilius

 

representare

εἰκόνα φέρειν

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

ad similitudinem vultus formatam = Rufin

repudium

ἀνατροπή

CLC24d1.14

Cyrillus

 

requiem (daret)

ἀναπαύσῃ

CMC14d4.9

Chrysostomus

Chrysostomus latinus (38 hom.)

requiem dare

κατέλυσε

CMC

Chrysostomus

 

requiem dare

ἀναπαύων

CMC2d3.8

Theophylactus

 

requiescere

καταλύω

CMC14d4.9

Chrysostomus

Chrysostomus latinus (38 hom.) ; cf. Mt. 5, 17 κατέλυσαῖ

reserare

εὐαγγελίσασθαι

CMC

Chrysostomus

 

respexit (Vulgata), providit

ἐπέβλεψεν

CLC1d16.1

Origenes (grecus)

 

respondet

λύει

CLC2d13.22

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

resurrectio

ἀνάληψις

CLC24d6.13

Chrysostomus

CLC24d6.13

resurrectio

ἀναβίωσις

CLC9d6.7

Damascenus

 

reverentia

εὐλάβεια

CMC

Chrysostomus

 

reverentia

εὐσέβεια

CMC

Chrysostomus

 

reverentia

εὐλάβεια

CMC7d3.12

Chrysostomus

 

reverentia et affectus

ἀπόλειψιν

CMC

Chrysostomus

 

robur nanciscitur credulitatis

ἀξιόπιστον (τῆς πίστεως ἐστὶν)

CLC1d1.8

Chrysostomus

 

robur venatur sermoni

ἀξιόπιστον ποιεῖ

CLC1d1.6

Chrysostomus in Act.

 

rudens

κάμιλος (cf.)

CLC18d5.1

Theophylactus

 

rudens

σχοῖνος (ναυτικἠ παχεῖα)

CLC18d5.1

Theophylactus

funem (nauticum crassum) = Oecolampade (Ed1570)

rudis

ἁπλῶς

CMC

Chrysostomus

 

sacrilegium

παρανόμος

CLC3d6.5

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

sanctitas

ὁσιότης

CLC1d33.1

Chrysostomus

 

sapientia

σύνεσις

CLC1d11.3

Basilius

 

sapientia

φιλοσοφία

CMC4d5.5

Chrysostomus

philosophia (Burgundio)

sapientia

φιλοσοφία

CMT5d3.10

Chrysostomus

philosophia (Burgundio)

scelus

ἁμάρτημα

CLC1d13.6

Chrysostomus

 

scientiam + sapientia

παιδείαν

CLCprol.10

Metaphrastes (grecus)

 

secundum proportionem

κατ’ ἀναλογίαν

CMC

Chrysostomus

 

securité

κατάστασις

CLC1d4.10

Athanasius / Nicetas

 

sedat

ἐκβάλλει

CLC1d10.9

Gregorius Nyssenus

 

seniorum

πρεσβυτέρων

CMC

Chrysostomus

 

sensum

γνώμην (CGP)

CMC

Chrysostomus

 

sensum

δογμάτων

CMC

Chrysostomus

 

sensum

ἔννοιαν (Chrysostomus)

CMC

Chrysostomus

 

sensum [communis ?]

μνήμην (τὴν)

CMC

Chrysostomus

memorie (Burgundio) commendativa [glossa in Burgundionis versione BAV, Vat. lat. 383, f. 103vb

sententia

ἔννοια

CLC1d11.13

Basilius

 

separatio

ἀναχώρησις

CMC

Chrysostomus

 

sequela

ἀκολούθησις

CMT4d7.5

Chrysostomus

assecutio (Burgundio)

serenum

καθαρά (ἡδονή )

CLC24d6.13

Chrysostomus

CLC24d6.13

seriatim induco

παράγω,

CLC2d11.7

Gregorius Nyssenus

 

sermonem

μυσταγωγίαν

CLC1d12.7

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

seruitus communis

δουλεία

CLC4d2.15

Beda

 

signa

σύμβολα

CLC24d1.8

Eusebius

 

significavit

συμπαρεσόμενοι σημεῖον

CMC

Chrysostomus

 

signum

τεκμήριον

CLC24d6.7

Chrysostomus

 

signum

τεκμήριον

CLC24d6.7

Chrysostomus

 

signum

ἀπόδειξις

CLC24d4.14

Cyrillus

 

signum

τεκμήριον

CLC24d4.6

Eusebius (Act. 1, 3)

argumentis (Vulgata)

similitudinarius

συμβολικός

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

similitudinem (morum)

ὁμοιοτροπίαν (τῶν ἠθῶν)

CLC3d8.10

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

simplex

γυμνὸν

CLC2d14.13

Cyrillus

 

simpliciter

ἁπλῶς

CMC

Chrysostomus

 

simulachrum

ἐκτύπωμα

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

imago = Rufin

simulachrum

σχῆμα

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

statua = Rufin

sinceri

ἀπλάστοι

CLC2d3.2

Chrisostomus (revera Origenes)

 

singuli (effacement du sens distributif)

πάντες

CLC2d5.11

Athanasius

 

societas

ϕιλανθρωπία

CMT26d7.14

Dionysius

communionem (Sarracenus)

solamen

παράκλησιν

CLC2d9.13

Photius (grecus)

 

solitudo

μόνωσις (ἡ ἐρημία καὶ ἡ…)

CMT14d5.3

Chrysostomus

= Burgundio

spem

προσδοκίαν

CMC

Chrysostomus

expectationem {vel opinionem [perpera]} (Burgundio)

spiritus

γνώμῃ

CMC2d3.12

Theodorus Mopsuestenus (Chrysostomus pseudo)

 

sponsus

ἀνδρός

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

statua

ἀνδριάντα

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

statua = Rufin

stupor

ἔκστᾰσις

CLC24d2.18

Nicetas Heracleensis (grecus)

 

stuporem

θαῦμα

CLC2d13.16

Ioannes Geometra = Nicetas

 

subicio

δουλεύω

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

sublimen

ὑψηλή

CMT4d8.10

Chrysostomus

excelsa (Burgundio)

substantia

περιουσίᾳ

CLC6d5.6

Basilius

 

substantia

οὐσίαν

CLC2d14.11b

Cyrillus

 

suggero

πείθω

CLC4d3.18

Maximus Confessor

 

suggero

ὑποτίθεται

CLC2d13.28

Nilus (grecus)

 

superbirent

μέγα φρονῶσιν

CMC4d5.3

Chrysostomus

 

supervacaneum

περιττὸν

CLC2d14.11b

Cyrillus

 

suscipere

ἀναδέχομαι

CLC23d8.5

Evagrius Ponticus (grecus)

 

suspicio

ὑπόνοια

CIO10d4.19

Chrysostomus

 

synecdoche

σύλληψις

CMT26d3.16

Hieronymus

 

synecdochen (per)

συνεκδοχικῶς

CLC12d7.5

Theodoretus Cyrensis

 

temporalem

σωματικῆς

CMC

Chrysostomus

 

terminate

ὡρισμένως

CLC6d5.19

Damascenus

determinate

testa

ὀστράκον

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

tractare composer un ouvrage

συγγραψάντων 

CMC

Chrysostomus

 

tranquillitatem

ἀταραξίαν

CMT

Chrysostomus

 

transgressione

παράδοσιν

CMC

Chrysostomus

 

transitiva

παραδικὴν

CLC1d11.13

Basilius

 

triumphos

τρόπαια

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

om. = Rufin

turbatio

τᾰρᾰχή

CLC24d2.18

Nicetas Heracleensis (grecus)

 

turpiter

ὕβρει

CLC23d10.1

Photius (grecus)

 

ululare

θρηνεῖν

CMC

Chrysostomus

 

venenum

κώνειον

CMT5d16.7

Chrysostomus

 

venia

ἀφέσισν

CLC1d37.2

Chrysostomus

 

veraciora exemplaria

ἀκριβῆ ἀντιγράφων

CLC8d6.2

Titus

 

veraciter

γνησίως

CLC3d3.10

Maximus Confessor

 

verbum

ῥῆσιν

CMC

Chrysostomus

 

vertex

κορυφαῖος

CMC

Chrysostomus

 

vertices

κεϕαλάς

CLC4d1.8

Chrysostomus

 

verus (interpres)

ἀξιόπιστος

CLC1d10.16

Photius (grecus)

 

videor

εὑρίσκω

CLC6d1.6

Epiphanius

 

vilis, vilitas

εὐτελὲς

CIO19d7.2

Chrysostomus

 

violentum

δεινὸν

CLC9d12.21

Chrysostomus

 

viriliter

γενναίως

CMC

Chrysostomus

 

virtus

ἀρετή

CLC1d4.17

Chrysostomus in Io.

Burgundio

virtus

ἀρετή

CLC3d3.13

Cyrillus

 

visio

θέα

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

visitationem

ἐπισκοπὴν

CLC1d27.4

Chrysostomus

 

vix

Δύσκολοσ

CLC18d5.1

Theophylactus

 

vocabulum, sententia

λέξις λέξιν

CMC

Chrysostomus

 

 [1]  La CA remplace systématiquement enigmatice par occulte.

 [2]  La CA remplace systématiquement enigmatice par occulte.

Ratio brevis editionis Catenae aureae electronicae

Ratio brevis editionis

Martin Morard

(version du 1.2.2021)

 

Nous résumons ici les principes généraux de l’édition qui sont justifiés en détail dans notre Introduction générale (à paraître)

Pour citer notre édition :

Thomas de Aquino, Catena aurea, ed. Morard et coll., CNRS, 2021, CMT2d1.4 (Chrysostomus) [https://gloss-e.irht.cnrs.fr, version du 5.1.2021]

Pour citer une note de notre édition :

Fabio Gibiino, « Note sur CMT2d1.4 » in : Catena aurea, ed. Morard et coll., CNRS, 2021.

Chaque note d’apparat est signée par les initiales datées des collaborateurs qui ont participé à sa rédaction

ADL = Adele Di Lorenzo

ACB = Anne-Catherine Baudoin

CGC = Carmelo Giuseppe Conticello

FG                    = Fabio Gibiino

MM = Martin Morard

MOB                = Marie-Odile Boulnois

VS                     =Véronique Somers

Une astérisque après la signature – [FG2013]* – indique que le travail a été validé au moins par un autre membre de l’équipe

Etablissement du texte de la Catena

  • La Catena aurea electronica est une édition scientifique qui a l’ambition de restaurer le texte médiéval de la Catena aurea diffusé par exemplar et pecia dans le but de donner à lire le texte reçu par le plus grand nombre.
  • Le texte de base de la Catena est celui de l’édition Marietti (Angelico Guarienti, Turin 1953, sigle Ed1953), copié à partir du Corpus thomisticum (version 2012) révisé sur la version papier, à l’exception de la ponctuation, des majuscules et des graphies.
  • Ce texte de base est progressivement collationné avec les manuscrits Li446-449.
  • En l’absence de déclaration de témoin, le texte procuré à titre indicatif est le texte de base (Marietti).
  • Pour chaque sentence éditée, la rubrique « Codd. » introduit l’énumération des témoins collationnés.
  • La signification des sigles des manuscrits est donnée dans  l’inventaire sommaire des manuscrits de la Bible avec commentaire (site Gloss-e, page Instrumenta).
  • Les éditions sont désignées par leur date de publication précédée du signe Ed (Ed1470 = edition princeps, Rome, 1470). Pour plus de détail, voir l’inventaire des éditions de la Catena.
  • En cas de divergence, l’accord de la source et de Linz entraîne la correction de la leçon Marietti.
  • Lorsque Linz diffère à la fois de la source et du texte de base, le texte est collationné sur autant de manuscrits que nécessaire pour obtenir un accord majoritaire qui justifie la correction critique du texte de base.
  • Le texte des éditions est collationné ponctuellement dans le but de comprendre à quel moment et dans quel contexte la Catena s’est écartée de sa version médiévale.
  • l’apparat positif, à gauche du crochet fermant, mentionne le lemme retenu. Nous n’énumérons les sigles des témoins qui attestent le texte retenu qu’en cas de collation ponctuelle d’un témoin ou lorsque la clarté de l’apparat l’exige. (Exemple : magister Li446 Ed1498] didascalus Ed1953)
  • l’apparat négatif, à droite du crochet fermant, indique les leçons variantes rejettées et les sigles des témoins qui les attestent. (Exemple : magister Li446] didascalus Ed1953)

Présentation du texte

  • Chaque unité textuelle est composée de l’énoncé du lemme commenté (complet ou partiel, suivi ou non de « etc. ») précédé d’une clausule de transition (Sequitur, Unde sequitur, ), suivi de la déclaration de l’autorité source composée d’un nom d’auteur et parfois du titre de l’oeuvre) ; vient enfin la sentence proprement dite.
  • Chaque sentence est munie d’un identifiant unique dont l’attribution est fondée sur  la collation de l’incipit, explicit et du lemme attributif de chaque sentence de l’édition Marietti avec les manuscrits Linz 446, 447, 448, 449. En cas de divergence, le texte  a été établi après confrontation avec les autres témoins manuscrits de la tradition médiévale du texte (texte ‘universitaire’) et les éditions imprimées (voir apparats).

exemple : CMT1d1.1, CMC2d2.2, CLC3d3d3, CIO4d4.4

  • Le découpage en « distinctions », est, sauf avis contraire, celui de l’édition Marietti. Il correspond – non sans exceptions – au découpage du lemme biblique reproduit en gros modules dans la plupart des manuscrits de la Catena qui ont adopté une mise en page glosée (texte biblique en gros module formant « îlot » sur un côté de chaque colonne). Les manuscrits ne numérotent jamais ces divisions, ni ne leur donnent de nom. Nous les qualifions de « distinctions » selon l’usage médiéval attesté dans les manuscrits de la Grande Glose de Pierre Lombard qui adoptent le modèle d’Herbert de Bosham. Ces divisions, constantes dans l’immense majorité des témoins, sont dues à Thomas lui-même qui dégage la structure du texte évangélique. Le plus souvent ‘muettes’, c’est-à-dire non explicitées, elles sont exceptionnellement introduites par des gloses de transition, d’origine thomasienne ou patristique, qui rendent raison des évolutions de la structure du texte évangélique, mais elles ne sont pas comparables avec la divisio textus des postilles scolaires. Elles ne correspondent pas aux péricopes liturgiques de la liturgie dominicaine d’Humbert de Romans, ni à celles des chaînes grecques utilisées.

Nota : Le terme de  « leçons » est absent de toutes les éditions de la Catena. Il est à bannir, notamment à cause de sa connotation liturgique et scolaire, totalement étrangère au contexte de la Catena.

  • guillemets « … » : réservés aux citations littérales identifiées à l’intérieur d’une sentence.
  • astérique à la suite d’un appel de note = corrections apportées au texte de base.
  • astérique à la suite d’un sigle = leçon de première main corrigée ; par ex. Li446* (cancel.)
  • ² après un sigle (Li447²) = leçon de seconde main
  • astérique après un appel de note indique les principaux cas où le texte de l’édition Guarienti (Marietti Ed1953) a été corrigé.
  • petites capitales: lemme biblique commenté
  • [1] [2]: numérotation des éléments d’une sentence composite.
  • [a] [b] [c] [d] [e] => sentence => [b] [a] [e] [c] [d] Quand l’ordre du texte de la sentence diffère de celui de la source, chaque section déplacée de la source est numérotée par une lettre de l’alphabet entre crochets reportée dans le texte de la sentence. L’ordre alphabétique correspond à l’ordre des éléments de la source. L’ordre du texte originel est signalé par des lettres entre crochets carrés insérées dans le texte de la source en apparat 
  • Pour les références bibliographiques complètes, se reporter au tableau général des sources (Gloss-e.irht.cnrs.fr : Instrumenta / Auctores in apparatibus fontium allegati)
  • <Fons>  : introduit l’analyse des sources latines
  • <FonsG>  : introduit l’analyse des sources traduites du grec pour la Catena
  • <Nota> = commentaire sur la source
  • <Non hab.> : Non inveni(tur) ab editore in operibus laudatis
  • <Loci paral.>: lieux parallèles dans les autres œuvres de Thomas d’Aquin.
  • <potius quam> : source alternative proposée, bien que moins pertinente.

Mise en forme du texte des sources

Litteris italicis exaratis: voces expositionis in fontibus non repertae

Litteris semi capitalibus exaratis : voces vel lemma expositionis e Textu biblico litteraliter reassumptae

Litteris spissis exaratis: voces fontis litteraliter in expositione assumptae

Litteris sublineatis exaratis: voces fontis in expositione mutatae

Litteris rubris spissis exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptaec et in expositione assumptae

Litteris sublineatis exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptae, sed in expositione mutatae

Litteris rubris exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptae, sed in expositione ommissae

  • italiques(texte édité): lexèmes propres au texte édité, non attestés par le texte des sources.
  • gras(sources) : mots identiques dans le texte de la source et dans le texte édité
  • souligné (sources) : mots légérement différents dans la source et dans le texte édité (modifications morphologico-syntaxiques  
  • quand la sentence puise sa source dans la tradition directe de l’autorité désignée
  • quand la sentence vient de la tradition indirecte de l’autorité désignée par le lemme attributif (chaînes, gloses, recueils de sentences, commentaires, etc.)  :
  • noir simple : toute expression propre au caténiste ou glossateur, omise par le texte édité
  • noir gras : = toute expression propre au caténiste ou glossateur, reprise dans le texte édité
  • grenat gras: lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), expression commune au texte édité, à sa source directe (tradition indirecte de l’autorité déclarée) et à sa source indirecte (tradition directe de l’autorité déclarée)
  • grenat maigre souligné: lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), toute expression commune à la tradition directe et indirecte de l’autorité source, mais modifiée dans le texte édité
  • grenat maigre : lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), toute expression commune à la tradition directe et indirecte de l’autorité source, omise par le commentaire édité
  • Les identifications de sources qui figurent entre accolades {…} – par exemple : In Matheum. {tract. 34} –  sont des données provisoires, non vérifiées, empruntées à des éditions anciennes de la Catena : incomplètes, parfois erronées et souvent obsolètes, elles sont appelées à disparaître.

Les sources grecques

Le texte des sources grecques identifiées est reporté en apparat selon les même principes que les sources latines.

Lorsqu’une source a fait l’objet d’une édition imprimée ou numérisée, nous le reprenons à l’identique.

Lorsque la source est inédite (chaînes grecques, écrits inédits), nous éditons le fragment qui permet de rendre compte de la traduction et de l’excerption de la Catena.

Le texte est établi et normalisé selon les principes suivants :

– notre premier objectif est de donner à lire des textes complets et référencés. A l’échelle de la Catena le travail est considérable et implique de nombreux ajustements successifs en raison de la multiplicité des sources et des intervenants. L’homogénéité et l’uniformité sont des objectifs lointains.  

– graphies : Δαυῒδ et non Δαβῒδ

– majuscules : aucunes majuscules, sauf après les ponctuations fortes : points bas, points haut, points points d’interrogations, noms propres de lieux et de personnes. (révision en cours)

– ponctuation : pas de virgule avant les conjonctions de coordination et les prépositions, sauf pour détacher une proposition

– accents : accent aïgu sur la dernière voyelle accentuée des oxytons suivis d’une ponctuation, même virgule.

Graphies latines et développement des abréviations

  • La ponctuation de tous les textes transcrits par nos soins est de notre fait.
  • Les textes grecs ont été normalisés selon les usages contemporains de l’édition scientifique des sources byzantines du 11e et 12e siècle. Ne sont donc pas signalés les iottacismes et iota ascrits des chaînes grecques.
  • Les graphies latines modernes de Ed1953 (Marietti) ont été partiellement conservées ou sont en cours de normalisation selon les principes exposés dans le site Gloss-e (voir Index graphiarum) afin de faciliter le repérage à partir des moteurs de recherche électroniques du site gloss-e.irht.cnrs.fr.
  • La consonne v est distinguée de la voyelle u ;
  • j est toujours transcrit i ;
  • les diphtongues ae, oe ont été transcrites e (Mattheus), sauf en cas de risque de confusion : aeris,

Sauf exceptions signalées en notes :

  • « in homel’ » (lemme attributif) est développé par «  in homeliario » conformément à ce qu’écrivent en toutes lettres les manuscrits du prologue (CMTprol.7)  (As115 Li446 Li447 Li448 Li449) ; Ed1470 écrit tantôt « homelia », tantôt « homeliario
  • « sig.at » a été presque toujours développée par « significat » par les éditeurs anciens de Thomas et par ceux de ses sources. Pourtant il faut souvent restituer « signat ». Nos interventions en ce sens sont signalées en apparat.
  • « q. d. » est développé par « quasi dicat » en l’absence de contreindication.
  • Nous écrivons de façon normalisée rons notamment: Bethleem, Chrysostomus, Ephrata, Haymo, Hierosolyma, Ioannes, diabolus, Glossa, Hieronymus, Iesus, Isaias, Marcus, Sion, temptatio, mihi, nihil, etc.  
  • Quelques graphies observées dans les témoins manuscrits :

Ed1937 écrit : Esayas, Sion, etc.

Na écrit : Alchuinus, locutus, LuchasMattheus, Ystoria, Ysaias, haut, Iohannes, Ieronymus,

La88 écrit :  Archa, Alchuinus, inicium, loqutus ;

Li446-449 : arcana, nephas, Aymo, calciamenta , Crisostomus, Bethleem , calciamenta dyabol-, Iohann, Syon, nephas,  temptatio-, nichil, etc.

Li446 écrit :, Bethleem, , dyabolus, Esichius, Glosa, Helyas, Ierosolyma, Ieronimus,  implere, ymago, Ysaias, ystoria, ydoneus, Ydumea, Ihesus, Mattheus, Marchus, misterium, cotidie, etc.

Li447 écrit : Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), , implere, ymag-, Ysaias, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, cotidie, Symon, , etc.

Li448 écrit : arcana, calciamenta, Crisostom-, dyabol-, Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), Iohann-, implere, ymag-, Ysaias, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, nichil, cotidie, Symon, Tytus, etc.

Li449 écrit : catechuminus , Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), implere, ymag-, Ysaias, Ysayas, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, cotidie, Symon

Le rubricateur écrit :

« Grig’ » pour Gregorius ; v. g. f. 95ra etc.

« Theophylacius » parfois pour Theophylactus ; v. g. f. 117rb

« Grisous » ou « Crisous » pour Chrysostomus ; v.g. Li446, f. 12rb

Arag2 écrit : glosa, Ieronimus, Chrysostomus, Matheus, solicitudo, etc.

Texte biblique

  • On distingue dans le texte et les manuscrits de la Catena trois types de lemme évangélique. Le même passage des évangiles peut y être répété trois fois :
  1. lemma adiunctum ou lemme ajouté : texte biblique principal reproduit en gros module formant îlots sur le côté gauche de la colonne (mise en page glosée parisienne) ou, exceptionnellement sur le côté droit de la colonne (mise en page italienne). Le début de ces sections correspond à celui des sections de la Catena (« divisions » ou « distinctions »), appelées aussi improprement lectiones[1]. Leur étendue ne correspond pas à celle des péricopes évangéliques de la liturgie dominicaine d’Humbert de Romans. Les leçons d’un manuscrit provenant de ces unités textuelles spécifiques sont désignées par le sigle du manuscrit suivi d’un arobase @ (=ad<junctum>)
  2. lemma coniunctum ou lemme conjonctif : texte biblique principal intercalé in entre les sentences de la Catena, parfois souligné, parfois dans un module différent. L’apparat du texte les désigne par le même sigle que le texte propre de la Catena.
  3. lemma repetitum: mots du texte biblique commenté, répétés à l’intérieur des sentences ou à la fin de certaines. Ces lemmes de rappel peuvent avoir trois origines :
  4. le texte patristique cité : il s’agit alors (dans le cas des sources latines) de versions anciennes de la Bible ;
  5. la version de la Bible utilisée par Thomas d’Aquin, qu’il cite parfois de mémoire ;
  6. un rappel du lemme biblique principal (lemma coniunctum).
  • Le texte de la Catena préparé par Thomas ne se présentait probablement pas, à l’origine, sous la forme de livre glosé par lemme disjoint, mais plutôt par lemme conjoint, intercalé[2]. J’en veux notamment pour indice le fait que les marques de pièce de Li449 sont espacées en moyenne de 5 feuillets. Une pièce est ordinairement composée de 2 bifeuillets ou 4 feuillets. On peut donc supposer que le texte des pièces de la Catena soit était plus serré que celui des manuscrits de Linz, soit ne comportait pas de texte biblique et que l’ajout de celui-ci explique en partie le fait que l’écart entre deux marques de pièces s’explique non pas des cahiers de 5 feuillets, mais par des pièces composées du texte de deux bifeuillets augmenté par l’ajout des îlots bibliques.
  • Le texte des évangiles commenté par l’auteur de la Catena est donc celui qui est intercalé dans le texte même de la Catena, introduit par des formules comme Unde sequitur… Unde dixit… . Ce lemme fait partie intégrante de l’antigraphe de la Catena, mais il a été ajouté en deuxième intention et partiellement glissé soit entre les sentences, soit à l’intérieur de celle-ci, comme l’indiquent certaines répétitions qui font doublet. Ce texte est parfois lacunaire ; Thomas l’utilise comme tissu conjonctif pour associer les sentences dans le continuum qui justifie sont titre de « chaîne ». A la différence des postilles bibliques où le lemme conjoint est drastiquement abrégé (catchwords) et ne permet pas une véritable reconstitution du texte biblique commenté directement par l’auteur, le lemme conjoint de la Catena permet une reconstitution d’environ 75 à 80 % du texte utilisé par Thomas. C’est probablement au moment de la diffusion parisienne de l’œuvre, par exemplar et pecia, que le texte biblique en gros modules (lemme adjoint) formant « îlots » sur la page, a été ajouté au texte de la Catena, par groupes de versets formant péricopes, selon le modèle des mises en pages des livres bibliques glosés du 12e siècle, dans l’intention de substituer la Catena à la Glose ordinaire des évangiles et pour faciliter le repérage des passages. L’introduction de la disposition glosée en îlots impliquait un redoublement du lemme conjoint. Le texte biblique se trouve donc avoir été copié une première fois dans le texte même de la Catena sous la responsabilité éditoriale directe de Thomas, et une seconde fois dans les îlots, pour faciliter le repérage, à l’initiative des éditeurs-copistes. Ce redoublement a incité les copistes à abréger souvent par suspension ou par « etc. » le lemme conjoint intrinsèquement lié à la version initiale de la Catena. On constate ainsi dans As115 (CMT), contemporain de Li446-449 et parisien comme lui, mais copié sans lemme disjoint, que le lemme biblique principal, intercalé, est moins abrégé que dans Li446 (CMT) où le lemme principal est doublé par les îlots.
  • Le texte biblique ajouté dans les manuscrits de la Catena n’a pas été reproduit dans notre édition au début de chaque leçon. La collation intégrale du lemme ajouté aux quatres manuscrits de l’ensemble de Linz (Li446 à Li449) a été effectuée sous notre direction en 2017 par Fabio Gibiino. Nous la révisons et complétons au fur et à mesure de la collation de nouveaux manuscrits. On se référera pour en avoir connaissance à notre édition de la littera communis de la Vulgate médiévale publiée avec la Glossa ordinaria des évangiles. Nous éditons y procurons avec la Glose une version proche de la version universitaire parisienne, établie à partir de l’édition de la Glose ordinaire (Rusch Strasbourg, 1481), collationné sur l’édition manuelle de la Vulgate (Weber), elle-même dépendante de la seule édition critique existante du Nouveau Testament latin (Oxford, Wordsworth). Les manuscrits Ω de l’Edmaior  de la Vulgate n’ont pas été pris en compte par l’édition d’Oxford, a fortiori ceux des bibles avec commentaires non plus. Leur collation, en particulier celle de la Bible de Saint-Jacques de Paris (ΩJ) et de celle de la Sorbonne (ΩS), auxquelles nous ajoutons ponctuellement la Bible ‘Porta’ de Lausanne (ΩL), est en cours. Les quelques sondages effectués, en particulier pour l’évangile de Marc[3] ne révèlent aucun lien nécessaire entre le lemme conjonctif et le texte d’ΩJ, datable du 3e quart du 13e siècle, probablement de la décennie 1255-1265[4]. L’équipe de Thomas n’a sans doute pas eu recours à une telle bible monumentale, pratiquement sans équivalent. Toutefois le texte biblique inséré dans celui de la Catena dans l’exemplaire de Linz447 (lemme disjoint) présente une parenté incontestable avec le groupe ΩJ Rusch Weber, alors que ΩS ΩL font bande à part. Est-ce à dire que Thomas disposait déjà d’un texte ΩJ en Italie ? L’avenir de la recherche le précisera. En revanche les leçons d’ΩS, témoin assez révélateur du texte commun en usage à cette époque,  semblent se retrouver plus souvent dans le lemme conjonctif de la Catena. Nous pensons plutôt que c’est lors de la confection de l’exemplar parisien, entre 1268 et 1272, que le lemme disjoint associé à la Catena a été établi sur un modèle de type ΩJ. Il semblerait donc que pour les évangiles, le modèle parisien ‘Sorbonne’ (type ΩS) ait évolué, peut-être sous l’influence de la diffusion de la Catena, vers un modèle parisien ‘Jacobin’ dont le succès est attesté par le fait que nombre de  ses leçons ont été conservées jusque dans le texte imprimé de la Bible à 42 ligne (Mayence Ed1455) et l’édition de la Bible glosée de Strasbourg (Rusch, 1480), proches mais non directement dépendants. Quant à la qualité critique de ce texte elle se déduit ictu oculi à chaque fois qu’il coïncide avec l’édition critique de Wordswoth-Weber. Il est possible qu’il en aille différemment pour la Catena sur Jean.

[1] Les manuscrits et Ed1470 ne leur donnent pas d’autre signe distinctif qu’un pied de mouche. A partir de la Piana – Ed1570 –  les éditions les distinguent par un numéro d’ordre alphabétique ou numérique.

[2] Voir par exemple. Assise, Sacro Convento, cod. 115 [sigle As115], que nous datons codicologiquement avec Patricia Stirnemann des années 1260-1275 (sic). La datation du 14e siècle proposée par C. Cenci dans le  catalogue des manuscrits d’Assise est beaucoup trop approximative; cf. C. Cenci, Bibliotheca, I, p. 140, nr. 121.

[3] Mc. 10 collationné sur ΩL ΩS ΩJ Li447 (texte biblique) Rusch Weber.

[4] C’est par pétition de principe que cette bible est parfois datée d’avant 1256 (Chapitre général dominicain interdisant l’usage du correctoire dit « de Sens »).

Bibliographie de la Catena aurea

Citer ce billet : Martin Morard, "Bibliographie de la Catena aurea", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2546, version du 20/01/2022.

Les éditions

Les éditions imprimées de la Catena aurea

Contexte général

 

Torrell (Jean-Pierre), Initiation à saint Thomas d’Aquin : sa personne et son œuvre, Fribourg-Paris, 2e éd. revue et augmentée d’une mise à jour critique et bibliographique, Ed. Universitaires de Fribourg / Cerf, [1993] 2002 (Vestigia, 13), p. 202-205, 495-495.

Etudes

Andrée (Alexander), Sharp (Tristan), Shaw (Richard), « Aquinas and ‘Alcuin’ : a NewSource of the Catena aurea on John », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 83/1 (2016), p. 3-20. [L’autorité déclarée sous le nom d’« Alcuinus » par Thomas d’Aquin dans la Catena in Io. est en fait « Anselmus » de Laon, dans les Glose super Iohannem, source principale de la Glose ordinaire sur Jean]

Bataillon 1974 : Bataillon (Louis-Jacques), « Les Sermons de Saint Thomas et la Catena aurea », dans St. Thomas Aquinas 1274-1974. Commemorative Studies, t. 1, Toronto, Pontifical institute of mediaeval studies, 1974, p. 67-75 (repris dans La prédication, ici n° 87).

Bataillon 1993 : Bataillon (Louis-Jacques),  « Saint Thomas et les Pères : de la Catena à la Tertia pars », dans Ordo sapientiæ et amoris’, image et message de saint Thomas d’Aquin à travers les récentes études historiques, herméneutiques et doctrinales : hommage au professeur Jean-Pierre Torrell o. p., éd. par Carlos-Josaphat Pinto de Oliveira, o. p., Fribourg (Suisse), éditions universitaires, 1993, p. 15-36.

Bataillon 1994F : Bataillon (Louis-Jacques),   « La diffusione manoscritta e stampata dei commenti biblici di San Tommaso d’Aquino », Angelicum, 71, 1994, p. 579-590.

Berceville 1988 : Berceville (Gilles), L’Expositio continua sur les quatre évangiles de saint Thomas d’Aquin (Catena aurea). Le commentaire de Marc. Etat de la question et projet de recherches, Mémoire de DEA (Diplôme d’études approfondies), dactyl., Université Paris IV, 1988, 47+7 p.

Borgo 2015 : Borgo (Marta), « I sermoni di Tommaso d’Aquino e la Catena aurea : uno status quaestionis alla luce dell’edizione Bataillon », Memorie Domenicane, 46 (2015), p. 553-579.

Combefis 1668 : Combefis (François), Prolusio ad praefationem apolegeticam in P. Nicolai editionem novam Catenae Aurae Divi Thomae ; accedunt ejusdem Combefis discussiones ad prolusionem brevius excussae, Paris, André Cramoisy, 1668. In 8° (olim Bibliothecae Regis D.239)

Combefis 1669 : Combefils,  Discussiones ad Prolusionem brevius excussæ, Paris, 1669.

Conticello 1990 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « San Tommaso ed i Padri: la Catena aurea super Ioannem », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 65 (1990), p. 32-92.

Conticello 1992 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Notes sur les centres médiévaux de connaissance de la patristique grecque avant la composition de la Catena aurea de Thomas d’Aquin (+1274) », Revue de la Société Ernest Renan, 41 (1991-1992), p. 11-26.

Conticello 2004 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Théophylacte de Bulgarie, source de Thomas d’Aquin (Catena aurea in Ioannem) », in : Philomathestatos : Studies in Greek and Byzantine Texts Presented to Jacques Noret for his Sixty-Fifth Birthday, éd. B. Janssens, B. Roosen, P. van Deun, Leuven-Paris-Dudley, MA, Uitgeverij Peeters en Departement Oosterse Studies, 2004, p. 63-75.

Conticello 2020 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission te oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249. [Status quaestionis des connaissances scientifiques publiées jusqu’en 2017. Conticello 2020 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission the oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249 [voir ici Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente] . 

De Rossi 1871 : De Rossi (Bernardo Maria), « Dissertatio quinta de expositione continua, quae appellatur Catena aurea, in quatuor evangelia deque operis pretio, textura et modo », $ in Thomae Aquinatis opera omnia iussu Leonis PP. XIII,  t. 1, Roma, 1882, p. CII[bis=CIII]-CXII.

Dondaine 1952 : Dondaine (Hyacinthe-François), « Les scolastiques citent-ils les Pères de première main ? », RSPT 36 (1952), 231-243.

Dozois 1963 : Dozois (C.), « Sources patristiques chez saint Thomas d’Aquin », Revue de l’université d’Ottawa 33 (1963), 28*-48* ; 145*-167*.

Dozois 1964 : Dozois (C.), « Sources patristiques chez saint Thomas d’Aquin », Revue de l’université d’Ottawa, 34 (1964), 231*-241*.

Dozois 1965 : Dozois (C.), « Sources patristiques chez saint Thomas d’Aquin », Revue de l’université d’Ottawa, 35 (1965), 73*-90*.

Kannengieser2006 : Kannengieser (Charles), Handbook of Patristic Exegesis, Leiden, Brill, 2006 : B, 10, XI: “Catenae: “Chains” of Biblical Interpretation”, p. 978-987.

Kannengieser2016 : Kannengieser (Charles), Commentaries, Catenae, and biblical  tradition: papers from the Ninth Birmingham Colloquium on the Textual Criticism of the New Testament in conjunction with the COMPAUL Project, ed. H.A.G. Houghton, Piscataway, Gorgias Press, 2016.

Mercati 1901 : Mercati (G.), «La versione antica delle omilie 9-25 ‘in Matthaeum’ di S. Giovanni Crisostomo fatta da Aniano», in Note di letteratura biblica e cristiana antica, Roma, 1901 (Studi e testi 5), p. 137-144.

Morard 1987 : Morard (Martin), « La lecture du récit de la tentation par saint Thomas d’Aquin (Catena aurea sur Mt 4, 1-11) », Séminaire du prof. Jean-Pierre Torrell, Université de Fribourg (CH), dactyl., 1987, 54+22 p.

Morard 1997 : Morard (Martin), « Une source de saint Thomas d’Aquin : le deuxième concile de Constantinople (553) », Revue des Sciences philosophiques et théologiques 81 (1997), p. 21-56.

Morard 2005 : Morard (Martin), « Thomas d’Aquin lecteur des conciles », dans ‘Ad un fine fur l’opere sue’ Miscellanea di studi per commemorare i trent’anni di permanenza della Commissione Leonina (OP) nel Collegio di S. Bonaventura (OFM) di Grottaferrata (1973-2003), Archivum franciscanum historicum, t. 98, 2005, p. 211-365.

Morard 2019 : Morard (Martin), « Pour une lecture panoramique de la Bible latine glosée. Le programme Glossae Sacrae Scripturae electronicae », Revue Mabillon, n. s., t. 30 (= t. 91), 2019, p. 209-225.

Morard 2020A : Morard (Martin), « L’Opus imperfectum in Matthaeum, source de la Catena aurea », dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2536.

Nicolai 1668 : Nicolai (Iohannis), [Honoratus a Sancto Gregorio],  In Catenam auream sancti Thomae et p. Nicolai editionem novam apologetica praefatio, Paris, Jacob Greu, 1658.

Nicolai 1668b : Nicolai (Iohannis), In Dissertationem de fictitio S. Thomæ græcismo summaria epistolaris Discussio, [1668 ?] [contre l’opinion de Bertrand Guyard OP qui soutenait que Thomas savais le grec].

Nicolai 1669 : Nicolai (Iohannis), In Catenam auream S. Thomæ opera et studio F. Johannis Nicolairecognitamconfixiones præsumptitiæ, per eumdem recognitorem ex professo refixæ seu verius discussæ frictiones, Paris, 1669.

Quétif-Echard 1719, t. 1, p. 326-330 : Scriptores ordinis praedicatorum, ed. J. Quétif, J. Echard, 2 vol., Paris, 1719.

Van Banning 1982 : Van Banning (J.),  « Saint Thomas et l’Opus imperfectum in Matthaeum », in : San Tommaso nella storia dell pensiero, Atti dell’VIII Congresso Tomistico Internazionale, Studi Tomistici 17 (1982), p. 73-85. [plusieurs affirmations de cet article concernant notamment la « littéralité » des sentences extraites de l’Opus imperfectum sont infirmées par le travail d’analyse critique des sources. Voir apparat de la CAE et notre note sur l’Opus imperfectum (Morard2020) ; sur les p. 74-76 voir les réserves de A. A. Robiglio, La sopravvivenza e la gloria. Appunti sulla formazione della prima scuola tomista (sec. XIV), Bologna, 2008 (Sacra Doctrina. Bibliotheca 53), p. 80-82].

Diffusion, réception et influences

Bataillon 1999 : Bataillon (Louis-Jacques), « Olivi utilisateur de la Catena aurea de Thomas d’Aquin», dans Pierre de Jean Olivi (1248-1298), pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Actes du colloque de Narbonne (mars 1998), éd. Alain Boureau et Sylvain Piron, Paris, Vrin, 1999, p. 115-120.

Hoerner 2008 : Hörner (Petra), Catena aurea deutsch : die ostmitteldeutsche Übersetzung des Katenenkommentars des Thomas von Aquin, Berlin, de Gruyter, 2008.

Vinzent 2012 : Vinzent (Markus), Meister Eckhart, «On the Lord’s Prayer». De oratione Dominica. Introduction, Text, Translation, and Commentary, Leuven, Paris, Walpole (MA), 2012, p. 1-97.

Masnovo 1906 : Masnovo (Amato), « La Catena aurea de s. Thomas d’Aquin et un nouveau codex de 1263 », Revue philosophique de Louvain, 50, 1906, p. 200-205 (à propos des ms. Parma, Biblioteca Palatina, palat. 1, CMT ; propose des reconstitutions textuelles hasardeuses).

Les chaînes avant la Catena

Paul Diacre :  Cyril Smetana, “Paul the Deacon’s Patristic Anthology” in The Old English Homily & its Backgrounds, Ed. Paul E. Szarmach and Bernard F. Huppé.  (Albany, NY: State University of New York Press, 1978), p. 75-97.

Chaîne de Cordier (Io.) : Cordier (Balthazar), Catena patrum graecorum in sanctum Iohannem, Antverpiae, 1630.

Chaîne de Cordier (Lc.) Cordier (Balthazar), Catena sexaginta quinque graecorum Patrum in S. Lucam, quae quatuor simul evangelistarum introducit explicationem, luce ac latinitate donata et ex aliis Patribus tam graecis quam latinis suppleta et annotationibus illustrata, Antverpiae, ex officina Plantiniana B. Moreti, 1628, in-fol., 633 p.

Jacob (André), « La réception de la littérature byzantine dans l’Italie méridionale après la conquête normande. Les exemples de Théophylacte de Bulgarie et de Michel Psellos », in : Histoire et culture dans l’Italie byzantine. Acquis et nouvelles recherches, Rome, 2006.

Lamb (William R. S.), The “Catena in Marcum” : A byzantine anthology of early commentary on Mark, Leiden, Brill, 2012  (Texts and Editions for New Testament Study)

 

 

 

Catalogue des sources identifiées de la Catena Aurea. Notes d’orientation provisoires

Martin Morard, dernière mise à jour 22 janvier 2021

Avertissement1

1.Auteur – Titre de l’œuvre (date de rédaction)3

2.*Ambrosius Mediolanensis – Epistulae extra collectionem traditae (date de rédaction)4

3.Chrysostomus latinus4

4.Chrysostomus – [commentaires de l’évangile de Matthieu] (Constantinople – 4e s.)5

5.Chrysostomus – Homiliae in Matthaeum (Constantinople – 4e s.)7

6.Chrysostomus (pseudo) – Opus imperfectum in Matthaeum (Italie, 5e-7e s.)10

7.*Chrysostomus – De Baptismo Christi (Constantinople – 4e s.)16

8.Glossa ordinaria (11e-13e s. )17

9.Gregorius Magnus – Moralia in Iob17

10.*Gregorius Nazianzenus (c. 345 – 410)18

11.*Gregorius Nazianzenus – Carmina19

12.*Gregorius Nazianzenus – Epistulae20

13.*Gregorius Nazianzenus – Orationes21

14.*Iulius Africanus – Epistula ad Aristidem23

15.Origenes – Homeliae ex variis locis23

16.Origenes – Homeliae in Ioannem23

17.Origenes – Commentarii in Mattheum. [notice en cours de construction]24

18.Origenes – Homeliae in Lucam [notice en cours de construction]25

19.Origenes – Scholia in Lucam [notice en cours de construction]25

20.*Paschasius Radbertus – De assumptione sanctae Mariae uirginis (790-865)26

21.*Petrus Alphonsi – Dialogus contra Iudeos (1100-1140#)27

22.Rabanus Maurus – In Mt. (780 – 856; 821-822 )[notice en cours de construction]28

23.Theophylactus – Enarratio in Evangelium Marci (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]29

24.Theophylactus – Enarratio in Evangelium Lucae (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]30

25.Theophylactus – Enarratio in Evangelium Ioannis (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]31

26.Thomas de Aquino – [Loci paralleli] (1250-1274)[notice en cours de construction]32

27.Thomas de Aquino – [Glossator : sentences personnelles dans la Catena] (1261-1272)[notice en cours de construction]32

Avertissement

  1. Je publie ici peu à peu les notes de travail accumulées au cours du travail d’édition concernant les sources de la Catena aurea.
  2. Ces notes n’ont aucune prétention encyclopédique. Elles informent le lecteur de l’état concret de nos connaissances d’éditeur, forcément limitées, partielles et évolutives.
  3. Nous n’indiquons que la bibliographie effectivement utilisée. Sur les auteurs eux-mêmes, il a paru inutile de répéter des informations bio-bibliographiques auxquelles tout le monde a désormais accès sur la toile. Nous ne citons que ce qui a effectivement été utilisé. Révélant par le fait même nos ignorances et nos lacunes, nous voudrions faciliter la tâche de ceux qui auront à prendre le relai.
  4. Concernant les sources de la Catena, notre méthode d’analyse et de présentation des sources, le point de vue historique général, la révision du texte, les instruments de fouilles de données numériques ainsi que la nécessité de recourir souvent aux manuscrits, même dans le cas de sources éditées, ont obligé à reprendre ab ovo le dossier de chaque source. Les moyens modernes dont nous disposons permettent d’identifier directement les textes de manière plus rapide, plus cohérente et plus homogène qu’en recourrant à une documentation secondaire difficile d’accès, dispersée, souvent sybilline et finalement incomplète. Il a donc paru inutile d’alourdir la présente édition par l’accumulation de références à des identifications opérées de ci de là, partielles, inexactes ou incomplètes. La vérification et la citation de ces références s’avère être un fardeau plutôt qu’une aide pour l’histoire critique du texte et l’avancée de l’édition. Font exception cependant l’identification précise faite par G. C. Conticello des sentences attribuées à Théophylacte dans l’édition Marietti, ainsi que le travail pionnier de Jean Nicolaï (Ed1657). Dans ces deux cas, qu’il a cependant fallu vérifier, corriger et compléter ponctuellement, les indications fournies ont permi utilement à l’édition de progresser.
  5. Le présent catalogue donne accès – à la manière d’un index des sources, progressivement alimenté et souvent corrigé – aux informations et observations réunies de première main au fil du travail d’édition de la Catena concernant :

1°les textes cités par Thomas, identifiés dans l’apparat des sources de la Catena aurea electronica ;

2° la façon dont la Catena cite et exploite ses sources

  1. Les sources de la Catena doivent être étudiés sous deux angles complémentaires .
  2. Le premier est celui des autorités déclarées auxquelles Thomas associe explicitement chacune des 12834 sentences de la Catena aurea par le moyens de rubriques, appelées « lemmes attributifs » par les spécialistes des gloses et chaînes.
  3. Le second angle d’approche est celui des auteurs identifiés par la critique historique (les références bibliographiques aux sources identifiées dans l’apparat des sources) à l’arrière plan des sentences de la Catena.
  4. Autorités déclarées et auteurs identifiés ne concordent que partiellement. Alors que les secondes sont le reflet de la culture de l’éditeur, les premières permettent d’évaluer la culture acquise du Glossateur. Plus précisément, elles ont valeur de jugement final d’attribution et sont, en tant que telles, les conclusions du travail théologico-critique effectué par Thomas et ses collaborateurs pour attribuer les textes cités. Ce travail diffère de celui de l’éditeur moderne. Il ne s’agit pas en effet, chez Thomas Glossateur, de la mise en œuvre d’un jugement historico-critique effectué dans le cadre d’une démarche positiviste. Il s’agit plutôt d’associer à des « autorités certifiées » les expressions langagières forgées pour expliciter le Texte scripturairedans une démarche théologique qui s’appuye sur une enquête bibliographique et bibliothéconomique : les sentences. Les individus auxquels renvoient les lemmes attributifs ne sont pas les rédacteurs purs et simples de ces sentences. Celles-ci qui sont la dernier état, reconstruit, d’un héritage reçu. Dans le système théologique de la Sacra Pagina, le retour aux originalia n’est pas incompatible avec l’intégration de l’apport de la tradition indirecte et du travail rédactionnel du glossateur. Autrement dit, le Glossateur qualifie, certifie et valide les sentences en les associant aux hypostases-repères de l’héritage chrétien, constitutifs de la Sacra Pagina. On ne saurait même pas dire que ces autorités coïncident avec la notion de « Pères de l’Église » forgée par l’usage moderne dans le contexte des controverses de la fin du Moyen Âge et de la Réforme. C’est la réception par le théologien glossateur qui fait l’autorité du texte dans la mesure où il prend la responsabilité de déclarer ce texte conforme au consensus fidei; les auteurs des lemmes attributifs ne sont pas qualifiés de « pères » parce qu’ils ne sont pas tous évêques ou pasteurs, ayant exercé par fonction pastorale le rôle spécifique de la Paternité dans l’Église : l’engendrement spirituel au salut par l’action pastorale et sacramentelle.
  5. Un même « auteur identifié » par la critique moderne des textes peut avoir été associé intentionnellement par Thomas à plusieurs lemmes attributifs non seulement parce que Thomas en a eu connaissance à partir de documents différents, mais aussi parce qu’il juge devoir attribuer à telle sentence une validation qualitativement différente. Une grande part de ces attributions aberrantes sont dues à des accidents de fabrication de la Catena, des Gloses et chaînes en général, mais d’autres sont aussi l’indice d’une intention. Cette remarque concernent en priorité les sentences qualifiées de « gloses » puisque Thomas leur attribue explicitement un moindre degré de certitude. Dans le cas des sources greques citées à partir des chaînes – soit la totalité des sentences traduites du grec dans la CMC et la CLC – Thomas ignorait souvent qui il citait réellement. L’édition critique fait surtout ressortir à la lumière des réemplois de textes dont Thomas n’avait pas conscience, ‘blanchis’ ou détournés – selon les cas – pour être attribués à des autorités différentes sous le couvert desquelles elles ont diffusé.

Structure d’une notice type :

*  source traitée intégralement dans la CAE

# : information à vérifier ou compléter

 

 

2.       *Ambrosius Mediolanensis – Epistulae extra collectionem traditae (date de rédaction)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires : CPL 0143

langue source : latin

éditions

Ambrosius, Epistulae extra collectionem traditae, CSEL 82/3

B. La Catena

lemme attributif : Ambrosius. In epistolis.

nombre de nombre de sentences attribuées : [1]

status quaestionis

Cette unique sentence a été ajoutée par les éditeurs de la Piana (Ed1570), sans attestation dans la tradition manuscrite authentique de la Catena.

sentences identifiées

Ambrosius, Epistulae extra collectionem traditae, ep. 14, § 109-111, CSEL 82/3, p. 293.1122-294.1156 = CIO19d8.1bis

 

3.       Chrysostomus latinus

A. L’œuvre et sa transmission

langue source : latin traduit du grec et latin

note d’orientation

Les lemmes attributifs de la Catena renvoient à un corpus textuel latin composite, placé sous l’autorité de Chrysostome par Thomas d’Aquin mais inégalement attesté en grec et plus inégalement encore fondé sur des sources chrysostomiennes authentiques. On distinguera :

a. Chrysostome latin traduit à partir des œuvres authentiques de Chrysostome

Les homélies authentiques sur Matthieu traduites en latin par Burgundio de Pise (+1094) et Anianus (4e s.) et les homélies surJean traduites par Burgundio. Ces traductions ont été ponctuellement corrigées et retraduites dans la Catena par Thomas, puis retravaillées par ses éditeurs modernes. Pour cette raison, l’hypothèse du recours à Anianus avancée par G. Mercati doit être réexaminée : les interpolations par la traduction d’Anianus semblent être le fait des éditeurs et non de Thomas. La compréhension du travail effectué par Thomas passe par la restauration du texte médiéval de la Catena.

Voir ici Chrysostomus – Homeliae in Matthaeum ; Chrysostomus – Homeliae in Ioannem.

b. Chrysostome latin partiellement traduit à partir d’œuvres authentiques

  1. Plusieurs collections ‚mixtes‘ associent des homélies authentiques traduites avec des homélies sans texte grec connu. Thomas dépend indirectement d’une des plus diffusées de ces collections, la collection dite des 38 homélies (alias collection Wilmart) dont il cite l’homélie 10 à partir d’un homéliaire de la famille de celui d‘Agimond“ ou d‘Alain de Farfa.
  2. Voir ici Chrysostomus – De proditione Iudae

c. L’Opus imperfectum in Matthaeum

  1. L’attribution de ce texte d’origine arienne à Chrysostome, sans doute pour le préserver de la censure, a conduit le Moyen Âge à le recevoir comme une œuvre authentique. Voir ici Chrysostomus (pseudo) – Opus imperfectum

d. Chrysostome latin traduit pour la Catena à partir des chaînes grecques

  1. Thomas déclare, dans le prologue commun à la CMC, CLC et CIO, avoir fait traduire certains commentaires grecs à l’intention de ce travail. Les œuvres ainsi désignées sont deux chaînes grecques majeures, jamais traduites auparavant et quelques autres textes dont nous reparlerons en leur lieu. Les sentences de la CMC et de la CLC attribuées à Chrysostome sont la traduction de scholia extraits de ces deux chaînes.
  2. Dans la CMC, toutes les nombre de sentences attribuées à Chrysostome sont des traductions d’extraits de la première recension de la chaîne grecque dite de Victor d’Antioche sur Marc [CPG C125.1] dont nous avons établi le texte à partir du ms. Vat. grec. 756, témoin du 12e copié en Sicile. Nous avons indiqué les principales variantes de ce manuscrit par rapport au texte de l’édition Matthei, établie à partir de manuscrits conservés à Moscou (C. F. Matthaei, Βίκτωρος πρεσϐυτέρου Ἀντιοχείας καὶ ἄλλων πατέρων ἐξήγησις εἰς τὸ κατὰ Μάρκον ἅγιον εὐαγγέλιον, Moscou, 2 vol., 1775, p. 2-122). La comparaison avec la seconde recension de la même chaîne éditée par Cramer [CPG C125.2] met en évidence l’usage par Thomas de la première recension.
  3. L’attribution à Chrysostome des sentences extraites de cette chaîne n’a pas de fondement dans les manuscrits grecs de la chaîne dont aucun n’est attribué à Chrysostome ; la plupart sont anonymes ; leurs scholia sont également anonymes (absence de lemmes attributifs). Le lien avec Chrysostome est donc imputable à l’esprit critique de Thomas qui a repéré des passages des homélies de Chrysostome sur Matthieu réemployés pour commenter Marc. Cependant, non seulement Chrysostome n’est pas le rédacteur du texte de cette chaîne ; non seulement la chaîne n’est pas faite uniquement de citations de Chrysostome ; non seulement une grande partie de la chaîne n’a pas de source connue, mais nombre de passages retenus par Thomas sont en fait des citations d’autres auteurs patristiques utilisés par le caténiste que Thomas et ses collaborateurs n’ont pas pu identifier. Il en résulte que maintes sentences ou expressions que la CMC a transmis sous le nom de Chrysostome ne sont pas de lui.

Voir ici Victor Antiochenus ( ?) – Catena graecorum patrum in Marcum.

  1. Toutes les sentences chrysostomiennes de la CLC sont traduites à partir des scholia grecs de la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur Luc. Quelques accidents de lemmes attributifs dus soit aux copistes de la chaîne de Nicétas, soit à ceux de la Catena ont entraîné çà et là l’attribution erronée de scholia d’autres pères à Chrysostome. Mais dans l’ensemble, les sentences de la CLC attribuées à Chrysostome sont extraites de textes du corpus chrysostomien authentique, plus ou moins retravaillés par Nicétas.

Voir ici Nicetas Heracleensis – Catena graecorum patrum in Lucam.

e. Spuria : les faux chrysostomiens.

  1. Hormis certaines homélies de la collection Wilmart et l’Opus imperfectum, Thomas ne cite pour ainsi dire aucun texte pseudo-chrysostomiens. Les éditions imprimées sourcées de la CMC (Ed1611 Ed1657) renvoient parfois à « Chrysostomus In Marcum hom. 10 » (CMC9d1.2). Cette homélie est en fait un sermon latin pseudo chrysostomien attribué par Dom Morin à Jérôme (CPL 594) : Iohannis Chrysostomi, In evangelium secundum Marcum et Lucam, ad Benedictum Prevotium, Parisiis, 1557, f. 15-18. Elle n’est la source d’aucune sentence de la Catena, pas plus que CPG 4646 (PG 61, 721). De nombreuses homélies attribuées à Chrysostome demeurent inédites (CPG 4898, CPG4900, CPG 5009, CPG5017, CPG5175.20 et passim), mais à ce jour, les sources de toutes les sentences chrysostomiennes de la Catena ont pu être repérées dans le corpus des œuvres reconnues.

éditions

  1. Se reporter aux notices de chaque œuvre.
  2. Accès à quelques éditions en ligne : https://www.digitale-sammlungen.de/index.html?c=autoren_werke&ab=Johannes%20[Chrysostomus]&l=en.

bibliographie

  • Wenk 1988 : Wolfgang Wenk, Zur Sammlung der 38 Homilien des Chrysostomus Latinus mit der Edition der Nr 6, 8, 27, 32 und 33, Wien, 1988 (Wiener Studien, 10)
  • Bouhot 1989: Jean-Paul Bouhot, « Les traductions latines de Jean Chrysostome du ve au xvie siècle », in Contamine Geneviève (éd.), Traduction et traducteurs au Moyen Âge. Actes du colloque international du CNRS organisé à Paris, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, les 26-28 mai 1986, Paris, 1989, p. 31-39.

 

  1. La Catena

lemmes attributifs : Chrysostomus / Chrysostomus in homeliario / Chrysostomus super Mattheum

La Catena désigne les sentences extraites de l’Opus imperfectum par le lemme « Chrysostomus super Mattheum ». Certaines sentences sont attribuées à « Chrysostomus » sans titre par les manuscrits de la Catena. Les éditeurs ont effacé cette particularité en complétant cette attribution par l’ajout – parfois erroné – de l’un des deux titres suffixes évoqués par le prologue de la CMT. En principe, dans la Catena, selon les indications données par Thomas, un lemme nominatif seul désigne le commentaire courant de l’auteur sur l’évangile commenté.

De fait, dans la CMT, Chrysostomus seul correspond presque toujours à des sentences extraites de l’Opus imperfectum et quelques fois seulement aux homélies authentiques de Chrysostome.

Dans la CMC, Chrysostome désigne la chaîne grecque de Victor d’Antioche, anoyme, que Thomas attribue globalement à Chrysostome qui en est effectivement la source intellectuelle principale.

Dans la CLC Chrysostome renvoie aux lemmes de la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur Luc.

 

4.       Chrysostomus – [commentaires de l’évangile de Matthieu] (Constantinople – 4e s.)

Répertoires

CPG 4424 ; CALMA, 2, p. 525, § 24.

note d’orientation

  1. Au moment où Thomas entreprend la Catena, le corpus des commentaires sur l’évangile de Mt. attribués à Chrysostome en Occident recouvre six ensembles documentaires :
  2. Les homélies sur Matthieu (Chrysostomus in homeliario / homeliis) sous trois formes distinctes :
  3. – 1.1 le texte grec des 90 homélies sur Mt. ;
  4. – 1.2 la traduction d’Anianus des 25 premières homélies (l’existence de la traduction du reste est supposée, mais n’a jamais été démontrée) ;
  5. – 1.3.la traduction des 90 homélies par Burgundio de Pise exclatée dans des manuscrits incomplets
  6. – 2. les homélies attribuées à Chrysostome dans les homéliaires latins
  7. – 3.1 les scholia grecs extraits des homélies et d’autres œuvresn diffusés dans les chaînes grecques sur Matthieu et d’autres livres bibliques – en commençant par les évangiles synoptiques – tantôt attribués à Chrysostome, tantôt non attribués ;
  8. – 3.2 s’y ajoutent, suite à la Catena, la traduction latine d’un partie des scholia mentionnés effectuées par les collaborateurs de Thomas et disséminés avec la Catena.
  9. Le commentaire sur Matthieu (Chrysostomus super Mattheum), appelé depuis l’époque moderne Opus imperfectum in Matthaeum ; il est considéré au Moyen Âge comme un commentaire continu de l’évangile de Matthieu, découpé en chapitre, distinct par sa fonction et sa structure des homélies découpées par péricopes.
  10. voir ici Chrysostome (pseudo) – Opus imperfectum in Matthaeum
  11. On sait par Vincent de Beauvais que la dispersion codicologique des homélies de Burgundio, l’incomplétude de la collection d’Anianus réduite aux 25 premières homélies, et la dispersion de la collection de l’Opus imperfectum, sans parler dees doutes sur son authenticité, créaient au sujet du corpus chrysostomien sur Matthieu un état de perplexité globale.
  • Vincentius Beluacensis, Speculum maius: Speculum historiale, 18, 42, ed. Douais, 1624: « De scriptis huius Iohannis, hoc tantum repperi […] Super Matheum in modum commentariorum libros duos [= Opus imperfectum, 2e groupe]. De hiis tamen dubito an sint Iohannis illius Crisostomi, licet ei ascribantur, an forte alterius Iohannis, nescio cuius, nam et inveniuntur alias omelie Iohannis Crisostomi super Matheum 90 que tamen raro inveniuntur omnes simul sed tantum 25 que et apud nos sunt. Item super *Iohannem omelie LXXXVIII ».
  1. Ces rappels éclairent la fameuse anecdote de l’hagiographie thomasienne concernant la préoccupation de Thomas au sujet de « Chrysostome sur Matthieu » : en déplacement aux abords de Paris avec des confrères qui se demandaient ce qu’ils en fairaient s’ils possédaient la ville toute entière, Thomas assura qu’il lui préférerait « Chrysostome sur Matthieu ».
  2. Les trois documents qui relatent les faits sont tous des témoignages indirects ; ils ne concordent pas et mêlent inextricablement au souvenir de Thomas la culture chrysostomienne et les problématiques du début du 14e siècle. Les témoignages les plus anciens et les plus sûrs – il s’agit de dépositions sous serments – ont été apportés au procès de canonisation de 1319 ; ils relatent les propos de Nicolas de Marsiliac, témoin oculaire de faits précis observés lors du premier enseignement parisien de Thomas, avant la rédaction de la Catena, mais aussi, au titre de son séjour au couvent de Nicosie, tête de pont de l’Occident en Orient et point de contact avec le monde byzantin. La déposition d’Antoine de Brixia est confirmée dans un second temps par celle de Barthélemy de Capoue. Sorte de ‘voiture balais’ de l’enquête préliminaire menée auprès des témoins mêmes qu’il a faits convoquer par les inquisiteurs mandatés pour instruire le procès, elle confirme au mot près les propos d’Antoine de Brixia sur Chrysostome :
  3. Antoine de Brixia, témoin auriculaire de Nicolas de Marsiliaco : « Potius habere vellem Chrysostomum super Matheum » (procès de Naples, 66 );
  4. Barthélemy de Capoue : « Plus vellem Crisostomum super Matheum » (procès de Naples, § 78).
  5. Guillaume de Tocco : « Libentius vellem habere omelias Crisostomi super evangelium beati Mathei » (Tocco 1996, c. 42, p. 172.22-23).
  6. Nicolas de Marsiliac (peut-être un frère de la province de Toulouse si le toponyme désigné est Marcilhac sur le Celé, arr. Figeac, Lot) est un témoin qui doit être privilégié. Il a été suffisemment proche de Thomas à Paris pour évoquer ses méthodes de travail[1]. C’est par lui qu’on sait que Thomas faisait usage de cedule minute au moment de la préparation du Contra Gentiles[2]). Thomas ne cite pas l’Opus imperfectum dans le Contra Gentiles. On peut donc supposer qu’il commençait à en rassembler les sentences à Paris où il disposait encore que de versions partielles qu’il a complété par la suite comme en témoigne la Catena.
  7. Les témoignages ne concordent pas : alors qu’au procès on parle de « Chrysostome sur Matthieu », Tocco fait porter l’accent sur « les homélies sur Matthieu ». Les deux expressions sont techniques. La CMTprol.7 distingue les « homélies sur Matthieu » du « Super Mattheum », c’est-à-dire de l’Opus imperfectum que Thomas croit être le commentaire continu de Chrysostome sur Matthieu. Nous avons vu que la distinction est également attestée par Vincent de Beauvais. Elle fait partie du vocabulaire commun de la terminologie médiévale des bibliothèques.
  8. Il est trop facile de penser que Guillaume de Tocco est moins crédible dans la mesure où la Vita joue dans les procès de canonisation un rôle analogue à celui du plaidoyer des procédures ordinaires. La précision des termes et l’exactitude historique des faits y sont moins importants que la physionomie de sainteté que l’hagiographe a mission d’esquisser. On peut donc supposer que les doutes sur l’authenticité de l’Opus imperfectum et l’orthodoxie de son auteur ont incité Tocco à remplacer l’Opus imperfectum par les homélies sur Matthieu pour éviter à Thomas, promu au rang de type de sainteté de l’intelligence – « tot fecit miraculos quot fecit articulos » (Jean XXII) – des ennuis peu compatibles avec son rang.
  9. A bien regarder les difficultés rencontrées et le labeur suscité par toutes les nombre de sentences attribuées à Chrysostome dans la Catena, j’ai acquis la conviction que l’anecdote parisienne ne vise aucun commentaire particulier. Revenant de Saint-Denis où il n’a pas manqué de s’enquirir du contenu de la bibliothèque, perché sur les hauteurs de Montmartre, c’est tout le puzzle dispersé du corpus chrysotomien sur Matthieu que notre famosus Glossator désespérait de reconstituer. Embrassant du regard Saint-Victor, Sainte-Geneviève avec Saint-Jacques et la rue du Foin, Notre-Dame et Saint-Germain-des-Prés, il faisait le même constat que Vincent de Beauvais. Les bibliothèques que signalaient ces clochers vénérables n’abritaient pas ce qu’il cherchait. Que lui aurait servi de posséder Paris ? Les fleurs dispersées des postilles d’Hugues de Saint-Cher attestent de la disponibilité à Paris de larges pans du dossier, mais elles sont coupées et sentent la naphtaline. L’esprit rationel de Thomas avait besoin de comprendre où était le vrai Chrysostome. Entre la traduction tronquée d’Anianus, trop limpide pour être pure, et la transposition de Burgundio, inintelligible à force de vouloir être exact, la divine logorrhée du saint à Bouche d’Or ne parvenait pas à son intelligence. Paris lui permettrait de picorer mais non pas construire. « Surgite eamus hinc ». La vérité est ailleurs. Il fallait suivre l’étoile qui le ramènerait en Orient : en tirant de 15 degrés vers l’Est et en marchant mille cinq cents kilomètres plus au sud, jusqu’au Mont-Cassin et aux monastères grecs de son pays natal. La Catena a germé parmi les vignes de Montmartre ; elle ne pouvait y fleurir. Déjà en gestation, elle le guidait vers d’autres horizons.
  10. Le soupir poussé à Montmartre dépasse les enjeux du seul Opus imperfectum. Thomas a peu profité des opportunités de la suite de sa carrière pour compléter les parties manquantes du corpus par les homélies dites du 3e groupe de l’Opus imperfectum. Une dizaine d’année plus tard, quand il déposera entre les mains des stationnaires de la Montagne Sainte-Geniève le vin de la Catena mûrie en Italie, seules les homélies 27, 30, 49 complèteront la collection du 2e groupe intensément exploitée par ailleurs à partir de témoins de la famille française du 2e Le problème que lui posait Chrysostome était global. L’incomplétude de l’Opus imperfectum ne doit pas faire oublier l’inintelligibilité de la traduction des homélies par Burgundio et l’exploitation des scholia trouvés dans les chaînes qui ont sans doute répondu au « plus vellem » de la promenade parisienne.

 

5.       Chrysostomus – Homiliae in Matthaeum (Constantinople – 4e s.)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

CPG 4424 ; CALMA, 2, p. 525, § 24.

statut linguistique

  • reprise d’une traduction latine du grec + nouvelle traduction du grec + traductions panachées

histoire et structure de la collection

  1. – Vincent de Beauvais a noté la difficulté à trouver en France des manuscrits complets des homélies sur Matthieu : Vincentius Beluacensis, Speculum maius: Speculum historiale, 18, 42, ed. Douais, 1624: « … omelie Iohannis Crisostomi super Matheum 90 que tamen raro inveniuntur omnes simul… ».

a. Texte grec

éditions

Cambridge 1839 : Field (Frederick) , ed., Sancti patris nostri Joannis Chrysostomi,… Homiliae in Matthaeum. Textum ad fidem codicum mss. et versionum emendavit, praecipuam lectionis varietatem adscripsit, adnotationibus ubi opus erat et novis indicibus instruxit Fridericus Field AA. M. Collegii SS. Trinitatis a Rege Hen. VIII fundati unus e sodalitio, Cantabrigiae : in Officina Academica, 1839. — 8° 3 vol., 599 (hom. 1-44) et 555 (hom. 45-90) et 270 pp. https://catalog.hathitrust.org/Record/001932983 [édition critique que nous privilégions en cas d’écart entre Burgundio et l’édition de Montfaucon infra laud.]

PG 57-58 : ed. Montfaucon

b. Translatio Aniani

  1. Seules les hom. 1 à 25 auraient été conservées.

Hom. 1 à 8 : PG 58, 975-1058

Hom. 1-25 : Ed1503 ; Ed1536 etc.

manuscrits

  1. Paris , BnF, lat. 1780 (15e) : (PG 58, 975-1057, n° I à VIII incompl.)
  2. Paris, BnF, lat. 1776, saec. 12 2/2 (deux derniers feuillets (hom. 25) réécrits au 15e siècle.
  3. Tr38 :Troyes, BM, ms. 38, 12e, Clairvaux. f. 1-115v : Hom. 1-25 (transl. Aniani) ; suivi de l’Opus imperfectum 1er groupe (voir ici Opus imperfectum);

éditions

Skalitzky (Sister M. Gertrude Ann), A Critical Edition of Annianus’ Latin Version of John Chrysostom’s Homilies (15-18) on Matthew V, Fordham University dissertation, Ann Arbor Microfilms, Michigan 1968 ;

Skalitzky (Rachel), « Annanius of Celeda : His Text of Chrysostom’s Homilies on Matthew », Aevum 45, 1971, p. 208-233

c. Translatio Burgundionis

  1. Il semblerait d’après nos sondages (v. g. CMT3d4.16.3), que la traduction de Burgundio suive un texte légèrement différent de celui qu’a édité Monfaucon, repris par Migne dans la PL 57, plus proche de celui des manuscrits du 11e siècle pris en compte par Field dans les apparats de l’édition d’Oxford, notamment Oxford, Bodleian, Barroc. 233 (sigle E) et London, BL, Arundel, 543 (sigle F) que Field date du 11e siècle. ; cf. Field, p. XIX-XX.

manuscrits

  1. Bruxelles, 1200 15e s. : pas de mf.
  2. Cassino, 201 avec l’opus imperfectum serait du 14e s.
  3. Firenze, Laurenziana, Plut. 14.dext.4, saec. 13e s. (en ligne, 13e siècle)
  4. Oxford, Merton College, ms 30 = IRHT mf 65534 (bon ms. de la première moitié du 13e s., avec numérotation des colonnes et numérotation incrémentées des lignes par multiple de 5).
  5. Paris, BnF, lat. 1778, f. 1-74ra, 14e s. = IRHT mf 20746 [ne semble pas être le texte intégral, malgré la présence de la préface de Burgundio (préciser la version) ; manuscrit à écarter pour Matthieu)
  6. Paris, BnF, lat 1781 (n’est pas sur Gallica 17 mai 2015) daté de 1386
  7. Vat lat 383 (12e s.) ; utilisé par la Léonine t. 41A p. 100 etc.
  8. Vat lat 384 ; utiilisé par Mercati ; cf. Mercati 1901, 140-144.

edition

pas d’édition imprimée complète ;

bibliographie

Mercati 1901 : G. Mercati, « Appunti su Niceto ed Aniano traduttore di S. Giovanni Crisostomo », Note di letteratura biblica e cristiana antica, Città del Vaticano, 1901,(Studi e testi 5), p.141-142.

Classen, Peter (1924-1980), Burgundio von Pisa, Sitzungsberichte der Heidelberger Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse, 4 (1974) 63, 81-82, 84-104.

Conticello 1990, p. 33.

Flecchia : M. Flecchia, « La traduzione di Burgundio Pisano delle Omelie di S. Giovanni Crisostomo sopra Matteo, Aevum, 26 (1952), p. 113-130.

B. La Catena

status quaestionis

lemmes attributifs

CMT :

  1. In homeliario / homeliis : Conformément aux explications du prologue, Thomas entend réserver le lemme « In homeliario » aux homélies authentiques de Chrysostome sur Matthieu (= Collection des 90 homélies).

CMC :

  1. Chrysostomus: le lemme renvoie à la chaîne de Victor d’Antioche qui puise une grande partie de son matériau dans les homélies sur Matthieu

CLC :

  1. Super Mattheum: Dans trois sentences, la Catena traduit littéralement le lemme attributif de la chaîne de Nicétas. Elle déroge de ce fait au principe du prologue de la CMT selon lequel le lemme attributif « Super Mattheum » est réservé au commentaire de Chrysostome sur Matthieu – c’est-à-dire à l’Opus imperfectum – distingué des homélies sur Matthieu.
  2. Chrysostomus: Dans les autres cas, on s’est contenté de l’autorité nominale, même lorsque la chaîne grecque donnait plus de précisions.

CIO :

  1. aucun lemme ne renvoie aux homélies sur Matthieu.

nombre de sentences attribuées : plus de 500 (provisoire)

traduction de la tradition directe

  1. Dans la CMT, en principe Thomas n’utilise pas Anianus, mais on constate souvent la correction de Burgundio par des expressions qui figurent chez Anianus.
  2. En outre, la Piana (Ed1570) a remplacé certaines phrases des traductions de Burgundio par d’autres traductions. Il faut donc vérifier en conséquence l’exactitude de la thèse de Mercati 1901 selon laquelle les sentences concernant les 25 premières homélies de Chrysostomes sur Matthieu auraient été rédigées avec l’aide de la traduction d’Anianus.

cité à partir de :

  1. Burgundionis da Pisa translatio, très retravaillée, soit à partir de la traduction d’Anianus ou d’homéliaires liturgiques, soit à partir du grec ou, tout au moins, en conformité avec le grec. Voir pour chaque cas les notes critiques de l’édition.

traduction de la tradition indirecte

  1. Dans la CMC et la CLC, les homélies sur Mt. sont citées à partir de la tradition indirecte des chaînes.

sentences

  1. 8
  2. 6
  3. 16

identifiées

 

6.       Chrysostomus (pseudo) – Opus imperfectum in Matthaeum (Italie, 5e-7e s.)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires : CPL707 ; CPG4569 ; RB 4350

langue : latin

  1. Le court fragment grec retrouvé en 1950 (PG 56, 928-929 ; Coleman-Norton 1950) n’est pas un fragment de la version originale perdue, mais une traduction du latin en grec dans le contexte d’une forgerie tardive (Studer 1973). A cela il faut ajouter que, à notre connaissance, aucun scholion de chaîne grecque sur les évangiles ne renvoie à ce commentaire ou ne semble l’avoir utilisé. Cependant Girod 1975, p. 129 que l’original est grec. Aujourd’hui (Van Banning), l’origine latine semble être admise.

généralités

  1. L’Opus imperfectum est le plus important commentaire sur Matthieu de l’Antiquité tardive.
  2. Tel qu’il est connu aujourd’hui, l’Opus ne porte que sur une partie de l’évangile de Matthieu.
  3. Quoiqu’il en soit de l’état original de l’œuvre, l’Opus imperfectum, doit être considéré comme une collection augmentée et complétée par couches successives, avec de nombreuses interpollations et croisements de familles dans les témoins tardifs. Nous renvoyons à la division en familles de Van Banning qui concerne les manuscrits de la Collection.
  4. La collection a été composée à partir d’homéliaires eux-mêmes composés à partir de manuscrits pré-carolingiens. L’analyse philologique des nombre de sentences attribuées à Chrysostome « super Mattheum » ne doit pas se faire seulement à partir des manuscrits de la collection composée, mais aussi des témoins de la collection dispersée dont Banning ne tient pratiquement pas compte. Il a en tout cas omis de signaler la tradition manuscrite des homélies éparses dans les homéliaires.

auteur et authenticité

  1. L’auteur est inconnu malgré des essais d’attribution discutés et des rapprochements, plus convaincants, avec d’autres traductions latines de commentaires patristiques, principalement la traduction vetus des homélies sur Mt. d’Origène, également utilisée par la Catena.
  2. La transmission du commentaire a été partiellement préservée et stimulée grâce à son attribution à Jean Chrysostome à partir du 8e (RB).
  3. Le commentaire a retenu l’attention par la présence de passages explicitement ariens. Au 12e siècle, ces passages sont signalés comme tels par deux manuscrits, porteurs d’un monitum indiquant que les erreurs arriennes du commentaire sont signalées dans les marges par un Θ grec (Saint-Omer, ms. 90, 2e groupe, f. 2v, 16rb, 31rv [édité dans l’apparat de CMT3d7.12], 83r, 95rb, 101va, 123va, 127rb). Même note dans Bruges, ms. 29, f. 3v. Plusieurs autres manuscrits (P14469) et les éditions (PG) ont expurgés ces passages. Mt189 (fam. 3) a « érasé » les passages ariens (CCSL87B, p. CXXXI) Cet artifice aurait permis de dédouanner Chrysostome en considérant les passages ariens comme des additions du traducteur latin (CCSL87B, p. LV)
  4. Au 13e siècle, Vincent de Beauvais, contemporain de la Catena et témoin de l’encyclopédisme mis en œuvre dans la province dominicaine de France entre 1246 et 1259, décrit l’Opus imperfectum « en 2 livres », ce qui correspond à la physionomie de la collection du 2e La description qu’il fait de l’ensemble de la documentation chrysostomienne révèle un doute sur l’authenticité de l’Opus imperfectum dont Thomas ne fait pas état bien qu’il ne puisse l’ignorer
  • Vincentius Beluacensis, Speculum maius: Speculum historiale, 18, 42, ed. Douais, 1624: « De scriptis huius Iohannis, hoc tantum repperi […] Super Matheum in modum commentariorum libros duos. De hiis tamen dubito an sint Iohannis illius Crisostomi, licet ei ascribantur, an forte alterius Iohannis, nescio cuius, nam et inveniuntur alias omelie Iohannis Crisostomi super Matheum 90 que tamen raro inveniuntur omnes simul sed tantum 25 que et apud nos sunt. Item super *Iohannem omelie LXXXVIII ».
  • Vincentius Beluacensis, Speculum maius: Speculum doctrinale, § 17, 50, ed. Douais, 1624, col. 1582.64-68: « Ioannes Chrysostomus Constantinopolitanus episcopus fuit […] Scripsit autem […] libri 2 super Matheum in modum commentariorum, libri duo super Matheum per homelias 90 [ 20 Ed1624], super Ioannem hom. 88., super epistolam Pauli ad Hebreos hom. 34., de laudibus Pauli hom. 7. Sermones diversos 30 ».
  1. (Sur l’état de perplexité globale suscité par le corpus chrysostomien sur Mt., voir ici Chrysostomus latinus; Chrysostomus – [Commentaires de l’évangile de Matthieu] ; Chrysostomus – Homeliae super Matthaeum).

divisions du texte

  1. Le texte était initialement divisé en chapitres dont le nombre varie selon les époques et les manuscrits.
  2. La division en homélies est plus tardive, varie d’un manuscrit à l’autre, a parfois été reportée de seconde main sur des manuscrits plus anciens (St-Omer 90). Ces divisions et leurs variations répondaient aux besoins des communautés monastiques ou canoniales qui lisaient tout ou partie de l’Opus imperfectum au réfectoire ou à la collation du soir dans le cloître.
  3. La division en 54 homélies est due à Erasme.
  4. Le texte rassemblé par les premières éditions imprimées s’inscrit donc dans la continuité de l’évolution médiévale de la collection. Il s’agit encore d’un assemblage artificiel de plusieurs groupes textuels, reconnus au fil du temps par la critique comme provenant de l’œuvre originale et ajoutés à la collection. Il y a une cinquantaine d’année, Raymond Étaix a complété le texte de l’édition vulgate de Migne par la découverte de plusieurs fragments inédits et complémentaires repérés dans des homéliaires.
  5. Les fragments publiés par Étaix indiquent que le commentaire a été continu au moins jusqu’à la fin de Mt. 25. Mais rien ne prouve encore que l’auteur ait achevé le commentaire (Mt. 26 à 28).

histoire de la collection (classification Bouhot)

  1. Le texte latin a circulé en plusieurs collections partielles et en homélies dispersées dans des homéliaires. Il s’agit probablement d’une traduction amplifiée et interpolée par des influences hiéronymiennes.
  2. La constitution de la collection s’est faite par aggrégation progressive de textes complémentaires à un noyau plus ancien appelé « 1er groupe ».
  3. Les manuscrits se répartissent en 4 groupes ou familles.
  Bouhot Banning parties  
9e s. 1er groupe 1re famille       D ne contient que les hom. 32-46
12e s. 2e groupe 2e famille A     C livre 1 = hom. 1-22 + livre 2 = hom. 32-46
  Homéliaires     divers homéliaires italiens et autrichiens principalement.

14 homéliaires du Mont-Cassin contiennent des homélies de l’Opus dont Bouhot reconstitue la liste [cod. 12, 100, 102, 105, 107, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 117, 305, 310] en concluant qu’ils descendent tous d’un exemplaire du second groupe accessible au Cassin ou dans la région au 10e siècle (Bouhot, p. 205-206). D’autres homéliaires contiennent des homélies dispersées.

13e-15e s. 3e groupe 3e famille   B C D comme dans le 2e groupe (hom. 32-46), avec à la suite hom. 24-31+47-54 + addition à l’hom. 38, hom. 23 est en principe absente.

Banning distingue la 3e famille de la 4e par le fait que ses manuscrits n’ont pas les homélies de la partie A

14e-15e s. 4e famille A B C D comme dans le 2e groupe (hom. 1-22 + 32-46), avec à la suite hom. 24-31+47-54 + addition à l’hom. 38, hom. 23 est en principe absente.

cas particuliers

  1. 23: il s’agit en réalité du commentaire de Chromace d’Aquilée (Bouhot, p. 202 ; Étaix, Les homéliaires, p. 112 : « L’homélie Navigante Domino … (Ms. 32, n° 9, f. 27-29) est publiée comme 23° homélie de l’Opus imperfectum in Matthaeum mais cette pièce ne se trouve pas dans les manuscrits de l’Opus imperfectum. Il s’agit en fait d’un nouvel extrait des Tractatus in Matheum de Chromace d’ Aquilée ». Même avis dans Bouhot 201.
  2. 38: dans les mss. du 3e groupe, à la suite des hom. 1-22+32-46 sont ajoutés les homélies complémentaires plus une interpolation de l’homélie 38 : Bouhot, p. 201, n. 12 : PG56, 841.40 à 842.37 = centon composé d’une amplification de J6rome, Comment. in Mt. III, 21 ; PL 26, 151 A lig. 14-152 A lig. 5, et d’extraits pris aux §§ 2-4 du sermon 43 de saint Leon, P.L. 54, 283-285, comme l’avait remarqué P. Wastell, o.c., Tom. 1, p. 256, et a sa suite Fr. Combefis, Bibliotheca patrum concionatoria (Parisiis 1662) Tom. II, p. 254. Ce centon, avec quelques lignes d’introduction, a 6t6 publi6 par A. Caillau, Sancti Augustini … opera omnia, Tom. 24 (Paris 1842), Serm. 2, App. 3, p. 322-325 d’apres deux manuscrits florentins; il s’agit en fait d’une composition d’6poque carolingienne qui provient de l’hom61iaire d’origine bavaroise décrit par H. Barré, Les homeliaires carolingiens de l’dcole d’Auxerre, Studi e testi 225 (Citta del Vaticano 1962) p. 26-27, cf. p. 263.
  3. hom. 46: attention aux particularités finales signalées par Bouhot, p. 201 ; cf. infra V6254
  4. Les homélies et fragments considérés aujourd’hui comme faisant partie de l’œuvre originale et de sa réception médiévale, se répartissent comme suit :
    Banning Bouhot-Etaix44  
    parties familles classification  
Mt. 1, 1 à 8, 10 hom. 1-22 A   2A 2B   4 2e +3e groupes PG
Mt. 8, 23-27 hom. 23 B       3 4 aucun ms. de l’OI = Chromace d’Aquilée PG 754-756
Mt. 9, 1 à 10, 15 non retrouvé         3 4 non retrouvé non retrouvé
Mt. 10, 16-22 hom. 24 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 10, 23-25 après hom 24 B       3 4 homéliaires Étaix 1
Mt. 10, 26 à 10, 42 hom. 25-26 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 11, 1 après hom. 26 B       3 4 homéliaires Étaix 2
Mt. 11, 2-11 hom. 27 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 11, 12-24 après hom. 27 B       3 4 homéliaires Étaix 3
Mt. 11, 25-30 hom. 28 B       3 4 3e groupe PG
Mt 12, 1-21 après hom. 28 B       3 4 homéliaires Étaix 4
Mt. 12, 22-30 hom. 29 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 12, 31-37 après hom. 29 B       3 4 homéliaires Étaix 5
Mt. 12, 38-50 hom. 30 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 13, 1-2 après hom. 30 B       3 4 homéliaires Étaix 6
Mt. 13, 3-13 hom. 31 B       3 4 3e groupe PG
Mt. 13, 14 à 18, 35 non retrouvés             non retrouvé non retrouvé
Mt. 19, 1 à 23,39 hom. 32-46 , 470+471-fin C 1 2A 2B 3 4 1er + 2e + 3e groupe PG inauthentique : hom. 42a, PG 868.4-32 hom. 1b : 634.60-635.14
Mt. 24,1-25,46 hom. 47-54 D       3 4 3e groupe PG
*Mt. 26 à 28 non retrouvé             non retrouvé non retrouvé
  1. La critique moderne attribue les pertes à l’expurgation des passages pro-ariens de l’œuvre originale par la censure doctrinale. Cette explication ne convaint pas totalement car plusieurs passages favorables aux thèses ariennes ont subsisté dans les manuscrits conservés. Une autre hypothèse voudrait que le commentaire dans son état actuel soit le résultat d’un assemblage artificiel de textes hétérogènes partiellement reconstitués tardivement ad mentem auctoris dans le contexte de la fabrique des homéliaires médiévaux. Les homélies interstitielles du 3e groupe ont pu être soit récupérées à partir de l’œuvre originale, soit forgées par les rédacteurs d’homéliaires plus tardifs.
  2. Il serait naïf de penser qu’il manque simplement à la collection actuelle le commentaire des versets non couverts par la liste ci-dessus. Une partie de la collection est faite d’additions tardives dont l’homogénéité avec le texte des manuscrits les plus anciens est parfois difficile à démontrer, surtout en ce qui concerne les manuscrits du «3e groupe » qui ont pu collecter des versions du texte retravaillées.

éditions

  • PG : ed. PG 56, 611-946; 57, 846 => (interrogeable à partir de la LLT). Migne donne à lire un texte composite, assemblage hétéroclite de plusieurs groupes d’homélies circulant indépendamment au Moyen-Âge. Il reproduit l’édition de Dom B. de Montfaucon, dans les Opera omnia de Jean Chrysostome, Tom. 6, Paris 1724 établi à partir de plusieurs manuscrits du 3e groupe (Bouhot, p. 202) N. B. Maur Inguanez, Codicum casinensium manuscriptorum catalogus, t. 2, Monte Cassino, 1928, p. 2, a remarqué que le manuscrit 201 du Mont-Cassin contenait les variantes relevées par Montfaucon dans le manuscrit du Val-Dieu [et éditées dans la PG] [Bouhot 200].
  • Ed1724 = B. de Montfaucon : PG 56, 611-946 semble plus proche du texte de Thomas que l’édition d’Erasme 1539 [sondages 2.2017].
  • Ed1539 = Erasmus, Opera Ioannis Chrysostomi, t. 3, Basileae, 1539, p. 474-756 !
  • Edi1530 = Erasmus, Opera Ioannis Chrysostomi, t. 2, Basileae, 1530, p. 474-752.

manuscrits

 

  1. 196 mss. d’après Banning. Aucun ne contient la collection complète. Pour un inventaire et une analyse intégrale de la tradition, se reporter à Van Banning, CCSL 87A. Les notes ci-dessous réunissent quelques informations partielles pour l’utilité des collaborateurs et des lecteurs de la Catena aurea electronica.
  • 1er groupe
  1. Tr38:Troyes, BM, ms. 38, 12e, Clairvaux. f. 1-115v : Hom. 1-25 (transl. Aniani) ; f. 116-165 : hom. 32-46 (1er groupe) (famille cistercienne francaise selon Banning) ;
  2. Nota : Manuscrit sondé dans les apparats de la Catena aurea electronica. Présente des variantes caractéristiques proches du texte de la Catena. Ce manuscrit donne un texte plus compatible avec celui de la Catena que les autres manuscrits examinés du 2e groupe, notamment St-Omer.
  • 3e groupe
  1. Mt189 : Mantova, Bibl. Com., 189 (B.2.12), 1075-1199 s., hom. 32 à 45 ! ; cf. Étaix, p. 274 ; en réalité malgré le fait que le ms. n’aie que les hom. de la partie C, il s’agit d’un témoin de la fam. 3 ; (CCSL87B, p. CXXXI)
  • 4e groupe
  1. Madrid, BN, ms. 527; fin 13e : plus ancien des manuscrits du 4e groupe. Le texte des trois sentences de la Catena extraites d’une homélie absente de la 2e famille y est attesté de manière plus précise que par l’édition de la PG.
  • 2e groupe
  1. V386: BAV, Vat. lat. 386, 14e
  2. V6254: BAV, Vat. lat. 6254, 13e (A+C) : matériau extrait d’homéliaires ou influencés par eux. Pas d’influence répérée d’une famille particulière selon Banning52 ; comporte une finale, dans laquelle se laisse reconnaitre, d’après les quelques lignes publiées par Kauffmann, o.c., p. 10-11, et reprises par M. Meslin, o.c., p. 182, une amplification de la derniere partie de l’homélie 46, PG 56, 897.47-898.60. Banning p. 52 : matériel
  3. Nota : Manuscrit sondé dans les apparats de la Catena aurea electronica.Thomas ne semble pas avoir eu recours à ce ms. ; trop de leçons divergentes avec la Catena.
  4. Monte Cassino 201, 14e(sous-groupe 3 famille cistercienne française selon Banning) ; voir P14469
  5. Paris, BnF, lat. 1777, 12e:2e groupe ; homil. I-XLVI incompl. (PG, 56, 611-897)..
  6. Paris, BnF, lat. 15642, 13e, prov. Sorbonne, f. 84-187v. Date et contenu à préciser.
  7. Som90: St-Omer, BM, 90 : avec liste de 24 chapitres et monitum indiquant que les erreurs arriennes du commentaire sont signalées par un théta grec dans les marges (f. 2v, 16rb, 31rv [édité dans l’apparat de CMT3d7.12], 83r, 95rb, 101va, 123va, 127rb). Manuscrit sondé dans les apparats de la Catena aurea electronica.
  8. Nota : même remarque que pour P14469.
  9. Cluj : fragment, hom. 34, PG 56, 817-818
  10. Orléans, BM 152, 12e (famille cistercienne francaise selon Banning)
  11. Roma, Valliceliana, cod. C9, 12e, prov. Monte Cassino
  • Contenu à préciser :
  • Paris, Sorbonne (Univ.) 170, 13e plutôt 14e, Saint-Victor (ajout RB 4350) ; ne semble pas avoir pu être utilisé directement par Thomas.

manuscrits exclus en raison de manques incompatibles avec le contenu de la Catena

  1. Firenze, BML, Plut.17.40 = 3e groupe : manque notamment l’homélie 44.
  2. P14469: Paris, BnF, lat. 14469, 13e s. ½, prov. Paris, St-Victor (= famille cistercienne francaise selon Banning) : ms. expurgé des passages ariens
  3. Nota : Manuscrit sondé dans les apparats de la Catena aurea electronica (CMT1d1.13). Bien que la CA soit plus proche de son texte que de celui de la PG par plusieurs menus détails, une omission importante par saut du même dans la source de CMT20d1.2 (hom. 34) donne l’assurance que, si Thomas a pu consulter ce manuscrit, il ne l’a en aucun cas utilisé comme source principale de son excerption de l’Opus imperfectum.

bibliographie

– Banning 1982 : Van Banning (J.), « Saint Thomas et l’Opus imperfectum in Matthaeum », in : San Tommaso nella storia dell pensiero, Atti dell’VIII Congresso Tomistico Internazionale, Studi Tomistici 17 (1982), p. 73-85.
[plusieurs affirmations de cet article concernant notamment la « littéralité » des sentences extraites de l’Opus imperfectum sont infirmées par le travail d’analyse critique des sources. Voir apparat de la CAE et notre note sur l’Opus imperfectum (Morard2020) ; sur les p. 74-76 voir les réserves de A. A. Robiglio, La sopravvivenza e la gloria. Appunti sulla formazione della prima scuola tomista (sec. XIV), Bologna, 2008 (Sacra Doctrina. Bibliotheca 53), p. 80-82].

– Banning1988 : Van Banning, Opus imperfectum in Mattheum, ed., CCSL 87B, 1988, [sur la tradition manuscrite ; 196 manuscrits répartis en 4 classes avec des différences par rapport aux classements antérieurs pour la 3e et la 4e classe ; sur l’O.I. chez Thomas d’Aquin : p. CLXXVIII-CLXXX, CXCVI-CCVII, catena : CCIV-CCVII.

  1. Nota: Toutes les affirmations de cette étude reposent sur des présupposés chronologiques partiellement remis en question par l’édition critique de la CA et les datations de Torrell. Il considère que la CMT a été écrite à Orvieto et Rome entre 1262-1263 sans envisager une préparation parisienne préalable. Il travaille à partir de l’édition Marietti de la Catena mais utilisé 3 ms. anglais Ox19147, ; ses observations sur les lemmes attributifs – normalisés par Ed1953 – doivent donc être comparée à notre édition qui a vérifié tous les lemmes de la Catena sur mss. Il ignore Vincent de Beauvais qui nuance certaines de ses affirmations, en précise et en confirme d’autres, notamment – à en croire Vincent – on ne peut pas envisager la présence de manuscrits des 3e et 4e groupe à Paris avant 1259 au plus tôt.
  2. Conclusions de Banning:
  3. Tous les auteurs scolastiques (Hugues, Hales, Bonaventure utiliseraient des manuscrits de la 4e famille [curieux que Thomas, dans le même temps utilise des mss. du 2e groupe
  4. Les citations de l’OI dans le commentaire des sentences sont extraites de mss. de type B
  5. La Reportatio in Mt. n’utilise qu’un ms. du 2e groupe disponible à Paris entre 1256 et 1259 [mais on sait aujourd’hui que le commentaire serait de 1269-1270 (Torrell)

 

-Bouhot1979 : J.-P. Bouhot, « Remarques sur l’histoire du texte de l’Opus imperfectum in Mattaeum », Vigiliae Christianae, 24, 1979, p. 197-209 évoque un projet d’édition critique en cours.

– Bouvy 1903 : E. Bouvy, « Le pseudo-Chrysostome sur saint Matthieu », Revue Augustinienne, 3 (1903), p. 299-313. n.v.

– Coleman-Norton 1950 : P. R. Coleman-Norton, « An Amusing Agraphon », The Catholic Biblical Quaterly, 12 (1950), 439-449

-Etaix1972 : R. Étaix, « Fragments inédits de l’Opus imperfectum in Matthaeum », RevBén. 1972, p. 271-300 publie 6 passages inédits. à partir d’homéliaires manuscrits italiens.

– Kauffmann : Fr. Kauffmann, Zur Textgeschichte des Opus imperfectum in Matthaeum, Kiel, 1909. n. v.

– Kannengiesser 2004 : Ch. Kannengiesser, Handbook of Patristic Exegesis, Brill, 2004, p. 685-686, 1258-1259.
[pour la bibliographie]

– Morin 1925 : Morin (Germain), « Quelques aperçus nouveaux sur l’Opus imperfectum in Matthaeum », Revue Bénédictine, 37, 1925, p. 239-262 [démontre l’identité entre l’auteur de l’Opus imperfectum et le traducteur latin du commentaire d’Origène sur Mt.]

– Nautin 1972 : Nautin (Paul), « L’Opus imperfectum in Matthaeum et les Ariens de Constantinople », Revue d’Histoire ecclésiastique de Louvain, 68 (1972), n° 3, p. 381-408 et n° 4, p. 745-766.

– Simonetti (Manlio), « Note sull’Opus Imperfectum in Matthaeum ». Studi Medievali, 3a ser., X, Spoleto, Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo.1969, pp. 1-84.

– Simonetti (Manlio), « Per una retta valutazione dell’«Opus imperfectum in Matthaeum», Vetera Christianorum, 8 (1971) 87.

Suitber 1973 : A. Suitber, « Ein griechischer Textzeuge für das Opus imperfectum in Matthaeum », Vigiliae Christianae 27 (1973), p. 146-147.

B. La Catena

lemme attributif :

  1. Super Matthaeum ; Chrysostomus ; Glossa.

nombre de sentences attribuées : 416 (provisoire)

cité à partir de :

tradition directe

status quaestionis

  1. En l’absence de texte critique de l’OI, nous avons commencé par établir le texte des sources de la Catena à partir de l’édition PG.
  2. Dans un second temps, à partir de la remarquable analyse de la tradition manuscrite publiée par Van Banning (mais en conservant la numérotation des homélies de la PG), nous avons cherché à identifier plus précisément l’origine du texte des sentences de la Catena en rectifiant ce qui doit l’être des analyse de Van Banning qui reposent parfois sur des prémisses erronées ou insuffisantes, notamment en ce qui concerne Thomas et les scolastiques, la chronologie de ses œuvres, etc. .
  3. Les remarques ci-dessous résultent de sondages commencés le 15.2.17, portant à la date de cette note sur 80 sentences réparties sur toute l’étendue de la Catena après restauration de l’état médiéval des lemmes attributif et examen des passages problématiques.
  4. Thomas ne considère pas l’Opus comme un commentaire homilétique. Il n’y associe jamais le mot « homélie » ; il le considère comme un commentaire « Super Mattheum » distingué de Chrysostome « in homeliario », comme il s’en explique dans le prologue de la CMT.
  5. La Catena ne cite l’Opus imperfectum que dans la CMT à propos des passages suivants :
  6. Mt 1 à 8 = prol. + hom. 1-22 = livre 1 de la version du 2e groupe
  7. 11 = hom. 27 (inc. « Ioannes specie homo gratia angelus ») = homélie des 3e et 4e groupes. Circule peu indépendamment ; l’incipitaire In principio n’en signale qu’une seule attestation :
  8. Firenze, BML, Plut. 17.38, f. 45, n° 8 : homelia ex tratactu Ioannis Osaurei (homéliaire du 13e, pars hiemalis, 2e semaine de l’Avent). Le ms. provient d’un monastère dont le nom a été gratté sur le f. 1 : « sum monasterii… » ; l’origine monastique est confirmée par la division des textes en 12 leçons (non signalé par Bandini)
  9. 19 à 23 = hom. 32 à 46= livre 2 de la version du 2e groupe
  10. Les homélies citées par la Catena se répartissent comme suit :
  • homélies transmises par le 1er groupe : 35, 36, 38, 42, 43, 44, 46
  • homélies transmises par le 2e groupe : , hom. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 13, 14, 15, 17, 18, 21, 22, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46
  • homélies transmises par le 4e groupe : , hom. 1, 2, 4, 5, 6, 7, 9, 13, 14, 15, 17, 18, 21, 22, 27, 35, 36, 38, 42, 43, 44, 46 (non exhaustif)
  • homélies transmises par le 4e groupe seul : 27
  1. Certaines des sentences de la CMT attribuées à Chrysostome sans titre posent des problèmes d’identification. Nicolaï s’est souvent contenté de reproduire l’identification de l’édition d’Antoine de Sienne (Ed1571… Ed1637) qui lui sert de texte de base. Mais ce dernier s’est parfois contenté d’approximations en forçant les rapprochement avec l’Opus imperfectum en se contentant de la simple présence du même lemme biblique.
  2. La Catena attribue plus de 2800 sentences à Chrysostome, à propos des 4 évangiles. Les homélies de Chrysostome sur Matthieu servent de vivier pour le commentaire des passages synoptiques de Mc. et Lc. Le même passage sert parfois à la rédaction du commentaire de plusieurs passages synoptiques.
  3. La Catena ne cite pas l’addition à l’hom. 38 qui se trouve dans certains manuscrits du 3e groupe.
  4. La Catena ne cite pas les fragments de l’Opus imperfectum édités par Etaix1972 à partir d’homéliaires et de manuscrits conservés à Mantoue, Florence (Vallombreuse), Bologne (14e s. dominicains) et Turin, ce qui permet de réduire le champ géographique des investigations thomasiennes.
  5. Fragment 1, sur Mt 10, 23-25 (entre les Hom. 24 et 25) :
  6. Fragment 2, sur Mt 11, 1 (entre les Hom. 26 et 27).
  7. Fragment 3, sur Mt 11, 12-24 (entre les Hom. 27 et 28).
  8. Reste à examiner
  9. Fragment 4, sur Mt 12, 1-21 (entre les Hom. 28 et 29).
  10. Fragment 5, sur Mt 12, 31-37 (entre les Hom. 29 et 30).
  11. Fragment 6, sur Mt 13, 1-2 (entre les Hom. 30 et 31).
  12. Cet usage correspond au contenu des manuscrits du 2e groupe à partir desquels Thomas semble avoir travaillé prioritairement.
  13. Thomas a cherché à compléter les passages manquant dans les manuscrits du 2e groupe ; quelques sentences proviennent des homélies 27, 30 et 49 transmises par les manuscrits du 3e groupe mais peut-être aussi glanées dans des homéliaires qu’il faudra identifier.
  14. Contrairement à ce qui est affirmé par Banning1988, p. CCIV-CCVII suivi par Torrell (Initiation), la Catena ne cite pas l’Opus imperfectum à la lettre : « All the quotations are litteral quotations … he does not alter the words » (p. CCVII). La littéralité des citations est un concept relatif et inadapté à la situation éditoriale de l’Opus imperfectum. L’affirmation de Van Banning ne résiste pas à l’examen des textes comme on peut le constater en examinant les apparats de la CAE.
  15. La Catena suit d’assez près le texte de la version du second groupe pour Mt. 1 à 8 tel qu’il a été édité par Erasme – Montfaucon (PG). [par ex. CMT11d4.4 = hom. 27 (Mt. 11, 11), PG 56, 62 omis par Som90 ]
  16. Pour Mt 19-24, les sentences semblent moins proches du texte de la PG.
  17. La méthode de la Catena apprend que lorsque la source proposée par l’éditeur ne permet qu’un rapprochement ad sensum, sans pouvoir établir des parallèles rédactionnels avec la majorité du texte de la sentence, c’est que l’éditeur n’a pas réussi à identifier la source réelle de la sentence. La recherche doit être poursuivie, le résultat atteint doit être considéré comme provisoire. Thomas a utilisé pour cette partie du commentaire, que l’on sait ajouté au 12e siècle, une version différente de celle qui a servi à établir le texte de la PG, peut-être la version ancienne des manuscrits du 1er groupe.
  18. Thomas ne semble pas avoir eu connaissance des passages ariens.
  19. La consultation des 14 homéliaires du Mont-Cassin qui contiennent des homélies de l’Opus imperfectum apportera un éclairage déterminant.

sentences

* pas de variantes par rapport à l’édition PG

  1. , PG 56, 15-26 = CMTprol.40
  2. 1 (Mt. 1), PG 56, 612 = CMT1d1.3
  3. 1 (Mt. 1), PG 56, 612.41-613.14 = CMT1d1.13[2]
  4. 1 (Mt. 1), PG 56, 613.24-25 = CMT1d1.16
  5. 1 (Mt. 1), PG 56, 614.64 -615.1 = CMT1d3.7
  6. 1a = 18 sentences
  7. 1b = 12 sentences
  8. 2a =
  9. 2b =
  10. 3 =
  11. 4 =
  12. 5 =
  13. 6 =
  14. 7 =
  15. 8 =
  16. 9 =
  17. 10 =
  18. 11 =
  19. 12 =
  20. 13 (Mt. 5, 6), PG 56, 710.27-45 = CMT6d1.15[2]
  21. 14 =
  22. 15a =
  23. 15b =
  24. 16 =
  25. 17a =
  26. 17b =
  27. 18a =
  28. 18b =
  29. 19 =
  30. 20 =
  31. 21 =
  32. 22 =
  33. 27 (Mt. 11, 11), PG 56, 775.62 = CMT11d4.4
  34. 27 (Mt. 11, 7), PG 56, 773.40-44 = CMT11d3.4 (Glossa)
  35. 27 (Mt. 11, 10), PG 56, PG 56, 775.8-9 = CMT11d3.19[1] (Glossa)
  36. 27 (Mt. 11, 11), PG 56, 775.62-67 = CMT11d4.4
  37. *hom. 32 (Mt. 19, 2), PG 56, 20-21 =CMT19d1.3
  38. 33a =
  39. 33b =
  40. 34 =
  41. 35a =
  42. 35b =
  43. 36 =
  44. 37 =
  45. 38=
  46. 39a =
  47. 39b =
  48. 40a =
  49. 40b =
  50. 41 =
  51. 42a =
  52. 42b =
  53. 43 =
  54. 44 =
  55. 45 =
  56. 46 =

identifiées par

MM2019-MM2021

 

7.       *Chrysostomus – De Baptismo Christi (Constantinople – 4e s.)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires : CPG 4335

texte : grec

traductions

Pas de traduction latine connue avant la Catena.

éditions

  1. Chrysostomus, De Baptismo Christi, PG 49, 363-372.

B. La Catena

lemme attributif :

nombre de sentences attribuées : 1

Cité à partir de :

tradition indirecte : [Victor d’Antioche], Catena graecorum patrum [CPG C125.1]

sentences

1.Chrysostomus, De baptismo Christi, 3, PG 49, 367.53-57 >> Catena Graecorum Patrum in Mc.1, 8) = CMC1d4.2[2]

  1. Chrysostomus, De baptismo Christi, 3, PG 49, 368.57-59 >> Catena Graecorum Patrum in Mc. 1, 8 = CMC1d4.2[3]
  2. Chrysostomus, De baptismo Christi, 3-4, PG 49, 369.2-15 >> Catena Graecorum Patrum in Mc. 1, 8 = CMC1d4.2[4]

identifiées par

 

8.       Glossa ordinaria (11e-13e s. )

Répertoires

RB

statut linguistique : latin /reprise de traductions latines du grec (Lv. etc.)

histoire et structure de la collection

traductions

cas particuliers

éditions

Gloss-e

manuscrits

bibliographie

La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Glossa.

Rabanus.

Beda. [In Io.]

Ieronymus.

Augustinus.

nombre de sentences attribuées :  (provisoire)

Cité à partir de :

  1. tradition directe

status quaestionis

  1. Les nombre de sentences attribuées à Glossa recouvrent des textes de plusieurs auteurs que le prologue de la CMT qualifie de « moins certains », soit :
    1. des sentences personnelles de Thomas d’Aquin
  2. voir ici Thomas de Aquino – Glossator
    1. d’Anselme de Laon / Geoffroy Babbion : commentaire sur Mt.
  3. voir ici Anselmus Laonensis – In Mt.
    1. de Pierre Lombard etc.
  4. Une partie seulement des sentences affectées par le lemme attributif « Glossa » provient de la Glose ordinaire.
  5. La Glose ordinaire est citée dans la Catena sous l’autorité d’Augustin, Bède, Jérôme, Raban etc. soit littéralement, soit sous forme de sentences panachées réunissant des expressions de la tradition directe et indirecte de l’auteur cité.
  6. Le citations de la Glose ordinaire concernent majoritairement la CMT puis vont decrescendo dans les trois autres chaînes (CMT CMC CLC CIO).
  7. Thomas cite la Glose ordinaire dans la version universitaire du 13e siècle. Lorsqu’une leçon de la Catena s’écarte du texte de l’édition princeps, nous avons généralement pu l’identifier dans les manuscrits témoins cités. Nous utilisons de préférence Monte Cassino, cod. 574 (Paris, 13 ¾, tétraévangile glosé), manuscrit contemporain de la Catena qui présente les même caractéristiques que le texte de la Glose cité par la Catena. Toutefois les accords trouvés ne sont pas propres à ce manuscrit ; ils se répètent dans d’autres témoins de la même version de la Glose.

sentences

identifiées

 

9.       Gregorius Magnus – Moralia in Iob

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPL 1708

statut linguistique : latin /reprise d’une traduction latine du grec / nouvelle traduction du grec / traduction panachée

histoire et structure de la collection

traductions

cas particuliers

éditions

Gregorius Magnus, Moralia in Iob, CCSL 143, 143A, 143B

manuscrits

bibliographie

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : (nombre provisoire ou définitif)

lemmes attributifs dans la Catena

cité à partir de :

[tradition directe/indirecte/mixte]

status quaestionis

Thomas ne semble pas avoir eu recours à la chaîne grégorienne de Paterius (Semur en Auxois, BM, ms. 26-27) qui ne suffit à expliquer ni le découpage, ni le contenu, ni les leçons de la Catena.

sentences

identifiées par

MM2019 MM2020

 

10.   *Gregorius Nazianzenus (c. 345 – 410)

status quaestionis

Grégoire de Nazianze est cité explicitement dans 23 sentences de la CLC.

Celles-ci sont extraites de 19 des 129 scholies (15,5 %) que la chaîne de Nicétas attribue à « Grégoire le Théologien ».

Un autre scholion, anonyme dans les manuscrits de Nicétas consultés, est pourtant explicitement attribuée à Grégoire de Nazianze par Thomas (CLC5d4.23), peut-être en raison de l’usage d’un manuscrit de la chaîne non repéré, ou à la suite d’une identification opérée par comparaison avec la traduction que Rufin (CSEL 46).

Les œuvres concernées sont, par ordre d’importance : les Orationes, les Carmina dogmatica 18 (3 x) et les lettres 42 et 101.

Les traductions de la Catena semblent originales ; elles ne permettent pas de rapprochement avec celles de Rufin (je n’ai cependant pas examiné les traductions inédites qui existent pour certains traités de Grégoire (Firenze, Laur., San Marco 584).

Les sentences sont homogènes, à l’exception d’une seule dont le premier segment est extrait d’un scholion distinct de Cyrille d’Alexandrie (CLC2d14.14).

CPG 3032 (2 sentences)

CPG 1693

CPG 3034 (2 sentences)

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

autres auteurs cités sous le même lemme attributif

Cyrillus Alexandrinus

Iulianus Africanus

 

11.   *Gregorius Nazianzenus – Carmina

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 3034 ; CPG 3036.12

statut linguistique : grec / nouvelle traduction du grec

traductions

Pas de traduction latine connue avant la Catena

éditions

PG 37

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : 3

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

cité à partir de :

tradition indirecte : Nicétas d’Héraclée

sentences

Krikones § 218 << Carmina dogmatica, 18: De Christi genealogia, PG 37, 481A.4-5  = CLC3d8.23

Krikones § 218 << Carmina dogmatica, 18: De Christi genealogia, PG 37, 483.A10-485= CLC1d12.2

Krikones § 1584 << Carmina de se ipso, 12 : de seipso et de episcopis, PG 37, 1180A15-1181A2= CLC10d2.13

identifiées par

ADL2020 MM2020

 

12.   *Gregorius Nazianzenus – Epistulae

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 3032

statut linguistique : grec / nouvelle traduction du grec

traductions

Pas de traduction latine connue avant la Catena

éditions

GCS 53

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : 1

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

cité à partir de :

tradition indirecte : Nicétas d’Héraclée

sentences

Krikones § 1870  << Epistulae , ep. 41 (al. 22) Ad Caesarienses, § 4-5, GCS 53, p. 36.12-16 (PG 37, 84C)= CLC11d10.10

Voir aussi :

Krikones § 530 << Epistulae, ep. 101.24, SChr. 208, p. 46 (PG 37, 181A1-3)  = CLC2d14.14[2]

identifiées par

ADL2020 MM2020

 

13.   *Gregorius Nazianzenus – Orationes

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 3010.2, 6, 14, 19, 22, 26, 37 (3 sentences), 38, 39 (3 sentences), 40 BHG 1947 (2 sentences), 43, 45 (2 sentences)

statut linguistique : grec / nouvelle traduction du grec

traductions

  1. Gregorii Nazianzeni orationes IX secundum translationem quam fecit Rufinus, CSEL, 46 (A. Engelbrecht, 1910) = CPL 0198 G (A) : Traduction des discours suivants :

1 Apologeticus (= CPG 3010.2),

2 De epiphaniis (= CPG 3010.38),

3 De luminibus (= CPG 3010.39),

4 De pentecoste et de spiritu sancto (= CPG 3010.41),

5 In semet ipsum de agro regressum (= CPG 3010.26),

6 Ad ciues Nazianzenos graui timore perculsos (= CPG 3010.17),

7 De reconciliatione et unitate monachorum (= CPG 3010.6),

8 De grandinis uastatione (= CPG 3010.16),

9 De Arrianis (= CPG 3010, 27).

  1. Thomas de Aquino, Catena aurea, excerpta des Discours 2, 6, 12, 14, 19, 22, 26, 37, 38, 39, 40, 43, 45.

éditions

Schr 247

Schr 284

PG 35

PG 36

bibliographie

Pour mémoire : cF. Reinoud Weijenborg, « Les cinq discours théologiques, attribués à Grégoire de Nazianze, en partie oeuvre de Maxime Héron le Cynique, alias Evagre le Pontique d’Antioche », Antonianum, 48 (1973), p. 476-507 : « En appliquant aux 45 discours généralement attribués à Grégoire de Nazianze comme critère d’authenticité le respect de la majesté divine, tel qu’il l’exprime d’une manière impressionnante dans ses discours 27 et 28, nous nous sommes convaincu de l’authenticité grégorienne de 13 de ces 45 discours, à savoir de celle des Discours 1, 6, 7, 10, 13, 18, 20, 22, 26, 27, 28, 36 et 42, tandis que nous croyons avoir trouvé des arguments suffisants pour nier l’authenticité de chacun des 32 autres discours » (p. 507).

B. La Catena

status quaestionis

  1. Thomas cite les Orationes 2, 6, 12, 14, 19, 22, 26, 37 (3 x), 38, 39(3 x), 40 (3 x), 43, 45 (2 x).
  2. Les sentences sont traduites à nouveaux frais à partir de la version des scholia de Nicétas.
  3. Thomas connaît probablement la traduction de Rufin ; on suppose qu’elle lui a permis par comparaison d’attribuer à Grégoire un scholion anonyme de la chaîne de Nicétas extrait du Discours 26 (CLC5d4.23).
  4. Thomas ne fait pas usage de la traduction faite par Rufin vers 399/400 qui ne couvre qu’une partie des discours cités par Thomas (cf. discours 2, 6, 26, 38, 39 )

nombre de sentences attribuées : 19

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

cité à partir de :

tradition indirecte : Nicétas d’Héraclée

sentences

  1. Krikones § 1578 << Oratio 2, De fuga apologetica, § 69, SChr. 247, p. 182.7-11 (PG 35, 477C) = CLC10d2.9
  2. Krikones § 293 << Oratio 6, De pace 1, PG 35, 729B3-6 = CLC1d25.6
  3. Krikones § 2028 << Oratio 14, De pauperum amore, § 39, PG 35, 909B = CLC12d9.7
  4. Krikones § 616 << Oratio 19, Ad Iulianum exaequatorem, § 11, PG 35, 1056A = CLC3d4.14
  5. Krikones § 3269 << Oratio 22, In Pace secunda, § 1, SChr 270, p. 218.1-12 (PG 35, 1132A) = CLC24d4.9[a]
  6. Krikones § 3269 << Oratio 22, In Pace secunda, § 5.23-26 , SChr 270, p. 228 (PG 35, 1136C) = CLC24d4.9[b]
  7. Krikones § 3269 << Oratio 22, In Pace secunda, § 14.19-27 , SChr 270, p. 252 (PG 35, 1148B-C) = CLC24d4.9[c]
  8. Krikones § 3269 << Oratio 22, In Pace secunda, § 16.1-2, SChr 270, p. 256 (PG 35, 1149B6) = CLC24d4.9[d]
  9. Krikones § 910 << Oratio 26, Adversus Maximum , § 7, SChr. 284, p. 242.9-242.16 (PG 35, 1237.7-15) = CLC5d4.23
  10. Krikones § 863 << Oratio 37, In Mt. 19, 1-12 (al. De repudio), § 1, PG 36, 284B2-5 = CLC5d1.8
  11. Krikones § 1266 << Oratio 37, In Mt. 19, 1-12 (al. De repudio), § 2, SChr. 318, p. 272.8-12 (PG 36, 284C) = CLC8d1.2
  12. Krikones § 1284 << Oratio 37, In Mt. 19, 1-12 (al. De repudio), § 13.1-13, SChr. 318, p. 296-298 (PG 36, 297B) = CLC8d2.23
  13. Krikones § 2349 << Oratio 38, In theophania, § 14.16-18, SChr. 358, p. 136 (PG 36, 328B2-5) = CLC15d2.5
  14. Krikones § 658 << Oratio 39, In sancta lumina, § 14.15-37, SChr. 358, p. 180-182 (PG 36, 351D-352B) = CLC3d8.2
  15. Krikones § 558 << Oratio 39, In sancta lumina § 15.1-3, SChr. 358, p. 182 (PG 36, 352B) = CLC3d7.2
  16. Krikones § 552 << Oratio 39, In sancta lumina, § 17.3-18, SChr. 358, p. 182 (PG 36, 353C-356A) = CLC3d2.7
  17. Krikones § 552 << Oratio 40, In sanctum baptisma, § 28-31.##, SChr. 358, p. 264-268 (PG 36, 400C-sqq) = CLC3d8.6
  18. Krikones § 758 << Oratio 40, In sanctum baptisma, § 30, SChr. 358, p. 266.9-12 (PG 36, 401B) = CLC4d1.13
  19. Krikones § 2128 << Oratio 40, In sanctum baptisma, § 9.7-32, SChr. 358, p. 215-216 (PG 36, 369A-D) = CLC13d2.12
  20. Krikones § 528 << Oratio 43, Funebris oratio… Basilii Magni, § 38, SChr. 384, p. 210.19-22 (PG 36, 547B-C) = CLC2d14.14[2]
  21. Krikones § 1409 << Oratio 45, In sanctum Pascha 2, § 19, PG 36, 649B = CLC9d1.5
  22. Krikones § 1912 << Oratio 45, In sanctum Pascha 2, § 15, PG 36, 644C35-36: = CLC12d1.3

identifiées par

ADL2020 MM2020

 

14.   *Iulius Africanus – Epistula ad Aristidem

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 1693

statut linguistique : grec / nouvelle traduction du grec

traductions

Pas de traduction latine connue avant la Catena

éditions

  1. C. Guignard, La lettre de Julius Africanus à Aristide sur la généalogie du Christ. Analyse de la tradition textuelle, édition, traduction et étude critique, Berlin – Boston, 2011 (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur, 167).

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : (1)

lemmes attributifs dans la Catena

Gregorius Nazianzenus

cité à partir de :

tradition indirecte : Nicétas d’Héraclée

sentences

Krikones § 713 << <Revera> Epistula ad Aristidem, § 26-27, ed. C. Guignard, 2011, p.  302.24-304.7= CLC3d8.9

identifiées par

ADL2020 MM2020

 

15.   Origenes – Homeliae ex variis locis

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

statut linguistique : latin /reprise d’une traduction latine du grec / nouvelle traduction du grec / traduction panachée

histoire et structure de la collection

groupe de 9 homélies latines éditées par Josse Bade dans son édition latine des oeuvres d’Origène

traductions

cas particuliers

éditions

homeliae inter collectas ex variis locis, in : Origenis opera, t. 3, Paris, 1522, p. cxv v°-cxxxi v [].

manuscrits

bibliographie

-Morin 1942 : G. Morin, « Les homélies latines sur saint Matthieu attribuées à Origène », Rev. Bén. 1942, p. 3-11.

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : (nombre provisoire ou définitif)

lemmes attributifs dans la Catena

cité à partir de :

status quaestionis

Antoine de Sienne (Ed1611) suivi par Nicolai (Ed1657 etc.) identifie plusieurs sentences dans les « homeliae inter collectas ex variis locis » expression qui désigne un groupe de 9 homélies latines éditées par Josse Bade dans son édition latine des oeuvres d’Origène (Origenis opera, t. 3, Paris, 1522, p. cxv v°-cxxxi v°)sentences

[index des sources = identifiant des sentences correspondantes]

sentences

hom. 1 = CMT1d10.9

hom. 5 = CMT8d1 ; CMT8d1 (5 x)#; CMT8d2 ; CMT8d3.2 CMT8d3.8 CMT8d3.14

hom. 6 = CMT8d7.3 CMT8d7.5 CMT8d7.7 CMT8d7.14 CMT8d7

hom. 7 : CMT15d5

identifiées par

MM2020

 

16.   Origenes – Homeliae in Ioannem

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

statut linguistique : grec

histoire et structure de la collection

Le commentaire d’Origène conservé concerne Io. 1, 2, 4, 8, 11 et 13 soit les tomes 1 (chap.1), 2 (chap. 2), 4 (chap. 4), 18 (chap. 8), 28 (chap. 11), 32 (chap. 13) auxquels s’ajoute quelque 140 scholia collectadeGCS 10 dont l’identification et l’authenticité sont discutés à cause des problèmes posés par l’identification des lemmes attributis des chaînes grecques.

traductions

Aucune traduction latine des commentaires d’Origène sur Jean n’est disponible au 13e siècle.

éditions

Origenes, Commentaria in Iohannem, GCS 10, Origenes Werke 4.

manuscrits

– Nicetas, Catena in Io. : manuscrit privilégié : Vat. gr. 1996 (commence à Io. 6, 20).

– Münich, BSB, Cod.graec. 437

  1. B. : les manques en Io. 7, 43 et Io. 11,33-40 n’affectent pas la CA qui ne cite pas Origène à ces endroits.

bibliographie

B. La Catena

nombre de sentences attribuées :

166 sentences dont 157 en primo traductions latines.

lemmes attributifs dans la Catena

cité à partir de :

[tradition directe/indirecte/mixte]

status quaestionis

  1. La CIO offre le seul recueil de traductions latines du commentaire d’Origène sur Jean au 13e siècle. Ce matériau a été complété par l’exploitation de traductions latines déjà existantes concernant des lieux synoptiques : un emprunt aux commentaires sur Matthieu (CIO21) et une homélie latine de Jean Scott Erigène, attribuée au Moyen Âge à Origène, dont sont extraites 8 sentences (CIO1) ; voir infra.
  2. La CIO est plus riche en citations origéniennes que la plupart des chaînes grecques. Elle contient plus de sentences origéniennes qu’il n’existe de scholia origéniens sur Jean édités à ce jour.
  3. Thomas ne semble pas avoir eu recours à une chaîne grecque pour Origène dans la CIO.

3.1 La chaîne de Nicétas sur Jean est très pauvre en citations d’Origène (6 sentences attribuées) et ne peut suffire à expliquer les sources grecques de la CIO (Preuschen, GCS 10, p. LXXXII).

3.2 Le recours à la chaîne de Cordier a été soutenu par Conticello à partir de l’étude du chapitre 1 et de la concordance – partielle – des citations de Basile qui y sont faites. A l’examen, l’hypothèse doit être écartée, au moins pour les autres chapitres dont la documentation grecque ne se retrouve pas dans la chaîne éditée de Cordier.

3.3. Il faut écarter aussi la chaînes de Cramer dont les citations origéniennes ne concordent pas avec celle de la CIO.

3.4 La recherche doit être poursuivie, car les chaînes sur Jean sont plus nombreuses que pour l’évangile de Marc. Mais la pauvreté des sources grecques de la CIO en comparaison de celles de la CMC et de la CLC indique que Thomas n’a pas disposé pour la CIO de la même base documentaire.

identifiées par

MM2020

 

17.   Origenes – Commentarii in Mattheum. [notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

numéros des répertoires concernés : CPL CPG RB

statut linguistique : grec traduit en latin

histoire et structure de la collection

Du texte grec original, 8 tomes sont conservés sur les 25 que comportait l’ouvrage, composé à la fin de la vie d’Origène.

La versio latina antiqua couvre les tomes 12 (c. 9) à 25 (fin)

2 tomes seulement en grec + 8tomes ¾ grec et latin + 8 tomes seulement en latin.

traductions

L’auteur de la traduction ancienne serait identique à celui de l’Opus imperfectum. On peut le situer vers le milieu du 5e s.

La traduction est plus une adaptation libre qu’une réelle traduction.

Les usages érudits distinguent :

  1. Vetus interpretatio = versio latina pour laquelle on conserve le texte grec.
  2. Series veteris interpretationis commentariorum Origenis in Mattheum = versio latina sans texte grec = Mt. 22, 34-27, 66 : .

Nota : la séparation entre les deux parties est postérieure à l’imprimerie ; totalement artificielle, elle est sans rapport avec l’identité et l’origine du traducteur (Girod 1975)

éditions

  1. Origenes, Commentariorum series 145 (translatio latina), in : E. Benz, E. Klostermann, ed., Origenes Matthäuserklärung 1 (Origenes Werke 11, GCS 38), Leipzig, 1933.
  2. Series veteris interpretationis commentariorum Origenis in Mattheum, series 63, PG 13 [pour mémoire ; reproduit la traduction de Huet que Girod 1975 dit très fidèle]

manuscrits

liste non exhaustive, reprise du conspectus siglorum de GCS 38

Versio latina antiqua:

  1. R =Reims [détruit dans l’incendie de 1774], 9e (8e ?)
  2. G = Rouen, BM 423, prov. Jumièges, 10e s.
  3. B = Brugge, Bürgerbibl. 58 (31), 12e s.

Versio latina recentior:

  1. L = London, BL, Add. 26761, 12e s. etc.

bibliographie

  • Altaner, Patrologia, Casale Monferrato, 19837, 2004;
  • Crouzel, Origène, Paris, 1985, 69-70;
  • Benz, E. Klostermann, Origenes Werke 11: Origenes Matthäuserklärung I (GCS 38), Leipzig 1933, VII-X;
  • Benz, E. Klostermann, Origenes Werke 10: Origenes Matthäuserklärung I (GCS 40), Leipzig 1935, XII-XIII;
  • Früchtel, «Zur altlateinischen Übersetzung von Origenes’ Matthäus-Kommentar», dans E. Klostermann, L. Früchtel, Origenes Werke 12.2: Matthänserklärung 3.2. Fragmente und Indices (GCS 41.2), Leipzig 1955, 23-52;
  • Girod 1975: R. Girod, «La traduction latine anonyme du Commentaire sur Matthieu», dans Origeniana (Quaderni di Vetera Christianorum 12), Bari 1975, 125-138; [CGC2017] [MM2019] [MM2021].
  • Morin 1925 : Morin (Germain), « Quelques aperçus nouveaux sur l’Opus imperfectum in Matthaeum », Revue Bénédictine, 37, 1925, p. 239-262 [démontre l’identité entre l’auteur de l’Opus imperfectum et le traducteur latin du commentaire d’Origène sur Mt.]
  • Nautin, Origène. Sa vie et son œuvre, Paris, 1977, p. 242;
  • Quasten, Patrologia, Casale Monferrato 1983, 325.

B. La Catena

nombre de sentences attribuées : (nombre provisoire ou définitif)

lemmes attributifs dans la Catena

Origenes.

Origenes. Super Mattheum.

cité à partir de :

tradition directe (traduite), indirecte (homéliaires), mixte

status quaestionis

CMT :

La Catena tantôt concorde, tantôt s’écarte des témoins de l’édition critique de la Versio latina. Tout rapprochement entre le texte de la Catena et un manuscrit particulier collationné dans les éditions critiques est impossible. Il est même difficile d’identifier la traduction latine utilisée, car Thomas retient des passages communs à la version antique et à la version recentior du 12e siècle (voir GCS 38).

CMT25d1.10 s’écarte du manuscrit de Reims contre l’accord G B L.

CMC :

Dans la CMC, les sentences attribuées à Origène proviennent soit de l’un des rares témoins de la tradition directe des anciennes versions latines du commentaire d’Origène sur Matthieu, œuvre de deux traducteurs anonymes de la fin du 4e siècle et du 5e siècle, soit des emprunts que leur ont fait les divers homéliaires de l’office. Il existe plusieurs recensions de cette traduction latine, mais les passages cités dans la CMC ne permettent pas de dire avec certitude quelle version Thomas a utilisée, hormis quelques leçons peu significatives propres aux témoins de la versio antiqua. Thomas cite également – mais sans en avoir conscience – sous le nom de Chrysostome des fragments d’Origène cités sans déclaration d’autorité par la chaîne de Victor d’Antioche.

sentences

[index des sources = identifiant des sentences correspondantes]

identifiées par

collaborateurs du travail d’identification

 

18.   Origenes – Homeliae in Lucam [notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 1453

statut linguistique : grec / latin

histoire et structure de la collection

Texte grec lacunaire. Doit être complété, pour les passages sans texte grec original conservé, par les scholia des chaînes dont l’authenticité est souvent problématique, et par la traduction de Jérôme

traductions

  1. Origenes, Homiliae in (Hieronimi translatio), GCS 35, Origenes Werke 9, 1930.
  2. Catena aurea : sentences extraites de la chaîne de Nicétas

éditions

  1. Origenes, Homiliae in , GCS 35, Origenes Werke 9, 1930.
  2. voir ici Origenes – Scholia in Lucam

manuscrits

bibliographie

B. La Catena

nombre de sentences attribuées :

lemmes attributifs dans la Catena

Origenes.

cité à partir de :

tradition directe, indirecte.

status quaestionis

  1. Les sentences de la CLC attribuées à Origènes sont extraites de deux sources complémentaires, parfois combinées au sein de la même sentence :
  2. la chaîne de Nicetas sur Luc : Origène est peu cité par la chaîne de Nicétas dont les scholie sont parfois éloignées du texte original d’Origène, lui-même très lacunaire.
  3. Jérôme, traduction latine des homélies d’Origène sur Luc : cette traduction est plutôt un paraphrase ; par endroits, elle est parfois le seul témoin conservé du commentaire d’Origène dont le texte grec conservé est lacunaire. perdu conservé, ell s’éloigne fortement du texte grec conservé, quoiqu’en ait dit H. Crouzel (SChr 85, p. 85-87). Il suffit de comparer les deux versions pour s’en convaincre. Nous n’avons reproduit le texte grec que lorsqu’il y a un doute possible sur l’origine de la version de Thomas.
  4. Dans la CMC, sous l’autorité de Chrysotome, l’influence des homélies d’Origène sur Luc ainsi que de certains fragments grecs de celles-ci a également pénétré jusqu’à Thomas par l’intermédiaire de la chaîne de Victor d’Antioche sur Marc.

sentences

identifiées par

MM2019 MM2020

 

19.   Origenes – Scholia in Lucam [notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

CPG 1452

statut linguistique : grec

histoire et structure de la collection

Texte grec lacunaire. Doit être complété, pour les passages sans texte grec original conservé, par les scholia des chaînes dont l’authenticité est souvent problématique, et par la traduction de Jérôme

traductions

  1. Catena aure : sentences extraites de la chaîne de Nicétas

éditions

  1. Origenes, Commentarii in Lucam (fragmenta), GCS 49, Origenes Werke 9, p. 227-336

manuscrits

bibliographie

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Origenes.

cité à partir de :

Nicetas, Catena in Lucam

status quaestionis

Voir ici Origenes – Homeliae in Lucam.

sentences

identifiées par

MM2019 MM2020

 

20.   *Paschasius Radbertus – De assumptione sanctae Mariae uirginis (790-865)

Répertoires

CPL 0633

A. L’œuvre et sa transmission

Cette lettre attribuée à Jérôme par Paschase Radbert et la théologie médiévale ne fait pas partie du fond primitif de l’homéliaire de Paul Diacre mais elle a été intégrée assez systématiquement par parties dans les homéliaires monastiques du 12° siècle; cf. R. Étaix, Homéliaires patristiques latins. Recueils d’études de manuscrits médiévaux, Paris, 1994, p. 243 et passim. Les dominicains y ont puisé certaines leçons de leur office de l’Assomption (A.-E. Urfels-Capot, Le sanctoral du lectionnaire de l’Office dominicain, Paris, 2007, § 99-101).

éditions

Paschasius Radbertus, De assumptione sanctae Mariae uirginis, CCCM 56C, p. 109-162.

Hieronymus (pseudo), Epistola 9 ad Paulam et Eustochium de assumptione beatae Mariae Virginis (inc. Cogitis me…), PL 30, 122C-142D.

Paulus Diaconus Warnefridus, Homiliarius, hom. 46 de sanctis (de assumptione Virginis), PL 95, 1498A-1505A.

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Hieronymus. In sermone assumptionis

Hieronymus.

nombre de sentences attribuées : 2

Cité à partir de :

tradition indirecte : Paul Diacre, Homéliaire.

status quaestionis

Les phrases retenues par la Catena diffèrent des leçons du sanctoral dominicain extraites de cette même homélie attribuée à Jérôme ; on les trouve en revanche à l’identique, sous la même attribution, dans le Bréviaire cistercien à l’exception du passage cité en CLC1d9.3[b]; cf. Breviarium Cisterciense primitivum, sanctorale, in assumptione s. Mariae (15 augusti) , in secundo nocturno, lec. 6 , 7, 8 et 11, ed. Ch. Waddell, Fribourg-CH, 2007, § 1793-1795 et 1799, p. 531-532.

sentences identifiées

1.Paschasius Radbertus, De assumptione sanctae Mariae uirginis, § 27, CCCM 56C, lin. 220 sqq. >> Paulus Diaconus Warnefridus, Homiliarius, hom. 46 de sanctis (de assumptione Virginis), PL 95, 1498B = CLC1d8.7

2.Paschasius Radbertus, De assumptione sanctae Mariae uirginis, § 28-29, CCCM 56C, lin. 227-250 sqq. >> Paulus Diaconus Warnefridus, Homiliarius, hom. 46 de sanctis (de assumptione Virginis), PL 95, 1498D-1499A = CLC1d9.3

 

21.   *Petrus Alphonsi – Dialogus contra Iudeos (1100-1140#)

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

statut linguistique : latin

titre :

  • Dialogus Petri Cognomento Alfunsi ex Iudeo Christiani et Moysi Iudei

éditions

  • Petri Alfonsi Dialogus. Kritische Edition mit deutscher Übersetzung. Carmen Cardelle de Hartmann, Darko Senekovic, Thomas Ziegler (édition), Peter Stotz (traduction), Firenze, SISMEL – Edizioni del Galluzzo, 2018. (ISBN 978-88-8450-861-4) n. v.
  • PL 157

manuscrits

Voir ici : éditions.

bibliographie

Voir ici : éditions.

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Petrus Alphonsus

nombre de sentences attribuées : 1

Cité à partir de :

  • tradition directe

status quaestionis

Mort en 1140, Pierre Alfonse est l’auteur le plus récent nommément cité dans la Catena. Thomas le cite à partir de l’œuvre originale. Il n’est pas étonnant de trouver dans la partie de la Catena préparée à Paris une citation de cet auteur. Il était connu dans les milieux intellectuels de la province dominicaine de France : Vincent de Beauvais cite Pierre Alfonse dans le Speculum maius achevé en 1259 au moment du départ de Thomas pour l’Italie.

 

sentences

Petrus Alfonsi, Dialogus, tit. 7, PL 157, 613D-614D (cf. ed. Firenze 2018, p. 244-258 sqq.) = CMT1d13.15

identifiées par

MM2013

 

22.   Rabanus Maurus – In Mt. (780 – 856; 821-822 )[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

RB

L’œuvre et sa transmission

statut linguistique : latin

éditions

Rabanus Maurus, Expositio in Matthaeum, CCCM 174, CCCM 174A, ed. B. Löfstedt, 2000

PL 107, 727-1156. Prol. ed. E. Dümmler, MGH, Epistolae V (1898) 388-390

manuscrits

bibliographie

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Rabanus.

Glossa.

nombre de sentences attribuées : 314 (provisoire)

Cité à partir de :

  1. tradition directe et indirecte (Glossa ordinaria)
  2. voir ici Glossa ordinaria

status quaestionis

  1. Les nombre de sentences attribuées à Raban concernent uniquement la CMT.
  2. Les nombre de sentences attribuées à Raban sont souvent composites, alternant des expressions de la Glose ordinaire et du commentaire original.

sentences

CMT12d2.17

et passim

identifiées par

FG2013, MM2017, MM2020, MM2021

 

23.   Theophylactus – Enarratio in Evangelium Marci (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

statut linguistique : latin /reprise d’une traduction latine du grec / nouvelle traduction du grec / traduction panachée

histoire et structure de la collection

traductions

latine partielle : Catena aurea

éditions

Theophylacti Archiepiscopi Bulgariae, In quatuor Evangelia enarrationes / Ioanne Oecolampadio interprete, Basel, 1524 = Paris, 1539 = Basel, 1541 ; Paris, 1542 etc.

Theophylactus, Enarratio in Evangelium Lucae, PG 123

bibliographie

Conticello 1990

voir ici Theophylactus – Enarratio in Evangelium Ioannis

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Theophylactus

formes rejetées

Theophylus

attributions erronées à :

Cyrillus. Theodoretus. etc.

nombre de sentences attribuées : 365 (provisoire)

Cité à partir de :

  1. tradition directe

status quaestionis

plusieurs sentences non repérées jusqu’ici en raison d’accident de copie des lemmes attributifs ou d’insertion à l’intérieur de nombre de sentences attribuées à d’autres autorités. .

sentences

identifiées par :

CGC2014-2017 ; MM2020 ; ADL 2020

 

24.   Theophylactus – Enarratio in Evangelium Lucae (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

statut linguistique : nouvelle traduction du grec

histoire et structure de la collection

traductions

latine partielle : Catena aurea

éditions

Theophylacti Archiepiscopi Bulgariae, In quatuor Evangelia enarrationes / Ioanne Oecolampadio interprete, Basel, 1524 = Paris, 1539 = Basel, 1541

Theophylactus, Enarratio in Evangelium Lucae, PG 123, 683-1125

bibliographie :

Conticello 1990

voir ici Theophylactus – Enarratio in Evangelium Ioannis

La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Theophylactus

formes rejetées

Theophylus

attributions erronées à :

Cyrillus. Theodoretus. etc.

nombre de sentences attribuées : 462 (provisoire)

Cité à partir de :

  1. tradition directe

status quaestionis

plusieurs sentences non repérées jusqu’ici en raison d’accident de copie des lemmes attributifs ou d’insertion à l’intérieur de nombre de sentences attribuées à d’autres autorités. .

sentences identifiées par :

CGC2015 ; MM2020 ; ADL 2020

sentences

identifiées

CGC2014-2017 ; MM2020 ; ADL 2020

 

25.   Theophylactus – Enarratio in Evangelium Ioannis (1050-1108/1126 ?)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

répertoires

statut linguistique : grec

traductions

latine partielle : Catena aurea

éditions

Theophylacti Archiepiscopi Bulgariae, In quatuor Evangelia enarrationes / Ioanne Oecolampadio interprete, Basel, 1524 = Paris, 1539 = Basel, 1541 ; Paris, 1542 etc.

Theophylactus, Enarratio in Evangelium Joannis, PG 123, 1126 ; PG 124, 9-318.

bibliographie

Conticello 1990

Conticello 2004 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Théophylacte de Bulgarie, source de Thomas d’Aquin (Catena aurea in Ioannem) », in : Philomathestatos : Studies in Greek and Byzantine Texts Presented to Jacques Noret for his Sixty-Fifth Birthday, éd. B. Janssens, B. Roosen, P. van Deun, Leuven-Paris-Dudley, MA, Uitgeverij Peeters en Departement Oosterse Studies, 2004, p. 63-75.

Obolensky 1988 ; Dimitri Obolensky, Six Byzantine Portraits, Oxford, Clarendon Press, 1988, p. 34-82.

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Theophylactus

formes rejetées

Theophylus

attributions erronées à :

Cyrillus. Theodoretus. etc.

nombre de sentences attribuées : 247 (provisoire)

Cité à partir de :

tradition directe

status quaestionis

plusieurs sentences non repérées jusqu’ici en raison d’accident de copie des lemmes attributifs ou d’insertion à l’intérieur de nombre de sentences attribuées à d’autres autorités. .

sentences identifiées par :

CGC2016 ; MM2020 ; ADL 2020

sentences

identifiées

CGC2014-2017 ; MM2020

 

26.   Thomas de Aquino – [Loci paralleli] (1250-1274)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

Opera omnia, in : Index Thomisticus / Corpus thomisticum

éditions

Edition leonina

Corpus thomisticum

bibliographie

Bataillon 1993 : Bataillon (L.-J.), « Saint Thomas et les Pères: de la Catena à la tertia pars », dans C.-J. Pinto de Oliveira ed., Ordo sapientiae et amoris : image et message de Saint Thomas d’Aquin à travers les récentes études historiques, herméneutiques et doctrinales : hommage au Professeur Jean-Pierre Torell OP à l’occasion de son 65e anniversaire, Fribourg, 1993, p. 15-36.

Borgo 2015 : Borgo (Marta), « I sermoni di Tommaso d’Aquino e la Catena aurea : uno status quaestionis alla luce dell’edizione Bataillon », Memorie Domenicane, 46 (2015), p. 553-579.

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

passim

status quaestionis

De nombreuses sentences de la CA ont des parallèles dans l’ensemble des autres œuvres de Thomas. Ces parallèles s’avèrent être soit des témoins de la documentation thomasienne disponible avant la mise en chantier de la Catena (Scriptum super Sententiis) ou au cours de celle-ci (Reportatio in Ioannem), soit des témoins de l’utilisation de la Catena ou des dossiers préparatoires à celle-ci par Thomas. Il s’agit principalement de la Somme de théologie, des commentaires bibliques (Reportatio in Ioannem, Reportatio in Matthaeum), certains opuscules comme le De perfectione, et de quelques Quodlibets.

sentences identifiées

Voir CAE : apparats : <Loci paral.>

[liste des références aux œuvres de Thomas avec lesquels des parallèles ont été établis avec la Catena]

sentences identifiées par

[MM2015-2021]

 

27.   Thomas de Aquino – [Glossator : sentences personnelles dans la Catena] (1261-1272)[notice en cours de construction]

A. L’œuvre et sa transmission

Répertoires

éditions

Catena aurea electronica et editiones

manuscrits

Mss. de la Catena aurea

bibliographie

  1. Morard, Famosus Glossator. Thomas d’Aquin auteur de la Catena aurea in evangelia (en préparation)

B. La Catena

lemmes attributifs dans la Catena

Glossa [développé dans la Catena aurea electronica en « Glossa<tor> » pour en faciliter le repérage électronique et les différentier des sentences extraites d’autres sources].

nombre de sentences attribuées : 100 (provisoire)

Cité à partir de :

Rédaction personnelle par Thomas d’Aquin

status quaestionis

Thomas assigne parfois le lemme attributif « Glossa » à des sentences qu’il a lui-même rédigées, s’inspirant ponctuellement de sources identifiables reformulées, dont ses propres œuvres ou, tout au moins, des passages, des expressions et du vocabulaire caractéristiques de son œuvre .

sentences

à préciser

identifiées par

[MM2015-2021]

[1] Rien ne permet d’affirmer qu’il fut « secrétaire » de Thomas . Dondaine, Secrétaires, p. 303 l’affirme sans autre raison que le fait qu’un témoignage du procès de canonisation le mentionne à propos de détails des méthodes de travail de Thomas. R. Wiellockx a récemment montré – en se gardant de toute identification nominale – combien la thèse des secrétaires alternatifs devait être nuancée ; cf. Robert Wielockx, « A Scribe of Four Scholars », Bulletin de philosophie médiévale, 58 (2016), 89-99, ici p. 98-99.

[2] Dondaine, Secrétaires, p. 133 croit devoir infirmer ce témoignage sous prétexte que l’autographe du Contra Gentiles est écrit sur des feuillets entiers ; c’est oublier qu’un autographe n’est jamais que la mise au propre par un auteur de notes préparatoires perdues.

Mises en page de la Bible glosée

Plusieurs schémas de mise en page  glosée, du plus sommaire au plus sophistiqué, ont été adoptés pour la Bible entre le 6e et le 16e siècle, faisant l’objet de modes qui fluctuent dans le temps. Certaines mises en pages sont donc typiques d’une époque ou associées principalement à telle version de la Bible glosée. Dans le cas des simples commentaires (scolaires ou homilétiques) le lemme ou texte biblique est intégré partiellement dans le fil des commentaires bibliques continus, sous forme de citations partielles et indicatives, souvent suivies de la locution “et caetera” (lemme « catchwords »).

Les manuscrits bibliques glosés se distinguent des simples commentaires bibliques par le fait qu’ils contiennent l’intégralité du texte d’un ou plusieurs livres bibliques, distingué des commentaires ou gloses qui l’accompagnent par une mise en page spécifique (organisation de la page, types et modules d’écriture, couleurs). Selon les oeuvres et les époques, les manuscrits de la Bible glosée adoptent l’un ou l’autre des schémas de mise en page suivants:

1. mise en page avec lemme intercalé dans la Glose, en sections – ancêtres de nos versets bibliques – (rubriqué ou non) dans le texte de la Glose, de même module que la Glose ou non (modèle minoritaire, attesté dès la période carolingienne, utilisé notamment par Florus de Lyon [Lyon, BM, 484], Smargde [Boulogne-sur-Mer, BM, 025], Pierre Lombard in Ps. (quelques manuscrits) et même pour certains manuscrits de textes patristiques, comme par exemple Augustin, Tractatus in Iohannem, ms. Chantilly, Château, 121, f. 114rb, copié en Allemagne, à l’abbaye cistercienne de Himmerode en 1154. La Glose ou le commentaire peuvent être copiés soit à longues lignes, soit sur 2 col.

2. mise en page sur 2 colonnes, avec lemme au centre du livre ouvert (aperture) : texte biblique sur une colonne continue, de part et d’autre de la marge de couture (gloses marginales alternativement à gauche et à droite des feuillets ; les gloses interlinéaires sont exceptionnelles, surtout au 12e siècle. Exemple : Glossa media de Gilbert de la Porrée; voir aussi Odbert de St-Bertin, In Ps.

3. mise en page sur 3 colonnes, avec lemme au centre de chaque feuillet : texte biblique sur une colonne continue régulière au centre du feuillet avec gloses marginales et/ou interlinéaires (Gloses carolingiennes et laonnoises), surtout entre le 9e et la fin du 12e siècle. C’est le schéma typique de la Glose ordinaire. A l’intérieur d’un même manuscrit, en fonction de la longueur des gloses, on peut observer parfois des irrégularités qui correspondent à d’autres schémas dérivés comme la mise en page “puzzle” ou le modèle “juridique”. Exemple : Paris, BnF, lat. 59

4. mise en page “puzzle” : texte biblique et gloses disposés en pièces irrégulières assemblées sur 1, 2 ou 3 colonnes, elles-même de largeur et de longueur irrégulières formant des pièces de taille et de module différents, ajustées les unes aux autres et analogues à celles d’un puzzle. Exemple : Beaune, BM 10, f. 5 : Glossa ordinaria (Sap.); Madrid, Biblioteca de la Universidad Complutense, BH MSS 218, f. 136r : Glossa ordinaria (Sir.).Ce schéma est appliqué à tous les livres de la bible glosée parisienne du 13e siècle (Glose ordinaire standardisée), à l’exception du Psautier et du corpus paulinien pour lesquels on préfère la disposition du lemme en îlots :

5. mise en page avec lemme “en îlots” : texte biblique intercalé, soit sur la moitié droite de la colonne du texte de la Glose (Magna Glossatura italienne, minoritaire), soit sur la moitié gauche de celle-ci (Magna Glossatura parisienne : modèle majoritaire). Ce modèle, diffusé avec la Grande Glose de Pierre Lombard, a été adopté pour la mise en page de la Catena aurea de Thomas d’Aquin et d’autres commentaires bibliques au 13e siècle. Exemple :

6. mise en page “juridique” : le lemme commenté est disposé sur deux colonnes partielles placées au centre des feuillets et entourées par la Glose sur trois côtés. Ce schéma a été généralisé par les gloses juridiques manuscrites. Il est appliqué à certains commentaires bibliques dès la seconde moitié du 13e siècle, sur les parties où la glose est la plus importante (notamment certaines parties des postilles brèves de Hugues de St-Cher). Il a été appliqué systématiquement aux commentaires bibliques (Glose ordinaire, Nicolas de Lyre, Postilles longues de Hugues de St-Cher) par les éditions imprimées.

Dans ce tableau la colonne “Textus”  concerne la mise en page du texte biblique, “expositio” la mise en page du commentaire ou des gloses associés au texte biblique.

dates titres de la Glose normalisés livres bibliques type textus biblicus
expositio glose interl. auteurs
600-1800 Glossa N. quelques tout type tout type glose marg. parfois divers
600-1800 Glossa (anonyma) quelques tout type tout type glosesmarg. parfois anonyme
600-1090 Glossa prisca quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. parfois anonyme
1025 < Glossa Brunonis Ps. 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. non Bruno Herbipolensis / Würzburg
1000 c. Glossa Odberti Ps. 2 col. emboîtées continu centre de l’aperture glose marg. encadrante non Odon de Saint-Bertin
1090 < Glossa parva Ps. Paul 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Anselme de Laon
1090-1180 c. Glossa ordinaria quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Ecole de Laon, Gilbert l’Universel
1140-1180 Glossa media Ps. Paul 2 col. paral. continu centre de l’aperture continue lateralis non Gilbert de Poitiers
1160 < Glossa magna Ps. Paul îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue reticulata non Petrus Lombardus
1180-1280 Glossa ordinaria² sauf Ps. Paul. puzzle interrompu irrégulier glose marg. encastrées oui anonyme
1235-1245 Postille Hugonis OP tous sine textu catchwords [rare : îlots] continue non Hugo de Sto Caro
1250-1270 Glossa dominicana OP tous îlot central continu au centre des f. continua lateralis quandoque involvans non Hugo de Sto Caro
1262-1272 Catena aurea OP évangiles îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue non Thomas de Aquino
1270-1290 Postille Gorrani OP quelques sine textu catchwords  [îlots : Ps.] continue non Nicolaus de Gorran
1319-1339 c. Postille Lyrae OFM tous sine textu catchwords continue non Nicolaus de Lyra

Citer ce billet : Martin Morard, "Mises en page de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1672, version du 20/01/2022.

Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin

On trouvera ici quelques indications très sommaires sur les principales versions latines du Psautier en usage au Moyen-Âge.

A. Psautier hébreu
1. Texte pré-massorétique : Qumran
2. Texte massorétique : (1er s. av. J.-C.)
• Edition : Kittel, Stuttgart, 1937.
B. Psautier grec
1. LXX
• Edition A. Rahlfs, Stuttgart.
2. traductions postérieures : Tétraples, Hexaples et Octaples origéniens ou dérivés
a- Théodotion
b – Quinta
c – Aquila
d- Symmaque
3. psautier syro-hexaplaire

Très abondante littérature.
Cf. Masséo Caloz, Etude sur la LXX Origénienne du Psautier : les relations entre les leçons des Psaumes du Ms. Coislin 44, les Fragments des Hexaples et le texte du Psautier Gallican, Fribourg-CH, 1978 (Orbis biblicus et orientalis, 19)
Cf. P. Nautin, Origène, sa vie et son oeuvre, Paris, 1977, p. 453-454.

D. Psautiers latins
0.1 Psautier Romain pré-hiéronimien (perdu)
0.2 Psautier Africain (saint Augustin)

Histoire: CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
Editions :
• BLANCHINUS (I.), Vindiciae Canonicarum Scripturarum, Rome, 1740, p. 1-278 [Vetus latina 300]
• CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
• DOLD (A.), ALLLGEIER (A.), Der Palimpsestpalter im Codex Sangallensis 912 (TAB, I, 22-24), Beuron, 1933 [Vetus latina 304]
• Sinaï, Ste-Catherine, slavon n° 5 (VIIe s. ?)
ALTBAUER (Moshé), Psalterium latinum Hierosolymitanum : Eine frühmittelalterliche lateinische Handschrift (Sin. Ms. n°5), , Wien-Köln-Graz, 1978. [fac. sim., Vetus latina 39]
Le Psautier latin du Sinaï, intr. R. Gryson, éd. André THIBAUT, Freiburg (D), 2010 (Aus der Geschichte der lateinischen Bibel, Vetus latina, 39) [Vetus latina #460).

1. Psautiers hiéronimiens

1.1 traductions faites sur le grec

[1.1.1 Psautier Romain hiéronimien] :

révision du psautier romain en usage à Rome au IVe s. par Jérôme sur le grec de la LXX =>

• Edition : voir 1.1.2 et 2.1.d-
Jérôme était lui-même insatisfait de ce travail qu’il mentionne dans sa préface du Psautier iuxta LXX, et le qualifie de rapide. Rien ne permet d’avoir l’assurance qu’il a effectivement servi à corriger le psautier en usage à Rome connu sous le nom de Psautier Romain. Le texte original en est pour le moins perdu. Plus exactement, il n’a survécu qu’au travers de la seconde révision effectuée par Jérôme, savante et munie de signes critiques, connue sous le nom de Psautier iuxta Septuaginta.

1.1.2. Psalterium iuxta Septuaginta / d’après le grec des Hexaples / dit Psautier gallican (entre 389-392) :

version définitive de la révision du Psautier Romain sur la LXX

• Editio maior: Liber Psalmorum ex recensione sancti Hieronymi cum præfationibus et epistula ad Sunniam et Fretelam, in Biblia sacra iuxta latinam vulgatam… cura monachorum abbatiae Sancti Hieronymi in Urbe, t. 10, Romæ, Typis Polyglottis Vaticanis, 1953. [attention : le texte édité n’est pas le reflet de la réception majoritaire du texte hiéronymien, mais une reconstitution de l’archétype supposé de celui-ci. Toujours se reporter au détail des leçons indiquées en apparat]
• Editio minor: Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem, Robert WEBER, Roger GRYSON ed. cum B. FISCHER; H.I. FREDE, Iohanne GRIBOMONT, H. F. D. SPARKS, W. THIELKE, Deutsche Bibelgesellschaft, 4e éd., Stuttgart, 1969-1994, p. 767-955.
Cf. FISCHER (B.), dans : Der Stuttgarter Bilderpsalter Bibl. Fol. 23Würtembergische Landesbibliothek Stuttgart. II. Untersuchungen, Stuttgart, 1968, p. 223-288 [Vetus latina 422]

1.2 Psalterium iuxta hebreos (391-392)

Cette version savante n’a jamais été utilisée pour le culte public ou la récitation privée.
• Edition : HIERONYMI (Sancti), Psalterium iuxta hebræos, Dom HENRI DE STE-MARIE ed., Rome, Abbaye de St-Jérôme – Città del Vaticano, 1954 (CBL 11).

2. Psautiers « Vieux latins »

On qualifie par principe de ‘vieilles latines’ les versions de la Bible latine antérieure aux traductions de saint Jérôme. Elles correspondent pour la plupart, en ce qui concerne le Psautier, aux versions liturgiques établies dans les principaux centres chrétiens de l’Empire (évêchés) au moment où les communautés locales ont adopté le latin (langue véhiculaire) à la place du grec pour la célébration du culte public.

2.1. Psautiers Italiens / Vetus italica / Itala

a- Psautier de Vérone (VIe- VIIe s.) = Psautier duplex (PsLXX-latin) : Verona, Capitolo, cod. 1)

b- Psautier de Saint-Germain (VIe s.) : Psautier simplex, Paris, BnF lat. 11947 (Sabatier, Vetus latina italica, t. 2)

c- Psautier Milanais ou Ambrosien (~ 10 mss.)
• Breviarium Ambrosianum, Milan, 1857, 4 vol.
• Magistretti (M.), Manuale Ambrosianum ex codice saec. XI. Pars prima. Psalterium et Kalendarium, Milan, 1905 [Vetus latina 400-402]

d- Psautier Romain post hiéronimien
Version dont l’usage s’est prolongé à Rome jusqu’au 20e siècle, dans les îles britanniques jusqu’au 12e siècle, en Italie parfois jusqu’au concile de Trente (cartographie chronologique plus précise en préparation. Plusieurs versions peuvent être en usage simultanément dans la même région (ainsi à Rome le Psautier gallican est utilisé à la Curie, alors que les basiliques romains célèbrent la liturgie des Heures avec le Psautier romain)

• Edition a, b, c, d, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).

f- Psautier de Rufin d’Aquilée (345-411, reconstitution)
Edition : MERLO (Francisca) GRIBOMONT (J.), Il Salterio di Rufino, Rome, 1972 (CBL, 14)
g- Psautiers erudits
• 1. Edition : Liber Psalmorum iuxta antiquissimam latinam versionem nunc primum ex Casinensi cod. 557, D. Ambrosio AMELLI ed., Romæ-Ratisbonæ-Neo-Eboraci, 1912 (CBL 1) [Vetus latina 136].
• 2-3 Cf. versions hiéronimiennes

2.2 Psautiers Germano-Francs
a- Psautier lyonnais (V-VIe s.) : Hybride Ps-R/Ps-G
b- Psautier de Corbie (VIIIe s.) : Psautier triplex (Ps-H, Ps-G) : St-Petersbourg, F. v. I. n. 5
• Edition a, b, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
2.3 Psautier Mozarabe ou Vetus Hispana ou wisigothiques…
• Editions : – Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
témoin principal : Bible de la Cava :
– [forme A Vetus latina 189, 2e colonne] [Vetus latina Hispana, t. 5, 1-3.]
Origen, dependencia, derivaciones, valor e influjo universal, reconstruccion, sistematizacio, analisis de sus diversos elementos, coordinacion yedicion critica de su texto. Estudio comparativo con los demas elementos de la ‘Vetus latina’, los padres y escritores eclesiasticos, los textos griegos y la vulgata, t. 5, 1 à 3 : El Salterio, Teofilo AYUSO MARAZUELA, éd., Madrid, 1962.
– [forme B Vetus latina 189]
• Teofilo AYUSO Marazuela, Psalterium visigothicum-mozarabicum (Biblia Polyglotta Matritensia, VII. Vetus latina, 21), Madrid, 1957.
Cf. Brou (Louis), «Le Psautier liturgique wisigothique et les éditions critiques des psautiers latins», Hispania Sacra 8 (1955), p. 337-360.

2.4 Psautiers celtiques

Voir les travaux de Martin Mc-Namara

2.5 Psautiers anglo-normands
a- PSAUTIER DIT ‘D’AUGUSTIN DE CANTERBURY’ (+ 604) : ms. daté entre 720 et 740
• Editions. : WRIGHT (D. H.), CAMPELL (A.), The Vespasian Psalter, British Museum Cotton Vespasian A.I., Copenhagen, 1967.

3. Psautiers duplex, triplex, quadruplex et polyglottes:
a- Salomon III de St-Gall (909)

4. Correctoires des Psaumes
Longue tradition de notes critiques relatives à la correction du texte du Psautier latin dérivée de la lettre de Jérôme à Sunnia et Fretela
a – Jérôme, Lettre à Sunnia et Fretela (Editio maior, t. 10)
b – Florus et le Psautier :

la lettre à Eldrade de Novalèse (voir P.-M. Bogaert, Revue bénédictine, et note de lecture sur Sacra Pagina ; voir aussi les travaux en cours de Pierre Chambert Protat)
c –Sedulius Scot
Epistula de psalterio in linguam latinam transferendo, MGH Epp., 6 (E. Dümmler, 1925), p. 202-205 (travaux en cours de Marie-Noëlle Diverchy)

d – Nicolas Maniacoria
c- correctoires des 12e et 13e siècles (travaux en cours de Martin Morard)

5. Psautier médio-latin
• Edition en cours de publication sur le site Gloss-e.irht.cnrs.fr
L’édition critique de la Vulgate procure une reconstitution du texte hiéronymien assez éloignée des versions en usage entre le 9e siècle et le concile de Trente. De nombreuses leçons retenues, pour de bonnes raisons critiques, ne sont attestées par un ou deux témoins alors que les plus fréquemment reçues sont rejetées en apparat. Le texte biblique qui accompagne l’édition électronique de la Glose ordinaire restitue les leçons majoritaires en circulation et indique en apparat les leçons issues de collations de psautiers latin de référence (psautiers « prototype » des liturgies cisterciennes et dominicaines, témoins du texte de la bible parisienne, etc., leçons des correctoires bibliques parisiens du 13e siècle, etc. )

Citer ce billet : Martin Morard, "Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1231, version du 20/01/2022.

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik”, 2007

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik (ms. Dubrovnik, Dominikanski Samostan, 58 sub vitro)”, Segno e testo 5 (2007) 341-393.

Etude de cas qui rattache chronologiquement et textuellement cette bible atlante au groupe de la bible de Genève, bibl. publ. et universitaire, lat. 1 ; Admont, Stiftsbibl. C-D ; San Daniele del Friuli Bibl. Guarneriana, I-II.

Morard (Martin), « Daniel de Lérins et le Psautier glosé: un regard inédit sur la Glose à à la fin du xie siècle », Revue bénédictine, 121 (2011), p. 393-445.

Dans le dernier quart du xie siècle, avant 1102, Daniel, moine laïc de l’abbaye de Lérins (France) écrivit, à la demande de son abbé et pour sa communauté, un commentaire du Psautier dont l’unique manuscrit est aujourd’hui perdu. Son épître dédicatoire adressée à Eldebert, abbé de Lérins, a néanmoins survécu grâce à la copie qu’en prit dom Claude Estiennot en 1681. Transmise à Mabillon, qui se contenta de la signaler, elle est éditée ici pour la première fois. Son texte décrit les difficultés suscitées auprès de certains moines par la lecture du Psautier, glosé « en marges et en interlignes » ; pour y surseoir, l’abbé commanda à Daniel un commentaire rédigé, composé des sentences de la Glose assemblées. Cette lettre offre un point de référence, surprenant à plus d’un titre, qui aide à mettre en perspective l’histoire et le succès que rencontra la Glose de Laon. Le style et la structure du document sont mis en perspective grâce à l’édition de l’épître dédicatoire d’un autre commentaire des Psaumes, quasi contemporain, originaire d’Italie septentrionale (Assisi, Sacro Convento, 83).

Macaluso (Andrea), « Hraban et le Psautier glosé de Fulda (Frankfurt Barth 32)», 2011

Macaluso (Andrea), « Hraban et le Psautier glosé de Fulda (Frankfurt Barth 32)», dans Raban Maur et son temps, P.  Depreux, S.  Lebecq, M. J.-L. Perrin, O. Szerwiniack (éd.), Turhout, 2011, p. 325-354.

L’auteur étudie de manière précise la facture et le contenu d’un des deux plus anciens psautiers glosés carolingiens, le manuscrit Frankfurt (Main), Stadt-und Universitätsbibl., Barth. 032 daté des années 830-833. L’auteur soutient qu’il fut composé selon un plan unitaire par plusieurs mains contemporaines (malgré la forte disparité des systèmes graphiques en présence, insulaire et carolingien) et sans dépendre d’un modèle (antigrafo).  A la liste de psautiers glosés carolingiens qu’il propose (n. 4), il faut retrancher Orléans, BM 48 (de copie plus tardive), ajouter Troyes, BM 615 ainsi que les psautiers dits de Bruno de Würzburg qui sont des éditions du xie siècle de Sankt-Gallen, Stiftsbibl. 27. La version du Psautier Romain du manuscrit viendrait chronologiquement en troisième position après les deux psautier d’Augustin de Cantorbery et de de Salaberge .Mais cette vision un peu simpliste ne tient pas compte des psautiers triplex et de la fragilité des datations reçues. Aux deux mains identifiées, l’une insulaire, l’autre caroline, correspondent deux types de citations, l’un intégrale et l’autre synthétique, qui attestent une composition progressive de cette glose. Les changements de mains correspondent à des changements de sources et de traitement des sources. Dans le manuscrit , les gloses sur les titres des Psaumes et les gloses sur le texte ont été copiées de façon indépendante, les titres probablement en premier. L’auteur en conclut “con assoluta certezza” que “les copistes sont aussi les auteurs de la glose”, comme s’il fallait considérer les gloses carolingiennes comme des oeuvres d’auteur. C’est cette relative naïveté qui pourrait être reprochée à l’auteur. L’ordre de copie du manuscrit est reconstitué comme suit : 1. Lemme et glose des titres; 2. Gallicanisation du psautier par corrections marginales ; 3. Retour au Ps-Romain par une main contemporaine ; 4. Glose des Psaumes 1 à 4 par une main assez archaïque ; 5. l’autre main –aidée par au moins huit autres mains – procède selon les schémas du nouveau commentaire carolingien plus pédestrement compilatoire; 6. la copie des collectes psalmiques par une main insulaire serait intervenue en dernier (?). Enfin on regrette que l’histoire du manuscrit ne soit pas évoquée. Que sait-on vraiment de son origine. N’aurait-il pas été importé d’Angleterre à Fulda ? Les références aux abbés de Fulda sont toutes largement postérieures à la copie et qui plus est associée au calendrier, très postérieur au manuscrit. L’association du style graphique du copiste principale à la phase ultime de l’évolution de l’atelier de Fulda n’est-elle pas une pétition de principe ? Les efforts de gallicanisation du Psautier laissent penser à une “conversion” du texte liée à son arrivée à Fulda, ce qui permettrait d’accorder les traces d’une réception toute relative du Psautier Gallican à Fulda au viiie siècle avec la copie d’un psautier Romain  au début du ixe s.

Relations génétiques des livres de la prière vocale au psautier

Le Psautier est l’archétype de toute prière vocale “au long cours” (destinée à sanctifier tout le cours du temps) dans l’Occident latin, de la fin de l’Antiquité à la fin de la période moderne.

La pastorale missionnaire romaine, à partir du 6e siècle, propose aux clercs et aux laïcs des modèles de prière continue sur le modèle du Psautier pour répondre à la double injonction de Paul  : “Priez sans cesse” (1Th 5, 17) et “Dites entre vous des psaumes, des hymnes et de libres louanges, chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre coeur. A tout moment et pour toutes choses, rendez grâce à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ” (Eph. 5, 19-20)

C’est en référence au modèle archétypique de la psalmodie continue des 150 psaumes, reprise chaque jour,  que la liturgie des heures hebdomadaire a été élaborée. C’est en référence au Psautier que se sont développés les livres de la prière vocale, liturgique ou individuelle, depuis les libelli precum carolingiens jusqu’au rosaire de la devotio moderna en passant par les livres d’heures et bien sûr les bréviaires.

La fonction et la morphologie de tout livre de prière vocale continue doivent toujours être étudiées en commençant  par établir leur relation au Psautier. Les relations génétiques des livres de la prière médiévale peuvent donc être schématisées en lien avec le Psautier ; le tableau ci-joint n’épuise pas le sujet mais permet de situer les principaux axes de développement génétique des livres de la liturgie des heures et de la prière vocale dans le domaine latin.

Citer ce billet : Martin Morard, "Relations génétiques des livres de la prière vocale au psautier", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1130, version du 20/01/2022.

Un livre aux multiples visages

Le Moyen Âge a préféré le Psautier, livre à tout faire, aux évangiles.

Les multiples aspects codicologiques du Psautier médiéval sont à mettre en rapport avec les multiples usages dont il a fait l’objet dans tous les domaines de la culture et de la religion médiévale : jalons en images

 

Repères chronologiques pour l’histoire du Psautier médiéval

Repères chronologiques

389/391 c. : Jérôme traduit le Psautier sur le grec  => Psalterium iuxta Septuaginta vel Psalterium gallicanum

392 : Jérôme traduit le Psautier sur l’hébreu => Psalterium iuxta Hebreos

392-418 : Augustin rédige les Enarrationes in Psalmos

530 : Benoît de Nursie rédige sa Règle

550-580 : Cassiodore, Expositio psalmorum (rapprochement entre Rome et les peuples germaniques)

589 : Concile de Tolède III, can. 22 : les psaumes doivent remplacer les chants funèbres populaires

596 : Grégoire le Grand  (+604) envoie des moines romains en Grande-Bretagne (Augustin de Canterbury).

840 : Agobard de Lyon Agobard (†840), De divina psalmodia (PL., 104, c. 325-330) réforme de l’antiphonaire

IXe siècle 2/2  : adoption de la liturgie romaine en « Gaule » et gallicanisation du Psautier romain

1073-1085 :  pontificat de Grégoire VII et réforme ecclésiastique du XIe siècle

1119 : Parva glosatura ; mort d’Anselme de Laon

1140 c. : Media glosatura in Ps-Paul de Gilbert de la Porrée / de Poitiers (+1142)

1160 : mort de Pierre Lombard et diffusion de la Magna glosatura in Ps-Paul

1230 c. : Bibles de poche et standardisation de la Bible parisienne

1236 c. : Postilles d’Hugues de St-Cher sur les Psaumes

1272-1273 : Naples : Thomas d’Aquin, Postille sur les Psaumes

1280-1298 ? : Florence-Montpellier : Pierre de Jean Olivi Postilles sur les Psaumes

1319 : Postilles littérales de Nicolas de Lyre sur les Psaumes

1479 : Sixte IV donne la première approbation du Rosaire (chapelet) : psalmodie de substitution pour les laïcs