Mises en page de la Bible glosée

Plusieurs schémas de mise en page  glosée, du plus sommaire au plus sophistiqué, ont été adoptés pour la Bible entre le 6e et le 16e siècle, faisant l’objet de modes qui fluctuent dans le temps. Certaines mises en pages sont donc typiques d’une époque ou associées principalement à telle version de la Bible glosée. Dans le cas des simples commentaires (scolaires ou homilétiques) le lemme ou texte biblique est intégré partiellement dans le fil des commentaires bibliques continus, sous forme de citations partielles et indicatives, souvent suivies de la locution “et caetera” (lemme « catchwords »).

Les manuscrits bibliques glosés se distinguent des simples commentaires bibliques par le fait qu’ils contiennent l’intégralité du texte d’un ou plusieurs livres bibliques, distingué des commentaires ou gloses qui l’accompagnent par une mise en page spécifique (organisation de la page, types et modules d’écriture, couleurs). Selon les oeuvres et les époques, les manuscrits de la Bible glosée adoptent l’un ou l’autre des schémas de mise en page suivants:

1. mise en page avec lemme intercalé dans la Glose, en sections – ancêtres de nos versets bibliques – (rubriqué ou non) dans le texte de la Glose, de même module que la Glose ou non (modèle minoritaire, attesté dès la période carolingienne, utilisé notamment par Florus de Lyon [Lyon, BM, 484], Smargde [Boulogne-sur-Mer, BM, 025], Pierre Lombard in Ps. (quelques manuscrits) et même pour certains manuscrits de textes patristiques, comme par exemple Augustin, Tractatus in Iohannem, ms. Chantilly, Château, 121, f. 114rb, copié en Allemagne, à l’abbaye cistercienne de Himmerode en 1154. La Glose ou le commentaire peuvent être copiés soit à longues lignes, soit sur 2 col.

2. mise en page sur 2 colonnes, avec lemme au centre du livre ouvert (aperture) : texte biblique sur une colonne continue, de part et d’autre de la marge de couture (gloses marginales alternativement à gauche et à droite des feuillets ; les gloses interlinéaires sont exceptionnelles, surtout au 12e siècle. Exemple : Glossa media de Gilbert de la Porrée; voir aussi Odbert de St-Bertin, In Ps.

3. mise en page sur 3 colonnes, avec lemme au centre de chaque feuillet : texte biblique sur une colonne continue régulière au centre du feuillet avec gloses marginales et/ou interlinéaires (Gloses carolingiennes et laonnoises), surtout entre le 9e et la fin du 12e siècle. C’est le schéma typique de la Glose ordinaire. A l’intérieur d’un même manuscrit, en fonction de la longueur des gloses, on peut observer parfois des irrégularités qui correspondent à d’autres schémas dérivés comme la mise en page “puzzle” ou le modèle “juridique”. Exemple : Paris, BnF, lat. 59

4. mise en page “puzzle” : texte biblique et gloses disposés en pièces irrégulières assemblées sur 1, 2 ou 3 colonnes, elles-même de largeur et de longueur irrégulières formant des pièces de taille et de module différents, ajustées les unes aux autres et analogues à celles d’un puzzle. Exemple : Beaune, BM 10, f. 5 : Glossa ordinaria (Sap.); Madrid, Biblioteca de la Universidad Complutense, BH MSS 218, f. 136r : Glossa ordinaria (Sir.).Ce schéma est appliqué à tous les livres de la bible glosée parisienne du 13e siècle (Glose ordinaire standardisée), à l’exception du Psautier et du corpus paulinien pour lesquels on préfère la disposition du lemme en îlots :

5. mise en page avec lemme “en îlots” : texte biblique intercalé, soit sur la moitié droite de la colonne du texte de la Glose (Magna Glossatura italienne, minoritaire), soit sur la moitié gauche de celle-ci (Magna Glossatura parisienne : modèle majoritaire). Ce modèle, diffusé avec la Grande Glose de Pierre Lombard, a été adopté pour la mise en page de la Catena aurea de Thomas d’Aquin et d’autres commentaires bibliques au 13e siècle. Exemple :

6. mise en page “juridique” : le lemme commenté est disposé sur deux colonnes partielles placées au centre des feuillets et entourées par la Glose sur trois côtés. Ce schéma a été généralisé par les gloses juridiques manuscrites. Il est appliqué à certains commentaires bibliques dès la seconde moitié du 13e siècle, sur les parties où la glose est la plus importante (notamment certaines parties des postilles brèves de Hugues de St-Cher). Il a été appliqué systématiquement aux commentaires bibliques (Glose ordinaire, Nicolas de Lyre, Postilles longues de Hugues de St-Cher) par les éditions imprimées.

Dans ce tableau la colonne “Textus”  concerne la mise en page du texte biblique, “expositio” la mise en page du commentaire ou des gloses associés au texte biblique.

dates titres de la Glose normalisés livres bibliques type textus biblicus
expositio glose interl. auteurs
600-1800 Glossa N. quelques tout type tout type glose marg. parfois divers
600-1800 Glossa (anonyma) quelques tout type tout type glosesmarg. parfois anonyme
600-1090 Glossa prisca quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. parfois anonyme
1025 < Glossa Brunonis Ps. 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. non Bruno Herbipolensis / Würzburg
1000 c. Glossa Odberti Ps. 2 col. emboîtées continu centre de l’aperture glose marg. encadrante non Odon de Saint-Bertin
1090 < Glossa parva Ps. Paul 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Anselme de Laon
1090-1180 c. Glossa ordinaria quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Ecole de Laon, Gilbert l’Universel
1140-1180 Glossa media Ps. Paul 2 col. paral. continu centre de l’aperture continue lateralis non Gilbert de Poitiers
1160 < Glossa magna Ps. Paul îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue reticulata non Petrus Lombardus
1180-1280 Glossa ordinaria² sauf Ps. Paul. puzzle interrompu irrégulier glose marg. encastrées oui anonyme
1235-1245 Postille Hugonis OP tous sine textu catchwords [rare : îlots] continue non Hugo de Sto Caro
1250-1270 Glossa dominicana OP tous îlot central continu au centre des f. continua lateralis quandoque involvans non Hugo de Sto Caro
1262-1272 Catena aurea OP évangiles îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue non Thomas de Aquino
1270-1290 Postille Gorrani OP quelques sine textu catchwords  [îlots : Ps.] continue non Nicolaus de Gorran
1319-1339 c. Postille Lyrae OFM tous sine textu catchwords continue non Nicolaus de Lyra

Citer ce billet : Martin Morard, "Mises en page de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, 25/08/2018, https://big.hypotheses.org/1672, consulté le 25/08/2019.

Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin

On trouvera ici quelques indications très sommaires sur les principales versions latines du Psautier en usage au Moyen-Âge.

A. Psautier hébreu
1. Texte pré-massorétique : Qumran
2. Texte massorétique : (1er s. av. J.-C.)
• Edition : Kittel, Stuttgart, 1937.
B. Psautier grec
1. LXX
• Edition A. Rahlfs, Stuttgart.
2. traductions postérieures : Tétraples, Hexaples et Octaples origéniens ou dérivés
a- Théodotion
b – Quinta
c – Aquila
d- Symmaque
3. psautier syro-hexaplaire

Très abondante littérature.
Cf. Masséo Caloz, Etude sur la LXX Origénienne du Psautier : les relations entre les leçons des Psaumes du Ms. Coislin 44, les Fragments des Hexaples et le texte du Psautier Gallican, Fribourg-CH, 1978 (Orbis biblicus et orientalis, 19)
Cf. P. Nautin, Origène, sa vie et son oeuvre, Paris, 1977, p. 453-454.

D. Psautiers latins
0.1 Psautier Romain pré-hiéronimien (perdu)
0.2 Psautier Africain (saint Augustin)

Histoire: CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
Editions :
• BLANCHINUS (I.), Vindiciae Canonicarum Scripturarum, Rome, 1740, p. 1-278 [Vetus latina 300]
• CAPELLE (Bernard), Le texte du Psautier latin en Afrique, Rome, 1913 (CBL 4).
• DOLD (A.), ALLLGEIER (A.), Der Palimpsestpalter im Codex Sangallensis 912 (TAB, I, 22-24), Beuron, 1933 [Vetus latina 304]
• Sinaï, Ste-Catherine, slavon n° 5 (VIIe s. ?)
ALTBAUER (Moshé), Psalterium latinum Hierosolymitanum : Eine frühmittelalterliche lateinische Handschrift (Sin. Ms. n°5), , Wien-Köln-Graz, 1978. [fac. sim., Vetus latina 39]
Le Psautier latin du Sinaï, intr. R. Gryson, éd. André THIBAUT, Freiburg (D), 2010 (Aus der Geschichte der lateinischen Bibel, Vetus latina, 39) [Vetus latina #460).

1. Psautiers hiéronimiens

1.1 traductions faites sur le grec

[1.1.1 Psautier Romain hiéronimien] :

révision du psautier romain en usage à Rome au IVe s. par Jérôme sur le grec de la LXX =>

• Edition : voir 1.1.2 et 2.1.d-
Jérôme était lui-même insatisfait de ce travail qu’il mentionne dans sa préface du Psautier iuxta LXX, et le qualifie de rapide. Rien ne permet d’avoir l’assurance qu’il a effectivement servi à corriger le psautier en usage à Rome connu sous le nom de Psautier Romain. Le texte original en est pour le moins perdu. Plus exactement, il n’a survécu qu’au travers de la seconde révision effectuée par Jérôme, savante et munie de signes critiques, connue sous le nom de Psautier iuxta Septuaginta.

1.1.2. Psalterium iuxta Septuaginta / d’après le grec des Hexaples / dit Psautier gallican (entre 389-392) :

version définitive de la révision du Psautier Romain sur la LXX

• Editio maior: Liber Psalmorum ex recensione sancti Hieronymi cum præfationibus et epistula ad Sunniam et Fretelam, in Biblia sacra iuxta latinam vulgatam… cura monachorum abbatiae Sancti Hieronymi in Urbe, t. 10, Romæ, Typis Polyglottis Vaticanis, 1953. [attention : le texte édité n’est pas le reflet de la réception majoritaire du texte hiéronymien, mais une reconstitution de l’archétype supposé de celui-ci. Toujours se reporter au détail des leçons indiquées en apparat]
• Editio minor: Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem, Robert WEBER, Roger GRYSON ed. cum B. FISCHER; H.I. FREDE, Iohanne GRIBOMONT, H. F. D. SPARKS, W. THIELKE, Deutsche Bibelgesellschaft, 4e éd., Stuttgart, 1969-1994, p. 767-955.
Cf. FISCHER (B.), dans : Der Stuttgarter Bilderpsalter Bibl. Fol. 23Würtembergische Landesbibliothek Stuttgart. II. Untersuchungen, Stuttgart, 1968, p. 223-288 [Vetus latina 422]

1.2 Psalterium iuxta hebreos (391-392)

Cette version savante n’a jamais été utilisée pour le culte public ou la récitation privée.
• Edition : HIERONYMI (Sancti), Psalterium iuxta hebræos, Dom HENRI DE STE-MARIE ed., Rome, Abbaye de St-Jérôme – Città del Vaticano, 1954 (CBL 11).

2. Psautiers « Vieux latins »

On qualifie par principe de ‘vieilles latines’ les versions de la Bible latine antérieure aux traductions de saint Jérôme. Elles correspondent pour la plupart, en ce qui concerne le Psautier, aux versions liturgiques établies dans les principaux centres chrétiens de l’Empire (évêchés) au moment où les communautés locales ont adopté le latin (langue véhiculaire) à la place du grec pour la célébration du culte public.

2.1. Psautiers Italiens / Vetus italica / Itala

a- Psautier de Vérone (VIe- VIIe s.) = Psautier duplex (PsLXX-latin) : Verona, Capitolo, cod. 1)

b- Psautier de Saint-Germain (VIe s.) : Psautier simplex, Paris, BnF lat. 11947 (Sabatier, Vetus latina italica, t. 2)

c- Psautier Milanais ou Ambrosien (~ 10 mss.)
• Breviarium Ambrosianum, Milan, 1857, 4 vol.
• Magistretti (M.), Manuale Ambrosianum ex codice saec. XI. Pars prima. Psalterium et Kalendarium, Milan, 1905 [Vetus latina 400-402]

d- Psautier Romain post hiéronimien
Version dont l’usage s’est prolongé à Rome jusqu’au 20e siècle, dans les îles britanniques jusqu’au 12e siècle, en Italie parfois jusqu’au concile de Trente (cartographie chronologique plus précise en préparation. Plusieurs versions peuvent être en usage simultanément dans la même région (ainsi à Rome le Psautier gallican est utilisé à la Curie, alors que les basiliques romains célèbrent la liturgie des Heures avec le Psautier romain)

• Edition a, b, c, d, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).

f- Psautier de Rufin d’Aquilée (345-411, reconstitution)
Edition : MERLO (Francisca) GRIBOMONT (J.), Il Salterio di Rufino, Rome, 1972 (CBL, 14)
g- Psautiers erudits
• 1. Edition : Liber Psalmorum iuxta antiquissimam latinam versionem nunc primum ex Casinensi cod. 557, D. Ambrosio AMELLI ed., Romæ-Ratisbonæ-Neo-Eboraci, 1912 (CBL 1) [Vetus latina 136].
• 2-3 Cf. versions hiéronimiennes

2.2 Psautiers Germano-Francs
a- Psautier lyonnais (V-VIe s.) : Hybride Ps-R/Ps-G
b- Psautier de Corbie (VIIIe s.) : Psautier triplex (Ps-H, Ps-G) : St-Petersbourg, F. v. I. n. 5
• Edition a, b, etc. : Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
2.3 Psautier Mozarabe ou Vetus Hispana ou wisigothiques…
• Editions : – Weber (Robert) éd., Le Psautier romain et les autres anciens Psautier latins, Rome, 1953 (CBL 10).
témoin principal : Bible de la Cava :
– [forme A Vetus latina 189, 2e colonne] [Vetus latina Hispana, t. 5, 1-3.]
Origen, dependencia, derivaciones, valor e influjo universal, reconstruccion, sistematizacio, analisis de sus diversos elementos, coordinacion yedicion critica de su texto. Estudio comparativo con los demas elementos de la ‘Vetus latina’, los padres y escritores eclesiasticos, los textos griegos y la vulgata, t. 5, 1 à 3 : El Salterio, Teofilo AYUSO MARAZUELA, éd., Madrid, 1962.
– [forme B Vetus latina 189]
• Teofilo AYUSO Marazuela, Psalterium visigothicum-mozarabicum (Biblia Polyglotta Matritensia, VII. Vetus latina, 21), Madrid, 1957.
Cf. Brou (Louis), «Le Psautier liturgique wisigothique et les éditions critiques des psautiers latins», Hispania Sacra 8 (1955), p. 337-360.

2.4 Psautiers celtiques

Voir les travaux de Martin Mc-Namara

2.5 Psautiers anglo-normands
a- PSAUTIER DIT ‘D’AUGUSTIN DE CANTERBURY’ (+ 604) : ms. daté entre 720 et 740
• Editions. : WRIGHT (D. H.), CAMPELL (A.), The Vespasian Psalter, British Museum Cotton Vespasian A.I., Copenhagen, 1967.

3. Psautiers duplex, triplex, quadruplex et polyglottes:
a- Salomon III de St-Gall (909)

4. Correctoires des Psaumes
Longue tradition de notes critiques relatives à la correction du texte du Psautier latin dérivée de la lettre de Jérôme à Sunnia et Fretela
a – Jérôme, Lettre à Sunnia et Fretela (Editio maior, t. 10)
b – Florus et le Psautier :

la lettre à Eldrade de Novalèse (voir P.-M. Bogaert, Revue bénédictine, et note de lecture sur Sacra Pagina ; voir aussi les travaux en cours de Pierre Chambert Protat)
c –Sedulius Scot
Epistula de psalterio in linguam latinam transferendo, MGH Epp., 6 (E. Dümmler, 1925), p. 202-205 (travaux en cours de Marie-Noëlle Diverchy)

d – Nicolas Maniacoria
c- correctoires des 12e et 13e siècles (travaux en cours de Martin Morard)

5. Psautier médio-latin
• Edition en cours de publication sur le site Gloss-e.irht.cnrs.fr
L’édition critique de la Vulgate procure une reconstitution du texte hiéronymien assez éloignée des versions en usage entre le 9e siècle et le concile de Trente. De nombreuses leçons retenues, pour de bonnes raisons critiques, ne sont attestées par un ou deux témoins alors que les plus fréquemment reçues sont rejetées en apparat. Le texte biblique qui accompagne l’édition électronique de la Glose ordinaire restitue les leçons majoritaires en circulation et indique en apparat les leçons issues de collations de psautiers latin de référence (psautiers « prototype » des liturgies cisterciennes et dominicaines, témoins du texte de la bible parisienne, etc., leçons des correctoires bibliques parisiens du 13e siècle, etc. )

Citer ce billet : Martin Morard, "Note d’orientation sur les principales versions du Psautier latin", dans Sacra Pagina, 09/06/2018, https://big.hypotheses.org/1231, consulté le 25/08/2019.

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik”, 2007

Togni (Nadia), “La Bibbia atlantica di Dubrovnik (ms. Dubrovnik, Dominikanski Samostan, 58 sub vitro)”, Segno e testo 5 (2007) 341-393.

Etude de cas qui rattache chronologiquement et textuellement cette bible atlante au groupe de la bible de Genève, bibl. publ. et universitaire, lat. 1 ; Admont, Stiftsbibl. C-D ; San Daniele del Friuli Bibl. Guarneriana, I-II.

Morard (Martin), « Daniel de Lérins et le Psautier glosé: un regard inédit sur la Glose à à la fin du xie siècle », Revue bénédictine, 121 (2011), p. 393-445.

Dans le dernier quart du xie siècle, avant 1102, Daniel, moine laïc de l’abbaye de Lérins (France) écrivit, à la demande de son abbé et pour sa communauté, un commentaire du Psautier dont l’unique manuscrit est aujourd’hui perdu. Son épître dédicatoire adressée à Eldebert, abbé de Lérins, a néanmoins survécu grâce à la copie qu’en prit dom Claude Estiennot en 1681. Transmise à Mabillon, qui se contenta de la signaler, elle est éditée ici pour la première fois. Son texte décrit les difficultés suscitées auprès de certains moines par la lecture du Psautier, glosé « en marges et en interlignes » ; pour y surseoir, l’abbé commanda à Daniel un commentaire rédigé, composé des sentences de la Glose assemblées. Cette lettre offre un point de référence, surprenant à plus d’un titre, qui aide à mettre en perspective l’histoire et le succès que rencontra la Glose de Laon. Le style et la structure du document sont mis en perspective grâce à l’édition de l’épître dédicatoire d’un autre commentaire des Psaumes, quasi contemporain, originaire d’Italie septentrionale (Assisi, Sacro Convento, 83).

Macaluso (Andrea), « Hraban et le Psautier glosé de Fulda (Frankfurt Barth 32)», 2011

Macaluso (Andrea), « Hraban et le Psautier glosé de Fulda (Frankfurt Barth 32)», dans Raban Maur et son temps, P.  Depreux, S.  Lebecq, M. J.-L. Perrin, O. Szerwiniack (éd.), Turhout, 2011, p. 325-354.

L’auteur étudie de manière précise la facture et le contenu d’un des deux plus anciens psautiers glosés carolingiens, le manuscrit Frankfurt (Main), Stadt-und Universitätsbibl., Barth. 032 daté des années 830-833. L’auteur soutient qu’il fut composé selon un plan unitaire par plusieurs mains contemporaines (malgré la forte disparité des systèmes graphiques en présence, insulaire et carolingien) et sans dépendre d’un modèle (antigrafo).  A la liste de psautiers glosés carolingiens qu’il propose (n. 4), il faut retrancher Orléans, BM 48 (de copie plus tardive), ajouter Troyes, BM 615 ainsi que les psautiers dits de Bruno de Würzburg qui sont des éditions du xie siècle de Sankt-Gallen, Stiftsbibl. 27. La version du Psautier Romain du manuscrit viendrait chronologiquement en troisième position après les deux psautier d’Augustin de Cantorbery et de de Salaberge .Mais cette vision un peu simpliste ne tient pas compte des psautiers triplex et de la fragilité des datations reçues. Aux deux mains identifiées, l’une insulaire, l’autre caroline, correspondent deux types de citations, l’un intégrale et l’autre synthétique, qui attestent une composition progressive de cette glose. Les changements de mains correspondent à des changements de sources et de traitement des sources. Dans le manuscrit , les gloses sur les titres des Psaumes et les gloses sur le texte ont été copiées de façon indépendante, les titres probablement en premier. L’auteur en conclut “con assoluta certezza” que “les copistes sont aussi les auteurs de la glose”, comme s’il fallait considérer les gloses carolingiennes comme des oeuvres d’auteur. C’est cette relative naïveté qui pourrait être reprochée à l’auteur. L’ordre de copie du manuscrit est reconstitué comme suit : 1. Lemme et glose des titres; 2. Gallicanisation du psautier par corrections marginales ; 3. Retour au Ps-Romain par une main contemporaine ; 4. Glose des Psaumes 1 à 4 par une main assez archaïque ; 5. l’autre main –aidée par au moins huit autres mains – procède selon les schémas du nouveau commentaire carolingien plus pédestrement compilatoire; 6. la copie des collectes psalmiques par une main insulaire serait intervenue en dernier (?). Enfin on regrette que l’histoire du manuscrit ne soit pas évoquée. Que sait-on vraiment de son origine. N’aurait-il pas été importé d’Angleterre à Fulda ? Les références aux abbés de Fulda sont toutes largement postérieures à la copie et qui plus est associée au calendrier, très postérieur au manuscrit. L’association du style graphique du copiste principale à la phase ultime de l’évolution de l’atelier de Fulda n’est-elle pas une pétition de principe ? Les efforts de gallicanisation du Psautier laissent penser à une “conversion” du texte liée à son arrivée à Fulda, ce qui permettrait d’accorder les traces d’une réception toute relative du Psautier Gallican à Fulda au viiie siècle avec la copie d’un psautier Romain  au début du ixe s.

Relations génétiques des livres de la prière vocale au psautier

Le Psautier est l’archétype de toute prière vocale “au long cours” (destinée à sanctifier tout le cours du temps) dans l’Occident latin, de la fin de l’Antiquité à la fin de la période moderne.

La pastorale missionnaire romaine, à partir du 6e siècle, propose aux clercs et aux laïcs des modèles de prière continue sur le modèle du Psautier pour répondre à la double injonction de Paul  : “Priez sans cesse” (1Th 5, 17) et “Dites entre vous des psaumes, des hymnes et de libres louanges, chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre coeur. A tout moment et pour toutes choses, rendez grâce à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ” (Eph. 5, 19-20)

C’est en référence au modèle archétypique de la psalmodie continue des 150 psaumes, reprise chaque jour,  que la liturgie des heures hebdomadaire a été élaborée. C’est en référence au Psautier que se sont développés les livres de la prière vocale, liturgique ou individuelle, depuis les libelli precum carolingiens jusqu’au rosaire de la devotio moderna en passant par les livres d’heures et bien sûr les bréviaires.

La fonction et la morphologie de tout livre de prière vocale continue doivent toujours être étudiées en commençant  par établir leur relation au Psautier. Les relations génétiques des livres de la prière médiévale peuvent donc être schématisées en lien avec le Psautier ; le tableau ci-joint n’épuise pas le sujet mais permet de situer les principaux axes de développement génétique des livres de la liturgie des heures et de la prière vocale dans le domaine latin.

Citer ce billet : Martin Morard, "Relations génétiques des livres de la prière vocale au psautier", dans Sacra Pagina, 20/03/2018, https://big.hypotheses.org/1130, consulté le 25/08/2019.

Un livre aux multiples visages

Le Moyen Âge a préféré le Psautier, livre à tout faire, aux évangiles.

Les multiples aspects codicologiques du Psautier médiéval sont à mettre en rapport avec les multiples usages dont il a fait l’objet dans tous les domaines de la culture et de la religion médiévale : jalons en images

 

Repères chronologiques pour l’histoire du Psautier médiéval

Repères chronologiques

389/391 c. : Jérôme traduit le Psautier sur le grec  => Psalterium iuxta Septuaginta vel Psalterium gallicanum

392 : Jérôme traduit le Psautier sur l’hébreu => Psalterium iuxta Hebreos

392-418 : Augustin rédige les Enarrationes in Psalmos

530 : Benoît de Nursie rédige sa Règle

550-580 : Cassiodore, Expositio psalmorum (rapprochement entre Rome et les peuples germaniques)

589 : Concile de Tolède III, can. 22 : les psaumes doivent remplacer les chants funèbres populaires

596 : Grégoire le Grand  (+604) envoie des moines romains en Grande-Bretagne (Augustin de Canterbury).

840 : Agobard de Lyon Agobard (†840), De divina psalmodia (PL., 104, c. 325-330) réforme de l’antiphonaire

IXe siècle 2/2  : adoption de la liturgie romaine en « Gaule » et gallicanisation du Psautier romain

1073-1085 :  pontificat de Grégoire VII et réforme ecclésiastique du XIe siècle

1119 : Parva glosatura ; mort d’Anselme de Laon

1140 c. : Media glosatura in Ps-Paul de Gilbert de la Porrée / de Poitiers (+1142)

1160 : mort de Pierre Lombard et diffusion de la Magna glosatura in Ps-Paul

1230 c. : Bibles de poche et standardisation de la Bible parisienne

1236 c. : Postilles d’Hugues de St-Cher sur les Psaumes

1272-1273 : Naples : Thomas d’Aquin, Postille sur les Psaumes

1280-1298 ? : Florence-Montpellier : Pierre de Jean Olivi Postilles sur les Psaumes

1319 : Postilles littérales de Nicolas de Lyre sur les Psaumes

1479 : Sixte IV donne la première approbation du Rosaire (chapelet) : psalmodie de substitution pour les laïcs