La Bible latine et les versions anciennes de la Bible

Pour bien comprendre la Bible latine, il est nécessaire de se reporter aux éditions de référence ainsi qu’aux versions des langues originelles (araméen, hébreu et grec) et aux autres traductions non latines du texte biblique .

Le fichier joint propose un Guide pratique des éditions et versions anciennes du texte biblique : Ouvrir ce lien

Vetus latina (Io.) : http://www.iohannes.com/vetuslatina/

Citer ce billet : Martin Morard, "La Bible latine et les versions anciennes de la Bible", dans Sacra Pagina, 11/10/2017, https://big.hypotheses.org/771, consulté le 16/10/2018.

Les principales gloses de la Bible du 12e au 14e siècle

© Martin Morard 27_09_2017

Les principales gloses de la Bible latine au Moyen-Âge

Depuis le Haut Moyen Âge, le texte de la Bible a fait l’objet de plusieurs éditions glosées. Déjà au IXe siècle, des livres bibliques sont glosés (surtout le Psautier et le Cantique des cantiques, les épîtres de saint Paul), même si toute allusion à des « glosae » dans les catalogues anciens des bibliothèques ne renvoie pas nécessairement à la mise en page de la Glose biblique.

Seules sont mentionnées ici les versions les plus répandues qui ont influencé le plus largement la culture religieuse du Moyen-Âge  central et de la période moderne, mais il est bien entendu que l’histoire de la Glose biblique au Moyen Âge ne commence pas à Laon, ni quant au contenu, ni quant à la mise en page:

Pour en savoir plus =>

  • Glose de l’école de Laon (vers 1090-1130)

* titres anciens : Glosa, Glosa parva, Glosa Laonis

* titre moderne : Glose ordinaire

 

Il s’agit d’un travail anonyme, en partie mené par les maîtres de l’Ecole de Laon (Anselme, Raoul). Walafried Strabon n’est pas l’auteur de cette Glose de la Bible. Il n’en existe aucune édition critique intégrale.

Voir cependant :

 

Texte intégral

  1. Biblia latina cum Glossa ordinaria, Adolph Rusch, 4 vol., editio princeps, Strasbourg, 1480/1481.
    Voir ici Ressources documentaires.
    [fac simile reprint, Brepols, 1992; édition de référence ; elle correspond à un état tardif de la Glose de Laon, fortement interpolé par la Glose de Pierre Lombard pour les livres des Psaumes et les épîtres de saint Paul (voir ci-dessous)].
  2.  Glossa ordinaria, PL 113, 67-1316 ; PL 114, 9-752.
    [Cette édition ne reflète pas l’état des manuscrits médiévaux. C’est une édition moderne interpolée par des ajouts d’origine non identifiée dont certains peuvent provenir d’exemplaires manuscrits isolés. Elle ne doit donc pas être utilisée habituellement pour l’identification des citations d’auteurs médiévaux.]
  •  Editions critiques partielles
  1. Cant. : Glossa ordinaria. Pars 22 : in canticum canticorum, edidit Mary Dove, Brepols, Turhout, 1997 (Corpus christianorum. Continuatio medievalis, 170).
  2. Lam. / Thren. : Andree (Alexander), Gilbertus Universalis: Glossa Ordinaria in Lamentationes Ieremie Prophete: Prothemata et Liber I: A Critical Edition with an Introduction and a Translation, Stockholm, 2005 (Studia latina stockholmia, 11).
  3. Ioh. : Cf. Anselmi Laudunensis Glosae super Iohannem, ed. Alexander Andrée, Turnhout, 2014 (CCCM 267) [il ne s’agit pas de la Glose sur l’évangile de Jean, mais du commentaire d’Anselme de Laon à partir duquel ont été forgées les sentences de la Glose sur l’évangile de Jean ; cf. ibid. p. IX-XXII]

Images :

Sur l’histoire de la réception de la Glose sur les Psaumes, cf. aussi Martin Morard, « Daniel de Lérins et le Psautier glosé : un regard inédit sur la Glose à à la fin du xie siècle », Revue bénédictine 121 (2011), p. 393-445.

  • Glose de Gilbert de Poitiers  sur les Psaumes et les épîtres de Paul (1130-1140)

* titres anciens : Glosa, Glosa media, Glosa Giliberti

* titre moderne : Glose de Gilbert de Poitiers ou de la Porrée

 

Il n’y a pas de trace de la diffusion manuscrite de ce texte avant 1140 et même 1150.

Edition critique en préparation sous la direction de Karlfried Froelich

  • Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes et les épîtres de saint Paul (1150-1160)

* titres anciens : Glosa Lombardi, Magna Glosatura, Magna Glosa, Glosa ordinaria [in psalmos]
* titre moderne : Glose de Pierre Lombard

  1. In totum Psalterium commentarii […] per fratrem Richardum Cenomanum […], Parisiis, apud Poncetum Lepreux, sub Lupo, typis Joannis Lodoici Tiletani, 1541, in fol.
  2. In Psalmos davidicos commentarii, Patrologia latina, t. 191, 55-1296
    [reprise du n° 1, mais avec des erreurs.]
  3. Collectanea in omnes D. Pauli apostoli epistolas, Patrologia latina [Rom., 1 Cor., 2 Cor.], t. 191, 1297-1696 ; [2 Cor.-Hebr.], t. 192, 9-520.

Diffusée à partir de 1160. Nombreuses éditions anciennes. La meilleure reste celle qui fut publiée en 1541 à Paris par le franciscain Richard Cenomanus (alias ‘du Mans’). On veillera à bien distinguer les commentaires de l’éditeur humaniste (collationes) qui suivent la glose sur chaque Psaume,  du texte de Pierre Lombard lui-même, dans lequel l’éditeur ancien a fait quelques incises qui ne sont repérables que dans l’édition de 1541.

 

Cf. Martin Morard, La Harpe des clercs : réceptions médiévales du Psautier entre pratiques populaires et commentaires scolaires, thèse de doctorat, Paris-IV – Sorbonne, 2008, t. 2, p. 1713-1714 : « Nous partageons l’avis d’Ignaz Brady selon lequel l’édition de Richard est globalement fidèle au texte du Maître transcrit par la tradition manuscrite[1]. Il faut certes relever avec lui plusieurs exceptions. En sens contraire, certains qualifient le texte de la Patrologie latine de «souvent inexact», ce qui ne veut rien dire. Nos collations du texte du Prologue pour quelques manuscrits indiquent nettement l’existence d’une tradition ancienne, probablement pré-universitaire, car elle se vérifie presque toujours dans les manuscrits les plus anciens. Mais la PL t. 191 a fait disparaître de son édition les manicules contre-opposées FE par lesquelles Richard du Mans avait pris soin de signaler à ses lecteurs les remarques ajoutées de son propre chef dans le texte de Pierre Lombard. Celles-ci sont également signalées en marge par la manchette « Additio ». Il s’agit presque toujours de références aux versions non gallicanes du Psautier latin et à l’hébreu ou à des commentaires. Bradi , Sentences, p. 51*, n. 4 ne signale que 4 de ces interpollations. Marci Colish elle-même n’a pas évité le piège[2] ; tel progrès exégétique qu’elle impute à Pierre Lombard est en fait dû à une incise de Richard du Mans dans l’édition princeps de 1541, reproduite sans ses signes diacritiques originaux par la Patrologie latine de Migne (t. 191, 407 D).

 

 

 

La liste des interpolations de Richard Cenomanus insérées entre manicules dans l’édition de 1541 et rendues muettes par la Patrologie latine imprimée et électronique :

In Ps 27, 1 (f. 46ra ; PL 191, 277D–278 C): «Mirum est quod dicat non haberi in Hebr. et esse jugulatum a Hier., quia et legitur, et Hier. vertit juxta Hebraeum. Verum est tamen quod Romanum psalterium non legit. Hebraeus sic habet הֶשְׁחֶת ץֽי.»

In Ps 40 titre (PL 191, 407D): «Ista sententiola vel sicut Hier. transfert, etc., est adjectitia. Nam alium codicem manu descriptum vidimus in quo non habetur, cum etiam ipse Hier. neque tomo 8, neque in versione juxta Hebr. talem titulum ponat. Consimiliter nec LXX; sed hic titulus habetur in Haymone: unde forsan quispiam posuit Hier., loco Haymonis. Idem habetur mendum in glosa ordinaria.»

In Ps 40 (PL 191, 409A): «Legitur id in tomo IV in quadam expositione psalmi 41, quae non tribuitur Hieronymo; hoc etiam divus Augustinus in titulo sequentis psalmi, et idem habet Hieronymus infra psalm. 84»

In Ps 67 (PL 191, 605C): «Psalmodia Romana legit, Mons Sina cum Augustino et Cassiodoro. LXX, quos sequimur, non habent mons; varietas videtur orta ex vocula Hebraea: זֶה quod est pronomen demonstrativum, unde potuit intelligi, hic mons, vel hoc est in Sina, ut vertit Hieronymus, qui secundo loco semel solum repetit Dei, etsi in Hebraeo nunc bis dicatur, Dei, Dei Israel.»

In Ps 67 (PL 191, 614A) «Psalmodia Romana legit convertar, varietas videtur suborta, ex eo quod Hebraice אָשִׂיב potest accipi ex verbo, quod nominitant qual, et tum est convertar, aut ex conjugatione quam dicunt hiphil, et tum erit convertam, licet prius inveniatur fere per vau.»

In Ps 72 (PL 191, 672B): «Alia littera deambulavit hoc ex Hieronymo in versione juxta Hebraeum תִהַלַך ambulabit.»

In Ps 75 titre (PL 191, 703D): «Ad Assyrios additum est ab interpretibus Graecis, ex consilio Spiritus sancti, quod pluribus supra probatum est in quibusdam similibus.»

In Ps 87 titre (PL 191, 809CD): «Melius est Eman Ezraitae, nam Hebraice legitur הָהֶוְרָחִי לְהֵימָו, et quidam Graeci codices habebant αίθαμ τω ορακλητη. Alii αιμαν τω Ισραηλίτη. Priores sunt falsati a scriptore in duobus; secundi in uno, duntaxat quandoque et prosequitur enarratio Augustini posteriores.»

In Ps 93 titre (PL 191, 865C): «In plerisque psalmis sunt tituli additi a Septuaginta vel ob decoris gratiam vel ob Spiritus sancti auctoritatem, juxta ea quae dicit Hieronymus in secundo prologo ab libros Paralipomenon.»

 

Voir aussi f. 135vb: exequiis; PL 588A: exsequiis – f. 88vb Chore; PL 408C Core.Migne a transcrit les chiffres romains de l’édition de 1541 en arabes. »

 

  • Hugues de Saint-Cher, O.P., Postille in Bibliam (1232-1236 c.)

*titres anciens : Postille Hugonis prioris

*titre moderne : Postille d’Hugues de Saint-Cher

Cette Glose est attribuée par les plus anciens manuscrits à Hugues de Saint-Cher. Depuis quelques décennies, elle est aussi parfois appelée « Postille dominicaine », bien que ce titre devrait être réservé à la version abrégée et anonyme dérivée de la postille d’Hugues (ci-dessous).

Nombreuses éditions anciennes. Pas d’édition critique ; voir ici Ressources documentaires.

 

  • Postille dominicaine sur la Bible (1235-1240 c.)

* titre moderne : Postille dominicaine ; postille brève d’Hugues de Saint-Cher

 

Postille didactique composée pour une part d’une version abrégée de la postille d’Hugues de Saint-Cher, et pour une part de textes nouveaux ou antérieurs, abrégés.

 

  • Thomas d’Aquin, Expositio continua in quatuor evangelia (1264-1268).

* titre d’uage : Catena aurea

 

Ce commentaire continu des quatre évangiles est composé de fragments choisis des Pères latins et grecs disposés à la suite des lemmes bibliques qu’ils commentent. Thomas l’a conçu exactement selon le même concept que les gloses bibliques de la tradition scolaire héritée de l’école de Laon, mais avec l’intention de les renouveller de fond en comble et de les remplacer par l’apport de sources neuves et de fragments plus étendus, certains traduits en latin pour la première fois à cette occasion. Il a souvant  apporté des modifications syntaxiques aux fragments reproduits et les a parfois liés par de courtes phrases et quelques interventions personnelles signalées par le titre « glosa ». L’oeuvre a été utilisée comme une mine de références patristiques par les théologiens comme par les prédicateurs. Elle a été copiée par centaines d’exemplaires et son succès a dépassé toutes les autres gloses de la période médiévale. Il se prolonge jusqu’à nos jours.

 

Pas d’édition critique, mais beaucoup d’éditions manipulées ou interpolées. Edition scientifique en préparation par G. Conticello (CNRS -LEM) et Martin Morard (CNRS – LEM).

Utiliser de préférence le texte des éditions Marietti :

 

Thomas de Aquino, Catena aurea in quatuor Evangelia, Angelicus Guarienti éd., 2 vol., Turin-Rome, Marietti, 1953.

  • Nicolas de Gorran, O.P., Postille in Bibliam (1280 c.)

Plus diffusée au Moyen Âge que les postilles d’Hugues de Saint-Cher, parce que plus concises, mais plus difficiles à identifier parce que moins originales et très dépendantes des postilles d’Hugues et de la Postille dominicaine. Pas d’édition complète connue, mais de nombreuses éditions partielles et des erreurs d’attribution très fréquentes. A manipuler avec précaution.

Nombreuses éditions anciennes. Pas d’édition critique ; voir ici Ressources documentaires.

  • Nicolas de Lyre, O.F.M., Postille in Bibliam (1325-1330 c.)

* parfois qualifiée de « glosa ordinaria » aux XIVe et XVe siècles

Nombreuses éditions anciennes. Pas d’édition critique.

[1] I. Brady, Sententiæ in iv libris distinctæ, I. Brady ed., 3 vol., 3e éd., Grottaferrata, 1971-1981 (Specilegium bonaventurianum 4-5), p. 51*.

[2] Cf. Colish (Marcia L.), «Psalterium Scholasticorum: Peter Lombard and the Emergence of Scholastic Psalms Exegesis», Speculum 67 (1992), p. 531-548, ici p. 544-545.

Le texte biblique des livres glosés

Si la Glose commente la Bible, comment identifier la version du texte biblique en usage dans les manuscrits et imprimés de la Glose ?

  • La Bible est une bibliothèque : une collection de livres assemblés dont le nombre, l’ordre, les préfaces, les annexes, la décoration, les divisions, le texte même varient plus ou moins d’un exemplaire à l’autre.
  • Il n’existe pas de texte officiel de la Bible latine avant le Concile de Trente au XVIe siècle.
  • Le texte de la Bible, utilisé dans les bibles glosées et les commentaires bibliques médiévaux, n’est pas stabilisé et varie d’un manuscrit à l’autre en fonction :
    * de campagnes de révisions érudites : Alcuin, Théodulphe, le texte révisé de certains ordres religieux (cisterciens, dominicains), la Bible dite « parisienne » (à partir du XIIIe s.), l’édition Sixto-Clémentine.
    * des habitudes liées à des aires culturelles et géographiques : péninsule ibérique, îles britanniques, Gaule, monde germanique, italie…
    * de périodes chronologiques : IXe-Xe siècle gouvernés par la réforme carolingienne et ses suites, XIIIe-XIVe siècle gouvernés par l’établissement du texte universitaire, etc.
  • Dans les manuscrits et les éditions imprimées de la Bible glosée (au sens strict de texte mis en page en forme de livre glosé), on trouve  trois types de lemme biblique : le lemme disjoint, le lemme repère et le lemme conjoint.

– Le lemme disjoint ou texte principal , reproduit intégralement, disjoint des gloses et recopié en gros module, soit en continu (glossa continua), soit par péricopes isolées formant îlots sur la page, est la clé primaire ou la structure fondamentale d’un livre glosé. Il est imputable au copiste du manuscrit ou à un modèle indépendant de la tradition du texte de la  Glose;

–  Le lemme-repère ou lemme d’appel, placé en tête de certaines gloses, le plus souvent marginales, parfois aussi interlinéaires. Il a le même rôle qu’un appel de note et sert à indiquer approximativement quels mots de la Bible sont expliqués par la sentence qu’il introduit. Dans les éditions, il arrive souvent que ce lemme soit imprécis ou erroné et que la sentence qu’il introduit porte sur une portion du texte biblique plus étendue ou différente. Le lemme d’appel des éditions imprimées est souvent omis par les manuscrits.

– Le lemme conjoint ou lemme de rappel, intégré au texte des sentences, est formé par la répétition des mots bibliques commentés à l’intérieur d’une sentence. Il est imputable au rédacteur de la sentence ou à celui de la source utilisée par celui-ci.

Dans les livres glosés, il arrive fréquemment que ces trois lemmes soient issus de versions différentes du texte biblique parce que les copistes-éditeurs de chaque période ont mis à jour le le lemme disjoint en fonction des nouveautés éditoriales de leur temps sans modifier le lemme conjoint des gloses hérités des auteurs-sources : Augustin, Jérômes etc. Quant aux lemmes repères ils ont été tantôt mis à jour, tantôt repris des manuscrits à partir desquels les gloses ont été copiées.

Le texte biblique des Gloses de la Bible s’écarte donc souvent du texte critique établi dans les éditions modernes de référence. L’apparat du texte de ces dernières permet néanmoins d’identifier les principales  variantes en circulation dans les manuscrits médiévaux. Tout travail scientifique sur la Bible au Moyen Âge demande donc de recourir aux éditions de référence établies sur une collation précise de manuscrits clairement identifiés.[1]

Recherche par formes et caractères boléens dans le texte de l’editio minor (Weber) http://www.bibelwissenschaft.de/de/online-bibeln/biblia-sacra-vulgata/lesen-im-bibeltext/

Recherche par chaîne de caractère dans la version universitaire de la fin du Moyen-Âge : http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/livres-liste.php (moteur de recherche simples et avancées)

[1] Cf. M. Gibson, « Preface », in : Biblia  latina cum glossa ordinaria facsimile reprint of the edition princeps, Turhout, 1992, p. X : « So we reach the ultimate editorial question : the relation of the Gloss to the text of the Bible. The most cursory inspection will show that they do not match up ; the lemma in a gloss may differ from the corresponding phrase in the Bible text. To the extent that the Gloss consists of much omder material, this is bound to arise. Jerome, Bede and Rabanus had each slightly different texts of the Latin Bible. The only useful critical collation would be with the corrected Bible texts and the display Bibles of the late eleventh and the twelfth centuries – the Bible of Stephen Harding and the Winchester Bible, to make two range-finding shots. Such collation would eliminate some centres, and perhaps suggest others, as milieux in which the Glossed Bible came into existence. But for the moment we can only remark that the Bible text and the Gloss are at variance, and that neither has been adjusted to agree with the other ».

  • Les éditions critiques modernes de référence du texte de la Bible latine ne procurent pas le texte biblique en usage au Moyen-Âge central, mais un essai de reconstitution du texte primitif établi par saint Jérôme au VIe siècle.
  • Pour un travail scientifique sur la Bible médiévale, il est nécessaire
    * de noter chaque variante textuelle du texte biblique
    * d’identifier son origine à partir de l’apparat du texte des éditions critiques de la Bible latine.
  • Dans la plupart des éditions imprimées de la Bible glosée, notamment celui de l’incunable d’Adolf Rusch, le texte biblique est un texte de type « parisien » ou « universitaire » évolué (corrigé et amélioré en fonction du grec et/ou de l’hébreu), proche de celui qui a été publié dans l’édition imprimée in folio de la Bible publiée par Robert Estienne à Paris en 1538 et 1546. Cette dernière fut suivie de près par la Vulgate de Sixte Quint (Sixtine : 1590). La Vulgate de Clément VIII (Sixto-Clémentine : 1592), meilleure d’un point de vue critique, est moins proche du texte médiéval, surtout dans ses éditions récentes qui visaient à en rendre le texte plus conforme au texte grec (Vercellone 1861 et Colunga-Turrado 1947).
  • Notre édition électronique de la Bible glosée (cliquer ici) restitue le texte de l’édition incunable de la Glose (Strasbourg, 1480) et signale en note les leçons par lesquelles il s’écarte du texte de l’édition critique de la Vulgate, ainsi que – par mode de sondages – les principales variantes des manuscrits et éditions de la fin du Moyen-Âge susceptibles d’être citées dans la littérature religieuse de cette période et d’éclairer ll’évolution des passages variants. Certains manuscrits ont été collationnés spécialement pour la première fois à l’intention de cette édition.

« Le projet Glossae.net et les gloses médiévales de la Bible latine »

Associer au texte de la Bible chrétienne des passages significatifs de sa tradition exégétique est une pratique apparue dans l’Occident latin dès la fin de l’ère patristique. Malgré quelques ressemblances extérieures, ses origines, sa fonction et ses mises en pages sont très différentes de celles du Talmud, comme des gloses grammaticales héritées de l’Antiquité classique. Dès le VIIe siècle, les moines irlandais plaçaient de courtes phrases explicatives au-dessus des lignes du Psautier latin qu’ils récitaient chaque jour en entier. Tirées des commentaires d’Augustin, de Jérôme et de Cassiodore, elles les aidaient à psalmodier in persona Christi, c’est à dire à prolonger la prière du Christ, au nom et à la place de tous les membres de son corps mystique, en faisant leurs les sentiments et les situations exprimées par le psalmiste, comme s’ils étaient ceux du Christ ou de ceux qui lui appartiennent (Ph 2, 5). Peu à peu, cette méthode fut étendue à tous les livres de la Bible, non plus directement dans le but d’une appropriation du texte, mais plus largement dans celui d’une réception croyante sous la conduite des maîtres de la foi des générations précédentes : Pères et auteurs ecclésiastiques. Ces « gloses » prirent alors plus d’ampleur et furent disposées par intermittence dans les marges, de part et d’autre du texte biblique, comme des « pas japonais » orientant l’intelligence du parcours biblique. Il s’agissait alors de marcher le long des sentiers de l’Écriture en tenant les Pères par la main pour apprendre d’eux comment s’approprier l’Écriture, non comme des individus isolés, mais comme les membres d’une communauté organique et diachronique, l’Église, recevant à chaque génération le message du salut dans la lumière de l’intelligence de la foi héritée des Anciens. Déjà, pourrait-on dire, la Bible était lue « en ses traditions ».

Psautier glosé (Ps 11), copié à Saint-Gall vers 850/860
(Saint-Gall, Stiftsbibliothek 27, p. 58, © http://www.e-codices.unifr.ch)

Depuis lors, les gloses ne cessèrent de foisonner le long du texte biblique jusqu’à le rendre presque illisible, comme un rosier presque étouffé par les liserons.

Albi, BM, ms. 45

Albi, BM 45 (27), f. 20r-130r, origine : Vieux-en-Albigeois, dépendant de l’abbaye de Saint-Géraud d’Aurillac entre 1078 et 1115/1125, puis à nouveau occupé par les chanoines d’Albi ; provenance : cathédrale d’Albi (xviie siècle)

Un pas important fut franchi avec la réforme du clergé du XIe siècle et le développement des écoles du XIIe siècle, lorsque la Glose a cessé d’être seulement une aide à l’appropriation orante de l’Écriture en ses traditions pour devenir une méthode d’intelligence croyante de l’Écriture en ses traditions. Elle a alors été transmise en bloc de génération en génération sous la forme d’un corpus en plusieurs volumes, commenté dans les écoles et susceptible de transmettre ce que l’Occident considéra dès lors comme la synthèse élémentaire de la Tradition herméneutique de l’Écriture. Apparue à Laon, en France, vers 1090/1100, standardisée au milieu du XIIe siècle, cette Glose servit de texte de base à l’étude de l’Écriture et de la théologie jusqu’à la fin du Moyen Âge, époque où elle reçut le nom de Glose « ordinaire ». Très tôt, elle avait fait l’objet de mises à jour et de nouvelles tentatives, plus ou moins systématiques, qui s’ajoutèrent aux premières comme des poupées russes s’emboîtant les unes dans les autres. Gilbert de Poitiers avec sa Glose dite «  moyenne » sur les Psaumes et saint Paul (vers 1130) qui intégrait les principaux éléments des gloses marginales et interlinéaires de Laon dans le fil d’un commentaire continu, eut un succès mitigé. Après lui, Pierre Lombard (1150/1160) compila à son tour et selon les mêmes principes la « Grande Glose » sur les Psaumes et saint Paul, piliers de l’enseignement élémentaire de la théologie au XIIe siècle. En comparaison, la Glose de Laon fut appelée « petite Glose ».

Bible glosée parisienne (Gn), premier quart du XIIIe s., provient du couvent des Jacobins de Toulouse (Toulouse, Bibl. mun. 21)

Vers 1230/1235, sous la conduite d’Hugues de Saint-Cher, l’école dominicaine de Paris, lointaine anticipatrice de l’École biblique de Jérusalem, mena à son terme une entreprise pharaonique : l’édition d’un corpus de commentaires ou postilles, selon le sens littéral et selon le sens moral, étendu sur pratiquement toute la nouvelle édition de la Vulgate latine publiée à Paris dans le contexte de l’Université. Les postilles d’Hugues de Saint-Cher prirent de telles dimensions que le texte biblique intégral n’y fut plus reproduit. Victime de leur ampleur, elles furent peu copiées.

À nouveau, il fallut élaguer : c’est ce que fit trente ans plus tard un autre dominicain, Nicolas de Goran, avec un succès relatif. Il fallut aussi compléter. Hugues de Saint-Cher était l’ultime efflorescence de l’école biblico-pastorale parisienne issue du XIIe siècle.

Thomas d’Aquin, précurseur de la seconde école exégétique dominicaine, permit à l’Occident latin de découvrir de nouveaux textes patristiques grecs, peu diffusés voire inconnus avant lui[2], et les actes des cinq premiers conciles œcuméniques, alors oubliés des théologiens[3]http://glossae.net/sites/all/libraries/fckeditor/editor/fckeditor.html?InstanceName=edit-body-und-0-value&Toolbar=Wysiwyg – _ftn2. Il en prit occasion pour composer sa « Catena aurea » (Chaîne d’or), nom moderne donné à un commentaire continu des quatre évangiles composé comme une mosaïque de fragments découpés dans les commentaires patristiques des passages correspondants, et collés à la suite de chacun des passages des évangiles reproduits en gros caractères. La Catena a été rédigée en Italie, d’abord à Orvieto puis à Rome, entre 1263 et 1266 environ, et dédié d’abord au pape Urbain IV, puis à l’ancien élève et ami de Thomas d’Aquin, le désormais cardinal Annibald de Annibaldis.

Page de la Catena aurea sur l’évangile de Jean, premier quart du XIVe s., appartenait au couvent des Augustins de Toulouse  en 1789 (Toulouse, Bibl. mun. 46 © CNRS-IRHT)

En gros caractères, le texte biblique commenté ;

en rouge : l’indication de l’autorité, source de la sentence ;

souligné en rouge : le rappel du lemme biblique commenté.

La Catena s’inscrit dans la continuité du mouvement scolaire du XIIe siècle, tout en intégrant les évolutions intellectuelles du XIIIe siècle : retour aux originaux des auteurs anciens grecs et latins, remise des évangiles au premier plan de la réception chrétienne des Ecruitures et promotion du modèle évangélique par les nouveaux ordres (ordres mendiants).

Le XIIe siècle scolaire avait été dominé par le phénomène de la sententiarisation des écrits considérés comme faisant autorité pour la compréhension de la doctrine chrétienne (Pères). Cette sententiarisation consiste en une  triple opération de sélection, d’abréviation et de réorganisation de passages extraits des écrits patristiques et ecclésiastiques. La glose de la Bible (principalement la Glose de Laon) les organise selon l’ordre du texte des Ecritures. Les recueils de sentences (principalement celui de Pierre Lombard) les classent selon un ordre théologique ou thématique.

Thomas d’Aquin poursuit et renouvelle l’oeuvre exégétique de Pierre Lombard. Celui-ci avait recomposé une glose sur le Psautier et les épîtres de saint Paul, les deux principaux livres bibliques commentés dans les écoles du XIIe siècle. Au XIIIe siècle, le recentrement de l’enseignement théologique sur les évangiles conduit Thomas d’Aqun a composer à son tour une glose des évangiles qui se caractérise par une mise en sentence des passages patristiques retenus. Ceux-ci ne sont pas de simples ‘copiers-collers’, mais des réécritures personnelles de passages des Pères, recomposés pour former des ‘sentences’ et permettre une lecture continue.

Cette mise en sentence se caractérise par plusieurs opérations, principalement  :

  • constitution d’un corpus d’oeuvres et d’auteurs, certains inédits et encore jamais traduits en latin
  • extraction de passages significatifs
  • réorganisation quasi syssthématique de l’ordre des phrases de chaque sentence
  • suppression de passages jugés superflux à l’intérieur des passage retenus les plus longs.
  • réécriture synthétique d’autres passages dont seules quelques rares expressions littérales sont conservées
  • ajouts, à l’intérieur des sentences patristiques, de phrases de liaison rappelant le passage biblique commenté (lemmes de rappel)

La mise en évidence de ces opérations au fil du travail d’identification des sources en vue de l’édition électronique a plusieurs conséquences d’ordre historique. Notons, en l’état actuel de la recherche :

  • Le travail rédactionnel de la Catena est si important qu’on ne peut plus penser que Thomas l’ait sous-traité à des collaborateurs.
  • Le travail de collation des sources a probablement été entrepris dès le premier enseignement parisien (sic) de Thomas, à partir de bibliothèques ecclésiastiques parisiennes et françaises, et s’est poursuivi tout au long de sa carrière.
  • Thomas n’a pas composé la Catena pour qu’elle remplace le recours aux originalia. Lui-même, dans ses autres écrits, continue à citer les Pères selon les originalia comme le montre l’étude de certaines citations faites dans la Somme de théologie qui sont faites à partir d’oeuvres utilisées par la Catena, mais avec un découpage différent et souvent sans tenir compte des reformulations de la Catena.
  • tout cela suppose un système de fiches ou de florilèges  très organisés qui ont accompagné Thomas au long de sa carrière.
  • Le titre « Catena aurea » n’est pas original. Il apparaît au plus tard dans l’inventaire de la bibliothèque des dominicains de Dijon (1307) qui décrit l’oeuvre comme « les quatre évangiles mis en chaînes par l’opération de frère Thomas d’Aquin ».

Après Thomas, le renouvellement des gloses s’essouffla. Certes le XIVe siècle fut marqué par les célèbres postilles de Nicolas de Lyre, qui se distinguent par le recourt novateur et massif à la tradition hébraïque et spécialement talmudique, mais dont les manuscrits ne reproduisent pas le texte biblique intégral. Nicolas de Lyre fut relativement peu diffusé et peu lu avant l’imprimerie. Les marges des énormes in folios que nous avons pu consulter en France et en Italie sont désespérément vides et silencieuses, contrairement à celles des manuscrits bibliques glosés du XIIIe siècle commentés dans les écoles. Il fut surtout très critiqué, tandis que Pierre Lombard, jugé plus sûr, lui était préféré jusqu’au XVIsiècle.

Ces divers états de la Bible glosée, c’est-à-dire mise en page à la lumière de ses traditions, furent les best-sellers de l’exégèse médiévale : celle de Pierre Lombard en particulier totalise près de 1000 manuscrits conservés, la Catena aurea de Thomas d’Aquin quelque 400 manuscrits, d’Hugues de Saint-Cher il ne reste pas plus d’une quarantaine de manuscrits par livre ou groupe de livres bibliques, mais ces statistiques ne disent pas tout de l’influence réelle de ces œuvres majeures, représentatives d’une tradition en continuelle recomposition aussi bien dans ses formes que dans son contenu. Elles furent lues et exploitées jusqu’à la fin du Moyen-Âge, mais semblent ne plus s’être renouvelées entre la seconde moitié du XIVe siècle et le XVIe siècle. Du point de vue historique, leur influence sur la tradition interprétative des Écritures, via la prédication, la théologie, les écrits de controverses et la littérature fut beaucoup plus importante que celle des commentaires bibliques d’auteurs, souvent très mal diffusés et demeurés majoritairement inédits ; ils n’étaient que rarement destinés à une publication.

Ces grandes gloses médiévales sont néanmoins quasi impossibles à éditer selon les critères de la philologie moderne soit en raison du nombre de leurs manuscrits, soit  en raison de la longueur des textes, soit parce qu’il s’agit de textes ouverts, dont chaque témoin ou presque présente des sentences originales et même une répartition différente des gloses entre la marge et l’interligne. Ces différences en font autant de témoins précieux des multiples facettes de la réception médiévale de la Bible et de ses traditions.

Le projet « Glossae.net » voudraità mettre à disposition de la communauté scientifique des éditions intermédiaires, scientifiques mais non critiques, accessibles gratuitement sur la toile, sous forme de publications électroniques en format XML/TEI, diffusées sur le site glossae.net [Biblia glossata, depuis le 1er octobre 2017]. Il s’agit d’un projet français, financé par le Grand emprunt pour la recherche et les investissements d’avenir, géré par l’Agence nationale de la recherche (ANR), dans le cadre de l’Équipement d’excellence Bibliotheca bibliothecarum novissima (Equipex Biblissima) et du Laboratoire d’excellence « Histoire et anthropologie des sciences, techniques et croyances » (Labex Hastec). Au niveau scientifique, il réunit des collaborations internationales.

Deux chantiers sont actuellement en cours : la Glose ordinaire de la Bible et la Catena aurea de Thomas d’Aquin, tandis que l’intégralité des postilles d’Hugues de Saint-Cher, en mode image mais indexées, sont d’ores et déjà disponibles.

  1. Glossa ordinaria electronicavise à mettre en ligne la transcription intégrale en mode texte de la première édition imprimée de la Glose ordinaire, accompagnée de son texte biblique, un des plus anciens témoins imprimés de la version parisienne du texte de la Bible qui domina depuis le XIIIe siècle jusqu’à la version Sixto-Clémentine imposée par le concile de Trente  (édition d’Adolf Rusch, Strasbourg 1489, 4 vol., 1500 pages in folio). Cette version a été choisie parce qu’elle représente le dernier état du texte médiéval de la Glose ordinaire, susceptible de donner accès au plus grand nombre de gloses attestées dans les manuscrits. Il ne saurait être question en revanche de reproduire la mise en page de l’incunable, sans lien réel avec la disposition médiévale des bibles glosées. Chaque série de gloses marginales et interlinéaire est simplement disposée à la suite du verset ou du fragment de verset qui le concernent. Par la suite, un système d’annotation permettra d’indiquer les sources de chaque sentence de la glose et les manuscrits dans lesquels elle aura été repérée. D’ores et déjà les livres de Tobie, Ruth, Jonas sont en ligne, dans une version provisoire en format word. La glose marginale des quatre évangiles, des Actes, de l’Apocalypse, et de certaines épîtres pauliniennes a été transcrite et est en cours de révision par une équipe d’une petite dizaine de personnes qui saisissent également la glose interlinéaire. D’autres livres sont en cours de saisie. La totalité de la transcription devrait dépasser les 10000 pages A4.
  2. Catena aurea electronica vise à mettre en ligne le texte intégral de la Catena ou « Exposition continue des quatre évangiles » de Thomas d’Aquin, collationné pour l’instant seulement sur deux des meilleurs manuscrits. Sa principale valeur ajoutée consiste dans l’indication de la référence aux éditions critiques modernes des auteurs de tous les fragments utilisés par Thomas. Contrairement à ce qu’on croit souvent, Thomas d’Aquin ne cite pas toujours très fidèlement les Pères. Certaines attributions cachent en fait des textes interpolés et des réécritures partielles. Le travail est effectué non en suivant l’ordre du texte biblique, mais auteur par auteur et œuvre par œuvre, en fonction des compétences des membres de l’équipe. Giuseppe Carmelo Conticello, chercheur au CNRS et éminent spécialiste de la théologie byzantine est co-directeur scientifique du projet.

Dans un cas comme dans l’autre, toute proposition de collaboration nouvelle est évidemment bienvenue. L’intérêt du format électronique XML/TEI sera de permettre des recherches ciblées à l’intérieur de livres bibliques choisis (Ancien Testament, Nouveau Testament, évangiles, corpus paulinien, livres prophétiques, épîtres catholiques, etc.), du corpus des préfaces, par auteur cité, par expression de la Glose ou de la Catena, par mot biblique glosé (par exemple toutes les gloses portant sur le mot panis), à l’intérieur d’un manuscrit collationné, etc. L’encodage TEI est effectué sous la direction  technique de Marjorie Burghart, membre du Board of Directors du Text Encoding Initiative (TEI) consortium.

L’objectif prioritaire est de permettre au public d’avoir accès aux textes au fur et à mesure de leur élaboration, sans avoir à attendre des décennies la mise au point d’une édition intégrale, dans un esprit de pragmatisme qui s’appuie sur la plasticité et l’évolutivité de l’instrument informatique.  C’est pourquoi, dans l’attente de la mise au point de l’édition XML définitive, l’édition provisoire de certains textes est d’ores et déjà mise à disposition du public sur le site.

Parallèlement à la réalisation du projet proprement dit, un défi reste à relever : celui de l’accès de la société contemporaine à ces textes, tous latins, et à leur traduction. Gageons que l’amitié du projet BEST saura reconnaître leur place de témoins de la réception médiévale des traditions herméneutiques de la Bible.

Les Gloses médiévales de la Bible et le projet de l’Ecole biblique de Jérusalem « Bible en Ses Traditions – Une Bible annotée en ligne pour le XXIe siècle »[4] relèvent fondamentalement du même principe herméneutique : le sens profond des Écritures n’est pas accessible indépendamment des traditions ou réceptions ecclésiales qui l’ont élaboré au fil de l’histoire. Une remarque s’impose néanmoins en conclusion. La bible glosée du Moyen Âge ne doit pas être pensée comme un modèle absolu. Dès la fin du XIe siècle, avant même que la Glose de Laon n’ait été achevée, les moines de la communauté de Lérins faisaient état de leurs réserves à l’égard de la mise en page des psautiers, glosés en marge et en interligne, qui oblige le regard à passer d’un lieu de la page à un autre au détriment de la continuité de la lecture[5]http://glossae.net/sites/all/libraries/fckeditor/editor/fckeditor.html?InstanceName=edit-body-und-0-value&Toolbar=Wysiwyg – _ftn2. Leur réaction fait penser à celles que l’on rencontre aujourd’hui à l’égard de l’atomisation des données dans les champs des bases relationnelles. Gilbert de Poitiers puis Pierre Lombard ont tenté de pallier ces difficultés en intégrant dans un commentaire continu classique les gloses marginales et interlinéaires des Psaumes et de saint Paul qui n’en eurent que plus de succès dans les écoles. Ce n’est pas sans raison que le XIIIe siècle a tenté un retour aux œuvres originales des Pères. Il s’agissait d’éviter le risque de fractionnement sélectif d’une tradition réduite à l’état de patchwork. Thomas d’Aquin élabore la Catena mais, dans ses autres écrits, exploite les œuvres citées dans celle-ci bien au-delà des fragments découpés pour elle. On observe donc à toutes les époques la recherche d’un équilibre entre plusieurs approches complémentaires des réceptions de la Bible. Si la lecture et l’appropriation personnelle des textes (lectio dite divina) représentent une voie courte accessible à tous, les commentaires techniques, le travail d’analyse historique et l’établissement philologique des traditions sont une voie longue indispensable. Entre les deux, serpente la voie moyenne des éditions intermédiaires, celle que le jargon de la recherche contemporaine appelle la « valorisation ». Les gloses médiévales de la Bible n’étaient déjà, au fond, que la « valorisation » sélective de lecture des originalia des Pères dont Thomas et ses prédécesseurs avaient une connaissance beaucoup plus étendue que leurs compilations ne le laissent paraître. BEST, BJ98, Catena aurea electronica, Gloss-e, Biblia-glossata… ces différents projets, complémentaires et scientifiquement fondés, doivent être envisagés comme des sentiers de grandes randonnées, balisés en fonction de leurs difficultés, pour introduire nos contemporains dans la lecture du texte biblique et de ses traditions.

Je ne saurais terminer sans souligner que les deux projets présentés ne sont que l’aboutissement d’un dynamisme collectif et d’une formation. Sans les moyens mis à disposition par les organismes français de la recherche, ils n’auraient pu se concrétiser. Mais, plus profondément encore, je ne saurais achever ces lignes sans rappeler la mémoire de cinq maîtres dominicains de la faculté de théologie de Fribourg en Suisse, et de la Commission léonine des éditeurs de Thomas d’Aquin, dont certains ne sont pas inconnus à l’École biblique de Jérusalem : Jean-Dominique Barthélémy, Louis-Jacques Bataillon, Georges-Bertrand Guyot, Servais Pinckaers, Jean-Michel Poffet, et Jean-Pierre Torrell dont les influences croisées, à des titres divers, me permettent aujourd’hui, comme historien médiéviste, de comprendre l’interaction fondamentale de la Bible et de ses réceptions, et d’œuvrer à mon tour à leur suite pour que les Sources coulent.

Martin Morard CNRS,

responsable scientifique du projet Biblia-glossata[1] 

[1] Une première version de ce texte est parue sous le titre « Un projet-frère de la « Bible en ses traditions » : le projet « Glossae.net » et les gloses médiévales de la Bible latine » dans Lettre aux contributeurs et amis de la Bible en ses Traditions. Une Bible annotée en ligne pour le XXIe siècle, n° 4, janvier 2013, p. 2-5. Je remercie le fr. Hervé Ponsot, O. P. , de m’en avoir aimablement autorisé la reproduction.

[2] Cf. G. Conticello, « San Tommaso ed i Padri: la Catena aurea super Ioannem », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 65 (1990), p. 32-92 ; id., « Théophylacte de Bulgarie, source de Thomas d’Aquin (Catena aurea in Ioannem) », dans Philomathestatos : Studies in Greek and Byzantine Texts Presented to Jacques Noret for his Sixty-Fifth Birthday, éd. B. Janssens, B. Roosen, P. van Deun, Leuven-Paris-Dudley, MA, Uitgeverij Peeters en Departement Oosterse Studies, 2004.

[3] Cf. M. Morard, « Une source de saint Thomas d’Aquin : le deuxième concile de Constantinople (553) », Revue des Sciences philosophiques et théologiques 81 (1997), p. 21-56 ; id. « Thomas d’Aquin lecteur des conciles », dans ‘Ad un fine fur l’opere sue’ Miscellanea di studi per commemorare i trent’anni di permanenza della Commissione Leonina (OP) nel Collegio di S. Bonaventura (OFM) di Grottaferrata (1973-2003), Archivum franciscanum historicum, t. 98, 2005, p. 211-365.

[4] La « Bible en ses traditions – Une Bible annotée en ligne pour le XXIe siècle » est un grand projet international en cours de réalisation, conçu et mis en oeuvre par l’Ecole Biblique de Jérusalem.

[5] Martin Morard, « Daniel de Lérins et le Psautier glosé : un regard inédit sur la Glose à à la fin du xie siècle », Revue bénédictine 121 (2011), p. 393-445.