Dis, maman, c’est quoi la Glose ? (FAQ)

Votre enfant vous demandera peut-être un jour ce qu’est « la Glose ». Vous trouverez ci-dessous quelques éléments de réponse.

Qu’est-ce que ‘la’ Glose ?

Par commodité de langage,  les auteurs ecclésiastiques appellent Glose une version annotée de la Bible, comprenant le texte de la Bible latine, en gros caractères, et des explications, disposées selon une mise en page spécifique entre les lignes et dans la marge du texte biblique, appelées gloses ou sentences, comme ceci :

Berkeley, Bankroft, 147 (glose sur les Psaumes)ou encore comme ceci

Laon, BM 29 : psautier glosé 12e s. 2/2

A quoi servait la Glose ?

La Glose de la Bible servait :

  • à accompagner la lecture continue du texte de la Bible (6e-12e siècle)
  • dans les écoles, depuis la fin du 11e siècle jusqu’au 15e siècle, la Glose était le texte de base commenté par les maîtres en Sacra Pagina.dans les écoles et les facultés de théologie.

Quelle est la différence entre la Sacra Pagina et la Glose ?

La Sacra Pagina est le contenu intellectuel de la Bible glosée, autrement dit l’enseignement de la Bible et de sa tradition interprétative, héritée des Pères de l’Eglise et de certains auteurs ecclésiastiques. La Sacra Pagina est l’objet de l’enseignement médiéval de la théologie que les maîtres explicitent dans les écoles et facultés de théologie, à partir de la lecture d’exemplaires manuscrits, puis imprimés de la Bible glosée.

Que signifie l’expression « ut dicit glossa… » ?

On trouve souvent chez les auteurs médiévaux l’expression « ut dicit glossa » qui introduit ou conclut une explication ou une citation.  L’expression ut dicit glossa peut-être interprétée de plusieurs façons :

  • « comme le dit une glose », c’est-à-dire comme le dit un commentaire ou une explication (indéterminée). Dans ce cas la source du texte désigné comme « glose » n’est pas nécessairement une oeuvre identifiable ou un texte édité.
  • « comme le dit la Glose », c’est-à-dire un corpus textuel glosé qui doit être identifié en fonction du contexte. Dans les écrits de théologiens, il s’agit le plus souvent de la Glose ordinaire de la Bible, mais il peut aussi s’agir du corpus dionysiacum (oeuvres glosées de Denis l’Aréopagite) ou de textes de droit canonique glosés, ou encore de corpus philosophiques glosés (Glose d’Oxford sur les Parva naturalia d’Aristote; corpus platonicum, etc.).

 Pour plus de détails sur les différentes acceptions du terme, voir ci-dessous.

Quel est le sens du mot « glosa / glossa » ?

« Glose », en français, s’écrit en latin classique glossa et au Moyen-Âge glosa.  En anglais on dit  « the Glossed Bible » ou simplement « the Gloss ». Attention, cela n’a rien à voir avec un bâton de rouge à lèvre (gloss lipstick). Le mot « glose » vient du grec γλῶσσα qui renvoie d’abord à l’organe physique de la parole et désigne, par analogie,

  • soit une languette, ou un paragraphe de forme allongée qui est disposé dans les marge d’un texte vers lequel il pointe comme une langue, un peu à la manière d’un ‘post-it’ collé dans les marges  (voir image ci-dessus).
  • soit toute explication d’un segment de texte (mot, expression, passage etc.)

Le mot  peut désigner plusieurs types de textes :

  1. toute annotation ou remarque adventice. Exemple : « Quod additum est In manibus vestris, idest Et lucerne ardentes in manibus vestris [Lc. 12, 35] nec in libro invenitur nec nisi in paucis ecclesiis frequentatur. Et idcirco debet radi quia glosa est »[1].
  2. dans un correctoire biblique ou dans un texte assimilé, « glossa » désigne une leçon rejetée parce qu’elle est considérée comme une intervention extérieure au texte original ou un ajout explicatif. Cela ne veut pas dire nécessairement qu’il s’agisse d’une sentence de la Glose ordinaire. Exemple : Vaticano, BAV, vat. lat. 3466, f. 112v (Guillelmi de Mara, O.F.M., Correctorium biblicum  ) : « Quid amplius facitis [Mt. 5, 47] : iuxta grec. et antiquos ; aliter facietis : glosa).
  3. un commentaire de texte (Bible, droit civil ou canonique, etc.) rédigé en bonne et due forme, sans mise en page particulière.
  4. un recueil d’interprétations ou d’explications grammaticales, lexicales, étymologiques etc. Par exemple : Liber glosarum
  5. la Glose ordinaire de la Bible proprement dite ou tout autre corpus similaires, caractérisé par une mise en page qui distingue un texte principal et des annotations réparties dans les marges et/ou les interlignes.
  6. Tout type de corpus glosé (grammatical, philosophique, théologique, juridique).

Nota bene : le substantif « glossa / glosa » suivi d’un nom propre ou d’un simple prénom au génétif peut désigner (par exemple : Glossa Petri), selon les contextes :

– le propriétaire d’un livre qualifié de glose (surtout dans les catalogues de manuscrits) « Glosa Iohannis…. Glosa Petri »

l’auteur / compilateur d’un livre glosé (Glose biblique ou autre) en circulation à l’époque de la rédaction du document

« Glosa Anselmi » = Glose ordinaire dite d’Anselme de Laon sur un ou plusieurs livres de la Bible.

« Glosa Giliberti / Gisleberti, etc. » = Glose de Gilbert de Poitiers / de la Porrée sur les Psaumes ou les épîtres de saint Paul (mais voir aussi paragraphe précédant).

« Glosa Petri / Lombardi » = Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes ou les épîtres de saint Paul

l’auteur d’une sentence citée dans la Glose ordinaire ou un livre glosé (très fréquent dans la littérature scolastique). Par exemple : « Secundum autem Glossam Augustini, titulus nulli alludit historiae, sed tacta causa efficiente per hoc quod dicitur Psalmus David, et utilitate per hoc quod additur in finem…. »[2]. Il s’agit ici en fait des Enarrationes d’Augustin d’Hippone sur les Psaumes (CCSL 38, p. 58-59) cités par la  Magna Glosa de Pierre Lombard sur les Psaumes, in loco citato (PL 191, 129C).

[1] Cf. Heriveus Burgidolensis monachus [avant 1150], De correctione quorundam lectionum, G. Morin éd., Revue Bénédictine, 24 (1907), p. 36-61.

[2] Albert le Grand (attribué à) [13e 2/3], Commentarii in Psalmos (Ps. 9 § 1), in : Opera omnia, t. 15, Paris, Vivès, 1892, p. 112.

Je n’arrive pas à identifier une citation de la Glose dans les éditions imprimées ou dans votre édition en ligne. Que faire ?

Le texte de la Glose diffusé à partir du 12e siècle a aussitôt été enrichi et à son tour annoté. Chaque maître qui cite la Glose le fait à partir de l’exemplaire manuscrit qu’il a sous les yeux. Les maîtres se transmettaient ces volumes de génération en génération ou, dans les ordres mendiants, empruntaient des exemplaires mis à leur disposition par les bibliothécaires de leur couvent. Ils se déplaçaient avec ces ouvrages. La glose que vous cherchez à identifier peut donc être soit une glose inédite, soit une scolie magistrale lue par le maître dans les marges de son manuscrit d’usage, soit une glose d’un corpus non biblique (Denis, Aristote, Droit civil ou canonique). Les recherches sont souvent infructueuses et se soldent par une note d’éditeur précisant que la source de la glose n’a pas pu être identifiée : Non inveni.

Citer ce billet : Martin Morard, "Dis, maman, c’est quoi la Glose ? (FAQ)", dans Sacra Pagina, 08/02/2018, https://big.hypotheses.org/954, consulté le 16/08/2018.

Editions imprimées des Postilles d’Hugues de Saint-Cher

*titres anciens : Postille Hugonis prioris / Vgo de sancto Caro / Hugo de sancto Charo / Hugues de Saint-Chef

*titre moderne : Postille d’Hugues de Saint-Cher

Ce commentaire sur tous les livres de la Bible est attribuée par les plus anciens manuscrits au dominicain Hugues de Saint-Cher (+1263). Depuis quelques décennies, il est aussi parfois appelé « Postille dominicaine ».

  • Nombreuses éditions anciennes. Pas d’édition critique.
  • La qualité de numérisation des éditions accessibles en ligne varie ; ce qu’on ne trouve pas à partir d’un lien, peut se trouver à partir d’un autre.
  • Les éditions imprimées n’ont retenu qu’un des états de cette oeuvre dont la tradition manuscrite est complexe (plusieurs versions). Ce titre devrait être réservé à la version abrégée et anonyme dérivée de la postille d’Hugues (ci-dessous).
  • la pagination est quasiment identique dans toutes les éditions de la postille postérieures à 1600 ; le texte y est assez proche de celui des manuscrits diffusés par exemplar et pecia. Des manques sont observés dans les éditions de 1654 et 1754.  Il est recommandé de se référer de préférence à l’édition de 1600.

* Postilles sur le Deutéronome : BnF lat. 363 (version du texte à préciser)

*Edition incunable de 1498

  • Bible avec Postille d’Hugues de Saint-Cher, épître dédicatoire  d’Anton Koberger, Bâle 29.10.1498 et 7.11.1502, et Johann Amerbach. P. 1-7, [Bâle], [après 1498.10.29, avant 1499] (exemplaire BSB-Ink B-481 – GW 4285x

Recherches en mode image :

Volume 1

Volume 2

Volume 3

Volume 4

Volume 5

Volume 6

Volume 7 (Paul. Epcan. Apc.)

  • Nota bene : le texte de cette édition s’écarte fréquemment de celui des manuscrits copiés par exemplar et pecia et sa pagination diffère totalement de celle de la quasi totalité des éditions postérieures. Il est déconseillé de l’utiliser comme édition de référence, sauf raison précise et motivée.

*Edition de 1645, 1669

Postilla Hugonis de Sancto Charo, Lyon, 1645, 1669

Recherches plein texte (‘Full Text research’) :

vol. 3 (Prv. Eccle. Cant. Sap. Eccli.)  :    Lyon 1645 :  (interrogeable)

vol. 4 (Is. Ier. Lam. Bar.) :    Lyon 1669 ; Venetiis 1703 (interrogeable)

vol. 5 (Ez. Dn. XIIProph.  1-2Macc.)  :    Lyon 1669

vol. 6 (Mt. Mc.  Lc. Io.) :    Lyon 1669

vol. 8 (Index generalis interrogeable) :   Venetiis 1600 ; Lyon 1669:  ; Venetiis  1703

*Edition de 1703

Postilla Hugonis de Sancto Charo – éd. N. Pezzana, Venise, 1703, 8 volumes. (copyright) Exemplaire de la Bibliothèque municipale de Chambéry, mis en ligne avec le  soutien  et l’autorisation de la bibliothèque. Accès par référence biblique (mode image seulement)

RETOUR à LA PAGE PRINCIPALE