Les concordances bibliques d’Hugues de St-Cher

Petite synthèse sans prétention

627656201_MS0028_0005_N2.jpg

La première concordance verbale de la Bible[4], celle dite d’Hugues de St-Cher, fut produite à St. Jacques à l’intention des étudiants et des maîtres. Comme les Postilles, c’est un travail essentiellement communautaire et anonyme, réalisé ad utilitatem multorum. On ne peut préciser si Hugues en fut seulement l’instigateur ou s’il y prit une part active de direction et de travail. [5]. Sa composition était probablement bien engagée à la fin de sa régence (1235-6) et certainement achevée en 1247, puisque les postilles longues manuscrites n’utilisent qu’occasionnellement le sytème de référence alphabétique de la concordance[6], alors que nous pouvons constater son utilisation dans la Glose dominicaine.

627656201_MS0028_0006_N2.jpg
Saint-Omer, BM, ms. 28 (13e 3/3)

La première concordance verbale de la Bible[4], celle dite d’Hugues de St-Cher, fut produite à St. Jacques à l’intention des étudiants et des maîtres. Comme les Postilles, c’est un travail essentiellement communautaire et anonyme, réalisé ad utilitatem multorum. On ne peut préciser si Hugues en fut seulement l’instigateur ou s’il y prit une part active de direction et de travail. [5]. Sa composition était probablement bien engagée à la fin de sa régence (1235-6) et certainement achevée en 1247, puisque les postilles longues manuscrites n’utilisent qu’occasionnellement le sytème de référence alphabétique de la concordance[6], alors que nous pouvons constater son utilisation dans la Glose dominicaine.

Le principe des concordances bibliques qui nous paraît aujourd’hui évident ne l’était pas au 13è s. On distingue des concordances verbales ou lexicale (mot par mot)[1] et des concordances réelles ou thématiques (par sujet)[2]. Les concordances réelles sont anciennes, mais la concordance verbale fut pour ainsi dire inventée à St-Jacques sous la direction d’Hugues et ne prit son aspect actuel qu’au bout d’un demi-siècle, à la suite d’améliorations successives entreprises sous la poussée de la communauté pastorale et théologienne[3].

Méthode

Deux problèmes se sont posés pour la mise au point de la concordance : 1) la mise au point d’un système de référence 2) l’organisation du travail en équipe.

Le système de référence

Jusque tard dans le 13e siècle , la division en chapitre présente de nombreuses variations. On attribue traditionnellement au maître parisien Etienne Langton (+1228) la division actuelle en chapitre[7]. Celle-ci est loin d’être stabilisée avant le dernier quart du siècle. Notre système actuel de division en chapitres et versets ne fut définitivement mis au point qu’au XVIe s. par l’imprimeur Robert Etienne[8].

Pour localiser les passages avec plus de précision à l’intérieur des chapitres, les dominicains divisèrent chaque chapitre d’abord en 7 parties égales pour tous les chapitres, chacune désignée par une lettre de l’alphabet allant de A à G[9]. Le système est inspiré des divisions liturgiques mobiles des chapitres de la Bible en leçons, appliquées à la lecture continue de certaines parties de la Bible chez les moines (nocturnes de 4 leçons impliquant des divisions quaternaires)  les chanoines (nocturnes de 3 leçons impliquant des divisions ternaires).  Le système de divisions alphabétiques a déjà été appliqué à des textes non bibliques antérieurement aux concordances verbales dominicaines. Son application à la Bible avait l’ambition de proposer un référentiel biblique unifié qui perdura au-delà de la promulgation de la Bible Sixto-Clémentine pour certains textes.

Encore du travail d’équipe

On a retrouvé dans les reliures de concordances du XVe s. des fragments de la première concordance de St-Jacques en notes manuscrites qui montrent les étapes de la fabrication et attestent son caractère collectif : 1° extraction des mots ou familles de mots[10] sur feuilles détachées 2° cueillette des références sur des sortes de fiches 3° report de celles-ci par ordre alphabétique sur des cahiers correspondant à une portion de l’alphabet confié à la responsabilité exclusive d’un « ouvrier » différent.

Le résultat est une liste alphabétique de mots répartis sur 5 colonnes assortis de leurs références bibliques[11].

Cette concordance de première génération n’associait au lemme que sa référence sans mentionner le contexte immédiat du mot. Cette limite :

  1. explique l’usage et la circulation limités de la concordance en dehors de l’ordre dominicain. Elle n’était utilisable qu’à partir de bibles possédant le même système de référence.
  2.  souligne que la concordance fut conçue comme instrument de travail portable au service de la prédication itinérante. Elles sont conformes au format standart des livres et bibles des mendiants (approximativement : notre format A/4[12]). C’est en effet sur la rédaction des sermons et de distinctiones que les concordances verbales eurent le plus d’impact, comme l’atteste le recours à leur système de référence.
  3. montre que les concordances verbales de première génération n’ont pas été conçues en vue d’identifier des citations, mais pour faire résonner un terme donné dans le contexte de ses autres emplois scripturaires. Identifier une citation à partir d’une concordance verbale oblige en effet à passer en revue chaque occurrence, puisque le contexte immédiat n’est pas mentionné.

Le besoin se fit donc vite sentir d’une nouvelle génération de concordances, plus complètes, qui remédierait à ce défaut. Les dominicains établirent donc une seconde version des concordances où, pour chaque lemme, chaque référence était illustrée par un contexte long. Trop long pour que les concordances ainsi habillées restent maniables et gardent des dimensions compatibles avec la mobilité des livres imposée par l’itinérance du clergé ‘moderne’ et des ordres mendiants.

A partir de ce moment, les concordances de St-Jacques prirent le nom de concordances ‘anglaises’  qui leur est appliqué dans certains listes de livres et inventaires. L’adjectif ‘anglais’ renvoie à la nationalité des frères dominicains qui, à Saint-Jacques de Paris, auraient mis au point le système tel qu’il a été finalement adopté, peut-être au milieu du 13e siècle seulement [RB 3606]. Il n’est pas réservé aux concordances de 2e génération et s’est appliqué aussi aux concordances de 3e génération.

Sous le même nom de « Concordances anglaises » apparu en effet  une troisième version des concordances bibliques. Cette 3e génération tirait les conséquences de l’expérience des deux premières. Sa préface explique que désormais les chapitres courts seront divisés par 4 lettres de manière à faire correspondre une portion de texte à peu près égale à chaque portion de texte[13]. Dans les concordances de St-Jacques ou de 1ere génération, tout chapitre, de quelque longueur qu’il fut, était divisé en 7 parties de sorte que  la portion de texte correspondant à chacune d’elle différait d’un chapitre à l’autre (1/7 x Y n’est pas égal à 1/7 x Z). Les concordances de 3e génération, sans proposer un nombre de ligne égale pour toute division de chapitre, propose une distinction entre chapitres longs divisé en 7 lettres, et en chapitres courts divisés en 4 lettres seulement.

« Quiconque voudra rechercher des concordances dans ce livre sera d’abord attentif au fait que dans les premières concordances, celles qui sont dites concordantes de Saint Jacques, chaque chapitre est divisé en 7 parties, selon les 7 premières lettres de l’alphabet (A B C D E F G). Dans le présent livre, les chapitres les plus longs sont divisés selon le même mode et en autant de parties égales, mais les chapitres plus courts sont divisés seulement en quatre (A B C D ), de sorte que, dans un chapitre plus bref divisé en quatre parties égales, A contient la première partie, B la seconde qui part du commencement et s’étend jusqu’au milieu ; C part du milieu et contient la 3e partie du chapitre plus bref;  D, après la 3e partie, s’étend jusqu’à la fin du chapitre« .

« Cuilibet volenti requirere concordantias in hoc libro, unum[a]  primitus attendendum, videlicet, quod cum in primis concordantiis, quae dicuntur concordantie Sancti Iacobi, quodlibet capitulum in septem partes distinguatur, secundum primas septem[b] litteras alphabeti, videlicet a, b, c, d, e, f, g. In isto opere, per eundem modum et in totidem particulas distinguuntur capitula longiora in septem partes equales; capitula vero breviora tantum in partes quattuor distinguuntur, videlicet in a, b, c, d, ut breviori capitulo[c]* in quattuor partes equales[d] diviso, A primam partem continet[e]; B vero secundam, qua a principio recedat et usque ad medium protendatur; C vero recedat a medio et partem tertiam contineat capituli brevioris; D vero post tertiam partem usque in finem capituli protendatur. »

Ces nouvelles concordances ont surtout la particularité de proposer des contextes bibliques abrégés de sorte que chaque feuillet permet d’aligner trois doubles colonnes associant  chacune et pour chaque lemme, sur la même ligne, une référence et un contexte (référence à gauche, contexte à droite). Voir par exemple  : Saint-Omer, BM, 28 (années 1270).

Les concordances latines imprimées que nous connaissons sont le fruit de cette troisième refonte alliant la précision de la première et la sobriété de la troisième. Les éditions imprimées des concordances dites de St-Jacques sont en fait des rééditions revues, corrigées et augmentées des concordances de 3e génération. Le contexte des lemmes a été souvent adapté au texte de la Vulgate Sixto-Clémentine.

Pourquoi les Concordances ?

L’enseignement théologique au Moyen âge est conçu comme une quête du sens de l’Ecriture, littéral ou spirituel.

Cet objectif impose une méthode dont un des éléments principaux consiste à comparer les usages d’un même mot à travers ses différentes occurrences scripturaires[14]. Le travail des maîtres des écoles, en particulier dans le cadre du renouveau biblico-pastoral parisien de la fin du 12e siècle, préparait le terrain des concordances, en même temps qu’il en manifestait le besoin, lorsqu’ils inséraient dans leurs commentaires des listes de références parallèles au passage ou au mot commenté. Ces listes encombraient les marges des manuscrits. L’invention des concordances permit 1° d’alléger les postilles ; 2° de répondre au besoin d’un instrument qui donne aux théologiens tous les emplois d’un mot ou d’une phrase ; 3° de garantir ainsi une certaine objectivité du commentaire en permettant de l’appuyer sur des parallèles littéraux et non plus sur des sélections de textes choisis en fonction du sens allégorique ; 4° finalement de porter davantage d’attention au sens littéral.


[1] exemple anachronique : le Concordance du NT de la Bible de Jérusalem.

[2] exemple anachronique : le VTB

[3] Cf. Rouse, « The Verbal Concordance… » AFP 44 (1974) 7-30 et R.H. Rouse et M.A. Rouse, « La concordance verbale des Ecritures » dans Le Moyen Age et la Bible, (Pierre Riché, Guy Lobrichon éd.), « Bible de tous les temps », Beauchesne, Paris 1984, p. 115-122 que nous résumons ici. Cf. p. 122 : « La concordance verbale s’est développée d’essai en essai, chacun constituant un effort de perfectionnement de cet outil, pour l’usage de la communauté théologique et pastorale, et elle a culminé dans la concordance qui figure dans le catalogue des libraires de 1275 » .

[4] (Concordantiae bibliorum) Comme l’attestent les mss.

[5] Part attestée néanmoins par Ptolémée de Lucques vers 1315 ; cf. Rouse & Rouse, AFP 44 (1974) 7.

[6] Cf. Rouse, « The Verbal Concordance… », p. 22. Nos propres recherches sur les manuscrits d’Hugues confirment cette observation [MM2018].

[7] Attestée dès 1203 et reçue par l’université de Paris dès 1230 à la suite de son adoption par les dominicains et de son insertion dans la bible parisienne. L’Edition de Langton parue peu avant 1203 a été améliorée et complétée par le dernier Victorin, Thomas Gallus qui subdivisa les chapitres en paragraphes selon Jacques Verger, « L’exégèse de l’Université », dans Le Moyen Age et la Bible, (Pierre Riché, Guy Lobrichon éd.), « Bible de tous les temps », Beauchesne, Paris 1984, p. 202.

[8] Mangenot, art. « Concordances de la Bible », DB 2 (1926) 897

[9] Il n’existe pas d’attestation sûre de cette division avant la Concordance parisienne, du moins dans des lieux susceptibles d’expliquer la diffusion qu’elle a connu, même si la coutume de diviser selon l’alphabet les textes était déjà répandue par ailleurs. Cf. exemple dans Rouse, « The Verbal Concordance… », p. 22

[10](Stips Israel, Stirps Jesse, Stirps Cyrus, etc.)

[11] citées le plus brièvement possible avec la référence au livre, au chapitre et à la section alphabétique du chapitre : Incipit A,a,a Je. I.c.,XIII.d., Eze. IIII.f.… Explicit Zorobabel…Luc. III, f. [reproduction dans Rouse p. 8-9].

[12] exactement : 30/20 cm

[13] Inc. Cuiuslibet volenti…, RB 3605.

[14]Plusieurs outils furent mis au point dans ce but par les maîtres ou les élèves en vue d’un usage d’abord privé et spécialement les distinctiones qui sont deslistes alphabétiques de mots assortis d’une sélection de passages bibliques servant à en illustrer le sens figuratif. Certains manuscrits contiennent aussi des sortes de fichier matière où les textes bibliques viennent illustrer des thèmes (Résurrection, Jugement, etc.) Cf. le Vocabularium Biblie de Guillaume de la Mare

Citer ce billet : Martin Morard, "Les concordances bibliques d’Hugues de St-Cher", dans Sacra Pagina, 15/10/2018, https://big.hypotheses.org/1928, consulté le 21/11/2018.


[a] unum] + est RB3605

[b] pr. septem]  inv. RB3605

[c] capitulo] om. Som28

[d] qu. partes] inv. RB3605

[e] primam… continet] primam contineat partem RB3605