Petrus Lombardus

Troyes, BM, ms 48, f. 1

Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes et les épîtres de saint Paul (1150-1160)

* titres anciens : Glosa Lombardi, Magna Glosatura, Magna Glosa, Glosa ordinaria [in psalmos, in epistolas Pauli]
* titre moderne : Glose de Pierre Lombard

Manuscrits : Pratiquement pas de diffusion avant 1160, pour la Glose sur les Psaumes en tout cas. Plus de 800 manuscrits identifiés. Consulter l’inventaire sommaire de tous les manuscrits (work in progress) disponible sur le site Glossae Sacrae Paginae electronicae > Intrumenta > codices Glossae (manuscrits classés par livres bibliques. Chercher l’expression Magna Glossatura http://gloss-e.irht.cnrs.fr/php/index-liste.php) 

Nombreuses éditions anciennes. La meilleure reste celle qui fut publiée en 1541 à Paris par le franciscain Richard Cenomanus (alias ‘du Mans’). On veillera à bien distinguer les commentaires de l’éditeur humaniste (collationes) qui suivent la glose sur chaque Psaume,  du texte de Pierre Lombard lui-même, dans lequel l’éditeur ancien a fait quelques incises qui ne sont repérables que dans l’édition de 1541.

NOTA BENE : La Magna Glossatura inclut la plupart des sentences  de la Parva Glossatura ou Glose de Laon.  Selon l’exemple donné par Gilbert de Poitiers, elle  « fixe » au lemme biblique les gloses flottantes de la Glose ordinaire dans la continuité d’un commentaire suivi. Il convient de noter précisément les passages où Pierre Lombard s’écarte de la Glose de Laon (Parva Glossatura) et de celle de Gilbert.  L’édition de 1481 de la Glossa ordinaria (Rusch) [texte consultable en ligne] est parfois contaminée par la Magna Glossatura. La comparaison précise des deux textes appelle la consultation  des manuscrits.

Cf. Martin Morard, La Harpe des clercs : réceptions médiévales du Psautier entre pratiques populaires et commentaires scolaires, thèse de doctorat, Paris-IV – Sorbonne, 2008, t. 2, p. 1713-1714 : « Nous partageons l’avis d’Ignaz Brady selon lequel l’édition de Richard est globalement fidèle au texte du Maître transcrit par la tradition manuscrite[1]. Il faut certes relever avec lui plusieurs exceptions. En sens contraire, certains qualifient le texte de la Patrologie latine de «souvent inexact», ce qui ne veut rien dire. Nos collations du texte du Prologue pour quelques manuscrits indiquent nettement l’existence d’une tradition ancienne, probablement pré-universitaire, car elle se vérifie presque toujours dans les manuscrits les plus anciens. Mais la PL t. 191 a fait disparaître de son édition les manicules contre-opposées F … E par lesquelles Richard du Mans avait pris soin de signaler à ses lecteurs les remarques ajoutées de son propre chef dans le texte de Pierre Lombard. Celles-ci sont également signalées en marge par la manchette « Additio ». Il s’agit presque toujours de références aux versions non gallicanes du Psautier latin et à l’hébreu ou à des commentaires. Bradi , Sentences, p. 51*, n. 4 ne signale que 4 de ces interpollations. Marci Colish elle-même n’a pas évité le piège[2][2] ; tel progrès exégétique qu’elle impute à Pierre Lombard est en fait dû à une incise de Richard du Mans dans l’édition princeps de 1541, reproduite sans ses signes diacritiques originaux par la Patrologie latine de Migne (t. 191, 407 D).

[1] I. BRADY, dans PIERRE LOMBARD, Sententiæ in IV libris distinctæ, I, Pars I, Prolegomena, 1971, p. 31*-82*.

[2] Marcia L. COLISH «Psalterium Scholasticorum: Peter Lombard and the Emergence of Scholastic Psalms Exegesis», Speculum 67 (1992), 531-548, ici p. 544-545.

 

La liste des interpolations de Richard Cenomanus insérées entre manicules dans l’édition de 1541 et rendues muettes par la Patrologie latine imprimée et électronique :

  • In Ps 27, 1 (f. 46ra ; PL 191, 277D–278 C): «Mirum est quod dicat non haberi in Hebr. et esse jugulatum a Hier., quia et legitur, et Hier. vertit juxta Hebraeum. Verum est tamen quod Romanum psalterium non legit. Hebraeus sic habet הֶשְׁחֶת ץֽי.»
  • In Ps 40 titre (PL 191, 407D): «Ista sententiola vel sicut Hier. transfert, etc., est adjectitia. Nam alium codicem manu descriptum vidimus in quo non habetur, cum etiam ipse Hier. neque tomo 8, neque in versione juxta Hebr. talem titulum ponat. Consimiliter nec LXX; sed hic titulus habetur in Haymone: unde forsan quispiam posuit Hier., loco Haymonis. Idem habetur mendum in glosa ordinaria.»
  • In Ps 40 (PL 191, 409A): «Legitur id in tomo IV in quadam expositione psalmi 41, quae non tribuitur Hieronymo; hoc etiam divus Augustinus in titulo sequentis psalmi, et idem habet Hieronymus infra psalm. 84»
  • In Ps 67 (PL 191, 605C): «Psalmodia Romana legit, Mons Sina cum Augustino et Cassiodoro. LXX, quos sequimur, non habent mons; varietas videtur orta ex vocula Hebraea: זֶה quod est pronomen demonstrativum, unde potuit intelligi, hic mons, vel hoc est in Sina, ut vertit Hieronymus, qui secundo loco semel solum repetit Dei, etsi in Hebraeo nunc bis dicatur, Dei, Dei Israel.»
  • In Ps 67 (PL 191, 614A) «Psalmodia Romana legit convertar, varietas videtur suborta, ex eo quod Hebraice אָשִׂיב potest accipi ex verbo, quod nominitant qual, et tum est convertar, aut ex conjugatione quam dicunt hiphil, et tum erit convertam, licet prius inveniatur fere per vau.»
  • In Ps 72 (PL 191, 672B): «Alia littera deambulavit hoc ex Hieronymo in versione juxta Hebraeum תִהַלַך ambulabit.»
  • In Ps 75 titre (PL 191, 703D): «Ad Assyrios additum est ab interpretibus Graecis, ex consilio Spiritus sancti, quod pluribus supra probatum est in quibusdam similibus.»
  • In Ps 87 titre (PL 191, 809CD): «Melius est Eman Ezraitae, nam Hebraice legitur הָהֶוְרָחִי לְהֵימָו, et quidam Graeci codices habebant αίθαμ τω ορακλητη. Alii αιμαν τω Ισραηλίτη. Priores sunt falsati a scriptore in duobus; secundi in uno, duntaxat quandoque et prosequitur enarratio Augustini posteriores.»
  • In Ps 93 titre (PL 191, 865C): «In plerisque psalmis sunt tituli additi a Septuaginta vel ob decoris gratiam vel ob Spiritus sancti auctoritatem, juxta ea quae dicit Hieronymus in secundo prologo ab libros Paralipomenon.»
  • Voir aussi f. 135vb: exequiis; PL 588A: exsequiis – f. 88vb Chore; PL 408C Core.Migne a transcrit les chiffres romains de l’édition de 1541 en arabes. »

Citer ce billet : Martin Morard, "Petrus Lombardus", dans Sacra Pagina, 30/09/2017, https://big.hypotheses.org/petrus-lombardus, consulté le 13/12/2018.