Apparatus ad Glosam. Réflexions en marge de l’édition électronique des postilles bibliques d’Hugues de Saint-Cher

Citer ce billet : Martin Morard, "Apparatus ad Glosam. Réflexions en marge de l’édition électronique des postilles bibliques d’Hugues de Saint-Cher", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2729, version du 27/11/2022.
publié le 10.10.2021, mis à jour et corrigé : 16.10.2021

  1. Les Postilles d’Hugues de Saint-Cher offrent un commentaire intégral de l’Ecriture à l’usage des prédicateurs. Leur édition électronique, publiée sur le site Gloss-e à l’automne 2021, ne comportera encore que la transcription des tomes 3 (livres sapientiaux), 4 (Is. Ier. Lam. Dn.) et 6 (évangiles) de l’édition imprimée concue et éditée à Venise en 1600 et réimprimée régulièrement avec des différences mineures et une foliotation quasi identique au long du 18e siècle.

Les postilles d’Hugues : un apparatus ad Glosam

  1. On a parfois affirmé que Hugues y aurait réuni des commentaires de plusieurs auteurs différents. La chose n’est que partiellement démontrée ; elle doit surtout ne pas être surinterprétée. On observe des parentés, voire des dépendances textuelles marquées, spécialement dans les prologues[1]. Le ou les auteurs appartiennent certainement à un ordre qui vit sous la règle de saint Augustin, dominicain et/ou franciscain. On observe aussi l’inflence d’auteurs et de prédicateurs comme Prévotin de Crémone[2]. Les allusions à la liturgie capitulaire dominicaine relevée dans la postille sur les Psaumes invitent à rejetter l’attribution de l’état publié de cette dernière à Alexandre de Halès. La Postille sur Is. 16 fait une allusion appuyée à la Règle de Saint Augustin, assez caractéristique des propos d’un dominicain[3], s’il s’avérait exact que les chanoines réguliers parisiens n’ont plus aucune activité d’enseignement universitaire à cette époque.

La mise en forme électronique de l’édition imprimée de la postille nous a permis de comprendre que la postille n’est pas exactement une compilation de commentaires scolaires structurés. Ce commentaire a plutôt été conçu – de manière assez empirique – comme un apparatus ad Glossam, à l’instar des “apparatus ad Corpus Juris civilis” des juristes. Il s’agit ni plus ni moins d’un complément et d’un développement exégétique de la Sacra Pagina des écoles, la Bible glosée ou Glose ordinaire. Le titre d’un manuscrit de la postille le définit précisément : “Incipiunt notule compilate a magistro hugone  fratre ordinis predicatorum super Proverbia”[4].

  1. Les commentaires réunis dans la Postille biblique d’Hugues sur toute la Bible sont en fait la compilation des explications données par des maîtres qui commentaient en classe la Sacra Pagina, alternant lecture du texte biblique, de la Glose ordinaire et des scholies marginales accumulées dans les marges extérieures de leurs exemplaires magistraux qu’ils transmettaient oralement à leurs auditoires. Ces scholies sont souvent de simples “post-it” ou gloses adventices, mais ce sont aussi parfois des commentaires plus développés (divisio textus, questions,  etc.). Dans les manuscrits de la Glose, elles sont souvent surimposées par plusieurs mains et enchevêtrées[5]. D’abord écrites à la mise de plomb elles étaient reportées à l’encre en commençant par un espace laissé vide, puis effacées au fur et à mesure. Cela se voit encore dans certains exemplaires conservés.[6] La Postille d’Hugues n’est rien d’autre que la publication en forme de texte continu et ordonné du contenus d’exemplaires annotés de la Glose ordinaire à l’usage du ou des maîtres auteurs des postilles réunies par Hugues (Glossa ordinaria cum scholiis), mais plutôt la mise au net des annotations qui occupaient les marges des exemplaires de la Glose ordinaire des maîtres de Saint-Jacques et peut-être d’autres couvents parisiens. L’hypothèse jette en tout cas un jour nouveau sur la problématique des attributions.

Divisions du commentaire et sens de l’Ecriture

  1. A la différence des commentaires bibliques par sentences ou citations, les postilles d’Hugues sont des commentaires rédigés qui intègrent certaines citations patristiques et ecclésiastiques. Elles procurent surtout des séries d’interprétations parataxiques ou juxtaposées qui complètent et commentent la Glose ordinaire.
  2. Hugues a organisé ce travail de mise au net   des scholies dispersées en les relevant et surtout en les classant  selon les sens de l’Ecriture, parfois “à la bonne franquette”. Mais comme les marges des exemplaires annotés de la Glose étaient remplies de manière aléatoire, le classement n’est pas rigoureux :  on rattrape parfois une explication au sens moral coincée dans l’espace laissé libre par une autre explication.
  3. La caractéristique herméneutique principale de la postille d’Hugues est donc la proposition de plusieurs analyses sémantiques successives du même lemme biblique, organisées en principe selon les sens de l’Ecriture tout en étant introduite et structurées par des divisions en parties et sous parties irrégulièrement développées. La distinction entre sens littéral et sens moral est première et quasi universelle. Chez Hugues de Saint-Cher, elle fait manifestement écho à la structure des homélies de Jean Chrysostome qui conclut toujours ses discours une parénèse ou exhortation morale que les traducteurs latins signalent par des manchettes de type « moraliter » ou « moral’ ». Chrysostome imite lui-même en cela la structure des grandes épîtres paulinniennes qui se terminaient déjà par une « parénèse » (Rm. 12-13 ; Col. 3 etc.). Nicolas de Lyre, de manière systématique retiendra un schéma également bipartite sens littéral / sens moral. Chez Hugues le recours aux quatre sens est loin d’être systématique. Les sens de l’Ecriture retenus varient en fonction des passages ou des livres bibliques. Le commentaire de l’Evangile de Jean se contente de faire alterner sens littéral et sens moral (moraliter). Pour les Psaumes, les quatre sens sont presque toujours exposés avec parfois des sous-distinctions supplémentaires (sens littéral distingué du sens historique). En fonction de la richesse du texte et de sa tradition herméneutique, le commentateur s’adapte à la nature littéraire du texte et à la portée théologique que lui a conféré sa réception par la tradition chrétienne. D’une manière générale, l’Ancien Testament donne lieu à plus de diversités que le Nouveau. Pour schématiser on peut dire que Hugues a juxtaposé plusieurs commentaires (un par sens, pour faire simple) : commentaire littéral, puis moral et/ou allégorique, etc. Pour chacun d’entre eux il déploie un éventail plus ou moins large d’interprétations  juxtaposées inégalement coordonnées. L’ensemble met en oeuvre tout l’arsenal des micro-structures exégétiques ordinaire : versus mnémotechniques chers aux canonistes, distinctiones chères aux prédicateurs, sentences patristiques, questions dialectiques scholastiques plus ou moins développées…
  4. Cet éclectisme compilatoire du genre de la postille hugonienne le distingue nettement de la Glose ordinaire et de la Catena aurea et le situe dans l’héritage direct de l’exégèse biblico-pastorale parisienne des années 1170-1235 qui jette avec lui ses derniers et plus beaux feux.
  5. L’exposition de chacun des différents sens fait suite à l’exposition du sens littéral qui est toujours énoncé en premier. Les autres sens s’ajoutent comme en aparté, généralement annoncés par un adverbe ou une locution : moraliter, allegorice, tropologice Puis le commentateur revient à l’explication de la lettre jusqu’à ce qu’il ressente le besoin de lui adjoindre l’exposé d’un sens complémentaire. Hugues a néanmoins le souci de réunir l’explicitation des sens seconds par blocs successifs. Il arrive ainsi que l’explication d’une même expression biblique soit ‘perlée’ au fil de long passages, entrecoupée par l’explication d’autres lemmes du même passage initialement expliqué selon le sens littéral.
  6. Par ailleurs, la division en chapitres mise à part, Hugues ne procède pas toujours et systématiquement en fonction d’une sous-division régulière ou explicite du texte biblique en péricopes. Les Psaumes font bien sûr exception : le verset liturgique est l’unité de base quasi universellement respectée par les commentaires médiévaux. Ailleurs chaque auteur définit assez librement des unités textuelles ou péricopes dont les commentateurs rendent raison par des explications (micro-structure liminaire qualifiée de divisio textus) qui dégagent la cohérence intellectuelle du texte commenté et en expliquent le plan. Ces sous-divisions sont les distinctiones ou « parties » qui scandent les commentaires bibliques de Pierre Lombard, Thomas d’Aquin, et de la plupart des commentateurs du 13e, de manière quasi maniaque et avec un luxe de sous-division plus baroque que gothique chez les auteurs de la seconde école exégétique mendiante (postérieure à Hugues de Saint-Cher).
  7. Chez Hugues, peu systématiques, les divisions sont souvent tacites. Leur existence peut être déduite de l’alternance de l’explication des sens. On peut considérer a postériori comme formant péricope les passages qui ont été traités selon la série de sens de l’Ecriture pris en compte dans le commentaire (tantôt alternance des sens littéral, allégorique et moral, tantôt alternance sens littéral / sens moral, etc.). Les séries se succèdent selon une sous-division du texte biblique qui tantôt correspond à celle de nos versets modernes, tantôt en réunit plusieurs, tantôt en chevauche plusieurs.
  8. L’étendue de la péricope commentée peut ainsi varier du simple au triple selon la nature et le contenu du texte biblique retenu par l’explication du sens littéral. Même si Hugues annonce presque toujours une divisio textus au début des chapitres, l’alternance des sens ne respecte pas toujours la structuration intellectuelle annoncée. La méthode varie d’un livre biblique à l’autre, mais il semble que ce qui domine est une structuration intermédiaire entre celle de la Glose ordinaire qui commente par sentences le texte biblique divisé en phrases courtes, expression après expression, et la structuration complexe et méthodique des postilles scolaires qui réunit plusieurs versets en fonction d’une unité thématique ou intellectuelle.

Mise en page des postilles

  1. Pour ces raisons, Hugues n’a pas prévu pour ses postilles une diffusion en forme de livre glosé, la référence principale de l’enseignement biblique des studia mendiants demeurant la Bible encadrée par la Glose ordinaire. Une partie seulement des manuscrits adopte une mise en page glosée. Mais il faut bien comprendre que la postille n’est en soi, à l’origine, rien d’autre qu’une annexe, un surjonc, une excroissance détachée  de la Glose ordinaire, une manière de disséminer dans les bibliothèques conventuelles des prédicateurs itinérants du 13e siècle les fruits cueillis entre les lignes et dans les marges des bibles glosées consultées à Paris et, sans doute, d’abord à Saint-Jacques.
  2. A part quelques exceptions, la mise en page de la majorité des manuscrits des postilles longues d’Hugues de Saint-Cher présente un texte en 2 colonnes sine textu c’est-à-dire non glosé (voir GLOSSEM : classement par typologie des mises en pages). Le texte biblique commenté selon l’ordre du canon n’y apparaît que sous forme de lemmes repères, habituellement soulignés de noir ou de rouge, souvent abrégés. Les sens de l’Écriture sont signalés plus ou moins régulièrement par des manchettes marginales.
  3. Mais alors que dans la Glose ordinaire, les annotations qui concernent un même passage sont facilement repérables en raison de leur proximité physique avec le lemme biblique de référence, dans les postilles et les commentaires continus structurés par sens de l’Ecriture, elles sont diluées, comme charriées en aval du sens littéral par les reprises successives de l’explication de toute la péricope. La répétition du commentaire des mêmes lemmes selon les différents sens à des intervalles irréguliers gêne les lecteur qui cherche des informations sur un lemme précis. De rares manuscrits omettent le sens littéral au profit du sens moral, d’autres regroupent les explications au sens moral en fin de chapitre. Les imprimeurs et l’éditeur informatique a leur suite ont cherché des solutions pour palier cette difficulté. Aucune n’est vraiment satisfaisante et techniquement simple.

Les éditions imprimées

  1. Les éditions imprimées des postilles d’Hugues qui se sont multipliées entre la fin du 16e siècle et la seconde moitié du 18e siècle présentent un texte standardisé avec texte biblique complet au centre du feuillet encadré par le commentaire.
  2. Ce texte biblique et ses leçons propres ne sont pas représentatifs du texte biblique utilisé par Hugues de Saint-Cher qui est celui d’un des états de la Bible parisienne du 13e siècle qui reste à étudier. Nous avons associé au texte des Postilles le texte biblique de la Biblia communis, édité avec la Glose ordinaire dans Gloss-e.
  3. Le choix de la mise en page avec glose encadrante est propre aux éditions imprimées. La plupart des manuscrits du 13e siècle sont sans texte biblique et ne sont pas glosés. La mise en page encadrante a été adoptée par les imprimeurs. Ce choix facilite le repérage visuel des passages recherchés. Il a surtout été guidé par le souci de réunir autour du texte les commentaires qui le concernent, en calibrant la longueur du texte biblique central au pro rata de la longueur du commentaire adéquat, à l’instar de ce qu’avait fait Adolf Rusch pour l’édition princeps de la Glose ordinaire (Strasbourg 1480/1481). Il vient peut-être d’une confusion entre les postilles d’Hugues et la Glose dominicaine, également attribuée à Hugues de Saint-Cher bien qu’elle soit postérieure à son élévation au cardinalat et à son départ de Paris. (voir voir plus-bas : Post-scriptum). Mais les deux corpus sont sans commune mesure. La Postille d’Hugues compte environ trente fois plus de mots que la Glose ordinaire (estimation provisoire qui pourra être précisée quand les postilles imprimées auront été intégralement transcrites).
  4. Pour faire commencer le commentaire de chacun des divers sens sur la même page que les versets du lemme biblique ajoutés au centre de la page, les éditions imprimées ont été obligées de décaler un partie de l’exégèse de ces versets sur le feuillet suivant. Un système de renvois par sigles et lettres grecques permet de repérer la suite des passages interrompus. Leur sens n’est accessible qu’aux initiés[7]:         
  5. Δ = sens littéral,
    Λ = sens allégorique,
    Θ = sens mystique,   
    * = sens moral.          
    Ψ = sens anagogique (dans certains livres seulement)
  6. Dans les éditions, l’attribution de ces lettres ne correspond pas toujours au sens réellement analysé. L’éditeur s’est parfois trompé, notre édition corrigera progressivement.
  7. Un système de renvois ou d’appels de note alphabétique permet de relier chaque mot du lemme biblique ajouté (lemme glosé) aux passage de la postille qui le concerne. L’ensemble est une extraordinaire réussite typographique qui a été reproduite quasiment à l’identique par au moins une dizaine d’éditions successives. Les imprimeurs du 17e et 18e siècle se sont arrangés pour que la répartition du lemme et du commentaire de chaque édition concorde avec celle des éditions précédentes. La numérotation de la première colonne de chaque feuillet est ainsi quasi identique d’une édition à l’autre, alors même que les éditeurs ont progressivement développé les abréviations paléographiques latines héritées des manuscrits. On observe pour cette raison des décalages de quelques mots aux fins de colonnes intermédiaires des différentes éditions (transition ra/rb, rb/va, va/vb).
  8. Le système n’est pas sans inconvénient. Il oblige à chercher les interprétations d’un même lemme biblique à plusieurs endroit de la page et même, pour les parties reportées, sur la page suivante qu’on ne pense pas toujours à visiter. C’est ainsi que des catalogueurs pressés n’ont pas reconnu le texte des postilles d’Hugues dans des fragments manuscrits isolés parce qu’ils n’en retrouvaient pas le contenu dans l’explication du sens littéral des éditions imprimées, faute d’avoir compris que le passage qu’ils cherchaient se trouvait au bas de la page suivante en regard d’un lemme différent.
  9. Le texte des postilles proprement dites est relativement stable et proche des manuscrits malgré des nuées de variantes faibles.
  10. On observe des variations entre les éditions qui sont le plus souvent des corrections mineures (l’édition de 1748 des évangiles est ainsi moins fautive que celle de 1703).
  11. Outre l’adoption d’une mise en page glosée, les éditions imprimées des 17e et 18e siècles, à la suite de l’édition princeps de la série (Venise, 1600), se distinguent des manuscrits par l’identification des références bibliques de la totalité des très nombreuses citations scripturaires de la postille. Celles-ci sont en effet précédées des références bibliques par numéros de chapitres suivis d’une division alphabétique, à la manière des concordances bibliques du 13e siècle qui indiquaient à quelle partie du chapitre appartient virtuellement le texte cité (Genesis 13° capitulo b). Hugues est censé avoir été le maître d’œuvre des premières concordances bibliques dans la première moitié du second quart du 13e siècle ; la paternité de l’application des divisions alphabétiques à la Bible devrait donc lui revenir en théorie. Pourtant, dans les faits, j’observe que les manuscrits les plus anciens des postilles d’Hugues n’utilisent qu’exceptionnellement ce système de référence alphabétique qui a été ajouté par les imprimeurs éditeurs soit à partir de manuscrits tardifs, soit, plus probablement, par leur propre industrie, à partir des premières éditions imprimées des concordances qui avaient conservé la division alphabétique des chapitres. Lorsque les éditeurs ont voulu réimprimer l’édition de 1600, ils ont développé les abréviations qui y étaient encore drastiques, mais ils n’ont pas refait le travail d’identification des citations bibliques à partir des concordances récentes où la numérotation avait remplacé les divisions alphabétiques imprécises du système médiéval.  Les divisions alphabétiques utilisées pour préciser les références bibliques citées s’observent dans les éditions de 1600 et 1703 (à compléter) ; elles sont omises dans l’édition de 1754 (Venise).
  12. La pagination des éditions 1600, 1703 et 1754 est identique à quelques exceptions près (premier et dernier mot de chaque colonne). Les liens hypertextes de l’édition électronique renvoient à l’édition de 1754. Ed1754 corrige les coquilles de pagination et de références bibliques de Ed1703 dont le texte est malheureusement moins bon que celui de Ed1600 et Ed 1754. On observe quelques variantes textuelles entre les éditions. Pour la Postille sur les Psaumes nous avons constaté que Ed1600 est plus proche des manuscrits que les éditions postérieures.

Edition électronique et habillage du texte

  1. L’édition électronique proposée sur Gloss-e a pour finalité de permettre de consulter les postilles par référence biblique, d’en interroger le contenu et de les comparer avec la Vulgate du Moyen-Âge central (littera communis des écoles, Bible parisienne universitaire ou présumée telle), la Glose ordinaire, la Grande Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes et le corpus paulinien, ainsi que la Catena aurea (voir Morard, Mabillon 2019). La possibilité d’interroger simplement l’intégralité de ces corpus facilitera aussi l’identification des fragments de manuscrits et de manuscrits mutilés du début ou de la fin ainsi que, pour les éditeurs de texte, l’identification des citations, sans parler des analyses lexicales et lexicométriques.
  2. L’édition électronique d’Hugues de Saint-Cher adapte au cas particulier des postilles les principes généraux adoptés pour l’établissement du texte, la mise en texte et l’annotation des autres corpus du site Gloss-e.
  3. Le texte de base procuré est celui de la transcription manuelle de l’édition de 1703, enrichie pour être interrogeable par verset biblique). Le texte en a été vérifié et les graphies en seront progressivement normalisées selon les mêmes principes que les autres corpus de Gloss-e.
  4. Les numéros de versets ajoutés renvoient au premier énoncé du lemme biblique (sens littéral). La foliotation avec liens hypertextes renvoie aux éditions imprimées, à l’exception des explications selon le sens spirituels qui ont été placées à la suite de l’explication littérale des versets concernés.
  5. Les explications selon les sens allégorique, mystique, c’est-à-dire spirituel ou caché, anagogique et moral sont regroupées à la suite de l’exposition du sens littéral de chaque verset, annoncée par un sous-titre ajouté par l’éditeur : moraliter, allegorice mystice, anagogice. Les divisions en versets numérotés de la Bible, adoptées non sans variations à partir du 16e siècle, sont bien sûr inconnues du Moyen Âge. Très souvent, les microstructures textuelles adoptées par Hugues ne correspondent pas exactement à la numérotation moderne de nos Bibles. Ce système étant devenu universel nous l’avons bien sûr retenu afin de permettre un référencement univoque des corpus. Lorsqu’une unité sémantique hugonienne (Moraliter, Anagogice, etc. ) regroupe plusieurs versets modernes, le commentaire d’un même verset est  répété selon des sens différents à différents endroits, séparés par le commentaire d’autres versets.
  6. Par exemple :
    ad litteram = v. 3 et 4 ;          
    mystice = v. 3, 4, 5 ;   
    ad litteram = v. 5 ;     
    mystice = v. 6 

allegorice = v. 3 , 4, 5, 6 7

ad litteram = v. 8

vel aliter = v. 4 et 5

  1. Nous avons autant que possible respecté l’ordre du texte des manuscrits lorsque les regroupements de versets correspondent à une unité sémantique ou narrative. Mais lorsque ce « désordre » et cette dispersion sont accidentels, dus à la dispersions des sentences dans les marges des manuscrits colligés, il n’y a aucune raison exégétique ou intellectuelle de conserver cet ordre aléatoire et de repousser le « vel aliter » des v. 3 et 4 après l’exposition du sens littéral du v. 8.
  2. Dans notre édition, les références bibliques du texte édité sont normalisées selon les principes adoptés pour le site Gloss-e afin de permettre de repérer les références bibliques (voir instrumenta >Livres de la Bible). Le lemme Thren. a été remplacé par dans ce but.

Post-Scriptum : Postille sur la Bible et Glose dominicaine

  1. Les postilles bibliques attribués à Hugues de Saint-Cher dans le second quart du 13e siècle doivent être distinguées de la Glose dominicaine qui lui est aussi attribuée et qui a été diffusée environ 20 ans après les postilles d’Hugues. Les deux ensembles ont souvent été considérés comme deux versions du même commentaire. Il s’agit en fait de corpus, de mises en page, de contenus différents qui répondent à des finalités intellectuelles et sociales différentes.
  2. Le titre de Glose dominicaine a été attribué jadis par Philippe Bur (L’ambiguïté du livre) aux postilles d’Hugues proprement dite. Cette dénomination doit être bannie de l’usage. Elle est inadéquate et inadaptée. Les postilles ne se présentent pas comme une bible glosée, mais comme un complément exégétique de la Glose ordinaire. La Glose dominicaine est en revanche une biblique glosée à proprement parler, destinée à l’usage des dominicain et dont l’auteur n’est pas Hugues de Saint-Cher seul, même s’il en a probablement patroné la publication.
  3. L’origine de la Glose dominicaine est mal connue, sa composition également. Elle est souvent considérée comme une version ‘brève’ des postilles d’Hugues. Le commentaire de certains livres est effectivement commun aux deux corpus, d’autres puisent abondamment dans les postilles d’Hugues ou ont des ponts communs avec elles. La Glose dominicaine est peut-être due à l’initiative du dominicain Pierre de Poitiers (hypothèse personnelle à vérifier), contemporain, collaborateur d’Hugues, exerçant des charges dans la province dominicaine de France en même temps ou en alteranance avec Hugues. Elle semble avoir été publiée après le cardinalat d’Hugues. Certains exemplaires l’attribuent explicitement à Hugues sans qu’on puisse encore dire avec assurance désigne l’ensemble de la série ou la source principale des commentaires contenus dans les volumes ainsi attribués. A la différence de la postille hugonienne, le Glose dominicaine se présente majoritairement comme une bible glosée avec texte biblique centré sur le feuillet, encadré par le commentaire. Une série notable d’exemplaires présente une mise en texte en forme de L inversé ou de colonnes décalées respectant la centralité du lemme biblique qui est caractéristique de ce corpus. Dans l’état actuel de nos observations, il semble qu’il s’agisse d’une tentative concertée entre hugues et ses successeurs parisiens de procurer une version semi portative de la Bible glosée associant une version allégée de la Glose ordinaire et des postilles d’Hugues. J’ai démontré d’ores et déjà (Morard 2000 et Morard 2008) que le commentaire du Psautier qui s’y lit est une abréviation drastique mais littérale de la Grande Glose de Pierre Lombard qui n’a rien à voir avec la postille hugonienne sur les Psaumes (Egredimini).

[1] Voir par exemple le prologue de la postille sur les Psaumes directement inspirée d’un sermon / prologue de Prévôtin de Crémone ; voir notre édition on-line sur Gloss-e ; Jean-Baptiste Lebigue, Thèse d’Ecole des chartes, M. Morard, « Hugues de Saint-Cher commentateur des Psaumes » (désormais Morard 2000) ; M. Morard, La harpe des clercs (désormais Morard 2008).

[2] Morard 2000 et Hugues de Saint-Cher, Postille in Ps., prol. (Gloss-e).

[3] HSC1 (Is. 16) : “… et dulces constitutiones Augustini ». Sur cette question, voir aussi M. Morard, « Hugues de Saint-Cher commentateur des Psaumes ».

[4] Varna (Neustift/Novacella), Augustiner-Chorherrenstift, Cod. 156, saec. 14, f. 1ra.

[5] Voir Morard 2008, annexe : « La glose des maîtres de Paris » (séculiers en l’occurrence) ou transcription des scholies au prologue de la Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes retrouvées dans plusieurs exemplaires parisiens. 

[6] Ces exemplaires annotés sont repérables dans GLOSSEM (Gloss-e :  inventaire des bibles avec commentaires – par la mention “cum scholiis”).

[7] L’explication de ce système de renvoi se lit dans l’avertissement au lecteur de l’édition princeps de la série, Venise, apud Sessas, 1600.

A propos de la fonction sociale de la Bible glosée

éditorial 2019

Le début de l’année 2020 verra  la publication en ligne du dernier livre de la Bible glosée – la Genèse, qui se termine, avec Moïse contemplant la terre promise – et la publication de la première édition critique de la Catena aurea de Thomas d’Aquin sur Marc (également en ligne).  Soit  près de 20 000 pages  qui renouvellent l’approche qu’on peut avoir de la Bible glosée.

Reader Digest des héritages anciens, la Glose – en ses déclinaisons successives – a joué un rôle dynamique dans la construction et la cohésion du tissu culturel et religieux de l’Occident chrétien. La Bible glosée n’est pas seulement un texte aux mises en page déconcertantes avec plus de 10000 manuscrits conservés. C’est d’abord un système d’appropriation et de communication des héritages en continuelle évolution,  un catalyseur  de cultures dans la diversité, par delà les fractures de la Réforme et jusqu’au coeur de la République des lettres. La Glose est le pendant textuel des cathédrales : tantôt maison commune, tantôt auberge espagnole, romane puis gothique, ses différentes versions et ses réécritures, du 9e au 18e siècle – et même jusqu’à nos jours, si on pense aux 110 éditions imprimées de la Catena aurea – ont permis d’homogénéiser (pour le meilleur et pour le pire)  des héritages sélectionnés, réécrits, parfois déformés, certains traduits pour la première fois du grec, dans le but de tisser un réseau référentiel et symbolique commun, sinon identique,  de Gibraltar à Stockholm, de Dublin à Constantinople, indépendamment de toute injonction législative ou canonique. La Glose est à la fois un héritage de l’antiquité grecque (système d’annotation) et du monachisme carolingien (système d’appropriation des traditions au fil de la lecture du texte biblique). Lire la Glose c’était tout à la fois téléphoner aux Pères de l’Eglise, à l’Ancien et au NouveauTestament.

Instrument d’appropriation et de communication interculturel et intergénérationnel,  elle diffuse le fleuve des héritages anciens, goutte à goutte, comme par ruissellement, du scriptorium des cloîtres à la chaire des écoles, de la chaire des écoles jusqu’à celle des églises. Pierre le Vénérable raconte comment la Glose accompagnait la récitation quotidienne du psautier par ses moines, en dehors des offices. Sur le modèle de la lectio monastique faite à l’aide de la Bible glosée, l’enseignement de la théologie s’est construit dans les écoles puis dans les universités à partir de la lecture de la Bible “en ses traditions”, enrichie par vagues successives jusqu’au seuil de la Modernité. A partir de la fin du 11e siècle, elle est même devenu un instrument de la réforme ecclésiastique impulsée par Grégoire VII, contribuant à la formation du clergé et des laïcs par l’entremise de la prédication. Sans être jamais figée, elle a servi de commun dénominateur à tous les niveaux de la société chrétienne, irriguant la lectio privée des moines et la lectio publique des écoles.

La Glose enfin est un miroir des clercs. En triant les héritages anciens, en les réécrivant, ils se découvrent héritiers des apôtres, des prophètes et des prêtres de l’Ancien Testament. Sous couvert de construction du sens des Ecritures, ils y forgent, puis y puisent, les outils d’un discours dogmatique, les références d’une identité doctrinale et sociale qui renforce et conforte les structures et les polarités humaines, les références d’une orthodoxie placée sous leur contrôle, une morale de la pensée conforme au sacré dont ils définissent en réalité eux-même les contours et qu’ils imposent comme norme à la bien-pensance collective. La Glose est au Moyen Âge le creuset du bien et du mal, du vrai et du faux, du juste et de l’injuste formulé par les maîtres de la Page sacrée, glossateurs et autres “flagellateurs du Verbe” comme les désigne avec ironie un sermon du 13e siècle. Les postilles d’Hugues de Saint-Cher, glose complémentaire adaptée aux besoins de la prédication des ordres mendiants, reflètent à l’envi les tensions d’un corps social qui cherche à orienter l’avenir autant que la lecture du passé.

Citer ce billet : Martin Morard, "A propos de la fonction sociale de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2164, version du 27/11/2022.

Mises en page de la Bible glosée

Plusieurs schémas de mise en page  glosée, du plus sommaire au plus sophistiqué, ont été adoptés pour la Bible entre le 6e et le 16e siècle, faisant l’objet de modes qui fluctuent dans le temps. Certaines mises en pages sont donc typiques d’une époque ou associées principalement à telle version de la Bible glosée. Dans le cas des simples commentaires (scolaires ou homilétiques) le lemme ou texte biblique est intégré partiellement dans le fil des commentaires bibliques continus, sous forme de citations partielles et indicatives, souvent suivies de la locution “et caetera” (lemme « catchwords »).

Les manuscrits bibliques glosés se distinguent des simples commentaires bibliques par le fait qu’ils contiennent l’intégralité du texte d’un ou plusieurs livres bibliques, distingué des commentaires ou gloses qui l’accompagnent par une mise en page spécifique (organisation de la page, types et modules d’écriture, couleurs). Selon les oeuvres et les époques, les manuscrits de la Bible glosée adoptent l’un ou l’autre des schémas de mise en page suivants:

1. mise en page avec lemme intercalé dans la Glose, en sections – ancêtres de nos versets bibliques – (rubriqué ou non) dans le texte de la Glose, de même module que la Glose ou non (modèle minoritaire, attesté dès la période carolingienne, utilisé notamment par Florus de Lyon [Lyon, BM, 484], Smargde [Boulogne-sur-Mer, BM, 025], Pierre Lombard in Ps. (quelques manuscrits) et même pour certains manuscrits de textes patristiques, comme par exemple Augustin, Tractatus in Iohannem, ms. Chantilly, Château, 121, f. 114rb, copié en Allemagne, à l’abbaye cistercienne de Himmerode en 1154. La Glose ou le commentaire peuvent être copiés soit à longues lignes, soit sur 2 col.

2. mise en page sur 2 colonnes, avec lemme au centre du livre ouvert (aperture) : texte biblique sur une colonne continue, de part et d’autre de la marge de couture (gloses marginales alternativement à gauche et à droite des feuillets ; les gloses interlinéaires sont exceptionnelles, surtout au 12e siècle. Exemple : Glossa media de Gilbert de la Porrée; voir aussi Odbert de St-Bertin, In Ps.

3. mise en page sur 3 colonnes, avec lemme au centre de chaque feuillet : texte biblique sur une colonne continue régulière au centre du feuillet avec gloses marginales et/ou interlinéaires (Gloses carolingiennes et laonnoises), surtout entre le 9e et la fin du 12e siècle. C’est le schéma typique de la Glose ordinaire. A l’intérieur d’un même manuscrit, en fonction de la longueur des gloses, on peut observer parfois des irrégularités qui correspondent à d’autres schémas dérivés comme la mise en page “puzzle” ou le modèle “juridique”. Exemple : Paris, BnF, lat. 59

4. mise en page “puzzle” : texte biblique et gloses disposés en pièces irrégulières assemblées sur 1, 2 ou 3 colonnes, elles-même de largeur et de longueur irrégulières formant des pièces de taille et de module différents, ajustées les unes aux autres et analogues à celles d’un puzzle. Exemple : Beaune, BM 10, f. 5 : Glossa ordinaria (Sap.); Madrid, Biblioteca de la Universidad Complutense, BH MSS 218, f. 136r : Glossa ordinaria (Sir.).Ce schéma est appliqué à tous les livres de la bible glosée parisienne du 13e siècle (Glose ordinaire standardisée), à l’exception du Psautier et du corpus paulinien pour lesquels on préfère la disposition du lemme en îlots :

5. mise en page avec lemme “en îlots” : texte biblique intercalé, soit sur la moitié droite de la colonne du texte de la Glose (Magna Glossatura italienne, minoritaire), soit sur la moitié gauche de celle-ci (Magna Glossatura parisienne : modèle majoritaire). Ce modèle, diffusé avec la Grande Glose de Pierre Lombard, a été adopté pour la mise en page de la Catena aurea de Thomas d’Aquin et d’autres commentaires bibliques au 13e siècle. Exemple :

6. mise en page “juridique” : le lemme commenté est disposé sur deux colonnes partielles placées au centre des feuillets et entourées par la Glose sur trois côtés. Ce schéma a été généralisé par les gloses juridiques manuscrites. Il est appliqué à certains commentaires bibliques dès la seconde moitié du 13e siècle, sur les parties où la glose est la plus importante (notamment certaines parties des postilles brèves de Hugues de St-Cher). Il a été appliqué systématiquement aux commentaires bibliques (Glose ordinaire, Nicolas de Lyre, Postilles longues de Hugues de St-Cher) par les éditions imprimées.

Dans ce tableau la colonne “Textus”  concerne la mise en page du texte biblique, “expositio” la mise en page du commentaire ou des gloses associés au texte biblique.

dates titres de la Glose normalisés livres bibliques type textus biblicus
expositio glose interl. auteurs
600-1800 Glossa N. quelques tout type tout type glose marg. parfois divers
600-1800 Glossa (anonyma) quelques tout type tout type glosesmarg. parfois anonyme
600-1090 Glossa prisca quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. parfois anonyme
1025 < Glossa Brunonis Ps. 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. non Bruno Herbipolensis / Würzburg
1000 c. Glossa Odberti Ps. 2 col. emboîtées continu centre de l’aperture glose marg. encadrante non Odon de Saint-Bertin
1090 < Glossa parva Ps. Paul 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Anselme de Laon
1090-1180 c. Glossa ordinaria quelques 3 col. paral. continu au centre des f. glose marg. oui Ecole de Laon, Gilbert l’Universel
1140-1180 Glossa media Ps. Paul 2 col. paral. continu centre de l’aperture continue lateralis non Gilbert de Poitiers
1160 < Glossa magna Ps. Paul îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue reticulata non Petrus Lombardus
1180-1280 Glossa ordinaria² sauf Ps. Paul. puzzle interrompu irrégulier glose marg. encastrées oui anonyme
1235-1245 Postille Hugonis OP tous sine textu catchwords [rare : îlots] continue non Hugo de Sto Caro
1250-1270 Glossa dominicana OP tous îlot central continu au centre des f. continua lateralis quandoque involvans non Hugo de Sto Caro
1262-1272 Catena aurea OP évangiles îlots latéraux interrompu sur le côté des col. continue non Thomas de Aquino
1270-1290 Postille Gorrani OP quelques sine textu catchwords  [îlots : Ps.] continue non Nicolaus de Gorran
1319-1339 c. Postille Lyrae OFM tous sine textu catchwords continue non Nicolaus de Lyra

Citer ce billet : Martin Morard, "Mises en page de la Bible glosée", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1672, version du 27/11/2022.

Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge

[version mise à jour le 15.12.2020]

L’édition électronique de la Glose ordinaire de la Bible est adossée à un répertoire des témoins manuscrits de chaque livre de la Bible glosée.

Ce répertoire, en cours de constitution, prend actuellement la forme d’un tableau  de  plus de 7000 entrées qui correspondent à  environ 4000 cotes différentes;  accéder  ici =>.

Contrairement à une idée reçue, il est inexact de dire qu’il n’a pas existé d’ensembles complets de livres glosés couvrant la totalité du canon biblique, issus d’un même  projet éditorial ou – pour caricaturer – d’un même atelier. Il est vrai en revanche qu’il en subsiste peu, que leur homogénéité paléographique et même iconographique est relative, et que souvent les bibliothécaires modernes ont recomposé des ensembles artificiels à partir de manuscrits d’origines diverses. Notre “répertoire” voudrait permettre, à terme, de réunir les manuscrits de même origine ayant appartenu au même ensemble, même s’ils sont conservés dans des fonds différents et, de ce fait, dissociés dans les listes alphabétiques de cotes. Dans l’état actuel de nos travaux (encore peu développés sur ce point), chacun des ensembles identifiés est repérable dans la colonne “sigle” par le préfixe “set” suivi d’un identifiant unique et du sigle du manuscrit correspondant. Par exemple set20Som21, set20Som33, set20P445 désignent le même ensemble (set20) dont les différents volumes correspondent actuellement aux manuscrits siglés Som21, Som33, P445.

 

  • Les manuscrits sont classés selon l’ordre de la Vulgate ; la même cote peut donc être répétée plusieurs fois.
  • Quand c’est possible, des liens renvoient aux catalogues et aux images numérisées des documents.
  • La mise en page de chaque manuscrit est précisée. Pour en savoir plus sur les mises en pages glosées de la Bible =>
  • Les datations sont indicatives. Pour en savoir plus sur les datations indiquées =>
  • Nous cherchons à inventorier les manuscrits de toutes les versions de la Glose. Pour en savoir plus sur les oeuvres inventoriées =>
  • Catalogues et répertoires déjà dépouillés =>

Mises à pages manuscrites de la Bible glosée (cliquer)

Oeuvres exégétiques répertoriées

Plusieurs commentaires différents ont été associés au texte de la Bible sous forme de gloses dès le 6e siècle. Plusieurs livres de la Bible avaient déjà été partiellement glosés avant Anselme de Laon (fl. fin du 11e siècle), principalement le Psautier, le Cantique des cantiques, l’Apocalypse etc.

Ont été retenus en  priorité les manuscrits de la Glose ordinaire dans ses différentes versions, soit

  • Glossa ordinaria : Glose de Laon complétée et standardisée dans le contexte des écoles à la fin du 12e siècle
  • Glossa parva : Glose d’Anselme de Laon ou de son Ecole pour Ps. et Paul.; sigle A
  • Glossa media : Glose de Gilbert de la Porrée (Ps. et Paul.); sigle G
  • Glossa magna : Glose de Pierre Lombard sur Ps. ou Paul; sigle L

Sans prétention d’exhaustivité, les manuscrits d’autres oeuvres ont été retenus lorsqu’ils ont été associés au texte biblique sous forme de gloses.

  • Odo de Morimundo / Eudes de Morimond (pseudo) : repérage aléatoire
  • Gilbertus Universalis, par référence au commentaire de Gilbert l’Universel qui a servi à la composition de la Glose ordinaire sur Jérémie et les Lamentations ; le rapport semble inversé pour d’autres livres bibliques : leur commentaire par Gilbert l’Universel semble emprunter à la Glose et ne suffit pas à en expliquer tout le contenu.
  • Glossae extravagantes : gloses antérieures et postérieures à la Glose de Laon, non retenues par l’usage majoritaire des écoles puis de l’université. Je récuse le terme de “gloses périmées” utilisé par Beryll Smalley. A toutes les époques on trouve dans les manuscrits de la Bible glosée des sentences particulières propres à certains lieux de production ou à certains milieux. Il s’agit tantôt de livres entiers de la Bible glosés de manière originale (par exemple certains psautiers glosés cartusiens, etc.) tantôt de constellations de gloses additionnelles dispersées dans certains manuscrits qu’il conviendra de pouvoir suivre à la trace grâce aux apparats de l’édition électronique. (sigle X)
  • Thomas d’Aquin (inventaire complet pour les lieux de conservation commençant par les lettres A jusqu’à T, en cours pour les lieux de conservation commençant par les lettres U à Z)
  • Nicolas de Gorran : version complémentaire à Hugues de Saint-Cher. Nous n’en signalons ici que quelques manuscrits.
  • Nicolas de Lyre : quelques manuscrits avec texte biblique enclavé[1]

[1] Cf. Catherine Delano-Smith, Some Contemporary Manuscrips of Nicholas of Lyra’s Postilla Litteralis (1323-1332): Maps, Plans and Other Illustrations Levy, Nicholas of Lyra (and Paul of Burgos) on the Pauline Epistles,

NB. Les manuscrits de  Florus de Lyon ne reproduisent qu’une partie du lemme biblique (lemme intercalé, parfois dans un encre de couleur, signalé par diplè) Ils ne sont pas retenus  dans cet inventaire.

Nous n’avons pas retenu les oeuvres que les catalogueurs anciens ou modernes qualifient de “gloses” ou de “livre glosé” (“psalterium glossatum”) lorsque le texte biblique n’y est pas complet en raison d’omissions intentionnelles. Les termes “glossa” ou “glossatus/glossatum” désignent souvent des commentaires lemmatiques sans mise en page glosée, au sens technique que nous donnons aujourd’hui à ce terme. A l’inverse, la présence de la glose n’est pas toujours signalée dans les listes anciennes de livres (catalogues) qui se contentent parfois de nommer des livres de la Bible sans préciser qu’ils sont aussi glosés. Par exemple, dans la liste suivante, conservée dans les gardes d’un exemplaire de la Glose ordinaire de la Genèse (Arras, BM, 1004, garde sup., d’après CGM) l’expression “Item Genesis quam pre manibus habemus” désigne selon toute vraisemblance le ms. 1004 qui contient à la fois le livre de la Genèse glosé et la liste qui l’évoque: “Isti sunt libri domini H. presbiteri. Duo paria Decretorum quorum precium vii marcas. Sermones magistri Petri Manducatoris. Tres Euvangeliste. Quartum Euvangelium, scilicet Marcum, habet Walterus de Novo loco. Item xii Prophete in uno volumine. Quatuor magni Prophete in alio volumine cum trenis Jeremie et v libris Salomonis. Item Genesis quam pre manibus habemus. Item Exodus in alio volumine. Item Decretalia Alexandri, scilicet Juste judicate. Item alia Decretalia Devotioni. Item Epistole Pauli de magna glossa. Item liber sermonum qui vocatur Gieu. Item duo volumina Haimonis. Item Historia magistri P. Comestoris ». La liste, sans le manuscrit conservé, ne permet pas de se rendre compte que le simple terme “Genesis” désigne un livre glosé. L’examen des manuscrits conservés est donc le seul moyen d’avoir une juste compréhension de la terminologie des listes anciennes, souvent trompeuses en matière de diffusion des différentes formes du texte biblique.

  1. L’école de Laon n’est pas à l’origine de tous les livres de la Bible glosée. Certains ont été glosés au cours du 12e siècle dans le but de compléter le corpus initié à Laon. Ainsi la Glose sur les Lamentations semble avoir été fabriquée à partir du commentaire de Gilbert l’Universel. La chronologie est difficile à établir car l’absence de tel livre glosé dans une liste datée à peu près complète ne signifie pas que ce livre n’avait pas encore été glosé. Toutes les bibliothèques n’acquerraient pas systématiquement des collections complètes de la Bible glosée.
  2. La Glose “laonnoise” sur le Psautier et les épîtres de Paul est à lire en parallèle avec celle de Gilbert de Poitiers sur les mêmes livres dont les plus anciens manuscrits identifiés sont pour ainsi dire contemporains, datés par les historiens de l’art des mêmes années 1140-1150. Ces deux versions ont été complétées et supplantées, à partir de 1160, par la Magna Glossatura de Pierre Lombard sur Ps. et Paul. (plus de 800 manuscrits dont au moins 400 pour les Psaumes).
  3. L’expression “glose ordinaire” est un titre générique qui désigne aujourd’hui les livres glosés de la Bible issus de la version laonnoise originale ou enrichie (à l’exclusion d’autres versions comme celles de Gilbert de Poitiers, Pierre Lombard, des gloses antérieures à Laon etc.) Ainsi la Glose ordinaire sur les Lamentations est qualifiée comme telle en raison de sa mise en page, bien qu’elle ait été extraite du commentaire de Gilbert l’Universel. Au Moyen-Âge , Glose ordinaire désigne l’état standardisé de celle-ci en usage à partir de l’adoption dans les écoles à la fin des années 1180, de la Magna Glossatura sur les Psaumes et le corpus Paulinien en remplacement de la Glose de Laon, qualifiée désormais de Parva Glossatura. Le développement des écoles, leur adoption de la Glose de Laon, complétée par la Magna Glossatura de Pierre Lombard, l’explosion de la démographie cléricale expliquent la multiplication des exemplaire de la Glose ordinaire à partir de cette période. Les copies postérieures à la fin du 13e siècle se font beaucoup plus rares, bien que la Glose ordinaire n’ait été que partiellement remplacée par de les Postilles d’Hugues de St-Cher, de Nicolas de Gorran puis de Nicolas de Lyre. Ces dernières n’ont d’ailleurs été qu’exceptionnellement diffusées sous forme glosée. L’absence de texte biblique intégral ne leur permettait donc pas de rendre les même services que la Glose ordinaire. )
  4. La version du texte de la Bible reproduit dans les manuscrits glosés en usage dans les écoles des XIIe et XIIIe siècles n’est pas homogène; elle dépend de bibles dont l’origine géographique et chronologique est multiple. L’origine du texte de la Bible dite parisienne ou universitaire remonte en partie à la version du texte biblique diffusé avec la Glose à Paris au début du 13e siècle, laquelle a appellé révisions et corrections (voir Gloss-e, collations en cours).

Datations

  1. Le classement chronologique et géographique des manuscrits de notre liste repose principalement sur des critères externes et des regroupements stylistiques à partir des manuscrits ornés. Les principaux centres français de diffusion de la Glose de Laon et de ses versions complémentaires seraient, selon P. Stirnemann, Laon, Chartres, Sens, Paris. Il faut écarter St-Victor de Paris comme lieu de production initiale de la Glose ordinaire en raison de l’absence des mains des copistes actifs à l’abbaye dans les seuls 5 manuscrits de livres glosés illustrés qui proviennent de St-Victor et datent entre 1140-1150. Ces livres ont été acquis par l’abbaye ou illustrés par des ornemanistes extérieurs embauchés pour l’occasion.
  2. En l’absence de plus de précisions, nous reproduisons les datations des catalogues utilisés. Lorsque que nous avons pu examiner des images des manuscrits, nous proposons une estimation personnelle (signalée par les initiales MM+année), évidemment relative et sujette à discussion. Lorsque des datations argumentées sont disponibles, les principaux lieux de production des manuscrits de la Glose ordinaire identifiés par Patricia Stirnemann sont indiqués (bibliographie ci-dessous et codes couleurs). Concernant la diffusion de la Glose en Angleterre, en Allemagne, en Italie, dans la péninsule ibérique, il reste encore énormément à découvrir.

Sigles et conventions graphiques

Les sigles attribués aux manuscrits (en principe, un sigle par cote de conservation actuelle) sont repris dans les apparats de l’édition électronique de la Glose ordinaire, fondée sur l’édition princeps d’Adolf Rusch (Strasbourg, 1480/1481). Ils permettront à terme de sélectionner les gloses en fonction des provenances, des lieux de production et/ou des dates des manuscrits collationnés.

en vert  : manuscrits d’origine chartraine (Stirnemann 1994).

en jaune :  manuscrits d’origine laonnoise certaine antérieurs à 1150 (Stirnemann 1994)

en rouge  : manuscrits d’origine parisienne (Stirnemann 1994).

en bleu : manuscrits produits à Sens (Stirnemann 2007)

Catalogues, répertoires et études dépouillés

Catalogues, répertoires et études dépouillés

  • Bases de données en cours de constitution :
  1. Barcelona, Universitat
  2. Calames Bibliothèques de l’enseignement supérieurCALAMES (03.2017), avec ajouts et corrections.: bibliothèques traitées par Annalisa Chiodetti en mars 2018 (expressions recherchées Biblia, Bible, Glossa, Glossae, Bible glosée): Aix en Provence, Aix Marseille, Amiens, Angers, Athenes, Besançon, Beziers, Bordeaux, Brest, Caen, Chaalis, Chantilly, Chatenay-Malabry, Clermont-Ferrand BCC , Clermont-Ferrand Université, Dijon, Evreux, Grenoble, Le Mans, Lille, Lyon Bibliothèque Diderot, Lyon Biu-Lsh, Lyon Université catholique, Maison-Alfort, Metz, Montpellier Universités, Nancy, Nanterre, Nice, Palaiseau, Perpignan, Poitiers, Rennes 1 et 2, St-Denis, Strasbourg, Toulouse, Tours, Valenciennes.
  3. Paris – 1sdc, Gaston Baty, 7 Université, 8, 9 Académie de Médecine, Academie Française, Jacques Doucet, Mazarine, Sainte-Geneviève, Thiers, Biu Cujas, Biu Medicine, Biu Farmacie, BULAC, CNAM, Ecole des mines, Ecole française d’Extreme-Orient, ecole militaire, ecole pratique des hautes études, ENS-Ulm, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art, Institut Catholique, Institut de France, Marie Curie, Musée Jacquemart-André, Muséum d’histoire naturelle, Science Po, Société historique protestantisme français, Sorbonne Université, Sorbonne-BIU centrale, Paris/Meudon Observatoire.
  4. Digital-scriptorium [état du 1.6.2018]
  5. Allemagne : Heidelberg : Codices salamitani

 

Suisse :

  1. e-codices (2.12.2018)
  2. e-manuscripta.ch (31.3.2020)
  3. FAMA (état du 22.12.2018), avec ajouts et corrections :Glossa ordinaria, Magna et Media Glossatura, Gilbert l’universel, Hugo de Sancto Caro (11.2018)
  4. https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suche_sim&bandnummer=bsb00034155&pimage=00001&einzelsegmentsuche=1&einzelsegment=&l=de
  5. https://www.digitale-sammlungen.de/index.html?c=suchen&l=de&kl=&projekt=&vtr=121&btr=160&mtr=40&trs=40&ab=Glossa&ordnung=&projekt=&suche_autor=&suche_titel=&suche_ort=&suche_signatur=&suche_sprache=&suche_jahr=&suche_label
  6. Morard (Martin), Psalmica.repertoire des psautiers et commentaires des psaumes manuscrits, base accès personnelle (15.8.2018) : tous les Psautiers glosés, Parva, Media et Glossa magna.
  7. Yale University Library https://brbl-dl.library.yale.edu [20.11.2018]
  8. Valencia: Biblioteca Valenciana. recherche p ar Annalisa Chiodetti (Univerità di Torino – IRHT) des manuscrits numérisés déjà présents dans la présente liste à la date du 6.3.2018 ; complété et corrigé Martin Moirard 9.1.2020
  • Catalogues :

Allemagne :

  1. Badische Landesbibliothek [25.3.2020]
  2. Düsseldorf, Gerresheim, Kath. Pfarrei St. Margareta (1 Hs.)
  3. Düsseldorf, St. Lambertus (14 Hss.)
  4. Euskirchen, Kath. Pfarrei St. Martin (7 Hss.)
  5. Freiburg in Breisgau, Universitätsbibliothek,
  6. Fulda ;
  7. Hamburg, Universitätsbibliothek
  8. Kerpen, Kath. Pfarrei St. Martinus (2 Hss.) Codices Electronici Ecclesiae Coloniensis (http://www.ceec.uni-koeln.de/) [3.2.2018]
  9. Kerpen, Sindorf, Kath. Pfarrei St. Maria Königin (2 Hss.) Codices Electronici Ecclesiae Coloniensis (http://www.ceec.uni-koeln.de/) [3.2.2018]
  10. Köln, Erzbischöfliche Diözesan- und Dombibliothek (392 Hss.) Codices Electronici Ecclesiae Coloniensis (http://www.ceec.uni-koeln.de/) [3.2.2018]
  11. Köln, Kath. Pfarrei St. Kunibert (4 Hss.) Codices Electronici Ecclesiae Coloniensis (http://www.ceec.uni-koeln.de/) [3.2.2018]
  12. Königswinter, Kath. Pfarrei St. Remigius (1 Hs.) Codices Electronici Ecclesiae Coloniensis (http://www.ceec.uni-koeln.de/) [3.2.2018]
  13. Lorsch : bibliotheca-laureshamensis-digital [9.1.2020] [2 Hss.]
  14. Weimar, Herzogin Anna Amalia Bibliothek, Die lateinischen Handschriften bis 1600, 2 vol.

Autriche :

  1. St-Polten, 1978
  2. Neustift (Novacella), Augustiner-Chorherrenstift
  3. Brixen (Bressanone), Priesterseminar/Seminario Maggiore

Espagne :

  1. Barcelona : F.-M. Rosell, Inventario general de manuscritos de la biblioteca universitaria de Barcelona, 1-2030, Madrid, 1958-1969.
  2. Salamanca, GREDOS : https://gredos.usal.es/ Universidad de Salamanca. Colecciones patrimoniales de documentos históricos y fondos específicos digitalizados de la USAL. mars 2020
  3. Sevilla : Biblioteca de la Universidad de Sevilla
  4. Tolède: Catalogo de la Librería del Cabildo Toledano, 1903: bibliothèque du chapitre cathédral de Tolède, aucun manuscrit glosé sur plus de 400 manuscrits latin.
  5. Vich : Gudiol i Cunill, Catàleg dels Llibres manuscrits anteriors al segle XVIII del Museu Episcopal de Vich (Extr. Butlleti de la Biblioteca de Catalunya, 6 (1920-22), 50-97; 7 (1923-27), 59-154; 8 (1928-32), 42-120 = Barcelona: Casa de Caritat, 1934.
  6. Valencia : Biblioteca Valenciana (mai 2019 ; janvier 2020
  7. Cerchi, T. De Robertis, « Un inventario della biblioteca aragonese », Italia Medioevale e Umanistica, 33, 1990, p. 109-347, p. 160 : Catena ; aucun autre exemplaire dans cet inventaire dressé à l’occasion du déménagement de la bibliothèque de Farrara à Valencia (ms. Valencia, Universitat, Cod.947.

Grande-Bretagne :

  1. Cambridge : Corpus Christi college.
  2. Salisbury Cathedral [MM2020]

France : (reprendre  Orléans à partir du catalogue papiers et Paris CCFR

  1. CMD : Catalogue des manuscrits datés : Orléans.
  2. CCFR (2018) expressions recherchées : glos* comment* expos* :

 

  1. Abbeville
  2. Albi (CGM in 4°)
  3. Alençon
  4. Amiens
  5. Angers
  6. Arras
  7. Avignon
  8. Avranches
  9. Bayeux
  10. Beaune
  11. Beauvais
  12. Besançon
  13. Bordeaux CGM CCFR
  14. Boulogne-sur-Mer
  15. Bourg-en-Bresse
  16. Bourges
  17. Caen
  18. Cambrai
  19. Carcassonne
  20. Châlons en Champagne
  21. Chambéry
  22. Chantilly
  23. Charleville-Mézières
  24. Chartres
  25. Clermont-Ferrand ; Clermont-Ferrand Université,
  26. Colmar
  27. Compiègne
  28. Dijon
  29. Dôle
  30. Douai
  31. Epinal
  32. Gray
  33. Grenoble
  34. La Rochelle
  35. Laon
  36. Le Mans
  37. Loches
  38. Lons le Saulnier
  39. Louviers
  40. Lunel
  41. Lyon 
  42. Marseille
  43. Metz
  44. Montmorot
  45. Montpellier
  46. Nîmes
  47. Orléans
  48. Arsenal (fait glos*), Sénat

Paris – 1sdc, Paris 7 Université, Paris 8, Paris 9 ; Paris Académie de Médecine, Paris Academie Française, Paris Jacques Doucet, Paris Biu Cujas, Paris Biu Medecine, Paris Biu Pharmacie, Paris BULAC, Paris Calames : Paris – 1sdc, Paris CNAM, Paris Ecole des mines, Paris ecole française d’Extreme-Orient, Paris ecole militaire, Paris ecole pratique des hautes études, Paris ENS-Ulm, Paris Bibliothèque de l’Institut national d’histoire d’art, Paris Institut Catholique, Paris Jacquemart-André, Paris Muséum d’histoire naturelle, Paris Mazarine , Paris Sainte-Geneviève, Paris Science Po, Paris Société historique protestantisme français, Paris Thiers, paris Université, Paris, BnF, lat. 1-3835 [ ??3836 à 4793 ??] ; 8823-18613, 9364 (documents Baluze sur l’origine des mss. de la bibliothèque de Colbert) ; Paris, BnF, lat. Sorbonne-BIU centrale, Meudon Observatoire .

  1. Périgueux
  2. Poitiers
  3. Reims CGM CCFR
  4. Rennes
  5. Rouen
  6. Saint-Dié-des-Vosges
  7. Sélestat
  8. Semur-en-Auxois
  9. Sens
  10. Soissons;
  11. St-Brieuc
  12. St-Mihiel
  13. St-Omer
  14. Strasbourg
  15. Tarbes
  16. Toulouse
  17. Tours
  18. Troyes
  19. Valenciennes
  20. Verdun
  21. Vesoul
  22. Vitré
  23. Vitry-le-François,
    • Pas de livre biblique glosé dans les fonds suivants

      1. Agen CCFR*
      2. Aires-sur la-Lys*
      3. Aix-en-Othe*;
      4. Aix-en-Provence*
      5. Aix-les-Bains *
      6. Ajaccio*
      7. Alès*
      8. Amberieu en Bugey *
      9. Angoulême *
      10. Annecy *
      11. Annonay *
      12. Antibes *
      13. Arbois*
      14. Arcis-le-Ponsart*
      15. Argentan*
      16. Arles*
      17. Armentières*
      18. Aubenas*
      19. Aubière*
      20. Auch*
      21. Aurillac*
      22. Auxonne*
      23. Avallon*
      24. Avesnes-sur-Helpe*
      25. Bagnères-de-Bigorre:rien*
      26. Bagnols sur Cèze*
      27. Bar-le-Duc*
      28. Bastia*
      29. Baume-les-Dames*
      30. Bayonne*
      31. Belfort*
      32. Bellac*
      33. Bergerac*
      34. Bergues*
      35. Bernay*
      36. Béthune*
      37. Béziers*
      38. Bischwiller*
      39. Blois*
      40. Bormes-les-Mimosas*
      41. Bougival*
      42. Boulogne-Billancourt*
      43. Bourbonne-les-Bains*
      44. Bourbourg*
      45. Bourmont*
      46. Bouxwiller*
      47. Brest*
      48. Briançon*
      49. Briey*
      50. Brioude*
      51. Brive-la-Gaillarde*
      52. Cachan*
      53. Cahors*
      54. Calais*
      55. Cambo-les-Bains*
      56. Cannes*
      57. Capoulet et Junac*
      58. Castelnaudary*
      59. Castres*
      60. Cavaillon*
      61. Cergy-Pontoise*
      62. Cérilly*
      63. Chalezeule*
      64. Châlon sur Saône*
      65. Chamarande*
      66. Chamarandes Choignes*
      67. Champagney*
      68. Charmont-sous-Barbuise*
      69. Charolles*
      70. Château Gontier*
      71. Château-Arnoux*
      72. Châteaudun*
      73. Chateaulin*
      74. Châteauroux*
      75. Château-Thierry]*
      76. Châtellerault*
      77. Châtenay Malabry*
      78. Chatillon-sur-Seine*
      79. Chaumont*
      80. Cherbourg-en-Cotentin*
      81. Cherbourg-Octeville*
      82. Clamecy*
      83. Clermont-de-l’Oise*
      84. Cognac*
      85. Conches-en-Ouches*
      86. Condé-sur-Noireau*
      87. Condom*
      88. Confolens*
      89. Corbeil Essonnes*
      90. Coulommiers*
      91. Coutances*
      92. Crépy en Valois*
      93. Crest*
      94. Créteil*
      95. Dainville*
      96. Dax*
      97. Dieppe*
      98. Digne-les-Bains*
      99. Dinan*
      • Dinard*
      • Domfront*
      • Draguignan*
      • Dreux*
      • Dunquerke*
      • Durenque*
      • Eaubonne*
      • Echirolle*
      • Elbeuf*
      • Epernay*
      • Etampes*
      • Evreux*
      • Fabrezan*
      • Falaize*
      • Faverges*
      • Fécamp*
      • Figeac*
      • Flers*
      • Foix*
      • Fontaine de Vaucluse*
      • Fontainebleau*
      • Fontaine-Chaalis*
      • Forbach*
      • Forcalquier*
      • Fort de France*
      • Fouras*
      • Fréjus*
      • Gaillac*
      • Gap*
      • Gaston Baty, *
      • Gien*
      • Gif-sur-Yvette*
      • Gisors*
      • Gournay-en-Bray*
      • Grasse*
      • Grignan*
      • Groix*
      • Guer*
      • Guéret*
      • Guingamp*
      • Hasparren*
      • Hesdin*
      • Honfleur*
      • Hyere*
      • Illiers-Combray*
      • Issoudun*
      • Joigny*
      • Joinville*
      • L’Isle Adam *
      • La Charité sur Loire*
      • La Châtre rien*
      • La Ciotat*
      • La Courneuve*
      • La Ferté Bernard*
      • La Flèche*
      • La Roche sur Yon*
      • Lagny sur Marne*
      • Lamballe*
      • Landévennec*
      • Langres*
      • Lannion*
      • Laval*
      • Lavaur*
      • Le Bourget*
      • Le Havre*
      • Le Palais *
      • Le Tréport *
      • Lectoure *
      • Les Sables d’Olonne *
      • Libourne *
      • Lille *
      • Limoges *
      • Limonest *
      • Lisieux *
      • Loos *
      • Lorient *
      • Louhans *
      • Lourdes *
      • Louveciennes *
      • Lunéville *
      • Lure *
      • Luxeuil-les-Bains *
      • Lyon Université catholique *
      • Mâcon*
      • Magny les Hameaux*
      • Maison Alfort*
      • Mamers*
      • Manosque *
      • Manosque *
      • Mantes la Jolie *
      • Mauriac *
      • Meaux *
      • Melun *
      • Mende *
      • Mennecy *
      • Menton *
      • Millau *
      • Mirecourt *
      • Moissac : rien*
      • Montargis *
      • Montauban *
      • Montbard *
      • Montbéliard  *
      • Montbrison *
      • Montbrun les Bains *
      • Mont-de-Marsan *
      • Montdidier *
      • Montélimar *
      • Montferrier *
      • Montigny-le-Bretonneux*
      • Montivilliers *
      • Montreuil *
      • Morlaix *
      • Mortagne au Perche *
      • Mortain *
      • Moulins *
      • Moux*
      • Mulhouse*
      • Mussy sur Seine*
      • Nancy*
      • Nanterrre*
      • Nantes*
      • Nantua*
      • Narbonne*
      • Nemours*
      • Nérac*
      • Neufchâteau*
      • Neufchâtel-en-Bray*
      • Nevers*
      • Nice*
      • Niort*
      • Nogent le Rotrou*
      • Nogent sur Marne*
      • Nogent sur Seine*
      • Nogent*
      • Nouméa *
      • Noyon*
      • Nyons *
      • Oloron Sainte Marie*
      • Orange*
      • Ornans*
      • Orthez*
      • Palaiseau *
      • Pamiers*
      • Pau*
      • Péronne*
      • Perpignan*
      • Pessac*
      • Pierelatte*
      • Pithiviers*
      • Poligny*
      • Pont-à-Mousson*
      • Pontarlier*
      • Pont-Audemer*
      • Pont-de-Vaux*
      • Pontivy*
      • Pontoise*
      • Privas*
      • Provins*
      • Puy-en-Velay*
      • Quimper*
      • Rambervillers*
      • Remiremont*
      • Rethel*
      • Rezé*
      • Riom*
      • Roanne*
      • Rochechouart*
      • Rochefort sur Loire*
      • Rochefort*
      • Rodez*
      • Romorantin Lanthenay*
      • Roubaix
      • Roye*
      • Ruel Malmaison*
      • Sablé-sur Sarthe*
      • Saint-Amand les Eaux *
      • Saint-Arnoult en Yvelines*
      • Saint-Bonnet le Château*
      • Saint-Calais*
      • Saint-Chamond*
      • Saint-Claude*
      • Saint-Cloud*
      • Saint-Cyr sur Morin*
      • Saint-Denis*
      • Sainte Ménehould
      • Saintes*
      • Saint-Etienne de Saint Geoirs*
      • Saint-Etienne*
      • Saint-Geniès des Mourgues*
      • Saint-Germain en Laye*
      • Saint-Germain la Blanche Herbe*
      • Saint-Julien lès Metz*
      • Saint-Laurent d’Olt*
      • Saint-Léons*
      • Saint-Lô
      • Saint-Maixant*
      • Saint-Malo*
      • Saint-MAndé*
      • Saint-Marcellin*
      • Saint-Martin-d’Hères*
      • Saint-Maur des Fossés*
      • Saint-Nicolas de Port*
      • Saint-PAul de Vence*
      • Saint-Pierre d’Oleron*
      • Saint-Pierre*
      • Saint-Pol-sur-Ternoise*
      • Saint-Quentin*
      • Saint-Sauveur en Puisaye*
      • Saint-Yrieix la Perche*
      • Salins-les-Bains*
      • Sallanches*
      • Sannois*
      • Saumur*
      • Saverne *
      • Sceaux*
      • Sedan*
      • Senlis*
      • Sète
      • Tarascon
      • Thiers*
      • Thionville*
      • Tonnerre
      • Toul
      • Toulon*
      • Tourcoing*
      • Tournus*
      • Trévoux
      • Trie-sur-Baise*
      • Tulle
      • Uffholtz*
      • Ussel*
      • Uzès*
      • Valence*
      • Valognes
      • Vanves
      • Vemars
      • Vendôme
      • Verneuil-sur-Avre
      • Verrières le Buisson
      • Versailles
      • Vervins
      • Vichy
      • Vienne
      • Villefranche de Rouergue,
      • Villefranche sur Saône
      • Villeneuve d’Asc,
      • Villeneuve sur Lot,
      • Villeneuve-sur-Yonne,
      • Vincenne
      • Vire,
      • Vitry sur Seine,
      • Vogue,
      • Wisques,
      • Yerres
      • Yzeure*

 

Italie

  • Assisi : Sacro Convento (catalogue informatisé des manuscrits)
  • Cava de’ Tirreni, Biblioteca statale del Monumento nazionale della Abbazia Benedettina della Ss. Trinità, Codices Cavenses,
  • Kristeller, Iter italicum, t. 2
  • Mantova : Biblioteca Teresiana
  • Monza: Catalogue Bonelli (traité par Annalisa Chiodetti & MM, avril 2018)
  • Monte Cassino : Inguanez, Bibliotheca Casinensis, etc. (je remercie Marilena Maniaci (Università degli studi di Cassino e del Lazio meridionale) qui m’a communiqué la liste des manuscrits bibliques glosés du Mont-Cassin en cours de cataloguage dans le cadre du projet de bibliothèque virtuelle du Mont-Cassin qu’elle dirige. 8.11.2018 ; nous n’avons pas retenu les commentaires bibliques où le lemme ne figure que sous forme de mots repères soulignés, ou non)
  • Padova, Seminario : I manoscritti della Biblioteca del Seminario vescovile di Padova, 1998.
  • Venezia : R. Quinto, Manoscritti medievali nella biblioteca dei Redentoristi di Venezia, Padova, 2006 [RAS].
  • Cataloghi e Collezioni digitali delle Biblioteche italiane [11.5.2018]

Pays-Bas :

Suisse :

  • Zürich : Mohlberg (Leo Cunibert), Katalog der Handschriften der  Zentralbibliothek    Zürich.   Mittelalterliche Handschriften, Zürich, 1952.

Slowenien

  • Ljubljana, Narodna in univerzitetna knijžnica (NUK)
  • at

USA

Vaticano :

Citer ce billet : Martin Morard, "Les manuscrits de la Bible latine glosée au Moyen Âge", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/1362, version du 27/11/2022.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search