Esdras et la Bible parisienne

Résumé

mise à jour 24.08.2019

Le corpus des livres d’Esdras a évolué par étapes entre la fin du 12e et la fin du 16e siècle. Au 13e siècle, la bible parisienne est très différente à cet égard de la Vulgate Sixto-Clémentine. Elle est surtout beaucoup moins homogène qu’ont a pu le croire à la lecture des meilleurs spécialistes. Après avoir souvent été considérés comme formant un seul livre, 1Esr et 2Esr. , sans être encore dissociés, ont été progressivement distingués par le jeu des initiales ornées et des titres courants. Le statut de 2Esr. a, de ce fait, évolué au cours du 13e siècle, d’abord sans capitulation et sans titre propre – le nom de Néémie n’étant indiqué qu’en titre courant -, puis avec une capitulation distincte, parfois sous le titre de “Secundus liber Esdre”. La présence d’une rubrique ou d’un titre distinctif demeure exceptionnelle en tête de 2Esr.

Conjointement, 3Esr. fut placé à la suite de 1-2Esr. sous le titre de “Secundus Esdre”. La séparation des deux livres est consacrée différemment par les correctoires et Nicolas de Lyre. Les correctoires qualifient 2Esr. de “Secundus Esdre” mais ignorent 3Esr. Il en va de même pour Nicolas de Lyre.

Enfin, 4Esr. n’a été  adjoint régulièrement au groupe 1-3Esr.  que très tard, et hors du cadre parisien typique de la Bible du 13e siècle, à l’occasion des premières éditions imprimées de la Bible dans la seconde moitié du 15e siècle (Gutenberg 1455, Pfister 1460 etc.). Il ne semble pas avoir été régulièrement intégré aux éditions des postilles bibliques de Nicolas de Lyre à la fin du 15e siècle[1].

Nous n’avons esquissé ici qu’une tendance générale qui s’est imposée par une sorte de consensus tacite, peu à peu et  non sans repentirs. A toutes les étapes du processus, des manuscrits plus ou moins isolés attestent chacun des cas de figure évoqués plus-haut. Malgré la diffusion du groupe 1-4Esr. à la fin du Moyen-Age, le Concile de Trente adopta la position des partisants du corpus réduit en ne reconnaissant l’authenticité que des deux premiers livres d’Esdras, “le premier et le second qui s’appelle Néémie”. Ce choix précisait le canon hiéronymien ; ce n’en était que l’une des interprétations possibles, sans doute la plus vraisemblable. Mais elle se heurtait au fait de  la tradition cumulative héritée de la dynamique parisienne. Une demi siècle plus tard, admettant implicitement l’incertitude induite par l’imprécision du canon hiéronymien, les éditeurs de la Clémentine réintégrèrent quand même  3Esr. et 4Esr., mais en appendice. Trente a donc lu Jérôme à travers le prisme du corpus d’Esdras  dans son état de la fin du Moyen Âge. On ne saurait dire qu’il ait adopté le corpus d’Esdras sous la forme qui aurait été la sienne au 13e siècle dans “la” Bible parisienne.

[1] En attendant une étude plus poussée, notons que certains manuscrits de la postille littérale de Nicolas de Lyre de la fin du 15e siècle distinguent pourtant « Primus Esdras » (1-2Esr.) et « Secundus Esdre » (3Esr.) et attribuent au maître franciscain un commentaire de 3Esr. : cf. Barcelone, Univ. 741-3/2, f. 247ra-252b : “Liber Esdre incipit. Et fecit losias. Liber iste qui dicitur Esdre secundus, videtur … Expl.: deputatus ad divinas laudes et obsequia. Cuí eest honor et gloria in secula seculorum Amen. Postilla venerabilis fratris Nicolai de Lyra, super secundum librum Esdre, fínit”.  Ce texte semble absent des manuscrits français de la postille cf.  Paris, BnF, lat. 351 et 359, etc.

Pour en savoir plus :

Continuer la lecture de « Esdras et la Bible parisienne »