Bibliographie d’exégèse médiévale par références bibliques / Studies on the medieval exegesis by precise biblical references (Work in progress)

Merci de signaler les nombreux titres qui devraient figurer dans cette rubrique. Je les intégrerai avec reconnaissance

Citer ce billet : Martin Morard, "Bibliographie d’exégèse médiévale par références bibliques / Studies on the medieval exegesis by precise biblical references (Work in progress)", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2714, version du 16/08/2022.
capitula bibliae Bibliographia Ambitus chronologicus
Gn D. H. Bascour, « La double rédaction du premier commentaire de Maître Eckhart sur la Genèse », Recherches de Théologie ancienne et médiévale, 7 (1936), p. 294-320. 1302-1328 † circa
Gn Petri Comestoris Scolastica Historia. Liber Genesis, Éd. Agneta Sylwan, Turnhout, Brepols 2005, (CCCM 191), 226 p. 1150-1178 circa
Gn 1-3 Glossae super Genesim. Prologus et capitula 1-3, Éd. Agneta Sylwan, Göteborg, Sweden, 1992 (Acta Universitatis Gothoburgensis) 1150-1178 circa
Gn 2, 7 Boulnois (Marie-Odile), « Le souffle et l’Esprit. Exégèses patristiques de l’insufflation originelle de Gn 2, 7 en lien avec celle de Jn 20, 22 », Recherches Augustiniennes XXIV, 1989, p. 3-37.
Gn 2-3 Boulnois (Marie-Odile), « Genèse 2-3 : Mythe ou vérité ? Un sujet de polémique entre païens et chrétiens dans le  Contre Julien de Cyrille d’Alexandrie », Revue des Etudes Augustiniennes, 54,  2008, p. 111-133.
Gn 12 Boulnois (Marie-Odile), « Les péricopes de Sara « sœur-épouse » (Gn 12 et 20) chez les Pères Grecs », La sœur-épouse (Genèse 12, 10-20), Paris, Cerf, 2010, p. 27-66.
Gn 18-19 Boulnois (Marie-Odile), “Trois hommes et un Seigneur : interprétations patristiques et iconographiques de la théophanie de Mambré”, Studia Patristica.XXIX: historica, biblica, ascetica et hagiographica, éd. F. Young, M. Edwards, P. Parvis, Peeters, 2006, p. 193-202. 0100-0799
Gn 18-19 Boulnois (Marie-Odile), « L’exégèse de la théophanie de Mambré dans le De Trinitate d’Augustin : enjeux et ruptures », Le De Trinitate de saint Augustin. Exégèse, logique et noétique, éd. E. Bermon et G. O’Daly, Études Augustiniennes, Paris, 2012, p. 35-65.

 

0400-0416
Gn 20 Boulnois (Marie-Odile), « Les péricopes de Sara « sœur-épouse » (Gn 12 et 20) chez les Pères Grecs », La sœur-épouse (Genèse 12, 10-20), Paris, Cerf, 2010, p. 27-66.
Gn 27, 1 Smits (E. R.), « An Unedited Correspondence between Helinand of Froidmont and Philip, Abbot   of Val Ste Marie, on Genesis 27:1 and the Ages of the World », Erudition at God’s Service: Studies in Medieval Cistercian History, 11, 1987, p. 244-266. 1200-1299
Ex 20, 5 Boulnois (Marie-Odile), « Le Décalogue  contient-il une formule scandaleuse ? ‘Dieu qui reporte les fautes des pères sur les enfants’ (Ex 20, 5) », Le Décalogue au miroir des Pères, Cahiers de Biblia Patristica 9,  éd. R. Gounelle et J.M. Prieur, Strasbourg, 2008, p. 243-259.
Ex 20, 5 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Nm 25, 11 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Lv. 25 R. Quinto, « L’idea del giubileo in alcuni commenti medievali al Levitico e nella leteratura teologica sino al 1250 », Studia patavina, 46, 1999) 317-343 [traite la question de la doctrine des indulgence ; peu de choses sur l’exégèse littérale] ; Id., « Giubelo e attesa escatologica negli autori monastici e nei maestri della Sacra pagina », Medioevo, 26 (2001), p. 25-109 [p. 28-44 : interprétation symbolique des nombres ; p. 44-82 : la tradition exégétique de Lv. 25 sur le sujet] ; Id., « L’idea del giubileo nell’esegesi medievale tra la rinascita carolingia e i maestri della Sacra Pagina », dans Lia De Finis, dir.,  Il Giubileo attraverso i secoli Dalle radici ebraiche alle prospettive spirituali e alle componenti laiche collegate nei secoli all’evento giubilare, Trenta, 2001. 1100-1250
Dt. 32, 21 Boulnois (Marie-Odile), « Un Dieu jaloux qui fait des émules. Interprétations patristiques d’Exode 20, 5, Nombres 25, 11 et Deutéronome 32, 21 », Jalousie des dieux, jalousie des hommes, éd. H. Rouillard-Bonraisin, “Homo religiosus 10”, Brepols, Turnhout, 2011, p. 249-276.
Ruth Martel, Gerard de, Répertoire des textes latins relatifs au livre de Ruth (VIIe – XVe s.), Dordrecht, 1978. 0600-1499
Psalterium B. Bureau, « Texte composé, texte composite : le mécanisme de la citation et sa fonction dans quelques commentaires de psaumes de Cassiodore », dans Hôs ephat’, dixerit quispiam, comme disait l’autre… Mécanismes de la citation et de la mention dans les langues de l’Antiquité , C. Nicolas (éd.), Recherches & travaux n°15, Ellug, 2006, p. 225-262. 0538 – 0580
Ps. 1 Margolin (Jean-Claude), « Grammaire, principes exégétiques et humanisme chrétien dans le commentaire d’Erasme au Psaume 1 Beatus vir », dans Ferrer-Mantero 2006, p. 71-92. 1466/1469-1536
Ps. 1, 2, 3 Fontana (Maria), « Il commento ai Salmi du G. della Porrée », Logos (Palerme 1930) p. 283-301 [Prologue, Ps 1, 2, 3]. 1140-1150 c.
Ps. 20 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps. 21 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps. 21 Sainte-Marie (Dom Henri de), « Le psaume 22 (21) dans le Iuxta Hebræos », dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 151-187. 0700-0999
Ps. 21, 3 Draelants (Isabelle), « Ego sum vermis : du vers né de la pourriture, à la naissance du Christ sans accouplement, un exemple de naturalisme exégétique médiéval », Mélanges Catherine Jacquemard, Caen, 2018, Presses universitaires de Caen (coll. Mélanges) (à paraître) 1100-1400
Ps 22 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 23 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 24 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 25 Leclercq (Jean), «Les Psaumes 20-25 chez les commentateurs du Haut Moyen Âge», dans Richesses et déficiences des anciens Psautiers latins, Rome, Abbazia San Girolamo, 1959 (Collectanea biblica latina, 13), p. 213-229. 0700-0999
Ps 44, 2 Casagrande (Carla), «Le calame du saint Esprit: grâce et rhétorique dans la prédication au xiiie siècle», La Parole du Prédicateur: ve-xve siècle, Rosa Maria Dessi et Michel Lauwers (éd.), Nice, Centre d’Etudes médiévales, 1997 (Collection du Centre d’Etudes Médiévales de Nice, 1), p. 235-254. 1200-1299
Ps. 52, 1 Belkin (Ahuva), « Suicide Scenes in Latn Psalters of the Thirteeth Century as Reflection of Jewish Midrashic Exposition », Manuscripta 32 (1988), p. 75-92. 1200-1299
Lam. 1 Andrée 2005. 1110-1150 c.
Lam. Andrée 2009. 1110-1150 c.
Sir. Eccli. Explanatio super Ecclesiasten (Clm 14614). Un Epitone carolingia del commentario all’Ecclesiaste di Alcuino di York, éd. Francesca Sara D’Imperio, Firenze, Sismel, 2008 (Opuscoli, seonda serie, 5). 0825-0850
Ier. Moyhihan (Robert), « The Development of the ‘Pseudo-Joachim’ Commentary ‘Super Hieremiam’ : New Manuscript Evidence », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Âge Temps modernes, 98 (1986), p. 109-142. [Voir Travaux en cours]. 1250 c.
Mt. Shooner 1956 : Shooner (Henri Victor), « La Lectura in Matthaeum de S. Thomas : deux fragments inédits et la Reportatio de Pierre d’Andria », Angelicum 33 (1956), 126-142. 1269-1270
Mc. 06:42-50 Berceville (Gilles), L’Expositio continua sur les quatre évangiles de saint Thomas d’Aquin (Catena aurea). Le commentaire de Marc. Etat de la question et projet de recherches, Mémoire de DEA (Diplôme d’études approfondies), dactyl., Université Paris IV, 1988, 47+7 p. [analyse des sources et remarques philologiques] 1263-1265 c.
Io. Conticello (Carmelo Giuseppe), “San Tommaso ed I padre: La Catena aurea super Ioannem”, AHDLMA 65 (1990), 31-92. XIIIe
Io. Andrée 2008. Andrée 2014 XIIe
Io. 20 :22 Boulnois (Marie-Odile), « Le souffle et l’Esprit. Exégèses patristiques de l’insufflation originelle de Gn 2, 7 en lien avec celle de Jn 20, 22 », Recherches Augustiniennes XXIV, 1989, p. 3-37.
Rm. 9-11 Boulnois (Marie-Odile), “L’Election d’Israël et la grâce offerte à tous selon Cyrille d’Alexandrie”, L’exégèse patristique de Romains 9-11. Grâce et liberté, Israël et nations. Le mystère du Christ, Médiasèvres, 2007, p. 101-124. 0412 – † 444 c.
Rm. 9-11 Boulnois (Marie-Odile), « L’élection d’Israël et la grâce offerte à tous : L’exégèse de Romains 9-11 selon Cyrille d’Alexandrie », Adamantius 14, 2008, p. 266-285. 0412 – † 444 c.
1Cor. Landgraf (Artur Michael), Commentarius Porretanus in primam epistolam ad Corinthios, Città del Vaticano, 1945 (Studi e testi 117) [commentaire jugé d’inspiration porrétaine, édité à partir du ms. Paris, Arsenal, lat. 1116]. 1150 c.
1Cor. 2, 6-16 Strawbridge (Jennifer), « ‘A community of interpretation: the use of 1 corinthians 2.6-16 by early christians » Studia patristica, 63 (2013), 69-80.

 

Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente.

Citer ce billet : Martin Morard, "Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente.", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2690, version du 16/08/2022.

2e édition corrigée

Dans une communication à un colloque tenu à Rome en 2017, C. G. Conticello notait à propos des sources grecques de la Catena aurea de Thomas d’Aquin sur l’évangile de Marc, dont nous préparons l’édition, que le travail reste à faire  : «Uno studio approfondito di questa catena[1], trasmessa da una sessantina di mss [en réalité plus du double], in duplice recensione, rimane da fare»[2].

Ce status quaestionis des connaissances scientifiques publiées jusqu’en 2017,  propose une précieuse synthèse bibliographique dont on regrettera cependant qu’elle ne fasse que peu état du contenu profond des travaux cités et présente la primeure de recherches en cours effectuées par d’autres sans l’autorisation de leur auteur.

Dans un  « post-scriptum » ajouté à la fin de la même communication dans la version publiée parue en 2020, le même auteur annonce en effet que  «dans le cadre du projet [Catena aurea electronica] (nell’ambito del progetto) – a été identifiée la première recension de la Chaîne de Victor d’Antioche représentée par le ms. Vatican grec 756 […] Une étude approfondie est en cours”(p. 243).

Cette phrase, ambigüe et imprécise,  ne veut rien dire sinon que l’auteur s’approprie le résultat – mal compris – de recherches auxquelles il n’a participé en aucune manière. Elle est ambigüe parce qu’il se présente  (p. 228) comme co-directeur du projet Catena aurea  electronica avec le signataire de ces lignes [3] alors qu’il n’y a exercé qu’une responsabilité nominale à laquelle il a été mis fin à la fin de l’automne 2018, soit deux ans avant la publication de la communication ici recensée, munie pourtant du post-scriptum mentionné[4].

Concernant la Catena aurea sur Marc l’auteur n’hésite pas, en particulier, à déflorer et détourner certaines des données nouvelles, acquises par le travail de collaborateurs identifiés du projet Catena aurea  electronica à la production desquelles il n’a pas pris part active. Le post-scriptum ne rend pas compte de la via inventionis de la conclusion annoncée. La question des sources grecques de la Catena sur Marc (désormais CMC) ne se réduit d’ailleurs pas à la seule question de la chaîne dite de Victor d’Antioche. Ce dossier n’a été ouvert qu’après que C.G.C. ait été déchargé de la responsabilité des sources grecques de la Catena aurea, faute de disponibilité suffisante, alors que les sources latines affichaient déjà plusieurs milliers de sentences traitées, six ans après le lancement des opérations. Nous avions présenté publiquement et en sa présence la substance de l’avancement de l’édition et particulièrement les découvertes concernant la CMC, à l’occasion du colloque international de Torun (4-6 avril 2019)[5].  Les délais et les limites de taille imparties à la publication des actes du colloque de Toruñ ne nous ont  pas permis, à regret, de les publier dans ce contexte. Elles seront présentées dans le cadre de la monographie que nous consacrons à la Catena et d’une publication plus spécifique en préparation. Nous renvoyons surtout aux données vérifiées de l’apparat des sources de l’édition critique de la CMC dont nous attendons la mise en ligne, à la suite d’une refonte complète du site de publication https://gloss-e.irht.cnrs.fr (printemps 2022).

En attendant, une mise au point s’impose, même si, me dit-on, « personne n’est dupe ».

La participation de C.G.C. au projet a consisté à nous autoriser à réutiliser les identifications des citations de Théophylacte qu’il avait publiées méritoirement en 2004. Nous avons été heureux de pouvoir en faire profiter la Catena aurea  electronica. Les initiales millésimées qui indiquent le nom des collaborateurs scientifiques qui ont contribué au traitement de chaque sentence (texte et source) font foi. Une astérisque signifie que l’information a été validée par un autre collaborateur du projet. En cas de modification substantielle, les initiales de chaque nouvel intervenant sont indiquées ainsi que l’année de l’intervention.

Dans l’étude ici relatée, C.G.C. omet notamment de mentionner :

1° la responsabilité scientifique de Martin Morard qui orienté la recherche vers les manuscrits italotes anonymes de la première recension de la chaîne, repéré un groupe de témoins concordants – et non pas un seul témoin – parmi un corpus de quelques 122 manuscrits de la chaîne de Victor d’Antioche sur Marc[6], puis collationné les textes établis avec l’édition Matthaei (2 volumes, Moscou, 1775[7]) pour 1° faire ressortir la spécificité du groupe italote par rapport au sous-groupe moscovite et à d’autres versions de la “première recension” de la chaîne grecque (CPG C125.1 qui est en réalité une version abrégée de CPG C125.2) ;  2° montrer que la traduction latine de la Catena se justifie par le recours à un texte appartenant à cette version ;

2° la collaboration d’Adele Di Lorenzo, salariée du projet de 2018 à 2019, qui a contribué, sous le direction et en binôme avec Martin Morard, au repérage dans les manuscrits des passages des chaînes traduits pour la Catena, et effectué la première transcription des textes identifiés;

3° la publication en pré-print sur le site Gloss-e[8], de l’édition intégrale de la Catena sur Marc. Cette version provisoire, mise en ligne dès mars 2019 en prévision du colloque de Torun susmentionné, comprend l’identification critique intégrale des sources de la Catena sur Marc, précise ou remet en cause plusieurs des certitudes acquises. Sont à noter en particulier :

  • restauration du texte médiéval (appelé aussi parfois “texte universitaire” en raison de sa diffusion par le système de la pecia parisienne) par collation du texte de l’édition Marietti avec celui du ms. de Linz, Oberösterreichische ‎Landesbibliothek, 447 et d’autres manuscrits témoins, les uns sans indications de pièces, les autres munis d’indications ponctuelles[9].
  • attribution à chaque sentence d’un identifiant unique stabilisé, permettant le référencement scientifique,
  • identification des sources,
  • édition du texte grec des sources et, en cas de recours à la tradition indirecte (chaînes), identification des sources de la chaîne, etc.
  • Théophylacte fait provisoirement exception. C.G.C., en charge de cet auteur, n’a procuré que la référence au texte de la Patrologie grecque ; le travail complémentaire de saisie du texte grec et d’analyse des traductions est en cours et a d’ores et déjà permis quelques découvertes savoureuses[10].

4° la communication de Martin Morard au colloque de Torun, citée plus haut, dans laquelle ont été présentés devant C.G.C. les résultats des recherches concernant la Catena sur Marc accessible grâce au préprint mentionné.

On savait, depuis 1657, grâce à une mauvaise traduction latine de la fin du 16e siècle[11] que Thomas avait utilisé la chaîne de Victor d’Antioche. C’est principalement à partir de cette traduction,  et ponctuellement à partir de parallèles trouvés dans la chaîne de Cordier sur Luc et les chapitres 1 à 12 de la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur  Luc (CPG C135), que le dominicain Jean Nicolaï a identifié comme venant de « Victor d’Antioche » une partie des sources grecques de la Catena aurea  sur Marc qu’il a éditée en 1657.

En 1775, Friedrich Matthaei publiait pour la première fois le texte grec d’une version de la chaîne éditée à partir de quatre manuscrits du Saint-Synode du Patriarchat de Moscou.

En 1842, John Henry Newman (Oxford, 1842, p. 166) avait noté une certaine proximité avec une autre recension éditée par Cramer (Oxford 1840) mais de nombreux passages discordant ont fait écrire à Louis-Jacques Bataillon, l’un des plus fins connaisseurs de la tradition manuscrite de Thomas d’Aquin à la fin du 20e siècle, , que « la catena greca utilizzata per Marco [i.e. pour la Catena aurea  sur Marc] pone molti problemi »[12].

L’existence de deux recensions de la chaîne de Victor d’Antioche est connue au moins depuis les recherches de Joseph Reuss, relayée, avec des recherches plus récentes, par l’excellente réédition augmentée et mise à jour de la Clavis patrum graecorum de l’excellent Jacques Noret[13].

L’originalité scientifique de la Catena aurea electronica, première édition à proposer une identification intégrale des sources de la CMC, consiste dans la démonstration – par rétroconversion du latin au grec  – que Thomas a fait traduire pour la première fois le texte grec de la première recension de la chaîne dite de Victor d’Antioche sur Marc [CPG C125.1] à partir d’une sous-version attestée par un groupe de manuscrits copiés en Italie du Sud, sélectionnés parmi 122 manuscrits,  dont le ms. BAV, Vat. gr. 756 a servi de témoin privilégié[14]. Vg756  ne saurait en aucun cas être considéré comme le manuscrit directement utilisé par Thomas. L’enjeu de l’édition de la Catena n’est pas de retrouver des reliques mais d’identifier ce que Thomas doit à ses sources, comment il les travaille, et l’exacte portée de ses interventions. Le risque est grand, en effet, pour le lecteur pressé, d’attribuer aux sources ce qui revient au Glossateur que d’attribuer au Glossateur ce qui appartient à des états méconnus des sources, que celles-ci soient éditées ou non.

Les passages de la chaîne  retenus par Thomas  ont deux caractéristiques :

  • Dans à peu près 75 % des cas, les passages retenus par Thomas sont identiques dans les deux recensions de la chaîne de Victor[15]. Il est douteux que Thomas ait pu confronter deux versions de la chaîne ; il est peu vraisemblable qu’il ait eu une conscience nette de l’existence de deux versions différentes. Mais son instinct, à la recherche du consensus patrum, lui a plus d’une fois fait retenir les passages les plus à même de servir ce dessein, passages qui s’avèrent être communs aux deux versions de la chaîne. On ne peut exclure cependant que les collaborateurs-traducteurs qui ont travaillé avec lui ou pour lui, face à des passages d’interprétation difficile, aient de temps en temps comparé plusieurs manuscrits de la chaîne contenant, de fait des passages variants. Certains manuscrits contiennent des versions intermédiaires où la frontière entre les deux recensions n’est pas évidente au premier coup d’oeil. Les lois de la rédaction des sentences et de l’abréviation des textes conduisent parfois les caténistes à faire des choix identiques sans dépendre forcément d’un texte particulier : omissions des répétitions, de citations adventices ou de digressions s’imposent souvent d’elles-mêmes.
  • A peu près 32 % des passages retenus sont extraits ou adaptés de textes chrysostomiens, ce qui justifie la décision de Thomas d’attribuer ces sentences à Chrysostome alors qu’aucun manuscrit de la chaîne et aucun des extraits retenus ne lui sont attribuées explicitement par les sources grecques. Sans doute les collaborateurs de Thomas ont‎–‎ils été aidés par leur connaissance des homélies de Chrysostome sur Matthieu. En raison de la rareté des commentaires de l’évangile de Marc, les caténistes et exégètes puisaient naturellement dans le matériel exégétique des évangiles synoptiques. Les canons d’Eusèbe, accessibles et connus de tous, leur permettait aisément de repérer les passages pertinents.[16] Les passages chrysostomiens de la chaîne grecque repris par Thomas sont cependant loin de provenir tous des homélies sur Matthieu. Lorsque les traducteurs se sont rendus compte que la chaîne grecque reprenait des passages des homélies de Chrysostome sur Matthieu, ils ont utilisé librement la traduction de Burgundio de Pise et son vocabulaire, déjà abondamment exploités dans la CMT. On constate surtout qu’ils ont, le plus souvent, retraduit complètement les passages, de sorte qu’en plusieurs endroits les lieux parallèles de la CA proposent jusqu’à trois traductions différentes d’un même fragment grec cité à partir de sa tradition directe et réemployé par les chaînes utilisées. La méthode qui consiste à traduire certains scholia par des emprunts ponctuels et libres aux traductions existantes a été appliquée dans les trois Catena sur Marc, Luc et Jean. La CA sur Matthieu – en particulier les sentences extraites de la traduction par Burgundio des homélies de Chrysostome sur Matthieu – a fait ponctuellement l’objet de corrections lexicales, sans doute après la fin de sa composition et au fil de la préparation du commentaire des trois évangiles suivants. Mais on n’observe pas que l’ensemble des textes repris de traductions antérieures ait fait l’objet d’une révision systématique sur le grec.

En plus des quelque 200 sentences chrysostomiennes issues de la chaîne de Victor, la CMC ne compte que 6 autres sentences attribuées à des Pères grecs et effectivement traduites du grec, sentences absentes des versions examinées de la chaîne. Il s’agit a priori de six emprunts à la chaîne de Nicétas d’Héraclée sur Luc (CPG C135) :

CMC2d1.8 : Cyrille

CMC5d1.6 : Grégoire de Nysse

CMC5d1.7 : Cyrille

CMC5d1.9 : Cyrille

CMC5d1.12 : Cyrille

CMC5d1.22 : Titus

Les passages concernés sont regroupés autour de l’exégèse de Mc. 2, 6‎–‎7 (le blasphème) et Mc. 5, 5‎–‎15 (l’expulsion des démons dans le troupeau de porcs).

On ne peut exclure a priori que ces ajouts soient la traduction de scholia marginaux trouvés par le traducteur dans le ou les manuscrits de la chaîne de Victor utilisés. Les vérifications effectuées de visu sur une trentaine de témoins de C125.1 et l’édition De Matthaei  n’ont pas permis à ce jour de vérifier cette hypothèse. Seule une collation intégrale des textes – et donc une édition critique de la chaîne de Victor – permettrait d’écarter complètement cette hypothèse. Si des scholia marginaux avaient été intégrés à l’intérieur du texte de la chaîne, ils ne seraient pas, de ce fait, détectable par un simple feuilletage des manuscrits.

Pour alléger la présente note je renvoie le lecteur à l’édition en ligne et aux versions successives dont elle fera l’objet jusqu’à son achèvement. Il trouvera dans ses apparats textes, références et même liens hypertexte vers les feuillets des manuscrits cités. Les recherches qui restent à faire sur les sources grecques de la CMC doivent donc se concentrer dans trois directions :

  • par sondage, recherche de manuscrits qui offrent un texte grec encore plus proche de la Catena que les ms. traités au cours de cette première campagne éditoriale. (Je n’ai encore examiné qu’une trentaine de manuscrits sur au moins 86 recensés pour l’occasion).
  • recherche d’éventuels scholia correspondant aux 6 ajouts susmentionnés. L’examen des marges des manuscrits accessibles est en cours et relativement facile. Seule une édition critique de la chaîne grecque permettra d’identifier la présence de scholia adventices intégrés par les copistes dans l’espace de réglure.
  • examen des lieux parallèles de la chaîne de Nicétas sur Luc. Comme je l’ai indiqué plus-haut, il arrive à plusieurs reprises que la Catena traduise différemment dans la Catena sur Marc et sur Luc des scholia dont le texte grec est quasi identique soit parce que Nicétas intègre des passages de la chaîne de Victor qui est une de ses sources, soit parce que les deux chaînes dépendent – dans certains lieux synoptiques – de sources communes. La logique même du phénomène synoptique, relevée par Joseph Verheyden à juste titre à propos des sources non identifiées de la chaîne de Victor – oblige à examiner ces pistes sans empêcher pour autant la publication d’un premier état des connaissances. Il importe donc de s’assurer que l’exploitation de la chaîne de Victor est aussi réelle qu’il y paraît et que les sentences de la Catena sur Marc ne reposent pas sur des emprunts plus fréquents à la chaîne grecque de Nicetas sur Luc qu’on ne l’a remarqué jusqu’ici, voir à d’autres chaînes sur les évangiles synoptiques non encore identifiées. La question semble un scrupule d’éditeur un peu théorique à ce stade, mais elle ne peut être écartée en rigeur de méthode. Le réemploi de certains extraits patristiques, sous des formes similaires, par plusieurs chaînes est un fait indéniable et bien attesté.
  • La CMC atteste de manière indéniable par le nombre, la compacité[17] et la précision d’une excerption systématique de la première recension de la chaîne C125 qui explique jusqu’aux détails la traduction latine des sentences forgées par Thomas.

Il faut mettre à part de la question propre à la Catena Aurea l’identification des sources de la chaîne de Victor d’Antioche proprement dite qui n’est pas notre objectif premier. Dans un premier temps nous avons intégré les identifications des sources de la chaîne de Victor d’Antioche identifiées par Smith[18] et, plus récemment, Lamb[19]. Pour les passages non identifiés et dont l’attribution au caténiste ou à un commentaire primaire (cosi detto Victor d’Antioche) est supposée sans qu’il soit possible de distinguer l’un de l’autre en l’état de la recherche, nous avons repris la recherche des expressions typiques en particulier dans le TLG[20] et la Catholic Library édité par Seth Cherney[21] dont la base documentaire est la plus vaste qui soit actuellement à disposition de la recherche en libre accès pour les textes latins et grecs de la tradition chrétienne. Ces recherches ont permis de compléter et corriger ponctuellement les identifications existantes. Elles sont insuffisantes et provisoires en l’état des éditions des chaînes, rarement éditées en ligne. Elles montrent le plus souvent que les passages non identifiés de la chaîne de Victor sont composés d’expressions très répandues et attestées par les auteurs de la tradition patristique et byzantine.

On ne saurait en rester là. Dans la Catena aurea comme dans la chaîne C125, toutes deux  chaînes de chaînes parmis d’autres chaînes, les Pères avancent masqués. Si l’accès aux corpus textuels informatisés facilite aujourd’hui le travail, on aurait tort de considérer la fouille de ces données comme autre chose qu’une prospection de surface. Preuve en est que l’identification des sources chrysostomiennes de la CMC n’a pu se faire sans le recours aux éditions non numérisées et surtout aux manuscrits.

Certes, notre objectif n’est pas d’éditer les chaînes grecques mais le texte de Thomas. La compréhension de celui-ci invite pourtant à signaler précisément non seulement ce que Thomas doit à ses sources directes, mais aussi ce qu’il doit, sans le savoir, aux auteurs dont les chaînes utilisées sont les vecteurs silencieux afin que rien ne reste caché du cheminement des influences qui sous-tendent notre compréhension de la tradition chrétienne postérieure.

Ainsi, il n’est pas sans intérêt de noter que telle sentence attribuée par Thomas à Chrysostome est le texte d’une chaîne grecque qui cite en réalité, mais implicitement, Origène ou Théodore de Mopsueste. Cependant ce travail, sans être infini, devra souvent être complété et mis à jour par les acquis de la recherche et l’évolution des éditions critiques[22].

La Catena ne pouvait rester plus longtemps à l’état du texte brut dans lequel l’avait laissé l’édition Marietti, numérisée par IBM à l’occasion de la préparation de l’Index thomisticus au cours des années 1970-1980. Je garde encore l’exemplaire de l’édition Marietti de mes jeunes années. J’y avais souligné les lemmes attributifs à la pointe bic rouge afin de me retrouver dans la préparation de mon premier travail de séminaire. Jean-Pierre Torrell m’avait chargé de présenter l’épisode de la tentation du Christ dans l’évangile de Matthieu d’après la Catena.

Mais la Catena est une oeuvre dont l’édition scientifique fait exploser les limites que la page papier impose, même au grand et beau format de l’édition léonine. Il fallait donc inventer quelque chose qui réponde aux attentes du public, aux besoins en particuliers de ce que d’aucuns voudraient nommer le « thomisme biblique ». L’expression est un pléonasme eu égard à la nature intrinsèque de la démarche thomasienne, fondamentalement théologique et de ce fait essentiellement biblique. Mais ce pléonasme  est amplement justifié par les dérives d’un certain thomisme, excessivement spéculatif, au point d’inverser les polarités de la démarche théologique dont l’Ecriture est, avec sa tradition herméneutique, le socle et le guide.

Comme l’avait justement relevé Richard Simon, « … Quelque soin qu’on ait eu de rendre exacte l’édition de cet ouvrage, elle ne peut être parfaite, parce que l’original est plein d’imperfections»[23]. Il fallait donc inventer une formule éditoriale évolutive et amendable, susceptible d’être tenue à jour, de s’ajuster aux données de la recherche sans être aussitôt obsolète, d’être applicable à cette oeuvre aux proportions imposantes et aux ramifications tentaculaires.

C’est la raison pour laquelle, le programme Catena aurea  electronica, programme pluriannuel du Laboratoire d’excellence HASTEC (histoireet anthropologie des sciences croyances et savoir), labellisé “investissement d’avenir” par l’agence nationale de la recherche et soutenu par les partenaires institutionnels et les institutions du CNRS,  propose une édition numérique en ligne amendable afin de pouvoir mettre à jour régulièrement les textes édités. Si simple qu’en paraisse le concept, à une époque où l’homme est capable d’analyser jusqu’aux poussières d’étoiles perdues dans « le silence éternel des espaces infinis », sa réalisation est encore laborieuse.

La Catena aurea  sur Marc paraîtra dans une version électronique à l’automne sur le site Gloss-e.irht.cnrs.fr. dès que sera achevée la révision en cours du texte des apparats. Elle jouira désormais du statut de publication périodique et de « ressource continue augmentée et modifiée par des mises à jour intégrées », munie d’un numéro ISSN (ISSN 2802-4001)

La Catena aurea  electronica n’a d’autre ambition de fournir un instrument susceptible d’accompagner et rendre accessibles les évolutions de la recherche sur des terrains en constante évolution. Plus le support est maléable plus le contenu est susceptible d’intégrer les données nouvelles sans être totalement à refaire. Les éditions critiques sur papier ont donné longtemps l’illusion de procurer des textes gravés dans le marbre alors que rien ni personne n’échappe à l’usure du temps qui passe. Il en va de même, pensons-nous, pour la publication prématurée de résultats en cours de consolidation, surtout quand elle est faite sans l’accord des auteurs, en méconnaissance du travail effectué.

Quicquid latet apparebit… tantus labor non sit cassus !

Martin Morard

6 octobre 2021 – révision du 3.1.2022.

Responsable scientifique du projet Catena aurea  electronica et directeur du projet Gloss-e (Gloses et commentaires de la Bible latine glosée) https://gloss-e.irht.cnrs.fr/

[1] C’est-à-dire, dans le contexte : Catena graecorum Patrum dite de ‘Victor d’Antioche’ (CPG C125)

[2] Carmelo Giuseppe Conticello, « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission te oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249, ici p. 231.

[3] Art. cit. supra, p. 228, n. 61.

[4] Cf. Martin Morard, « Pour une lecture panoramique de la Bible latine glosée. Le programme Glossae Sacrae Scripturae electronicae », Revue Mabillon, n. s., t. 30 (= t. 91), 2019, p. 209-225.https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02428072, ici p. 231 : « Étendu dès 2009 à la problématique des bibles avec commentaires, le programme a intégré l’édition de la Catena aurea, commencée avec Giuseppe Conticello et Fabio Gibiino (2013-2018), et que nous poursuivons désormais avec Adele Di Lorenzo ».

[5] M. Morard, « Catena catenarum.  Status quaestionis sur l’édition critique en cours de la Catena aurea », Colloque international Thomas Aquinas and Church Fathers (Faculty of Theology, Nicolaus Copernicus University in Torun, Poland), 4-6 avril 2019. [Communication non publiée dans les actes du colloque, à paraître sous forme d’article dans un revue scientifique à comité de lecture].

[6] CPC C125.1 : 94 manuscrits ; CPG C125.2 : 28 manuscrits recensés d’après Parpulov (Georgi R.), Catena Manuscripts of the Greek New Testament: A Catalogue. Texts and Studies, Third Series, vol. 25, 2021, Gorgias Press, Piscataway (NJ-USA) qui complète et enrichi les données jusqu’ici disponibles par l’ajout de nombreux manuscrits conservés en Grèce, en Russie et dans les catalogues et fonds non exploités par la littérature scientifique antérieure, notamment J. Reuss, Matthäus, Markus und JohannesKatenen nach den handschriftlichen Quellen untersucht, Münster, 1941 (Neutestamentliche Abhandlungen 18.4‎–‎5), p. 118-147.

[7] C. F. Matthaei, Βίκτωρος πρεσβυτέρου Ἀντιοχείας καὶ ἄλλων τινῶν ἁγίων πατέρων ἐξήγησις εἰς τὸ κατὰ Μάρκον ἅγιον εὐαγγέλιον ex codicibus Mosquensibus, 2 vol., Moscoviae, 1775. La collation de Vg756 avec le texte de la version moscovite (Ed1775) montre une parenté particulière de la Catena / Vg756 avec le ms. A utilisé par Matthaei.

[8] https://gloss-e.irht.cnrs.fr/sources/catena [ce fichier ne sera plus accessible en ligne dès la publication de la seconde édition en préparation].

[9] Les collations entreprises à ce jours révèlent deux branches de transmission de la Catena aurea à partir de l’archétype : la branche B correspond à la tradition majoritaire issue d’un exemplar parisien – Π – à l’origine de la tradition imprimée. Les travaux ne sont pas encore assez avancés pour permettre d’identifier les particularités d’autres branches secondaires. Il est pourtant certains qu’elles existent. Alors que le nombre de pièces attestées pour la CMT et CIO est stable, on observe 4 schémas de peciae différents pour la CMC et trois pour la CLC.  La CLC de Linz (Li448) compte 48 pièces, partition attestée par un seul autre témoin (Br5), alors que les listes de taxation indiquent l’une 40 pièces et l’autre 47 pièces. La branche A (Linz Ka etc.), peu attestée mais que qualité constante pour les quatre évangiles, ne semble donc pas issue d’une tradition indépendante des exemplars parisiens puisque les quatre manuscrits de Linz (y compris Li446 semble-t-il) portent des indications de pecia. Il est possibile mais non certain que  la branche A corresponde à l’exemplar souche. Il est probable que la branche B réunisse les leçons de plusieurs exemplars secondaires voir d’exemplars corrigés. Il suffit pour l’instant de signaler que la question de l’exemplar n’est pas simple et que parler de textee universitaire, ou même de texte parisien comme s’il découlait tout uniment d’un seul exemplar parisien est un peu téméraire. Il est sûr en revanche que les manuscrits que nous associons à A proposent des leçons majoritairement plus proches du texte original des sources citées – et en particulier plus conformes au texte grec des chaînes inédites  et des commentaires sans version latine disponibles (par exemple CLC7d2.6 que la version majoritaire B attribue à Chrysostome alors que A [Li448 et Ka12] l’attribue correctement à Titus de Bostra). Cette qualité du rapport aux sources a déjà été relevée par les éditeurs léonins comme un critère de qualité des témoins (v. g. A. Dondaine, « Praefatio » § 109, in : Thomae de Aquino… Expositio super Iob, Leon. 26, 1965, p. 112*-113* ; nous l’avons également relevée dans le ms. de Bologne du Super Psalmos). Elle n’est pas incompatible avec de nombreuses erreurs de copies. Les leçons des manuscrits de la branche B, majoritaire, 1° corrigent une partie des erreurs accidentelles de A concernant les sources accessibles à la fin du 13e siècle ; 2° s’écartent plus souvent des sources premières difficiles d’accès, à quelques exceptions près  ; 3° correspondent à ce qu’il convient d’appeler ‘un nettoyage syntaxique de surface’ qui remplace les leçons difficiliores sed correctiores de A par des leçons faciliores sed deteriores.

[10] cf. M. Morard, « La Catena aurea  au goût du jour ? Citations et réécritures humanistes des traductions médiévales du grec par les éditeurs du XVIe siècle », 63e colloque international d’études humanistes « Parler avec les mots d’autrui : autour de la citation à la Renaissance »,  dir. Marie-Élisabeth Boutroue (CESR, CNRS) et Hélène Rabaey (Université du Havre, CESR), Tours, 1-2 juillet 2021). [résumé en ligne]

[11] Victoris Antiocheni In Marcum et Titi Bostrorum episcopi In Evangelium Lucae commentarii ; antehac quidem nunquam in lucem editi ; nunc verò studio & opera Theodori Peltani luce simul & latinitate donati. Accessit his Dionysii Alexandrini erudita Epistola de Dominico resurrectionis tempore, déque paschalis jejunii termino, Ingolstadt, 1580, [28]., 509 p. : traduction défectueuse – ou plutôt arrangée « pour correspondre aux paroles inspirées »-  du ms. Munich, Bayer. Staatsbibl., Gr. 99 (daté de 1543) édité par Poussines grâce à la copie que lui en avait envoyée Cordier. La traduction de Peltanus a contaminé jusqu’à l’édition d’Anvers de la Glose ordinaire (1634) alors que le texte médiéval ignorait cet auteur jusqu’à Thomas d’Aquin. La traduction de Peltanus a été intégrée dans la Magna Bibliotheca Patrum de Marguerin de la Bigne à partir de la col. 403 du tome 1 des éditions de 1624, 1644, 1654 (Victor ne se trouve pas dans le tome 1 de l’édition de 1618). Six éditions (1579, 1610, 1618, 1624, 1644, 1654)  étaient en effet parues avant que Jean Nicolaï ne publie sont édition de la Catena aurea qui identifiait pour la première fois la dépendance de Thomas à l’égard de la chaîne de Victor d’Antioche.

[12] Bataillon (Louis‎–‎Jacques), « La diffusione manoscritta e stampata dei commenti biblici di San Tommaso d’Aquino », Angelicum, 71, 1994, p. 579‎–‎590, ici p. 582. Voir aussi Bataillon (Louis‎–‎Jacques), « Olivi utilisateur de la Catena aurea de Thomas d’Aquin», dans Pierre de Jean Olivi (1248‎–‎1298), pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Actes du colloque de Narbonne (mars 1998), éd. Alain Boureau et Sylvain Piron, Paris, Vrin, 1999, p. 115‎–‎120 qui, cette fois-ci, identifie la chaîne de Victor d’Antioche comme source, mais en référence à Nicolaï et sans évoquer le problème posé par les deux versions de la chaîne C125.

[13] Clavis Patrum Graecorum, 5 vol.,Turnhout, 1974-2018 (Corpus Christianorum) ici t. 4: J. Noret, Concilia – Catenae, ed. 2, Turnhout, 2018, n° C125. J. Reuss, Matthäus‎–‎, Markus‎–‎ und Johannes‎–‎Katenen nach den handschriftlichen Quellen untersucht, Münster, 1941 (Neutestamentliche Abhandlungen 18.4‎–‎5), p. 118-147, ici p. 136.

[14] Pour la bibliographie, se reporter à Conticello 2020, Post-scriptum, p. 243.

[15] Ce constat n’implique aucunement que la recension brève (C125.1) ait retenu une proportion égale du texte de la recension longue (C125.2).

[16] Ces constats rejoignent les questions méthodologiques posées par J. Verheyden à l’étude des sources de la chaîne de Victor ; cf. J. Verheyden, «The So‎–‎Called Catena in Marcum of Victor of Antioch. Throwing Light on Mark with a Not‎–‎So‎–‎Little Help from Matthew and Luke», Studia patristica 91 (2017), 47‎–‎62. J. Verheyden, «A Puzzling Chapter in the Reception History of the Gospels. Victor of Antioch and his So‎–‎called “Commentary on Mark”», Studia patristica 63 (2013), 17‎–‎28.

[17] J’entends par ce terme un peu technique la densité des sentences et la façon dont ils abrègent un texte pour le ramener à l’essentiel. Si C125.1 est une abréviation de C125.2, on peut – toujours théoriquement – supposer que Thomas ait abrégé lui aussi C125.2 de la même manière que le caténiste auteur de C125.1. Mais le parallèle de la Catena et de C125.1 est trop fréquent pour que leurs manière d’abréger soit fortuite.

[18] H. Smith, «The Sources of Victor of Antioch’s Commentary on Mark», Journal of Theological Studies 19 (1917‎–‎1918), p. 138‎–‎141.

[19] Lamb (William R. S.), The “Catena in Marcum”: A byzantine anthology of early commentary on Mark, Leiden, Brill, 2012 (Texts and Editions for New Testament Study) [avec les remarques de  R. Ceulemans, Ephemerides Theologicae Lovanienses, 94 (2015), p. 745‎–‎749 ; J. K. Elliott, Novum Testamentum, 55/3 (2013), p. 308].

[20] Maria Pantelia, dir., Thesaurus linguae graecae. A Digital Library of Greek Literature (on line).

[21] https://www.catholiclibrary.org. L’absence d’indication des éditions utilisées par cet étrange mais précieux instrument, oblige, dans un second temps, de repérer les passages identifiées dans les éditions existantes à l’aide des instruments bibliographiques à disposition de tous, principalement et en l’occurrence la Clavis Patrum.

[22] Sur les sources de la chaîne de Victor et les origines de celles-ci le débat est loin d’être clos, voir en particulier. J. Verheyden, «The So‎–‎Called Catena in Marcum of Victor of Antioch. Throwing Light on Mark with a Not‎–‎So‎–‎Little Help from Matthew and Luke», Studia patristica 91 (2017), 47‎–‎62 ; J. Verheyden, «A Puzzling Chapter in the Reception History of the Gospels. Victor of Antioch and his So‎–‎called “Commentary on Mark”», Studia patristica 63 (2013), 17‎–‎28.

[23] Richard SIMON, Histoire critique des commentateurs du Nouveau Testament, Rotterdam, 1693, p. 473.

Index latin – grec des termes traduits dans la Catena aurea

Index graeco-latinus / latino-graecus translationum in Catena aurea

Citer ce billet : Martin Morard, "Index latin – grec des termes traduits dans la Catena aurea", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2588, version du 16/08/2022.

Les choix lexicaux des traducteurs  sont influencés par le contexte sémantique des sentences auquel on voudra bien se reporter.

Les formesconjuguées sont transposées à la première personne de l’indicatif actif (en cours)

Les formes déclinées sont transposées au masculin singulier (en cours)

Termes latins

Termes grecs

identifiants

auteurs traduits

autres traductions

absurde

ἀνιστορήτως

CLC3d8.9

Iulianus Africanus (Gregorius Nazianzenus)

 

absurde (non)

καταλλήλως

CLC1d9.2

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

absurdum

οὐκ ἔπρεπε

CLC1d25.6

Gregorius Nazianzenus

 

accelerantes

δρόμῳ

CLC24d1.14

Cyrillus

 

ad instar

οὐσίαν (κατ’)

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

ad limina domus

πρὸς ταῖς πύλαις τοῦ οἴκου

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

pro foribus domus = Rufin

ad plenum

ἀκρότατον (τὸ )

CLCprol.10

Metaphrastes (grecus)

 

ad presens

ἐνταῦθα

CLC1d10.21

Chrysostomus

 

adventus

παρουσίας

CMC

Chrysostomus

 

adventus

ἐπιδημία

CLC1d10.9

Gregorius Nyssenus

 

adventus

ἐπιδημία

CLC7d4.14

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

adversarius Dei

ἀντίθεος

CLC9d6.2

Damascenus

 

advocatus vel consolator

παράκλητος

CIO14d7.12

Gregorius Magnus

 

affectio

προαίρεσις

CLC6d11.3

Isidore de Peluse

 

affectu

εὐπάθειας

CMC

Chrysostomus

 

affectum

διάθεσιν

CMC

Chrysostomus

 

affectum

φίλτρον

CLC2d13.28

Nilus (grecus)

 

affectuose

περιπαθέστερον

CLC2d13.19

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

affectus

προαίρεσις

CLC6d5.6

Basilius

 

affectus

προθυμίᾳ

CLC24d1.20

Eusebius

 

alliciο

δελεάζο

CLC9d6.5

Damascenus

 

amans lacrymarum

Φιλόδακρυ

CLC23d4.8

Cyrillus

 

amenitas

χλιδῆς

CLC9d6.7

Damascenus

 

amictus

πρόβλημα

CLC9d6.5

Damascenus

 

amictus

περιβολῆς

CLC24d1.8

Eusebius

 

amplius

μειζόνως

CLC1d6.7

Chrysostomus

 

anima

ψυχῆς

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

animal

ψυχικὸς

CLC14d4.2

Cyrillus

 

animus

προαίρεσις

CMT5d1.19

Chrysostomus

animus (Burgundio)

aperio

φαίνω

CLC1d36.2

Chrysostomus

 

Apostolis

κορυφαίους

CMC

Chrysostomus

 

appareo

ὁράω (aor. pass.)

CLC24d4.6

Eusebius

 

appropriatio

οἰκείωσις

CLC1d11.3

Basilius

 

arcanum

κρύφιος

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

arguere

ἐλέγχω

CLC4d3.18

Maximus Confessor

 

argumenti (materia)

πιθανολογίον

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

ascensus

ἀνάβασις

CLC9d6.2

Damascenus

 

aspectus

ὄψις

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

aspicitur

προσβλέπεται

CLC9d6.7

Damascenus

 

assumere

παραδέχομαι

CLC1d11.11

Gregorius Nyssenus

 

assumpta carne

σαρκωθείς

CLC2d14.17

Amphiloquius (grecus)

 

attesto

ἐπαγγέλλω

CLC1d9.2

Nicetas Heracleensis (grecus)

 

attonitum, conturbatum

ταραττόμενον

CLC2d9.6

Photius (grecus)

 

avarissimi

πλεονεκτικώτατοι

CLC6d5.6

Basilius

 

Basilius

προαίρεσις

CLC6d5.6

Basilius

 

basim (super altam basim)

λίθου (ἐφ’ ὑψηλοῦ)

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

basis (in loco editiore) Rufin

basis

στήλῃ

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

basis = Rufin

bellicosi

γενναῖοι

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

beneficii

εὐεργεσίας

CLC1d25.4

Chrysostomus

 

beneficium

εὐαργεσία

CLC12d11.9

Isidore de Peluse

 

beneficium

εὐκαιρία

CLC12d11.9

Isidore de Peluse

 

bone

ἀρίστης

CMC

Chrysostomus

 

bonitas

ἀρετή

CLC1d6.3

Chrysostomus

 

bravia

ἔπαθλα

CLC24d7.4

Chrysostomus

 

caterva

πληθὺς

CLC7d5.6

Cyrillus

 

causa

αἴτιός

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

causa brevitatis

συντόμως εἶπεν

CMC

Chrysostomus

 

causas

προφάσεις

CMT

Chrysostomus

occasiones (Burgundio < Nemesius)

caute

ἀπορητικῶς

CMC

Chrysostomus

 

celestes

φίλας

CLC15d2.5

Gregorius Nazianzenus

 

celestes (virtutes)

φίλας (δυνάμεις)

CLC15d2.5

Gregorius Nazianzenus

 

celestes spiritus

λειτουργικὰ πνεύματα

CLC1d8.2

Basilius

 

celibatum

παρθενίαν

CLC1d10.4

Photius (grecus)

 

certifico

ἱδρύω

CLC24d5.1

Cyrillus

 

certifico

πληροφορέω

CLC24d5.1

Cyrillus

 

certus

ἀκριβῶς

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

character

τύπῳ

CLC1d11.11

Gregorius Nyssenus

ciborum fomentis

τροφῆς’

CLC24d5.4

Theodoretus Cyrensis (grecus)

 

clanculo

λάθρα

CLC2d13.6

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

claritatis

φωτὸς ὑπερλάμπρου 

CMC

Chrysostomus

 

claustrum

μήτρα

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

cogitatio

ἀπορία

CLC24d1.7

Cyrillus

 

cognatio

συγγενεία

CMC3d6.5

Chrysostomus

 

cognitio

γνῶσις

CLC1d11.3

Basilius

 

collegium (salvandorum)

μοῖρα (τῆς σωζομένης )

CLC3d5.13

Photius (grecus)

 

collocutionem

ὁμιλίαν

CMC

Chrysostomus

 

colo

θερᾰπεύω

CIO4d4.15

Chrysostomus

curo (Burgundio)

commendantes

ἐπιτηδεύοντας

CMC

Chrysostomus

 

compareo

φανῆναι

CLC24d6.13

Chrysostomus

 

conceptio

τόκος

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

concordia

ὁμόνοιαν

CIO10d4.20

Chrysostomus

 

concordia

συμφωνίαν

CLC2d5.10

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

condigna

σύμφωνα

CLC11d3.4

Sévère d’Antioche (grecus)

 

conditio

γνώμην

CMC

Chrysostomus

 

congeries

χορόν

CLC9d6.2

Damascenus

 

congruenter

σύνδρομον

CLC1d10.12

Cyrillus

 

coniux

γυναῖκα

CLC3d6.4

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

uxor (Vulgata)

coniux

ἀνδρός

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

consanguinei

συγγενεία

CMC3d6.6

Chrysostomus

 

conscientia

συνείδησις

CLC1d20.3

Macarius Aegyptii (grecus)

 

conscripserunt

ἐναπέθετο

CLC1d25.4

Chrysostomus

 

conservorum

θεραπόντων

CLC9d6.7

Damascenus

 

consilium

οἰκονομία

CLC1d16.1

Origenes (grecus)

 

consistentiam

κατάστασις

CLC1d15.5

Basilius

 

consonus

πρόσφορος

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

contego

ὑποκρύπτων

CLC9d6.5

Damascenus

 

continere

κρατεῖν

CMT5d16.7

Chrysostomus

 

continue ?

μάλιστα

CMT5d16.7

Chrysostomus

 

contubernia

ἐνοίκησιν

CMC

Chrysostomus

 

contumax

ῥιψοκινδύνου

CLC1d6.1

Chrysostomus

 

conveniens

ἀγαπητός

CMT4d6.8

Chrysostomus

amabilis (Burgundio)

convenit

σύμφωνα

CLC1d13.20

Origenes

 

conversantes libentius

ἐμφιλοχωροῦντες

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

conversari

πολιτεύεσθαι

CLC1d33.1

Chrysostomus

 

conversari

συναπάγω (κατεπαίρεσθαι)

CLC4d8.3

Cyrillus

 

conversari

διατρίβω

CLC19d2.21

Evagrius Ponticus (grecus)

 

conversatio

πολιτεία

CLC21d2.6

Athanasius / Nicetas

 

conversatio

πολιτεία

CLC3d2.13

Cyrillus

 

conversatio

πολιτεία

CLC6d7.4

Cyrillus

 

conversatio

πολιτεία

CLC12d10.17

Dionysius

Jean Sarassin

conversatio

ὁμιλίας

CLC2d13.27[1]

Ioannes Geometra (grecus)

 

conversatio

πολιτεία

CMC4d2.3

Theophylactus

 

copiose

μετ’ ἀφθονίας

CMC

Chrysostomus

 

copiosus

ἄφθονος

CLC12d10.17

Dionysius

 

copula coniugalis

γάμος

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

cor

διανοίας

CMC

Chrysostomus

 

corpus

φύράμα

CLC24d7.6

Chrysostomus

 

corpus

σαρξ

CLC14d4.7

Cyrillus

 

corpus

σαρξ

CLC9d6.5

Damascenus

 

corpus

σαρξ

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus

 

corpus

σαρξ

CLC1d11.7

Gregorius Nyssenus

 

corruptela

λοχεία

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

credere => credimus

πυνθάνομαι => πυνθανόμεθα

CMC9d2.6

Chrysostomus

 

cultura

λατρεία

CIO4d4.15

Chrysostomus

cultura (Burgundio)

cur

πῶς (ἂν)

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

cura

λόγος

CLC22d9.13

Basilius

 

curam esse

μέλειν

CMC

Chrysostomus

 

curate

ἐπίτηδες

CMT

Chrysostomus

 

de levi

προχείρως

CMC

Chrysostomus

 

de medio tollitur

περιαιρεθῇ

CLC1d37.2

Chrysostomus

 

de necessariis

ἀναγκαίων πραγμάτων (περὶ)

CMT5d1.3

Chrysostomus

 

decens

προσήκουσα

CMT4d6.8

Chrysostomus

decens (Burgundio) ; digna (Anianus) 

decenter

εἰκότως

CLC9d6.5

Damascenus

 

decet

προσδοκητέον

CMC

Chrysostomus

 

deificatio

θεώσεως

CLC9d6.5

Damascenus

 

demonibus detenta

δεισιδαιμονίᾳ

CMC

Chrysostomus

 

descensum

συγκατάβασιν

CLC9d6.7

Damascenus

 

describit

παρενέγραψε

CLC2d11.3

Gregorius Nyssenus

 

deservio

ὑπηρετέω

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

designo

παρέφαινο

CLC24d1.8

Eusebius

 

destruere

καταλύω

CMC1d13.8

Chrysostomus

 

detinebatur

διήλεγξεν

CMC8d3.4

Chrysostomus

 

dicens

ἐπαγαγοῦσα

CLC1d16.1

Chrysostomus

 

dictum

φωνήν (τὴν)

CLC1d9.7

Geometra (grecus)

 

dies novissimus

ἡμέρα  (τῆς συντελείας )

CLC24d6.13

Chrysostomus

 

difficile

Δύσκολοσ

CLC18d5.1

Theophylactus

 

diffidere

διαπιστέω

CLC1d6.1

Chrysostomus

 

dignior

κορυφαῖος

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

dignis

θεοπρεπῶν

CLC23d6.3

Sévère d’Antioche (grecus)

 

dilectio

ϕιλανθρωπία

CMC4d1.16

Chrysostomus

 

diligentiam

εὐλαβοὺς γνώμης

CLC18d2.3

Asterius (grecus)

 

diploidis

διπλοΐδα

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

stola = Rufin

discepto

διαλέγω

CLC24d4.1

Cyrillus

 

discipulos

ἀποστόλοις

CMC

Chrysostomus

 

discubitum

ἀνάκλισιν

CLC12d10.17

Dionysius = Traversarius cum Lc. 22, 37

reclinatio (Sarracenus)

dispendia

ίνδυνος

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

dispensatio

οἰκονομία

CLC12d3.13

Athanasius / Nicetas

 

dispensatio

οἰκονομία

CMC1d12.6

Chrysostomus

 

dispensatio

οἰκονομία

CMC4d3.3

Chrysostomus

 

dispensatio

οἰκονομία

CMT1d1.6

Chrysostomus

Burgundio

dispensatio

οἰκονομία

CLC11d1.2

Cyrillus

 

dispensatio

οἰκονομία

CLC15d2.5

Gregorius Nazianzenus

 

dispensatio

οἰκονομία

CLC4d10.4

Victor Antiochenus

 

dispensatio

οἰκονομία

CLC4d10.4

Victor Antiochenus

 

dispensatio

οἰκονομία

CMC1d6.7

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

dispensative

οἰκονομία (κατ᾿οἰκονομίαν)

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

dispositio

οἰκονομία

CMC1d5.1

Chrysostomus

 

disputationi

διάλεξιν

CLC2d13.6

Photius (grecus)

 

disseruit

φθέγγεται

CLC2d11.7

Gregorius Nyssenus

 

distinctionis (in signum)

διατάττεται (σημείου χάριν τῷ διατάττεται)

CLC1d25.10

Chrysostomus

 

divinis aspectibus

κυρίῷ  (τῷ)

CLC3d1.11

Gregorius Nyssenus

 

divitie

χρήματα

CLC18d5.1

Theophylactus

pecunias (Vulgata)

divulgo

κηρυχθῶσιν

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

docens

παρασκευάζω

CLC2d13.22

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

doctore

διδάσκοντί

CMC

Chrysostomus

 

doctrina

διδασκαλίας

CMC

Chrysostomus

 

dolor, mestitia (en opposition à gaudium)

λύπη

CLC1d9.2

Chrysostomus

 

dominium habere

κυριεύουσιν

CLC8d6.20

Athanasius / Nicetas

 

donatio

χορηγία

CMC

Chrysostomus

donatio (Sarrasin)

donatio

χορηγία

CLC12d10.17

Dionysius

Iohannem Sarracenum, eusebius Vercellensis

donum

χορηγία

CLC4d4.17

Cyrillus

 

donum

ἀγαθὰ

CLC1d11.6 [2]

Gregorius Nyssenus

 

dubitatio

πάθος

CMT11d2.15

Chrysostomus

dubitatio (Burgundio Vat. lat. 383²)

dubitatio

πάθος

CMT11d2.15

Chrysostomus

passio (Burgundio)

dubium

ἀπορία

CLC1d11.5

Geometra (grecus)

 

ducebantur

πίπτω

CLC24d1.7

Chrysostomus

 

duritia

ἀπείθεια

CLC1d9.7

Chrysostomus

 

effectus

ἐνέργεια

CLC4d9.3

Cyrillus

 

eminus

πόρρωθεν

CLC1d34.5

Chrysostomus

 

emolumenta

ἐπικαρπίας

CLC9d6.7

Damascenus

 

eneus

χάλκεος

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

aereus = Rufin

enormis

ἀπρεπὲς

CLC1d10.17

Chrysostomus

 

enormis

κατηγορίαν

CLC3d8.10

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

enormis

ἀταξίᾳ

CLC10d2.3

Isidorus Pelusiota

 

enormiter agere

παρανομεῖν

CLC23d10.5

Athanasius / Nicetas

vitium (Evagre) legistransgressores esse (vetustissima translatio)

enumerat

ἱστορῶν

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

equiparantiam (honestatis)

ὁμοιτροπίαν (εὐσεβείας)

CLC3d8.10

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

esse

εἰσελθεῖν

CMC

Chrysostomus

 

eternus

ἀτελεύτητος

CLC1d10.23

Geometra (grecus)

 

ex inspirato

παρ’ ἐλπίδας

CLC1d24.2

Chrysostomus

 

excitare

διαστῆναι αὐτὴν καὶ βαδίζειν ἐκεύλευσεν 

CMC

Chrysostomus

 

exemplar

παράδειγμα

CLC6d5.6

Basilius

 

exemplum

διηγήματα

CLC1d12.1

Chrysostomus

 

existunt

πορεῦονται

CLC1d34.5

Chrysostomus

 

expedito

πληρώσαντες

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

expers

ἀνώτερος

CLC7d2.13

Maximus Confessoris ( ?)

 

expers (coniugi sum)

γινώσκω (ἄνδρα)

CLC1d11.6

Chrysostomus

 

expers fuisse

γινώσκω : ἐγίνωσκες

CLC1d11.6

Chrysostomus

 

expositorum (CMT)

σαφηνίζοντι τὴν λέξιν

CMC

Chrysostomus

 

exprimit

αἰνιγματίζει

CLC2d14.10

Photius (grecus)

 

exquisita

ἀκριβῆ

CIO5d9.18

Chrysostomus

 

exquisita Scriptura

ἀκριβῆ ἀντιγράφων

CMC5d1.3

Chrysostomus

 

exquisitio

ἀκρίβεια

CMC5d1.14

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

extollo apicibus

ἐπαινέω

CLC1d12.7

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

exuberantia

ὕπερβολἠν

CLC1d11.6

Gregorius Nyssenus

 

facere

κατασκευάζων

CLC23d6.13

Athanasius (grecus) / Nicetas

 

facili (videri de)

τρανῶς

CLC9d6.7

Damascenus

 

facilis

ἀνώδυνος

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

facilius

ῥᾷστα

CLC9d6.7

Damascenus

 

famuli

δοῦλοι

CLC9d6.7

Damascenus

 

fatum

εἱμαρμένην

CMT

Chrysostomus

 

fecunditas (fecunda)

ἀρετή

CLC1d9.2.2c

Geometra (grecus)

 

fervor

ἀρετή

CMC2d3.12

Theodorus Mopsuestenus

 

fetus

βρέφος

CLC1d7.3

Origenes

infans = Jérôme

fide (et ratione)

βεβαίως (παρρησίας καὶ )

CLC1d1.5

Origenes > Jérôme

 

fide distantia (a fide…)

ἀσέβεια

CLC1d37.2

Chrysostomus

impietatem (Burgundio)

fidem

διδασκαλίας

CMC

Chrysostomus

 

fiducia

ἄδεια

CLC1d33.1

Chrysostomus

 

fiducia

παῤῥησίαν

CLC9d6.7

Damascenus

 

fiducialiter

παρρησιαστικώτερον καὶ καὶ

CLC2d13.19

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

flexibilis

εὐδιάθρυπτος

CLC23d4.8

Cyrillus

 

focus superbie

ἀλαζονεύεσθαι

CLC1d16.6

Chrysostomus

 

foetus

παῖς (ἐγκυμονουμένος)

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

formido

δειλιῶσα

CLC1d4.10

Athanasius / Evagre

 

frequenter

Ὁρᾶς

CMC

Chrysostomus

 

fulgere

ἀνακαίω

CLC1d27.2

Chrysostomus

 

futurum

τὸν καιρὸν

CLC3d5.13

Photius (grecus)

 

gaudium

ἡδονὴν

CLC1d24.2

Chrysosotome

 

gaudium

ἡδονή (καθαρά)

CLC24d6.13

Chrysostomus

 

geminatio

διπλασιασμός

CLC13d6.8

Chrysostomus

 

geminatio

ἐπαναδίπλωσις

CLC13d6.9

Clemens Alexandrinus (grecus)

 

gerere virtuose

κατορθοῦν

CLC22d9.13

Basilius

 

gloriam

δόξαν

CMC

Chrysostomus

 

gratia divina favente

ἐκ θείας χάριτος

CLC1d25.4

Chrysostomus

 

gubernator

ἡνίοχος

CLC23d8.5

Evagrius Ponticus (grecus)

 

habere postestatem tribuendi

ἔστι παρασχεῖν

CMC

Chrysostomus

 

habita opinio

ἀπόνοια

CLC3d5.4

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

habitu

σχέσει

CMC

Chrysostomus

habitudine (Burgundio < Chrysostomus)

hamo

δελεάζο

CLC9d6.5

Damascenus

 

holocausta

καρπωμάτων συνθέσεως (τῶν)

CMC

Chrysostomus

 

hominum

παρὰ τῶν λογικῶν ἁπάντων

CMC

Chrysostomus

 

honestas

εὐλάβεια

CLC24d7.8

Nicetas Heracleensis (anepigraphus /grecus)

 

honorare

προτιμᾷ

CMC3d6.6

Chrysostomus

 

horam

καιρὸν

CLC1d23.6

Metaphrastes (grecus)

 

hostes

τυραννούντων

CLC1d19.4

Chrysostomus

 

humanato

ἐνανθρωπήσαντι

CLC1d21.2

Basilius

 

humanitas

οἰκονομία

CMC3d1.6

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

humilitatem

ταπεινοφροσύνῃ

CMC

Chrysostomus

 

humiliter

ἀνθρωπινώτερον

CLC2d13.19

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

iactantie

κενοδοξίας

CLC1d2.9

Origenes

Ambroise in Lc.

iconomus sive dispensator

οἰκονόμος

CLC18d5.1

Theophylactus

 

id quod non conveniebat

ἀτοπίαν

CMC

Chrysostomus

 

idoneus

δεκτικός

CLC24d6.16

Chrysostomus

 

ignorantia

ἀμαθία

CMT6d20.9

Gregorius Nyssenus

 

ignorus Dei

ἀθέος

CLC24d4.9

Gregorius Nazianzenus

 

illibata

παρθένος

CLC1d17.2

Titus

 

immaculatus

ἀμόλυντος

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

immutabili

Ἀτρέπτοις καὶ ἀκινήτοις

CLC1d31.4

Basilius

 

impermixtum

ἀμιγές

CLC1d25.10

Chrysostomus

 

incarnatio

οἰκονομία

CIO1d1.1

Chrysostomus

dispensatio (Burgundio)

incarnatio

οἰκονομία ἀνθρωπίνως

CLC1d10.23

Geometra (grecus)

 

incredulitas

ἀπιστία

CLC1d18.3

Chrysostomus

 

indeterminate

ἀορίστως

CLC6d5.19

Damascenus

 

indicia

γνώρισμα

CLC1d11.11

Gregorius Nyssenus

 

indicium

σημεῖα γνωρίσματά

CLC24d1.8

Eusebius

 

industria

σύνεσις

CLC1d12.1

Chrysostomus

 

indutiae

χρόνῳ

CLC3d5.13

Photius (grecus)

 

infidelitas

πίστεως ἀτελές (τὸ τῆς)

CMC8d3.4

Chrysostomus

 

innocentia

ἀπλότης

CLC2d3.2

Chrisostomus (revera Origenes)

 

inopinatus

παράδοξος

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

insidiae

ἐπιϐουλή

CLC4d3.18

Maximus Confessor

 

insitum

παγῆναι

CLC9d4.11

Chrysostomus

 

insitum

φυτευθὲν

CLC9d4.11

Chrysostomus

 

inspero

παρασκευάζω

CLC1d24.2

Crysostome

instantia

ἐναντί̆ωσις

CLC1d12.7

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

instigari

ὀχλούμενοι

CLC3d3.10

Maximus Confessor

 

instituo legem

promovere sanctionem

νομοθετέω

CLC2d14.3

Geometra (grecus)

 

instruo

Μυσταγωγηθεῖσαι

CLC24d1.14

Cyrillus

 

intellectum

ἐννοίας

CLC10d6.21

Cyrillus / Niceta

= διανοίας PG 75 (Cyrillus )

intensius

τρανότατον

CLC9d6.7

Damascenus

 

intentio

διανοίᾳ

CLC1d14.2

Basilius

 

intentio

διανοίᾳ

CMC

Chrysostomus

 

interim

τέως

CMT4d6.8

Chrysostomus

interim (Burgundio)

inverecunde

ἀναισχύντως

CIO11d8.8

Chrysostomus

= Burgundio

iubar

φῶς

CLC11d1.13

Cyrillus

 

iubar

αἴγλη

CLC2d9.13

Photius (grecus)

 

iussio

ἐπιτιμήσισ

CLC22d9.13

Basilius

obiurgio (Ed1657)

iustitiam

ἀλήθειαν

CMC7d1.6

Chrysostomus

 

labor

πόνος

CIO10d4.19

Chrysostomus

 

lacrimor

 θρηνέω

CIO11d6.7

Chrysosotomus

= lacrimor(Burgundio)

latenter

αἰνιττόμενος

CMT11d2.15

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

latenter

λαθών

CLC2d13.6

Geometra (grecus)

 

lectio

ἀναγνώσις

CIO5d9.18

Chrysostomus

 

leviter

ἁπλῶς

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

liberalis

ἄφθονος

CLC4d4.17

Cyrillus

 

limbus

βάθος (ἀχανὲς)

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

limen

πύλη

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

foris = Rufin

locutionis

καταστάσεως

CLC2d13.27[1]

Ioannes Geometra (grecus)

 

loquendi

ὁμιλῆσαι

CLC2d13.27[1]

Ioannes Geometra (grecus)

 

luchnus

θρυαλλίδα

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

luxus

ἡδονή

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

magis

μειζόνως

CMC1d13.8

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

magister

διδάσκαλος

CLCprol.13

Chrysostomus

didascalum (Burgundio)

magister

διδάσκαλος

CMCprol.6

Chrysostomus (Catena graecorum patrum)

 

magisterium

διδάσκαλος

CMT5d3.10

Chrysostomus

magister (Burgundio) magisterium (Anianus)

magnalium

θαυμασίων

CLC1d11.3

Basilius

 

maledictio

κατάρας

CLC24d1.14

Cyrillus

 

malignos

σκαμβός

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

malus

κακος

CLC6d11.3

Isidore de Peluse

 

malus

πονηρος

CLC6d11.3

Isidore de Peluse

 

manere apud

καταλύω

CLC4d8.3

Cyrillus

 

maneria

εἶδος

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

mansio

μερίς

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

manuducens

ὁδοποιῶν

CLC9d6.2

Damascenus

 

materialem

αἰσθητὸν

CLC1d37.2

Chrysostomus

sensibilis (Burgundio)

materialis

σωματικοῦ

CLC1d10.20

Basilius

 

materialis

κατὰ  σάρκα

CLC1d27.4

Chrysostomus

 

materiam

ὑποθέσεως

CMC

Chrysostomus

 

melius

ὑψηλοτέρα

CLC8d1.4

Isidore de Peluse

 

mente

καρδίαν (κατὰ)

CMC

Chrysostomus

 

mentis

διανοίας

CMT9d5.6

Chrysostomus

mens (Burgundio)

merces

εὐτελὲς

CMC9d5.12

Chrysostomus

 

minister

ὑπηρέτης

CLC1d10.2

Chrysostomus

 

ministerium

διακονίᾳ

CLC1d11.6

Chrysostomus

 

ministras

μύστιδας

CLC15d2.5

Gregorius Nazianzenus

 

ministris Verbi

ὑπηρετῶν τοῦ λόγου 

CLC1d1.22

Photius (grecus)

 

mirabilia

παράδοξα

CMC

Chrysostomus

 

mirabiliori

παραδόξου

CLC1d4.4

Chrysostomus

 

miracula

σημεῖα

CMC

Chrysostomus

 

miraculi

θαυματοποιΐας

CLC2d14.1

Chrysostomus

 

miraculosum

παράδοξος

CLC1d13.22

Origenes

 

miraculum

σημεῖα

CMC2d1.3

Catena graecorum patrum

miracula / θαύματα (Chrysosotome)

miraculum

θαῦμα

CLC2d10.1

(grecus)

 

miraculum

κατόρθωμα

CLC1d17.4

Titus

 

miranda

θαυμασία

CLC2d13.19

Geometra (grecus)

 

miranda

θαυμασία

CLC2d5.6

Photius (grecus)

 

miseriam

ταπείνωσιν

CMC

Chrysostomus

 

misericordia

ϕιλανθρωπία

CLC2d14.11b

Cyrillus

 

misericordia

ϕιλανθρωπία

CLC5d7.1

Cyrillus

 

misericordia

εὐσπλαγχνία

CLC6d5.19

Damascenus

 

modestiam

μέτριον

CMC

Chrysostomus

 

monumentum

μνήμα

CLC23d10.5

Athanasius / Vetustissima translatio

sepulchrum (Evagre)

mora

ζωῆς

CLC2d9.4

Basilius

 

mora

χρόνοσ

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

moram debitam

χρόνος

CLC2d6.3

Maximus Confessor

 

morbo detenta

ἀσθενοῦσα

CLC8d7.11

Asterius / Photius (grecus)

 

multitudinis

παρὰ τῶν πολλῶν

CMC

Chrysostomus

 

multitudo

πλῆθος

CMC

Chrysostomus

 

multitudo

πλῆθος

CMC

Chrysostomus

 

multitudo

άποπλήρωσις

CLC12d10.17

Dionysius

 

mundum

οἰκουμένης

CLC24d6.8

Eusebius

 

mysterium

οἰκονομία

CLC1d14.2

Basilius

 

mysterium

μυστήριον

CLC24d1.14

Cyrillus

 

nanciscor

ἔλαβε

CLC1d27.2

Chrysostomus

 

narrare

προμηνύω

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

narratio (narrationis ordinem)

διαφόρους

CMC

Origenes

 

naturam

εἶδος (τὸ)

CMC

Chrysostomus

 

naturam

φύραμα

CLC1d10.6

Sévère d’Antioche (grecus)

 

necessitas

ίνδυνος

CLC3d8.6

Gregorius Nazianzenus

 

negotium

οἰκονομία

CLC1d1.5

Origenes

 

negotium

ἐνέργεια

CLC1d17.4

Titus

 

nequam

παράνομος

CLC23d3.15

Chrysostomus

nihil

ἀφᾰνισμός

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

nomina

προσηγορίᾳ

CLC1d25.4

Chrysostomus

 

non absurde

καταλλήλως

CLC1d9.2

Chrysostomus

 

non excogitatis

προσδοκωμένων (οὐ)

CMC

Chrysostomus

 

non sine causa

ἁπλῶς (οὐ ἁπλῶς )

CMC4d1.5

Chrysostomus

non simpliciter (Burgundio)

nondum

Οὐδέπω

CLC3d3.10

Maximus Confessor

 

nota

ἐπίσημός

CMC

Chrysostomus

 

notitia

κατανόησις 

CLC1d11.3

Basilius

 

novissimus dies

συντελείας (ἡμέρα τῆς)

CLC24d6.13

Chrysostomus

 

nuntio

ἀπαγγέλλουσα

CLC24d1.14

Cyrillus

 

nuntius

διακόνου

CLC1d6.3

Chrysostomus / Nicetas

ἄγγελος / angelus

obicere

λέγειν

CLC2d6.4

Epiphanius

 

oblatio

ἱεράτευμα

CIO4d4.16

Origenes

 

obliquus

σκολιός

CLC8d6.16

Maximus Confessor

 

obtinuit

ἔσχε

CLC3d8.9

Iulianus Africanus (Gregorius Nazianzenus)

 

obtulere

ἀνατίθημι

CLC3d1.11

Gregorius Nyssenus

 

occulte

αἰνιττόμενος

CIO19d7.2

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

occulte

 

CMT19d5.3

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

occulte[1]

αἰνιττόμενος

CIO8d8.1

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

occulte (+ insinuo)[2]

αἰνιττόμενος

CIO21d6.1

Chrysostomus

enigmatice (Burgundio)

oculata fide

αὐτοψίᾳ

CLC2d5.6

Photius (grecus)

 

oculus

ὄμμα

CMT5d16.7

Chrysostomus

 

olim

ἀεὶ

CLC2d4.2

Chrysostomus

 

omnium donorum

παντοδαπῶν ἀγαθῶν

CMC

Chrysostomus

 

opera

πράξεις

CLC5d4.23

Gregorius Nazianzenus

 

opera

πράξεις

CLC2d14.10

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

operationes

πράξεις

CMT2d1.28

Gregorius Nyssenus / Nemesius

gestiones (Burgundio)

opere

βίῳ (τῷ)

CLC2d14.3

Geometra (grecus)

 

opibus

θησαυρῶν

CLC6d5.6

Basilius

 

opprobriu

ὕβριν

CLC5d4.17

Titus

 

ops

θησαυρός

CLC6d5.6

Basilius

 

oras (usque ad)

κρασπέδου

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

indumenti fimbriam = Rufin

orationes

λιτὰς

CMC

Chrysostomus

 

orationes

λιτὰς

CMC1d12.2

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

orbis

κτίσις

CLC2d2.9

Nicetas in Lc. (grecus)

 

orbis

οἰκονομία

CLC2d12.9

Theophylactus

 

ordo (narrationis ordinem)

καιροὺς (κατὰ διαφόρους)

CMC1d3.13

Origenes

 

ortus

λοχεία

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

ostendit

Ἐπιτεμόμενοι

CMC

Chrysostomus

 

ostensio

ἔνδειξις 

CLC24d4.6

Eusebius

 

ostentatio

κόμπον

CMC

Chrysostomus

 

parens

μήτηρ

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

paro (fait naître, implante

ἐμφύω

CLC1d11.11

Gregorius Nyssenus

 

parvipendo

ἐξευτελίζω

CLC4d5.3

Chrysostomus

vilipendo (Burgundio)

passio

οἰκονομία

CMC8d4.10

Victor Antiochenus (Chrysostomus)

 

passionem

σφαγὴν

CLC22d5.14

Eutychius (grecus)

 

passionem

σφαγήν

CLC22d5.14

Evagrius Ponticus (grecus)

 

passionem sustinere

παθεῖν

CMC

Chrysostomus

 

pati

ἐπαναντλέω

CLC6d5.20

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

patratores sceleris

κακουργοὶ

CLC1d32.1

Chrysostomus

 

pauperes

ἐνδεὴς

CLC6d5.6

Basilius

 

paupertas

πτωχοὶ

CLC6d5.6

Basilius

 

penitentia

μετανοία

CLC3d3.10

Maximus Confessor

 

pensandum

ἡγητέον

CIO4d4.16

Origenes

 

penuriam

πτωχεῖαν

CLC2d2.9

Metaphrastes (grecus)

 

percipere

μανθάνω

CLC24d1.14

Cyrillus

 

peregrinatio

ξενιτείας

CLC2d2.9

Nicetas in Lc. (grecus)

 

perfectionem

τελείαν

CMC

Chrysostomus

 

perfulgentes

λευκῆς

CLC24d1.8

Eusebius

et fulgentes (Ed1657)

pergere (pergebant)

πράσσω (ἔπραττον)

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes(grecus)

 

perpetuam

αιωνίαν

CLC12d10.17

Dionysius

eternam (Sarracenus)

petebant

ἐζήτουν

CMC

Chrysostomus

 

philosophia

φιλοσοφία

CLC2d3.2

Chrysostomus

pietas

φιλανθρωπία

CLC23d3.15

Chrysostomus

 

pietas

ἔλεος

CLC23d4.8

Cyrillus

 

pietas

ἔλεος

CLC1d18.3

Victor Antiochenus

 

pietas

φιλανθρωπία

CLC1d18.3

Victor Antiochenus

 

pium

φιλάνθρωπον

CLC9d6.7

Damascenus

 

planta

βοτάνης

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

herba = Rufin

potestas

ἐξουσία

CLC8d6.20

Athanasius / Nicetas

 

potestas

παῤῥησίᾳ

CLC24d4.6

Eusebius

 

potestas

παῤῥησίᾳ

CLC24d4.6

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

precamina

λιτὰς

CLC18d2.3

Cyrillus (grecus)

 

precipuum

κρημνὸς

CMC

Chrysostomus

 

prehonorare

προτιμᾷ

CMC36.5

Chrysostomus

 

prelatura

προεδρίας

CLC3d8.2

Gregorius Nazianzenus

 

preparo

προωδοποίει

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

presentia

ἐπιφανεία

CLC2d5.11

Athanasius

 

presidem

πρόεδρον

CLC9d6.2

Damascenus

 

presto -are

πρυτανεύω

CLC2d5.6

Photius (grecus)

 

prestolabatur

προσεδέχετο

CLC2d9.13

Photius (grecus)

 

prestolabatur

ἀνέμενε

CIO20d3.3

Theophylactus

 

prestolari

προσδοκᾷν

CMT7d7.5

Chrysostomus (Burgundio)

sperare (Anianus)

prestolo

προσδεχομένη

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

pretium

ευτελής

CMC

Chrysostomus

 

pretium

εὐτελὲς

CMC9d5.12

Chrysostomus

 

processus

ὁρμή

CIO10d4.19

Chrysostomus

 

processus

ῥεῦμα

CLC3d8.23

Gregorius Nazianzenus

 

processus (mirandus)

παράδοξος

CLC2d4.9

Chrysostomus

 

profanum (matrimonium)

κακὸν (ὁ γάμος)

CLC1d11.6

Chrysostomus

 

promens

δεικνύς

CLC24d1.8

Eusebius

 

promitto

ἐπαγγέλλω

CIO8d8.1

Chrysostomus

 

promo

δείκνυμι

CLC24d1.8

Eusebius

 

promulgare, propagare, tradire

παραδιδόναι

CMC

Chrysostomus

 

promulgo

ἐκπέμπω

CLC2d1.6

Chrysostomus

 

propinquior

ἐγγύτερος

CMC

Chrysostomus

 

protoplastus

Ἀδὰμ

CLC1d20.3

Macarius Aegyptii (grecus)

 

providus

ἐπιστρεφὴς

CLC2d13.27[1]

Ioannes Geometra (grecus)

 

provisio (divina)

οἰκονομία (Θεία)

CLC1d13.20

Origenes

 

provisionem

ἐπισκοπὴν

CLC1d27.4

Chrysostomus

 

provocationem

ἐκβολὴν

CMC

Chrysostomus

 

prudens

σοφὴν

CLC1d9.7

Geometra (grecus)

 

prudens

σοφός

CLC24d3.2

Isidore de Peluse

 

prudenter

συνετῶς

CLC2d13.16

Ioannes Geometra = Nicetas

 

pudicitia

ἁγνείας

CLC1d10.4

Photius (grecus)

 

pulcher

καλος

CMT5d16.7

Chrysostomus

bonus (Burgundio)

punitivus

τιμωρητικόσ

CLC14d4.6

Theophylactus (grecus)

 

purificatio

προσφορὰ

CMC

Chrysostomus

 

qualitercumque

ἁπλῶς

CLC1d18.3

Victor Antiochenus

 

quantum ad

ὅσον ἐπὶ

CIO4d4.11

Origenes

 

querere

θηρᾶσθαι

CMT

Chrysostomus

 

queritur

ἀπορούμενα

CMC

Chrysostomus

 

queritur

ἀπορούμενα

CMC

Chrysostomus

 

quoad

ὅσον ἐπὶ

CIO4d4.11

Origenes

 

quomodocumque

ἁπλῶς

CLC1d17.2

Titus

 

ratio

λόγος

CMT

Chrysostomus

 

rationabiliter

λογικῶς

CLC2d13.16

Ioannes Geometra = Nicetas

 

ratione (fide et)

παρρησίας (καὶ βεβαίως)

CLC1d1.5

Origenes > Jérôme

 

receperant per oracula

χρηματισθέντες

CLC2d12.4

Simeon Metaphrastes = (grecus)

responso accepto (Vulgata)

recessus

ἀναχώρησις 

CLC9d5.6

Basilius Caesariensis

 

redargutio

βδελυρᾶς δοκήσεως ἔλεγχον

CMC

Chrysostomus

 

refero

ἀπαγγέλλουσι

CLC24d1.14

Cyrillus

 

relinquitur

ὑπῆρχεν 

CMC

Chrysostomus

 

reor

λογίζομαι

CLC22d9.13

Basilius

 

representare

εἰκόνα φέρειν

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

ad similitudinem vultus formatam = Rufin

repudium

ἀνατροπή

CLC24d1.14

Cyrillus

 

requiem (daret)

ἀναπαύσῃ

CMC14d4.9

Chrysostomus

Chrysostomus latinus (38 hom.)

requiem dare

κατέλυσε

CMC

Chrysostomus

 

requiem dare

ἀναπαύων

CMC2d3.8

Theophylactus

 

requiescere

καταλύω

CMC14d4.9

Chrysostomus

Chrysostomus latinus (38 hom.) ; cf. Mt. 5, 17 κατέλυσαῖ

reserare

εὐαγγελίσασθαι

CMC

Chrysostomus

 

respexit (Vulgata), providit

ἐπέβλεψεν

CLC1d16.1

Origenes (grecus)

 

respondet

λύει

CLC2d13.22

Simeon Metaphrastes (grecus)

 

resurrectio

ἀνάληψις

CLC24d6.13

Chrysostomus

CLC24d6.13

resurrectio

ἀναβίωσις

CLC9d6.7

Damascenus

 

reverentia

εὐλάβεια

CMC

Chrysostomus

 

reverentia

εὐσέβεια

CMC

Chrysostomus

 

reverentia

εὐλάβεια

CMC7d3.12

Chrysostomus

 

reverentia et affectus

ἀπόλειψιν

CMC

Chrysostomus

 

robur nanciscitur credulitatis

ἀξιόπιστον (τῆς πίστεως ἐστὶν)

CLC1d1.8

Chrysostomus

 

robur venatur sermoni

ἀξιόπιστον ποιεῖ

CLC1d1.6

Chrysostomus in Act.

 

rudens

κάμιλος (cf.)

CLC18d5.1

Theophylactus

 

rudens

σχοῖνος (ναυτικἠ παχεῖα)

CLC18d5.1

Theophylactus

funem (nauticum crassum) = Oecolampade (Ed1570)

rudis

ἁπλῶς

CMC

Chrysostomus

 

sacrilegium

παρανόμος

CLC3d6.5

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

sanctitas

ὁσιότης

CLC1d33.1

Chrysostomus

 

sapientia

σύνεσις

CLC1d11.3

Basilius

 

sapientia

φιλοσοφία

CMC4d5.5

Chrysostomus

philosophia (Burgundio)

sapientia

φιλοσοφία

CMT5d3.10

Chrysostomus

philosophia (Burgundio)

scelus

ἁμάρτημα

CLC1d13.6

Chrysostomus

 

scientiam + sapientia

παιδείαν

CLCprol.10

Metaphrastes (grecus)

 

secundum proportionem

κατ’ ἀναλογίαν

CMC

Chrysostomus

 

securité

κατάστασις

CLC1d4.10

Athanasius / Nicetas

 

sedat

ἐκβάλλει

CLC1d10.9

Gregorius Nyssenus

 

seniorum

πρεσβυτέρων

CMC

Chrysostomus

 

sensum

γνώμην (CGP)

CMC

Chrysostomus

 

sensum

δογμάτων

CMC

Chrysostomus

 

sensum

ἔννοιαν (Chrysostomus)

CMC

Chrysostomus

 

sensum [communis ?]

μνήμην (τὴν)

CMC

Chrysostomus

memorie (Burgundio) commendativa [glossa in Burgundionis versione BAV, Vat. lat. 383, f. 103vb

sententia

ἔννοια

CLC1d11.13

Basilius

 

separatio

ἀναχώρησις

CMC

Chrysostomus

 

sequela

ἀκολούθησις

CMT4d7.5

Chrysostomus

assecutio (Burgundio)

serenum

καθαρά (ἡδονή )

CLC24d6.13

Chrysostomus

CLC24d6.13

seriatim induco

παράγω,

CLC2d11.7

Gregorius Nyssenus

 

sermonem

μυσταγωγίαν

CLC1d12.7

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

seruitus communis

δουλεία

CLC4d2.15

Beda

 

signa

σύμβολα

CLC24d1.8

Eusebius

 

significavit

συμπαρεσόμενοι σημεῖον

CMC

Chrysostomus

 

signum

τεκμήριον

CLC24d6.7

Chrysostomus

 

signum

τεκμήριον

CLC24d6.7

Chrysostomus

 

signum

ἀπόδειξις

CLC24d4.14

Cyrillus

 

signum

τεκμήριον

CLC24d4.6

Eusebius (Act. 1, 3)

argumentis (Vulgata)

similitudinarius

συμβολικός

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

similitudinem (morum)

ὁμοιοτροπίαν (τῶν ἠθῶν)

CLC3d8.10

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

 

simplex

γυμνὸν

CLC2d14.13

Cyrillus

 

simpliciter

ἁπλῶς

CMC

Chrysostomus

 

simulachrum

ἐκτύπωμα

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

imago = Rufin

simulachrum

σχῆμα

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

statua = Rufin

sinceri

ἀπλάστοι

CLC2d3.2

Chrisostomus (revera Origenes)

 

singuli (effacement du sens distributif)

πάντες

CLC2d5.11

Athanasius

 

societas

ϕιλανθρωπία

CMT26d7.14

Dionysius

communionem (Sarracenus)

solamen

παράκλησιν

CLC2d9.13

Photius (grecus)

 

solitudo

μόνωσις (ἡ ἐρημία καὶ ἡ…)

CMT14d5.3

Chrysostomus

= Burgundio

spem

προσδοκίαν

CMC

Chrysostomus

expectationem {vel opinionem [perpera]} (Burgundio)

spiritus

γνώμῃ

CMC2d3.12

Theodorus Mopsuestenus (Chrysostomus pseudo)

 

sponsus

ἀνδρός

CLC1d11.4

Gregorius Nyssenus / Nicetas

 

statua

ἀνδριάντα

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

statua = Rufin

stupor

ἔκστᾰσις

CLC24d2.18

Nicetas Heracleensis (grecus)

 

stuporem

θαῦμα

CLC2d13.16

Ioannes Geometra = Nicetas

 

subicio

δουλεύω

CLC2d2.2

Gregorius Nyssenus

 

sublimen

ὑψηλή

CMT4d8.10

Chrysostomus

excelsa (Burgundio)

substantia

περιουσίᾳ

CLC6d5.6

Basilius

 

substantia

οὐσίαν

CLC2d14.11b

Cyrillus

 

suggero

πείθω

CLC4d3.18

Maximus Confessor

 

suggero

ὑποτίθεται

CLC2d13.28

Nilus (grecus)

 

superbirent

μέγα φρονῶσιν

CMC4d5.3

Chrysostomus

 

supervacaneum

περιττὸν

CLC2d14.11b

Cyrillus

 

suscipere

ἀναδέχομαι

CLC23d8.5

Evagrius Ponticus (grecus)

 

suspicio

ὑπόνοια

CIO10d4.19

Chrysostomus

 

synecdoche

σύλληψις

CMT26d3.16

Hieronymus

 

synecdochen (per)

συνεκδοχικῶς

CLC12d7.5

Theodoretus Cyrensis

 

temporalem

σωματικῆς

CMC

Chrysostomus

 

terminate

ὡρισμένως

CLC6d5.19

Damascenus

determinate

testa

ὀστράκον

CLC8d3.6

Maximus Confessor

 

tractare composer un ouvrage

συγγραψάντων 

CMC

Chrysostomus

 

tranquillitatem

ἀταραξίαν

CMT

Chrysostomus

 

transgressione

παράδοσιν

CMC

Chrysostomus

 

transitiva

παραδικὴν

CLC1d11.13

Basilius

 

triumphos

τρόπαια

CLC8d7.27

Eusebius Caesariensis/ Nicetas

om. = Rufin

turbatio

τᾰρᾰχή

CLC24d2.18

Nicetas Heracleensis (grecus)

 

turpiter

ὕβρει

CLC23d10.1

Photius (grecus)

 

ululare

θρηνεῖν

CMC

Chrysostomus

 

venenum

κώνειον

CMT5d16.7

Chrysostomus

 

venia

ἀφέσισν

CLC1d37.2

Chrysostomus

 

veraciora exemplaria

ἀκριβῆ ἀντιγράφων

CLC8d6.2

Titus

 

veraciter

γνησίως

CLC3d3.10

Maximus Confessor

 

verbum

ῥῆσιν

CMC

Chrysostomus

 

vertex

κορυφαῖος

CMC

Chrysostomus

 

vertices

κεϕαλάς

CLC4d1.8

Chrysostomus

 

verus (interpres)

ἀξιόπιστος

CLC1d10.16

Photius (grecus)

 

videor

εὑρίσκω

CLC6d1.6

Epiphanius

 

vilis, vilitas

εὐτελὲς

CIO19d7.2

Chrysostomus

 

violentum

δεινὸν

CLC9d12.21

Chrysostomus

 

viriliter

γενναίως

CMC

Chrysostomus

 

virtus

ἀρετή

CLC1d4.17

Chrysostomus in Io.

Burgundio

virtus

ἀρετή

CLC3d3.13

Cyrillus

 

visio

θέα

CLC24d3.21

Chrysostomus

 

visitationem

ἐπισκοπὴν

CLC1d27.4

Chrysostomus

 

vix

Δύσκολοσ

CLC18d5.1

Theophylactus

 

vocabulum, sententia

λέξις λέξιν

CMC

Chrysostomus

 

 [1]  La CA remplace systématiquement enigmatice par occulte.

 [2]  La CA remplace systématiquement enigmatice par occulte.

Ratio brevis editionis Catenae aureae electronicae

Ratio brevis editionis

Martin Morard

(version du 1.2.2021)

 

Nous résumons ici les principes généraux de l’édition qui sont justifiés en détail dans notre Introduction générale (à paraître)

Pour citer notre édition :

Thomas de Aquino, Catena aurea, ed. Morard et coll., CNRS, 2021, CMT2d1.4 (Chrysostomus) [https://gloss-e.irht.cnrs.fr, version du 5.1.2021]

Pour citer une note de notre édition :

Fabio Gibiino, « Note sur CMT2d1.4 » in : Catena aurea, ed. Morard et coll., CNRS, 2021.

Chaque note d’apparat est signée par les initiales datées des collaborateurs qui ont participé à sa rédaction

ADL = Adele Di Lorenzo

ACB = Anne-Catherine Baudoin

CGC = Carmelo Giuseppe Conticello

FG                    = Fabio Gibiino

MM = Martin Morard

MOB                = Marie-Odile Boulnois

VS                     =Véronique Somers

Une astérisque après la signature – [FG2013]* – indique que le travail a été validé au moins par un autre membre de l’équipe

Etablissement du texte de la Catena

  • La Catena aurea electronica est une édition scientifique qui a l’ambition de restaurer le texte médiéval de la Catena aurea diffusé par exemplar et pecia dans le but de donner à lire le texte reçu par le plus grand nombre.
  • Le texte de base de la Catena est celui de l’édition Marietti (Angelico Guarienti, Turin 1953, sigle Ed1953), copié à partir du Corpus thomisticum (version 2012) révisé sur la version papier, à l’exception de la ponctuation, des majuscules et des graphies.
  • Ce texte de base est progressivement collationné avec les manuscrits Li446-449.
  • En l’absence de déclaration de témoin, le texte procuré à titre indicatif est le texte de base (Marietti).
  • Pour chaque sentence éditée, la rubrique « Codd. » introduit l’énumération des témoins collationnés.
  • La signification des sigles des manuscrits est donnée dans  l’inventaire sommaire des manuscrits de la Bible avec commentaire (site Gloss-e, page Instrumenta).
  • Les éditions sont désignées par leur date de publication précédée du signe Ed (Ed1470 = edition princeps, Rome, 1470). Pour plus de détail, voir l’inventaire des éditions de la Catena.
  • En cas de divergence, l’accord de la source et de Linz entraîne la correction de la leçon Marietti.
  • Lorsque Linz diffère à la fois de la source et du texte de base, le texte est collationné sur autant de manuscrits que nécessaire pour obtenir un accord majoritaire qui justifie la correction critique du texte de base.
  • Le texte des éditions est collationné ponctuellement dans le but de comprendre à quel moment et dans quel contexte la Catena s’est écartée de sa version médiévale.
  • l’apparat positif, à gauche du crochet fermant, mentionne le lemme retenu. Nous n’énumérons les sigles des témoins qui attestent le texte retenu qu’en cas de collation ponctuelle d’un témoin ou lorsque la clarté de l’apparat l’exige. (Exemple : magister Li446 Ed1498] didascalus Ed1953)
  • l’apparat négatif, à droite du crochet fermant, indique les leçons variantes rejettées et les sigles des témoins qui les attestent. (Exemple : magister Li446] didascalus Ed1953)

Présentation du texte

  • Chaque unité textuelle est composée de l’énoncé du lemme commenté (complet ou partiel, suivi ou non de « etc. ») précédé d’une clausule de transition (Sequitur, Unde sequitur, ), suivi de la déclaration de l’autorité source composée d’un nom d’auteur et parfois du titre de l’oeuvre) ; vient enfin la sentence proprement dite.
  • Chaque sentence est munie d’un identifiant unique dont l’attribution est fondée sur  la collation de l’incipit, explicit et du lemme attributif de chaque sentence de l’édition Marietti avec les manuscrits Linz 446, 447, 448, 449. En cas de divergence, le texte  a été établi après confrontation avec les autres témoins manuscrits de la tradition médiévale du texte (texte ‘universitaire’) et les éditions imprimées (voir apparats).

exemple : CMT1d1.1, CMC2d2.2, CLC3d3d3, CIO4d4.4

  • Le découpage en « distinctions », est, sauf avis contraire, celui de l’édition Marietti. Il correspond – non sans exceptions – au découpage du lemme biblique reproduit en gros modules dans la plupart des manuscrits de la Catena qui ont adopté une mise en page glosée (texte biblique en gros module formant « îlot » sur un côté de chaque colonne). Les manuscrits ne numérotent jamais ces divisions, ni ne leur donnent de nom. Nous les qualifions de « distinctions » selon l’usage médiéval attesté dans les manuscrits de la Grande Glose de Pierre Lombard qui adoptent le modèle d’Herbert de Bosham. Ces divisions, constantes dans l’immense majorité des témoins, sont dues à Thomas lui-même qui dégage la structure du texte évangélique. Le plus souvent ‘muettes’, c’est-à-dire non explicitées, elles sont exceptionnellement introduites par des gloses de transition, d’origine thomasienne ou patristique, qui rendent raison des évolutions de la structure du texte évangélique, mais elles ne sont pas comparables avec la divisio textus des postilles scolaires. Elles ne correspondent pas aux péricopes liturgiques de la liturgie dominicaine d’Humbert de Romans, ni à celles des chaînes grecques utilisées.

Nota : Le terme de  « leçons » est absent de toutes les éditions de la Catena. Il est à bannir, notamment à cause de sa connotation liturgique et scolaire, totalement étrangère au contexte de la Catena.

  • guillemets « … » : réservés aux citations littérales identifiées à l’intérieur d’une sentence.
  • astérique à la suite d’un appel de note = corrections apportées au texte de base.
  • astérique à la suite d’un sigle = leçon de première main corrigée ; par ex. Li446* (cancel.)
  • ² après un sigle (Li447²) = leçon de seconde main
  • astérique après un appel de note indique les principaux cas où le texte de l’édition Guarienti (Marietti Ed1953) a été corrigé.
  • petites capitales: lemme biblique commenté
  • [1] [2]: numérotation des éléments d’une sentence composite.
  • [a] [b] [c] [d] [e] => sentence => [b] [a] [e] [c] [d] Quand l’ordre du texte de la sentence diffère de celui de la source, chaque section déplacée de la source est numérotée par une lettre de l’alphabet entre crochets reportée dans le texte de la sentence. L’ordre alphabétique correspond à l’ordre des éléments de la source. L’ordre du texte originel est signalé par des lettres entre crochets carrés insérées dans le texte de la source en apparat 
  • Pour les références bibliographiques complètes, se reporter au tableau général des sources (Gloss-e.irht.cnrs.fr : Instrumenta / Auctores in apparatibus fontium allegati)
  • <Fons>  : introduit l’analyse des sources latines
  • <FonsG>  : introduit l’analyse des sources traduites du grec pour la Catena
  • <Nota> = commentaire sur la source
  • <Non hab.> : Non inveni(tur) ab editore in operibus laudatis
  • <Loci paral.>: lieux parallèles dans les autres œuvres de Thomas d’Aquin.
  • <potius quam> : source alternative proposée, bien que moins pertinente.

Mise en forme du texte des sources

Litteris italicis exaratis: voces expositionis in fontibus non repertae

Litteris semi capitalibus exaratis : voces vel lemma expositionis e Textu biblico litteraliter reassumptae

Litteris spissis exaratis: voces fontis litteraliter in expositione assumptae

Litteris sublineatis exaratis: voces fontis in expositione mutatae

Litteris rubris spissis exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptaec et in expositione assumptae

Litteris sublineatis exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptae, sed in expositione mutatae

Litteris rubris exaratis: voces traditionis indirectae fontis, litteraliter a traditione directa fontis reassumptae, sed in expositione ommissae

  • italiques(texte édité): lexèmes propres au texte édité, non attestés par le texte des sources.
  • gras(sources) : mots identiques dans le texte de la source et dans le texte édité
  • souligné (sources) : mots légérement différents dans la source et dans le texte édité (modifications morphologico-syntaxiques  
  • quand la sentence puise sa source dans la tradition directe de l’autorité désignée
  • quand la sentence vient de la tradition indirecte de l’autorité désignée par le lemme attributif (chaînes, gloses, recueils de sentences, commentaires, etc.)  :
  • noir simple : toute expression propre au caténiste ou glossateur, omise par le texte édité
  • noir gras : = toute expression propre au caténiste ou glossateur, reprise dans le texte édité
  • grenat gras: lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), expression commune au texte édité, à sa source directe (tradition indirecte de l’autorité déclarée) et à sa source indirecte (tradition directe de l’autorité déclarée)
  • grenat maigre souligné: lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), toute expression commune à la tradition directe et indirecte de l’autorité source, mais modifiée dans le texte édité
  • grenat maigre : lorsque le commentaire édité cite une source de seconde main (chaîne, glose, recueil etc.), toute expression commune à la tradition directe et indirecte de l’autorité source, omise par le commentaire édité
  • Les identifications de sources qui figurent entre accolades {…} – par exemple : In Matheum. {tract. 34} –  sont des données provisoires, non vérifiées, empruntées à des éditions anciennes de la Catena : incomplètes, parfois erronées et souvent obsolètes, elles sont appelées à disparaître.

Les sources grecques

Le texte des sources grecques identifiées est reporté en apparat selon les même principes que les sources latines.

Lorsqu’une source a fait l’objet d’une édition imprimée ou numérisée, nous le reprenons à l’identique.

Lorsque la source est inédite (chaînes grecques, écrits inédits), nous éditons le fragment qui permet de rendre compte de la traduction et de l’excerption de la Catena.

Le texte est établi et normalisé selon les principes suivants :

– notre premier objectif est de donner à lire des textes complets et référencés. A l’échelle de la Catena le travail est considérable et implique de nombreux ajustements successifs en raison de la multiplicité des sources et des intervenants. L’homogénéité et l’uniformité sont des objectifs lointains.  

– graphies : Δαυῒδ et non Δαβῒδ

– majuscules : aucunes majuscules, sauf après les ponctuations fortes : points bas, points haut, points points d’interrogations, noms propres de lieux et de personnes. (révision en cours)

– ponctuation : pas de virgule avant les conjonctions de coordination et les prépositions, sauf pour détacher une proposition

– accents : accent aïgu sur la dernière voyelle accentuée des oxytons suivis d’une ponctuation, même virgule.

Graphies latines et développement des abréviations

  • La ponctuation de tous les textes transcrits par nos soins est de notre fait.
  • Les textes grecs ont été normalisés selon les usages contemporains de l’édition scientifique des sources byzantines du 11e et 12e siècle. Ne sont donc pas signalés les iottacismes et iota ascrits des chaînes grecques.
  • Les graphies latines modernes de Ed1953 (Marietti) ont été partiellement conservées ou sont en cours de normalisation selon les principes exposés dans le site Gloss-e (voir Index graphiarum) afin de faciliter le repérage à partir des moteurs de recherche électroniques du site gloss-e.irht.cnrs.fr.
  • La consonne v est distinguée de la voyelle u ;
  • j est toujours transcrit i ;
  • les diphtongues ae, oe ont été transcrites e (Mattheus), sauf en cas de risque de confusion : aeris,

Sauf exceptions signalées en notes :

  • « in homel’ » (lemme attributif) est développé par «  in homeliario » conformément à ce qu’écrivent en toutes lettres les manuscrits du prologue (CMTprol.7)  (As115 Li446 Li447 Li448 Li449) ; Ed1470 écrit tantôt « homelia », tantôt « homeliario
  • « sig.at » a été presque toujours développée par « significat » par les éditeurs anciens de Thomas et par ceux de ses sources. Pourtant il faut souvent restituer « signat ». Nos interventions en ce sens sont signalées en apparat.
  • « q. d. » est développé par « quasi dicat » en l’absence de contreindication.
  • Nous écrivons de façon normalisée rons notamment: Bethleem, Chrysostomus, Ephrata, Haymo, Hierosolyma, Ioannes, diabolus, Glossa, Hieronymus, Iesus, Isaias, Marcus, Sion, temptatio, mihi, nihil, etc.  
  • Quelques graphies observées dans les témoins manuscrits :

Ed1937 écrit : Esayas, Sion, etc.

Na écrit : Alchuinus, locutus, LuchasMattheus, Ystoria, Ysaias, haut, Iohannes, Ieronymus,

La88 écrit :  Archa, Alchuinus, inicium, loqutus ;

Li446-449 : arcana, nephas, Aymo, calciamenta , Crisostomus, Bethleem , calciamenta dyabol-, Iohann, Syon, nephas,  temptatio-, nichil, etc.

Li446 écrit :, Bethleem, , dyabolus, Esichius, Glosa, Helyas, Ierosolyma, Ieronimus,  implere, ymago, Ysaias, ystoria, ydoneus, Ydumea, Ihesus, Mattheus, Marchus, misterium, cotidie, etc.

Li447 écrit : Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), , implere, ymag-, Ysaias, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, cotidie, Symon, , etc.

Li448 écrit : arcana, calciamenta, Crisostom-, dyabol-, Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), Iohann-, implere, ymag-, Ysaias, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, nichil, cotidie, Symon, Tytus, etc.

Li449 écrit : catechuminus , Esichi-, Galylea, Galilea, Glos-, euvangeli-, Helyas, herem-, Ierosolym-, Ieronim-, inquid (parfois), implere, ymag-, Ysaias, Ysayas, ystori-, ydone-, Ydumea, Ihesu-, magestas, Mathe-, March-, misteri-, cotidie, Symon

Le rubricateur écrit :

« Grig’ » pour Gregorius ; v. g. f. 95ra etc.

« Theophylacius » parfois pour Theophylactus ; v. g. f. 117rb

« Grisous » ou « Crisous » pour Chrysostomus ; v.g. Li446, f. 12rb

Arag2 écrit : glosa, Ieronimus, Chrysostomus, Matheus, solicitudo, etc.

Texte biblique

  • On distingue dans le texte et les manuscrits de la Catena trois types de lemme évangélique. Le même passage des évangiles peut y être répété trois fois :
  1. lemma adiunctum ou lemme ajouté : texte biblique principal reproduit en gros module formant îlots sur le côté gauche de la colonne (mise en page glosée parisienne) ou, exceptionnellement sur le côté droit de la colonne (mise en page italienne). Le début de ces sections correspond à celui des sections de la Catena (« divisions » ou « distinctions »), appelées aussi improprement lectiones[1]. Leur étendue ne correspond pas à celle des péricopes évangéliques de la liturgie dominicaine d’Humbert de Romans. Les leçons d’un manuscrit provenant de ces unités textuelles spécifiques sont désignées par le sigle du manuscrit suivi d’un arobase @ (=ad<junctum>)
  2. lemma coniunctum ou lemme conjonctif : texte biblique principal intercalé in entre les sentences de la Catena, parfois souligné, parfois dans un module différent. L’apparat du texte les désigne par le même sigle que le texte propre de la Catena.
  3. lemma repetitum: mots du texte biblique commenté, répétés à l’intérieur des sentences ou à la fin de certaines. Ces lemmes de rappel peuvent avoir trois origines :
  4. le texte patristique cité : il s’agit alors (dans le cas des sources latines) de versions anciennes de la Bible ;
  5. la version de la Bible utilisée par Thomas d’Aquin, qu’il cite parfois de mémoire ;
  6. un rappel du lemme biblique principal (lemma coniunctum).
  • Le texte de la Catena préparé par Thomas ne se présentait probablement pas, à l’origine, sous la forme de livre glosé par lemme disjoint, mais plutôt par lemme conjoint, intercalé[2]. J’en veux notamment pour indice le fait que les marques de pièce de Li449 sont espacées en moyenne de 5 feuillets. Une pièce est ordinairement composée de 2 bifeuillets ou 4 feuillets. On peut donc supposer que le texte des pièces de la Catena soit était plus serré que celui des manuscrits de Linz, soit ne comportait pas de texte biblique et que l’ajout de celui-ci explique en partie le fait que l’écart entre deux marques de pièces s’explique non pas des cahiers de 5 feuillets, mais par des pièces composées du texte de deux bifeuillets augmenté par l’ajout des îlots bibliques.
  • Le texte des évangiles commenté par l’auteur de la Catena est donc celui qui est intercalé dans le texte même de la Catena, introduit par des formules comme Unde sequitur… Unde dixit… . Ce lemme fait partie intégrante de l’antigraphe de la Catena, mais il a été ajouté en deuxième intention et partiellement glissé soit entre les sentences, soit à l’intérieur de celle-ci, comme l’indiquent certaines répétitions qui font doublet. Ce texte est parfois lacunaire ; Thomas l’utilise comme tissu conjonctif pour associer les sentences dans le continuum qui justifie sont titre de « chaîne ». A la différence des postilles bibliques où le lemme conjoint est drastiquement abrégé (catchwords) et ne permet pas une véritable reconstitution du texte biblique commenté directement par l’auteur, le lemme conjoint de la Catena permet une reconstitution d’environ 75 à 80 % du texte utilisé par Thomas. C’est probablement au moment de la diffusion parisienne de l’œuvre, par exemplar et pecia, que le texte biblique en gros modules (lemme adjoint) formant « îlots » sur la page, a été ajouté au texte de la Catena, par groupes de versets formant péricopes, selon le modèle des mises en pages des livres bibliques glosés du 12e siècle, dans l’intention de substituer la Catena à la Glose ordinaire des évangiles et pour faciliter le repérage des passages. L’introduction de la disposition glosée en îlots impliquait un redoublement du lemme conjoint. Le texte biblique se trouve donc avoir été copié une première fois dans le texte même de la Catena sous la responsabilité éditoriale directe de Thomas, et une seconde fois dans les îlots, pour faciliter le repérage, à l’initiative des éditeurs-copistes. Ce redoublement a incité les copistes à abréger souvent par suspension ou par « etc. » le lemme conjoint intrinsèquement lié à la version initiale de la Catena. On constate ainsi dans As115 (CMT), contemporain de Li446-449 et parisien comme lui, mais copié sans lemme disjoint, que le lemme biblique principal, intercalé, est moins abrégé que dans Li446 (CMT) où le lemme principal est doublé par les îlots.
  • Le texte biblique ajouté dans les manuscrits de la Catena n’a pas été reproduit dans notre édition au début de chaque leçon. La collation intégrale du lemme ajouté aux quatres manuscrits de l’ensemble de Linz (Li446 à Li449) a été effectuée sous notre direction en 2017 par Fabio Gibiino. Nous la révisons et complétons au fur et à mesure de la collation de nouveaux manuscrits. On se référera pour en avoir connaissance à notre édition de la littera communis de la Vulgate médiévale publiée avec la Glossa ordinaria des évangiles. Nous éditons y procurons avec la Glose une version proche de la version universitaire parisienne, établie à partir de l’édition de la Glose ordinaire (Rusch Strasbourg, 1481), collationné sur l’édition manuelle de la Vulgate (Weber), elle-même dépendante de la seule édition critique existante du Nouveau Testament latin (Oxford, Wordsworth). Les manuscrits Ω de l’Edmaior  de la Vulgate n’ont pas été pris en compte par l’édition d’Oxford, a fortiori ceux des bibles avec commentaires non plus. Leur collation, en particulier celle de la Bible de Saint-Jacques de Paris (ΩJ) et de celle de la Sorbonne (ΩS), auxquelles nous ajoutons ponctuellement la Bible ‘Porta’ de Lausanne (ΩL), est en cours. Les quelques sondages effectués, en particulier pour l’évangile de Marc[3] ne révèlent aucun lien nécessaire entre le lemme conjonctif et le texte d’ΩJ, datable du 3e quart du 13e siècle, probablement de la décennie 1255-1265[4]. L’équipe de Thomas n’a sans doute pas eu recours à une telle bible monumentale, pratiquement sans équivalent. Toutefois le texte biblique inséré dans celui de la Catena dans l’exemplaire de Linz447 (lemme disjoint) présente une parenté incontestable avec le groupe ΩJ Rusch Weber, alors que ΩS ΩL font bande à part. Est-ce à dire que Thomas disposait déjà d’un texte ΩJ en Italie ? L’avenir de la recherche le précisera. En revanche les leçons d’ΩS, témoin assez révélateur du texte commun en usage à cette époque,  semblent se retrouver plus souvent dans le lemme conjonctif de la Catena. Nous pensons plutôt que c’est lors de la confection de l’exemplar parisien, entre 1268 et 1272, que le lemme disjoint associé à la Catena a été établi sur un modèle de type ΩJ. Il semblerait donc que pour les évangiles, le modèle parisien ‘Sorbonne’ (type ΩS) ait évolué, peut-être sous l’influence de la diffusion de la Catena, vers un modèle parisien ‘Jacobin’ dont le succès est attesté par le fait que nombre de  ses leçons ont été conservées jusque dans le texte imprimé de la Bible à 42 ligne (Mayence Ed1455) et l’édition de la Bible glosée de Strasbourg (Rusch, 1480), proches mais non directement dépendants. Quant à la qualité critique de ce texte elle se déduit ictu oculi à chaque fois qu’il coïncide avec l’édition critique de Wordswoth-Weber. Il est possible qu’il en aille différemment pour la Catena sur Jean.

[1] Les manuscrits et Ed1470 ne leur donnent pas d’autre signe distinctif qu’un pied de mouche. A partir de la Piana – Ed1570 –  les éditions les distinguent par un numéro d’ordre alphabétique ou numérique.

[2] Voir par exemple. Assise, Sacro Convento, cod. 115 [sigle As115], que nous datons codicologiquement avec Patricia Stirnemann des années 1260-1275 (sic). La datation du 14e siècle proposée par C. Cenci dans le  catalogue des manuscrits d’Assise est beaucoup trop approximative; cf. C. Cenci, Bibliotheca, I, p. 140, nr. 121.

[3] Mc. 10 collationné sur ΩL ΩS ΩJ Li447 (texte biblique) Rusch Weber.

[4] C’est par pétition de principe que cette bible est parfois datée d’avant 1256 (Chapitre général dominicain interdisant l’usage du correctoire dit « de Sens »).

Bibliographie de la Catena aurea

Citer ce billet : Martin Morard, "Bibliographie de la Catena aurea", dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2546, version du 16/08/2022.

Les éditions

Les éditions imprimées de la Catena aurea

Contexte général

 

Torrell (Jean-Pierre), Initiation à saint Thomas d’Aquin : sa personne et son œuvre, Fribourg-Paris, 2e éd. revue et augmentée d’une mise à jour critique et bibliographique, Ed. Universitaires de Fribourg / Cerf, [1993] 2002 (Vestigia, 13), p. 202-205, 495-495.

Etudes

Andrée (Alexander), Sharp (Tristan), Shaw (Richard), « Aquinas and ‘Alcuin’ : a NewSource of the Catena aurea on John », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 83/1 (2016), p. 3-20. [L’autorité déclarée sous le nom d’« Alcuinus » par Thomas d’Aquin dans la Catena in Io. est en fait « Anselmus » de Laon, dans les Glose super Iohannem, source principale de la Glose ordinaire sur Jean]

Bataillon 1974 : Bataillon (Louis-Jacques), « Les Sermons de Saint Thomas et la Catena aurea », dans St. Thomas Aquinas 1274-1974. Commemorative Studies, t. 1, Toronto, Pontifical institute of mediaeval studies, 1974, p. 67-75 (repris dans La prédication, ici n° 87).

Bataillon 1993 : Bataillon (Louis-Jacques),  « Saint Thomas et les Pères : de la Catena à la Tertia pars », dans Ordo sapientiæ et amoris’, image et message de saint Thomas d’Aquin à travers les récentes études historiques, herméneutiques et doctrinales : hommage au professeur Jean-Pierre Torrell o. p., éd. par Carlos-Josaphat Pinto de Oliveira, o. p., Fribourg (Suisse), éditions universitaires, 1993, p. 15-36.

Bataillon 1994F : Bataillon (Louis-Jacques),   « La diffusione manoscritta e stampata dei commenti biblici di San Tommaso d’Aquino », Angelicum, 71, 1994, p. 579-590.

Berceville 1988 : Berceville (Gilles), L’Expositio continua sur les quatre évangiles de saint Thomas d’Aquin (Catena aurea). Le commentaire de Marc. Etat de la question et projet de recherches, Mémoire de DEA (Diplôme d’études approfondies), dactyl., Université Paris IV, 1988, 47+7 p.

Borgo 2015 : Borgo (Marta), « I sermoni di Tommaso d’Aquino e la Catena aurea : uno status quaestionis alla luce dell’edizione Bataillon », Memorie Domenicane, 46 (2015), p. 553-579.

Combefis 1668 : Combefis (François), Prolusio ad praefationem apolegeticam in P. Nicolai editionem novam Catenae Aurae Divi Thomae ; accedunt ejusdem Combefis discussiones ad prolusionem brevius excussae, Paris, André Cramoisy, 1668. In 8° (olim Bibliothecae Regis D.239)

Combefis 1669 : Combefils,  Discussiones ad Prolusionem brevius excussæ, Paris, 1669.

Conticello 1990 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « San Tommaso ed i Padri: la Catena aurea super Ioannem », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 65 (1990), p. 32-92.

Conticello 1992 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Notes sur les centres médiévaux de connaissance de la patristique grecque avant la composition de la Catena aurea de Thomas d’Aquin (+1274) », Revue de la Société Ernest Renan, 41 (1991-1992), p. 11-26.

Conticello 2004 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Théophylacte de Bulgarie, source de Thomas d’Aquin (Catena aurea in Ioannem) », in : Philomathestatos : Studies in Greek and Byzantine Texts Presented to Jacques Noret for his Sixty-Fifth Birthday, éd. B. Janssens, B. Roosen, P. van Deun, Leuven-Paris-Dudley, MA, Uitgeverij Peeters en Departement Oosterse Studies, 2004, p. 63-75.

Conticello 2020 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission te oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249. [Status quaestionis des connaissances scientifiques publiées jusqu’en 2017. Conticello 2020 : Conticello (Carmelo Giuseppe), « Tommaso d’Aquino e Bisanzio: testi e teologia. Il contributo tomistico all’ellenismo medievale », in :  A common mission the oriental congregation and the oriental institute (1917-2017), acts of the congress held at the Pio on 4-5 may 2017, Roma, 2020 (Orientalia christiana analecta 308), p. 211-249 [voir ici Les sources grecques de la Catena aurea sur Marc. A propos d’une publication récente] . 

De Rossi 1871 : De Rossi (Bernardo Maria), « Dissertatio quinta de expositione continua, quae appellatur Catena aurea, in quatuor evangelia deque operis pretio, textura et modo », $ in Thomae Aquinatis opera omnia iussu Leonis PP. XIII,  t. 1, Roma, 1882, p. CII[bis=CIII]-CXII.

Dondaine 1952 : Dondaine (Hyacinthe-François), « Les scolastiques citent-ils les Pères de première main ? », RSPT 36 (1952), 231-243.

Dozois 1963 : Dozois (C.), « Sources patristiques chez saint Thomas d’Aquin », Revue de l’université d’Ottawa 33 (1963), 28*-48* ; 145*-167*.

Dozois 1964 : Dozois (C.), « Sources patristiques chez saint Thomas d’Aquin », Revue de l’université d’Ottawa, 34 (1964), 231*-241*.

Dozois 1965 : Dozois (C.), « Sources patristiques chez saint Thomas d’Aquin », Revue de l’université d’Ottawa, 35 (1965), 73*-90*.

Kannengieser2006 : Kannengieser (Charles), Handbook of Patristic Exegesis, Leiden, Brill, 2006 : B, 10, XI: “Catenae: “Chains” of Biblical Interpretation”, p. 978-987.

Kannengieser2016 : Kannengieser (Charles), Commentaries, Catenae, and biblical  tradition: papers from the Ninth Birmingham Colloquium on the Textual Criticism of the New Testament in conjunction with the COMPAUL Project, ed. H.A.G. Houghton, Piscataway, Gorgias Press, 2016.

Mercati 1901 : Mercati (G.), «La versione antica delle omilie 9-25 ‘in Matthaeum’ di S. Giovanni Crisostomo fatta da Aniano», in Note di letteratura biblica e cristiana antica, Roma, 1901 (Studi e testi 5), p. 137-144.

Morard 1987 : Morard (Martin), « La lecture du récit de la tentation par saint Thomas d’Aquin (Catena aurea sur Mt 4, 1-11) », Séminaire du prof. Jean-Pierre Torrell, Université de Fribourg (CH), dactyl., 1987, 54+22 p.

Morard 1997 : Morard (Martin), « Une source de saint Thomas d’Aquin : le deuxième concile de Constantinople (553) », Revue des Sciences philosophiques et théologiques 81 (1997), p. 21-56.

Morard 2005 : Morard (Martin), « Thomas d’Aquin lecteur des conciles », dans ‘Ad un fine fur l’opere sue’ Miscellanea di studi per commemorare i trent’anni di permanenza della Commissione Leonina (OP) nel Collegio di S. Bonaventura (OFM) di Grottaferrata (1973-2003), Archivum franciscanum historicum, t. 98, 2005, p. 211-365.

Morard 2019 : Morard (Martin), « Pour une lecture panoramique de la Bible latine glosée. Le programme Glossae Sacrae Scripturae electronicae », Revue Mabillon, n. s., t. 30 (= t. 91), 2019, p. 209-225.

Morard 2020A : Morard (Martin), « L’Opus imperfectum in Matthaeum, source de la Catena aurea », dans Sacra Pagina, https://big.hypotheses.org/2536.

Nicolai 1668 : Nicolai (Iohannis), [Honoratus a Sancto Gregorio],  In Catenam auream sancti Thomae et p. Nicolai editionem novam apologetica praefatio, Paris, Jacob Greu, 1658.

Nicolai 1668b : Nicolai (Iohannis), In Dissertationem de fictitio S. Thomæ græcismo summaria epistolaris Discussio, [1668 ?] [contre l’opinion de Bertrand Guyard OP qui soutenait que Thomas savais le grec].

Nicolai 1669 : Nicolai (Iohannis), In Catenam auream S. Thomæ opera et studio F. Johannis Nicolairecognitamconfixiones præsumptitiæ, per eumdem recognitorem ex professo refixæ seu verius discussæ frictiones, Paris, 1669.

Quétif-Echard 1719, t. 1, p. 326-330 : Scriptores ordinis praedicatorum, ed. J. Quétif, J. Echard, 2 vol., Paris, 1719.

Van Banning 1982 : Van Banning (J.),  « Saint Thomas et l’Opus imperfectum in Matthaeum », in : San Tommaso nella storia dell pensiero, Atti dell’VIII Congresso Tomistico Internazionale, Studi Tomistici 17 (1982), p. 73-85. [plusieurs affirmations de cet article concernant notamment la « littéralité » des sentences extraites de l’Opus imperfectum sont infirmées par le travail d’analyse critique des sources. Voir apparat de la CAE et notre note sur l’Opus imperfectum (Morard2020) ; sur les p. 74-76 voir les réserves de A. A. Robiglio, La sopravvivenza e la gloria. Appunti sulla formazione della prima scuola tomista (sec. XIV), Bologna, 2008 (Sacra Doctrina. Bibliotheca 53), p. 80-82].

Diffusion, réception et influences

Bataillon 1999 : Bataillon (Louis-Jacques), « Olivi utilisateur de la Catena aurea de Thomas d’Aquin», dans Pierre de Jean Olivi (1248-1298), pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Actes du colloque de Narbonne (mars 1998), éd. Alain Boureau et Sylvain Piron, Paris, Vrin, 1999, p. 115-120.

Hoerner 2008 : Hörner (Petra), Catena aurea deutsch : die ostmitteldeutsche Übersetzung des Katenenkommentars des Thomas von Aquin, Berlin, de Gruyter, 2008.

Vinzent 2012 : Vinzent (Markus), Meister Eckhart, «On the Lord’s Prayer». De oratione Dominica. Introduction, Text, Translation, and Commentary, Leuven, Paris, Walpole (MA), 2012, p. 1-97.

Masnovo 1906 : Masnovo (Amato), « La Catena aurea de s. Thomas d’Aquin et un nouveau codex de 1263 », Revue philosophique de Louvain, 50, 1906, p. 200-205 (à propos des ms. Parma, Biblioteca Palatina, palat. 1, CMT ; propose des reconstitutions textuelles hasardeuses).

Les chaînes avant la Catena

Paul Diacre :  Cyril Smetana, “Paul the Deacon’s Patristic Anthology” in The Old English Homily & its Backgrounds, Ed. Paul E. Szarmach and Bernard F. Huppé.  (Albany, NY: State University of New York Press, 1978), p. 75-97.

Chaîne de Cordier (Io.) : Cordier (Balthazar), Catena patrum graecorum in sanctum Iohannem, Antverpiae, 1630.

Chaîne de Cordier (Lc.) Cordier (Balthazar), Catena sexaginta quinque graecorum Patrum in S. Lucam, quae quatuor simul evangelistarum introducit explicationem, luce ac latinitate donata et ex aliis Patribus tam graecis quam latinis suppleta et annotationibus illustrata, Antverpiae, ex officina Plantiniana B. Moreti, 1628, in-fol., 633 p.

Jacob (André), « La réception de la littérature byzantine dans l’Italie méridionale après la conquête normande. Les exemples de Théophylacte de Bulgarie et de Michel Psellos », in : Histoire et culture dans l’Italie byzantine. Acquis et nouvelles recherches, Rome, 2006.

Lamb (William R. S.), The “Catena in Marcum” : A byzantine anthology of early commentary on Mark, Leiden, Brill, 2012  (Texts and Editions for New Testament Study)

 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search